Version classiqueVersion mobile

Études sur la genèse du système scientifique moderne

 | 
Rudolf Stichweh

III. L’Autopoiesis de la science1

Texte intégral

  • 1 Article paru sous le titre de « Die Autopoiesis der Wissenschaft », dans : D. Baecker, J. Markowitz (...)

I

  • 2 Voir Varela 1979 ; Maturane 1985.

1La théorie de l’autopoiesis est une théorie biologique qui s’est fixée pour but d’expliquer le vivant2. Elle isole dans la classe des systèmes vivants un type spécifique de systèmes autopoiétiques, en désigne les particularités et utilise la formulation de ces particularités comme définition de la vie. Cette théorie ne doit nous intéresser ici que sous une forme suffisamment généralisée par rapport à son contexte biologique initial pour qu’il puisse être pertinent de se demander si certains systèmes sociaux sont des systèmes autopoiétiques et ce qui peut se dire à leur propos si on les décrit comme des systèmes autopoiétiques.

  • 3 A. Friedländer 1847, pp. 2 s. et passim, en est un bon exemple.

2Il ne s’agit donc pas ici d’établir des analogies ni de se demander si les systèmes sociaux sont des organismes ou même s’ils possèdent une sorte de principe vital. Un rapport plus contrôlable de généralisation (par rapport au contexte biologique initial) et de respécification (dans l’optique des systèmes sociaux) se substitue aux analogies, de sorte que celles-ci prennent avant tout un intérêt historique, puisque, dans le cas de la science considérée comme système social précisément, il est incontestable que les analogies avec l’organisme ont été productives pour saisir la formation de sa structure circulaire, non hiérarchique3.

3Je veux dans une première approche présenter le concept de l’autopoiesis comme une formulation plus stricte du concept d’autonomie. L’autonomie est un attribut classique des systèmes dans toute théorie du rapport entre système et environnement. On entend sous le concept d’autonomie des propriétés telles que : 1. l’indépendance dans l’autorégulation, ce qui implique que le système forme des régulateurs — par exemple la différence de code vrai/faux en tant que mécanisme du traitement de l’information dans la science — qui ne peuvent ni lui être donnés par d’autres systèmes ni être contrôlés par ceux-ci ; 2. un accroissement simultané des marques d’indépendance et de dépendance du système dans le processus de sa différenciation — et, par là-même, une plus grande liberté dans le choix des dépendances ; 3. l’existence d’interdépendances plus fortes dans le système que dans la relation système/environnement.

4Les systèmes autopoiétiques sont des systèmes autonomes qui se distinguent par des propriétés supplémentaires. Je voudrais, pour commencer, citer ici quatre de ces propriétés.

    • 4 Cf. Varela 1979, chap. 7 ; 1983, pp. 147-164.
    • 5 Cette observation est aujourd’hui universellement connue, tandis que ses implications pour l’épisté (...)

    La clôture opérationnelle4. On entend par ce concept que les opérations du système se rapportent toujours, en premier lieu, à d’autres opérations du même système et que ce n’est que par la médiation de celles-ci qu’elles se rapportent à des phénomènes ou à des événements survenus dans l’environnement du système. Il s’ensuit alors que des ensembles ou des structures ne peuvent pas, en principe, être introduits de l’extérieur dans le système, qu’ils sont toujours formés uniquement dans le système — et l’on tient là la signification même du concept de la morphogenèse. L’exemple classique d’un système opérationnellement clos est fourni par notre système nerveux, qui est doté d’une capacité de discernement minimale en ce qui concerne les excitations provoquées par l’environnement (différenciation topologique du corps, intensité de l’excitation) et qui se forge par un « calcul » interne une représentation de l’environnement d’une complexité maximale5.

    • 6 C’est une découverte de Maturana qui est à l’origine de ce type de réflexion : celui-ci a compris q (...)

    L’autospécification des éléments du système grâce au système. Beaucoup de systèmes empruntent leurs éléments à l’environnement — ou bien ils font des systèmes (en soi nantis d’une structure) d’un autre niveau de système leurs propres éléments (dépourvus de structure pour eux). Par une mise en relation, ils donnent alors uniquement à ces éléments repris la marque d’une structure ou d’un ordre propres au système, si bien qu’un système est une structure basée sur des éléments d’emprunt. Pour les systèmes autopoiétiques en revanche, le processus du système spécifie lui-même ce qui doit faire fonction d’élément en lui, de sorte que, au niveau des éléments déjà, il existe une discontinuité de principe entre le système et l’environnement6. Cette représentation, selon laquelle la définition de ce qu’est un élément se construit grâce au processus du système, remplace la représentation classique de l’émergence, qui thématisait encore les formations de structure en invoquant des éléments existants et les surprises (les propriétés nouvelles) présentées par ces formations. Le cas d’application du nouveau théorème le plus intéressant pour la sociologie est naturellement le passage des systèmes personnels aux systèmes sociaux, qui soulève le problème suivant : les systèmes sociaux font-ils des personnes (ou de leurs actes conscients) leurs éléments à eux ou spécifient-ils eux-mêmes leurs propres éléments — les communications, par exemple ?

  1. Un système autopoiétique se distingue en outre en ce qu’il ne se limite pas à désigner lui-même comme tels les éléments dont il se compose mais les produit lui-même et n’est en outre rien d’autre qu’un réseau de processus au cours duquel les éléments sont produits. Ce réseau de processus ne consiste quant à lui en rien d’autre qu’en l’interaction d’éléments qui engendrent par récurrence les processus par lesquels ils sont eux-mêmes produits. La cellule en fournit un exemple simple : elle est décrite comme un réseau de réactions chimiques dont le propre est de produire des molécules — les éléments de la cellule — de telle façon que ces molécules, grâce à leurs interactions, engendrent précisément à leur tour le réseau de réactions qui les a produites — ou agissent sur lui par récurrence. Une des implications de ce concept de systèmes autopoiétiques est que ceux-ci ne peuvent être par principe caractérisés par aucun but, aucune fin, aucun terme qui soit extérieur au processus qu’ils sont euxmêmes et au sein duquel ils engendrent leurs éléments. Les systèmes autopoiétiques sont évidemment eux-mêmes le produit de leur fonctionnement ; c’est en cela que réside l’affinité objective entre l’autopoiesis, l’individualité et l’impossibilité de substituer l’un à l’autre les systèmes fonctionnels, et c’est également la raison pour laquelle le terme d’« autopoiesis » convient bien à la définition de la vie (et de la mort).

    • 7 Pour une telle définition, voir Maturana 1985, p. 158.

    Avec l’autonomie dans la démarcation des limites du système on tient une dernière caractéristique. Que ce soit dans un champ physique ou socio-communicationnel, les éléments qui servent à limiter le système sont produits, comme tous les autres éléments du système, par les processus du système. Ce critère exclut les systèmes qui, comme c’est le cas par exemple pour les processus autocatalytiques, remplissent certes les autres conditions de la définition mais dépendent, pour pouvoir se dérouler, d’un « contenant » qui les délimitent de l’extérieur7.

II

  • 8 Voir Stichweh, « La genèse du système moderne des disciplines scientifiques ».
  • 9 Cf. de Curzon 1920 ; Wieacker 1967.
  • 10 Cf. pour l’allopoiesis comme contraire de l’autopoiesis, Maturana 1985, p. 159 : « ces… systèmes do (...)

