Version classiqueVersion mobile

Études sur la genèse du système scientifique moderne

 | 
Rudolf Stichweh

IV. L’Auto-organisation dans la genèse du système scientifique moderne1

Texte intégral

  • 1 Ce texte est une version revue d’une contribution aux journées sur « la science de l’auto-organisa (...)

I.

1Des concepts tels que auto-organisation, autopoiesis, constructivisme et clôture opérationnelle ne conviennent pas, dans l’état actuel de la pensée, pour délimiter des possibilités théoriques distinctes, en nette concurrence les unes avec les autres. Ils sont plutôt complémentaires, ce sont des formulations d’une nouvelle compréhension des systèmes sociaux (et autres) ; ils permettent toutefois, en tant que concepts complémentaires, de mettre en évidence différents apsects de cette nouvelle perspective. On cherchera dans ce qui suit à comprendre, à examiner la portée du concept d’auto-organisation pour une interprétation historique et systématique de la genèse du système scientifique moderne.

  • 2 Cf., sur l’auto-organisation et les concepts apparentés, Foerster 1984 et 1985 ; le même 1984a et (...)

2Le concept d’auto-organisation thématise la question de la constitution d’un ordre dans un environnement où le désordre s’accroît en proportion de l’ordre émergent2. La raison systématique de l’auto-organisation est manifestement qu’il n’y aucune information prépondérante quant aux possibilités et aux besoins d’ordre existants dans un ensemble d’ordre naissant en dehors de cet ensemble. Le contraire de l’auto-organisation est dès lors la téléologie, étant donné que ce concept désigne précisément le cas où il existe une instance externe qui détient une telle information prépondérante.

  • a On rend ainsi « Vorstellung » (N.d.t.).

3On peut expliquer cette différence en prenant l’exemple de la peinture. Un tableau est sans aucun doute un produit téléologique, parce qu’il est la réalisation d’une représentation qui se situe en dehors de lui. Cependant, il présente simultanément des propriétés d’auto-organisation fortes et surtout croissantes. Au stade de sa réalisation, sa sensibilité à un défaut téléologique et à d’autres interférences dûs au peintre augmente. Un mauvais nuancement de couleurs, une direction de la touche choisie à la légère, une nouvelle figure nerveusement ébauchée peuvent compromettre à tout moment la construction obtenue, si bien que, dans le processus de la peinture, se substitue de plus en plus à la transposition d’une représentation préalablea l’expérience selon laquelle ce n’est plus que du tableau lui-même que l’on peut tirer l’information sur la manière dont on doit le poursuivre. Il est évident que l’importance qu’a prise en ce siècle une manière spontanée, automatique, est essentiellement due à une tentative, dans une situation où l’art a perdu, avec le projet figuratif, un appui téléologique supplémentaire, de laisser la prépondérance aux tendances à l’auto-organisation présentes dans le tableau, en éliminant la conscience extérieure à l’œuvre.

  • 3 Cf., sur ces concepts, Campbell 1986 et 1987.

4L’auto-organisation, en tant que théorie ou que concept, présente d’étroites relations avec la théorie de l’évolution. La sélection structurelle ou interne3 est le concept utilisé dans la théorie de l’évolution pour les propriétés d’auto-organisation dont sont dotés les systèmes vivants. On signifie par ces concepts que toute variation/modification, avant de pouvoir, en tant que variante d’un individu/d’un organisme, être soumise à la pression sélective d’un environnement, doit tout d’abord remplir des conditions de compatibilité structurelle fixées par l’organisation interne de l’organisme sur lequel elle agit en variation. Une théorie de l’évolution ainsi comprise, s’intéressant aux restrictions qui interviennent et qui se situent entre les pôles de la variation et de la sélection — se préoccupant par là-même des impératifs donnés par l’auto-organisation de l’organisme — est à interpréter comme une théorie par principe non téléologique. Elle doit, il est vrai, en tant que telle, tenir compte du fait que l’environnement de l’organisme, qui a une importance sélective, ne détient certes aucune information prépondérante quant aux conditions de son organisation, mais qu’il en possède pour ce qui est des conditions de sa survie. Par conséquent, dans la mesure où il existe un nombre extrêmement grand d’individus et de générations d’individus sur lesquels peut agir la pression sélective de l’environnement, le sentiment peut s’imposer qu’il est possible d’expliquer l’organisation interne du système naissant presque entièrement par les conditions de sa survie dans l’environnement. L’organisme pourrait dès lors être pour soi-même — ou pour le biologiste de l’évolution qui l’observe —, compte tenu des impératifs de son organisation interne, une sorte de « boîte noire », puisque toutes les « décisions » d’évolution passent de toute façon par la sélection des organismes entiers et que, dans ce sens, la connaissance des restrictions de l’organisation interne n’a aucune pertinence. Ce sont ces circonstances qui expliquent des versions de la théorie de l’évolution qui n’incluaient pas dans leur explication les conditions de la sélection structurelle et qui semblaient par conséquent incompatibles avec l’auto-organisation ont pu avoir un certain succès.

