Version classiqueVersion mobile

Jean Cocteau. La chute des angles

 | 
Danielle Chaperon

Caméra Obscura

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au fil de cette présentation d’un ange, peut-être anodin, s’est effectué le bricolage sournois d’un modèle :

  • une chambre
  • un orifice
  • un monde extérieur à la chambre
  • un rayon de lumière,

et le tout est une camera obscura, ou plutôt ici une camera poetica, appareil de prise de vues. La poésie serait l’inscription d’une angélique image lumineuse, une photographie. Déclic :

[...] la phrase entre toutes
et qui
non point rampe
de ci de là,

mais émerge
d’un seul déclic
hors de sa nuit blanche,
et entre à pieds joints dans le chant
(DGS 176)

Saut d’un ange, d’une image permise par l’ouverture gracieuse d’un iris, d’un sténopè. Sténopè unique car les deux vitres de la tradition se confondent pour constituer la fenêtre de Cocteau. De même le rayon, issu de la colombe du Saint-Esprit dans l’iconographie, est assimilé à l’ange messager. De la colombe divine s’écoule, vers une nouvelle Danaé, une averse fécondante. De l’ange se profère une gerbe de mots dorés, de luisance, de signifiance. L’iconographie religie...

© Presses universitaires du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search