Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La dramatique conciliaire de l’Antiquité à Vatican ii

 | 
Guillaume Cuchet
, 
Charles Mériaux

Troisième partie. L’empereur, le roi, l’État, acteurs de la dramatique conciliaire

Tolède III (589) et Tolède IV (633) : deux conciles, deux conceptions du pouvoir

Thomas Deswarte

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La conversion de Reccarède (586-601) de l’arianisme au catholicisme1, puis son officialisation lors du concile général de Tolède III (589), inaugurèrent une période dans l’histoire de l’Église hispanique dominée par la personne du roi, « attentif non seulement aux choses humaines mais aussi divines » (Tolède IV, 633)2. Fut alors établie une étroite collaboration entre l’État et l’Église catholique, entre les pouvoirs temporel et spirituel, que, dans la péninsule Ibérique, la royauté suève avait commencé à mettre en place en convoquant les assemblées de Braga I (561) et de Braga II (572)3. En effet, les premiers conciles de l’Espagne wisigothique avaient été réunis hors de toute intervention royale4 : Tarragone (516), Gérone (517), Tolède II (527), Barcelone I (540), Lérida et Valence (546 ?5) ; et seul Tolède II implora la « divine clémence pour le seigneur et glorieux roi Amalaric, afin que, durant ses innombrables années de règne, il nous donne la liberté de traiter des choses qui...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540