Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire critique de la RSE

 | 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel

Introduction générale et guide de lecture1

Nicolas Postel et Richard Sobel

Texte intégral

Pourquoi un dictionnaire ?

  • 1 Nous adressons tous nos remerciements à l’équipe rédactionnelle des Éditions du Septentrion et en p (...)

1Encyclopédie, dictionnaire : autant de formes d’exposition scientifiques en vogue depuis une vingtaine d’années en sciences sociales. Cette mode est sans doute une des conséquences de l’éparpillement des connaissances à laquelle mène cette hyperspécialisation du champ de la recherche conduite au rythme du New Public Management. Cette fragmentation se paie de la perte d’un discours de portée générale. Le débat public est alors envahi par une multitude d’experts en tout genre et autres demi-savants, qui, à eux seuls, finissent par prendre en charge les questions de sens. Contre cet éparpillement, un dictionnaire peut malgré tout avoir une utilité : rassembler, de façon synthétique, des connaissances réparties la plupart du temps en sous-domaines cloisonnés et structurées par des revues académiques au lectorat hyperspécialisé et qui communiquent très peu les unes avec les autres. En cela, il rend pratique d’accès et d’usage ces connaissances et ainsi permet de redonner corps à l’idée même de « sciences sociales » comme champ scientifique cohérent.

2Il comporte cependant des risques. Le premier d’entre eux, avant même les erreurs et oublis inhérents à l’exercice, est sans doute celui d’un éclectisme, donnant l’impression d’occuper tout le terrain du sujet traité, et pensant ainsi en épuiser la compréhension sans réellement l’avoir problématisé. Dans ce cas de figure, un dictionnaire ne parvient jamais à tenir un propos à la fois homogène, structuré, ouvert et dynamique et loin d’éclaircir le débat, il risque fort de le brouiller. C’est pour conjurer ce risque nous avons voulu bâtir un dictionnaire « critique », visant ainsi une cohérence que nous pensons à même de nourrir le débat public.

Un premier dictionnaire sur la RSE, critique et interdisciplinaire

  • 2 Le projet de recherche ANR RSTI, porté par le laboratoire CLERSÉ (UMR 8019), sous la direction de N (...)
  • 3 Nous avons bénéficié de contacts enrichissant avec les équipes de l’ANR « potentiel régulatoire de (...)

3Le slogan de Responsabilité Sociale de l’Entreprise sature l’espace public. Et cependant aucun dictionnaire n’a pour l’heure tenté d’en cerner les contours. Sur le sujet, il y a certes des essais de synthèses (Capron, Quairel, 2011), des ouvrages collectifs (par exemple, Daugareilh, 2010) ou des numéros spéciaux de revues (citons celui de la Revue française de Socio-Économie, n° 4/2009) ; mais aucune tentative aussi vaste ayant l’ambition d’un dictionnaire. Ce premier dictionnaire tente de remplir ce manque, et ses erreurs, lacunes ou limites inévitables constitueront autant de chantiers identifiés à reprendre pour les versions futures. De ce point de vue, notre ambition a été de délimiter le mieux possible toute une série de problèmes qui, pensons-nous, ne trouvent nulle part ailleurs une formulation aussi complète et contraignante. Ce projet est né dans le cadre d’une recherche financée par l’ANR (Responsabilité Sociale et Transition Institutionnelle/2009-2012) et n’aurait jamais pu se développer sans ce cadre. Il a permis de rassembler plusieurs communautés de chercheurs en sciences sociales sur le thème de la RSE qui ne se parlaient pas forcément et systématiquement. Notre « jeune » équipe de recherche2, loin d’être la plus connue et la plus expérimentée dans ce domaine3, a pu constituer un terrain « neutre » de mise en dialogue, de mise en problématique et peut-être de mise en cohérence. Sans doute s’agit-il d’une élaboration pour l’essentiel « francophone », et dont l’étape suivante serait de monter un peu plus encore en généralité socioculturelle. Mais ce bémol doit être lui-même relativisé, tant le langage, dans cette question de science sociale comme dans tant d’autres, ne constitue pas un medium neutre, mais a son épaisseur propre. Il doit être lui-même envisagé comme le socle pré-compréhensif à partir duquel les problèmes apparaissent. Pour le dire dans les termes du second Wittgenstein, celui des Investigations philosophiques, la RSE est une « forme de vie » collective qui se structure dans « jeux de langage ». C’est la raison pour laquelle certains articles de notre dictionnaire sont consacrés à ces questions qui ne sont pas que de pure forme.

