Version classiqueVersion mobile

Francis Ponge : actes ou textes

 | 
Jean-Marie Gleize
, 
Bernard Veck

I. Situations, repères

L’exemplarité du Malherbe

Texte intégral

Pour un Malherbe (1951-1957)/(1965)

1A ne le considérer que selon les critères dominants de la « perfection » littéraire, Pour un Malherbe est un échec, puisqu’il présente six ans d’écriture sans aboutissement textuel sanctionnant une aussi longue activité ; ce qui se donne sous les dehors d’un « livre » monumental (333 pages dans un format in-quarto couronne) rassemble notes et documents, chronologiquement, du 21 juin 1951 au 24 juillet 1957, scandés en huit chapitres inégaux ordonnés par le temps.

2Ouvrage qui pourrait se classer dans la série « journal poétique » bien présente au moins depuis les textes de La Rage de l’Expression dans l’œuvre de Ponge.

  • 10 On pourra voir d’autres exemples de publications différées dans la troisième partie de cet ouvrage (...)

3On ne se hâtera pas de réduire le Malherbe à l’expression délirante d’un narcissisme exacerbé ou à la preuve d’une politique de publication qui ferait flèche de tout bois. En effet, il faut lire les huit ans qui diffèrent l’édition de ce travail autrement que comme retard dû aux hasards de la librairie10.

4Durant ce « temps de latence » voit le jour (en 1961) le Grand recueil, et l’année même où se publie Pour un Malherbe est celle où Tome Premier achève le regroupement entrepris de l’œuvre, clôturant et découpant du même geste une première période de production, tout en préservant, dès le titre, la possibilité d’une autre (seconde) époque de l’écriture pongienne.

5Relevant de la même stratégie que les deux ensembles précédemment cités, le Malherbe césure et jalonne le travail de Ponge au plan de l’œuvre entière ; il est à lire non comme une excursion déviante, mais comme un acte solidaire de ce qui se met en place au cours des années soixante.

1. Le livre des circonstances

6L’écriture au quotidien de ce qui se constituera comme Pour un Malherbe est déterminée par une succession de projets, aboutis ou non :

  1. Une commande des Cahiers du Sud en vue d’un numéro sur Le Préclassicisme français occupe deux chapitres : « du 21 juin au 11 octobre 1951 » et « Malherbe d’un seul bloc à peine dégrossi », qui se donnent comme avant-texte et texte, le second « chapitre » ayant été publié dans le numéro des Cahiers du Sud (1952) ;

  2. Un projet de Ponge destiné à la collection « Ecrivains de Toujours » (Seuil) occupe les chapitres III (« du 26 juillet au 16 septembre 1952 »), VI (« du 19 décembre 1954 au 26 mai 1955 ») et VII (« du 22 au 27 décembre 1955 ») ; projet déçu : Malherbe par lui-même ne verra pas le jour ;

  3. Une commande (obtenue par l’intermédiaire d’Henri Calet) de scénario pour la radio américaine, et sa réalisation, occupent les chapitres IV (« du 3 au 6 octobre 1953 ») et V (« Malherbe Radio-U.S. ») interrompant le travail pour le Seuil ;

    • 11 Cf. Pour un Malherbe, p. 314.

    Un projet, qui semble naître à la suite d’une proposition de Paulhan (Cf. le troisième texte daté du 26 février 1955 : « (Pour une éventuelle publication dans la N.R.F. – comme Paulhan me l’a demandé – d’un fragment de ce Malherbe) » d’édition « monumentale » des œuvres de Malherbe dans la Bibliothèque de la Pléiade ; c’est au travail sur l’introduction de cette édition qu’est consacré le chapitre VIII (« du 13 avril au 24 juillet 1957 »). « Tel était notre espoir, note Ponge en bas de page, le 25 décembre 1964, à l’heure présente déçu »11.

  • 12 Cf. Pour un Malherbe, p. 241.

7Pour un Malherbe s’ordonne selon les opération successives menées par Ponge pour « promouvoir » Malherbe ; à l’écrit, à la radio, il faut ajouter des conférences dont l’une est mentionnée dans le livre (celle du 31 mars 1955, à Gand)12.

  • 13 Cf. Pour un Malherbe, p. 267.

8Ponge présente même tout un programme d’action : sous le titre (marginal) : « parti à tirer de mon travail sur Malherbe », en date du 26 avril 195513, il énumère :

91. La monographie du Seuil.

102. Un livre tout à fait moi, fait de l’ensemble de mes notes (le corps-à-corps journalier, ou le mariage).

113. Un Malherbe dans la Bibliothèque de la Pléiade, chez Gallimard.

124. A la radio, à propos du Quatrième centenaire peut-être, une apothéose très sonore.

13Par ailleurs, proposer à quelque éditeur le principe d’une collection de livres reproduisant exactement (par le moyen de la photo par exemple) les éditions « princeps » de toutes les grandes œuvres littéraires.

145. Au cinéma :

    1. l’épisode Charlotte de Montmorency ;

    2. la mort du baron de Lus (court métrage documentaire) ;

    3. les ballets de cour, les carrousels, etc.

  • 14 Il faut signaler, dès cette approche des chapitres du Malherbe, la particularité de la page 293, qu (...)

15De ce vaste programme, seul le second point sera réalisé avec Pour un Malherbe14.

  • 15 Cf. J. Thibaudeau : Ponge, Gallimard, p. 40.
  • 16 Cf. Ph. Jaccottet : « Malherbe comme modèle », in L'entretien des Muses, Gallimard, p. 122.

16Publication d’un échec, mais aussi d’une détermination, d’un engagement qui sous-tendent cette rage d’écriture de six ans en faveur de Malherbe, sans que les circonstances suffisent à l’entamer ; dès 196115, Ponge entreprend de faire un livre de son travail acharné, avec Gaston Gallimard, à contre-succès si l’on peut dire. Mais Pour un Malherbe, s’il faut l’évaluer en termes de réussite, ne peut se résumer à une somme d’entreprises avortées ; sa composition nous avertit que l’aboutissement du texte n’est lui-même que circonstanciel : Malherbe d’un seul bloc à peine dégrossi le proclame dès son titre ; Ponge a l’intention d’arriver à autre chose, s’agissant de Malherbe, qu’à un texte définitif, si « parfait » puisse-t-il être jugé au moment où il est écrit : le paradoxe donné à voir, c’est l’écriture se relançant de sa prétendue « fin », et charriant, comme un courant, ce qui aurait pu figurer comme achevé dans un recueil : Malherbe d’un seul bloc, Malherbe radio-U.S., écrits pour la publication, mais aussi des passages relatifs au bouquet de haricots secs, ou à l’incendie des pétroles de Rouen, des souvenirs (Caen, Nîmes), et nombre de réflexions théoriques pourraient se suffire à eux-mêmes ; c’est bien parce que ce qui s’écrit dans Pour un Malherbe excède les genres (même ceux que Ponge, à ce moment-là, a pu penser inventer et pratiquer), que de tels textes y figurent, en relation avec tout le reste, comme « des sortes de “nœuds” de densité maximum », selon l’heureuse expression de Jaccottet16.

