Version classiqueVersion mobile

Les Houillères entre l’État, le marché et la société

 | 
Sylvie Aprile
, 
Matthieu de Oliveira
, 
Béatrice Touchelay
, 
et al.

1.1. Résilience ou résistance ?

Les hommes du charbon face aux grands chocs de la deuxième moitié du XXe siècle : le témoignage de leurs écrits

Diana Cooper-Richet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

De prime abord, pour tous ceux qui ont arpenté pendant de longues années l’histoire de la mine et des mineurs en France, tout comme pour ceux qui ne la fréquentent qu’occasionnellement, l’utilisation du terme de « résilience » pour qualifier ce milieu industriel très particulier peut sembler surprenante, voire incongrue, puisqu’il signifie cette capacité que peuvent avoir les individus, les groupes ou encore les organismes à s’adapter à un environnement changeant1. Pour les houillères, les grands changements intervenus au cours de la seconde moitié du XXe siècle sont fondamentaux : Deuxième Guerre mondiale, nationalisations, Bataille du charbon, modernisation incomplète, puis fermeture définitive des puits et fin de la production du charbon en France. Face à ces « chocs » majeurs, dont certains furent traumatiques, les mineurs ont-ils su ou voulu faire preuve de cette capacité d’adaptation qui sous-tend la notion de résilience ? Ne se sont-ils pas, au contraire, arcbouté...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search