Version classiqueVersion mobile

L’intentionnalité et les mondes possibles

 | 
Jaakko Hintikka

Postface : L’Enquête-Hintikka1 et la philosophie formelle

Nadine Lavand

Texte intégral

  • 1 Dénomination forgée sur le modèle de l’expression Projet-Hintikka, employée à propos des logiques (...)
  • 2 « Nous nous sommes démenés pour trouver une manière de concevoir la prolifération des programmes d (...)
  • 3 et certainement pas seulement par la masse de sa bibliographie — plus de trois cents articles, plu (...)

1Jaakko Hintikka s’est vu décerner, en 2005, le prix Rolf Schock en Logique et Philosophie pour « ses contributions pionnières à l’analyse logique des concepts modaux, en particulier les concepts de connaissance et de croyance ». Cette reconnaissance, jointe aux récents travaux de Hintikka lui-même, ainsi qu’à tous ceux qu’il a pu inspirer2, n’est pas pour rien dans le regain d’attention qui suscite la réédition de ses tout premiers ouvrages — entre autres, celle de l’Opuscule 6 des PUL, L’intentionnalité et les mondes possibles. C’est l’occasion d’expliciter, avec le recul que donne la vingtaine d’années écoulée depuis la rédaction de la Préface initiale, l’intérêt multidimensionnel d’une œuvre considérable3 et hautement inventive.

Deux perspectives sur une œuvre

  • 4 « Epistemic logicians in computer science acknowledge Hintikka as their origin » Wiebe van der Hoe (...)
  • 5 première édition, Cornell University Press, USA, 1962, puis trois éditions successives en 1964, 19 (...)
  • 6 « computer science ».
  • 7 « après une quatrième édition en 1969, Knowledge and Belief n’a plus été réimprimé et, comme nombr (...)
  • 8 Smets, Mandani, Dubois, Prade, Non Standard Logics for Automated Reasoning, London, Academic Press (...)
  • 9 « en développant des systèmes basés sur la connaissance, on crée habituellement un formalisme indé (...)

2La première de ces dimensions semble être l’informatique théorique. Il est en effet admis qu’« en informatique théorique, les logiciens épistémiques reconnaissent Hintikka comme leur origine4 » ; lorsque, en 2005, Knowledge and Belief5 a été réédité par Hendricks et Symons, ce fut, significativement, comme le premier volume d’une collection des King’s College Publications, dont les directeurs émargent au département d’informatique théorique6 de leur université. Hommage, sans doute, mais aussi réponse à une forte demande7. Rien d’étonnant à cela, sachant l’intérêt que présente la logique épistémique pour les équipes travaillant sur des systèmes basés sur la connaissance. Pour faire valoir un exemple déjà très ancien — un peu antérieur à la première publication du présent ouvrage, en 1988 — les actes8 d’ateliers tenus en 1986 et 1987 à Rodez et Cordes par un collectif de spécialistes d’informatique théorique comprenaient « les diverses logiques qui s’y trouvent présentées comme fournissant des théories prescriptives pour différents modes de raisonnement »9. Le tout premier intervenant, Peter Jackson, proposait alors d’utiliser les travaux de Hintikka pour « fournir un modèle de la manière dont un ordinateur peut maintenir une base de connaissance consistante ». Il lui reconnaissait le mérite d’être « conservatif quand il accepte les mises à jour d’informations mais utilement permissif quand il répond à des requêtes. »

  • 10 l’usage s’est établi d’accepter aussi en langue française l’acronyme G.T.S., formé sur Game Theore (...)
  • 11 parfois appelé aussi jeux d’Héloïse et Abélard, d’après un jeu de mots sur les initiales de ces no (...)
  • 12 Ibid., p.4.
  • 13 La Logique IF est une extension de la logique du premier ordre, dont les quantificateurs ne prenne (...)
  • 14 Voir sur ce point Vincent F. Hendricks, « Hintikka on Epistemological axiomatisations », Daniel Ko (...)
  • 15 En particulier le problème de la transidentification (voir sur ce point Troy Catterson, « Hintikka (...)

3Que la réimpression de Knowledge and Belief soit indispensable aux théoriciens de l’informatique qui travaillent sur les bases de données ne doit donc pas masquer que les travaux sur lesquels s’appuie Jackson dans les années quatre-vingt du siècle passé ne sont déjà plus tout à fait du même ordre que ceux que présentait la cuvée des années soixante. Ce qu’il utilise alors des travaux de Hintikka, c’est déjà « une sémantique non standard pour la logique classique », une « sémantique des jeux »10, — dite parfois GTS11 — « pragmatique en ce qu’elle incorpore la notion de vérification et de réfutation »12. Celle-ci s’y trouve mise à l’œuvre indépendamment de l’appareil de la logique IF, élaborée plus tard par Hintikka et Sandu13 et désormais employée couramment en logique épistémique. Techniquement, la mutation entre la sémantique des mondes possibles des premières œuvres14 et l’ensemble constitué par les Logiques IF et la Sémantique des jeux est assez radicale pour conclure que l’intérêt porté par les théoriciens de l’informatique à Knowledge and Belief tient, plutôt qu’aux résultats initiaux, aux perspectives et aux problèmes qui s’y esquissent15, et dont le traitement n’a cessé d’être remis en chantier par Hintikka : le Rolf Schock Prize est décerné à une recherche de grand empan, à un œuvrer pionnier continu et pas seulement à un ouvrage non moins séminal que fondateur.

  • 16 Jaakko Hintikka, Socratic Epistemology Explorations of Knowledge-Seeking by Questioning, Cambridge (...)

4Pourtant ce serait se méprendre gravement sur la portée de l’œuvre de Hintikka que de la borner à une contribution à l’informatique théorique, si importante soit-elle. Il se prononce très clairement sur ce point en 2003, à propos de la logique épistémique qui constitue le thème de la majeure partie des études traduites dans le présent recueil : « le raisonnement sur la connaissance est devenu un sujet important dans les branches de l’informatique théorique telles que l’intelligence artificielle et la théorie des bases de données. La logique épistémique a été enrôlée au service de ces études, ce qui a encouragé à travailler sur les aspects du sujet les plus orientés vers l’informatique, et donc les plus techniques »16. Sa visée, à son sens, n’a cessé d’être d’ordre philosophique : « créée par des philosophes à des fins philosophiques », la logique épistémique présente des « applications philosophiques potentielles » que l’on aurait grand tort de négliger. Mais le lecteur qui tente de rapprocher les premières études de Hintikka des plus récentes se retrouve confronté à un étrange paradoxe : entreprendre de connaître la connaissance par la voie formelle, c’est s’engager dans une démarche dont l’aboutissement est que la connaissance n’est nullement l’objet que la dite démarche a fini par faire connaître !

  • 17 en 2005.
  • 18 « Une épistémologie sans connaissance et sans croyance » Journée de la philosophie, no 2, UNESCO 2 (...)

5Certes, ainsi que le rappellent Hendricks et Symons dans la Préface à leur réédition17 du Knowledge and Belief de 1962, les promesses initiales de la logique épistémique de la première génération étaient bien celles d’une « philosophie formelle » de la connaissance : « développer la logique de la connaissance et de la croyance ne se limitait pas à pourvoir la logique modale d’un simple appendice. La finalité en vue était, et demeure, celle de servir d’épistémologie logique, d’instrument d’investigation systématique de la nature de la connaissance ». Néanmoins, l’apport de la logique épistémique dite « de seconde génération » apparaît tout différent à Hintikka lorsqu’il l’apprécie lors des journées de philosophie de l’UNESCO en 2004 : « Il me semble que l’épistémologie serait en bien meilleure forme si, au lieu du terme profond de « connaissance », les philosophes cultivaient davantage l’affreux terme étranger d’« information », bien qu’il ne rende sans doute pas le sens profond que le philosophe donne à « connaître ». De toute manière, dans la logique générique de l’épistémologie envisagée ici, le sens fort de connaissance propre au philosophe ne joue aucun rôle »18. Dans ces conditions, quelle sorte de continuité peut bien justifier de conserver malgré tout la catégorie de « logique épistémique » pour les travaux dits de première génération — articulés dans le cadre de la sémantique des mondes possibles — et les travaux dits de seconde — indissociables de l’usage de la Sémantique des Jeux et de la Logique IF ? Et qu’est-ce qui a pu induire en la matière un changement si profond ?

Deux générations

  • 19 Knowledge and Belief, An introduction to the Logic of the Two Notions, Reprint prepared by Vincent (...)
  • 20 ibid., p. 10.
  • 21 ibid., p. 10.
  • 22 ibid., p. 23-4.

