Version classiqueVersion mobile

Francis Ponge : actes ou textes

 | 
Jean-Marie Gleize
, 
Bernard Veck

I. Situations, repères

Une logique stratégique

Texte intégral

  • 1 A partir d’ici nous nommerons, pour la facilité de l’exposé « F.A. » la stratégie de « formulation (...)
  • 2 Réponses de Ponge au Colloque de Cerisy (éd. 10/18, 1977), p. 427.

1On doit ici retracer à grands traits les contours de cette œuvre pour y marquer l’émergence puis la radicalisation du parti pris de F.A.1 Il y a un premier temps où Ponge donne au lecteur de courts textes aboutis. Ce sont les Douze petits écrits (comme leur nom l’indique), puis le Parti pris des choses. Nous le savons, tout d’abord Ponge a déchiré ses brouillons2. Le lecteur a donc sous les yeux l’extrême pointe du travail, le dernier moment, le texte recopié, calligraphié, objectivé, la « formule » (pour reprendre le mot de sa dernière phrase de L’huître). Ce sont donc de petites choses parfois ambiguës, tendant à rivaliser en existence avec les choses du monde. Ces textes sont courts, relativement hermétiques, « clos », « bouclés ». Contemporains des textes du Parti pris, il y a les textes de la première partie de Proèmes (Natare piscem doces). Ces textes sont, principalement, des textes « critiques », soit sous forme directe, soit sous forme parabolique. Le statut de ces textes critiques, proématiques, par rapport aux précédents, Ponge l’énonce clairement dans les Pages bis :

  • 3 « Pages bis », Proèmes, Tome premier, p. 230.

L... est venu l’autre jour. Je lui ai montré les Proèmes (premier livre). Ce que j’en ai dit de mieux, c’est, à la fin, qu’il y aurait honte pour moi à publier cela.
Ce sont vraiment mes époques, au sens de menstrues (cela, je ne l’ai pas dit). En quoi les menstrues sont-elles considérées comme honteuses ? parce qu’elles prouvent que l’on n’est pas enceint (de quelque œuvre). Oui, mais en même temps, elles prouvent que l’on est encore capable d’être enceint. De produire, d’engendrer. Quand je ne serai plus capable de ces saignées critiques, plus astreint à ces hémorragies périodiques, il est à craindre que cela signifie que je ne suis plus capable non plus d’aucune œuvre poétique3

  • 4 Ce schéma pourrait encore se préciser si l’on tient compte du fait que, dans le Parti pris, à côté (...)

2Il y a donc, clairement encore, pour lui, à cette époque, opposition, ou du moins distinction, entre « saignée critique » et « œuvre poétique », entre poème et proème si l’on veut. Le proème est à la fois second par rapport au poème, et en même temps il est sa condition de possibilité. Si l’on se rapproche un peu des textes, si l’on observe le processus un peu plus en détail, on s’aperçoit qu’il faut tenir compte de la partition des Proèmes en deux livres. L’ensemble peut alors se reconstruire de la façon suivante : a) les textes, les œuvres ou poèmes (ceux de DPE ou du PPC), b) la première partie de Proèmes : saignées critiques, sous forme directe ou figurée (parabole, symbole), c) la seconde partie de Proèmes, journal d’une lecture (Camus), jetant une lumière critique sur les deux ensembles précédents, et répondant à ou déjouant certaines lectures ou interprétations du premier – philosophiques, esthétiques –, l’ensemble proèmes (I) étant contemporain de l’écriture des textes, l’ensemble proèmes (II) étant écrit après leur publication, donc pouvant tenir compte des effets de lecture que celle-ci a entraînés.4 La démarche « critique » est donc de plus en plus explicite : si la rhétorique de chaque texte est absolument incluse dans les poèmes du Parti pris, elle est énoncée sous forme discursive ou textualisée dans Proèmes (I), puis directement exposée dans Proèmes (II) qui éclairent ce que pouvait conserver d’ambigu le proème (qui est « encore », par certains côtés, un poème). La décision de publier des fragments de conversation, le journal d’une lecture, etc. est importante pour ce qui suivra, c’est un palier.