2. Le parti pris de Malherbe

17La rencontre avec Malherbe ne se produit pas avec la commande des Cahiers du Sud. La circonstance se trouve défaite par la particularité de la biographie de Ponge, tressée de Malherbe à différents niveaux : imprégnation par les lieux (Caen, la Provence) coïncidence entre des époques similaires (la virilité de la barbe succédant à la moustache efféminée de l’époque Henri III, comme la barbe du père de Ponge aux moustaches et autres attributs des symbolistes et décadents divers de l’époque 1900), correspondances philosophiques (éthique issue du protestantisme) et esthétiques (goût de la langue et de sa mise en concert, travail acharné), ces points communs ont été soulignés par les divers commentateurs du Malherbe. Il en est un sur lequel nous voudrions nous attarder, c’est celui qui, dans la sensibilité pongienne, identifie, dès la première campagne d’écriture, Malherbe à la pierre :

  • 17 Cf. Pour un Malherbe, p. 11.

Chaque jour, à Caen, pendant des années, allant de chez nous, place de la République, au lycée, je passais devant sa maison, où se voyait cette inscription en belles grandes lettres bien lisibles : ICI NÂQUIT MALHERBE EN 1555.17

  • 18 Cf. Pour un Malherbe, p. 13.
  • 19 Cf. Pour un Malherbe, p. 15.

18Malherbe, mauvaise herbe, male herbe, déployée de son nom, « qui ne sert à rien, sinon à disjoindre les pierres, sinon à perpétuer l’herbe »18 sera aussi pierre : « Brusquement, avec Malherbe, on roule sur le pavé royal »19, ce qui entraîne le projet d’un monument au poète :

  • 20 Cf. Pour un Malherbe, p. 16.

Où prendre les moellons pour une construction en l’honneur de Malherbe, et qui soit digne de lui ? il faudrait de ces grandes pierres de taille (pierre de Caen), longues comme des adverbes en ment. De la pierre taillée en cubes ou parallélépipèdes, pour leur ajustement sobre et pratique.20

  • 21 Cf. Pour un Malherbe, p. 308, par exemple : « Une édition monumentale, non /... / savante, non érud (...)
  • 22 Cf. Pour un Malherbe, pp. 328-329 : « Ici, je ne sais pourquoi, me revient à l’esprit un passage de (...)

19De cette construction, Malherbe d’un seul bloc à peine dégrossi, poursuivant la métaphore, donnera l’échantillon, en même temps qu’il affirmera l’inachèvement et la difficulté de la tâche. D’un bout à l’autre de l’entreprise, court une volonté maçonne et monumentale, jusque dans le projet d’édition de la Pléiade21, volonté dont les nombreux plans-échafaudages gardent la trace. La rhétorique minérale-sculpturale est homologue au caractère que reconnaît Ponge à l’œuvre de Malherbe, en accord avec la « méthode » d’une rhétorique par objet. Malherbe, cependant, ne peut être considéré seulement comme tel (objet), dans la mesure où Ponge s’est jusque là le plus souvent intéressé aux objets du monde muet, encore qu’il partage avec eux, outre certains caractères (dans le sens « minéral », on pourrait ajouter Malherbe-fortification, Malherbe-donjon, Malherbe-roc ou rocher, etc. d’où surgira le rapprochement avec un passage du galet)22, la déréliction et l’oubli dans lequel il est tenu, au même titre que la lessiveuse ou le cageot, ce qui le désigne à l’attention de l’auteur du Parti pris des choses ; Malherbe, en outre, est un individu humain, inscrit dans une histoire, à saisir à travers (en tenant compte de) l’épaisseur temporelle.

  • 23 Cf. Pour un Malherbe, passim et p. 263 : « On ne devrait parler que de ce qu’on aime ou qu’on admir (...)

20Ce qui justifiera violence et colère dont doit s’animer le monument à Malherbe, élevé en « réparation », en expiation pourrait-on dire23, à ce qu’il a subi au fil des générations de cuistres qui l’ont réduit et ignoré :

  • 24 Cf. Malherbe d’un seul bloc à peine dégrossi (Pour un Malherbe, p. 45).

Voilà, pour faire hurler ou s’esclaffer à leur guise les crétins et les pitres qui se figurent, d’ailleurs fort sérieusement, que les mouvements de leur cœur nous intéressent. Et pour étonner un peu les professeurs et les potaches qui n’officient pas seulement à leur habituel râtelier, mais font les fiérots dès qu’ils peuvent dans les principales salles de rédaction et les plus célèbres comités de lecture de la Capitale (Capitale de la sottise, Baudelaire dixit). Tympanisons-les sans pitié.24

21Il faut remettre Malherbe à la place qu’il mérite, et pour ce faire, prendre résolument parti pour lui (pour les valeurs qu’il représente), et contre ce qui lui est opposé dans l’histoire littéraire, et dans les pratiques contemporaines : le parti pris est aussi engagement, jusqu’à la polémique virulente :

  • 25 Cf. Pour un Malherbe, pp. 147-148 ; où l’on voit que 1’« approbation », la « louange » pongiennes n (...)

Oui, nous travaillons à une nouvelle raison, mais non, ce n’est pas celle qui nous est ordonnée par Marx, ni Hegel.
Oui, nous marchons contre (et avec) Baudelaire, Nietzsche et Rimbaud, mais non en faveur du retour aux anciens genres (sonnets, odes, etc) : contre Aragon et la poésie tsariste.
Oui, nous travaillons à un renouvellement des esprits, mais non en ce qui concerne leurs rapports sociaux (si, quand même) : plutôt, en ce qui concerne leur rapport avec le monde muet.
Oui, nous travaillons à une nouvelle conception de l’homme par l’homme, mais non selon la vieille idée d’une suprématie ou précellence quelconque de l’homme sur les autres espèces.
Oui, c’est l’homme de l’objeu que nous préparons, et non l’homme d’un nouveau dogme.
Oui, nous entrerons dans un nouveau Paradis, mais non un Paradis de l’Homme, plutôt au Paradis (ou aux jardins) des Raisons adverses, au Paradis de la Variété, du Fonctionnement, du Libre et Virtuose Jeu, de la Jubilation (Etrusque), de la Gambade, de la Danse, de la Saltation Universelle (de la Bouffonerie – au sens shakespearien, celui de la Tempête, du Songe, de la Nuit des Rois – universelle).
Oui, la Raison à plus Haut Prix (oui Malherbe, Horace, La Fontaine, Rameau, oui Cézanne, Mallarmé, Seurat, Satie, Lautréamont, R. Roussel, Marcel Duchamp, Ravel, Stravinsky, Picasso) oui Parade, oui l’ironisation du Musée de l’Homme (par Picasso).
Oui, les Bons Maîtres (ceux-là), non les Mauvais (de Ronsard à Michaux).25

  • 26 Cf. les préférences affirmées par Ponge (Pour un Malherbe, p. 187) :
    « J'ai toujours préféré aux clo (...)

22A la tendance qui déploie le monument à Malherbe (ou qui désire l’élever) répond, selon la même métaphore un Malherbe comme « socle d’attributs » refermé sur son nom26, permettant de faire le point, d’orienter le champ de la littérature comme une sorte de champ magnétique où tout s’ordonne selon l’aimant.

  • 27 Cf. Pour un Malherbe, p. 23 : « Redonner à la langue l’ordre et la force qu’il lui donna, voilà le (...)

