Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La dramatique conciliaire de l’Antiquité à Vatican ii

 | 
Guillaume Cuchet
, 
Charles Mériaux

Première partie. Écrire et réécrire la dramatique conciliaire

La réception spirituelle, mémorielle et historique du concile de Florence (1439)

Antoine Arjakovsky

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

D’un point de vue historique, le concile de Ferrare-Florence de 1438-1439 est le dernier concile d’unité de l’histoire du christianisme byzantin et latin1. Il est pourtant aujourd’hui refoulé de la mémoire officielle de l’Église orthodoxe. Je dis bien « aujourd’hui » (cela ne fut pas toujours le cas), « refoulé » (et non rejeté car pour cela il faudrait un concile du même niveau), « mémoire officielle » (car il y a de nombreux chrétiens orthodoxes qui se rattachent au consensus même inachevé de Florence), et « Église orthodoxe » (l’Église catholique l’a conservé partiellement dans sa mémoire puisqu’elle y fait référence en 1964 dans le décret Unitatis Redintegratio (Promouvoir la restauration de l’unité entre les chrétiens) lors du concile Vatican II)2. De plus, à étudier de plus près l’histoire de la mémoire de ce concile, on s’aperçoit que les Églises orthodoxes n’ont pas toutes rejeté ce concile. Ainsi à l’occasion d’un synode tenu à Constantinople sous la domination ottomane en ...

Autor

Collège des Bernardins (Paris)

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540