Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La dramatique conciliaire de l’Antiquité à Vatican ii

 | 
Guillaume Cuchet
, 
Charles Mériaux

Deuxième partie. Le pape et la papauté au cœur de la dramatique conciliaire

Sanctionner le pape sans rompre avec le Siège apostolique ? Retour sur la condamnation de Vigile prononcée lors du concile de Constantinople II (553)

Philippe Blaudeau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On le sait, si le pape tient fréquemment synode à Rome durant l’Antiquité tardive1, il est d’usage qu’il ne se rende pas personnellement aux convocations conciliaires décrétées par l’empereur, mais qu’il y envoie plutôt des représentants formellement désignés, les légats. Traditionnel, le motif sans cesse allégué pour justifier cette attitude réside dans l’indispensable présence du pontife à son Église2. Or, en 553, Vigile lui-même ne peut plus avancer un tel argument. Séjournant, nolens volens depuis plus de six ans dans la cité même où doit se tenir le concile, Constantinople, il cherche donc à se tenir à l’écart des travaux synodaux dont il sait qu’ils conduiront à une condamnation, très pénible à l’Occident, des Trois Chapitres, visant la pensée et la personne de Théodore de Mopsueste († en 428), certaines des œuvres de Théodoret de Cyr et la lettre d’Ibas d’Édesse à Maris le Perse.

Ce dilemme illustre le drame vécu par le pape : celui d’un personnage d’origine sénatoriale, ambit...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540