23Malherbe n’est plus seulement l’objet, moment ou jalon de l’histoire, qu’il s’agit de commémorer (ou de remettre en mémoire), il est aussi sujet, (ré)générateur de la langue et de la littérature française27.

3. Malherbe comme condition

24De façon oblique, dès l’épigraphe de Pour un Malherbe, joue l’ambiguïté entre objet et sujet :

  • 28 Cf. Pour un Malherbe, p. 7.

Au milieu du « torrent de ma vie »
ou de ce qu’on appelle
euphémiquement
« le cours de mes pensées »
fut roulé un jour
ce petit rocher :
MALHERBE
et voici
ce qui en résulta28

25Au thème du rocher, déjà évoqué, répond entre guillemets une évocation du premier vers de la Divine Comédie :

  • 29 Traduction Pézard, Bibliothèque de la Pléiade.

Je me trouvai dans une selve obscure
Et vis perdue la droiturière voie /... /29 ;

26sans penser à calquer mécaniquement l’entreprise pongienne sur celle de Dante, certaines formules permettent de préciser le rôle assigné par Ponge à Malherbe, par exemple :

  • 30 Cf. Pour un Malherbe, p. 26.

Nous sommes perdus au milieu d’une foule de plus en plus dense et grouillante (c’est la Chine) où, même avec l’espoir de nous hisser au-dessus d’elle, à quel ordre nous accrocherions-nous ?30

  • 31 Passim et par exemple, Pour un Malherbe, pp. 49-50 : « Chercher un homme, ce n’est pas trop notre g (...)
  • 32 Cf. Pour un Malherbe, p. 291 : « Un des points importants de mon Malherbe est celui-ci : on ne peut (...)

27La « selve obscure » dantesque nous semble correspondre à la « Chine » pongienne, qui se dit aussi « chaos », « honteuse anarchie où nous nous trouvons », reliant le littéraire au civique, comme déjà le faisait Dante au sujet de la Florence du XIIIe siècle ; Malherbe guide est à placer du côté de ce Virgile surgi pour mener une quête vers Béatrice, la Beauté, que l’on retrouve tout au long de Pour un Malherbe31. Comme le poète latin à Dante, Malherbe propose à Ponge la perfection selon un ordre révolu, et non un modèle à copier : la révolution littéraire en France a commencé à avoir lieu avec la « génération de 1870 », Lautréamont, Mallarmé, Rimbaud accompagnant Cézanne ; Malherbe, de l’autre côté de la coupure qu’il n’est pas question d’ignorer, fonde une ère littéraire datée et désormais close32 ; mais, ordonnateur de la langue française, il ajoutera ses qualités (mises à l’épreuve par le Temps, comme celles du Virgile de Dante) à celles de la littérature moderne, pour permettre l’avènement de valeurs nouvelles. Car

  • 33 Cf. Pour un Malherbe, pp. 241-242.

L’œuvre de Malherbe est incroyablement solide. C’est le donjon de la littérature française. Je dirai même de la langue française.
On peut le trouver rude, gris, ennuyeux, trop noble ou trop prosaïque, trop trapu ou trop abrupt, terre à terre, sans élévation. N’importe.
C’est le donjon, le réduit de notre langue ; c’est son noyau le plus dur, le plus indestructible, Et, comme le noyau, il en contient le germe (éternel ; ou, pour mieux dire encore, le principe perpétuel.33

  • 34 Cf. Pour un Malherbe, p. 193 : « Non, nous ne renoncerons pas à l’avenir. Non, parce que nous nous (...)

28Du monument désiré, Ponge passe, indissociablement, à la recherche de cet irréductible, condition nécessaire, sinon suffisante, de la poursuite d’une vie et d’un travail littéraire dans le domaine français, à la façon dont Virgile, par-delà des siècles de culture, pouvait proposer un appui et un sens, depuis le centre de la latinité, au travail de Dante dans la langue toscane. Le monument dynamisé devient alors « tremplin »34.

29Pour un Malherbe dit donc la lente traversée, sous le signe, le « palladium » de Malherbe, de tout un enfer d’obstacles/scrupules, vers le socle d’attributs indispensable, au sens fort, à la littérature de l’avenir.

30Mais comment réussir à dire en littérature Malherbe, lui-même condition de la littérature, donc peu ou prou hors littérature, position qu’il occupe à la semblance du Soleil par rapport à la nature, central, moteur et hors-jeu ?

31Les deux « objets », si spécifiques dans l’œuvre de Ponge, sont à lire ensemble.

4. Malherbe quant au soleil

  • 35 Une mise en parallèle plus poussée des thématiques des deux textes ne saurait ignorer le sort fait (...)

32Il est tout à fait remarquable qu’au travail sur Malherbe corresponde, chronologiquement, la dernière phase d’élaboration du Soleil placé en Abîme, daté 1928-1954 ; nombre d’autres textes sont contemporains de l’écriture du Malherbe, cependant, peu d’entre eux offrent des thématiques aussi proches de la sienne. Notre propos n’est pas ici de (chercher à) faire correspondre à tous les thèmes d’un des deux textes tous les thèmes de l’autre, mais de remarquer quelques-uns d’entre eux pour mieux éclairer la position de Pour un Malherbe35.

a) Le parti pris comme réalisme : Malherbe et le Soleil noyaux

33Le soleil, comme Malherbe, est condition d’un système :

  • 36 Le Soleil placé en abîme, Pièces, p. 157 ; tout un jeu pulpe-noyau-soleil, excédant le cadre de cet (...)

Le jour est la pulpe d’un fruit dont le soleil serait le noyau. Et nous, noyés dans cette pulpe comme ses imperfections, ses taches, ses crapauds, nous sommes asymétriques par rapport à son centre. Son rayonnement nous enrobe et nous franchit, va jouer beaucoup plus loin que nous36.

  • 37 Pour un Malherbe, p. 94.

Je ne parle pas d’idées, mais d’institutions, et comme de monuments : le Louvre et le Louvre-de-Lecture (Malherbe).
Comme, au Louvre, il y eut un noyau, autour duquel s’est cristallisé tout le reste, ainsi dans la littérature française, dans l’esprit français, il y a un noyau. Ce noyau, c’est l’œuvre de Malherbe, sur laquelle on se cassera les dents éternellement37.

34Deux termes indépassables qui permettent et définissent (clôturent, aussi bien) le fonctionnement des systèmes respectifs produits sous leur loi (qui se résume à leur existence) : à tous les sens du terme, le soleil et Malherbe commandent tous les éléments du système (solaire ; de la littérature française).

35De là Ordre et limite (cosmique, littéraire) produisant de quelques manière une incarcération :

  • 38 Le Soleil placé en abîme, Pièces, p. 157-158.

La nuit c’est le spectacle, la considération ; mais le jour la prison, les travaux forcés de l’azur38.

  • 39 Pour un Malherbe, p. 199.

(Malherbe) Notre cause et notre exemple ; notre origine et notre prison, et encore, nous devons le vouloir, notre destin (l’image de notre meilleur destin)39.

  • 40 Pour un Malherbe, p. 186.
  • 41 Pour un Malherbe, p. 187.

