Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Théorie

Responsabilité

Jérôme Ballet y François-Régis Mahieu

Texto completo

1Être responsable signifie, au sens le plus commun, rendre compte de ses actes et d’en assumer les conséquences. L’agent agit et doit assumer les conséquences de son action. La responsabilité est donc évaluée a posteriori, à partir des conséquences de l’action et du fait que l’agent assume ces conséquences. Une conception alternative de la responsabilité consiste à poser l’agent comme responsable a priori. L’agent n’est plus considéré comme responsable ou non selon qu’il assume ou non les conséquences de ses actions, mais ce sont les conséquences des actions qui sont jugées à l’aune de la responsabilité de l’agent. C’est parce que l’agent est considéré comme responsable que l’on peut évaluer sa responsabilité.

La conception usuelle de la responsabilité

2La conception la plus usuelle de la responsabilité s’enracine dans la théorie du choix rationnel : une action est un intermédiaire ou un passage entre les circonstances possibles et les conséquences possibles. « Une action est donc une manière de transformer des circonstances en conséquences évaluables » (Livet, 2005, p. 13). L’action est un passage d’une séquence causale. Cependant toutes les séquences causales ne sont pas des actions. Il faut distinguer les causalités événementielles et les causalités de l’agent (Davidson, 1993). Si un vent violent fait tomber une pomme du pommier et que celle-ci en tombant écrase et tue un coléoptère, il s’agit d’un événement. Par contre si un individu secoue le pommier afin de faire tomber une pomme dans le but d’écraser le coléoptère, bien que d’autres solutions plus rationnelles telles que l’écraser avec son pied soient disponibles, et que la pomme écrase effectivement le coléoptère, alors il s’agit bien d’une causalité due à l’agent. Une action possède donc une propriété d’agentivité, c’est-à-dire la propriété d’avoir un agent.

  • 1 Notons qu’entre l’intention et l’exécution de l’action peut être insérée la volition, ce qui permet (...)
  • 2 Notons qu’il s’agit là de la liberté d’intention et non pas celle de l’action. En effet, Frankfurt (...)

3Néanmoins pour pouvoir qualifier l’individu d’agent, il faut que l’individu ait eu une intention de sorte « qu’un homme est l’agent d’un acte si ce qu’il fait peut être décrit sous un aspect qui rende cet acte intentionnel » (Davidson, 1993, p. 71). Décrire avec quelle intention a été commis un acte revient donc à attribuer l’agir car les attributions d’intention et les attributions d’agir ne s’excluent pas. « Les attributions d’intentions sont, dans la plupart des cas, des excuses et des justifications ; des attributions d’agir sont dans la plupart des cas, des accusations ou des imputations de responsabilité. Il va de soi que les deux types d’attributions ne s’excluent pas mutuellement, car dire avec quelle sorte d’intention un acte a été fait c’est aussi – nécessairement – attribuer l’agir » (Davidson, 1993, p. 73). Les séquences causales impliquant un agent et donc formant une action supposent donc l’intention. L’intention s’interprète ici comme l’autonomie dans le choix de l’action. Cette autonomie à deux aspects : l’indépendance vis-à-vis des influences extérieures et la capacité de se fixer des objectifs et des règles d’action (Livet, 2005). La séquence causale de l’action est linéaire, elle part de l’intention, passe par l’action (son exécution), et aboutit aux conséquences1. L’agent est celui qui est à l’origine de la séquence causale, c’est-à-dire que cette séquence n’est pas déterminée indépendamment de ce que fera l’agent. Cela revient à dire que l’agent a été libre d’agir. On peut de sorte réduire la séquence au triptyque liberté-action-conséquences2.

4À ce triptyque s’ajoute un quatrième élément avec la responsabilité. On pourra ainsi imputer une responsabilité à un agent, vis-à-vis de l’exécution de l’action et des conséquences de celle-ci, si celui-ci a agi librement, autrement dit qu’aucune force externe ne soit venue contraindre son agir.

5L’analyse de la responsabilité de l’entreprise se fait typiquement dans la lignée de cette conception de la responsabilité. Les critiques à l’encontre de la responsabilité de l’entreprise s’appuient donc sur un rejet d’un élément de la séquence.