5La science moderne, prise comme système fonctionnel dans le système de la société moderne, est-elle un système autopoiétique au sens qui a été précisé dans notre introduction ? On tient un premier élément de réponse lorsqu’on considère que la science européenne de la première modernité, du xvie à la fin du xviiie siècle, ne peut sûrement pas être décrite comme un système autopoiétique. On se représente cette science au mieux comme un ensemble de savoirs composé d’éléments puisés aux sources les plus hétérogènes : savoir de l’Antiquité transmis et recouvré ; connaissances acquises dans les pratiques artistiques et artisanales ; pensée conceptuelle renouvelée pas-à-pas depuis le xiie siècle (et innovations mathématiques) ; résultats d’expériences isolées, entreprises dans un but scientifique (et dotées au xviiie siècle d’un taux de progression élevé) et une infinité d’observations particulières8. Le droit de la première modernité présente une analogie intéressante avec ce qui vient d’être évoqué : c’est un mélange de droit romain reçu, de traditions et de coutumes locales et nationales, d’actes particuliers de droit positif dus à l’état territorial naissant et de pratiques de décision propres aux instances judiciaires9. L’orientation en fonction des sources (sources de la connaissance, sources du droit) est de toute évidence une marque caractéristique des systèmes sociaux allopoiétiques10, comme on peut le voir peut-être aussi, indirectement, dans la réflexion qu’engage sur soi la science historique actuelle, où une orientation forcée en fonction des sources s’allie à l’occasion avec une mauvaise compréhension méthodologique de soi : tout se passant comme si l’on pouvait écrire l’histoire dans un rapport immédiat aux sources et que l’on ne se trouvait pas dans un ensemble communicationnel d’historiens, clos quant à ses opérations, qui n’autorise toujours le contact avec les sources que par l’intermédiaire du contact avec d’autres expressions du discours historiographique.

6Face à un corpus de savoir transmis et hétérogène tel celui que détient la science de la première modernité, l’acte scientifique de connaissance véritablement important relève du genre encyclopédique et classificateur. Il s’agit ainsi d’imposer aux éléments hétérogènes du savoir une structure qui garantisse un degré accessible d’ordre. La science est donc d’abord un savoir envisagé dans sa situation présente et ses possibilités d’ordre, non pas l’ensemble socio-communicationnel de la production de connaissance. Ce savoir est reçu — cela vaut pour le droit et pour la science — et non auto-produit, en outre il n’est pas dynamique en soi, et la contribution que l’érudit apporte à la connaissance consiste en l’adjonction d’une structure.

  • 11 Voir d’Alembert 1755, pp. 491-497 : « les éléments de la science… seront comme un germe qu’il suffi (...)

7Une telle dépendance externe provoque naturellement aussi une ambivalence qui s’articule là où la tradition européenne de « scientia » exprime une préférence pour la connaissance rationnelle telle qu’est tenue pour la forme suprême de connaissance celle qui renonce totalement à recourir aux sources de la connaissance extérieures à la raison. Qu’est-ce qui fait fonction d’éléments de la science avec de telles prémisses ? D’Alembert encore conclut en toute logique que sont éléments de la science les concepts fondamentaux dont peuvent être déduits tous les autres. Cela relève encore, pour reprendre une métaphore biologique caractéristique, d’une pensée préformationniste (toute la science est déjà contenue dans l’élément premier, le germe), et pas encore évolutionniste, il s’en faut de beaucoup. Seul a valeur d’« élément » le premier maillon d’une chaîne alors bien finie, et la possibilité logique de considérer également tous les maillons suivants comme des éléments et donc d’obtenir une chaîne qui ne peut se clore n’existe pas encore ici11.

  • 12 Voir Ong 1958, pp. 7, 125, 225, 306 s. et passim.

8La technique d’extension du savoir qui répond à ces présuppositions est la logique — avec la disputado, par exemple. La logique assure, grâce à la déduction, un savoir intégral du connu, qui sans elle, n’est que latent, mais il lui manque toute technique d’ouverture du système qui laisse entrer une nouvelle information. Les systèmes de connaissance spécialisés dans la connaissance rationnelle, rationalisés au moyen de la logique, sont des systèmes clos quant à leurs opérations, qui rompent du point de vue de la norme (mais pas forcément du fait) le contact avec l’environnement. L’instabilité de la situation dans laquelle se trouve la connaissance à l’époque de la première modernité apparaît clairement si l’on songe également au diagnostic de Walter Ong. Pour celui-ci en effet, la première modernité ne disposait plus guère en réalité que de logiques résiduelles qui ne possédaient plus la complexité réelle de la logique du Moyen Age ni n’en avaient connaissance, et c’est dans cet espace vide qu’a été formulé pour la première fois le concept de la méthode, qui s’est tout d’abord rapporté aux seuls problèmes de l’organisation du matériau à des fins littéraires et rhétoriques12.

III

  • 13 Voir, pour le rapport entre communication et action en général, Luhmann 1984, chap. 4. Il serait in (...)

9Je voudrais dans ce qui suit défendre la thèse selon laquelle la science moderne — en substance la science du xixe et du xxe siècle — prend naissance grâce à une série de modifications qui transforment simultanément le système allopoiétique propre à la science de la première modernité en un système autopoiétique. Cette dernière mutation s’effectue avant tout grâce à la constitution de deux types distincts d’événements élémentaires dans la science, qui se différencient l’un de l’autre suivant la distinction établie entre communication et action13. Avant de développer cet argument de manière systématique, et dans son rapport au présent (IV-VI), il semble pertinent de faire quelques remarques supplémentaires à propos de la science de la première modernité et, en particulier, de mettre en évidence certaines dimensions du bouleversement.

  • 14 Pour plus de précision, voir Stichweh 1988.

1. Première évolution remarquable, à un savoir reçu se substitue un savoir auto-produit. Au début du xixe siècle, la science a tendance à rejeter toutes les formes de production du savoir extérieures à la science ainsi que tout savoir qui lui est transmis par un passé scientifique et qui n’a pas été soumis aux instances scientifiques de contrôle. En ce sens, elle est pour la première fois une science autopoiétique, parce qu’elle n’emprunte plus les éléments du savoir à l’environnement et à un passé préscientifique pour simplement leur imposer ensuite une structure spécifiquement scientifique. A la reprise d’éléments empruntés à l’environnement se substitue le phénomène suivant : la science — et, avec elle, la discipline en tant que nouvelle unité de sa différenciation première — produit elle-même tous les éléments dont elle se compose. Cette situation privilégie des branches telles que la recherche en électricité, parce que celle-ci ne possédait guère de préhistoire de phénomènes déjà observés dans le quotidien : car les phénomènes électriques n’avaient été que très rarement observés dans des « settings » naturels. La recherche en électricité avait produit elle-même, avec ses propres instruments, tous les phénomènes élémentaires et toutes les observations sur lesquels reposaient ses hypothèses et ses théories. La découverte de sources d’électricité « naturelles » a souvent été due ensuite à des analogies établies avec les effets observés à partir d’instruments ; elle était toutefois, par rapport à ces effets, un processus secondaire, tant d’un point de vue chronologique qu’épistémologique14.

  • 15 Gren 1795, p. 173.

10La même situation désavantageait des sciences comme la chimie, qui se distinguait par une longue préhistoire d’expérimentation technologique et pratique dont elle avait hérité un immense savoir. Il existe une étude révélatrice, publiée en 1795 par F.A.C. Gren, chimiste et physicien à Halle, dans laquelle celui-ci — proposant une nouvelle nomenclature chimique — note, en s’en plaignant, que le statut de la chimie en tant que science est compromis de façon critique du fait que les éléments de son savoir se composent de dénominations, de résultats analytiques, d’hypothèses, etc. trop nombreux, qui sont dus à des opérations analytiques suspectes et n’ont jamais été soumis à une vérification scientifique sérieuse15.

  • 16 Grafton 1983, p. 181.
  • 17 Cf. Grafton : «Shared errors, rather than shared truths, enabled the textual critic to arrange his (...)