  • 4 Si l’on n’a pas en vue des unités/individus etc., mais un système plus grand, qui se compose d’uni (...)

5Ces considérations admises, on peut maintenant, dans une première approche, définir plus précisément le concept de contrôle. Contrôle ne signifie évidemment pas que l’on essaie de remplacer ou de surdéterminer l’auto-organisation du système à contrôler par la téléologie, mais que l’on se donne pour but de simuler l’évolution. Cela veut dire toutefois que les tentatives de contrôle doivent nécessairement, pour que leur succès soit vraisemblable, avoir une action effective, en tant qu’environnement doté d’une importance sélective, sur un nombre suffisamment grand d’unités/individus indépendants les uns des autres4 et influer en outre sur les paramètres du système à contrôler qui ont dans celui-ci une capacité d’action suffisante. A cela s’ajoutent des conditions temporelles qui concernent la relative stabilité des projets de contrôle, étant donné que, dans une relation bilatérale entre système et environnement, le côté le plus stable sera davantage à même d’avoir un effet sélectif.

  • 5 Voir Luhmann 1986 et Stichweh 1990.

6Je voudrais clore ces remarques liminaires en présentant brièvement un dernier concept, celui de différenciation. La théorie de la différenciation, prise comme théorie de formation de système5, se concentre sur la genèse des sytèmes en relation avec le développement de ceux-ci dans leur environnement. A la différence du paradigme de l’auto-organisation, il ne s’agit donc pas ici de le constitution d’un ordre dans un environnement qui, bien souvent, n’est pas défini plus précisément par la suite, mais de rapports entre plusieurs constitutions d’ordre. On remarque alors moins à propos de l’environnement qu’il subit une désorganisation liée à la genèse du système ; il apparaît par contre de manière obvie que cette désorganisation relative ménage des espaces vides où un ordre peut se constituer selon un agencement différent. L’importance particulière donnée à la pensée de la théorie de la différenciation dans l’histoire de la sociologie — en comparaison, par exemple, de la théorie de l’évolution, qui fait l’objet d’une vive discussion aujourd’hui seulement —, est à mettre en rapport manifestement avec le fait que ce type de pensée s’adapte particulièrement bien à la situation européenne du début de la modernité, dans laquelle une pluralité de systèmes fonctionnels ont pris simultanément naissance, et dans laquelle on pouvait donc observer de manière significative la différenciation entre systèmes.

II.

  • 6 Les différentes formes que prend l’institutionalisation de la science en fonction des nations ne p (...)

7La science est-elle un système qui s’organise lui-même ? On répondra en principe par l’affirmative — comme pour tout système social —, si bien que la question véritablement intéressante consiste à se demander comment la science est un système auto-organisé, et peut-être comment elle l’est, à différentes époques, de manière différente. On devrait mettre encore une fois l’accent, au début de notre réflexion, sur le fait, devenu déjà thématique, que la société moderne et chacun des systèmes fonctionnels de la société moderne ne naissent qu’une seule fois, et que le système scientifique n’est donc pas le résultat d’une pression sélective sur une pluralité de versions concurrentes6. Il manque par conséquent toute information qui puisse se fonder sur des comparaisons avec les possibilités d’une science réalisées ailleurs, de sorte que les prises de position de principe à l’égard de la science se trouvent rapidement embarrassées devant une option globale oui/non, et que l’on ne peut sérieusement que regarder faire la science de l’extérieur, en observateur critique, et considérer comment elle s’observe elle-même, comment elle observe son rapport à son environnement — et comment elle le fait différemment à chaque fois, dans la mesure où c’est le résultat de sa différenciation interne.