36Transgresser amènerait à la mort (cosmique, littéraire) ; le réalisme consistera à approuver ; Pour un Malherbe rappelle opportunément que le Parti pris des choses a failli s’appeler « l’approbation de la nature »40 ; pour ce qui concerne le Donné (historique, culturel, littéraire) français, il faut « contresigner l’œuvre du Temps », selon une des méthodes qui, au plan de l’écriture, font rechercher les racines des mots comme garantes des significations41. Ce qui n’équivaut ni au fatalisme, ni à un étymologisme pseudo-scientiste. Dans chaque cas, c’est de la reconnaissance des limites du domaine qu’il s’agit, préalable à une avancée.

37Mais là où l’on « se casse les dents » dans le cas de Malherbe, le soleil ne révèle que manque :

  • 42 Le Soleil placé en abîme, Pièces, pp. 161-162.

Le soleil ne peut être remplacé par aucune formule logique, car le soleil n’est pas un objet.
Le plus brillant des objets du monde n’est – de ce fait – nonn’est pas un objet ; c’est un trou, c’est l’abîme métaphysique : la condition formelle et indispensable de tout au monde. La condition de tous les autres objets. La condition même du regard42.

38Deux types de « butées » se dessinent, déterminant en réponse deux types d’écriture, que l’on précisera d’une seconde thématique commune, harmonique comprise déjà dans le thème nucléaire : Origine, génération appartiennent au thème du père.

b) Deux paternités

39La place paternelle, transcendante et dominante, est de droit, et selon une longue tradition symbolique, occupée par le soleil ; quant à Malherbe, l’arracher à l’histoire littéraire, aux « questions de cours », sera une des premières tâches du travail pongien :

  • 43 Pour un Malherbe, p. 50.

Voilà l’homme, honteusement renié en France même, que nous pouvons aligner tranquillement au rang de ses contemporains les plus illustres : Cervantes et Gongora, Shakespeare et François Bacon.
L’on comprend déjà que je ne puisse aucunement me prêter à l’installer nulle part ailleurs. Ni même, chers Cahiers du Sud, dans votre Hôtel des Préclassiques. Restauré selon le vrai goût, s’il doit l’être, il ne se peut qu’il ne comporte une chambre vide, celle de ce locataire, depuis beau temps parti pour loger ailleurs. Mais vous l’avez assurément compris quand vous m’avez chargé de cette affaire, moi qui, en cette sorte de matière, ne veux ni ne peux, sans doute, jouer que les déménageurs. /.../43

40Nous n’insisterons pas sur la superposition qui se produit en ce qui concerne la ressemblance physique entre Malherbe et le père de Francis Ponge.

  • 44 Cf. Pour un Malherbe, passim, et p. 31 : « Nous qui ne tenons la parole que du monde muet, nous ne (...)
  • 45 Pour un Malherbe, p. 57.
  • 46 Pour un Malherbe, p. 63.

41La paternité de Malherbe est à l’origine de Ponge parce qu’à l’origine de ce que Ponge appelle la littérature française (essence et aboutissement relatifs) dans laquelle il se comprend lui-même (« Nous pratiquons la langue française »)44. Dans ce donné français, Malherbe occupe la place d’un Père, comme on dit des Pères de l’Eglise »45 ; « le Père, le Maçon, le Maître-ordonnateur, enfin le Jean-Sébastien Bach de la littérature française »46.

42A cette paternité positive, (« Malherbe fut un bon père »), s’oppose celle du Soleil :

  • 47 Le Soleil placé en abîme, Pièces, p. 169.

Le soleil, la main ouverte ; aïeul prodigue, magnificent. Semeur /... / Père voyeur et proxénète... Accoucheur, médecin et tueur. Violeur de ses enfants47.

43« Tyran », « Néron », « fléau sadique », « ce vieillard prodigue abuse de ses descendants, précipite le cours de leur vie, exalte puis délabre physiquement leurs corps.

  • 48 Le Soleil placé en abîme, Pièces, p. 167.

44Et d’abord les pénètre, les déshabille, les incite à se dénuder, puis les fait gonfler, bander, éclater ; jouir, germer ; faner, défaillir et mourir »48.

  • 49 Le Soleil placé en abîme, Pièces, p. 163.

45Le Soleil, monarque absolu, à distance de ses sujets, n’a d’autre but en renouvelant les êtres que de « s’en faire contempler », selon une étiquette, « formes », « couleurs qui expriment la damnation particulière de chaque être, de chaque spectateur exilé du soleil. Sa damnation, c’est-à-dire sa façon particulière d’adorer et de mourir »49.

  • 50 Pour un Malherbe, p. 189 : « Nous jugerions oiseux d’ajouter un livre à la bibliothèque concernant (...)

46Malherbe, au contraire, tout transcendant qu’il soit, fait partie d’un ensemble, du système qu’il domine, dans la mesure où le XXe siècle littéraire en France use de la même langue que lui. Appartenance, solidarité, que dira la métaphore de l’arbre50, dont Malherbe constitue le tronc ; Ponge, ultime rameau, mais du même « bois » que ce tronc, se retournera pour le révérer. Mais, à s’en tenir à la seule vénération, à la seule littérature de louange, le risque serait grand de ne justifier que des pratiques régressives : car l’approbation, on l’a vu, est sans réserve, le refus, le négatif, résolument adressés à « ce qui-n’est-pas-Malherbe. »

47La grande différence entre Malherbe et le soleil, se situe dans leur « fonctionnement » ; alors que l’autosuffisance solaire ne vise qu’à la répétition du cycle vie/mort, « aventure assez fastidieuse », le « dictionnaire en ordre de fonctionnement » qu’est l’œuvre de Malherbe, si elle n’a besoin que d’elle pour continuer à fonctionner, « mouvement perpétuel », peut indéfiniment servir de relance à une nouvelle aventure de la littérature française, à une nouvelle poussée du grand arbre vers l’avenir, – dans la nuit de l’avenir.

48Dès lors les deux noyaux-pères (de la nature/de la littérature) appellent deux présences différenciées (par la forme même) dans l’œuvre de Ponge.

c) Refaire et devenir

49L’insupportable arbitraire solaire ne souffre d’aucun manque, fût-ce la parole :

  • 51 Le Soleil placé en abîme, Pièces, pp. 171-172.

Que dis-je ? lui donner la parole ? La parole n’est qu’une façon (la forme, la couleur en sont d’autres) d’avouer quelque faiblesse ; de remplacer quelque vertu, pouvoir, perfection ; quelque organe absent ; d’exprimer sa damnation, de la compenser. Avez-vous quelque chose à dire (sous-entendu : pour votre excuse, pour votre défense ?). Je ne sais qui nous pose tacitement cette question, quelques secondes chaque fois avant que nous parlions. Mais lui qu’aurait-il donc à dire ? Quelle faiblesse, quel manque à avouer ou compenser ? Non, il n’a rien à dire !51

50Pour qu’une parole, qu’un texte « solaire » aient lieu, il faudra, trompeusement, l’accueillir, l’accepter, le chanter, (parti pris réaliste d’un « état de choses ») afin de mieux le soumettre :

  • 52 Le Soleil placé en abîme, Pièces, pp. 165-166.