11Il se trouve naturellement des sciences qui ne peuvent pas produire sans difficulté les éléments de leur savoir, parce qu’elles sont renvoyées à des sources, aux textes classiques avant tout. La critique devient ici le concept qui exprime la distance adoptée par rapport à tout élément repris sans examen, et ce avec un tel succès qu’il fait également carrière dans les sciences de la nature sous la forme de la « critique des mesures ». Il y a peut-être un point particulièrement important : alors que la philologie de la première modernité utilisait volontiers le texte comme point de départ pour constituer une encyclopédie sous la forme d’annotations, augmentant en certains lieux du texte les vérités énoncées par celui-ci de notes annexes d’érudition, la philologie classique allemande du début du xixe siècle donne à la connaissance, comme le note Anthony Grafton, une orientation nouvelle, en marquant une « preference for error over truth »16. On entend par là qu’à la conservation d’une vérité transmise se substitue un intérêt pour les incohérences et les erreurs, parce qu’un processus de recherche peut s’attacher à elles17. En renonçant à une simple préférence pour la conservation et l’accroissement de la vérité, on peut donc à présent augmenter considérablement la sélectivité de l’approche à l’aide de la dualité vérité/fausseté et ne plus admettre comme scientifique qu’un savoir auto-sélectionné.

2. La description qui vient d’être donnée contient implicitement une deuxième caractéristique de la science moderne. Pour pouvoir produire elle-même tous les éléments de son savoir, la science doit être empirique, et, puisque l’on ne peut pas attendre que s’accomplissent d’eux-mêmes, un jour ou l’autre, tous les événements de l’observation desquels on dépend, elle doit être expérimentale. Le problème de la recevabilité des expériences était un des obstacles épistémologiques majeurs dans la genèse de la science moderne ; il n’a pu être surmonté qu’à la fin du xviiie siècle, c’est-à-dire après de nombreux siècles de pratique des expérimentations en sciences naturelles, grâce à une entente suffisamment large au sein de la communauté scientifique. Pour comprendre cela, il faut se rappeler que, lorsque l’on propose une caractérisation fonctionnelle de la science, le problème de référence que pose celle-ci est celui d’une transmission de l’expérience rigoureusement sûre du point de vue de l’intersubjectivité. Il était invraisemblable que quelque chose dont la description exigeait que son intégration dans l’expérience pût ensuite recevoir un assentiment social universel, dût s’accomplir justement dans des événements que l’on avait soi-même entièrement provoqués par une manipulation instrumentale. C’est ici qu’il faut chercher la raison pour laquelle on se préoccupe de la méthode scientifique, et il est significatif que se soit imposée, parallèlement à la transformation en une auto-production du savoir tributaire d’instruments, la conscience d’une différence de principe entre la théorie et la méthode. Les méthodes qui peuvent être problématisées en permanence dans des communications offrent alors les garanties qui permettent de donner de la plausibilité à l’intégration dans l’expérience des résultats d’une recherche entièrement tributaire d’une action.

  • 18 Sur les conditions culturelles de la spécialisation, cf. Stichweh, « Bildung, individualité et légi (...)
  • 19 Cf. Luhmann 1987, p. 28.

3. Avec un changement d’orientation qui aboutit à une autoconstitution des éléments de la recherche scientifique se profile simultanément un bouleversement quant au type de contribution individuelle à la science qui est pertinente. En présence d’un savoir hérité de la tradition et reçu comme un savoir fondé sur elle, la contribution adéquate que l’on peut en qualité d’érudit se représenter est, dans l’idéal, le système, c’est-à-dire un modèle d’organisation du savoir en une encyclopédie de plus en plus complète. Les universitaires, du xvie au xviiie siècle, s’essaient donc souvent à un tel projet systématique, ce qui correspond d’ailleurs bien à leur pratique de l’enseignement. Une science qui constitue elle-même ses éléments peut déjà, par contre, reconnaître à l’adjonction d’un nouvel élément la valeur d’une contribution pertinente. C’est en cela que réside une redéfinition de l’unité de base du progrès scientifique qui explique les effets d’inclusion qui font leur apparition au début de la différenciation de la science en disciplines, et qui décrit en même temps la forme sous laquelle les disciplines fraîchement constituées — au développement scientifique desquelles ne participe plus chaque érudit en particulier, dans la mesure où la différenciation des disciplines se révèle, au niveau des érudits, comme une spécialisation18 — se dotent de contributions en nombre suffisant pour continuer à se développer. En outre, alors que les systèmes autopoiétiques basés sur l’événement se caractérisent généralement par le fait qu’ils ne peuvent pas réaliser la reproduction du système par duplication d’éléments19, la science elle, en tant précisément qu’elle est une pratique tributaire de méthodes, a grand besoin de duplications et peut ainsi, à tout moment, surmonter ses lacunes communicationnelles et ses périodes d’indigence inventive individuelle d’une manière incontestablement légitime. Dans ces circonstances, pour l’amateur, qui ne pouvait pas remplir sérieusement les conditions littéraires, financières et culturelles requises pour prendre part à l’activité érudite, il existe durant quelques temps, dans les nouveaux modèles de production de la recherche spécialisée en disciplines, une chance de participation qui s’évanouit elle aussi bientôt en raison de standards méthodologiques de plus en plus exigeants, de connaissances théoriques présupposées et des dépenses, en argent et en matériel, occasionnées par une recherche tributaire d’instruments.

  • 20 Cf. par exemple, Parsons 1937a, p. 16.
  • 21 Voir Luhmann 1984, p. 62, sur la capacité d’organiser des rattachements comme problème fondamental (...)

4. L’importance rapidement croissante de la théorie scientifique modifie alors une fois encore les conditions requises pour avoir le statut d’élément en ajoutant au moins une exigence supplémentaire. Il ne suffit plus désormais qu’une affirmation dont les implications sont suffisamment connues soit par ailleurs présumée juste et soumise à des contrôles scientifiques répétés. La question de la vérité ou de la fausseté d’une affirmation de faits doit en plus être accompagnée dans la science de conséquences importantes — ce qui n’est possible qu’en intégrant dans la science cet élément de savoir/affirmation de faits grâce à la théorie20. Là aussi s’ébauche un déplacement : on préfère désormais aux vérités assurées les éléments du savoir qui pourraient aussi bien être faux. Cela même ne marque pas encore une préférence pour une forme précise de théorie mais indique que la capacité qu’ont les événements élémentaires d’organiser des rattachements dans la science dépend de plus en plus de la théorie. La théorie ne peut pas pour autant être simplement comprise comme une structure située au-delà des événements élémentaires. Comme nous allons le voir plus précisément encore, elle ne se présente naturellement elle aussi que sous la forme d’événements élémentaires (d’affirmations théoriques) qui ont toutefois la particularité formelle d’être spécialisés dans l’organisation de la capacité d’organiser des rattachements21.

  • 22 Voir de bonnes analyses des problèmes que posent les représentations de la théorie qui veulent voir (...)

12L’évolution ultérieure du rapport entre la théorie et l’expérience au xixe siècle est alors guidée avant tout par un thème directeur : elle soumet la relation de dépendance et d’indépendance qu’entretiennent la théorie et l’expérience à un déplacement tel que la théorie se rend plus indépendante de l’expérience qui — considérée dans la logique d’une évolution théorique — se présente occasionnellement, et plus dépendante de toute expérience qu’elle réclame impérativement du fait de ses propres conclusions. La théorie se délivre donc de la nécessité d’une représentation immédiate/d’une reproduction de tous les faits empiriques dans un système théorique22, et elle s’attache à l’exactitude des pronostics que produit le développement déductif de prémisses théoriques. On n’a pas besoin ici d’insister sur le fait que l’on ne tient pas dans cette dernière opération une simple séquence de la décision basée sur le regard et la lecture.

