Version classiqueVersion mobile

Jean Cocteau. La chute des angles

 | 
Danielle Chaperon

Précipitation

Texte intégral

Foudroyer par l’obscur langage
Le rire du prisme solaire
C’est à quoi mon règne s’engage.
(CO 9)

  • 1 Entre autres par le souvenir de Mallarmé.

1Il s’agit de figer un éclat, de circonscrire un rayonnement, une vibration, ceux de la lumière pourpre et de la colonne de nuances indescriptibles évoquées plus loin dans le recueil et auxquelles est comparé l’ange ; de décrire, justement, ce qui est rebelle à la description. Les mots s’organisent en imprécations, en charmes paralysants : « Rouge, rouge tu l’es parce que je te nomme » (CO 20). Alors de cette formule périssent les irisations, les papillotements, les nuances, les vibrations marginales de l’onde lumineuse. Ne reste plus que le beau langage immobile (CO 20), qu’un ange gelé1 : « L’ange entra [...]. Il était un bateau pris dans un bloc de glace » (P 142), « une incandescence qui gèle », une « nébuleuse qui se coagule» (PK 162). Au registre de la pétrification ne manque pas même la Gorgone :

Plus de profil ni de face.
Sur les armes de Persée
Il ne restera de trace
Autre que d’une pensée.
(CO 9)

2Pensée figée, sur le bouclier non nommé de Persée, tympan, rétine où vient s’inscrire, s’écrire en se statufiant, le chef rayonnant et reptilien de rencontre avec sa propre image stupéfiante.

3Toute une physico-chimie s’en mêle, car il s’agit de changer le mode d’être des objets, un mode d’être principalement dynamique, comme on l’a déjà vu, ceci par le simple contact avec l’appareil sensitif et cognitif humain.

4Une sorte d’alchimie est cause que l’ange, en entrant dans la chambre, a des allures de précipité (et d’ectoplasme tels que les spirites s’amusait à la fin du siècle dernier à les photographier).

  • 2 Bergson, L’Evolution créatrice, p. 12.

5Comprimé de substance angélique qui fait penser à une expression de Bergson qui remarque que « notre perception s’arrange pour solidifier en images discontinues la continuité fluide du réel »2. Par la perception, il se produit dans le réel une cristallisation, il se forme ce quelque chose de saugrenu qui est l’objet connu, un grain de sel au monde.

6Comme la perle se concentre au sein gluant de l’huître, se concrétise un caillot d’existence. Perle rassemblée autour d’un rien, comme les célèbres boules de neige de Dargelos qui « les durcissait jusqu’à ce qu’elles ressemblassent à ce boulet d’eau. Il n’y mettait jamais de pierre » (FPK 218). La boule de neige est le résultat d’une opération alchimique, elle est du néant compact (PK 137), ensemble accroché, collé, tassé, pelotonné du rien (PK 159). Pire : « La neige ! La neige ! on en mange et on garde sa soif » (PK 159) et celui qui n’est pas dupe, sa soif de savoir. L’écriture est une « fontaine pétrifiante » (OP 125), elle consiste à « rendre volumineux le concept », à « donner forme à l’informe » (loc. cit.). Ou encore : « il y a un monde entre images et se servir d’une image pour pétrifier de l’abstrait, le faire passer à l’état concret, le rendre pratique » (OCIX 228). Ainsi se fabriquent les textes, les mythes avant eux :

L’eau pétrifiante ne tue
Personne. Plonges-y, Narcisse.
Souhaitons que tu réussisses
A mieux devenir ta statue.
(FP 41)

7Tout comme la statue en pierre de Narcisse, le poème Heurtebise est pour son auteur un « monstre d’égoïsme » (JI 52) tant il faut de concentration autour de soi pour se faire exister à partir de rien. Toute forme de connaissance et d’expression « consiste à être du vide qui se distingue » (FPK 215). Car il ne s’agit pas de nier le néant par une création mais de rendre ce néant évident. Le poète est obsédé de ses concrétions comme par une question capitale :

La nature est trop bien portante. Elle affecte de ne penser à rien. Aussi chérissons-nous sa maladie la plus secrète : la perle et son plus profond calcul : le diamant.
(PCI 108)

8Serait-ce que la maladie de la nature n’est autre que la pensée de l’homme à son sujet, que ses illusions de connaissance ? L’ange est ce calcul, ce caillou, ou mieux le pléonasme paradoxal d’une faute de calcul céleste (O 13), cet accident du mystère lorsqu’il est découvert, une sorte d’impureté du secret, une paille de l’inconnu (FPK 239). L’ange est un grumeau du ciel, et s’il nous est donné loisir de divaguer encore de conserve avec Cocteau, l’ange est une tache visible dans l’invisible, un hématome, image du choc sur un épiderme. L’ange est un bleu du ciel. N’est-il pas le colporteur des boules bleues du ciel, de quoi teindre d’un blanc falsifié les draps, les tissus, les toiles, les écrans, et sur les rétines leur propre image ?

Ce sont les anges qui préparent
Les boules bleues de la lessive,
Ainsi les blanchisseuses lavent
A genoux dans le lavoir.

Puis tordent les ailes de linge
Puis suspendent partout des anges.

Comme l’ange et comme Jacob
Femmes et anges se battent
Se tirent les cheveux, les robes,
A pleines mains, à quatre pattes.

Le lavoir est un lieu cruel.
Parfois on se démet la hanche,
Mais toujours reviennent les anges
Apporter les boules de ciel.
(O 72)

9Prodigieuse annonciation dans une chambre à lessive où les anges sont mis à tremper dans une cuve alchimique, dans un bain de révélateur bleu. Les lavandières avec les mêmes cordes tendues et les mêmes pinces que les photographes, mettent à sécher leurs épreuves.

Notes

1 Entre autres par le souvenir de Mallarmé.

2 Bergson, L’Evolution créatrice, p. 12.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/65879/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

© Presses universitaires du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search