Version classiqueVersion mobile

Les Houillères entre l’État, le marché et la société

 | 
Sylvie Aprile
, 
Matthieu de Oliveira
, 
Béatrice Touchelay
, 
et al.

3.2. L’après-mine : les conditions du renouvellement et du développement durable

La conversion en débat, les débats de la conversion. Autour de la catastrophe de Liévin

Marion Fontaine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au matin du 27 décembre 1974, se produit dans le quartier des Six-Sillons, à la fosse 3, située sur le territoire de la commune de Liévin, la plus grande catastrophe minière française de l’après-guerre : on compte 42 victimes. Contrairement à ce qu’une vision évolutive et rassurante pourrait laisser penser, les dernières décennies d’exploitation du charbon en France ne sont pas en effet exemptes de très graves accidents1 : on pense à celui qui survient à Fouquières-lez-Lens en 1970 (16 morts) et un peu plus tard à ceux qui ont lieu dans le bassin de Lorraine, à Merlebach (16 morts en 1976) et au puits Simon (22 morts en 1985). La catastrophe de Liévin est parmi tous ceux-là l’événement le plus grave et soulève une vive émotion, aussi bien à l’échelle locale qu’à l’échelle nationale, comme l’attestent les dons qui affluent en signe de solidarité aux familles des victimes ou la retransmission télévisée de leur enterrement, en présence du Premier ministre Jacques Chirac le 31 décembre2...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search