Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La dramatique conciliaire de l’Antiquité à Vatican ii

 | 
Guillaume Cuchet
, 
Charles Mériaux

Deuxième partie. Le pape et la papauté au cœur de la dramatique conciliaire

Le Saint-Esprit ou la légitimation de l’autorité conciliaire : le procès du pape Eugène IV au concile de Bâle (1431-1439)

Émilie Rosenblieh

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les traités ecclésiologiques médiévaux bruissent de l’Esprit qui, à les lire, parcourait les conciles, inspirait leurs décisions, sacralisait la représentation instituée de la communauté chrétienne1. Le droit commun de l’Église latine reconnaissait l’inspiration pneumatique des canons conciliaires, ainsi distingués dans la hiérarchie des normes2. Les enfreindre fut assimilé à un blasphème contre le Saint‑Esprit3. Les pratiques politiques de la fin du Moyen Âge nourrirent les réflexions sur la représentation ecclésiastique, que l’on pense à l’évêque de Mende Guillaume Durant le Jeune préparant le concile de Vienne (1311-1312), à Guillaume d’Ockham en lutte contre Jean XXII (1316-1334), à Heinrich von Langenstein aux prises avec la double élection pontificale de 1378, à Jean de Raguse défendant l’autorité conciliaire mise à mal par Eugène IV (1431‑1447)4. La normativité sacrée des conciles fut ainsi convoquée pour réformer l’Église latine en son droit, circonvenir la théocratie pontif...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540