6Les opposants à la responsabilité de l’entreprise tenteront d’argumenter que la responsabilité ne peut être imputée à l’entreprise en raison soit d’une absence de liberté d’action, soit d’une absence de lien clair entre actions et conséquences. D’où, par exemple, l’idée que la concurrence ne laissant pas le choix des actions à l’entreprise, celle-ci invalide la responsabilité morale. D’autres remontant, en amont de la question, argumentent que l’entreprise ne peut être responsable parce qu’elle n’est tout simplement pas un agent et ne peut avoir d’intention (Velasquez, 1983). A contrario, les partisans d’une responsabilité élargie de l’entreprise défendront la possibilité d’une intention déterminant causalement un ensemble d’actions et leurs conséquences (notamment French, 1979, pour la définition d’une intention de l’entreprise, et suivant French, Ballet et de Bry, 2003, appuyant l’idée d’une structure d’intention).

7Cette conception de la responsabilité de l’entreprise pose néanmoins un problème majeur. Elle ne reflète pas les considérations des citoyens sur la responsabilité des entreprises. Ainsi par exemple, si les firmes Nike et Mac Donald sont particulièrement visées par des actions de boycott ou de dénonciation, ce n’est pas parce qu’elles font moins bien que les autres ou qu’elles se montrent particulièrement moins responsables que les autres, Ces entreprises sont identifiées comme des symboles et on leur attribue un rôle majeur dans les maux en lien avec leur secteur d’activité (Ballet, 2010). Ce décalage est lié au fait que la conception causale de la responsabilité est asociale et ahistorique. Elle est plaquée sur un contexte social, mais non insérée dans le contexte social. Cette conception nie l’aspect institutionnel de la responsabilité.

Une responsabilité a priori

8Dans une conception différente de la responsabilité, il ne s’agit plus de partir de l’action (ou antérieurement de l’intention) pour en déterminer de manière causale les conséquences et donc la responsabilité. Il s’agit au contraire de considérer la responsabilité comme le fondement même de la liberté d’action. C’est parce que nous sommes tenus pour responsables que nos actions pourront être moralement évaluées. En quelque sorte, il s’agit de passer d’un schéma dans lequel on évalue si l’action est responsable à une conception dans laquelle on évalue la responsabilité de l’action, c’est-à-dire sa concordance avec ce qui est attendu de celui à qui on attribue cette action.

9Strawson (1962) a remarqué avec justesse que nos attitudes d’approbation ou de désapprobation portent sur l’action avant de porter sur l’agent qui a commis l’action. Quand on dit « Il n’aurait pas dû faire », il est clair que le jugement renvoie à l’acte. Par contre quand on dit « Untel est une crapule » on porte un jugement sur l’agent et pas nécessairement sur une action de cet agent. Ces deux situations sont très différentes. Dans la seconde situation, jugeant untel comme une crapule on ne s’attend pas qu’il fasse des actes responsables ; en revanche quand on juge une action avec désapprobation, c’est parce qu’implicitement on considère l’agent qui a commis l’action comme responsable. Autrement dit, parce que l’agent est responsable son action peut être évaluée comme morale ou non, peut donner lieu à approbation ou désapprobation. La responsabilité est première et fonde le jugement moral.

10L’agent qui contrevient à une norme morale est membre de la communauté morale et c’est en tant que membre de cette communauté qu’on peut lui associer l’offense. Même quand nous condamnons cet agent nous ne le condamnons qu’en tant que membre de la communauté morale et parce que en tant que membre de cette communauté il peut être tenu pour responsable de ses actes. On reconnaît donc la responsabilité avant de reconnaître l’offense et on ne peut attribuer cette dernière que parce qu’on a reconnu la première. Si la personne n’était pas tenue pour responsable, c’est-à-dire n’était pas considérée comme membre de la communauté morale, elle ne pourrait tout simplement pas être tenue responsable de ses actions. Un fou étant considéré comme non responsable n’est pas tenu pour responsable de ses actes. Comme le soulignait Fauconnet (1928), partant d’une analyse différente mais aboutissant à une conclusion similaire, « la responsabilité, c’est l’aptitude à devenir légitimement le patient de la peine ». Notons le vocabulaire très significatif de Fauconnet : on passe d’un agent à un patient. Autrement dit, il ne s’agit plus de caractériser l’individu par son autonomie, de sorte qu’il soit agent, mais d’établir s’il a l’aptitude à être le patient d’une peine, c’est-à-dire s’il est responsable et en tant que tel peut donc être tenu responsable de son acte.

  • 3 Une relation d’implication ne peut évidemment pas être assimilée à une relation causale. Voir sur c (...)