C’est alors qu’il faut continuer par l’expression de la remontée du soleil, malgré nous. Et, bien sûr, cela ne peut finir que par un nouveau désespoir, accru (« Encore un jour qui luit !).
Il ne reste donc qu’une solution.
Recommencer volontairement l’hymne. Prendre décidément le soleil en bonne part. C’est aussi là le pouvoir du langage. Nous en féliciter, réjouir. L’en féliciter. L’honorer, le chanter, tâchant seulement de renouveler les thèmes (et variations) de ce los. Le nuancer, en plein ravissement.
Certes, nous savons à quoi nous en tenir, mais à tout prix la santé, la réjouissance et la joie.
Il faut donc métalogiquement le « refaire », le posséder.
En plein ravissement./... /
Changer le mal en bien. Les travaux forcés en Paradis.
Pour finir dans l’ambiguïté hautement dédaigneuse, ironique et tonique à la fois ; le fonctionnement verbal, sans aucun coefficient laudatif ni péjoratif : l’objeu52.

51Prendre le soleil au jeu du texte, c’est l’entreprise du Soleil placé en abîme, selon des démarches spécifiques de l’objeu :

52Miniaturisation (« soleil » provient d’un diminutif), émergence de la tragédie dans la louange, de la négation avec l’affirmation, de l’ombre avec l’éclat, mise en contradiction avec la nuit, avec la scène nocturne, de la cérémonie diurne,... jusqu’à la séquence finale qui voit basculer la virilité violente du soleil en féminité prostituée (« O Soleil, monstrueuse amie, putain rousse ! ») faisant de l’astre un objet de possession érotique.

  • 53 Encore que Ponge reconnaisse (Pour un Malherbe, p. 145) une responsabilité à Malherbe dans l’avènem (...)

53Solution qui ne pourrait convenir à Malherbe, qui incarne une virilité positive et conquérante (par opposition au « grand cérémonial chinois de la cour Louis-quatorzienne, celle du Roi-Soleil)53, et dont la violence, l’orgueil, sont relatifs, soumis à la recherche poétique (à l’orgueil « insensé » du soleil répond chez Malherbe le sens de sa supériorité relative et de son échec absolu). Il ne s’agit pas de « refaire » Malherbe pour le « posséder », à aucun des sens de ces deux termes : créer un objet texte serait réduire Malherbe à un objet, établir avec lui une relation d’« avoir », impensable dans la logique où Ponge se situe par rapport à Malherbe, risque peut-être pressenti à certains moments :

  • 54 Pour un Malherbe, pp. 228-229. Il est à remarquer que le thème du « mariage » Ponge-Malherbe n’a ri (...)

Mon inhibition devant ce Malherbe prend maintenant un caractère tragique. /... / Mon intention pourtant m’est claire. Je veux dire /... / mon amour et mon admiration pour cet auteur. Préciser la nature de cette admiration : il s’agit d’une sorte de vénération, comme on peut vénérer un père, ou un chef, un maître bien-aimé. Il n’y a pas en moi, pour lui, de sentiment de fraternité. Je n’oserais pas. Il s’agit d’une estime au plus haut point (au plus haut prix)54.

  • 55 Cf. par exemple Pour un Malherbe, p. 158 : « Au lieu de remonter aux formes académiques, au sonnet, (...)

54Quant à refaire Malherbe (le reconstituer, le re-produire) ce serait faire fi de l’évolution littéraire que de proposer les genres ou la prosodie qu’il a illustrés (on sait l’opposition de Ponge à la remise en honneur des formes anciennes par un certain nombre de poètes « engagés » dans la Résistance)55, et gauchir le rôle historique de Malherbe que de chercher à dégager de son œuvre les règles d’un art poétique qu’il n’a pas édictées.

55Travail, rage, raison-à-plus-haut prix, concert de vocables sont les « valeurs » qu’une longue imprégnation dégage de l’œuvre de Malherbe, valeurs (et vocabulaire) éminemment pongiens qui se confirment de se lire chez le grand ancêtre : valeurs relevant d’une éthique au moins autant que d’une esthétique ; Malherbe est à vivre, à être, non à refaire, ou à avoir.

56Dans ces conditions, l’entreprise monumentale ne peut qu’être vouée à l’échec (relatif) ; c’est une autre opération qui s’effectue pendant les six ans où s’écrit Pour un Malherbe, et qui s’affirme avec sa publication.

5. Se produire

57En date du 13 août 1952, à Trie-Château, Ponge écrit, dans un « plan » destiné à l’hypothétique Malherbe du Seuil :

  • 56 Pour un Malherbe, p. 77.

N’écrirais-je jamais qu’un essai critique, ce devrait être un Malherbe.
Pour plusieurs raisons :
Imprégnation
Préférence
Quasi-identification
Claire vision de la réalité historique
Claire vision de la réalité intemporelle
Mêmes problèmes. Pratique du langage
Goût de la justice. (Célèbre, il ne l’est pas assez)
Constatation de la filiation
Identification au Père
Complexe d’Oedipe quant à la féminité du monde
56.

58« Quasi-identification » et « identification au Père » sont comptées ici au nombre des « raisons » d’écrire, en introduction au monument projeté. Les pages autobiographiques essayant le récit de la rencontre, de 1’« imprégnation », puis la mise en parallèle des traits communs à Malherbe et à Ponge sont nombreuses dans Pour un Malherbe, qui justifient l’acharnement au travail ; mais elles relèvent d’un dire ; il faut attendre une page isolée (qui livre à elle seule le travail d’une année (1956), où tout ce que Ponge a consacré à Malherbe est un relevé de citations) pour que se trouve bouleversée une telle perspective ; la page 293 de Pour un Malherbe offre sans commentaires trois citations de Valéry, relevées dans L’Introduction à la Méthode de Léonard de Vinci ; nous retiendrons les deux premières :

Il faut tant d’années pour que les vérités que l’on s’est faites deviennent notre chair même ;

  • 57 Paul Valéry : Introduction à la méthode de Léonard de Vinci, in Œuvres, tome I, Bibliothèque de la (...)

Je sentais, certes, qu’il faut bien, de toute nécessité, que notre esprit compte sur des hasards : fait pour l’imprévu, il le donne, il le reçoit ; ses attentes expresses sont sans effets directs, et ses opérations volontaires ou régulières ne sont utiles qu’après coup, – comme dans une seconde vie qu’il donnerait au plus clair de lui-même57.

59La première citation de Valéry est justification de la durée du travail, en même temps que de la place de l’épisode « Malherbe » dans l’écriture pongienne ; à vrai dire, le Malherbe, « rassemblement des raisons », n’apporte rien qui ne se trouve déjà dans d’autres textes, antérieurs ou contemporains ; il les complète, les médite, ressassement des notions. La tentative se situe ailleurs que dans une avancée théorique ou méthodologique. Il s’agit de donner corps, de donner à son propre corps, « les vérités que l’on s’est faites », de leur donner corps en se les incorporant, pour qu’elles « deviennent notre chair même ».

  • 58 On en trouvera des exemples dans le chapitre VIII du Malherbe (pp. 322-323 sqq) ; le pastiche s’ann (...)
  • 59 Pour un Malherbe, p. 215.