IV

13La question décisive pour ce qui suit est de savoir comment les éléments du savoir nouvellement constitués — les résultats d’observations et d’arrangements expérimentaux aussi bien que les considérations conceptuelles, théoriques et méthodologiques — sont synthétisés pour composer ce qui devient une discipline scientifique en tant que forme sociale de la science moderne. Comment se constitue, à partir d’événements et d’éléments aussi hétérogènes, un ensemble systématique de type autopoiétique ? Avant tout quand tous ces éléments sont transformés en communications et sont rapportés, en tant que communications, les uns aux autres. D’un point de vue historique, cette réponse ne va pas aisément de soi : on se représente justement la science de la première modernité comme un texte, une encyclopédie, une bibliothèque ou un ensemble de propositions doté d’une existence culturelle et autonome et actualisé, pour ainsi dire animé, occasionnellement seulement par une utilisation communicationnelle.

14On ne peut plus s’imaginer ainsi les disciplines scientifiques. Elles sont avant tout des ensembles communicationnels composés de communications considérées comme des événements temporalisés et, dans la mesure où les événements temporalisés se volatilisent quant à eux immédiatement dans l’acte de la communication, elles sont obligées de rattacher sans cesse de nouvelles communications, de sorte que la continuité du discours d’une discipline scientifique n’est pas interrompue. Cette forme de constitution du système permet au reste de comprendre pourquoi les hypothèses et les théories ne sont pas en général véritablement réfutées, mais disparaissent plutôt de la science du fait qu’elles ne sont plus intégrées dans de nouveaux actes communicationnels pour la bonne raison que l’on n’a plus besoin d’elles pour organiser le rattachement des communications suivantes.

15Toutefois, la science ne peut pas fonder son caractère autopoiétique sur le seul fait qu’elle se compose de communications. La communication est l’élément de base de la société en général et par là, la condition de l’autopoiesis de la société en tant que système. Un système fonctionnel pris comme sous-système de la société moderne doit remplir deux conditions non seulement pour participer à l’autopoiesis de la société, mais également pour se démarquer dans la société sur la base d’une opération élémentaire propre, qui s’effectue grâce à une clôture opérationnelle. Cette opération élémentaire propre doit, d’une part, pouvoir exploiter les résultats préalables acquis par la société en matière d’ordre et ne peut pas d’autre part être incompatible avec les possibilités d’un contact qui s’établisse au-delà des limites définies à l’intérieur de la société. Etant donné que le rattachement à des opérations de réduction et le contact à l’intérieur de la société ne sont possibles que sur la base de la communication, l’opération élémentaire du système fonctionnel doit être une spécification de la communication propre au système, donc une forme communicationnelle qui n’est employée dans sa spécificité que dans ce seul système fonctionnel. D’autre part, la forme communicationnelle spécifique doit simultanément être à même de contraindre tout ce qui s’accomplit en fait d’événements dans ce système fonctionnel à pouvoir être traduit dans les termes de cette forme. Vu l’hétérogénéité des événements élémentaires du système scientifique, cette dernière condition est significative.

  • 23 Luhmann 1984a, pp. 308-327. Voir aussi Luhmann 1983, pp. 153-170 ; Baecker 1986.

16Dans le système économique, c’est l’élément paiement qui occupe la place fonctionnelle décrite ici23. Un paiement est un acte communicationnel spécifique qui n’est utilisé comme élément que dans le système économique, et l’on peut dire en outre, à son sujet, que tout ce qui arrive en économie est ramené en fin de compte à la forme du paiement. Peut-être devrait-on ici définir encore plus précisément le sens d’« en fin de compte ». On peut vraisemblablement imaginer dans le système économique des interactions et des organisations qui soient capables de garantir parfois la cohérence des actions économiquement importantes sans la constante transformation en paiements. Cependant, au niveau de la reproduction de l’économie dans la société, le paiement est irremplaçable, même pour quelques temps, et l’économie ne peut continuer et être observée du dehors et du dedans qu’en qualité de suite incessante de paiements.

  • 24 En langage précis, la « référence » est le rapport entre document citant et document cité ; la « ci (...)
  • 25 Sur ces concepts introduits par Withehead, voir Luhmann 1984a, p. 312.

17Ces considérations ont toutes les chances de faciliter l’identification de l’élément scientifique de base : l’équivalent scientifique du paiement est la publication. La publication remplit de manière étonnamment exacte les conditions qui définissent un élément autopoiétique. Elle est un élément qui repose sur d’autres éléments du même type, c’est-à-dire d’autres publications, et elle renvoie à ces autres éléments par la citation (références externes). Toute publication a quant à elle pour sens de susciter d’autres publications qui viennent s’ajouter à elle et doivent, pour leur part, documenter cette relation cognitive par des citations. La publication est un événement localisé en un point du temps — fixé avec une précision croissante —, donc temporalisé qui, en tant que relation interne entre un contenu d’argumentation et les références intégrées dans l’argument24, se décrit lui-même comme une unité faite de « self-identity » et de « self-diversity »25.

  • 26 Les index et analyses de citation ont été présentés en 1955, pour la première fois, comme un instru (...)

18Peut-être devrait-on introduire une mise en garde : l’analogie établie au début de l’argument ci-dessus entre paiement et publication ne doit en aucune façon être comprise comme une parenté objective. Il s’agit uniquement d’une analogie formelle : les deux éléments de base occupent la même place fonctionnelle dans deux systèmes fonctionnels différents de la société moderne. On ne doit pas, pour ce qui nous occupe, partir des analyses du système scientifique qui s’appuient sur des analogies d’échange, et il ne s’agit pas non plus de considérer la publication et la citation comme une partie d’un système scientifique de rétribution. Naturellement, toutes deux sont également, sous des rapports différents, des « récompenses », et elles sont donc importantes du point de vue de la motivation, toutefois, elles n’ont d’intérêt ici que comme formes communicationnelles de la documentation de revendications cognitives et de la reproduction de filiations cognitives qui produisent l’unité du système scientifique26.

19La citation, considérée comme forme du maniement de références externes par les publications, révèle une série d’autres facteurs importants dans l’autopoiesis de la science.

    • 27 Voir Small 1978, pp. 327-340.
    • 28 Pour une illustration de cette thèse, voir la remarque de Zuckerman/Merton 1986, p. 20.

    On peut comprendre, en observant comment les auteurs manient la citation, que — et comment — les publications traitent les autres publications en élément réductible à un acte de citation (c’est-à-dire en objets dénués de structure), bien que ces publications présentent pour soi une structure interne. De la technique qui consiste à créer des réseaux de publications découle une pression cognitive qui s’opère sur la publication particulière et l’amène à prendre elle-même la forme d’un élément capable d’être cité. Henry Small a donné un intitulé à cet état de choses en posant que les publications citées tendent à devenir des symboles conceptuels (« concept symbols »)27. Cela implique une homogénéisation sociale du sens objectif des références, et ce dans un laps de temps relativement court. Les publications qui n’ont pas encore effectué sur elles-mêmes l’acte d’auto-simplification pour accéder au statut d’élément doivent s’attendre à ce que le processus scientifique exécute l’opération sur elles sans plus de façon28. De toute évidence, la science préfère la simplicité dans la publication et tolère la complexité essentiellement quand elle prend la forme d’un réseau de publications. Il va de soi que cela figure comme une dimension importante de la dépersonalisation ultérieure de la science ou de la différenciation croissante des références sociales et personnelles du système. En choisissant de faire de la publication un élément de base, la science a pris une décision formelle qui ne peut pas tenir compte des besoins personnels de remémoration ou de représentation de la complexité d’une conscience.

    • 29 Je dois à un dialogue avec Dirk Baecker et Georg Stanitzek l’information selon laquelle la capacité (...)
    • 30 L’herméneutique, en tant que science de la compréhension de la communication qui s’effectue dans de (...)