  • 7 Cité d’après Couturat 1901, p. 149 (je souligne R.S.).

8Il semble impératif d’essayer de caractériser la science de la première modernité, pour parvenir grâce à cela à bien discerner les transformations qui ont eu lieu lors de la genèse de la science moderne. Peut-être devrait-on tout d’abord mettre l’accent sur le fait que la science de la fin du Moyen Age et de la première modernité gère avant tout un savoir et une science d’origine extérieure. Ni la genèse de ce savoir emprunté le plus souvent à l’Antiquité, ni les hasards de sa venue ne sont quelque chose qui peut être contrôlé par la science contemporaine. En outre, ce savoir ne s’organise pas non plus lui-même. Leibniz a dramatisé cet état de fait dans un des ses nombreux projets (pour Louis XIV) — qui visait en l’occurrence la constitution d’une encyclopédie. Il se plaint de ce que le savoir contemporain ressemble à « une grande boutique ou magazin ou comptoir sans ordre et sans inventaire : car nous ne savons pas nous-mêmes ce que nous possédons déjà, et ne pouvons pas nous en servir au besoin… nous sommes pauvres au milieu de l’abondance »7. Un tel savoir, sans organisation interne, risque même d’être à nouveau perdu ou oublié. C’est pourquoi les deux activités essentielles de la science de la première modernité — cultivées du reste par diverses traditions — consistent à conserver le savoir et à tenter de l’organiser. Dès lors, la science de la première modernité est avant tout l’organisation extérieure d’un stock de savoir qui ne s’agence pas lui-même. Elle revient à observer de manière différenciée des observations qui ont souvent été faites plusieurs siècles avant, sans s’intéresser à un degré égal à ses (propres) observations.

  • 8 Cf. Piaget 1967.
  • 9 Voir, pour des aspects complémentaires, Stichweh, « La genèse du système moderne des disciplines s (...)
  • b En français dans le texte (N.d.t.).
  • 10 Cf. sur le rapport entre « explication du texte » et autorité sociale, Pitts 1981.

9Je voudrais rapidement indiquer la différence pratique qui existe entre les deux concepts directeurs que sont la conservation et l’organisation (la mise en ordre) du savoir. L’organisation du savoir est prise en charge avant tout par la grande tradition encyclopédique et classificatrice qui s’étend du début du Moyen Age au xixe siècle. Cette tradition s’éclipse au xixe siècle, parce qu’elle s’est définitivement transformée, d’une classification du savoir qu’elle était, en une classification des sciences ; elle n’observe donc plus désormais qu’un système qui s’organise lui-même, et ne le constitue plus seulement en système grâce à des opérations de mise en ordre. Elle peut tout au plus, dans de système auto-organisé, exercer une fonction propédeutique — occasionnellement réactivée jusque chez Piaget8 — vis-à-vis des sciences9. La conservation du savoir trouve ses appuis institutionnels les plus importants dans l’idée proprement européenne que l’éducation érudite consiste en l’apprentissage des langues. La langue, les textes et le savoir entretiennent ici un rapport selon lequel la conservation du savoir est assurée par l’assimilation toujours renouvelée des langues et des textes classiques. Cette idée a même pris des formes qui l’ont perpétuée jusqu’à nous — dans le programme du « gymnasium » humaniste et en fin de compte aussi dans celui du « gymnasium » de langues vivantes, ou dans « l’explication du texte »b, considérée comme l’unité d’enseignement de base dans le lycée français10.

  • 11 Durkheim 1969, chap. V, est, sur ce point, dans l’optique d’une histoire de l’éducation, d’un gran (...)
  • 12 Cf., à propos de cette différenciation et du rôle de précurseur qu’a joué le « grammaticus » pour (...)
  • 13 Cf. Grafton 1981, p. 48, qui montre dans quelle mesure les éditions de texte et les commentaires o (...)
  • 14 Ascham 1570, pp. 175-230. Les composants oraux des textes antiques servent donc ici d’argument con (...)
  • 15 Bartoli 1645, pp. 58-64, 71 ss. Voir p. 72 : « Chi non ha in capo un teatro di proprie idee, e ide (...)

