Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La dramatique conciliaire de l’Antiquité à Vatican ii

 | 
Guillaume Cuchet
, 
Charles Mériaux

Première partie. Écrire et réécrire la dramatique conciliaire

Nicée (325), ou l’invention de l’hérésie arienne

François-Xavier Romanacce

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le concile qui, en mai 325, se réunit à l’initiative de Constantin dans la cité de Nicée, province de Bithynie, avait pour mission de trancher plusieurs questions relatives à la vie de l’Église, parmi lesquelles figurait l’agitation causée en Orient par l’enseignement d’un prêtre d’Alexandrie nommé Arius. Celui-ci s’était, en 318, opposé à son évêque Alexandre en soutenant contre lui des thèses que l’on qualifie aujourd’hui, en usant des catégories modernes du vocabulaire théologique, de subordinatianistes, et que l’on peut, pour schématiser, énoncer en une proposition principale : au sein de la Trinité, le Fils est inférieur au Père. Postulat simple a priori, mais aux multiples et lourdes conséquences sur la nature du Fils, la chronologie de son existence, sa volonté agissante et, in fine, sur l’Économie du Salut. Ce ne sont toutefois pas ces conséquences qui seront envisagées ici, où l’intérêt se portera moins sur la portée et les nuances de la théologie d’Arius, ou de la théologi...

Auteur

Sorbonne Université

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540