6Lorsque Hintikka présente la logique épistémique, en 1962, il ne s’engage pas seulement à fournir des « critères de consistance explicites pour certains ensembles d’énoncés — critères dont on espère qu’ils seront comparables aux critères de consistance étudiés dans les diverses branches de la logique »19 ; prendre « au sérieux », comme il y invite alors, le terme de « logique » qui apparaît dans le sous-titre de l’ouvrage — « une introduction à la logique des deux notions » — c’est entreprendre de les appliquer « à quelques cas particuliers », et, ce faisant, viser « plus d’un but »20. Si l’énoncé « j’espère suggérer que les résultats de nos considérations générales s’accordent largement avec la manière dont nous employons naturellement les verbes « savoir » et « croire » » exprime une promesse d’adéquation à l’usage, une autre ambition se dessine dans le suivant : « certaines des applications semblent présenter un intérêt intrinsèque considérable. Et on a déjà suggéré que certaines de ces applications nous conduiront à étendre notre appareil conceptuel de manière intéressante. »21. La prééminence accordée à l’idéalisation rationnelle est sans équivoque : « certaines exceptions apparentes sont prises en charge par les restrictions auxquelles nos critères de consistance doivent être soumis dans tous les cas ou bien peuvent être éliminées par une explication » ; il est donc surtout attendu de l’approche formelle qu’elle permette d’accroître notre connaissance de la connaissance — de la croyance, aussi, qui s’en distingue très classiquement. Une règle, (A.K.), modélise le fait que « quand vous dites « a sait que p » il serait inconsistant de votre part de dénier en cette même occasion que p est le cas », et « on voit immédiatement, quand on traite de la croyance et non du savoir, que l’analogue de (A.K.) n’est pas valide »22. Vous ne pouvez dire savoir que ce dont vous n’admettez pas que cela puisse être faux ; par contre, cela, vous pouvez dire le croire en un certain sens, celui du « tenir pour vrai » ; c’est donc le rapport à la vérité de l’objet de l’attitude propositionnelle qui différencie connaître de croire. Dans ces conditions, en quel sens la logique épistémique de seconde génération permet-elle alors de mieux connaître la connaissance (et la croyance) que celle qui la précède ?

  • 23 Jaakko Hintikka, Socratic Epistemology, Explorations of Knowledge-Seeking by Questioning, Cambridg (...)
  • 24 ibid., p. 16.
  • 25 ibid., p. 16.
  • 26 ibid., p. 16.
  • 27 Vincent F. Hendricks, « Partitionning Properly Pursued », Hintikka and his replies, Revue Internat (...)
  • 28 Jaakko Hintikka, Socratic Epistemology, Explorations of Knowledge-Seeking by Questioning, Cambridg (...)
  • 29 On consultera avec profit sur cette question les actes du colloque de 1994, Elizabeth Rigal, Jaakk (...)

7Ce qui se transmet, de la « connaissance », objet de la logique épistémique de première génération, à la « connaissance », objet de celle de seconde génération, c’est un trait que la notion courante ne prend que lorsqu’elle se trouve ramenée à sa fonction de guide de l’action : « le rôle de la connaissance dans la prise de décision » n’est autre que « d’éliminer certaines possibilités »23. La connaissance (et la croyance) ne s’entendent jamais qu’en tant que celles de l’agent en situation d’incertitude de la théorie de la décision. Dans ces conditions, le trait principal de la connaissance est de réaliser une dichotomie : « la logique épistémique ne présuppose pour l’essentiel que la dichotomie entre les scénarios épistémiquement possibles et les scénarios épistémiquement exclus »24. Ce trait, notons-le, est loin de lui être propre : « des notions épistémiques différentes, comme la connaissance, la croyance, et l’information », partagent « la même dichotomie logique »25. Mais, dès lors que « la dichotomie définit le contenu d’une attitude propositionnelle, tandis que les critères selon lesquels elle est tracée déterminent l’attitude propositionnelle traitée », il y a une « logique générique des contenus des attitudes », qui est « la logique générique de l’épistémologie » — laquelle, pour cette raison même, peut être considérée comme « la logique de l’information »26. Avec un peu de recul, Hendricks peut donc écrire : « des attitudes propositionnelles différentes ne sont que des modularités différentes d’information, des modularités qui guident l’action et la prise de décision »27. S’il est vrai que « la notion de connaissance appartient à l’épistémologie appliquée parce qu’elle est liée conceptuellement aux notions d’action et de prise de décision », on ne s’étonnera pas que « des conclusions similaires valent pour les autres concepts épistémiques qui sont liés conceptuellement au comportement, en particulier avec la prise de décision »28. Rétrospectivement, il apparaît donc que la « philosophie formelle » initiée dans Knowledge and Belief, et dont L’Intentionnalité et les Mondes possibles donne à connaître les prolongements immédiats, s’est développée au point de renoncer à ce que l’approche des attitudes propositionnelles selon la sémantique des mondes possibles conservait de la conception statique de la connaissance comme rapport intentionnel à des objets. Le titre du présent opuscule ne s’inscrit pas moins dans un moment (vivant) de la réception de l’œuvre de Hintikka.29 Mais qu’en est-il, alors, de la notion de croyance, dont la connaissance importe à celle de la notion de connaissance au moins depuis Platon — lequel, il est vrai, n’aborde ni l’une ni l’autre en s’en tenant au point de vue de l’agent en situation d’incertitude ?

  • 30 Un moment qui n’est pas « dépassé », loin de là, puisque l’exploration de l’intentionnalité à part (...)
  • 31 Paul Gochet, Compte rendu de lecture de l’ouvrage Socrahc Epistemology, Explorations of Knowledge- (...)
  • 32 Socratic Epistemology, Explorations of Knowledge-Seeking by Questioning, Cambridge, Cambridge Univ (...)
  • 33 « mon insistance sur ce point a le caractère d’une repentance, car je réalise que mes énoncés dans (...)
  • 34 ibid., p. 31.
  • 35 ibid., p. 32.
  • 36 ibid., p. 31-3.

8Pour le comprendre, il faut entrer un peu plus profondément dans la description de la dite « logique épistémique de seconde génération ». La lecture du présent ouvrage appelle un complément en celle de Socratic epistemology Explorations of Knowledge Seeking by Questioning30, où Hintikka expose l’état abouti de ce qu’il appelle le « modèle interrogatif de l’enquête ». Paul Gochet salue en le dit ouvrage celui qui « réunit [les résultats de Hintikka] en logique épistémique, logique érotétique, et épistémologie, et éclaire leur signification pour la philosophie générale »31. Le modèle interrogatif de l’enquête met en valeur le potentiel de la logique épistémique de seconde génération, qui est aussi une logique des questions. Parce qu’il reflète une conception dynamique de l’acquisition de connaissance comme flux, il ne présuppose « aucune croyance stable en ce qui est connu »32. Hintikka tient à souligner l’importance de cette différence33 qui ne constitue à proprement parler un simple changement — et non une mutation radicale — que parce que la dichotomie, ou partition, se maintient, et ce quelle que soit la conception, statique ou dynamique, des attitudes épistémiques. Mais quelle peut donc être la place de la croyance dans un tel modèle ? La réponse est bien simple : aucune ! Elle ne figure nulle part au cours de l’enquête interrogative : « Cette notion ne joue aucun rôle dans une enquête interrogative, seulement dans l’évaluation de son terme putatif. [...] Ce que je suggère est qu’elle n’a pas à jouer le moindre rôle non plus en épistémologie générale »34. Ainsi, pour aller directement à la conclusion d’une riche étude comparative, « la différence entre la croyance et la connaissance ne se trouve pas seulement dans le degré de justification qui a été atteint par celui qui croit. Cela ne signifie pas qu’il y ait un composant évaluatif dans la connaissance et non dans la croyance. La différence se trouve dans le type d’évaluation impliqué. Elle se rapproche davantage de la différence qui sépare la satisfaction des normes de confiance épistémique librement choisies par un agent et la satisfaction de certaines normes impersonnelles appropriées au sujet »35 ; c’est donc sa propre norme de croyance, sa propre attente quant à l’enquête, qui prescrit à l’enquêteur le moment où il doit, selon elle, et partant d’après lui, interrompre sa recherche. Ainsi, « le modèle interrogatif n’est pas seulement une reconstruction rationnelle de l’acquisition de connaissance, il peut aussi être utilisé comme un modèle de formation de la croyance »36. Le maintien de la notion de « logique épistémique » ne se justifie donc que par analogie : la prééminence accordée traditionnellement à la connaissance sur la croyance comme attitudes propositionnelles expliquait que l’on ait tendance à désigner, sous cette dénomination, une logique qui proposait des critères de consistance concernant les énoncés où se combinent les opérateurs de croyance et de connaissance. Quant à la logique de l’information, l’usage qu’elle fait d’un opérateur K et son caractère de composition entre une logique épistémique ordinaire et une logique IF autorisent cette continuité, malgré la radicalité du changement que cette dernière induit dans la première.

  • 37 cf note 27.
  • 38 cf note 27.
  • 39 Thomason, Introduction, in Formal Philosophy, Selected Papers of Richard Montague, Yale, New Haven (...)
  • 40 ibid.
  • 41 Socratic epistemology... p. 75.