10Ces deux idées de valeur ont naturellement convergé dans la représentation que l’on se faisait de la langue au début du Moyen Age et au haut Moyen Age : celle-ci était elle-même, pensait-on alors, la forme la plus naturelle de l’encylopédie — et son analyse scrupuleuse produisait déjà un système complet du savoir11. On ne pouvait cependant plus y croire sérieusement au début de la modernité, après la réception massive d’un savoir antique dont il était en outre possible de disposer en permanence grâce à l’imprimerie, et la différenciation de l’apprentissage des langues (conservation) et de l’encyclopédie/classification (organisation)12 est probablement elle-même un moment dynamique important dans la genèse de la science moderne : dans les encyclopédies qui se sont écartées de l’explication de mots isolés (dans une séquence déterminée par les textes)13 pouvaient devenir visibles des rapports qui n’avaient pas encore été formulés jusqu’alors, et les langues acquirent la force d’un instrument au moyen duquel on peut aussi exprimer des choses qui ne sont pas à l’origine des « réinstaurations ». Ce danger d’un usage de la langue qui suscite une variation, les traités sur l’apprentissage des langues de la première modernité l’ont toujorus perçu. Roger Ascham, par exemple, discute en 1570 des six modes d’apprentissage des langues (translatio, paraphrasis, metaphrasis, epitome, imitatio, declamatio) et rejette par principe les modes qui suscitent potentiellement une variation, comme la paraphrase et l’épitomé, pour opter en revanche pour la primauté de l’imitatio, parce que les grands auteurs de l’Antiquité auraient exprimé eux aussi les mêmes faits à plusieurs reprises avec exactement les mêmes mots14. Un argument analogue a une résonance un peu différente seulement soixante-cinq ans plus tard chez un auteur exceptionnel à maints égards, Daniello Bartoli, ce jésuite italien qui voue, dès 1645, un culte idolâtre à Galilée. Bartoli donne lui aussi à l’imitatio une place privilégiée, qui trouve cependant désormais sa justification essentielle dans le fait que l’imitatio sert à éviter le plagiat inconscient, lorsqu’on ne sait rien dire de nouveau. Qui a quelque chose de nouveau à dire ne peut être astreint à ce mode d’usage de la langue15.

  • 16 Ecriture et textualité sont des conditions, historiquement antérieures, du même type. Cf., à propo (...)
  • c En français dans le texte (N.d.t.).

11Le latin, en ce qu’il est la plus importante des deux (ou trois) langues classiques, assume plusieurs fonctions, qui ont à voir avec la différenciation et la systématisation. Il ménage un espace pour le savoir érudit, dans la mesure où ce qui se fait dans les institutions académiques qui parlent en latin ne peut tout simplement pas être compris de l’extérieur. Le latin étaie en même temps les tentatives de systématisation, puisque tout ce qui se produit doit être traduit dans les mêmes formes linguistiques. Le latin et l’imprimerie, en tant que conditions formelles du savoir érudit16 en quoi tout ce qui prétend à ce statut doit être transformé, mettent pour la première fois la modernité naissante à peu près en position de jouir en quelque sorte d’un « musée imaginaire »c qui renferme tout le savoir érudit connu jusque-là par l’humanité. Il va de soi que cela - de même que pour l’art contemporain, encore soumis, il est vrai, à des impératifs d’ordre et de conservation — a dû jouer un rôle favorable lorsqu’on est passé d’un rapport de réception et d’organisation avec le matériau à une masse de savoir conçue comme un potentiel culturel qui engendre en soi-même des impulsions.

12Avec le passage aux langues nationales, on fait un pas de plus. Ce passage a pour résultat de susciter une rupture par rapport à la tradition et il signale un déplacement des valeurs, puisque la conservation du savoir apparaît subitement comme non problématique ou comme moins importante, et que la tradition est pour la première fois ressentie comme un fardeau. Les langues nationales sont à maints égards une expérimentation des chances de variation, puisqu’il ne peut plus être question d’« imitation », mais qu’il reste encore à forger les mots dont on a besoin pour décrire les choses. Avec les langues nationales s’opère en outre une inclusion, ce d’un double point de vue. Avec elles tout d’abord, la science peut tenter de toucher un public plus large — que l’on pense à Christian Thomasius —, en considération duquel elle peut s’accroître en tant que science. De plus, on recrute au moyen des langues nationales de nouveaux auteurs, qui n’auraient pas pu écrire en latin, et l’on s’accommode pour ce faire de l’hétérogénéité linguistique de la science qui se dessine. Celle-ci devient tolérable parce que, pour une science dont les préférences se déplacent de la conservation à la variation, les contextes nationaux jouent le rôle de niches d’évolution qui offrent aux variations une espérance de vie un peu plus longue.