4Notre travail de recension et de réflexion a conduit à sélectionner 100 entrées autour de la RSE. Il repose sur une problématique construite en amont de ce dictionnaire. C’est en ce sens que notre perspective est critique. Critique car elle interroge le cœur de la démarche RSE, non seulement sous l’angle de son efficacité, mais aussi de son sens. Critique car elle ne célèbre pas l’arrivée d’une solution mais s’interroge au contraire sur la forme que prend, dans la RSE, la confrontation, inhérente, au capitalisme entre éthique et efficacité. Elle souligne d’une part les potentialités de ce processus de régulation, et d’autre part les risques, nombreux, d’inefficacité et de régression sociale auquel il peut mener. En elle-même, la RSE n’est pas, forcément, une « bonne » chose ! Cette dimension du dictionnaire est essentielle et, pensons-nous, opératoire. Elle parle bien sûr aux analystes du phénomène RSE, mais aussi aux praticiens souvent abreuvés de manuels de « mise en pratique », de « prêt à penser » mais jamais, ou presque, dotés d’outils leur permettant de réfléchir le phénomène, de le mettre à distance, et de l’interroger.

5Enfin, cette visée critique, nous nous devions de la mener de manière interdisciplinaire. Les processus de RSE sont en effet tout particulièrement difficiles à attraper depuis une posture étroitement disciplinaire puisqu’ils interrogent finalement la régulation d’ensemble des économies capitalistes. Sous cette perspective, la RSE est un fait social total. C’est le sens fort que nous donnons à l’ambition « pluridisciplinaire » ou « interdisciplinaire » de ce dictionnaire qui réunit des contributions venant notamment de la gestion, de la sociologie, du droit, de l’histoire, de l’économie et de la philosophie. Nous avons cherché à articuler ses regards disciplinaires sans pour autant noyer l’effort de théorisation de la RSE dans une espèce de « soupe » pluri ou interdisciplinaire, refuge de la paresse intellectuelle. Le problème est de savoir ce que l’on met derrière les collaborations disciplinaires. On peut distinguer deux types : celles qui concernent les objets ou plus précisément les domaines de recherche (multidisciplinarité), et celle qui concerne les questions (transdisciplinarité). Le dictionnaire mobilise évidemment le premier type, mais sous la perspective d’un effort allant dans le sens du second. Nous pensons en effet que ce dictionnaire fait clairement apparaître la dimension transdisciplinaire de la RSE, « objet-frontière » par excellence. Celle-ci questionne le fonctionnement de l’entreprise (gestion), porte sur la régulation du capitalisme (économie politique), modifie les rapports sociaux au travail et à l’environnement (sociologie, écologie), interroge le droit en représentant une source « nouvelle » de production réglementaire (Droit) et est bien sûr à replacer dans une perspective historique de rapport entre entreprise et société (histoire). Ce travail transdisciplinaire procède ici d’une double dimension dans la mesure où toutes ces sciences sociales sont représentées par les auteurs des différents articles, et, dans la mesure où chaque article a été discuté et amendé par des spécialistes de l’ensemble des sciences sociales. Ce n’est donc pas un dictionnaire qui juxtapose les différents apports ; il cherche à les confronter. C’est là une exigence, peut-être une originalité, et sans doute une forte ambition de ce dictionnaire. En cela, il s’inscrit dans un paradigme renaissant en sciences sociales, celui de l’institutionnalisme qui forme le cœur de notre démarche intellectuelle collective.

Une problématique institutionnaliste

6Pour expliciter cette problématique institutionnaliste, il est aisé de s’appuyer sur l’analyse de la désormais ancienne tentative de définition de la RSE par la Commission Européenne. Celle-ci a en effet contribué à « visibiliser » le phénomène RSE, en proposant une définition dans son livre vert de 2001 : « La responsabilité (CSR) est un concept par lequel les compagnies intègrent des soucis sociaux et environnementaux dans leurs opérations commerciales et dans leur interaction avec leurs sous-traitants sur une base volontaire. Elle concerne des entreprises décidant d’aller au-delà des conditions légales minimum et des engagements provenant des conventions collectives afin de satisfaire les besoins sociaux ». (Commission Européenne, 2001, p. 1). Cette définition met l’accent sur deux points essentiels. D’une part la RSE est qualifiée de démarche volontaire des entreprises, d’autre part elle suppose que ces engagements aillent au-delà de la loi. Deux points essentiels et bien sûr très imprécis, puisque la loi à laquelle il est fait référence n’est pas rapportée à un territoire, et que le caractère « volontaire » de l’engagement suggère une entreprise parfaitement libre d’agir, ne subissant pas de pressions, concurrentielles, actionnariales, sociétales qu’il conviendrait d’analyser. Partant de ce louable, mais forcément incomplet effort de définition, nous entendons justement montrer que ce qui compte dans la RSE est précisément ce qui est ici absent : le contexte institutionnel.