9Cependant, le renouvellement réel qui caractérise la « deuxième génération » comme telle, joint aux propos de Hendricks37 qui rapporte les notions de connaissance et de croyance à l’épistémologie « appliquée », conduisent à réexaminer la question de la relation entre philosophie formelle et informatique théorique. L’enjeu technologique de l’épistémologie formelle appliquée, c’est bien aujourd’hui, comme ce dernier le souligne un peu plus loin, le « logiciel social »38. Le refus de Hintikka — déjà évoqué plus haut — de ramener la philosophie formelle portant sur la connaissance et la croyance à ses enjeux technologiques doit être scruté de plus près, pour cerner ce qui est à entendre par « philosophie formelle », et mesurer ce qui la distingue d’un appendice théorique de la technologie informatique. On sait que la notion de « philosophie formelle » est le titre donné par Richmond Thomason à un recueil d’articles de Montague paru en 1974 — Montague selon qui « la syntaxe, la sémantique et la pragmatique des langages naturels sont des branches de la mathématiques, non de la psychologie »39 : cette dénomination entre en résonance avec d’autres titres d’œuvres remarquables de l’histoire des sciences — les Principa Mathematicae philosophia naturalis de Newton, les Principia mathematica de Russell et Whitehead — il n’est pas question ici d’appliquer les mathématiques à la connaissance de la nature, ni de trouver dans la logique les principes suffisant à la mathématiques, mais d’appliquer la métamathématique au langage naturel : « la syntaxe de l’anglais ne fait pas moins partie des mathématiques que la théorie des nombres ou la géométrie »40. La reprise de cette catégorie incite à se demander en quel sens de « philosophie » la logique épistémique de seconde génération, qui ne se préoccupe pas de la connaissance et de la croyance au sens « profond » ou « solennel » censé intéresser le philosophe, d’après Hintikka41 pourrait relever d’une « philosophie formelle » ? Serait-ce en son sens le plus général de « science » ? Ou sous une autre détermination déjà historiquement circonscrite ?

Portée et limites de la philosophie formelle

  • 42 ibid., p. 75.

10Un tout premier élément de réponse est apporté par le bilan que dresse Hintikka, à la fin de l’article « Second generation epistemic logic », des « aperçus promis par la logique épistémique d’origine », et que seule la seconde génération a pu fournir. Elle n’y parvient, faut-il le rappeler, qu’en tant que logique épistémique IF. Qu’est-ce qu’une logique IF ? « L’idée cruciale est que la dépendance mutuelle des variables de la vie réelle est exprimée dans une notation logique par la dépendance formelle mutuelle des quantificateurs auxquels elles sont liées ». On mettra donc en place un « indicateur d’indépendance (Q2y/Q1x) qui exprime l’indépendance du quantificateur Q2 à l’égard du quantificateur Q1. La théorie des jeux s’introduit en ce qu’une telle indépendance peut être modelée en sémantique selon la théorie des jeux par l’indépendance informationnelle du coup commandé par Q2y à l’égard du coup commandé par Q1x, au sens général de l’indépendance informationnelle de la théorie des jeux. L’usage systématique de cette notation a pour résultat ce que l’on connaît comme logique du premier ordre IF. »42 Un opérateur K de connaissance, et la notation d’indépendance, sont les ingrédients d’une logique épistémique IF. De quelle manière la logique IF transforme-t-elle donc la logique épistémique ?

11Elle répond élégamment à l’une des plus embarrassantes de ses difficultés. La logique épistémique de première génération analyse « a sait que b a tué Roger Ackroyd » comme « « b a tué Roger Ackroyd » est vrai dans tous les scénarios compatibles avec ce que a sait ». Mais elle échoue à rendre compte de « il y a quelqu’un (x) dont b sait qu’il (x) a tué Roger Ackroyd », du fait que « x a tué Roger Ackroyd » est une phrase ouverte, à laquelle aucune valeur de vérité ne peut être assignée, tandis que « b sait qu’il y a quelqu’un (x) qui a tué Roger Ackroyd » n’a pas le même sens. La solution ouverte par la logique IL consiste à faire figurer l’opérateur épistémique en première position, tout en rendant la quantification indépendante de l’opérateur épistémique. Complémentairement, la combinaison de l’indicateur d’indépendance et de l’opérateur épistémique permet d’analyser le desideratum d’une question — « je sais qui a tué Roger Ackroyd » en en faisant apparaître la présupposition « je sais qu’il y a quelqu’un qui a tué Roger Ackroyd ». Toute question étant une demande d’information, on comprend aisément pourquoi l’intérêt se déplace de la connaissance et de la croyance, prises en tant qu’attitudes propositionnelles analysables en termes de vérité de leur objet dans des mondes possibles compatibles avec elles, vers l’information, le processus d’acquisition de l’information, et les conditions de l’arrêt du dit processus.

  • 43 ibid., p. 10.

12Ce point étant acquis, les problèmes les plus aigus de la logique épistémique de première génération mentionnés et travaillés dans le présent recueil, et que celle de deuxième génération résout, sont relatifs au statut de la connaissance directe, et à la distinction de re/de dicto ainsi qu’à la diversité des constructions en termes de connaissance (savoir comment, savoir pourquoi, savoir qui...). La logique épistémique de seconde génération établit ainsi que « le type de base de connaissance est propositionnel », et qu’« il n’y a pas de connaissance de irréductible  ». Mais sa portée ne se limite pas à de tels approfondissements. Elle éclaire de manière originale de nombreuses questions d’épistémologie : la nature de l’abduction, le rôle de l’a priori — les mathématiques sont indispensables aux sciences empiriques parce qu’elles seules peuvent apporter des réponses de type fonctionnel aux questions de dépendance — la nature de l’explication, qu’elle soit déductive ou causale — « l’explication ne consiste pas en une déduction de E à partir de T mais dans la découverte des faits A ad hoc dont E suit en conjonction avec T »43 — et enfin, la tératologie de la connaissance scientifique, qu’elle relève du sophisme ou de la fraude. La clarification n’est pas sans dimension critique à l’endroit des « courants dominants » de l’épistémologie ; tant la discussion sur la définition de la connaissance en termes de croyance vraie justifiée, que la distinction entre contexte de justification et contexte de découverte, perdent toute pertinence du point de vue de la logique épistémique de seconde génération ; or, c’est bien par le biais de la difficulté à rendre compte de la justification exigée pour passer de croire à connaître, et par celui de l’inaccessibilité à la logique du contexte de découverte, que la skepsis quant à l’adéquation et à la puissance des méthodes logiques ou rationnelles a pu s’infiltrer plus ou moins insidieusement en épistémologie et philosophie des sciences.

  • 44 ibid., p. 81.

13Mais la portée de cette clarification s’étend encore bien au-delà de la sphère de l’épistémologie des sciences empiriques. En effet, la logique épistémique joue en quelque sorte le rôle de laboratoire, de lieu d’établissement d’éléments de preuve en faveur de la Sémantique des Jeux et de la logique IF. L’argument de Hintikka est en deux temps ; il souligne d’abord qu’elles sont les conditions de constitution de la logique épistémique : « il est clairement impossible de développer une logique générale de la connaissance sans l’aide de la notion d’indépendance. Ce rôle de la notion d’indépendance a son intérêt méthodologique propre. Il fait de la logique épistémique un allié dans la révolution de la logique ordinaire non épistémique qui s’est produite à l’instigation de cette même notion d’indépendance. Cette notion à son tour ne peut être formulée que si nous employons une forme de sémantique inspirée de la théorie des jeux », ce qui lui permet de trouver en la dite logique des éléments de preuve en leur faveur : « aussi, tous les succès que peut remporter la logique épistémique de seconde génération fourniront des éléments de preuve de l’utilité des concepts tirés de la théorie des jeux en logique. En même temps, la logique épistémique de deuxième génération fournit un élément de preuve de l’importance de la notion d’indépendance en général »44. Un tel argument suggère que leur portée est bien plus large. Il faut donc reprendre les choses de plus haut, et envisager l’ensemble des champs ouverts par l’existence de la logique IF et de la Sémantique des Jeux, pour cerner le sens que prend la notion de « philosophie » dans l’expression « philosophie formelle » lorsqu’elle est employée à propos de l’œuvre de Hintikka.

  • 45 Jaakko Hintikka, in "Two Papers on Symbolic Logic", Acta Philosophica Fennica 8, (1955), p. 57-115
  • 46 Jaakko Hintikka, Les Principes des mathématiques revisités, Paris, Vrin, 2007, Préfacé et traduit (...)

14La première extension est une fois de plus d’ordre épistémologique : elle porte sur les fondements des mathématiques, et conduit à un profond renouveau du logicisme. « Ce que j’ai défendu, c’est que la plupart (et peut-être la totalité) des mathématiques peuvent en principe être produites à l’aide d’une seule et même logique, la logique du premier ordre IF. De plus cette logique est un article authentique, et pas une version déguisée de théorie des ensembles, parce qu’elle est du premier ordre et par conséquent, dégagée des problèmes philosophiques qui ont assailli la théorie des ensembles et la théorie des types... ». L’usage de la logique IF relève pleinement des stratégies réductives qui caractérisent le mouvement pour l’unité de la science, et dont Hintikka avait déjà donné un exemple dans un article de jeunesse, Reductions in the Theory of Types45.. Du point de vue mathématique, elle établit que : « pratiquement tous les problèmes mathématiques sont au fond des problèmes combinatoires plutôt qu’ensemblistes... Les problèmes combinatoires sont nets. Soit il existe une structure d’une certaine sorte, soit il n’en existe pas. Soit on peut compléter votre puzzle ou votre carrelage, soit on ne peut pas. Vous avez dans de tels cas une caractérisation extrêmement fine des structures dont on affirme l’existence ». Du point de vue philosophique, elle établit « que les entités abstraites ne sont en dernière analyse (excusez le jeu de mots) pas indispensables en mathématiques. Frege avait tort ; les mathématiques ne sont pas l’étude de concepts généraux, mais l’étude de structures faites de particuliers (ou individus) »46. L’enjeu des thèses soutenues dans Principles of mathematics revisited est donc tout à fait considérable.