11Dans une telle conception de la responsabilité, la relation causale est remplacée par une relation d’implication3. L’acte est mis en concordance avec un auteur de cet acte, apte à se voir attribuer celui-ci en raison de sa qualité responsable. Nous utilisons le terme d’auteur en place de celui d’agent car l’auteur n’a pas besoin de posséder les caractéristiques de l’agent, notamment en termes d’autonomie, il suffit que l’on puisse lui attribuer les conséquences en tout ou partie en jugeant qu’il a joué un rôle. Il joue un rôle parce qu’il est responsable et l’importance du rôle joué définira alors son degré de responsabilité. Si plusieurs auteurs sont impliqués le degré de responsabilité vis-à-vis des conséquences d’un acte ou d’un ensemble d’actes dépendra de l’importance du rôle attribué à chacun. Précisons que le degré de responsabilité n’est pas lié au rôle effectivement joué, dans le sens d’une relation de causalité, mais bien du rôle qui est attribué. Pour suivre Fauconnet (1928) l’essentiel réside donc dans la représentation de l’auteur et dans le lien que cette représentation soutient avec celle des effets pour lesquels on cherche un responsable.

12La représentation renvoie à une scène ou à un imaginaire dans lequel on identifie des auteurs et on leur attribue des rôles. La représentation est par conséquent étroitement liée à l’identification c’est-à-dire à l’identité des auteurs que l’on se représente. L’identité devient alors un élément central du degré de responsabilité attribué.

Bibliografía

Ballet J. (2010), « La responsabilité sociale de l’entreprise : de l’action responsable à la responsabilité de l’action », Revue de l’organisation responsable/Responsible organisation review 5(2).

Ballet J., de Bry F. (2003), « Corporate Social Responsibility and the Firm as a Person », Zagreb International Review of Economics & Business, vol. 6, n° 1-2, p. 57-69.

Davidson D. (1993), Actions et événements, Paris, Presses Universitaires de France.

Fauconnet P. (1928), La responsabilité, Paris, Alcan.

Foot P. (1967), « The problem of Abortion and the Doctrine of Double Effect », Oxford Review, 5, traduit dans M. Neuberg (1997), La responsabilité, questions philosophiques, Paris, Presses Universitaires de France, p. 155-170.

Frankfurt H.G. (1969), « Alternate Possibilities and Moral Responsibility », Journal of Philosophy, LXVI, traduit dans M. Neuberg (1997), La responsabilité, questions philosophiques, Paris, Presses Universitaires de France, p. 55-64.

French P. (1979), « The Corporation as a Moral Person », American Philosophical Quaterly, vol. 16, n° 3, p. 93-104.

Gond J.P., Mullenbach A. (2004), « Les fondements théoriques de la responsabilité sociétale de l’entreprise », Revue des Sciences de Gestion, 205, p. 93-116.

Livet P. (2005), Qu’est-ce qu’une action ?, Paris, Vrin.

Neuberg M. (1991), Théories de l’action, Bruxelles, Mardaga.

Petit J.L. (1991), L’action dans la philosophie analytique, Paris, Presses Universitaires de France.

Quine W.W.O. (1972), Méthodes de logique, Paris, Armand Colin.

Spaemann R. (1975), « Nebenwirkungen als moralisches problem », Philosophisches Jahrbuch, 82, traduit partiellement dans M. Neuberg (1997), La responsabilité, questions philosophiques, Paris, Presses Universitaires de France, p. 215-229.

Strawson P. F. (1962), « Freedom and Resentment », Proceeding of the British Academy, 48, traduit dans M. Neuberg (1997), La responsabilité, questions philosophiques, Paris, Presses Universitaires de France, p. 109-140.

Velasquez M. G. (1983), « Why Corporations Are not Morally Responsible for Anything They Do », Business & Professional Ethics Journal, repris dans George R.T. (1990), Business Ethics (3e éd.), New York, Macmillan.

Anexos

Voir aussi

Définir la responsabilité sociale, Esprit du capitalisme, Justice sociale, Libéralisme égalitaire, Moralisation, Principe responsabilité, Travail, Utilitarisme

Notas

1 Notons qu’entre l’intention et l’exécution de l’action peut être insérée la volition, ce qui permet d’ouvrir un large débat sur la faiblesse de la volonté, sans remettre en cause fondamentalement la logique séquentielle.

2 Notons qu’il s’agit là de la liberté d’intention et non pas celle de l’action. En effet, Frankfurt (1969) a bien montré que le fait qu’une action soit contrainte par une contingence extérieure à l’agent ne suffisait pas à supprimer la responsabilité du moment que cette contingence extérieure ne modifiait pas l’intention de l’agent d’exécuter cette action.

3 Une relation d’implication ne peut évidemment pas être assimilée à une relation causale. Voir sur ce point et des éléments fondamentaux de logique Quine (1972).

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540