7Ce dictionnaire entend expliciter cet arrière-plan institutionnel de la RSE pour rendre ce phénomène compréhensible, évaluable, voire « contrôlable ». L’enjeu de la RSE n’est en effet pas mince : forme nouvelle et hybride de régulation du capitalisme, elle porte en elle un potentiel de modification non seulement des frontières de l’entreprise mais encore de son fonctionnement interne, revivifiant, d’une certaine manière, la thématique ancienne de la démocratie d’entreprise. Pour autant, les obstacles à une RSE effectivement porteuse de régulation ne sont pas minces. Les percevoir peut au moins aider à ne pas se payer (trop) de mots. Une posture institutionnaliste permet de prendre toute la mesure de ce contexte institutionnel.

8Des approches institutionnalistes de la RSE existent dans le champ des sciences sociales francophones, où le courant institutionnaliste est vivace (Boidin et alii, 2009 ; Postel, Sobel, 2011) ; mais il faut reconnaître qu’elles sont éclatées et peu reliées entre elles. Elles sont sans doute moins représentées dans le courant anglo-saxon où les analyses de la « CSR » (Corporate Social Responsability) relèvent presque entièrement d’un mainstream structuré par l’individualisme méthodologique et par le contractualisme (Freeman, 1984). Ce dictionnaire se présente comme une synthèse de cette approche institutionnaliste appliquée à la RSE, approche que nous pensons féconde et qui se distingue radicalement de l’approche dominante. Il s’inscrit pleinement dans ce que l’on peut qualifier, en sciences de gestion, de « critical management studies ». Et plus largement, il participe du renouvellement de l’institutionnalisme en sciences sociales dans le sillage de ce que François Dosse (1996) a pu appeler « l’humanisation des sciences humaines ».

La RSE analysée comme réponse nouvelle à une (vieille) question inhérente au capitalisme : l’articulation entre éthique et efficacité

9Nous défendons la thèse institutionnaliste selon laquelle il faut interpréter de façon globale le phénomène RSE comme une nouvelle configuration, à l’intérieur du mode de production capitaliste, du compromis sociopolitique entre éthique et efficacité. Cette thèse s’oppose à une autre thèse, celle d’une radicale nouveauté de la RSE. Pour nous, la RSE n’est que la manifestation nouvelle d’une nécessité aussi vieille que le capitalisme, celle de donner, pour l’ensemble des acteurs économiques, un sens au processus de production auquel, d’une façon ou d’une autre, ils participent. Cette thèse s’oppose aussi à la dénégation fréquente de l’importance de la RSE, condamnée à n’être qu’un nouvel avatar du fétichisme capitaliste. Nous supposons ici qu’il faut prendre ce phénomène au sérieux, comme porteur d’une évolution profonde de la régulation du capitalisme… même si cette régulation est encore loin d’être effective, si tant est qu’elle le soit un jour. Derrière cette question de la responsabilité aujourd’hui adressée à l’entreprise se cache ainsi un problème beaucoup plus général qui a trait à la nature du capitalisme. Comme Marx l’avait déjà souligné, celui-ci est un mode de production redoutablement efficace en ce qu’il parvient à mobiliser l’essentiel d’une société par un objectif de recherche de puissance productive maximum. Mais il pose problème sur le plan éthique à deux niveaux :