  • 47 « Quantum Logic as a fragment of Independance Friendly Logic », Journal of Philosophical Logic 31 (...)
  • 48 Quantifiers, Questions, and Quantum Physics, Dordrecht, Springer, 2004, p. 60.
  • 49 Jacob Marschak, « Economics of Information systems », Journal of the American Statistical Associat (...)

15Mais la mathématique n’est certainement pas la seule science à propos de laquelle Hintikka et ses coéquipiers se sont engagés à soutenir la pertinence de la logique IF. Physique, biologie, et économie sont toutes trois concernées, comme si l’œuvre Hintikka s’inscrivait dans l’horizon du programme de l’unité de la science. Ainsi, en 2002, un article intitulé Quantum Logic and Independance friendly Logic présente l’hypothèse que « les variables non commutatives sont irréductiblement indépendantes », et que « la logique de leurs relations » est celle de l’IF47. La biologie n’est pas en reste : Raymond Dacey soutient, dans Interrogative Logic and the economic theory of Information,48 qu’« il est possible d’appliquer l’union de la logique interrogative et de la théorie économique de l’information pour examiner un aspect du problème biologique de la sélection sexuelle. La thèse que l’on soutient ici comprend deux volets : que la logique interrogative de Hintikka est d’une robustesse frappante et qu’elle rend testable l’une des deux théories biologiques de l’ornementation masculine ». L’économie est un autre champ d’application, d’après le même Dacey, qui, se référant à la décennie qui a suivi les John Locke Lectures de Hintikka à Oxford, et où ce dernier a commencé d’aborder les questions du point de vue logique, mais où il ne dispose pas encore de la logique IF, écrit : « Marschak49 a montré que la théorie économie que de l’information peut être employée dans le contexte de la logique interrogative générale de Hintikka pour rendre compte des réponses probables telles qu’elles apparaissent dans le processus de prise de décision, qu’il soit pragmatique (i.e., économique) ou inductif (i.e. épistémique) ». Ces diverses tentatives, plus ou moins étendues, plus ou moins élaborées, n’en esquissent pas moins, une fois regroupées, un tableau d’ensemble de la dépendance de la science, en général, à l’égard d’une unique logique ou d’un unique type de logique — ce qui pourrait bien inciter à donner au terme de « philosophie » dans l’expression « philosophie formelle » le sens de « science » — ou, mieux peut-être, de ce par quoi se signifie et se manifeste l’unité de la science à travers la diversité des sciences.

  • 50 1990 (avec Gabriel Sandu) « Metaphor and the varieties of Lexical Meaning » in Dialectica (1990), (...)
  • 51 Hintikka l’explique lors d’une conférence donnée à l’Université d’Helsinki le 16 mars 2011. Si « l (...)
  • 52 Philosophy of Logic Proceedings of the 1974 British Colloquium, Stephan Körner, editor, Basil Blac (...)
  • 53 Quantifiers..., op. cit., p. 305.
  • 54 Quantifiers in Natural Languages : Some Logical Problems II, Linguistics and Philosophy, I, (1977),(...)
  • 55 Ibid., p. 306.
  • 56 Sur toutes ces questions, voir Hintikka, Fondements d’une théorie du langage, Paris, PUF, 1996.

16Or, le champ d’application recouvert par l’ensemble que forment la logique IF, la Sémantique des Jeux et le modèle interrogatif de l’enquête n’est pas limité aux sciences dites dures. La langue naturelle, la métaphore50, la fiction51, tout ce qui sous-tend l’argumentation, la littérature, et les arts ont fait l’objet, à partir des années soixante-dix, d’explorations plus ou moins amples, plus ou moins connues, mais dont l’existence même est lourde de sens : il convient à une philosophie, même formelle, de ne laisser de côté aucun des champs de ce qui constitue l’expérience humaine ; toute restriction de cette ampleur appelle une justification. La langue naturelle, et, en particulier, la quantification en langue naturelle, fait l’objet d’une attention aigue depuis la fin des années soixante-dix : ainsi, dès 1976, Hintikka, dans Quantifiers in Logic and Quantifiers in Natural Language52, montre comment « un traitement selon la Sémantique des Jeux explique la similitude de comportement entre les expressions de quantification en langue naturelle et les autres phrases nominales à dénotation » : « chaque expression de quantification dénotera un individu particulier, mais seulement relativement à un jeu sémantique. Plus, les dénotations des quantificateurs universels et existentiels sont sélectionnés par des joueurs différents »53, donnant par là le coup d’envoi à des recherches sur l’anaphore et la métaphore. La suite de l’article, publiée en 197754, introduit les quantificateurs ramifiés et met en évidence « la possibilité de coups informationnellement indépendants et l’usage de principes d’ordre gouvernant les applications des différentes règles de jeu »55. Il y est aussi établi que, sous réserve de la vérité d’une certaine thèse (la thèse sur any), la classe des phrases d’anglais n’est pas récursivement énumérable56.

  • 57 notion apparue pour la première fois dans le titre de l’œuvre de Montague, Formal philosophy. Voir (...)
  • 58 Socratic... p. 3.
  • 59 ibid., p. 3.
  • 60 Ainsi, lorsqu’en 2004 Kolak and Symons publièrent Quantifiers, Questions and Quantum Physics, anno (...)
  • 61 Broad and Wade, Betrayers of the truth :fraud and deceit in the halls of science, Simon&Schuster, (...)
  • 62 Socratic... p. 221.
  • 63 ibid., p. 227.
  • 64 ibid.
  • 65 ibid.
  • 66 Que le langage et les fonctions cognitives en général, relèvent désormais aussi de ce que Husserl (...)

17Mathématique, sciences dites dures, langue naturelle, métaphore et fiction, la « philosophie formelle57 » sous laquelle Hintikka range rétrospectivement la logique épistémique de première génération, en tant que logique IF, et la logique IF elle-même, se caractérise par une portée comparable à celle que déploya Aristote à travers ses études des divers types de logos. C’est pourtant de l’elenchus socratique que le modèle interrogatif de l’enquête se rapproche le plus. « Je construis l’acquisition de connaissance comme un processus de questionnement, non sans ressemblance avec l’elenchus socratique »58. La philosophie formelle, et le modèle interrogatif de l’enquête, permettent de revenir sur le moment aristotélicien comme sur celui où la déduction se détache de l’elenchus. « Aristote a très vite découvert que certaines réponses étaient en fait parfaitement prédictibles....En étudiant ces réponses prédictibles en elles-mêmes en relation avec leurs antécédents, Aristote est devenu le fondateur de la logique déductive. Puisque de telles réponses prédictibles sont indépendantes du répondant, elles peuvent être considérées comme ad argumentum — c’est-à-dire, par référence à la seule structure de l’argument. Elles pourraient même être fournies par le questionnant plutôt que par un répondant réel. »59. Toutefois, il est un champ d’expérience humaine qui semble manquer tout à fait à l’appel — c’est celui de la philosophie morale60. Remarquons cependant une exception, quoique seulement oblique, mais d’un grand intérêt : le dernier article publié dans Socratic Epistemology aborde une question d’éthique de la science, celle de l’omission de données, à partir du cas de l’expérience de la goutte d’huile de Millikan. Cherchant à mesurer la charge de l’électron — aujourd’hui notée e — Millikan aurait, d’après Broad and Wade61, « exclu 49 observations sur 140 », ce qui paraît à ces auteurs prouver que « le compte rendu d’expérience n’est pas conforme aux normes de l’éthique de la science »62. Hintikka s’appuie alors sur le modèle interrogatif de l’enquête pour distinguer les deux « questions principales » qui auraient pu (et non exclusivement) se trouver être celles de Millikan — (a) « quelle est la valeur de e ? » et (b) « La charge électrique se présente-t-elle toujours sous la forme de multiples d’une seule et même charge ? ». Supposons qu’une unique observation ait fait apparaître une valeur double de la valeur attendue. Si l’unique question principale de Millikan était (a), l’observation susdite serait seulement de celles qui font paraître une anomalie, et à propos de laquelle il n’y a que des « questions de stratégie » à se poser : « la mettre entre parenthèses, l’expliquer en termes de l’ancienne théorie au prix d’une enquête supplémentaire, ou essayer de trouver une meilleure théorie qui en rende compte ? »63. Par contre, si (b) est la question principale, cette observation pourrait être un contre-exemple potentiel et l’omettre reviendrait à accommoder les données à sa sauce. De sorte que « l’omission des données peut être appelée par de sains principes de stratégie »64. Il n’est pas indifférent qu’Hintikka conclue en affirmant que « la manière dont tout ceci suit du modèle interrogatif et est placé par ce modèle dans un cadre intéressant, aide à apprécier la capacité qu’a le dit modèle à éclairer la méthodologie des sciences effectivement en œuvre de manière réaliste »65. Toutefois, la position soutenue ici n’est nullement la dilution de l’éthique dans les questions de stratégie : le domaine propre reste esquissé pour ce qu’il est et en tant que tel hors du champ d’exercice de la recherche conduite par Hintikka — de même que tout ce qui ne relève pas de l’agent cherchant à décider et à augmenter son information en situation d’incertitude. L’existence de ce « restant »66 de l’analyse ne fait nullement l’objet d’une quelconque dénégation — il est seulement tenu à l’écart, selon un geste théorique étroitement analogue à celui qu’accomplissait Montague à propos du langage et qui justifie le titre proposé par Thomason de « philosophie formelle ». Pourtant, l’analogie ne peut se resserrer au point de ranger l’œuvre dans son intégralité sous le concept de mathématique, surtout au vu du ratio entre les fragments formels et les travaux informels de l’œuvre Hintikka. Il faut donc interroger la nature du rapport du travail de Hintikka et de celui d’un mathématicien.

