Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La dramatique conciliaire de l’Antiquité à Vatican ii

 | 
Guillaume Cuchet
, 
Charles Mériaux

Troisième partie. L’empereur, le roi, l’État, acteurs de la dramatique conciliaire

Le synode ecclésiastique de Francfort (794) : un concile carolingien bien inspiré ?

Florence Close

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la veille de l’été 794, un important synode ecclésiastique franco-italien présidé par Charlemagne lui-même se réunit dans le palais royal récemment implanté au bord du Main, en présence de deux représentants du pape Hadrien Ier (772-795). C’est alors que la doctrine adoptianiste des Espagnols est condamnée1 et que le deuxième concile de Nicée (787) est rejeté2. Ces deux prises de position doctrinales importantes alliées à la tenue de la rencontre en un lieu au nom hautement symbolique – au gué des Francs3 – ont contribué à imposer, dans la mémoire collective, cette assemblée ecclésiastique nationale franque comme un manifeste d’autonomie politique et religieuse, comme une revendication éclatante de l’autorité quasi-impériale du roi des Francs. De toute évidence, cette assemblée synodale a participé à la construction de l’idéologie royale carolingienne. Toutefois, sa portée ne peut être réduite à ce seul aspect. Du point de vue doctrinal et conciliaire également, la réunion ecclési...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540