  • 17 Naturellement, cela ne signifie pas que la modernité se montrait à ses débuts indifférente à l’éga (...)
  • 18 Temple 1720, p. 153.

13Nous avons jusqu’à présent parlé intentionnellement de savoir ou de savoir scientifique. Cela doit être rapporté au fait que la différenciation du savoir et de la science n’est pas encore marquée à l’aube de la modernité — ou, pour le dire autrement, la question de la vérité ne fait pas encore fonction pour le savoir de seuil critique ultime17. Une orientation qui s’inquiète avant tout de la conservation du savoir ne voudra pas compromettre le savoir existant par l’examen critique de sa justesse. Une différenciation du savoir et de la science dépend cependant d’une telle disposition. On peut retracer un moment de ce processus de différenciation à partir d’un texte écrit par William Temple à la fin du xviie siècle : « taking knowledge to be properly meant of Things that are generally never agreed to be true by Consent of those that first found them out, or have been since instructed in them ; but Learning is the knowledge of the different and contested Opinions of Men in former Ages, and about which they have perhaps never agreed in any »18. La distinction suit ici l’opposition entre la dimension de la certitude du savoir et un savoir réflexif basé sur des opinions. La science est de toute évidence comprise comme la sélection du sous-ensemble des éléments du savoir qui ont toujours été tenus pour vrais. Cela même reste naturellement un critère de vérité historique, qui n’est pas encore systématique et critique. En même temps, on voit clairement comment la nouvelle prétention de la science à la certitude opère une discrimination à l’égard de l’érudition (« learning »), parce que celle-ci ne fait que répéter des opinions et ne peut pas trancher entre elles.

14Le passage cité permet de comprendre comment s’impose le traitement sélectif de la tradition et comment cela rabaisse une grande partie du savoir jusqu’alors disponible au statut d’opinions. Cette disposition sélective est renforcée par le fait que prolifère un nouveau savoir, qui n’est de toute façon pas protégé par la tradition contre les soupçons d’inexactitude, et que la disposition au contrôle ainsi intensifiée peut naturellement se retourner vers le savoir plus ancien. Cela nous renvoie au xviiie siècle : il faut avoir à présent à l’esprit que ce siècle a préparé la science moderne non seulement par un immense accroissement du savoir, dû à l’apparition de nouvelles sources de connaissance, mais encore par une sorte d’immense démolition du savoir, puisque le savoir précieusement conservé et systématisé auparavant se trouve maintenant soumis à des conditions de contrôle.

15Avec ces mutations, l’autonomie de la science commence à avoir un statut différent. La condition faible d’autonomie, telle que la formulerait probablement une théorie de l’auto-organisation, posant que c’est seulement dans le système lui-même que se trouve l’information suffisante qui permet de faire la synthèse d’un matériau disparate dans un processus systématique est éliminée. Se substituant à elle, est progressivement remplie la condition d’autonomie forte, telle que l’exigerait une théorie de l’autopoiesis, condition selon laquelle le système constitue lui-même ses éléments de telle manière que le processus sytématique travaille uniquement, à l’avenir, avec des éléments autoproduits. Ceci implique que tous les éléments d’un système soient marqués d’une forme universelle, sans laquelle on ne reconnaîtrait pas l’appartenance d’un élément au processus systémique, et postule également l’autoproduction de chaque élément par le système. Les deux principes (auto-organisation et autopoiesis) ont en commun un style de pensée qui émane de la neutralisation des causalités externes : celles-ci jouent un rôle dans tout ce qui arrive dans le système, mais elles ne peuvent jamais saisir les auto-références, c’est-à-dire les contraintes de rattachements, qui règlent l’intégration des événements sur lesquels elles ont influé dans la structure et le processus du système.

  • 19 Foucault 1966, pp. 7 ss.