L’enquête et la preuve

  • 67 Kolak et Symons, dans The Results are in : the scope and import of Hintikka’s philosophy, op.cit.
  • 68 Poincaré, La valeur de la science, et La science et l’hypothèse.
  • 69 Grothendieck, Récoltes et semailles, consulter en ligne à l’adresse booklists.narod.ru/.../Grothen (...)

18Doit-on considérer que « Jaakko Hintikka ressemble davantage à un scientifique ou à un mathématicien qu’à la plupart des philosophes, en ceci que ses contributions majeures dérivent moins de ses conceptions que de ses résultats »67 — en ce sens qu’il subordonne son travail à la satisfaction des exigences collégiales de la preuve communes aux mathématiciens et aux logiciens ? À la recherche de résultats logiques techniques, qui puissent être jugés indiscutables, il en a produit, nous l’avons vu, de remarquables. Mais son travail n’a pourtant pas l’allure générale de celui d’un mathématicien doublé d’un commentateur philosophe qui les ressaisirait ex post comme autant d’occasions de s’instruire de la nature de la science à la manière d’un Poincaré68 ou de la poétique de la science en train de se faire d’un Grothendieck69. L’initiative revient ici à l’enquête philosophique : « il applique directement sa créativité mathématique aux questions philosophiques, utilisant des techniques logiques pour produire des résultats philosophiques qui, une fois compris, sont aussi extraordinaires que ses résultats techniques sont indiscutables ». Inutile de dire qu’elle est brillamment organisée selon le modèle interrogatif qu’il décrit lui-même — certainement pas une fois pour toutes, mais dans l’immanence du déroulement d’un processus de recherche non monotone. « La philosophie de Hintikka est conduite principalement par ce qu’il peut prouver. [...] Le manque d’amples hypothèses familières et obvies est un obstacle pour nombre de ses lecteurs, mais c’est cela qui fait que sa philosophie est moins une action défensive en faveur d’une conception particulière qu’une accumulation progressive d’idées. » D’idées, ou encore d’éléments de preuve. La « question principale » n’a jamais été explicitée — et tout logicien spécialiste de logique érotétique sait qu’une question explicitée manifeste son desideratum — mais d’elle dépendent, directement ou indirectement, la multiplicité de questions partielles à propos desquelles des résultats ont été obtenus ou à propos desquels des directions de recherche de résultats ont été dessinées. « S’il y a un cadre englobant que les lecteurs futurs associeront à l’œuvre de Hintikka ils le trouveront comme l’une de ses conclusions, plutôt que comme une prémisse de ses nombreuses investigations. » L’œuvre de Hintikka se laisse donc décrire sous les deux aspects indissociables mais subordonnés de l’enquête et de la preuve. C’est pourquoi ce n’est nullement la trahir que de la désigner comme l’Enquête-Hintikka, ouverte à ce qui la prolongera. Quant à la question principale, il lui revient de l’expliciter et de la poser comme la pièce manquante du puzzle qu’elle dessine.

  • 70 « Une manière de penser », Nadine Lavand, contribution au colloque de 1994, non publiée.
  • 71 Quantifiers... op.cit., note 60 p. 209 ; Kolak et Symons font clairement allusion ici à Jaakko Hin (...)
  • 72 continuité soulignée en particulier par David Pears, dans Wittgenstein, London, Fontana Paperbacks (...)
  • 73 c’est précisément parce que l’assimilation serait trompeuse qu’il convient à un lecteur de Hintikk (...)
  • 74 Quantifiers..., op.cit., p. 218-9.
  • 75 Jean van Heijenoort, « Logic as Calculus and Logic as Language », Dordrecht, Synthèse, 1967.

19C’est pourquoi il ne pouvait être adéquat de tenter de reconstruire rationnellement sa « manière de penser »70 comme d’inspiration kantienne, et ce, bien que Hintikka ait pu « à l’occasion » prétendre « avoir adopté un certain type de kantisme »71, hypothèse qui pouvait paraître recevoir une solide confirmation de la double continuité entre Kant et Wittgenstein72, Wittgenstein et Hintikka, enfin73. On est fondé à craindre que toute tentative de cet ordre se voie opposé l’argument suivant : « nous ne croyons pas que le travail d’Hintikka reçoive un éclairage important lorsqu’il est envisagé à travers les lunettes de la philosophie transcendantale de Kant. Au contraire, selon nous une telle interprétation peut servir, et sert effectivement, à dissimuler l’un des aspects les plus radicaux de la philosophie de Hintikka »74. Quel est l’aspect visé ? Bien sûr, imputer à Hintikka la recherche continue d’un transcendantal anonyme et formel, c’est se priver de comprendre le passage de la conception statique de la connaissance à sa conception dynamique, mais c’est surtout s’interdire d’en comprendre la principale condition. Une telle recherche impose en effet l’adoption de l’universalisme linguistique, selon lequel la sémantique d’un langage ne peut pas être expliquée dans ce même langage, et le concept de vérité est indéfinissable. À cette vue, Hintikka oppose « la conception modèle-théorétique du langage », qui s’inspire à la fois de la distinction leibnizienne entre lingua universalis et calculus ratiocinator, et de la distinction présentée par van Heijenoort dans « Logic as Language, Logic as Calculus »75. C’est la reconnaissance du bien-fondé de cette conception qui ouvre la voie à l’interprétation philosophique de la notion de « jeu » et à la reconnaissance de l’importance de l’indépendance informationnelle.

20Quant à la présente esquisse de reconstruction de l’allure de l’Enquête Hintikka, et du sens que revêt pour lui la notion de « philosophie formelle », elle a malheureusement dû passer sous silence bien des données. Sa propre « question principale », norme de pertinence, doit donc être explicitée : « qu’entendre par philosophie dans l’expression « philosophie formelle » appliquée à l’Enquête Hintikka ? ». L’importance qu’y recouvrent les reconstructions rationnelles et formelles de philosophèmes traditionnels informels — le cogito cartésien, l’intuition kantienne, le Sinn husserlien, l’analyse, le possible, pour ne citer que ceux-là — ne sauraient en aucun cas être soustraits à l’attention sous prétexte que l’analyse formelle qu’ils proposent des concepts de la tradition n’est pas en elle-même une preuve directe et requise de la validité des principaux résultats de l’enquête. Une reconstruction satisfaisante, qui dépasserait les limites du présent essai, aurait à les examiner avec soin précisément parce que sa question principale est ce qu’elle est. En effet, si, comme cela semble acquis, la philosophie formelle n’est pas limitée à la science, mais s’étend au langage naturel et aux manières artistiques et poétiques d’en user, il suffirait qu’elle omît de revenir sur l’histoire de la philosophie non formelle avec laquelle elle revendique malgré tout une certaine forme de continuité, pour avoir à renoncer à se voir reconnaître quelque dimension réflexive que ce soit.

  • 76 Jaakko Hintikka and Gabriel Sandu, « The Fallacies of the New Theory of Reference », Synthèse, 104 (...)

21Il en irait de même si, développant comme elle le fait cette dernière dimension, quant à l’histoire de la philosophie non formelle, elle n’était pourtant encore une fois saisie qu’abstraction faite des nombreuses analyses critiques formulées par Hintikka à l’endroit de ceux qui jalonnèrent l’histoire de la logique en plus ou moins lointains initiateurs, et qu’il a appuyées sur la logique IF et la Sémantique des Jeux76. Mais la philosophie formelle ne se confond donc nullement avec la logique : elle pratique sur elle, et sur son histoire récente, une investigation guidée par le même devoir d’inventaire que celui qui soutient l’étude des principaux philosophèmes. Le concept de « philosophie formelle » recherché comme adéquat au genre de l’Enquête-Hintikka n’est donc pas plus de ceux qu’une définition pourrait épuiser que celui de connaissance. Quelle est l’allure de l’ensemble de l’ensemble des parties de la dite Enquête — pour autant qu’elle soit repérable ?

Disséminations tous azimuts ?

