Version classiqueVersion mobile

Quelqu’un danse

 | 
Jean-Michel Rey

Liminaires

Texte intégral

1Il te faut aussi mettre en comparaison les caractères des animaux avec ceux des hommes et observer les dispositions et sentiments de chaque individu selon les ressemblances qu’ils ont avec l’animal correspondant. /.../

2Les oiseaux nocturnes et qui restent inactifs le jour représentent des adultères ou des voleurs ou ceux qui ont leur travail la nuit : ainsi la chouette, le corbeau de nuit, l’effraie et autres semblables. Ceux des oiseaux qui ont plusieurs registres en leur voix représentent des hommes qui parlent beaucoup de langues et très savants : ainsi le corbeau, la corneille, la pie et autres semblables. Ceux qui séjournent volontiers au même lieu représentent les hommes qui habitent dans le voisinage et à votre porte. /.../

3Tiens en mémoire que, pour tous ceux des animaux qui, restant les mêmes, peuvent prêter à une pluralité d’interprétations, il faut tenir compte d’elles toutes. /.../

4Au surplus, eu égard à tous les animaux pris ensemble, rapporte ceux qui sont apprivoisés et domestiqués aux membres de la famille, ceux qui sont sauvages aux ennemis ou à la maladie ou à une circonstance fâcheuse ou à un malheur : car ennemis, maladies, malheurs nous nuisent de la même façon que les bêtes féroces.

Artémidore

*

5Le pauvre oiseleur, auquel il n’était rien arrivé d’extraordinaire dans son existence que ce qu’il avait procréé lui-même, était assis rêveur au pied d’un arbre, lorsqu’il s’entendit apostropher d’en haut en termes humains, mais étrangers : « Filou/bourreau ! sacré diable !, etc. » criait une voix dans le ciel bleu ; et en même temps un anneau d’or tomba à ses pieds. Il le ramassa, et leva la tête. Un oiseau vert, gros comme un perroquet (c’en était un probablement), passait au-dessus de lui, et prit congé en le traitant de filou, comme il l’avait fait pour lui souhaiter la bienvenue. Comme les pies, les choucas et autres oiseaux philologues (sprachkundige Vögel) qui pèchent volontiers contre deux commandements voisins, le septième et le huitième, l’oiseau avait sans doute volé l’anneau.

Jean-Paul

*

6« Un cordonnier du village, athée, blasphémateur, vient de mourir. Un choucas de clocher, dont il était propriétaire, abandonné maintenant, s’est fixé sur le toit d’un voisin. Pendant la veillée mortuaire, le choucas se révèle dans la chambre, sans que les assistants puissent expliquer sa présence. Le jour de l'enterrement, l’oiseau noir accompagne le convoi, et au cimetière, pendant la cérémonie, il se perche sur le couvercle du cercueil.

7Les matins, cet animal me suit le long des chemins, ce qui m’inquiète, à cause de la population superstitieuse. Un jour — le dernier — le choucas me conduit par les rues du village, en poussant des cris affreux, mêlés de mots grossiers que lui avait appris le blasphémateur. Alors, deux petits oiseaux, un rouge-gorge et une bergeronnette entrent en scène, et poursuivent le choucas de toit en toit. Le choucas se sauve hors du village, et se réfugie sur la cheminée d’une cabane. Au même moment, un lapin noir sautille devant la maison et disparaît dans l’herbe.

8Quelques jours plus tard, on constate la mort du choucas. Il avait été tué par les gamins qui le détestaient à cause de son penchant au larcin. »

A. Strindberg

*

9Adieu

10Les corneilles en criant
Gagnent la ville d'un vol bruissant :
Il va bientôt neiger —
Heureux celui qui a encore une patrie !

11Voici que tu t’arrêtes, pétrifié,
Regardes en arrière depuis combien de temps ?
Fou, pourquoi aussi t’es-tu enfui
Dans le vaste monde — à l’entrée de l’hiver ?

Nietzsche

*

12« Les choucas, corbeaux et autres oiseaux noirs ne se rencontrent pas dans les endroits découverts et lumineux. »

Otto Weininger

*

13« En fait je crois qu’on n’a jamais donné sa chance à la théorie onomatopoétique. Cf. Crack, creak, croak, crake, graculus, crackle. Ils doivent être onomatopoétiques. »

14« L’autre jour, j’entendis une corneille crailler tristement. Elle était perchée sur un arbre dans un champ à ma gauche. »

15« ... nous sommes séparés par une longue distance à vol de corbeau — distance que la plume de corbeau, dût-elle suivre la direction de mes pensées, ne saurait franchir. »

Gerard Manley Hopkins

© Presses universitaires du Septentrion, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search