Version classiqueVersion mobile

L’intentionnalité et les mondes possibles

 | 
Jaakko Hintikka

Index des exemples

Exemples formels et semi-formels classés systématiquement

Texte intégral

1. La différence des visées (source : Donnellan)

a) en contexte extensionnel

(Ex) (x = b et F(x))

(x) (x = b → F (x)) cf. dca, 90

b) appliquée en contexte intentionnel

(Ex) (x = b et a sait que x est riche)

(x) (x = b → a sait que x est riche) cf. dca, 93 + occ 76

paraphrase informelle :

a sait de b qu’il est riche

a est connu de b pour être riche.

2. La spécificité de la croyance par rapport au savoir

a) « Comment le savez-vous ? » / « Pourquoi le croyez-vous ? » cf. dca 107

b) « Il sait si p »/« Il croit si p » (sic) cf. dca 107.

3. Les problèmes classiques de la composition des attitudes propositionnelles et des opérateurs logiques (connecteurs et quantificateurs)

a) Le problème de l’omniscience et de la sensibilité à la contradiction :

Jean croit que (S1 et non S1)/Jean croit que S2 cf. dd 202

b) La quantification sensu composito/sensu diviso

a croit que tout individu Φ ise → de tout individu, a croit qu’il Φ ise

Ba(x) Φ b → (x) (Ey) (x = y et Ba Φ y) cf. dd 200

c) Le problème de la substitution des identiques

(1) en contexte extentionnel :

(x) (y) (x = y → F(x) → F(y))) cf. dd 51 et sap 51

(2) en contexte modal : modalités logiques

(x) (y) (x = y → (nec (x = y))) cf. dd 196

(x) (y) ((pos (x = y))b → (x = y)) cf. dd 198

(3) en contexte intentionnel (ici, doxatique)

(x) (y) (x = y → B (x = y)) cf. sap 51

4. L’analyse et la semi-formalisation des attitudes propositionnelles en termes de mondes possibles

a) Le principe général et la semi-formalisation de la construction de dicto

a croit que p : dans tous les mondes possibles compatibles avec ce que croit a c’est le cas que p

a ne croit pas que p : dans au moins un monde possible compatible avec ce que croit a, ce n’est pas le cas que p sap 42, occ 67,

Bap est vrai dans un monde possible µ si et seulement si p est vrai dans tous les alternes à µ sap 44.

Bap est vrai dans p si et seulement si p est vrai dant tout membre de Φ (a, p) sap 54, 57

b) tournures particulières réductibles

à la tournure de dicto (interrogatives indirectes)

(1) Savoir si :

a sait si p se paraphrase par : a sait que p ou a sait que non p dca 90

(2) Savoir comment :

Il faut distinguer : savoir jouer du piano (non réductible) de savoir comment on joue du piano (réductible) Comparer : Savoir comment on téléphone d’une cabine publique et savoir téléphoner d’une cabine publique. (dca 98)

5. Les clauses d’individualisation

a) premier niveau

(Ex) Ba (x = b) sap 49

(Ex) Jones sait que (x = a) sap 48

(Ex) (a sait que (x = b)) occ 74, dca 90

(Ex) (a se souvient que x = b) occ 74

(Ex) a croit (se rappelle, perçoit) que (b = x) caia 119, occ 68

b) deuxième niveau

(Ex) (x = b & Ba (x = b)) sap 54, 57, occ 76

c) versions dissociées

(Ex) (x — b) & (Ex) Ba (x = b) & ~ (Ex) (x = b & Ba

(x = b)) sap 57

(Ex) (x = b) & ~ (Ex) Ba (x = b) sap 57

(Ex) Ba (x = b) & ~ (Ex) (x = b) sap 57

(Ex)Ba (x = b) & (Ex) (x = b) & (Ex (x = b & Ba (x = b) sap 57

6. L’interprétation et l’usage des clauses d’individualisation

a) La dissociation des points de vue

« a croit de l’homme qui est en fait Smith qu’il est un voleur »

(Ex) ((x = Smith & Ba (x est un voleur)) sap 55

Le roi croit que l’imposteur est le prince qui a disparu/« je crois que l’imposteur est le prince qui a disparu » (dit par le roi). dca 93-94.

b) La lecture propositionnelle des interrogatives indirectes

+ Savoir qui : a sait (a une idée de, se rappelle, perçoit,) qui est b : occ 68

a ne sait pas qui est b occ 71

a voir qui est d occ 71

(Ex) (a voit que (d = x))

+ Savoir quand : a sait quand s s’est produit

(Ex) (x est un moment où une période de temps et a sait que s s’est produit à x ou pendant x)

(x) (x est un moment où une période de temps et a sait que s s’est produit à x ou pendant x) dca 91

7. La réduction des tournures directes au second jeu de quantificateurs

a voit b, occ 72, dca 102, 105

a se rappelle b, occ 73, dca 105

a connaît b, occ 74, dca 105, caia 117

b est au nombre des connaissances de a, occ 74

a est accointé avec b, caia 117

(Ǝx) a se souvient que (b = x)

(Ǝx) a voit que (b = x) caia 123

(Ǝx) a sait que (b = x)

Il y a un individu visuellement identifié (appelons le x) tel que a voit que b = x dca 105

Connaître le gagnant du Derby / Savoir qui a gagné le Derby

Connaître la miss California de l’an passé / Savoir qui était miss

California l’an passé.

Connaître le théorème de Cramer Rao dca 95.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search