  • 77 dans l’Introduction du numéro spécial de la Revue Internationale de Philosophie, op. cit..
  • 78 Le Cogito, par exemple... voir, en particulier : Denis Kambouchner, « Identification d’une pensée  (...)
  • 79 on pourra évoquer l’inspiration hintikkienne d’œuvres philosophiques originales aussi différentes (...)

22Elle est indissociable des multiples travaux qu’elle a pu susciter, directement ou indirectement. Rien d’étonnant à une telle fécondité, connaissant la personnalité de l’auteur. Tous ceux qui ont approché Jaakko Hintikka se reconnaîtront dans les propos de Michel Meyer77 qui écrit, à propos de sa première rencontre avec lui, « ce qui m’a frappé chez [lui], par-delà une grande gentillesse, c’était un esprit bouillonnant, ouvert à toutes les idées pourvu qu’elles fussent nouvelles. Intéressé par toutes les interprétations et les individus qui lui en parlaient, son esprit chaleureux vous prêtait sans doute plus que vous ne pouviez donner, mais il vous encourageait à aller plus loin, comme vous donnant raison par avance d’être audacieux », et ajoute qu’« il n’a cessé de nous interpeller ». Mais par-delà les traits et les circonstances de la vie académique contemporaine qui, à l’occasion des colloques internationaux, réunit des personnalités philosophiques venant d’horizons divers, c’est un trait spécifique de l’Enquête-Hintikka — qui subordonne à une « question principale » implicite de multiples « questions secondes » dont certaines sont, au moins initialement, indépendantes les unes des autres — que de faire proliférer, en les divers moments qui sont les siens, les occasions d’interpellation — qu’elles relèvent de la collaboration, ou du dialogue critique, non moins productif à sa manière. Sans prétendre à l’exhaustivité, cela vaut du moment de la preuve qui, dans le détail de son élaboration technique, se prête aisément à coopération ; cela ne vaut pas moins, mais autrement, des moments de reconstruction rationnelle des philosophèmes78 qui s’offrent au débat. Mais cela vaut, aussi, de l’Enquête prise en son ensemble — qu’elle se trouve méditée en une approche philosophique originale et distincte79, ou bien encore relancée. Ce dernier développement relève seul de la « philosophie formelle », dont la teneur est l’objet des présents propos ; il permet de l’expliciter un peu davantage.

  • 80 À la manière d’Aaron Preston, dans Analytic philosophy, The History of an Illusion, London, Contin (...)
  • 81 Aaron Preston, op. cit. nomme la philosophie analytique AP.
    « AP avait été l’empereur de la profess (...)
  • 82 Minnesota studies in the Philosophy of Science : Concepts, Theories, and the Mind Body’s problem, (...)
  • 83 Synthèse 28, 2 p. 97-115

23Quoiqu’il en soit de sa « question principale », l’Enquête-Hintikka offre une réponse précise et bien articulée à ce que certains80 ont pu appeler « crise de la philosophie analytique »81 (évocation qui, bien sûr, ne peut prétendre à une quelconque pertinence que relativement aux pays où la philosophie analytique a continuellement bénéficié d’une position institutionnelle dominante, et se trouve de ce fait en France hors de propos). L’argumentaire couramment soutenu sur ce point repose sur une reconstruction de l’histoire de la philosophie analytique comme une succession d’avatars d’une philosophie linguistique balayée par le tournant naturaliste et qui ne se survit que comme une coquille vide, purement académique. Le dit argumentaire fait état de quelques étapes, apparues successivement mais demeurées souvent chevauchantes quant à la pratique : la découverte de l’analyse et l’intérêt porté aux termes et propositions des problèmes philosophiques, avec Moore ; l’usage de la logique mathématique propre à constituer un langage idéal, sur le mode de l’atomisme logique (avec Russell et le Wittgenstein du Tractatus), puis du positivisme logique (popularisé dans sa présentation par Ayer) ; l’apparition de l’analyse du langage ordinaire, autour du Wittgenstein des Recherches et de Strawson ; la transition représentée par Quine, qui remet en question les dogmes de l’empirisme et la distinction analytique-synthétique au profit d’un holisme, mais préserve encore un intérêt pour le langage ; le nivellement, enfin, des pratiques dans un « éclectisme » qui « finit par poser des questions sur la nature de l’école elle-même ». Pour scander ce « grand récit » il faudrait mentionner quelques amers : le grand projet d’Encyclopédie des Sciences unifiées, du Cercle de Vienne, l’article d’après-guerre co-signé par Paul Oppenheim et Hilary Putnam, Unity of Science as a Working Hypothesis82, et l’article critique de J.A. Fodor, Special Science, the disunity of science as a working hypothesis83. Relativement à cet arrière-plan historique, très sommairement évoqué, l’Enquête-Hintikka prend un relief nouveau.

  • 84 Radu Bogdan « What is Epistemic Discourse about ? » in Quantifiers... op.cit. p 49-60.
  • 85 ibid., p. 59-60.
  • 86 Socratic... op.cit., p. 158.

24Le point de vue modèle-théorétique sur le langage, qui a ouvert la voie à l’analyse de la quantification en termes de jeux — et donc, indirectement, à la logique IF, via le concept d’indépendance informationnelle — est prometteur d’une véritable renaissance d’une analyse logico-linguistique, débarrassée des limites et des travers dans lesquels l’enfermait la recherche du transcendantal, ou l’universalisme. C’est bien ce qui explique la persévérance avec laquelle Hintikka, après avoir effectué pour son propre compte la mutation modèle-théorétique, dans toute la profondeur qu’il a su lui donner, explicite et justifie ses réserves à propos de chacun des ténors de la philosophie analytique. Il présente aussi ce mérite, relativement aux critiques qui pourraient émaner des tenants du naturalisme, comme de ceux des sciences cognitives, qui soupçonneraient volontiers toute approche logico-linguistique de s’enfermer dans le représentationnalisme, d’être compatible avec une théorie évolutionnaire des notions épistémiques — ainsi que le montre Radu Bogdan84 : « Le jeu naïf psychologique joué par le discours épistémique autour des attitudes propositionnelles n’est pas si différent dans ses tâches basiques du jeu plus primitif joué avec les catégories méta-intentionnelles plus simples, comme le regard. L’analyse de Hintikka telle que je la lis peint les significations épistémiques de base et leur logique profonde dans la même lumière instrumentale, comme fournissant des informations sur les attitudes et les situations possibles dans lesquelles elles valent —information qui peut être exploitée ou utilisée d’une manière ou d’une autre »85. Plus directement encore, ainsi que le montrent Hintikka et Symons dans Systems of Visual Identification in Neuroscience : « La correspondance frappante entre deux modes d’identification, distingués dans le contexte sémantique, et deux systèmes cognitifs, distingués par une investigation neuroscientifique du système visuel (le système « où » et le système « quoi ») n’est pas accidentelle, et peut jouer un rôle de clarification aux niveaux les plus fondamentaux de la théorie neuroscientifique ».86

  • 87 Tero Tulenheimo : « Independance Friendly Logic » in Stanford Encyclopedia of Philosophy http://pl (...)
  • 88 Laurent Keiff : « Dialogical Logic » Stanford Encyclopedia of Philosophy http://plato.stanford.edu (...)
  • 89 Wilfrid Hodges : « Logic and Games » http://plato.stanford.edu/entries/logic-games/
  • 90 Roberto Di Cosmo and Dale Miller, « Linear Logic » : in Stanford Encyclopedia of Philsophy http:// (...)
  • 91 Prospectus des éditions Springer pour la collection Logic, Epistemology and the Unity of Science.
  • 92 séminaire Philform animé par Gabriel Sandu à l’IHSPT.

25On ne s’étonnera donc pas de trouver l’un des prolongements de l’Enquête-Hintikka dans une nouvelle série éditoriale, Logic, Epistemology and the Unity of Science, qui « vise à reconsidérer l’unité de la science à la lumière des récents développements en logique ». Car si « à présent, aucun cadre méthodologique, sémantique ou logique ne domine la philosophie de la science », il peut sembler devenu raisonnable d’estimer, comme le font les éditeurs Symons et Rahman, que « les techniques formelles comme, par exemple, la logique IP87, les logiques dialogiques88, les logiques multimodales, la Sémantique des Jeux89 et la logique linéaire90, ont la capacité de jeter une lumière nouvelle sur les problèmes fondamentaux en discussion relativement à l’unité de la science »91. Néanmoins, le patronage neurathien assumé par le geste traditionnel de réédition et commentaire dans le volume intitulé Otto Neurath and the Unity of science, fait toute sa place à la diversité des logiques qui, à côté de la logique IF, s’offrent à la fois à résoudre des problèmes d’informatique théorique et à « éclairer l’analyse philosophique des concepts ». Ainsi, « l’application des méthodes logiques et mathématiques à l’analyse philosophique des concepts »92, fonction actuelle assumée effectivement sous l’intitulé de « philosophie formelle », n’accomplit rien moins que de faire renaître de ses cendres la version logico-linguistique de la « philosophie analytique », profondément renouvelée.

  • 93 Cf Olivier Abel, « La métaphore comme réponse et comme question », in : Le livre de traverse ; de (...)