16Revenons à l’analyse historique. Il faut faire ressortir encore plus précisément comment la nouveauté de la connaissance commence à surdéterminer les points de vue de la conservation et de la mise en ordre. Il ne fait aucun doute qu’au xviiie siècle la science est poussée à la transformation par une pluralité de nouvelles sources de connaissances : l’industrie minière et les autres formes d’exploitation du sol (activité du bâtiment, agriculture), les voyages et les expéditions, la progression de l’expansion coloniale, et, de façon générale, une mainmise sur le monde intensifiée par une pluralité de systèmes fonctionnels qui se différencient, sont autant de contextes dans lesquels se produisent une multiplicité d’informations et de chances de connaissance qui mettent à l’épreuve la curiosité et la capacité de transformation propres à la science. Il est remarquable que la science ne soit pas limitée à réagir en adaptant ses schémas (abstraction, généralisation). La classification chinoise, fictive — elle est empruntée à Borges —, des animaux sur laquelle s’ouvrent Les mots et les choses de Foucault19 peut bien mettre en lumière, à partir d’un cas extrême, pourquoi ce n’était pas une possibilité. La combinaison de l’entière rationalité des schémas d’ordre et de l’absence de contrôle sur le matériau livré — éventuellement abstrus — n’offre de toute évidence aucune chance de différencier une communication orientée vers l’organisation de la capacité de rattachement.

  • 20 La restauration de la Chapelle Sixtine offre aujourd’hui un bon exemple de la substitution d’un pr (...)

17Au lieu de se limiter à une telle adaptation réactive des schémas de transformation, la science choisit une autre voie, à laquelle on peut donner le nom d’intériorisation des sources de connaissance ou encore de dépréciation de la connaissance livrée de l’extérieur. Cela se réalise sous plusieurs formes et apparaît clairement, par exemple, dans l’histoire de la critique textuelle. Commençant par appliquer aux textes classiques une approche encyclopédique et explicative, la philologie emprunte par la suite l’étonnant chemin qui conduit à une décomposition des textes — il suffit de penser aux poèmes homériques vus par les Prolegomena ad Homerun de Friedrich August Wolf (1795) — qui ne permet plus, quant à elle, aucune distinction de principe entre le caractère artificiel des textes reconstruits, ceci étant dit par rapport à la tradition de la connaissance de ces textes, et le caractère artificiel d’une situation de connaissance propre aux sciences naturelles20. Cette philosophie qui opère avec une différence plus marquée entre le dedans et le dehors y gagne simultanément une prise de distance plus grande par rapport à sa propre histoire, puisque les agencements du texte qu’elle déstructure maintenant sont essentiellement eux aussi les sédimentations de formes anciennes de la philologie.

  • 21 Voir Porter 1981, en particulier pp. 568 s. ; cf. aussi p. 554, sur les points de vue externes dan (...)

18Je voudrais mentionner deux autres formes que peut prendre l’intériorisation des sources de connaissance. Ce sont le laboratoire et l’instrument de sciences naturelles. Le laboratoire ne signale pas seulement la différenciation pour ainsi dire spatiale d’un lieu de travail dans lequel s’accomplit dorénavant le travail scientifique, doté du nom de recherche depuis le début du xixe siècle. Le laboratoire produit aussi ses propres traditions de phénomènes naturels : des générations d’animaux de laboratoire dont le comportement évolue de façon autonome, ou des substances de synthèse atteignant des degrés de pureté qui n’existent pas dans la nature. On peut analyser la rapide évolution de la chimie au xviiie siècle comme le passage d’une analyse des minéraux, d’abord intensifiée, qui sait tirer profit de tout le trésor expérimental qu’offre l’industrie minière, au travail sur des substances de laboratoire beaucoup plus simples, qui permettent une nomenclature rationnelle, en ce qu’elle prend ses distances par rapport à des points de vue utilitaires, entre autres — qu’incluent encore les estimations d’un collectionneur21.

  • 22 Voir, à ce propos, l’analyse détaillée de Stichweh 1988.
  • 23 Kloss 1987, p. 15.
  • 24 Cf. Hoffmann 1740, p. 233 : on a là un aperçu du savoir utile, qui reproche encore essentiellement (...)
  • 25 Voir Stichweh 1988b ; cf. aussi la remarque de Campbell 1986, p. 127.