    Le réseau d’interaction de publications dont est issue toute nouvelle publication est décrit par les nouvelles publications elles-mêmes au moyen de la citation ; toutefois, il est en même temps produit par elles, étant donné que ce réseau d’interactions ne possède aucune existence indépendamment des descriptions qui en sont faites et qu’il change en outre constamment de structure à cause des transformations que subissent ses descriptions de publication en publication. Dans la mesure où il s’agit toujours d’actes communicationnels, il est clair que la thèse d’une constitution communicationnelle de la science moderne nouvelle pour l’intensité, la conscience de soi, la portée communicationnelle qu’elle a est dans la forme radicale que prend chez elle la mutation en événements temporalisés ne peut pas être entièrement formulée comme une théorie des communautés scientifiques. On peut, pour décrire les communautés scientifiques, se référer à un nombre chiffrable de personnes dont on peut supposer, en principe, quelles ont pour motivation de se rencontrer, en des circonstances appropriées, dans un système d’interaction ou dans une organisation. La communication qui s’opère au moyen de publications et des références quelles intègrent implique en revanche également, de manière typique, qu’elle se rapporte aux contributions de personnes à propos desquelles une telle supposition perd toute pertinence, et ce d’autant plus que certaines d’entre elles ne sont plus vivantes au moment de la publication. Cette dernière remarque permet par ailleurs de saisir comment la communication peut intégrer dans un système scientifique autopoiétique le passé allopoiétique de la science. On peut aujourd’hui incorporer « Aristote, 340 av. J.-C. : … » dans la liste de ses références et comprendre en outre cette liste comme la description d’un réseau communicationnel29. L’intérêt systématique de ce fait est que la temporalisation radicale de la communication scientifique semble proscrire un enregistrement des distances temporelles qui respecte la profondeur de champ, de sorte que les distances temporelles les plus grandes peuvent être nivelées dans la simultanéité de toutes les références30.

    • 31 L’analyse de la co-citation dessine des « maps » cognitifs sur lesquels sont établis des « links » (...)

    Si les publications produisent elles-mêmes le réseau d’interactions qui les engendre, la science se caractérise, comme les autres systèmes autopoiétiques, par le fait que la réalisation opérationnelle de l’acte élémentaire et la constitution de la structure s’effectuent uno actu. De plus — et cela ne vaut probablement que pour la science —, les publications réalisent le passage de la constitution de la structure à la description de celle-ci, puisque l’on n’utilise pas seulement les références comme des singularités mais que l’on tend plutôt à rassembler les références dont on perçoit la solidarité en « faisceaux » de deux références ou plus et à citer ces « faisceaux », en tant que tels, à plusieurs reprises dans les publications. L’accord intersubjectif qui apparaît dans la formation de ces « faisceaux » est le meilleur indice de proximité cognitive que propose la science — et c’est la raison pour laquelle la recherche sociale empirique parvient, grâce à la méthode, relativement simple du point de vue technique, de l’analyse de la co-citation, à décrire la structure du système scientifique de manière plus précise et plus instructive que cela n’est probablement possible aujourd’hui pour tout autre sous-système de la société moderne31.

    • 32 Cf. sur ce point, Luhmann 1981d, pp. 102-139.
    • 33 Sur le développement de la publication lors du passage à la science moderne, cf. Stichweh 1984, cha (...)
    • 34 Cf. Small 1978, en particulier p. 338.

    Un dernier point, qu’il fallait souligner, est que l’acte de la citation réalise aussi une sorte d’auto-thématisation de l’auto poiesis de la science. Pour le comprendre, nous devons faire une brève récapitulation. Il est évident que la publication est la forme communicationnelle universelle sous laquelle doivent être transposés les éléments disparates du savoir quand s’est effectuée la mutation en autoproduction de tous les éléments du savoir. La cause de l’autopoiesis réside donc dans la mutation en autoproduction, en gain de connaissance, qui remplacent la conservation/préservation du savoir dans le rôle du telos de toute science32. Compte tenu de cela, la publication se comporte comme une forme communicationnelle réceptive qui témoigne de son aptitude à être un acte élémentaire précisément en s’adaptant par un véritable mimétisme à tous les impératifs de l’autopoiesis — dans un rapport de discontinuité avec ses formes prémodernes, appropriées à un système allopoiétique33. L’acte de la citation tient compte, pour sa part, du point de vue central du gain de connaissance en ce que l’extrême réduction qu’il opère sur une publication antérieure (et que l’on a décrite ci-dessus, en 1., comme une préférence pour la simplicité d’un symbole conceptuel) s’exerce en tant que réduction au gain de connaissance. Les actes de citation appliquent des décisions d’attribution, sont aussi, dans ce sens précis, des processus de « labelling »34, et ce qu’ils attribuent à une publication antérieure, souvent de manière extrêmement réductrice, est un gain de connaissance — à son tour élémentaire. Aucune prescience du fait que c’est précisément cela qui sera à l’avenir considéré comme le gain de connaissance qu’elle apportera ne doit par ailleurs être identifiable dans la publication antérieure elle-même. Toutefois, la pression cognitive qui s’exerce sur elle et l’incite à opérer déjà sur elle-même la réduction à un gain de connaissance n’en diminue pas pour autant. En effet l’indétermination d’un éclectisme qui préfère, par mesure de précaution, offrir au futur des possibilités d’interprétation alternatives ne compte pas avec la temporalité de la science, qui aime mieux penser systématiquement dans le présent même, qui de toute façon ne cesse de passer, que s’abandonner, dans une rétrospection herméneutique, aux vagues indications d’un passé.

V

  • 35 Nous rencontrons ici pour la deuxième fois une condition qui exclut de la science certaines proposi (...)
  • 36 Voir Meadows 1974 ; Manten 1980, pp. 303-308 ; Stichweh 1984, chap. 6.
  • 37 Cf. sur ce point, un exemple instructif : Granovetter 1986, p. 24.

20Après avoir étudié, dans le chapitre IV, l’acte élémentaire de la publication avant tout dans son rapport avec les références extérieures et, par là, dans ses connexions avec d’autres publications, il est maintenant intéressant d’examiner de plus près les relations qui existent entre publié et non-publié. Le fait que la science, en tant qu’ensemble communicationnel, se compose de publications qui apparaissent comme ses actes élémentaires, implique entre autres que, à bien des égards, ce qui n’est pas publié ne fait pas partie de la science bien que cela soit peut-être vrai35. Compte tenu de cet état de faits, la science développe des valeurs et des normes qui, d’une part, formulent certaines restrictions, de sorte que l’on décrète, par exemple, qu’une publication qui use d’un langage ésotérique ou un texte imprimé destiné à une diffusion confidentielle ne sont pas des publications36, et qu’ils peuvent donc être traités par la science comme une chose inexistante du point de vue communicationnel. La pléthore d’informations fournit un motif perceptible et plausible pour des décrets de ce genre. On assiste, d’autre part, au développement de normalisations institutionnelles positives — le système d’« arbitrage » (« referee »-System) de nombreuses revues, par exemple —, qui relèvent les seuils d’accès et confèrent simultanément à ce qui est publié selon leurs conditions une forme minimale d’authentification quasi publique. Le sens de telles réglementations, qui du côté institutionnel, fondent la pression cognitive sur la simplicité et la réduction au gain de connaissance37 et ont ainsi produit la forme standard du « scientific paper », est enfin de définir nettement l’acte élémentaire de la « publication scientifique » par rapport à d’autres formes de communication, ce au moyen de textes imprimés qui, d’un point de vue terminologique, font également figure bien souvent de « publication ». Les restrictions explicites opèrent avant tout au cœur de la discipline, là où l’on veut toucher un public défini par l’ensemble des spécialistes (déterminé donc aussi par la spécialité). La science peut du reste se permettre d’être libérale dans la mesure où toute publication identifie en fin de compte grâce à ses références les actes élémentaires qui sont à inclure dans la science, si bien qu’une communication imprimée qui n’était pas « en soi » une publication scientifique peut de la sorte être également intégrée. Les limites du système sont de ce fait constamment définies et retracées, et les éléments qui se situent à la limite du système sont, grâce à une intégration qui se fait au moyen de citations (de références extérieures), de la même nature que tous les autres éléments du système. Même s’ils ne proviennent pas du réseau scientifique de production des publications, ils ne doivent pas être distingués des autres éléments du système sur la base des citations employées dans le système scientifique, c’est-à-dire dans leur effectivité causale pour la production de publications futures.