60Pour qu’adviennent les vérités que Ponge lit dans Malherbe, il ne suffit pas de les dire, il faut les vivre, ce qui, dans le cas de Ponge, équivaut à écrire. Pour un Malherbe doit se lire comme l’écriture de l’appropriation progressive du complexe « malherbe » par Ponge. Sans que se produise l’identification (parfois rêvée, voire ébauchée lorsque Ponge se met à écrire comme Malherbe)58 : « Nous le vénérons comme une feuille, si elle était consciente, vénérerait le tronc qui la supporte, souhaitant comporter toutes ses qualités, plus les siennes propres, et moins, évidemment, la ligneuse. »59

61Pour un Malherbe n’a pas seulement pour but de « proposer Malherbe » en ce siècle : il est aussi prétexte à « afflux de valeurs nouvelles », à la constitution d’un nouveau sujet de l’écriture :

  • 60 Pour un Malherbe, pp. 251-252 ; on remarquera que le nouveau sujet de l’écriture est un nous, prése (...)

En somme, quant à la réforme de Malherbe, on peut dire que non, il n’a rien édicté. Seulement, il a produit une œuvre qui, du point de vue de la rigueur et de la perfection, fait rougir de honte toutes les autres. Seul un afflux de valeurs nouvelles, comme il s’en produit depuis une centaine d’années dans notre société, justifie l’abandon de ses critères formels ; mais les principes de la vertu artistique (et éthiques) ne sauraient changer. Après le Romantisme et les mauvais maîtres, la chute, le trébuchement de Hugo, Lamartine et consorts « rendit plus retenus Baudelaire et Rimbaud. »
« Enfin Mallarmé vint... » Non, je ne le sais que trop, cela n’est pas tout à fait juste, n’est pas non plus tout à fait sincère : c’est moi qui dois venir...60

  • 61 Pour un Malherbe, p. 333.

62A la célèbre formule de Boileau (« Enfin Malherbe vint... ») Ponge apporte une réponse, un écho symétrique, pourrait-on dire ; Pour un Malherbe A VENIR qui compte tenu de toutes les différences relevées, s’appellerait Francis Ponge. Le livre, acte d’autoproduction, s’arrêtera sur l’appel à une esthétique de l’enlèvement ; seul un nouveau Malherbe (son œuvre) pourra l’offrir à ses lecteurs, et leur permettre de « vivre selon une autre cadence, et rejoindre un autre temps, un autre environnement, entourage, une autre société, un autre niveau, une autre lumière. »61

63Dernière phrase (24 juillet 1957) : « Pour un enlèvement, un concernement réels. » Titre de 1965 : « Pour un Malherbe ». Le programme a engendré son exécuteur. Dans la série des œuvres qui donnent à lire un parrainage littéraire (Virgile-Dante, Valéry-Vinci, pour ne citer que ceux qui figurent discrètement dans le Malherbe), le livre de Ponge occupe une place spécifique : Là où Dante et Valéry, par l’achèvement du texte, son caractère définitif, donnent à lire une « vérité » qui les fonde, Pour un Malherbe propose le travail qui l’élabore, la répétant, la relativisant, la raturant sous la contradiction ou les réserves, d’un texte à l’autre, d’un moment à l’autre ; conformément à la leçon malherbienne, Ponge ne propose pas de règles, si ce n’est, en actes, et par le biais de Valéry, celle du risque à courir, des hasards devenus a posteriori nécessités de l’œuvre.

64Pour un Malherbe, proème géant de Tome Premier en 1965, témoigne de la confiance faite à la « rigueur obstinée » de l’écriture, pleinement ; à la même époque (pendant le travail du Malherbe) le Soleil indiquait, au dire de Ponge, une orientation analogue :

  • 62 Entretiens de Francis Ponge avec Philippe Sollers, pp. 147-148.

J’y reprends là, sans aucune suppression, un très grand nombre de notes parmi lesquelles certaines très anciennes datent de ma première jeunesse, car le thème du jour et de la nuit, le thème du soleil est présent constamment dans mon œuvre, dès le début, parce que, évidemment, c’était un des thèmes les plus importants pour quelqu’un qui a pu se concevoir un instant comme un émule des cosmogonistes.
Ce que je pense avoir, je ne dis pas réussi, mais tenté, dans Le Soleil, c’est, après la Rage de l’expression, après le journal poétique, c’est-à-dire sans sacrifier, sans dissimuler rien de mon travail, de mes notes, données sans vergogne et quasi sans corrections les unes après les autres, c’est d’avoir peut-être réussi à faire tourner cela, n’est-ce pas ? c’est-à-dire d’avoir réussi à retrouver la forme bombe (bombe alors à mécanisme d’horlogerie), qui était au centre de ma préoccupation au moment où j’écrivais les textes clos du Parti pris des choses, mais en amplifiant, en agrandissant tout cela, et en ne rien lâchant de tout ce que j’avais pu écrire, de tout ce que mon imprégnation longue et ancienne m’avait permis d’écrire sur le sujet62.

  • 63 Cf. le « catalogue des manuscrits de Francis Ponge », établi par François Chapon, in Francis Ponge,(...)

65Le Soleil sera la révélation, mimétiquement, d’un grand nombre d’éléments de « cette énorme quantité (ou profusion) de matières », selon une combinatoire conciliant le texte clos et le journal poétique. Organisation en texte de ce qui, de l’avant-texte (du dossier) est estimé adéquat au projet « solaire », si l’on en juge par ce qui tombe, du dossier, par rapport au texte publié : la présentation du manuscrit du Soleil livre plusieurs centaines de feuillets63, dont le texte du Grand recueil retient seulement une quarantaine ; d’autre part, contrairement à toutes les habitudes de l’avant-texte pongien, aucun des « chapitres » du Soleil n’est daté. Enfin, les répétitions, reprises, variations, caractéristiques de l’avant-texte, sont absentes de ce que Ponge a publié.

66Quand Ponge écrit ne « rien dissimuler de (son) travail », il fait vraisemblablement allusion à une utilisation de notes et textes réinvestis sans tenir compte de la date à laquelle ils ont été écrits, et d’un dépassement, par là même, de la notion de « dernier état », traditionnellement considéré comme le plus élaboré, le plus parfait, d’une série consacrée au même thème.

67On voit le pas franchi par le Malherbe, en comparaison de la synthèse, réussie dans le Soleil, entre le « texte clos » et le « journal ».

68Les textes de la Rage avaient proposé des « journaux » pour aboutir à un constat d’échec, aux droits imprescriptibles de l’objet à l’encontre du texte qui tentait d’en rendre compte. On sait aussi que l’enfermement possible dans des produits du genre de ceux du Parti pris est un danger maintes fois ressenti par Ponge.

  • 64 Pour un Malherbe, p. 309 : « Comment on se lance et s’élance : « A la une ! A la deux ! A la trois  (...)