  • À un premier niveau, celui de la justice quotidienne qui règle les rapports entre acteurs, le capitalisme pose le problème des différences de rémunération entre le capital et le travail. Le capitalisme est en effet dominé par le principe de l’accumulation du capital détenu par une catégorie, minoritaire mais dominante, de la population qui tire ainsi partie de l’ensemble des efforts productifs de la société.
  • À un second niveau, plus abstrait, mais tout aussi crucial, le capitalisme pose le problème du sens même qu’une société doit donner à la recherche d’une meilleure efficacité productive. Des anthropologues, comme Karl Polanyi (1944), ou des philosophes, comme Hannah Arendt (1960), n’ont en effet pas eu à attendre l’émergence de la RSE pour souligner que la soumission de la société à la seule logique qui caractérise le mode de production capitaliste posait des problèmes drastiques d’existence même de la société et de son environnement naturel. Une société qui ne serait soumise qu’à des injonctions d’accumulation indéfinie du capital deviendrait en effet l’outil d’une fin qui la dépasserait et du coup se trouverait privée de sens par la domination intégrale de ce « mauvais infini ». C’est contre cette absurdité propre au capitalisme que la société se doit, pour exister, d’élaborer des institutions donnant sens au processus de production.

10Voici donc les deux questions qui se posent en permanence dans une économie capitaliste : pour qui et pourquoi produire ? À ces deux questions, il faut nécessairement une réponse collective qui vienne donner un sens à l’activité productive, qui la légitime. Ces deux questions ont ainsi une dimension éthique. Elles ont trait au sens de l’action commune. C’est pourquoi, à un haut niveau de généralité, nous considérons que le capitalisme requiert l’élaboration d’une forme de compromis entre efficacité et éthique, entre économie et justice sociale. Sans ce compromis, le capitalisme se présente comme un mouvement dépourvu de sens, et fini par perdre sa force d’entraînement et d’enrôlement, et donc sa légitimité (Boltanski et Chiapello, 1999). Autant dire que le caractère absurde de l’accumulation de moyens de production pour la production y apparaît pleinement. Ainsi posée, la question éthique met au jour un enjeu macro-social essentiel. Ce n’est que sur la base d’un tel compromis que le capitalisme peut se déployer « durablement ». Et c’est cette question que le processus RSE – entre autres, à sa manière et avec toutes ses limites – prend en charge.

Du fordisme à la RSE : une théorie des vases communicants

11La naissance de la RSE est un paradoxe : l’entreprise devient responsable au moment même où, en apparence, elle ne peut plus l’être. Ce paradoxe, on peut l’expliquer à partir de la crise du mode de régulation « fordiste », lequel a combiné, pendant les « Trente glorieuses », croissance économique et justice sociale. D’une certaine manière, la RSE naît sur les ruines, encore solides, du fordisme. La financiarisation de l’économie dans les années 70 a en effet mis à mal le compromis social fordiste et sapé la relative légitimité du capitalisme. Parallèlement, les problèmes environnementaux que le fordisme avait négligés ont fini par se révéler dans toute leur ampleur. La financiarisation a donc remis sur le métier la nécessité pour le capitalisme de reconstruire une réponse aux deux questions qui fondent sa légitimité.

12Cette réponse, le capitalisme l’a d’abord cherché par le « réenchantement » de la production dans le cadre du management participatif et de l’éthique d’entreprise. Ce double mouvement présentait en effet l’avantage d’être doublement gagnant pour les entreprises, qui avaient besoin de rompre avec le taylorisme et le fordisme pour des nécessités productives et qui trouvèrent ici une manière de faire plus facilement accepter la remise en cause des acquis sociaux collectifs que Robert Castel (2003) a pu qualifier de « propriété sociale ». Cette RSE première manière se heurte cependant à des difficultés inhérentes aux règles du capitaliste : l’entreprise n’est pas qualifiée pour être le lieu d’une discussion éthique, elle est un espace dévolu à l’efficacité, marqué par l’inégalité inhérente à la relation de travail (structurée par le rapport salarial) ; surtout, elle se caractérise, à l’ère du capitalisme financiarisé, par une gestion « flexible » qui n’apporte pas aux parties prenantes internes un horizon de long terme permettant à la discussion de se déployer (Postel, Rousseau, 2008). Pour que la RSE fonctionne, il faut donc dépasser les frontières de l’entreprise et établir un terrain de négociation qui déborde le rapport salarial. C’est le rôle que jouent les institutions de la RSE. Sans prise en compte de cet aspect « macro-social », on peine à comprendre comment l’entreprise, mondialisée, dominée par la finance, et confortée par un chômage qui affaiblit les marges de négociation des salariés, pourrait s’ouvrir véritablement à l’éthique. L’identification de la dimension institutionnelle du phénomène est donc la condition sine qua non de sa compréhension.