21La non-publication est-elle un événement du système ? La question est plus difficile que ces opérations de délimitation, qui touchent ce qui, la plupart du temps, ne fait pas problème pour la majorité des sciences. La question ne peut naturellement s’appliquer qu’à quelque chose — un élément potentiel du savoir — qu’il serait éventuellement question de publier et que quelqu’un dans le système connaît. A l’aube de la modernité, le problème apparaît encore sous la forme d’un manque de motivation à la publication : beaucoup (un éditeur de revues de l’époque les appellent des « chouettes ») savent quelque chose qui pourrait être publié — mais il est difficile de les décider à le faire. Il est évident qu’une science muée en profession, structurée en carrières tributaires de la publication ne connaît plus guère ce problème. C’est avant tout la temporalisation des événements élémentaires, le fait que, dès le jour qui suit la parution d’une publication, sortent de nouveaux numéros de revues, qui oblige à publier sans relâche. Une fois parue l’ultime publication dans l’histoire d’une vie, l’appartenance à la science n’est plus à l’avenir que passive et dépend des références faites par les autres — et il est des rapports de professeurs émérites qui indiquent que ceux-ci, deux ans après avoir quitté l’enseignement et la science ne peuvent plus se représenter que difficilement comment ils ont fait cours ou rédigé un essai. « Publish or perish » correspond avant tout à une description de la temporalité propre à la science moderne et n’est que secondairement quelque chose qui a à voir avec la carrière et la concurrence — d’autant que cet impératif formule un problème qui est plutôt accentué par le succès obtenu dans ces deux dimensions.

  • 38 Cf. Crittenden/Wiley 1980, p. 354, sur les problèmes qui se posent quand les revues refusent un man (...)

22La non-publication est donc aujourd’hui un problème en premier lieu pour celui qu’elle concerne. Elle discrédite après coup un projet de recherche déjà achevé ; elle dévalorise des théories et des hypothèses qui n’ont pourtant pas été réfutées. Elle empêche aussi de conclure, interdit de passer à autre chose — car la science donne avec l’acte de la publication, comme en une contrepartie objective, la liberté de faire autre chose38, d’autant que ce qui est publié entre désormais, de toute façon, dans un ensemble systématique clos quant à ses opérations, qui tolère seulement que l’on apporte sa « contribution », mais ne se laisse pas par là diriger dans le choix des opérations de rattachement.

23Le non-publié a naturellement un attrait culturellement persistant. Celui-ci est lié à l’espoir paradoxal que ce ne soit pas dans la multiplicité — probablement illimitée — du publié, mais quelque part dans les microcosmes confidentiels vraisemblablement beaucoup plus limités du non-publié que se cache un secret. Cet espoir stimulant serait sûrement déçu si l’on découvrait et publiait le secret — il suffit de penser au Livre des Passages de Benjamin ou à la non-publication d’Einstein pendant vingt-cinq ans —, car le secret qu’il cherchait en réalité se cache au plus intime d’un individu.

  • 39 Si l’on pense toutefois que cette conception de la publication était plus familière aux Académies d (...)

24La forme la plus importante de non-publié est actuellement ce qui n’est pas encore publié. Il s’agit de connaissances dont tout le monde admet quelles pourraient être publiées et que cela se fera vraisemblablement. On aimerait cependant s’informer dès maintenant. Ce phénomène est lié au fait que les événements de connaissance propres au système scientifique sont soumis à un effacement plus rapide que celui que l’on peut leur faire subir en les publiant. On trouve quelque chose d’analogue dans le système économique : les actes minima qui s’accomplissent presque en une fraction de seconde, en particulier au téléphone, sans que personne évidemment ne cherche à contester les obligations de paiement qu’ils entraînent. Dans de telles conditions, la publication exerce, avec la mise effective sous presse, la même fonction que la comptabilité dans les organisations du système économique, qui construit après coup, quasiment à des fins historiques, une séquence détaillée de paiements qui n’ont jamais été effectués en tant que processus effectifs de virement. La publication dans les revues peut devenir elle aussi une histoire qui nous documente, avec une datation détaillée écrite a posteriori, sur des revendications cognitives dont le sort est déjà fixé39.

  • 40 Sur le profit, voir Luhmann 1984a, pp. 313s.
  • 41 Voir aussi Perrow 1986, pp. 169-177, qui propose, pour les carrières de publication, une alternance (...)

25Le dernier aspect qu’il est important de mentionner est l’existence de structures cumulatives (« cumulative advantage ») dans les ensembles de publication, qui trouvent elles aussi leur analogue économique dans le profit du système économique40. On publie pour être cité et pour ainsi avoir à nouveau accès aux possibilités de publication. Cela ne doit pas s’entendre comme une entorse que l’on ferait à l’objectivité, mais plutôt comme un détour que l’on doit accomplir pour pouvoir dire enfin ce qui est important — si on le sait encore à ce moment-là41. Du point de vue de la relation entre publié et non-publié, le sens de l’avantage cumulatif est évident : il se cristallise sur certaines personnes (et institutions) du système scientifique une confiance suffisamment grande en leur capacité d’apporter un gain de connaissance pour que l’on veuille ne leur concéder aucune réserve personnelle de non-publié, que celui-ci soit engrangé dans la conscience ou dans un fichier — de crainte d’une perte pour la science —, et pour qu’on les soumette donc constamment à la pression de la demande de publication.

VI

26Si l’on conçoit la communication scientifique, ainsi qu’on l’a décrite ici, comme un processus systémique clos où la publication fait fonction d’élément de base, on en vient inévitablement à se demander comment ce processus systémique brise sa circularité, comment la communication scientifique échappe à un destin qui lui ferait juxtaposer des séquences de publications uniquement perçues comme des réarrangements sans fin de séquences de publications antérieures. Il est sûr que seul un contact avec l’environnement rend cela possible, que la science doit briser la circularité de ses processus systématiques en observant l’environnement de son objet et que les résultats de ces observations ne peuvent à leur tour être rapportés dans le système qu’au moyen de la communication, c’est-à-dire de la publication.

27La condition la plus importante pour que la science moderne puisse briser cette circularité est la formation d’un type d’action autonome, qui se présente comme un fondement opérationnel à côté de la publication, elle-même considérée comme acte communicationnel de base, et qui définit une réalité quotidienne d’action pour le scientifique. Ce type d’action s’appelle la recherche, et la « recherche », en tant que concept qui pouvait seulement être formulé quand la science moderne se fut muée en auto-production de tous les éléments du savoir, désigne une relation avec l’environnement de l’objet (l’environnement du problème) propre à la science qui soit soumise à la primauté absolue du gain de connaissance. Si l’on s’attache à l’action et aux personnes — et que l’on ne se situe donc pas au niveau du système scientifique —, la science au fond n’est faite que de recherche, pour la bonne raison que l’activité de la recherche définit ce qui constitue pour le scientifique la réalité quotidienne de son travail. Il apparaît en même temps clairement que l’on ne peut pas intégrer le système scientifique à un niveau qui concerne la réalisation d’une action et d’un travail, parce que cette réalisation en tant que telle est dépourvue de toute capacité d’organiser des rattachements et que l’on ne peut pas immédiatement lier entre elles les diverses réalisations — du moins pas du point de vue de la société en tant que système plus étendu.