3Le second grand moment est marquée par la décision, toute « honte » surmontée, de publier non le texte, l’écrit, mais le dossier du texte, le journal de son écriture. C’est le Carnet du bois de pins en 1947, confirmé l’année suivante par le volume de la Rage de l’expression qui recueille, comme son titre le suggère, non des textes, mais des moments du processus de création (saignées créatives et critiques cette fois mêlées), vers des textes. Dès lors l’essentiel de la production de Ponge est marqué par la volonté de ne plus séparer artificiellement pratique et critique, technique et métatechnique, faire et dire, etc. L’illusion du « texte » est abandonnée, ou du moins la notion de texte achevé est remise en cause, en même temps que surgit dans l’œuvre une réflexion de plus en plus critique sur ce que l’on nomme la « poésie » : l’œuvre, ce sera la saignée, la voie frayée vers l’œuvre, la publication des succès relatifs comme des échecs relatifs, la formulation provisoire, la note pour, l’ébauche, etc.

  • 5 Dont l’histoire reste à écrire. Des éléments de réflexion sont apportés sur ce point par J. Thibau (...)
  • 6 Les deux dispositifs sont sensiblement différents. La Fabrique du Pré comporte, outre une partie d (...)
  • 7 Etudes françaises, no 17, 1-2 avril 1981, Presses de l’Université de Montréal. La publication intég (...)
  • 8 On reviendra plus loin (à propos de l’analyse du Pré) sur l’articulation concrète écriture/peintur (...)

4La dernière étape, si l’on peut dire, de cette stratégie d’ensemble5 ce sera la publication, à partir d’un texte déjà publié en recueil, d’une partie des manuscrits (Fabrique du Pré), ou de la totalité de ceux-ci (Comment une figue de paroles et pourquoi)6 ; plus récemment encore, le dossier de La table qui a fait l’objet d’une magnifique transcription intégrale, due aux soins d’une équipe canadienne, dans la revue Etudes françaises7. Tous ces textes (ou tous ces gestes) n’ont pas, évidemment, le même statut : le plus précocement radical d’entre eux est certainement le Carnet du bois de pins (écrit en 1940), premier « livre » non livre, ou poème non poème, dispositif complexe qui fait se succéder, en une sorte de diptyque dissymétrique, le journal de l’échec d’un poème, progressivement fait puis défait, puis refait et toujours programmé, jusqu’à la fin, où l’objet succède, efface et tue les tentatives de constructions verbales qui précèdent : « Fin du Bois de Pins/à partir d’ici l’on sort dans la campagne », et un « appendice » qui efface certaines interprétations abusives ou récupérations hâtives : « il s’agit, au coin de ce bois, bien moins de la naissance d’un poème que d’une tentative (bien loin d’être réussie) d’assassinat d’un poème par son objet ». Dès le Parti pris des choses, certains textes comme Faune et Flore ou Notes pour un coquillage relèvent d’une stratégie notulaire, d’une progression fragmentaire et patiente, à l’opposé du « bouclage » caractérisant le poème en prose. Un peu plus tard, au contact des peintres8 en particulier, cette stratégie deviendra pour Ponge la figure même de l’écriture ; le Verre d’eau est sans doute, avec le Carnet du Bois de Pins, une étape importante ; comme ce dernier, il relève non « de la relation, du récit, de la description, mais de la conquête » ; la conquête ou la recherche du verre d’eau, en compagnie du peintre Kermadec, à travers les scrupules, les censures repérées, franchies, notées, avouées, publiées. Tel passage du Verre d’eau exemplifie nettement la démarche, et le type de rapport au lecteur qu’elle implique :

Une des choses que je tiens à dire du verre d’eau est la suivante. Je vois bien qu’il faut que je la dise (malgré le côté mesquin, superficiel et tournant au précieux que je lui prête) parce que je la ressens très authentiquement, – toujours tenté néanmoins de lui appliquer ma censure, mais elle me revient à chaque instant. Peut-être le seul moyen de m’en débarrasser est-il que je la confie à mon lecteur, après avoir toutefois pris la précaution de le prévenir qu’il ait à s’en défier, à ne la prendre trop au sérieux et à s’en débarrasser lui-même au plus tôt. Voici.

  • 9 H. Maldiney : Le legs des choses dans l’œuvre de Francis Ponge. Lausanne, l’âge d’homme, 1974.

