Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Théorie

Principe responsabilité

Annette Disselkamp

Texte intégral

1L’ouvrage de Hans Jonas (1903-1993) intitulé Le principe responsabilité, paru en 1979, a provoqué un débat important à propos des notions d’éthique et de responsabilité environnementales. Jonas a réussi à attirer l’attention d’un grand public sur les risques liés aux nouvelles possibilités technologiques ainsi qu’à l’exploitation massive des ressources. Son « principe de prévoyance » préfigure le « principe de précaution » entériné à la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement à Rio, en 1992.

Repères biographiques

2Né le 10 mai 1903 à Mönchengladbach d’une famille juive allemande, Hans Jonas fait des études de philosophie à Freiburg, chez E. Husserl et M. Heidegger, puis à Berlin et à Marburg. À Freiburg, il rencontre H. Arendt, avec laquelle il restera lié d’amitié toute sa vie. Comprenant rapidement le danger nazi, il émigre à Londres en 1933 puis à Jérusalem en 1934 ; il s’engage comme soldat dans l’armée britannique de la Jewish brigade Group en 1940-1945. De 1949 à 1955, il vit au Canada, où il devient Fellow à l’Université de Montréal ainsi qu’à l’Université Carlton d’Ottawa. En 1955, Jonas s’installe définitivement à New York où il accepte un poste de professeur à la New School for Social Research ; il est également professeur invité aux Universités de Princeton, Colombia, Chicago et Munich. La mère de Jonas a été déportée à Auschwitz.

Œuvre

3Après avoir consacré sa thèse de doctorat à l’histoire de la pensée, avec un travail important sur la gnose, Jonas développe une philosophie de la nature et de la vie (Jonas, 2001) qui inspirera durablement la réflexion sur les questions de bioéthique. Cette nouvelle orientation, qui marque son éloignement progressif de l’existentialisme heideggérien, le conduit finalement à formuler une éthique de la responsabilité pour les générations futures. En 1979, il publie LePrincipe responsabilité, où il s’interroge sur les problèmes éthiques créés par les technologies modernes. C’est sans aucun doute l’un des livres de philosophie morale les plus connus en Allemagne d’après-guerre et son influence sur la discussion internationale est certaine. En 1987, l’auteur reçoit le « Prix de la paix des libraires allemands ».

Contexte

4Pendant les années soixante et soixante-dix, on assiste à une prise de conscience des risques environnementaux, avec l’énergie nucléaire, l’exploitation pétrolière, l’utilisation à grande échelle de pesticides, ou encore les recherches biomédicales. Les dégradations des équilibres naturels y compris le réchauffement climatique sont de mieux en mieux connues par les scientifiques. Dans ce contexte, l’ouvrage de Jonas formule une réponse au défi éthique inouï que représente la menace de destruction due aux activités humaines : pour la première fois depuis le début de l’histoire, l’humanité possède les moyens pour anéantir toute vie sur terre. La catastrophe ne se produit pas nécessairement en un instant – comme ce serait le cas si une guerre nucléaire mondiale était déclenchée –, elle se déroule selon une « logique cumulative » dont les effets, peu spectaculaires pendant une première période, deviennent de plus en plus visibles par la suite. Bien que Jonas ne soit pas seul à prendre position par rapport à ce danger, il est l’un des premiers à souligner que les éthiques anciennes ne suffisent pas pour y répondre puisqu’elles ne tiennent compte ni des effets de nos activités sur la nature ni des générations futures. Cependant l’objectif ne consiste pas tant à écarter les éthiques traditionnelles qu’à les compléter.

Le nouvel impératif catégorique

5Jonas pose une série de questions qui relèvent tantôt de l’éthique fondamentale tantôt de l’éthique appliquée : face à la puissance de destruction planétaire dont disposent les êtres humains, y a-t-il des devoirs inconnus jusque-là ? La morale inclut-elle le futur ? Finalement, concerne-t-elle la technologie également ? Afin d’y répondre, Jonas élève la préservation de l’environnement en une véritable obligation, nommée « responsabilité ». Par référence au philosophe de l’idéalisme allemand E. Kant, celle-ci prend la forme d’un impératif catégorique, c’est-à-dire d’un appel universalisable, d’une injonction qui « n’admet pas qu’on en soit déchargé » et qui n’est pas « révocable » (1990, p. 188) : « Agis de façon que les effets de ton action soient compatibles avec la permanence d’une vie authentiquement humaine sur terre », ou encore : « Agis de façon que les effets de ton action ne soient pas destructeurs pour la possibilité future d’une telle vie » (1990, p. 30-31).

6Nous avons là plusieurs idées originales qui répondent aux questions formulées plus haut : la loi morale implique bien les générations futures ; l’existence vaut mieux que la non-existence, ce qui fait que l’humanité a le devoir d’exister ; enfin, les choix technologiques ne sont pas neutres ou indifférents d’un point de vue éthique. C’est que selon Jonas, l’humanité n’est plus en droit d’ignorer ce qui est devenu une évidence, à savoir que nos comportements sont susceptibles de produire des conséquences nuisibles voire néfastes à long terme. L’éthique ne doit pas fermer les yeux devant cette vérité, elle est plutôt appelée à s’élever à la hauteur de notre pouvoir d’action effectif sous peine de demeurer abstraite.

