Version classiqueVersion mobile

Jean Cocteau. La chute des angles

 | 
Danielle Chaperon

Contour

Texte intégral

1La tâche du poète « graphiste », selon Cocteau, consiste à « délimiter » : « J’ai donné le contour à des charmes informes » (O 13) ; à « tracer une silhouette équivalente à une masse informe » (PK 48).

2A travers un magma, la plume chemine en posant des frontières, des lignes de séparation : une forme, c’est-à-dire la condition même de l’intelligibilité. On pourrait croire d’abord que la ligne d’encre ne fait qu’épaissir ou foncer une délimitation formelle préexistante :

Toute ma poésie est là : Je décalque
L’invisible (invisible à vous).
(0 13)

3Poésie où la ligne « épouserait » (PK 48) l’idée ou l’objet, il s’avère vite que cette ligne crée non seulement la visibilité du périmètre, mais les différences d’entité qu’elle est censée modestement accentuer. Elle suscite la différence qui la motive, la différence entre un fond et une forme, entre un objet et un autre. Elle trace le paradoxe de la « forme d’un vide ayant forme » (JI 161), et témoigne d’un « soin héraldique et géométrique à cerner le vide » (PCI 237) ; le contour ne fait qu’isoler « un vide dans le vide » (JI 161).

J’écris, j’essaie de délimiter exactement le profil d’une idée, d’un acte. Somme toute, je cerne des fantômes, je trouve les contours du vide, je dessine.
(OP 86)

  • 1 Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace, PUF, 1984, p.191

4Dessiner, c’est-à-dire opérer une répartition dedans/dehors où le dedans correspond à un être autonome. « Le philosophe, avec le dedans et le dehors pense l’être et le non-être. La métaphysique la plus profonde s’est ainsi enracinée dans une géométrie implicite [...] si le métaphysicien ne dessinait pas, penserait-il ? » se demande Bachelard1. Le contour distingue un « dehors » séparé d’un « dedans » emparé. Il marque un territoire, consacre des séparations, des zones minces de transition entre une matière et une autre. Cette zone où cesse un être, mais par laquelle il s’encastre dans le tout autre, est celle où se concentre imaginairement le maximum de puissance d’affirmation de soi.

L’Eglise est très forte. Elle a enfermé Dieu dans un triangle une fois pour toutes et cerné d’un contour ses mystères comme ses vitraux.
(FPK 239)

Je connais ces crises d’angoisse vague pour en avoir été souvent victime. Rien de plus difficile que de leur trouver un contour qui nous permette de les regarder en face.
(DE 170)

5L’ovale de la face est si morne que le plus fascinant des contours est le profil. Dans ses sinuosités latérales, il concentre pour notre auteur la quintessence de la personnalité, conforme en cela aux théories physiognomoniques traditionnelles selon lesquelles il y aurait une véritable graphologie des narines et des mentons. Les infractuosités du profil marquent une zone de contact avec le monde, les angles s’enfoncent virilement dans l’Autre. Elisabeth, des Enfants Terribles, veille à l’acuité de ces lignes, aussi bien sur le visage de son frère Paul... :

Entre ses cils Elisabeth détaillait son profil bleuâtre [celui de Paul] [....] La ligne de son menton, un peu fuyante, anguleuse chez elle, l’agaçait. Elle lui avait souvent répété : « Paul, ton menton ! » comme les mères : « Tiens-toi droit ! » ou « Mets tes mains sur la table ». Il lui répondait quelque grossièreté, ce qui ne l’empêchait pas de travailler son profil devant la glace.
(ET 63)

6...que sur le sien :

L’année précédente, elle imagina de dormir, une pince à linge sur le nez, pour obtenir un profil grec.
(ET 63)

7Les enfants terribles soignent leur ligne... C’est peut-être à l’agressivité ontologique du profil qu’il faut attribuer sa prolifération dans l’œuvre graphique de Cocteau. Or le profil est un fil. La rime profil/fil, si courante et si tentante, en témoigne (O 15 & 75 etc.). Le profil appartient donc à la catégorie symbolique des lignes-fils. Il est parfois un véritable signe commun à une série de visages appartenant à un même type. Cocteau avoue, dans le Livre Blanc, avoir toujours été obsédé par des spécimens humains appartenant à un type, dont le profil reproduisait immanquablement les mêmes éléments d’un abécédaire des courbes :

Sa figure aux lèvres un peu grosses, aux yeux un peu bridés, au nez un peu camus, présentait les moindres caractéristiques d’un type qui devait me devenir néfaste. Astuce de la fatalité qui se déguise, nous donne l’illusion d’être libres et, en fin de compte, nous fait tomber toujours dans le même panneau.
(LB 36)

8Voilà le profil devenu le signe du destin et le linéaire objet convoité dont chaque individu n’est qu’une épiphanie... C’est la ligne le véritable et imprenable objet du désir :

Je venais d’apercevoir, de profil, appuyé contre le piano mécanique, le spectre de Dargelos.
(LB 56)

Son profil se découpait sur le mur. C’était celui d’Alfred, de H., de Rose, de Jeanne, de Dargelos, de Pas de chance, de Gustave et du valet de ferme.
(LB 93)

9Paul, l’un des Enfants terribles subit cette obscure oppression d’une ligne aux courbes particulières, un profil « funeste » le hante, dont les manifestations photographiées tapissent les murs de la chambre :

L’air de famille des visages de la chambre était un fait [...] [exhibant] le type qu’il poursuivait obscurément.
(ET 98)

  • 2 Gérard Péninou, in Communications, no 15, p. 103.

10Le profil est un objet désiré mais distant : « Le profil est une image à la troisième personne, il se décode en « il » ou en « elle2 » » ; il est l’image de l’autre par excellence, de celui qui se donne au regard tout en se refusant. Le profil regarde ailleurs, hors de l’espace où l’intersection des regards serait possible. Il a le regard de ceux qui passent. Il est indifférent, on le suit des yeux, réduit au rôle d’humble voyeur. Il n’y a rien d’étonnant alors que, pour Cocteau, le profil soit l’attitude favorite des personnages mythiques ou allégoriques, celle des déesses et des dieux, celle de la mort.

11Le profil est l’attitude morphologique de ce qui ne se donne qu’en représentation.

Notes

1 Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace, PUF, 1984, p.191

2 Gérard Péninou, in Communications, no 15, p. 103.

© Presses universitaires du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search