69Avec le Malherbe, s’affirme une nouvelle voie qui ne tente pas de dépasser en les conciliant les formes antérieures. Il s’agit de tendre vers une réalisation, sans illusions, avec le seul désir de l’atteindre : aucun des signes de la contingence, aucun hasard n’est gommé à la publication. Les obstacles, les doutes, les redites, les impasses subsisteront, parce qu’ils sont traces, au même titre qu’un produit « fini », seul réputé publiable, d’une activité, l’écriture, qui a lieu hors de toute mystique de l’inspiration, du tracé génial et définitif. Tenir un tel pari dépasse une politique de la publication texte après texte, et engage une stratégie au plan de l’œuvre entière, de ses figures successives. Pour un Malherbe est à la fois une prise d’élan (« Comme on se lance et s’élance/... / »)64 vers l’avenir (et la démonstration de ce que pourra être un acte d’écriture, non plus un texte), et, à tous les niveaux, une appropriation de l’agi, du passé : « Je contresigne l’œuvre du temps », écrit Ponge dans son livre ; les étymologies, les origines, le latin, Malherbe figurent la responsabilité nouvelle revendiquée par l’écrivain : celle d’assumer (la langue, l’histoire, la littérature) tout depuis le début ; comme Tome Premier, et différemment, Pour un Malherbe conclut (rassemble) et annonce (en actes), dominant l’œuvre comme Janus (bifrons), comprenant (aux sens pongiens) le texte, l’avant-texte et la possibilité pratique de leur destruction par l’acte.

70La littérature moderne (Proust par exemple) avait une première fois renversé la perspective classique de 1’« œuvre » en faisant du cheminement vers la décision d’écrire l’objet même de l’écriture (du roman).

  • 65 La parenthèse, dans la citation, est notre fait.

71Avec Ponge, le Temps, retrouvé dans l’activité d’écrire, déplace l’accent, du but atteint vers le trajet, interminable, aléatoire ; le texte (« dégrossi » ou « équarri », taillé en vue d’une construction) laisse la place aux virtualités, aux énergies fécondes, enfin, d’où se libère « le nombre des possibles (jusque-là) sacrifiés chaque printemps. »65

Notes

10 On pourra voir d’autres exemples de publications différées dans la troisième partie de cet ouvrage (I, 3 : L’exemple de Liasse).

11 Cf. Pour un Malherbe, p. 314.

12 Cf. Pour un Malherbe, p. 241.

13 Cf. Pour un Malherbe, p. 267.

14 Il faut signaler, dès cette approche des chapitres du Malherbe, la particularité de la page 293, qui figure, hors chapitre, dans la table des matières, et qui sera analysée infra.

15 Cf. J. Thibaudeau : Ponge, Gallimard, p. 40.

16 Cf. Ph. Jaccottet : « Malherbe comme modèle », in L'entretien des Muses, Gallimard, p. 122.

17 Cf. Pour un Malherbe, p. 11.

18 Cf. Pour un Malherbe, p. 13.

19 Cf. Pour un Malherbe, p. 15.

20 Cf. Pour un Malherbe, p. 16.

21 Cf. Pour un Malherbe, p. 308, par exemple : « Une édition monumentale, non /... / savante, non érudite. »

22 Cf. Pour un Malherbe, pp. 328-329 : « Ici, je ne sais pourquoi, me revient à l’esprit un passage de mon poème Le Galet : « Dans les rides de l’expérience, les roses s’assoient et s’installent. »
Non. Voici le texte exact :
Dans les rides de l’expérience, la naïveté s’approche et s’installe. Les roses s’assoient sur leurs genoux gris et elles font contre eux leur naïve diatribe. (Leurs, eux, il s’agit de gros rochers épars dans les bois).
Eux les admirent. Eux, dont jadis la grêle désastreuse éclaircit les forêts – et dont la durée est éternelle dans la stupeur et la résignation.
Il rient de voir autour d’eux suscitées et condamnées tant de générations de fleurs... etc. »

23 Cf. Pour un Malherbe, passim et p. 263 : « On ne devrait parler que de ce qu’on aime ou qu’on admire, et ne toucher aux réputations et à l’histoire que pour redresser des injustices, anéantir des imputations sans fondement ou des calomnies.
Les torts que nous avons (je veux dire la postérité en général) vis-à-vis de Malherbe sont très graves. /... / »

24 Cf. Malherbe d’un seul bloc à peine dégrossi (Pour un Malherbe, p. 45).

25 Cf. Pour un Malherbe, pp. 147-148 ; où l’on voit que 1’« approbation », la « louange » pongiennes ne vont pas sans la négation correspondante ; on retrouvera à un autre niveau, dans le Soleil par exemple, (cf. p. 40) le jeu entre le positif et son envers.

26 Cf. les préférences affirmées par Ponge (Pour un Malherbe, p. 187) :
« J'ai toujours préféré aux clochers les tours carrées, les maisons à tuiles rondes ; et presque, aux statues, leurs socles ; et presque, aux feuillages (voire aux fleurs et aux fruits), les troncs d’arbre ; et peut-être encore les bûches ; et peut-être encore les cendres (la braise d’abord, puis les cendres) ; et peut-être encore le vent qui les disperse. Mais le vent ne peut rien contre les socles, contre les inscriptions funéraires ; contres les strophes impersonnelles inscrites dans la pierre. Je préfère donc cela ; et les galets dans la mer et sur les plages, etc. » Le monument, selon le « goût plastique » de Ponge, ne vaut ni par la taille, ni par la splendeur ; il est recherche de ce qui reste et résiste au temps : d’où le « socle » préféré à la statue, et le tronc d’arbre, à l’origine d’une des métaphores dominantes du Malherbe.
La notion de « socle d’attributs » se définit ainsi (Pour un Malherbe, pp. 35-36) : Une œuvre parfaite du temps passé peut ainsi nous être utile, en nous offrant l’exemple d’une perfection (selon certains points de vue) que nous mettrions infiniment plus longtemps à retrouver de nous-mêmes. /... /
Il se trouve que nous nous servons encore du même langage que Malherbe, et nous pensons être assez forts, assez pleins de ressources (sauvages) pour ne pas craindre une telle leçon, et en utiliser l’exemple, plutôt qu’il nous desserve. Mais il faut avoir l’idée de ce danger présent.
C’est surtout à l’affûtage de nos censures, bien sûr, que cela peut servir. /... / Nos scrupules nous sont donnés peut-être antérieurement même à nos audaces. Toute une série d’entre eux peuvent être représentés pour nous par une œuvre, ou seulement un nom : Malherbe, Cézanne... L’on gagne ainsi du temps (Socle d’attributs). L’on n’a pas toujours toutes ses raisons présentes. Eh bien, cela en tient lieu. »

27 Cf. Pour un Malherbe, p. 23 : « Redonner à la langue l’ordre et la force qu’il lui donna, voilà le seul but digne d’un tempérament à ressources, et qui voit sainement ce qu’il faut faire pour bien faire les choses /.../ »
La possibilité indéfinie de régénérer (à perpétuité) se dira avec force dans l’image du « noyau » (cf. pp. 37-38).