Une interrogation sur ce qu’est « l’entreprise »

13Avec la RSE ainsi envisagée apparaît une interrogation sur l’institution qui est au centre du problème que nous posons : l’entreprise. Une des caractéristiques de la période actuelle du capitalisme est d’avoir vu la domination de la sphère économique s’étendre, via l’emprise des entreprises multinationales, au-delà de la sphère politique et juridique. Cette dernière est en permanence débordée par la logique des firmes et des marchés, ce qui explique les difficultés de régulation actuelles. La RSE questionne cette extension et porte en elle un potentiel de redéfinition de ce qu’est l’entreprise et de son rapport à la société. Par exemple, la mesure comptable est devenue depuis une dizaine d’années le champ d’un combat intense entre partisans d’une mesure fondée sur le coût historique d’actifs de l’entreprise et partisans d’une mesure mettant en avant le prix des marchés des actifs. Derrière ce débat en apparence technique, se pose la question de la représentation comptable de l’entreprise, comme ensemble d’actifs marchands ou comme totalité institutionnelle ayant sa logique propre – la combinaison d’actifs donnant plus ou moins que les actifs séparés. De même, les travaux juridiques – notamment ceux de J.P. Robé (1999) – ont pu montrer que, contrairement à une idée reçue, le droit ne reconnaissait nullement aux actionnaires la propriété de l’entreprise, mais uniquement la propriété de parts sociales de la société, ce qui est bien distinct de l’entreprise en tant qu’institution concrète et collectif de travail. L’approche institutionnaliste de la RSE défend ainsi une conception de l’entreprise entendue non plus comme boite noire, comme quasi marché ou comme source de dividende mais comme institution portée par une action collective qu’il convient de se représenter plus justement. L’accord et la diffusion d’une telle représentation sont un point essentiel dans un contexte où les entreprises disputent aux États et aux Institutions internationales le leadership sur la gestion des affaires communes.

L’entreprise, lieu paradoxal pour réouvrir un espace « d’authentique communication »

14L’étrangeté du phénomène RSE vient de ce que l’entreprise est mobilisée comme lieu de production de l’éthique. La RSE se présente ainsi d’abord comme une mise en discussion du projet commun de l’entreprise entre les différents acteurs pertinents, ou parties prenantes, de son activité. Cette « discussion » ne peut cependant être considérée comme allant de soi. L’entreprise est certes un espace discursif, mais la communication y est a priori étroitement contrôlée, car relevant elle aussi de la relation d’autorité qui règle son fonctionnement.

15Dans le cadre du taylorisme, le principe même de la gestion des ressources humaines était la suppression, dans l’entreprise, de toute parole « libre » entre salariés. Dans l’histoire du capitalisme, cette absence d’éthique dans l’entreprise, espace dévolu à la pure efficacité, a donné lieu à deux types de régulation, mobilisant des normes extérieures qui intégraient un certain sens de la justice. La version paternaliste entendait répondre de manière verticale et autoritaire à ce qui est moralement souhaitable, et ce par la projection, sur l’entreprise et ses salariés, des valeurs du chef d’entreprise, ici envisagé comme l’équivalent symbolique du père de famille inculquant les justes valeurs à ses enfants. Ainsi, la norme morale imposée par le chef d’entreprise s’articulait à la norme productive d’efficacité imposée au sein de l’entreprise de telle sorte que le salarié était doublement contraint et n’accédait jamais au statut d’acteur autonome. La version « État social » caractéristique du fordisme de l’après-guerre, articulait, d’une part, méthode tayloriste dans l’entreprise et, d’autre part, discussion entre partenaires sociaux au niveau macroéconomique, permettant de définir les droits des salariés à profiter de l’effort productif – c’est-à-dire la justice sociale. Cette fois les salariés pouvaient contribuer à la définition de la justice sociale, mais de manière externe à l’entreprise et indirecte, notamment à travers leurs « représentants ». Ce « dialogue » social via la négociation collective de branches enrichissait les conquêtes sociales obtenues via la loi. Avec la RSE c’est l’ouverture d’une possibilité pour chacun de s’exprimer « dans l’entreprise » qui se joue, c’est-à-dire d’introduire une discussion éthico-politique là même où régnait jusqu’alors le dogme de l’efficacité.