7L’approche de Jonas se distingue par la place accordée aux connaissances empiriques et scientifiques dans la détermination des principes moraux. Toutefois, comme les conséquences futures de nos activités sur la planète sont probables sans être certaines, le philosophe recommande de tenir compte des pronostics pessimistes plutôt que des scénarios optimistes, car on se trouve face à des risques irréversibles et les enjeux sont trop importants pour que l’humanité puisse se permettre d’adopter une attitude d’attentisme. La formule « heuristique de la peur » exprime ce principe.

Critiques et interrogations

8Il est difficile de surestimer l’impact du Principe responsabilité sur les discussions philosophiques et sur le débat public. Cependant, les thèses développées par Jonas n’ont pas manqué de susciter de vives polémiques. Il y a la question de la collision des valeurs paraissant incompatibles : à quel type d’exigence accordera-t-on la priorité, entre la liberté et la justice, d’un côté, et la survie de l’humanité, de l’autre ? Le Principe responsabilité ne fournit pas de réponse claire à cette interrogation. Plus loin, Jonas n’hésite pas à envisager ouvertement l’hypothèse que la mise en pratique de l’éthique environnementale pourrait requérir l’instauration d’un régime autoritaire ; c’est la raison pour laquelle un certain nombre de lecteurs lui reprochent de sacrifier les institutions et procédures démocratiques à la préservation de l’environnement. Bien d’autres questions se posent, comme celle de l’acceptabilité des conséquences négatives. Jonas développe une éthique d’évitement du pire, or nous savons aujourd’hui que la détérioration de l’environnement a d’ores et déjà des répercussions observables sur les populations les plus démunies, sans même attendre l’avènement d’une catastrophe planétaire. Alors, comment faire en sorte que l’éthique environnementale ne justifie pas l’idée cynique de dommages et de souffrances « acceptables » ? Une troisième question restant ouverte est celle des niveaux de décision et des moyens effectifs pour s’opposer aux destructions en cours : quels sont les acteurs susceptibles d’assumer la responsabilité environnementale, et quelles mesures concrètes se trouvent à notre disposition ? Cette dernière interrogation intéressera particulièrement la RSE.

9Ceci dit, peu d’ouvrages rappellent avec tant de force que la question soulevée est préoccupante et qu’elle ne saurait être traitée avec légèreté, dès lors que les êtres humains sont eux-mêmes les auteurs des dégâts. De fait, le philosophe lutte inlassablement contre tout fatalisme, affirmant que la conscience des risques ne doit pas conduire à baisser les bras mais qu’elle doit au contraire encourager les efforts : « Ne croyez pas que les choses soient inévitables ». Ce faisant, il continue d’alimenter les réflexions sur la notion de responsabilité conçue comme un devoir qui incombe soit à une personne soit à une instance, et l’injonction à agir de manière à protéger et à promouvoir les intérêts d’autres personnes en tenant compte du contexte donné.

Bibliographie

L’édition critique de l’œuvre complète de Hans Jonas est en cours : Jonas H., 2006-2012, Kritische Gesamtausgabe der Werke von Hans Jonas, D. Böhler et W.C. Zimmerli (dir.), Freiburg, Rombach.

Jonas H. (1990 [1979]), Le Principe responsabilité. Une éthique pour la civilisation technologique, trad. de l’all. par J. Greisch, Paris, Flammarion.

Jonas H. (2000 [1992]), Évolution et liberté, trad. de l’all. et présenté par S. Cornille et P. Ivernel, Paris, Rivages.

Jonas H. (2001 [1966]), Le phénomène de la vie. Vers une biologie philosophique, trad. de l’anglais par D. Lories, Bruxelles, De Boeck, 19-44.

Jonas H. (2002), Pour une éthique du futur, éd. et trad. par S. Cornille et P. Ivernel, Paris, Rivages.

Frogneux N. (2001), Hans Jonas ou la vie dans le monde, préface de J. Greisch, Bruxelles, De Boeck.

Lories D., Depré O. (2003), Vie et liberté. Phénoménologie, nature et éthique chez Hans Jonas, Paris, Vrin.

Mboudou S.-C. (2010), L’heuristique de la peur chez Hans Jonas, Paris, L’Harmattan.

Pommier E. (2012), Hans Jonas et le principe responsabilité, Paris, Presses Universitaires de France.

Theis R. (2008), Hans Jonas, Paris, Michalon.

Annexes

Voir aussi

Définir la responsabilité sociale, Esprit du capitalisme, Justice sociale, Libéralisme égalitaire, Moralisation, Responsabilité, Travail, Utilitarisme

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540