19L’instrument scientifique est une radicalisation de la même opération22. Il enrichit — en tant qu’élément central de tout laboratoire — les phénomènes spécifiques de la science obtenus par la différenciation du laboratoire grâce à une autoproduction de phénomènes encore plus artificielle. On acquiert naturellement la conviction que l’on peut rendre visibles des phénomènes invisibles à l’aide d’instruments — l’aiguille magnétique de la boussole et le thermomètre à mercure en sont peut-être les premiers exemples23 —, et que l’on peut même les mesurer24. Cette expérience diminue alors la suspicion à l’égard de phénomènes pas même supposés jusqu’alors, et donc découverts avec la première présentation qu’en done la pratique expérimentale, qui finissent par pouvoir être acceptés, malgré cette genèse, comme des phénomènes « naturels ». On peut dorénavant écrire une histoire de la position privilégiée accordée à l’électricité statique dans l’évolution des sciences naturelles modernes, l’histoire d’une spécialité qui a par ailleurs présenté l’avantage, au xviiie siècle comme au xixe siècle, de n’entrer en concurrence, par ses prétentions cognitives, avec aucune des autres sphères de valeur (religion, morale politique) de la société moderne naissante25.

  • 26 Voir, pour plus de détails, Stichweh, « La genèse du système moderne des disciplines scientifiques (...)
  • 27 Voir, pour une analyse plus détailée, Stichweh, « L’autopoiesis de la science ».

20Nous avons mené l’analyse jusqu’au seuil de la genèse de la science moderne, jusqu’au point où est visible une transition ; c’est à ce moment qu’un système, qui était tout d’abord défini par l’hétérogénéité de son savoir et qui a construit progressivement ses propres structures, à l’aube de l’extérieur, est en mesure de passer à l’autoproduction de tous ses éléments et de se constituer de la sorte en système autopoiétique. Deux mutations sont alors d’une importance capitale pour cette transition : il ne nous reste plus ici qu’à les nommer sans les analyser maintenant en détail. Pour ce qui est de la différence faite par la science entre système et environnement, il est décisif qu’elle se révèle fréquemment, en tant que différence entre système et environnement dans le système, par la différenciation des disciplines, de sorte que tout événement scientifique — quelle que soit la localisation exacte dans la discipline, la sous-discipline ou plusieurs disciplines — se réalise maintenant dans un environnement interne d’autres systèmes de communication scientifique, ce qui augmente à l’infini les capacités de la science à l’autostimulation interne26. Au niveau des éléments du système scientifique s’effectue une fermeture opérationnelle du système et, par là-même, sa constitution en système autopoiétique, grâce à la formation et la différenciation de deux types d’événements élémentaires qui s’apportent une assistance mutuelle et complémentaire. En effet, à côté du niveau de l’agir de la recherche, qui est désormais toujorus soumis à la pression massive de la nouveauté — qui fait en outre fonction de forme de travail dans la science, et qui intègre et représente la science en tant que telle dans des « microsettings » —, un processus communicationnel joue le rôle de macroniveau du système scientifique. En tant que processus de la communication par publications, il est fortement soumis à des contraintes formelles qui indiquent à toutes les affirmations qui présentent une prétention à la vérité la forme qu’elles doivent revêtir si l’on doit décider de leur avenir scientifique dans ce processus communicationnel déchargé de toute action et structuré d’après la possibilité d’organiser des rattachements communicationnels27.

Notes

1 Ce texte est une version revue d’une contribution aux journées sur « la science de l’auto-organisation — l’auto-organisation de la science » (Bielefeld, 3-5 décembre 1987). Il est paru dans : W. Krohn-G. Küppers (éds.), Selbstorganisation. Aspekte einer wissenschaftlichen Revolution, Braunschweig-Wiesbaden, 1990, pp. 265-277. Le travail dont il est le produit a bénéficié de bourses de recherche attribuées par la fondation Volkswagen pour la Maison des Sciences de l’Homme (Paris) et par la Max-Planck-Gesellschaft.

2 Cf., sur l’auto-organisation et les concepts apparentés, Foerster 1984 et 1985 ; le même 1984a et 1985a.

3 Cf., sur ces concepts, Campbell 1986 et 1987.

4 Si l’on n’a pas en vue des unités/individus etc., mais un système plus grand, qui se compose d’unités/individus nombreux, la condition de la possible décomposition en ces unités intervient alors comme condition de réussite pour tout projet d’action.