16Ce pari ne peut donc se comprendre qu’en se dotant d’une représentation fine de la figure de l’acteur que mobilise la RSE. Un acteur qui ne calcule pas, qui n’agit pas de manière instrumentale, mais qui au fond renoue avec la « prudence » – vertu essentielle chez Aristote (Aubenque, 1976) –, c’est-à-dire la capacité à faire preuve de raison pratique et de dessiner avec les autres acteurs une direction commune et une action collective porteuse de sens et considérée comme juste. Cette redécouverte des vertus de la discussion comme action capable de définir le sens commun vient évidemment s’inscrit dans la démarche contemporaine d’Habermas (1983) dont on sait qu’il défend la nécessité d’ouvrir des espaces sociaux pour permettre le déploiement d’une authentique communication. Que le lieu de cette redécouverte puisse concerner au premier chef l’entreprise, voilà bien le singulier paradoxe que le développement de la RSE nous enjoint à penser.

Enjeux et risques de la RSE : un espace discursif à construire

17Pour ne pas être qu’une sinistre plaisanterie ou un piège grossier, le pari discursif de la RSE doit donc singulièrement préciser ce qui assure le caractère ouvert, équilibré, libre, durable, de l’espace langagier qu’il requiert. Il faut en effet conquérir et aménager cet espace dans l’entreprise, malgré et contre la « relation d’autorité » qui perdure. C’est sans aucun doute l’enjeu de la « normalisation » de la RSE que ce soient par exemple à travers les principes directeurs de l’OCDE, le GRI ou l’ISO 26000. Ces normes, de toute évidence, ne sont pas des normes morales. Elles n’entendent pas dire ce qui est bien et mal. Elles sont procédurales. Elles indiquent non pas ce que doit contenir une démarche de RSE comme mesures concrètes, mais comment doit s’organiser le processus par lequel les parties prenantes s’accordent sur un fonctionnement et une organisation « juste » de l’entreprise. Elles « organisent » la discussion et il serait plus précis de les considérer comme des règles ou des conventions. De leur bon fonctionnement peut dépendre beaucoup. Que ces règles échouent à réellement bâtir un espace discursif dans l’entreprise, et la RSE ne sera qu’une plaisanterie acide. Derrière l’apparente redécouverte de l’éthique c’est bien plutôt le retour du paternalisme en lieu et place de l’État social – et de ces garanties démocratiques – qui se produira. La RSE, régressive, serait alors non pas une solution mais la source d’une nouvelle souffrance au travail.

18C’est en ce sens que la réflexion sur la dimension juridico-institutionnelle de la RSE (codes éthiques, accords-cadres, référentiels, etc.) est centrale. Derrière cette réflexion, c’est la question de la redécouverte de l’acteur et, et avec lui, celle d’un lieu de co-construction du bien commun qui se pose. Là se joue l’actualisation – ou pas – du potentiel régulatoire de la RSE. Raison pour laquelle ce dictionnaire a mis un soin particulier à étudier non seulement les dispositifs juridico-institutionnel, mais aussi les enjeux conceptuels des notions de règle, convention, responsabilité, propriété, communication, souffrance qui les traversent. Loin d’être un supplément d’âme savant et pompeux à une question simple et pratique, cette réflexion conceptuelle doit aider le lecteur à comprendre et le cas échéant mettre en œuvre une RSE véritablement porteuse de sens et émancipatrice. De même, les nombreuses entrées consacrées au cadrage macroéconomique et aux enjeux sociétaux qui traversent la RSE (comme par exemple l’actuel engouement pour la mesure et les indicateurs de performance) sont conçues comme permettant de saisir ce qui se joue dans la RSE, c’est-à-dire la redécouverte ou l’écrasement d’un sens commun.

100 mots pour définir la RSE : Guide de lecture

19Ce dictionnaire critique qui comporte 100 entrées fonctionne par ordre alphabétique. Les articles en sont plus ou moins longs mais synthétiques et calibrés dans leur présentation. Ils proposent en général une définition « tranchée » des termes utilisés qu’ils resituent dans le débat en sciences sociales et mobilisent quelques entrées bibliographiques jugées essentielles, et permettant d’aller plus loin. Délibérément, les entrées sont traitées de manière simple, avec le plus souvent une certaine liberté de ton. En ce sens, c’est un outil de réflexion, pas un sas de transition entre réflexion scientifique et questions pratiques – avec les risques que cela comporte. Le travail de direction d’ouvrage a visé à forcer l’homogénéisation selon quelques règles acceptées par l’ensemble des contributeurs, ce dont nous les remercions. Pour autant, le lecteur percevra sans doute des différences de style et de registre d’argumentation entre entrées, chacune étant signée par son ou ses auteurs, lesquels sont d’abord et avant tout – est-il besoin de le rappeler – des chercheurs.

