Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La dramatique conciliaire de l’Antiquité à Vatican ii

 | 
Guillaume Cuchet
, 
Charles Mériaux

Quatrième partie. La dramatique par excellence : Vatican II, les moments, les hommes, les groupes

La « semaine noire » de Vatican II

Étienne Fouilloux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Encore 8 jours et je dirai : Ouf ! », écrit le père Congar dans son journal du concile en date du samedi 14 novembre 1964, alors que la troisième période de Vatican II touche à sa fin1. Il n’est pourtant pas au bout de ses peines : entre ce 14 novembre et le samedi 21, jour de clôture de la session, quatre péripéties imprévues font souffler un vent de tempête sur l’assemblée. Cette semaine est restée pour l’histoire la settimana nera ou « semaine noire », sans qu’on puisse vraiment repérer l’inventeur de la formule. Un journaliste ? Un théologien ? Voire un père conciliaire ? Mgr Bekkers, évêque de Bois-le-Duc aux Pays-Bas, a bien évoqué une « sombre semaine »2, mais cela suffit-il à lui attribuer la paternité de l’expression ?3

D’ailleurs « sombre » ou « noire » pour qui, cette semaine mouvementée ? Pas pour les éléments les plus déterminés de la minorité en tout cas, qui chantent victoire en privé comme l’abbé Victor-Alain Berto, théologien de Mgr Marcel Lefebvre. Pour leurs homo...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540