28 Cf. Pour un Malherbe, p. 7.

29 Traduction Pézard, Bibliothèque de la Pléiade.

30 Cf. Pour un Malherbe, p. 26.

31 Passim et par exemple, Pour un Malherbe, pp. 49-50 : « Chercher un homme, ce n’est pas trop notre genre, et nous nous moquons d’en trouver un dans un livre, où nous cherchons plutôt autre chose, dont ces têtes molles n’ont pas idée : « Ce je ne sais quoi, par exemple, qui se trouve sur le visage des belles femmes, que l’on voit et que l’on ne peut exprimer, dont Godeau, parlant de Malherbe, dit encore « qu’il se rencontre dans toutes ses périodes, que les Muses ont, ce semble, elles-mêmes mesurées. » Il s’agit, en effet, de mesures /... / » ou, p. 259 : « Toute l’œuvre de Malherbe étant un hymne amoureux et désireux à la Beauté ou Majesté supérieure /... / »

32 Cf. Pour un Malherbe, p. 291 : « Un des points importants de mon Malherbe est celui-ci : on ne peut commencer à saisir l’importance relative (et absolue) de cet auteur, que depuis Lautréamont, c’est-à-dire depuis que nous pouvons considérer une certaine Littérature Française comme close, terminée, enfermée à double tour, bouclée. »

33 Cf. Pour un Malherbe, pp. 241-242.

34 Cf. Pour un Malherbe, p. 193 : « Non, nous ne renoncerons pas à l’avenir. Non, parce que nous nous occupons de Malherbe, non, jeune homme, nous ne renonçons pas à l’avenir.
Non, certes, parce que nous nous occupons de notre tremplin, de notre plateforme, nous ne renonçons pas à nous élancer /... / »

35 Une mise en parallèle plus poussée des thématiques des deux textes ne saurait ignorer le sort fait à la parole orale par le biais de la radio, présente dans les deux textes (Le Soleil lu à la radio, Malherbe radio-U.S.) à relier avec une part importante du Savon, et en opposition avec le texte de Pièces : La Radio (1946) selon la nécessité reconnue par Ponge de toucher, d’atteindre le plus grand nombre (volonté militante) et, peut-être, la reconnaissance de la relativité de l’écrit, rendu par ce medium à l’éphémère.
Une attention particulière devrait être portée à la justification donnée par Ponge, dans l’un et l’autre texte au passage du je au nous.

36 Le Soleil placé en abîme, Pièces, p. 157 ; tout un jeu pulpe-noyau-soleil, excédant le cadre de cette étude, se poursuit dans d’autres textes, notamment L’abricot (Pièces).

37 Pour un Malherbe, p. 94.

38 Le Soleil placé en abîme, Pièces, p. 157-158.

39 Pour un Malherbe, p. 199.

40 Pour un Malherbe, p. 186.

41 Pour un Malherbe, p. 187.

42 Le Soleil placé en abîme, Pièces, pp. 161-162.

43 Pour un Malherbe, p. 50.

44 Cf. Pour un Malherbe, passim, et p. 31 : « Nous qui ne tenons la parole que du monde muet, nous ne sommes pas assez idiot, qu’on ne l’espère, Messieurs les critiques, pour ne pas constater que nous l’exerçons selon un idiome particulier, et que nos livres finissent par s’insérer dans la bibliothèque universelle au rayon des livres français. » Constat réaliste qu’on aurait cependant tort de prendre pour de la résignation : cf. p. 197 :
« /... / De même, ne devons-nous concevoir nos écrits que comme partie, élément ou rouage de cette horloge, ou comme branchette ou feuille de ce grand arbre – également physique – que l’on nomme la Langue ou la Littérature française.
Ce n’est pas que, tout comme un autre, nous n essayions incessamment d'en sortir... Mais nous devons constater aussi que nous n’en sortîmes, ni sortirons probablement, jamais. »
(Nous soulignons).

45 Pour un Malherbe, p. 57.

46 Pour un Malherbe, p. 63.

47 Le Soleil placé en abîme, Pièces, p. 169.

48 Le Soleil placé en abîme, Pièces, p. 167.

49 Le Soleil placé en abîme, Pièces, p. 163.

50 Pour un Malherbe, p. 189 : « Nous jugerions oiseux d’ajouter un livre à la bibliothèque concernant un vieil auteur de notre littérature nationale, s’il ne s’y agissait, dans notre esprit, de bêcher un peu au pied de l’arbre, pour lui permettre de respirer et de s’élever encore.
Naturellement, c’est la cime de cet arbre qui nous intéresse, c’est-à-dire la littérature présente, comme elle pousse des feuilles dans le ciel de l’avenir. »

51 Le Soleil placé en abîme, Pièces, pp. 171-172.

52 Le Soleil placé en abîme, Pièces, pp. 165-166.

53 Encore que Ponge reconnaisse (Pour un Malherbe, p. 145) une responsabilité à Malherbe dans l’avènement de ce règne d’ordre : « Non, Malherbe n’est pas seulement cela : un préclassique, ni même un classique, ni même le modèle de nos classiques.
C’est dans la mesure où il transcende ce rôle historique, qu’il me paraît vraiment grand, qu’il m’intéresse, qu’il rejoint à mon sens le Panthéon Universel (et d’abord le Parnasse Intemporel).
N’empêche qu’il a été dans une certaine mesure responsable de l’Ordre, du Totalitarisme Louis-quatorzien. »

54 Pour un Malherbe, pp. 228-229. Il est à remarquer que le thème du « mariage » Ponge-Malherbe n’a rien à voir avec l’acte érotique qui clôt le Soleil ; le mariage dans le Malherbe dit autrement la longue intimité, l’imprégnation.

55 Cf. par exemple Pour un Malherbe, p. 158 : « Au lieu de remonter aux formes académiques, au sonnet, par exemple, comme le voudraient les Aragoniens, nous irons 1) à nos anciens (quant à leur esprit) et par exemple au baroque tendu de Malherbe et 2) à notre Port-au-Foin. /... / » ; et, p. 159 : « A propos de l’affaire actuelle du sonnet, on pourrait rappeler le mot qu’il dit : « Eh bien, si ce n’est un sonnet, c’est une sonnette ! » marquant par là, d’une certaine façon, son mépris (relatif) des genres. »

56 Pour un Malherbe, p. 77.

57 Paul Valéry : Introduction à la méthode de Léonard de Vinci, in Œuvres, tome I, Bibliothèque de la Pléiade, pp. 1206-1207.

58 On en trouvera des exemples dans le chapitre VIII du Malherbe (pp. 322-323 sqq) ; le pastiche s’annonce dès la p. 222 : « De là, je suis passé à l’idée de faire mon livre à l’aide de matériaux pris dans l’œuvre de mon auteur même, exactement comme fit l’élève de Lenôtre pour la Fontaine de Nîmes, à partir de Thermes romains, et comme Rome s’est toujours faite avec les pierres prises aux temples et aux palais de l’époque immédiatement antérieure. /... / » Après un essai utilisant les éléments malherbiens, se produisent plusieurs pièces prosodiques où se marient, de façon difficile à discerner, ces éléments premiers aux éléments pongiens.

59 Pour un Malherbe, p. 215.

60 Pour un Malherbe, pp. 251-252 ; on remarquera que le nouveau sujet de l’écriture est un nous, présenté pp. 207-208.

61 Pour un Malherbe, p. 333.

62 Entretiens de Francis Ponge avec Philippe Sollers, pp. 147-148.

63 Cf. le « catalogue des manuscrits de Francis Ponge », établi par François Chapon, in Francis Ponge, Centre G. Pompidou, Paris, 1977.

64 Pour un Malherbe, p. 309 : « Comment on se lance et s’élance : « A la une ! A la deux ! A la trois ! ».

65 La parenthèse, dans la citation, est notre fait.

© Presses universitaires du Septentrion, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search