20Le choix des termes mobilisés s’inscrit, évidemment, dans la thèse brièvement développée dans cette introduction. Il existe sans doute des manques, mais nous avons veillé à ce que les principaux concepts et les principales questions que pose la RSE trouvent au moins ici le début d’une réponse. Le choix de limiter le nombre d’entrée à 100 a été fait de manière précisément à ne pas prétendre à l’exhaustivité mais à viser plutôt un travail de synthèse, solide, autour de notre approche critique et institutionnaliste du phénomène RSE. Le titre des entrées, volontairement court, ne rappelle pas ce qui est à la base de ce dictionnaire : les notions y sont traitées avec en ligne de mire la notion de RSE sans que cela soit en général précisé. On peut lire chaque entrée séparément, ponctuellement, pour une utilisation précise. Cependant nous avons veillé à ce que chaque entrée, autonome, ne soit pas pour autant coupée du dictionnaire dans son ensemble. Ainsi, dans le texte, la plupart des définitions renvoient à d’autres entrées du dictionnaire, et, systématiquement après chaque entrée, une liste des entrées « connexes » est indiquée. Cette liste forme un sous-ensemble cohérent du dictionnaire permettant ainsi une lecture thématique.

  • 4 Réalisé avec l’aide de Mlle Laurie Decoux, que nous remercions.

21Pour faciliter cette lecture thématique, une série de thèmes rassemblant plusieurs entrées est proposée dans un tableau ci-dessous4. Les grandes catégories que nous avons pu détailler sont : Législation, Philosophie morale et politique, Macroéconomie, Institutions, Entreprise, Enjeux sociétaux. Chaque thème est ensuite ventilé selon deux types d’entrées : des entrées à visée principalement conceptuelle ou théorique, et des entrées à visée plus appliquée ou portant essentiellement sur un objet empirique. Ceci permet une facilité de lecture, et constitue un travail de mise en cohérence et de justification du choix de 100 mots permettant de faire le tour de la question. Bien évidemment, toute autre lecture est possible, y compris et peut-être surtout le butinage aléatoire à même de faire apparaître au lecteur des dimensions transversales que nous n’aurions pas vu. Ce en quoi l’activité de lecture est potentiellement créatrice d’un sens nouveau et autonome. Après tout, ce dictionnaire n’est qu’un outil, et un outil n’existe et ne vaut que par ses multiples formes d’appropriations et d’usage.

22Les articles sont signés par leurs auteurs mais ont été longuement discutés et acceptés collectivement. Ce dictionnaire forme donc un tout et incarne une certaine idée de la RSE. Cette cohérence d’ensemble, au-delà des différentes entrées, fait de ce dictionnaire un outil de décryptage mais aussi un ouvrage à thèse sur la nature, le fonctionnement, les enjeux de la Responsabilité Sociale de l’Entreprise. En ce sens, il est critique, et non consensuel… nous prenons donc nos propres « responsabilités » !

Bibliographie

Arendt H. (1960 [1983]), La condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy.

Aubenque P. (1976), La prudence chez Aristote, Paris, Presses Universitaires de France.

Boidin B., Postel N., Rousseau S. (2009), La responsabilité sociale des entreprises, Une perspective institutionnaliste, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.

Boltanski L., Chiapello E. (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Capron M., Quairel-Lanoizelée F. (2010), La responsabilité sociale d’entreprise, Paris, La Découverte.

Commission Européenne (2001), Promouvoir un cadre européen pour la responsabilité sociale des entreprises, Bruxelles, Livre vert, juillet 2001 COM (2001) 366 final, 18 juillet 2001 – JOCE C5-0161/2002.

Daugareilh I. (dir.) (2011), Responsabilité sociale de l’entreprise transnationale et globalisation de l’économie, Bruxelles, Bruylant.

Dosse F. (1995), L’empire du sens, l’humanisation des sciences humaines, Paris, La Découverte.

Freeman R.E. (1984), Strategic Management: A Stakeholder Approach, Boston, Pitman.

Habermas J. (1983 [1987]), Théorie de l’agir communicationnel, (trad. fr. de J. M. Ferry), Paris, Fayard.

Polanyi K. (1944 [1983]), La Grande Transformation, Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard (1re édition anglaise, The Great Transformation).

