Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La dramatique conciliaire de l’Antiquité à Vatican ii

 | 
Guillaume Cuchet
, 
Charles Mériaux

Troisième partie. L’empereur, le roi, l’État, acteurs de la dramatique conciliaire

Le rôle de Constantin au concile de Nicée selon Eusèbe de Césarée

Davide Dainese

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’empereur Constantin était déjà intervenu dans des conciles antérieurs à celui de Nicée (325) : à Rome (313) et à Arles (314). Dans ces deux cas, il s’agissait d’assemblées d’envergure locale ou régionale, même si des évêques de plusieurs endroits de la partie occidentale de l’empire y participèrent. Nicée regroupait au contraire des représentants des communautés ecclésiales de l’oecumen tout entier1. En outre, contrairement à ce qui a été avancé, c’est seulement à partir du concile de Nicée que les empereurs romains ont commencé à participer activement et en personne aux travaux des assemblées synodales2. À lire les écrits d’Eusèbe de Césarée, on a l’impression que la nécessité d’une paix religieuse qui poussait Constantin, en qualité de pontifex maximus, à intervenir en personne à Nicée, a eu une influence sur l’ecclésiologie de certains auteurs chrétiens. Le premier « concile universel » a sanctionné au niveau œcuménique des solutions qui avaient été d’abord mises au point pour ...

Auteur

Alma Mater Sudiorum – Universitá di Bologna

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540