26L’Enquête-Hintikka, opus singulier et dialogué, constitue la part philosophico-logique d’un processus de renaissance intriqué à celles des investigations d’informatique théorique dont il est solidaire. Le caractère effectif de l’implémentation des logiques formelles dans des dispositifs eux-mêmes impliqués dans le milieu technique des diverses pratiques sociales de communication et d’interrogation donne une pertinence inédite à la notion de construction : si une certaine forme de connaissance (et de croyance) purement active parce que dynamique, se trouve ici effectivement construite, ces produits relèvent-ils d’une substruction, au sens de Husserl, de ce que seraient connaissance et croyance dans le monde de la vie ? Même s’il est loin d’être établi que l’indispensable « question en retour » appelée par Husserl relève de l’analyse de la question en terme de desideratum, l’Enquête-Hintikka, justement par le caractère tacite et implicite de la « question principale », maintient largement ouverte à l’indépendance les multiples questionnements qu’elle déploie. Opus dialoguant et stimulant, elle n’a pas fini de donner matière à penser quiconque tâche de se rendre attentif à la métaphore93.

Notes

1 Dénomination forgée sur le modèle de l’expression Projet-Hintikka, employée à propos des logiques inductives (cf l’autobiographie en ligne de Patrick Suppes, où il rend aussi hommage à Hintikka « Jaakko Hintikka has been my part-time colleague at Stanford for many years. We have edited several books together and given a number of joint seminars that have been rewarding and pleasurable ». In www.stanford.edu/-psuppes/).

2 « Nous nous sommes démenés pour trouver une manière de concevoir la prolifération des programmes de recherche, contre-arguments et thèses que le travail d’Hintikka inspire et nous nous sommes finalement arrêtés à l’étrange analogie de l’ensemble des parties d’un ensemble. Le legs philosophique de Hintikka sera quelque chose comme l’ensemble des parties de l’ensemble de ses publications et directions de recherche. » Daniel Kolak et John Symons, ed. Quantifiers, Questions, and Quantum Physics, Dordrecht, Springer, 2004, p. 2.

3 et certainement pas seulement par la masse de sa bibliographie — plus de trois cents articles, plus de trente-cinq ouvrages.

4 « Epistemic logicians in computer science acknowledge Hintikka as their origin » Wiebe van der Hoeck, Knowledge, Rationality and Action, Proceeding AAMAS’04 Proceedings of the Third International Joint Conference on Autonomous Agents and Multiagent Systems - Volume 1 IEEE Computer Society Washington, DC, USA ©2004 cité par Daniel Kolak et John Symons, comme publié dans Synthèse, in « The Results are in : the Scope and Import of Hintikka’s Philosophy », op.cit. p. 209.

5 première édition, Cornell University Press, USA, 1962, puis trois éditions successives en 1964, 1967, 1969.

6 « computer science ».

7 « après une quatrième édition en 1969, Knowledge and Belief n’a plus été réimprimé et, comme nombre d’entre nous l’ont découvert à leur plus grande consternation, il est devenu de plus en plus difficile de trouver des copies d’occasion dans les librairies ou en ligne », Knowledge and Belief, reprint.

8 Smets, Mandani, Dubois, Prade, Non Standard Logics for Automated Reasoning, London, Academic Press, 1988.

9 « en développant des systèmes basés sur la connaissance, on crée habituellement un formalisme indépendant du domaine pour représenter la connaissance du dit domaine et raisonner sur elle. Ce formalisme n’est souvent rien de plus qu’une procédure arbitraire pour raisonner qui ne saurait être décrite en se contentant d’utiliser les primitifs de logique classique disponibles, ibid, p. (vii).

10 l’usage s’est établi d’accepter aussi en langue française l’acronyme G.T.S., formé sur Game Theoretical Semantics.

11 parfois appelé aussi jeux d’Héloïse et Abélard, d’après un jeu de mots sur les initiales de ces noms en anglais, et les symboles de la quantification existentielle et universelle.

12 Ibid., p.4.

13 La Logique IF est une extension de la logique du premier ordre, dont les quantificateurs ne prennent valeur que sur des individus, et où peuvent être exprimées davantage d’indépendance et de dépendance entre des opérateurs. Elle diffère de la logique du premier ordre en ce qu’elle n’admet ni axiomatisabilité, ni sémantique tarskienne, mais elle admet par contre un prédicat de vérité réflexif. On trouvera un exposé de la sémantique des jeux, des langages IF et de la logique IF dans l’Appendice inédit rédigé par Gabriel Sandu, p. 285 à 300 in Les principes des mathématiques revisités, Paris, Vrin, 2007, trad Manuel Rebuschi.

14 Voir sur ce point Vincent F. Hendricks, « Hintikka on Epistemological axiomatisations », Daniel Kolak et John Symons, ed. Quantifiers, Questions, and Quantum Physics, Dordrecht, Springer, 2004, p. 3-32.

15 En particulier le problème de la transidentification (voir sur ce point Troy Catterson, « Hintikka on the Problem with the Problem of Transworld Identity », ibid. p. 33-48) et Tero Tulenheimo « Remarks on Individuals in Modal Contexts » Revue Internationale de Philosophie, Hintikka and his replies, 4-2009, vol 63, n°250, pp. 383-394.

16 Jaakko Hintikka, Socratic Epistemology Explorations of Knowledge-Seeking by Questioning, Cambridge, Cambridge University Press, 2007 p. 61

17 en 2005.

18 « Une épistémologie sans connaissance et sans croyance » Journée de la philosophie, no 2, UNESCO 2004.

19 Knowledge and Belief, An introduction to the Logic of the Two Notions, Reprint prepared by Vincent Hendricks and John Symons, London, King’s College London, 2005, p. 5.

20 ibid., p. 10.

21 ibid., p. 10.

22 ibid., p. 23-4.

23 Jaakko Hintikka, Socratic Epistemology, Explorations of Knowledge-Seeking by Questioning, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 12.

24 ibid., p. 16.

25 ibid., p. 16.

26 ibid., p. 16.

27 Vincent F. Hendricks, « Partitionning Properly Pursued », Hintikka and his replies, Revue Internationale de Philosophie, 2009, vol 63, no 250, p. 361

28 Jaakko Hintikka, Socratic Epistemology, Explorations of Knowledge-Seeking by Questioning, Cambridge, Cambridge Unniversity Press, 2007 p. 30.

29 On consultera avec profit sur cette question les actes du colloque de 1994, Elizabeth Rigal, Jaakko Hintikka, Questions de logique et de Phénoménologie, Paris, Vrin, 1998, et Jean Petitot, Francisco J.Varela, Bernard Pachoud, Jean-Michel Roy, Naturaliser la Phénoménologie, Essais sur la phénoménologie contemporaine et les sciences cognitives, en particulier l’essai introductif, « Combler le déficit », p 1-105 ainsi que l’article de J.Botero, « Le donné immédiat comme fondement et comme arrière-plan », p. 577-607.

30 Un moment qui n’est pas « dépassé », loin de là, puisque l’exploration de l’intentionnalité à partir des méthodes formelles mises en place par Hintikka est un champ où la recherche demeure bien vivante (cf note 29).

31 Paul Gochet, Compte rendu de lecture de l’ouvrage Socrahc Epistemology, Explorations of Knowledge-Seeking by Questioning in Hintikka and his replies, Revue Internationale de Philosophie, 2009, vol 63, no 250, p 477.

32 Socratic Epistemology, Explorations of Knowledge-Seeking by Questioning, Cambridge, Cambridge University Press, 2007 p. 7.

33 « mon insistance sur ce point a le caractère d’une repentance, car je réalise que mes énoncés dans le passé pourraient bien avoir donné à mes lecteurs une impression différente » ibid.

34 ibid., p. 31.

35 ibid., p. 32.

36 ibid., p. 31-3.

37 cf note 27.

38 cf note 27.

39 Thomason, Introduction, in Formal Philosophy, Selected Papers of Richard Montague, Yale, New Haven, 1974, p. 2.

40 ibid.

41 Socratic epistemology... p. 75.

42 ibid., p. 75.

43 ibid., p. 10.

44 ibid., p. 81.

45 Jaakko Hintikka, in "Two Papers on Symbolic Logic", Acta Philosophica Fennica 8, (1955), p. 57-115

46 Jaakko Hintikka, Les Principes des mathématiques revisités, Paris, Vrin, 2007, Préfacé et traduit par Manuel Rebuschi, avec un Appendice inédit de Gabriel Sandu ; p. 238-9

47 « Quantum Logic as a fragment of Independance Friendly Logic », Journal of Philosophical Logic 31 (3), 197-209.

48 Quantifiers, Questions, and Quantum Physics, Dordrecht, Springer, 2004, p. 60.

49 Jacob Marschak, « Economics of Information systems », Journal of the American Statistical Association, 66 : p. 192-219.

50 1990 (avec Gabriel Sandu) « Metaphor and the varieties of Lexical Meaning » in Dialectica (1990), p.55-77.

