Version classiqueVersion mobile

L’intentionnalité et les mondes possibles

 | 
Jaakko Hintikka

Glossaire

Texte intégral

1Accointance :
désigne chez Russell une relation directe entre un sujet et un objet de connaissance, à l’opposé d’une relation indirecte, médiatisée par une description du dit objet. Hintikka déplace cette notion vers le transcendantal de l’individualisation (voir ce terme) : il désigne, quelle que soit la modalité considérée, l’un des deux modes d’individualisation qu’admettent ses objets, celui qui repose sur le pouvoir du sujet de situer cet objet dans un ensemble ou système de relations.

2Alterne :
on appelle alterne d’un monde le monde possible qui est relié à celui-ci par une relation d’alternativité. Cette dernière permet de sélectionner, selon une règle caractéristique de chaque modalité, ceux des mondes possibles dont l’examen est pertinent pour tout test de validité des formules contenant cette modalité.

3Clause de succés :
une modalité quelconque O est dotée d’une clause de succès si et seulement si Op => p. Le savoir est un exemple de modalité dotée d’une clause de succès.

4Clivage :
situation dans laquelle à un objet d’un monde correspondent plusieurs objets dans ses divers alternes. Cette situation est ici décrite par une image spatiale, qui renvoie d’ailleurs à la terminologie des lignes de monde. Voir aussi fusion, trans-identification.

5Concepts intentionnels :
l'expression recouvre, pour Hintikka, les attitudes propositionnelles (qui comportent la relativité à l’endroit d’un sujet porteur) et les modalités impersonnelles, entre autres les modalités logiques. Ce regroupement est symptomatique de l’enrichissement de la sémantique des mondes possibles de Kripke à Hintikka, puisqu’il suppose, derrière l’unité de la dénomination, l’unité de mondes d’analyse. Un problème nouveau est alors ouvert : la sémantique des mondes possibles permet-elle de faire une analyse de l’intentionnalité ?

6Déontique :
qualifie les modalités du devoir-être (obligatoire, interdit, permis...).

7États de la conjoncture :
rappelons tout d’abord qu’un monde possible est avant tout une description consistante d’une part de la réalité, certains moyens d’expression permettant de parler de cette région ayant été fixés. Cette description est une conjonction de formules atomiques. C’est cette construction que nous évoquons par le terme conjoncture, dans états de la conjoncture (« States of affairs »). Cette seconde expression est couplée dans le texte hintikkien à « Courses of events », que nous traduisons Scenario (voir ce terme). Il n’est pas besoin de dire que le couple de notions est destiné dans l’esprit d’Hintikka à se substituer à la terminologie fallacieuse de « monde possible ».

8Fusion
Situation dans laquelle à plusieurs objets d’un même monde correspond un seul et unique objet dans ses alternes. Cette situation est ici décrite par une image spatiale, qui renvoie à la terminologie de Lignes de monde. Voir aussi Clivage, Trans-identification.

9Individualisation
C’est le processus sémantique par lequel, suivant à la trace un individu dans ses manifestations objectales d’un monde à un autre, on le détermine comme individu. Voir Trans-identification.
Il existe pour Hintikka deux modes d’individualisation ; descriptive, et perspective. Ceci approfondit la thèse de relativité de l’ontologie chez Quine ; non seulement les individus ne sont pas donnés, mais constitués, mais encore ils peuvent l’être selon deux styles.

10Lignes de monde :
C’est la chaîne d’identification d’un même individu sous ses diverses manifestations dans les mondes possibles où il se manifeste. C'est la ligne de monde qui se clive, ce sont les lignes de monde qui fusionnent. Voir Trans-identification.

11Modalite de dicto/de re  :
Dans une modalité de dicto, la modalité est attribuée au dictum (proposition), tandis que dans une modalité de re, elle est attribuée à la possession d’une propriété par une chose.
Il est possible que Pierre soit mon voisin de dicto
Pierre est peut-être mon voisin de re
Je crois que Pierre est fou de dicto
Pierre me semble fou de re
Tout le monde connaît cet individu de dicto
Tout le monde sait de cet individu qu’il est fou de re

12Omniscience :
On parle de problème de l’omniscience, en logique du savoir et de la croyance, pour désigner ce fait que l’application des lois logiques aux modalités en question semble exiger que le sujet connaisse toutes les conséquences logiques de ce qu’il sait.
Hintikka propose un traitement original de cette difficulté dans « Knowledge Belief and Logical Consequence », pp. 179 à 192 dans Intentions of Intentionality (1975).

13Ontologie/ideologie :
L’ontologie, c’est l’ensemble de tous les objets de chaque monde, ou des individus se manifestant dans plusieurs mondes (ontologie locale/ontologie générale).
L’idéologie, c'est l’ensemble des outils conceptuels à l’aide desquels on décrit ces objets.
On remarquera que chez Quine, l’idéologie peut s’identifier, dans un langage régimenté par la science, aux prédicats, tandis que pour Hintikka, elle comprend nécessairement aussi les opérateurs modaux.

14Référence
On appelle référence l’objet désigné par un terme et signification la façon dont la référence est donnée par sa désignation. Ainsi Vénus est la référence de l’Etoile du soir. Hintikka fait de la signification d’un terme la somme de ses références dans tous les mondes possibles.

15Scenario :
Traduit « Courses of events », qui apparaît apparié à « States of affairs », lui-même traduit par états de la conjoncture (voir cet item). En choisissant un double jeu de concepts comme substituts à Monde possible, Hintikka montre toute l’importance qu’il attache à la variété des phénomènes intentionnels qui relèvent pourtant tous d’une même sémantique. Pour certaines attitudes, les éventualités pertinentes sont diachroniques (scénarios), d’autres requièrent qu’on prenne en considération des éventualités synchroniques (états de la conjoncture).

16Signification :
Cf. Reference.

17Theorie des jeux :
On trouvera un exposé général des principes de l’utilisation du modèle mathématique de la théorie de la décision dans « Game Theoretical Semantics, Insights and Prospects », dans The Game of Language, Dordrecht, Reidel, 1985.

18Trans-identification :
C’est l’identification de chacun des objets d’un monde avec leurs corrélats (références, en ces mondes, d’un même terme singulier) dans ses alternes.
Voir Individualisation.
Lignes de monde.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search