Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La dramatique conciliaire de l’Antiquité à Vatican ii

 | 
Guillaume Cuchet
, 
Charles Mériaux

Deuxième partie. Le pape et la papauté au cœur de la dramatique conciliaire

Les conciles de la monarchie pontificale (1049-1312) : des conciles sans drame ?

Pascal Montaubin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au cours du premier millénaire chrétien en Occident, des assemblées d’évêques furent réunies en grand nombre, mais avec des géométries variables. À partir du milieu du XIe siècle, les papes réformateurs élargirent la tradition des synodes romains aux autres évêques de la Chrétienté. Léon IX fut ainsi le premier à convoquer l’archevêque de Reims et les autres prélats du royaume de France pour le synode à Rome en 1049. La terminologie utilisée dans les sources s’avéra longtemps flottante (synodus, concilium, avec éventuellement l’adjectif generale). Mais ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du XIIe siècle que les décrétistes introduisirent plus nettement la distinction entre concilia generalia, provincialia et episcopalia. Aux XIVe et XVe siècles, ils mirent à part des conciles généraux les concilia universalia dont les participants dépassaient les limites de la seule Église latine. Quant au qualificatif « œcuménique », il n’apparut qu’à l’époque tridentine et se révèle historiqu...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540