51 Hintikka l’explique lors d’une conférence donnée à l’Université d’Helsinki le 16 mars 2011. Si « la logique qui sous-tend la science de l’expérience de pensée et du raisonnement ampliatif n’est rien d’autre que celle d’un habile questionnement », « un romancier, comme un scientifique, cherchent à répondre à une « grande question » à l’aide d’un certain nombre de « petites questions », qui, pour un scientifique, sont, typiquement, des expérimentations et des observations. Dans les deux cas « l’habileté la plus importante est le choix stratégique de ces petites questions ». The Logic of Fiction, prospectus disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.helsinki.fi/collegium/events/logic_of_fiction.htm.

52 Philosophy of Logic Proceedings of the 1974 British Colloquium, Stephan Körner, editor, Basil Blackwell, Oxford, 1976, 208-232.

53 Quantifiers..., op. cit., p. 305.

54 Quantifiers in Natural Languages : Some Logical Problems II, Linguistics and Philosophy, I, (1977), p. 153-172.

55 Ibid., p. 306.

56 Sur toutes ces questions, voir Hintikka, Fondements d’une théorie du langage, Paris, PUF, 1996.

57 notion apparue pour la première fois dans le titre de l’œuvre de Montague, Formal philosophy. Voir note 38.

58 Socratic... p. 3.

59 ibid., p. 3.

60 Ainsi, lorsqu’en 2004 Kolak and Symons publièrent Quantifiers, Questions and Quantum Physics, annonçaient-ils que Hintikka « avait apporté des contributions significatives à toutes les aires de la disciplines (à l’exception de la philosophie morale) ». op. cit. p. 1.

61 Broad and Wade, Betrayers of the truth :fraud and deceit in the halls of science, Simon&Schuster, New York, 1982.

62 Socratic... p. 221.

63 ibid., p. 227.

64 ibid.

65 ibid.

66 Que le langage et les fonctions cognitives en général, relèvent désormais aussi de ce que Husserl appelle dans la Krisis le « monde de la science » ne donne que plus d’actualité, à nos yeux, à la nécessité d’une permanente « question en retour » susceptible d’ébranler l’inévitable substruction qui en résulte.

67 Kolak et Symons, dans The Results are in : the scope and import of Hintikka’s philosophy, op.cit.

68 Poincaré, La valeur de la science, et La science et l’hypothèse.

69 Grothendieck, Récoltes et semailles, consulter en ligne à l’adresse booklists.narod.ru/.../Grothendieck_A._Recoltes_et_semailles_4_fr_T_359s_.1.htm.

70 « Une manière de penser », Nadine Lavand, contribution au colloque de 1994, non publiée.

71 Quantifiers... op.cit., note 60 p. 209 ; Kolak et Symons font clairement allusion ici à Jaakko Hintikka, Logic, Language Games and Information, London Oxford University Press, 1973.

72 continuité soulignée en particulier par David Pears, dans Wittgenstein, London, Fontana Paperbacks, 1971.

73 c’est précisément parce que l’assimilation serait trompeuse qu’il convient à un lecteur de Hintikka d’être particulièrement attentif aux travaux qu’il a pu consacrer à Kant et à Wittgenstein, et qui ont aussi bénéficié d’une traduction en langue française. Voir, à propos de ce dernier, Ludovic Soutif, « Le Wittgenstein de Hintikka : percées et excès d’une interprétation hétérodoxe », in Jaakko Hintikka, Revue Internationale de Philosophie, op.cit. p. 423-434, et, à propos de Kant, Emily Carson « Hintikka on Kant’s mathematical method », ibid., p 435-450, ainsi que Nadine Lavand, « La reconstruction de l’intuition kantienne dans l’œuvre de Hintikka », in Actes du Colloque Kant et les Mathématiques, Cahiers Philosophiques de Strasbourg, no 26, 2009, p. 237 à 261.

74 Quantifiers..., op.cit., p. 218-9.

75 Jean van Heijenoort, « Logic as Calculus and Logic as Language », Dordrecht, Synthèse, 1967.

76 Jaakko Hintikka and Gabriel Sandu, « The Fallacies of the New Theory of Reference », Synthèse, 104, (1995), p. 245-283 ; « A Revolution in Logic », Nordic Journal of Philosophical Logic, vol 1, no 2, 1996 p. 169-183 ; « Hilbert Vindicated ? » Synthese 110, no 1 (1997), p. 15-36 ; « On G’odel philosophical Assumptions », Synthèse, 114, (1998), p 13-23 ; « Tarski’s Guilty Secret : Compositionality », in Alfred Tarski and the Vienna Circle, Vienna Circle Institute Yearbook 6, Jan Wolenski and Echehart Kohler, editors, Kluwer Academic Publishers, Dordrecht, 1999, p. 217-230.... la liste n’est pas exhaustive !

77 dans l’Introduction du numéro spécial de la Revue Internationale de Philosophie, op. cit..

78 Le Cogito, par exemple... voir, en particulier : Denis Kambouchner, « Identification d’une pensée : le Cogito de Hintikka », ibid. p 405-422 J.C. Pariente, « problèmes logiques du Cogito » in J-L Marion et N. Grimaldi, eds., Le Discours et sa Méthode, Paris, PUF, 1988, p. 229-269.

79 on pourra évoquer l’inspiration hintikkienne d’œuvres philosophiques originales aussi différentes que celle de Noël Mouloud, attentif aux enjeux épistémologiques de la sémantique des mondes possibles, (entre autres dans Les Assises épistémologiques du progrès scientifique, Lille, PUL1989) ; celle de Francis Jacques, qui développe des vues originales sur l’interlocution et la dialogicité, (entre autres, Dialogiques, Paris, PUF, 1979) ; et bien sûr la connivenoe amicale de Michel Meyer, philosophe du questionnement (à commenoer par son Découverte et justification en sciences : kantisme, positivisme et problématologie, Paris, Klincsieck, 1979) Il ne serait pas sans intérêt non plus pour qui s’intéresserait à la très grande diversité de la réception francophone de l’œuvre de Hintikka d’aborder la lecture qu’en propose Lacan dans ses Séminaires sur « les noms du père ».

80 À la manière d’Aaron Preston, dans Analytic philosophy, The History of an Illusion, London, Continuum Studies in Philosophy, 2007. On lira sur ce sujet des analyses beaucoup plus nuancées dans Hans Johann dock, What is Analytic Philosophy ? Cambridge University Press, 2008.

81 Aaron Preston, op. cit. nomme la philosophie analytique AP.
« AP avait été l’empereur de la profession philosophique pendant bien des décades, où il avait revêtu les habits évanescents de la philosophie linguistique. Quand la transition se produisit, dire que la disparition de la philosophie linguistique était la disparition de l’AP aurait revenu à admettre qu’aucun autre caractère philosophique n’habillait le mouvement, et qu’il avait toujours été nu. Les parents et les supporters de l’AP auraient sombré dans le ridicule, pour s’être laissés prendre aux illusions de la conception traditionnelle (TC), ou même peut-être dans l’infamie, dans la mesure où ils étaient impliqués dans la création la promulgation et la perpétuation de l’illusion. Mais l’admettre n’était pas socialement nécessaire — au moins pas à ce moment. Donné que l’AP disposait d’un camp retranché académique et occupait une position dominante dans la profession, les analystes avaient seulement à agir comme si tout allait bien, car tout dissentiment aurait été interprété comme un signe de stupidité et d’inadaptation professionnelle. Ainsi, comme l’empereur et ses chambellans, les analystes décidèrent de « tenir jusqu’au bout » en maintenant le nom de « philosophie analytique » et l’espace social qui lui était réservé » op. cit. p. 135-6.

82 Minnesota studies in the Philosophy of Science : Concepts, Theories, and the Mind Body’s problem, Vol 2, p. 3-35

83 Synthèse 28, 2 p. 97-115

84 Radu Bogdan « What is Epistemic Discourse about ? » in Quantifiers... op.cit. p 49-60.

85 ibid., p. 59-60.

86 Socratic... op.cit., p. 158.

87 Tero Tulenheimo : « Independance Friendly Logic » in Stanford Encyclopedia of Philosophy http://plato.stanford.edu/entries/logic-if/.

88 Laurent Keiff : « Dialogical Logic » Stanford Encyclopedia of Philosophy http://plato.stanford.edu/entries/logic-dialogical/.

89 Wilfrid Hodges : « Logic and Games » http://plato.stanford.edu/entries/logic-games/

90 Roberto Di Cosmo and Dale Miller, « Linear Logic » : in Stanford Encyclopedia of Philsophy http://plato.stanford.edu/entries/logic-linear/.

91 Prospectus des éditions Springer pour la collection Logic, Epistemology and the Unity of Science.

92 séminaire Philform animé par Gabriel Sandu à l’IHSPT.

93 Cf Olivier Abel, « La métaphore comme réponse et comme question », in : Le livre de traverse ; de l’exégèse biblique à l’anthropologie, Paris Cerf 1992. Ouvrage collectif édité par Olivier Abel et Françoise Smyth, texte accessible en ligne à l’adresse suivante : http://olivierabel.fr/ricoeur/la-metaphore-comme-reponse-et-question.html

Auteur

Professeur en Première Supérieure Lycée Michel Montaigne - Bordeaux

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search