Versione classicaVersione mobile

Jean Cocteau. La chute des angles

 | 
Danielle Chaperon

Photographie

Testo integrale

  • 1 Pour tout ce qui concerne la photographie on ne saurait se passer du livre de Philippe Dubois, L’A (...)

1Certes, le mécanisme de la chambre noire soustrait une dimension spatiale, tranche le cône optique, mais aussi il effectue une coupe dans le temps : l’instantané est aux dimensions temporelles ce que la surface est aux volumes. Ou encore : l’immobilité est la « surface » du mouvement. Ainsi, la lisibilité du phénomène, son intelligibilité même ou celle de l’ange, est au prix de cette double coupure1.

Mon ange de céruse, ta beauté
Prise en photographie par une
Explosion de magnésium.
(O 49)

2Ange de céruse... ange de césure. Ainsi l’ange est-il pris, affiché, montré du doigt, et d’autres encore :

Judas reconnu sur une photographie,
L’ange empêtré dans son système de voiles.

L’ensemble de ces dénonciations retentissantes
Etonne la mort prise sur le fait.
(O 20)

3Il faut que le monde se fixe, pose, s’isole un instant du mouvement qui soustrait l’objet à la perception et le dissout dans le flux de la durée. Il faut que l’objet se fragmente analytiquement en une suite discontinue de vues séparées :

Il y a chez l’homme une sorte de fixatif [...]. Vivre est une chute horizontale.
Sans ce fixatif une vie parfaitement et continuellement consciente de sa vitesse deviendrait intolérable. Ce fixatif me manque [...]. Tout me prouve chez les autres le fonctionnement de ce fixatif ridicule, aussi indispensable que l’habitude qui nous dissimule chaque jour l’épouvante d’avoir à se lever, à se raser, à s’habiller, à manger. Ne serait-ce que l’album de photographies, un des instincts les plus cocasses de faire d’une dégringolade une suite de monuments solennels.
(OP 33)

4Aveu d’une infirmité ordinaire sur le mode de la dénégation. Rien moins que le processus d’inscription de l’homme dans le cosmique est au prix de cette illusion, ainsi que nous l’apprennent les étonnantes et suivantes phrases :

Il y aura décadence jusqu’au prochain cataclysme [...]. Ce cataclysme détruira tout. Effacera tout. Gommera tout. Transformera la glace des pôles, des mers et des terres. Et tous ces cycles se succèdent avec une vitesse qui doit en rendre le spectacle invisible [...]. Et pour l’homme il faut le vivre et découper le temps en minutes, en heures, en mois, en années, en siècles. Il est à croire que cette perspective de lenteur donne à l’homme le courage d’accomplir ce qu’il n’accomplirait pas s’il devinait que le cycle auquel appartient son histoire ne possède réellement aucune durée évaluable.
(PDI 221)

  • 2 Bergson, L’Evolution créatrice, PUF (Quadrige), 1983 [1941], p. 313. Pour Cocteau, Bergson est ave (...)

5Instinct ridicule mais vital, apotropaïque « instinct de conservation » (FPK 248) des sens et de la conscience et dont, par un renversement assez naïf, ce serait l’absence qui pèserait sur le poète, menacé en toute lucidité par le cosmos, alors que partout ailleurs c’est l’absolue et fatale nécessité de cet instinct qui est si lourde à supporter. Toujours est-il que le dispositif de la chambre noire serait un engin défensif, un organe modèle qui empêcherait que l’individu ne se dissolve, n’explose de concert avec l’univers phénoménal qui l’entoure, ne le rejoigne dans son cyclone, car le poète craint d’être emporté par le flux de la durée. Tout cela esquisse une élémentaire philosophie bergsonienne. Car Cocteau a lu (ou lira) dans l’Evolution créatrice des métaphores qui participent du même imaginaire : « L’intelligence, comme les sens, se borne à prendre de loin en loin, sur le devenir de la matière, des vues instantanées et par là-même immobiles »2. Suit alors chez Bergson, une description des procédés cinématographiques dont la conscience use pour se donner l’illusion d’une continuité en restituant aux images un mouvement artificiel qui n’a rien de commun avec celui où est engagé le réel.

  • 3 Langevin, « Le temps, l’espace et la causalité », in La Physique depuis vingt ans, Gaston Doin Ed. (...)
  • 4 Eddington, La Nature du monde physique, Payot (Bibl. scientsifique), 1929, p. 63.
  • 5 Sans s’attarder sur les détails, rappelons que la relativité est une conséquence de la limite abso (...)

6Tout cela est plus grave encore qu’on ne le croit puisque l’équivalent français d’Einstein affirme que « pour définir l’espace, on ne peut envisager que l’état du système à un moment donné, on doit faire dans l’ensemble le plus complexe de l’univers une coupe à temps donné »3. Ainsi, la coupe «photographique» contribue, contre le typhon temporel, à rien moins que la création de l’espace. Et Eddington d’aller plus avant : « La structure du monde en elle-même ne renferme rien d’équivalent à ces tranches de séparation que constituent les instants simultanés : ce sont des cloisons imaginaires que nous trouvons commode d’adopter »4, ou encore : « Nous avons pris l’habitude de considérer le monde comme « stratifié », les couches successives étant le groupement d’états instantanés. Mais un observateur placé sur une autre étoile verra les couches disposées suivant une direction différente de celle où nous les voyons »5. C’est l’habitude de Cocteau de transposer des découvertes opérées dans le domaine macrophysique à l’échelle humaine. L’espace sidéral pèse sur ses épaules.

7Le poète prendra un parti singulier et retournera l’infirmité à son profit, c’est dans l’instant qu’il voudra découvrir les mystères de l’univers. N’oublions pas que c’est le photographe des Mariés de la Tour Eiffel qui prononce la phrase si célèbre : « Puisque ces mystères nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs » (MTE 87).

Note

1 Pour tout ce qui concerne la photographie on ne saurait se passer du livre de Philippe Dubois, L’Acte photographique - Labor/Fernand Nathan, Bruxelles - Paris, 1983.

2 Bergson, L’Evolution créatrice, PUF (Quadrige), 1983 [1941], p. 313. Pour Cocteau, Bergson est avec de Broglie et Poincaré l’un des rares savants qui aient du style.

3 Langevin, « Le temps, l’espace et la causalité », in La Physique depuis vingt ans, Gaston Doin Ed. (Encyclopédie scientifique), 1923, p. 315.

4 Eddington, La Nature du monde physique, Payot (Bibl. scientsifique), 1929, p. 63.

5 Sans s’attarder sur les détails, rappelons que la relativité est une conséquence de la limite absolue de la vitesse de la lumière. Il n’existe entre deux corps éloignés aucune interaction simultanée. C’est là une des découvertes les plus étonnantes d’Einstein.

© Presses universitaires du Septentrion, 1991

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search