Version classiqueVersion mobile

La Clé des Écritures. Clavis Scripturae Sacrae (1567). Partie II, Traité 1

 | 
Matthias Flacius Illyricus

Introduction

La Clavis Scripturae Sacrae de Matthias Flacius Illyricus

Philippe Büttgen et Denis Thouard

Texte intégral

Frontispice de l’édition originale de la Clavis S. S., Bâle, 1567

Frontispice de l’édition originale de la Clavis S. S., Bâle, 1567

Exemplaire de la Bayerische Staatsbibliothek de Munich

1La Clé des Écritures de Matthias Flacius Illyricus, parue en 1567, se présente comme la mise en œuvre d’un des objectifs de la Réforme proclamée par Luther : montrer que l’on peut parvenir à l’intelligence de la Bible sans secours extérieur, par la Bible elle-même, sola scriptura. Flacius entendait, en réunissant toutes les connaissances nécessaires, faire la démonstration de la possibilité d’une telle lecture libérée de la tutelle du contrôle ecclésial. En cela, il pensait trouver la parade à la stratégie du camp catholique qui, au Concile de Trente (1545-1563), avait affirmé l’impossibilité de parvenir au sens des Écritures sans le secours de la tradition.

2Mais que fait-il exactement ? Assiste-t-on chez Flacius, comme le veut une certaine historiographie, à la « naissance de l’herméneutique », appelée à se développer en organon des futures sciences historiques et des sciences humaines en général ? Ou bien s’agit-il d’autre chose, de plus difficile à déterminer, malgré la netteté apparente du projet qui paraît mettre au service de la Réforme les instruments philologiques de l’humanisme italien ? Le but de cette traduction est de donner à connaître ce texte et d’en faire l’occasion d’une réflexion sur la constitution des savoirs textuels, et notamment sur la mise en place d’un nouveau rapport à l’autorité.

3Que le besoin d’un tel outil ait pu se faire sentir cinquante ans après la Réforme se laisse aisément reconstituer : Luther n’était plus là, la nécessité de points de référence communs se faisait sentir, le camp catholique avait entrepris sa propre réforme et fourbi à cette occasion des arguments qui ne pouvaient pas être pris à la légère… Dans le moment qui entre 1560 et 1630 voit la concurrence des confessions favoriser une codification de plus en plus précise des règles de l’exégèse biblique, on saisit le besoin de faire émerger une discipline spécifiant les règles d’une lecture désormais détachée de l’emprise d’une tradition. Ainsi verrait le jour l’herméneutique, dont l’autonomisation ultérieure aura partie liée avec le devenir des sciences humaines. Conjointement à la discussion historiographique sur la naissance des sciences de l’interprétation, il s’agira d’élucider les conditions du nouvel équilibre qui s’établit au XVIe siècle entre les différentes disciplines du langage et de la pensée : logique, rhétorique, dialectique, philologie, au service des revendications doctrinales issues des Réformes catholique et protestante. Dans le rapprochement entre une histoire des normes de foi et une histoire de l’organisation des savoirs dans la première modernité, des éclairages historiques, théologiques, philosophiques et philologiques seront apportés quand il le paraîtra nécessaire. Commençons par retracer la vie aventureuse d’un lettré slave formé à Venise et actif dans les pays allemands sans qu’il y trouvât jamais véritablement son lieu propre.

Table des illustrations

Titre Frontispice de l’édition originale de la Clavis S. S., Bâle, 1567
Crédits Exemplaire de la Bayerische Staatsbibliothek de Munich
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/64305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search