Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La dramatique conciliaire de l’Antiquité à Vatican ii

 | 
Guillaume Cuchet
, 
Charles Mériaux

Première partie. Écrire et réécrire la dramatique conciliaire

La réception spirituelle, mémorielle et historique du concile de Florence (1439)

Antoine Arjakovsky

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

D’un point de vue historique, le concile de Ferrare-Florence de 1438-1439 est le dernier concile d’unité de l’histoire du christianisme byzantin et latin1. Il est pourtant aujourd’hui refoulé de la mémoire officielle de l’Église orthodoxe. Je dis bien « aujourd’hui » (cela ne fut pas toujours le cas), « refoulé » (et non rejeté car pour cela il faudrait un concile du même niveau), « mémoire officielle » (car il y a de nombreux chrétiens orthodoxes qui se rattachent au consensus même inachevé de Florence), et « Église orthodoxe » (l’Église catholique l’a conservé partiellement dans sa mémoire puisqu’elle y fait référence en 1964 dans le décret Unitatis Redintegratio (Promouvoir la restauration de l’unité entre les chrétiens) lors du concile Vatican II)2. De plus, à étudier de plus près l’histoire de la mémoire de ce concile, on s’aperçoit que les Églises orthodoxes n’ont pas toutes rejeté ce concile. Ainsi à l’occasion d’un synode tenu à Constantinople sous la domination ottomane en ...

Auteur

Collège des Bernardins (Paris)

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540