28Pour ce qui est du processus communicationnel de la science, il va sans dire, selon les prémisses modernes, qu’il est soumis à des ruptures constantes provoquées par les références aux actions de la recherche. Les informations, les affirmations, les hypothèses émises dans les processus de communication reçoivent leur plausibilité de la référence à des actions de recherche qui ne sont pas elles-mêmes d’abord des communications, même si elles entrent dans des processus de communication informelle entre les scientifiques qui contribuent à la réalisation d’une action. Ces processus de communication informelle ne participent pas, à strictement parler, à l’autopoiesis du système scientifique parce que et tant qu’ils ne prennent pas l’aspect d’une formalité, ce qui est la condition de la publication scientifique et, par là, de l’intégration dans le système des contenus cognitifs communiqués. Le caractère informel de l’échange communicationnel entre les scientifiques qui prennent part aux actions de la recherche trouve donc sa raison et sa justification dans sa non-participation à l’autopoiesis de la science, et il se voit réprimé par des contraintes formelles dès que des épisodes particuliers doivent sortir du cadre d’une telle communication pour prendre la forme d’une publication.

29La recherche en tant que pratique a des affinités naturelles avec les instruments scientifiques et les méthodes. En conséquence, des concepts tels que « recherche théorique » ou — plus remarquable encore — « recherche philosophique » ne peuvent être formulés que comme des catégories secondaires, c’est-à-dire par le transfert d’éléments de sens qui, en maniant des instruments et des méthodes, ont correspondu pour la première fois à une réalité empirique dans un monde d’activité scientifique différent, défini par l’absence d’instruments et par des possibilités limitées quant à l’établissement de méthodes.

  • 42 Naturellement, l’absence de plan n’est pas la condition de la science révolutionnaire. Il semble to (...)

30En tant que pratique du maniement des instruments et des méthodes, l’agir de la recherche s’appuie sur les expériences qui sont dues à une assez grande familiarité avec ces techniques. Cependant il se concentre avant tout sur l’observation des phénomènes qui se produisent quand on applique les méthodes et qu’on emploie les instruments. Ces processus de recherche ou bien sont rigoureusement planifiés ou bien ne le sont absolument pas, et cette différence entre actions de la recherche planifiées et non planifiées pourrait de ce point de vue être mise en corrélation avec la distinction que propose Thomas Kuhn entre sciences normale et révolutionnaire42. Les actions de la recherche subissent du reste l’influence de ce qui est justement thématique dans les processus communicationnels des disciplines, même si cette dimension est une variable soumise à des oscillations d’une grande amplitude, étant donné que l’indifférence et l’autonomie se régénèrent toujours du fait des liens qu’engendrent les instruments et les méthodes au niveau de la motivation et de la cognition.

31Dans de nombreux cas, les actions de la recherche sont elles-mêmes des communications. Dans ces cas-là, les prescriptions méthodologiques prévoient que le chercheur communique avec son objet. Il est important pour notre argumentation que la dépendance vis-à-vis de la communication trouve ici sa raison dans l’autopoiesis de l’objet — à savoir la société —, tandis que l’autopoiesis de la science — mais pas l’adéquation de la connaissance à son objet — est indifférente à la question de savoir si, dans les cas particuliers, c’est une méthode de recherche communicationnelle ou non communicationnelle qui est appropriée.

32Les processus de la communication au sein du système scientifique entretiennent quant à eux avec le niveau des actions de la recherche un rapport qui revêt plusieurs formes. Ils ne se contentent pas de briser continuellement leur propre circularité en se référant aux résultats des actions de la recherche, mais ils font également glisser la discussion sur les méthodes et les instruments au niveau d’un processus de communication scientifique qui thématise par exemple l’évaluation et l’amélioration des instruments dans des publications. On est souvent frappé, lorsqu’on analyse les citations, par la position centrale qu’occupent les articles méthodologiques dans les ensembles communicationnels scientifiques. Cela indique non seulement que les discours spécialisés qui ont pour thème la communication sur les méthodes sont limités, mais encore que les spécialités, qui se définissent elles-mêmes par l’intérêt qu’elles portent en premier lieu aux problèmatiques liées à leur objet, deviennent en de nombreux cas solidaires en ce qu’elles font référence à un instrument : elles se constituent ainsi en processus de communication sur la base des effets observables au moyen d’un instrument (spectroscopie au laser, cristallographie par rayons).

  • 43 La possibilité d’envoyer l’instrument même avec lequel a été réalisé un nouvel effort comme une pub (...)

33Ces considérations peuvent enfin nous aider à mettre également en évidence que la différenciation entre le processus communicationnel et le niveau de l’activité de la recherche correspondant ne coïncide pas, en principe, avec les différences entre théorie et méthode ou entre théorie et expérience. Les deux pôles des deux différences se rencontrent aux deux niveaux, bien qu’il y ait naturellement des affinités et des préférences créées par la situation — quand par exemple la situation relativement déchargée de toute action qui caractérise la préparation d’une publication et l’obligation qui se fait jour de convaincre, par la communication, les collègues qui n’étaient pas présents de la plausibilité du gain de connaissance tout d’abord ressenti comme une évidence43 peuvent inciter quelqu’un qui est habituellement un chercheur à dépasser, d’une manière qui le surprend lui-même, ses propres observations pour adopter une orientation qu’il ressent comme de la « théorie » (de la phénoménologie).

34Je voudrais conclure par trois remarques qui touchent aux conséquences qu’entraîne la séparation du processus de communication et de l’agir de la recherche et qui permettent peut-être de mieux comprendre les particularités de la science moderne.

  • 44 Cf. les importantes remarques que fait à ce propos Weick 1976, qui s’appuie sur Fritz Heider (p. 6) (...)

1. Ces dernières années, il y a eu dans les sciences sociales une série de considérations intéressantes — suscitées avant tout par la théorie de l’organisation — sur les effets structurels de la différence établie entre deux types de système : les « tightly coupled systems » d’un côté et les « loosely coupled systems » de l’autre. Si nous appliquons cette distinction aux systèmes spécialisés dans le gain de connaissance, nous pouvons nous attendre à d’intéressantes implications épistémologiques44. Il est important dans cette perspective de se demander comment ces deux types de systèmes se distinguent quant à la capacité d’observer leur environnement. Les « loosely coupled systems » seraient probablement plutôt à même de reproduire en eux des événements de l’environnement — par reproduction (empreinte) d’une structure de l’environnement dans le système : le sable est l’exemple que prend Weick pour figurer une entité de ce type, qui reçoit une structure et dont la cohésion interne n’est que lâche. Cependant, les « loosely coupled systems » sont en même temps plus dépendants de la situation, plus instables et plus tributaires de la mode. Les « tightly coupled systems » seraient en revanche plutôt capables de construire une production de savoir cumulative, qui travaillerait avec des représentations de l’environnement hautement sélectives. On peut supposer qu’une combinaison, quelle qu’elle soit, de deux systèmes de type différent serait profitable, parce qu’elle permettrait d’associer la sensibilité optimale à l’environnement avec la continuité et l’accumulation dans la construction du savoir. On aurait pu remarquer que la description de la science ici esquissée a interprété le système scientifique comme une combinaison de ce genre, alliant deux systèmes de type différent. L’ensemble autopoiétique de communication scientifique engendré par la publication produit sans aucun doute une étroite liaison entre ses éléments, tandis que les actions de la recherche — souvent déjà dans la séquence des actes d’un groupe de recherche particulier, mais surtout en tant qu’ensemble global de toutes les actions de la recherche — forment sûrement un « loosely coupled System ». On peut même soutenir en ce qui concerne la recherche que celle-ci, à certains égards, ne constitue pas un système social, puisque, même s’il est vrai qu’elle délimite un type d’action, la pluralité de ces actions n’est toutefois regroupée qu’indirectement en un ensemble systémique, quand on se situe pour les observer au niveau du processus scientifique de communication.