Postel N., Rousseau S. (2008), « RSE : La nécessité des Institutions », M@n@gement, 11: 2, p. 137-160.

Postel N., Sobel R. (2011), « Polanyi contre Freeman », Revue de la régulation [En ligne], n° 9, 1er semestre 2011, mis en ligne le 20 juin 2011, URL : http://regulation.revues.org/index9187.html.

Postel N., Cazal D., Chavy F., Sobel R. (dir.) (2011), La responsabilité sociale de l’entreprise. Nouvelle régulation du capitalisme ?, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, coll. « Capitalismes, éthique, institutions ».

Robé J. P. (1999), L’entreprise et le droit, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », n° 3442.

Annexes

Guide de lecture thématique

LÉGISLATION PHILOSOPHIE MORALE ET POLITIQUE MACRO­ÉCONOMIE INSTITUTION ENTREPRISE ENJEUX SOCIÉTAUX
THÉORIE CSR et RSE
Droit du travail
Droits de l’Homme
Droits fondamentaux
Effectuation du droit
Éthique des Affaires
Multinationale
Propriété de l’entreprise
Soft law
Définir la responsabilité sociale
Esprit du capitalisme
Justice sociale
Libéralisme égalitaire
Moralisation
Principe responsabilité
Responsabilité
Travail
Utilitarisme
Capitalisme
Chaînes globales de valeur
Financiarisation
Fordisme
Modes de régulation
Post-Fordisme(s)
Rapport salarial
Sous-traitance
Taylorisme
Biens publics mondiaux
Contrat
Convention
Entreprise
Institution
Marchandises fictives
Rapport social à l’environnement
Règle
Théorie de la Régulation
Concurrence
Efficacité
Gouvernance de l’entreprise
Marketing
Parties prenantes
Performance globale
Relation d’autorité
Stakeholder vs stockholder
Stratégie
Commerce équitable
Comptabilités environnementales
Conceptions de la RSE
Consommation responsable
Développement durable
Employabilité
Histoire de la RSE
Paternalisme
Rente environnementale
PRATIQUE Accord cadre international
Alerte professionnelle
État et RSE
ISO 26000
Loi NRE et lois Grenelle I et II
OIT déclaration tripartite
Pacte mondial des Nations Unies
Principes directeurs de l’OCDE
Code de conduite
Communication
Économie Sociale et Solidaire
Engagement personnel
Enseignement
Fantasme
Leximin
Chine
Développement (Pays en)
Développement territorial
Émergents (Pays)
État social
Investissement socialement responsable
Investissements fonciers à grande échelle
Valeur ajoutée
Corégulation
Frontières de la firme
Indicateurs de richesse
ONG
Partenaires sociaux
Partenariats public-privé
Patrimoine commun
Union Européenne
Démocratie dans l’entreprise
Engagement éthique
Gouvernement de l’entreprise
« Juste » valeur ?
Liquidité
PME et RSE
Souffrance au travail
Stratégie sociale
Bilan sociétal
Droits de propriété pharmaceutiques
Épuisement des ressources
Global Reporting Initiative
Paradis fiscaux
Reporting
Sport responsable ?

Notes

1 Nous adressons tous nos remerciements à l’équipe rédactionnelle des Éditions du Septentrion et en particulier à Mlle Julie Vandenberghe qui a assuré, avec efficacité et enthousiasme, et dans un temps extrêmement court, la mise en forme finale de ce dictionnaire.

2 Le projet de recherche ANR RSTI, porté par le laboratoire CLERSÉ (UMR 8019), sous la direction de Nicolas Postel, regroupait notamment Richard Sobel, Sandrine Rousseau, Didier Cazal, Isabelle Daugareilh, Bruno Boidin, Bénédicte Vidaillet, Alain Desreumaux, Benoît Lallau, Gaëtan Saoût, Clément Séhier, Irène Berthonnet.

3 Nous avons bénéficié de contacts enrichissant avec les équipes de l’ANR « potentiel régulatoire de la RSE » dirigée par Julienne Brabet, par l’équipe de la Chaire de responsabilité sociale et de développement durable de Montréal (UQAM) dirigée par Corinne Gendron, l’équipe « propriété de l’entreprise » animée par Olivier Favereau au sein du collège des Bernardins et enfin l’ensemble des colloques et réunions organisés sous l’égide du RIODD : http://www.riodd.net/.

4 Réalisé avec l’aide de Mlle Laurie Decoux, que nous remercions.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540