Versión clásicaVersión móvil

Francis Ponge : actes ou textes

 | 
Jean-Marie Gleize
, 
Bernard Veck

Introduction

Texto completo

1Le titre de ce livre, « Actes ou textes » est emprunté à une page du Pour un Malherbe dans lequel Francis Ponge, précisément, médite le titre d’un livre, et pas de n’importe lequel, mais du plus grand, de celui qui englobe tous les autres, du Livre, de ce qu’il appelle son « œuvre », désignant par là non (seulement) ce qu’il a – déjà – écrit, mais, selon son verbe, ce qu’il « tente » :

  • 1 Pour un Malherbe, Gallimard, 1965, p. 204. Le verbe « tenter », le mot « tentative » (cf. la Tenta (...)

Plutôt qu’une œuvre devant s’intituler comme celle de Valéry : Charmes ou Poèmes nous tentons une œuvre dont le titre puisse être Actes ou Textes1.

2Un peu plus haut dans le Malherbe, un autre titre possible était suggéré :

  • 2 Pour un Malherbe, p. 198.

notre œuvre entière, nous pourrions (nous avons sérieusement songé à) l’intituler : Pratiques2.

  • 3 Cf. à propos de ce sous-titre l’excellente analyse fournie par James R. Lawler, p. 17-19 de son li (...)
  • 4 Cahiers, 14, p. 854 (CNRS, 1957).

3dans un contexte où Ponge récusait, quant à lui, la distinction trop marquée entre ce qu’il appelle ses « moments critiques » (les proèmes) et ses « moments lyriques » (les poèmes). Pratique, donc, comme notion désignant un texte, et non simplement un poème ; c’est-à-dire un travail, un acte, ou plutôt, car le pluriel est ici important, une série d’actes qui sont à la fois, simultanément ou indissolublement liés les uns aux autres, critiques et lyriques, proématiques et poétiques, et ceci ouvertement, pédagogiquement pourrait-on dire, en évitant si possible le recours aux facilités magiques. En pleine lumière. En montrant plutôt qu’en hypnotisant. D’où le refus des « charmes ». L’épigraphe de Valéry à son volume de 1942 : « Charmes : c’est-à-dire : Poèmes »3, semblait mettre l’accent sur la condition essentiellement verbale de son œuvre : « charmes » ne sont que carmina, poèmes ; il rabattait donc, à sa façon, la poèsie sur sa vérité matérielle, sur l’acte de parole. Mais en même temps, bien sûr aussi, ce qui pointait, c’était la notion de grâce, l’enchantement, l’envoûtement par le Verbe : « Le charme – la « grâce », charis », comme il le note dans ses Cahiers4. De sorte que ce qui pouvait apparaître d’un côté comme le refus d’une « métaphysique » de la poésie se trouvait en quelque sorte immédiatement reversé au même principe religieux. Charmes égale Poèmes. Mais : Poèmes égale Charmes. Contre quoi, selon Ponge, la tentative d’une « physique » de la poésie, la « raison » contre les charmes, mais non la raison seule, où le rationalisme rejoint la superstition (ils coexistent d’ailleurs fort bien chez Valéry), mais la « Raison en Actes » :

  • 5 Pour un Malherbe, p. 204.

Pourquoi préférons-nous finalement Malherbe à Descartes ? Parce qu’au « je pense donc je suis », à la réflexion de l’être sur l’être et au prône de la Raison, nous préférons la Raison en Actes, le « je parle et tu m’entends donc nous sommes » : le Faire ce que l’on Dit. »5

4Ni « prône de la raison » ni pouvoirs ou « prestiges », mais pratiques, actes, textes, et, depuis soixante années déjà, une poésie qui, précisément, fait ce qu’elle dit, en ce sens qu’elle s’est, de plus en plus nettement, éloignée de tout fétichisme du poème pour insérer l’un dans l’autre le proème et le poème, explorer et publier l’acte d’expression, dans son développement problématique, quitte à ne pas charmer et même, à l’inverse, à risquer de déplaire.

Notas

1 Pour un Malherbe, Gallimard, 1965, p. 204. Le verbe « tenter », le mot « tentative » (cf. la Tentative orale de 1947 reprise dans Méthodes) sont vocables éminemment pongiens ; penser l’œuvre comme tentative de l’œuvre, telle est précisément la démarche que nous adoptons ici.

2 Pour un Malherbe, p. 198.

3 Cf. à propos de ce sous-titre l’excellente analyse fournie par James R. Lawler, p. 17-19 de son livre Lecture de Valéry, une étude de Charmes, Presses Universitaires de France, 1963.

4 Cahiers, 14, p. 854 (CNRS, 1957).

5 Pour un Malherbe, p. 204.

© Presses universitaires du Septentrion, 1984

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search