5De la même façon, plus amplement orchestré, le Savon sera, en 1967, la publication d’un texte proposé dans son histoire, avec ses redites, ses variantes et ses diverses transformations au gré des événements, personnels ou collectifs, ayant accompagné l’écriture (l’ayant, à leur manière, « corrigée »). A partir de là toutes les postures sont essayées, toutes convergentes : six appendices du Savon sont reproduits en fac-similé dans la Bibliographie des éditions originales de Francis Ponge publiée par Claire Boaretto ; la Fabrique du Pré fournit, après coup, les manuscrits d’un poème déjà publié en recueil, comme la Figue (sèche), qui devient, grâce à Jean Ristat, un livre, comme enfin la Table, dont seul un fragment était déjà « public », offert à H. Maldiney pour l’ouverture de son essai Le legs des choses dans l’œuvre de Francis Ponge9. C’est le Malherbe qui, de tous ces livres, constitue sans doute la somme la plus spectaculaire d’essais avortés au profit de la plus déroutante et dérangeante réussite qui soit. Réussite dans l’échec, absolument exemplaire.

Notes

1 A partir d’ici nous nommerons, pour la facilité de l’exposé « F.A. » la stratégie de « formulation en acte », qui rejoint ainsi les deux formules que Ponge lui-même a jugées dignes du siglage : PPC (parti pris des choses) et CTM (compte tenu des mots).

2 Réponses de Ponge au Colloque de Cerisy (éd. 10/18, 1977), p. 427.

3 « Pages bis », Proèmes, Tome premier, p. 230.

4 Ce schéma pourrait encore se préciser si l’on tient compte du fait que, dans le Parti pris, à côté des textes clos, courts (majoritaires), figurent déjà des textes ouverts, plus longs, qui constituent une amorce de ce que sera par la suite la pratique systématique de l’écriture « au fur et à mesure ».

5 Dont l’histoire reste à écrire. Des éléments de réflexion sont apportés sur ce point par J. Thibaudeau dans son livre Ponge, Bibliothèque idéale, Gallimard, 1967. En particulier son chapitre « Le livre », p. 98-107. L’instrument utile est ici, bien qu’il ne concerne pas les textes publiés en revue, le livre de Claire Boaretto : Bibliographie des éditions originales de Francis Ponge (Bulletin du bibliophile, 1976).

6 Les deux dispositifs sont sensiblement différents. La Fabrique du Pré comporte, outre une partie des manuscrits du Pré, une introduction spécialement écrite pour la collection, un choix d’illustrations, une transcription typographique des manuscrits retenus, le texte lui-même enfin (sur pages brunes). Il s’agit donc d’un livre dont la structure est relativement complexe. Comment une figue... est plus simple ; il s’agit de la transcription, par Jean Ristat, de la totalité des manuscrits de La figue (sèche) présentés dans leur ordre chronologique exact.

7 Etudes françaises, no 17, 1-2 avril 1981, Presses de l’Université de Montréal. La publication intégrale du dossier de La table (21 novembre 1967-16 octobre 1973) occupe les pages 9 à 49 de ce numéro. C’est dire qu’il s’agit d’un ensemble important ; il est précédé d’une introduction de Bernard Beugnot qui situe rapidement et fort justement à nos yeux la pratique pongienne du „ dossier ». On souhaiterait, c’est évident, que La table fasse l’objet d’une publication en volume.

8 On reviendra plus loin (à propos de l’analyse du Pré) sur l’articulation concrète écriture/peinture. Francis Ponge n’est pas un critique d’art, ni un illustrateur poétique de ses amis peintres, lesquels n’ont jamais été, non plus, simplement, ses illustrateurs plastiques. Ponge a tenu compte de la peinture et sa pratique de l’ébauche, sa décision de publier la fabrique, sa systématique des séries sont, à l’évidence, à mettre en regard d’une activité plastique contemporaine. Il „ note, cherche, progresse », comme le peintre. Ce qu’il dit ici de Kermadec, par exemple, nous pourrions le dire de lui, à condition de remplacer simplement le mot „ toile » par „ poème » ou „ livre » : „ C’est dans les aquarelles qu’il note, cherche, progresse, se livre à ce qui l’intéresse dans l’art. Parce que c’est pratique, libre, d’un format commode, relativement bon marché. Et si, de son atelier, sortent finalement des toiles, des tableaux, c’est par nécessité, parce qu’il faut bien en faire, parce que c’est ainsi que la peinture se vend. » (L’Atelier contemporain, p. 202).

9 H. Maldiney : Le legs des choses dans l’œuvre de Francis Ponge. Lausanne, l’âge d’homme, 1974.

© Presses universitaires du Septentrion, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search