5 Voir Luhmann 1986 et Stichweh 1990.

6 Les différentes formes que prend l’institutionalisation de la science en fonction des nations ne peuvent compter comme des variantes que d’un point de vue limité, car une perspective qui parle, à propos de variantes nationales, de décalages temporels et de processus d’imitation dans la genèse d’un système de la science moderne, est plus plausible à maints égards.

7 Cité d’après Couturat 1901, p. 149 (je souligne R.S.).

8 Cf. Piaget 1967.

9 Voir, pour des aspects complémentaires, Stichweh, « La genèse du système moderne des disciplines scientifiques », chap. 1 et 2, et « Bildung’, individualité et légitimation culturelle de la spécialisation », chap.3.

10 Cf. sur le rapport entre « explication du texte » et autorité sociale, Pitts 1981.

11 Durkheim 1969, chap. V, est, sur ce point, dans l’optique d’une histoire de l’éducation, d’un grand intérêt.

12 Cf., à propos de cette différenciation et du rôle de précurseur qu’a joué le « grammaticus » pour l’encyclopédiste, Kühlmann 1982, pp. 288 ss.

13 Cf. Grafton 1981, p. 48, qui montre dans quelle mesure les éditions de texte et les commentaires opérant par cumulation de remarques sont devenus, au xvie siècle, des encyclopédies non alphabétiques.

14 Ascham 1570, pp. 175-230. Les composants oraux des textes antiques servent donc ici d’argument contre l’usage de la langue qui suscite une variation : « The old and best authors that ever wrote, were content, if occasion required to speak twice of one matter, not to change the words, but ‘retos’, that is, word for word, to express it again » (p. 182).

15 Bartoli 1645, pp. 58-64, 71 ss. Voir p. 72 : « Chi non ha in capo un teatro di proprie idee, e idee di buon disegno, prenda, conforme all’antico costume della prima, e rozza pittura, i contorni dell’ombre di figure perfette, e compisca sù que modelli il suo lavorio ».

16 Ecriture et textualité sont des conditions, historiquement antérieures, du même type. Cf., à propos de la différence entre écriture et textualité, Morrison 1987, en particulier pp. 248, 258.

17 Naturellement, cela ne signifie pas que la modernité se montrait à ses débuts indifférente à l’égard de la vérite du savoir ; simplement, la fausseté du savoir transmis ne lui paraissait pas trop vraisemblable.

18 Temple 1720, p. 153.

19 Foucault 1966, pp. 7 ss.

20 La restauration de la Chapelle Sixtine offre aujourd’hui un bon exemple de la substitution d’un produit complètement artificiel — même s’il reconstruit peut-être un état originel — à la version familière à une longue tradition. On tient là une bonne analogie avec la situation homérique — à cette différence, radicale, près que dans ce dernier cas la forme présumée originelle que l’on reconstruit de manière irréversible ce dont elle procède.

21 Voir Porter 1981, en particulier pp. 568 s. ; cf. aussi p. 554, sur les points de vue externes dans les classifications de minéraux.

22 Voir, à ce propos, l’analyse détaillée de Stichweh 1988.

23 Kloss 1987, p. 15.

24 Cf. Hoffmann 1740, p. 233 : on a là un aperçu du savoir utile, qui reproche encore essentiellement aux mathématiques, dont il doit admettre l’intrérêt à bien des égards (organisation des idées, affermissement du jugement, aide dans le commerce de « l’art »), de ne pas être aptes à mesurer les choses invisibles. L’agir expérimental est encore considéré ici comme une partie des mathématiques et non de la doctrine de la nature (Naturlehre).

25 Voir Stichweh 1988b ; cf. aussi la remarque de Campbell 1986, p. 127.

26 Voir, pour plus de détails, Stichweh, « La genèse du système moderne des disciplines scientifiques », et 1984.

27 Voir, pour une analyse plus détailée, Stichweh, « L’autopoiesis de la science ».

Notes de fin

a On rend ainsi « Vorstellung » (N.d.t.).

b En français dans le texte (N.d.t.).

c En français dans le texte (N.d.t.).

© Presses universitaires du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search