Desktop versionMobile Version

Francis Ponge : actes ou textes

 | 
Jean-Marie Gleize
, 
Bernard Veck

Conclusion

Volltext

1C’est à peu près au moment où finissent de s’écrire les pages qui précèdent que Francis Ponge décide de rassembler, pour les publier en volume, les deux textes d’« avant-printemps » parus dans les revues l’Ephémère et Tel Quel il y a une quinzaine d’années déjà. Le titre du nouveau livre, Nioque de l’Avant-Printemps dit la leçon du temps sériel, la « sagesse » du cycle des saisons, l’orientation de l’écriture par la connaissance de la nature, de ses rythmes, de ses fructueuses renaissances, mais, à la fois, et sur ce point l’écrivain se permet d’insister en quelques lignes de présentation, la significative coïncidence entre cette méditation « poétique » et le surgissement peu après d’une série de soubresauts ou de symptômes historiques, politiques, en Europe et aux Etats-Unis. L’ensemble de ces notes aura donc connu, et comme superposé, trois temps : écrites dans les années cinquante (au moment de la guerre froide et d’une période de grande solitude pour l’auteur) ; publiées une première fois à la fin des années soixante (en « préface » immédiate à d’importantes turbulences et, partiellement, dans une revue qui participait alors au plus vif du débat sur tous les fronts) ; définitivement éditées enfin au début des années quatre-vingt (dans le contexte d’une crise qui n’épargne ni les valeurs critiques ni les certitudes des « avant-gardes » de la décennie précédente). Nul doute que Ponge joue ici avec le temps : avec la Musique du Monde (le chant général éternel du Monde), vers l’utopie, connue comme telle, d’un Livre ou Poème ; avec la musique des choses ici-maintenant (celle des baisers et des fritures), dans le discontinu jeté, circonstancé, d’un « journal » ; avec le devenir collectif, social, à l’échelle des battements courts de l’Histoire, la laissant « travailler » son texte, choisissant de montrer (par la décision de non publication ou de publication, à intervalles choisis) comment cette histoire aussi bien peut l’écrire, l’autoriser, l’interpréter. Ces métamorphoses de la Nioque sont une confirmation : tout se passe comme si la publication (sans y rien « arranger ») de l’écriture notulaire, du fragment journalier multigénérique, du brouillon centrifuge pour un texte possible, avait pour effet de laisser à l’écrit le maximum de son activité, de son imprévisible et troublante infaillibilité à court, moyen et long terme ; comme si un « carnet » laissé ouvert au multiple de ses chances et de ses occasions, dans son tremblement même, était clairement pour Francis Ponge la forme nouvelle, la plus susceptible d’être indéfiniment offerte à l’avenir, infiniment dépassante (doublant à grande vitesse productive tous les petits objets bouclés et bouchés qu’on n’en finit pas cependant d’identifier à la poésie). La leçon de Ponge est-elle entendue ? Il va de soi que l’enjeu ne saurait être simplement la conversion d’un travail en bon objet d’étude : même si la nouvelle génétique a tout à gagner à prendre très au sérieux cette œuvre exemplaire, c’est à la littérature qui se fait qu’il faut d’urgence poser la question du compte qu’elle en tient. Il est à craindre que la crispation unitaire (le poème, le livre) et son double (le refoulement systématique du brouillon comme déchet) restent longtemps encore les points de fixation forts de notre mythologie culturelle. C’est bien le sens de notre dédicace à Denis Roche, pour ce qu’en dit justement Francis Ponge : il fait penser « à la phrase d’Apollinaire : « Nous, de l’avenir ». Il ouvre et perce. Cela dépend du passé comme rupture avec le passé. »

© Presses universitaires du Septentrion, 1984

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search