  • 45 Voir Crease/Mann 1984, pp. 83 s.

2. La deuxième remarque que j’aimerais faire porte sur une question qui découle immédiatement de ce qui vient d’être avancé. Si les deux niveaux du système scientifique qui ont été décrits incarnent en quelque sorte les types extrêmes de formation possible d’un système, de quelle nature est alors le couplage de ces deux niveaux ? Je voudrais soutenir l’hypothèse qu’il s’agit d’un couplage lâche. Même dans la physique des particules élémentaires, que l’on n’a pas entièrement tort de se représenter comme un domaine de coordination très étroite entre la recherche et les progrès conceptuels, on observe le phénomène suivant : un corpuscule que la théorie postule encore à titre d’hypothèse a déjà été découvert et décrit dans la recherche expérimentale — cet état de fait passe toutefois inaperçu parce que les nomenclatures qui sont utilisées des deux côtés ne concordent pas45. Cet exemple, il est vrai, n’illustre pas encore totalement la situation dont je veux parler, d’autant qu’il s’agit également dans l’épisode décrit de non-communication entre des sous-systèmes de la publication scientifique. Le fait suivant paraît plus central encore pour saisir le phénomène de couplage lâche entre la recherche et la communication scientifique : la relation entre les affirmations, les hypothèses, les théories, les descriptions et les résultats de la recherche qui doivent leur procurer une plausibilité externe n’est pas parfaitement univoque. Toute liaison concrète entre ces deux niveaux est bien plutôt le résultat d’une décision de classement qui interprète ce résultat-ci comme quelque chose d’important pour cette affirmation-là. Cette décision peut toujours être contestée dans les cas particuliers, et les controverses scientifiques thématisent de manière typique la question de savoir si les liaisons spécifiques qui ont été établies sont contraignantes ou non.

35L’une des raisons qui expliquent l’impossibilité de liaisons parfaitement univoques est à chercher dans le fait que le processus communicationnel de la science ne peut être décrit avec pertinence que comme une continuité. Les évolutions conceptuelles, les modifications sémantiques, la désagrégation et la genèse de paradigmes scientifiques ne peuvent être interprétées que comme le résultat de glissements évolutifs minimaux. Le niveau de l’agir de la recherche se compose, de manière comparativement plus nette, d’événements discrets, et l’un des motifs qui poussent la communication scientifique à s’interrompre elle-même pour se tourner vers les actions de la recherche est qu’elle tente de gagner des points d’arrêt discrets et, par-là, des certitudes dans le glissement sémantique évolutif et infini des communications. C’est aussi naturellement une illusion : on décide des hypothèses dans les processus communicationnels, et l’on ne peut pas classer avec certitude ces décisions — qu’il n’est généralement pas possible de dater de manière précise — en les considérant comme définitivement fixées par un résultat de la recherche tenu pour un fait de l’action.

36L’une des conséquences de cette illusion qui consiste à croire que les décisions prises dans les processus de communication scientifiques ont été déterminées de manière contraignante par des événements externes est que les observateurs ont tendance à voir des doubles découvertes et à construire éventuellement, après coup, des conflits de priorité. C’est tenter de réduire l’évolution continue du savoir scientifique à des singularités, associées à des noms, qui font figure de guides et qui sont dès lors apparues plusieurs fois dans les cas dramatiques. Un examen réaliste et historique permet au contraire de constater que les implications de chacune des découvertes prétendues identiques étaient au début aussi confuses que différentes, et seul par conséquent un processus communicationnel de longue durée synthétise des concepts et des théories par rapport auxquels les différents actes de la recherche peuvent ensuite apparaître subitement comme dotés d’une fonction équivalente.

  • 46 Voir Stichweh 1987b, et les réflexions fondamentales de Solla Price 1965, pp. 553-568 ; cf. le même (...)
  • 47 Pour cet exemple, cf. Solla Price 1984, pp. 14 s.

3. Ma troisième remarque touche à la relation qu’entretiennent la science et la technologie. Je voudrais soutenir l’hypothèse que la séquence, souvent postulée, d’un progrès de la théorie dans les sciences fondamentales et de sa mutation graduelle en applications qui deviennent dès lors des technologies ne correspond pas à la réalité. Une distinction scrupuleuse entre l’autopoiesis de la communication scientifique et le niveau de l’agir de la recherche défini par les instruments employés pourrait mettre en évidence que l’interaction de la science et de la technologie trouve, de manière caractéristique, son origine — et aussi, dans un certain sens, son aboutissement — dans la technique instrumentale de la science46. Un instrument scientifique est, de ce point de vue, quelque chose avec quoi l’on essaie de réaliser des effets exploratoires. C’est naturellement, en règle générale, la « normal science » ou la « normal technology » ; on peut toutefois à l’occasion — disons lorsqu’on soumet des substances à un contrôle méthodique au moyen d’une technique établie — observer sur une substance des propriétés tout à fait inattendues. C’est ainsi par exemple que, dans la préhistoire du transistor, où se pratique la technique instrumentale, on est tombé sur des particularités inconnues de la conductivité électrique en passant du travail sur les cristaux de métal aux cristaux de silicium et de germanium47. La communication des sciences fondamentales et l’évolution de la technologie réagissent à cette surprise créée par la technique instrumentale selon des lignes d’évolution séparées : la première, dans notre exemple, se tourne vers un approfondissement théorique et expérimental de la physique des corps solides, la seconde vers le développement technique du transistor. Par rapport à ces deux tracés d’évolution dissociés, la technique instrumentale de la science est une troisième dimension partiellement indépendante, qui occupe une position intermédiaire. De toute évidence, ce sont des artefacts qui relient la science et la technologie, si bien que le caractère artificiel des objets de la science moderne est la condition de leur importance technologique, à cela près que l’intention de connaissance propre à la science tente de viser, au-delà de l’artefact, la nature, tandis que le telos de la technologie est la réalisation de l’artefact.

VII

37Je voudrais décrire, sous la forme d’une simple remarque finale, le mouvement de retour qu’opère le système, de l’ouverture — du côté de l’agir de la recherche qui active l’objet — à une nouvelle fermeture, relative. La rupture de la circularité des processus systémiques prend une deuxième forme, qui ne passe pas en premier lieu par le contact avec l’objet de la connaissance. Elle est rendue possible par le fait de la différenciation interne de la science, c’est-à-dire par la répétition du processus de formation d’un système au sein même du système, ce qui donne naissance dans le système scientifique à une multitude de différences internes entre système et environnement qui prennent la forme des disciplines et de leurs sous-disciplines. Les processus communicationnels d’une discipline sont dès lors tout d’abord clos sur eux-mêmes quant à leurs opérations — cependant ils peuvent également rompre leur circularité en observant ce qui se passe dans les processus communicationnels des disciplines étrangères. La procession d’un code (vrai/faux) et d’un élément autopoiétique communs, qui unifie le système scientifique, fait ensuite fonction de condition de possibilité pour que l’on puisse à tout moment insérer dans le processus communicationnel de sa propre discipline une publication qui fait avant tout référence à des publications de disciplines étrangères et qui, à la lumière de celles-ci, exprime des besoins de révision plus ou moins grands. Cette publication naturellement peut aussi être rejetée du processus communicationnel de la discipline. Il se peut alors qu’elle se perde. Dans le meilleur des cas, elle est redécouverte beaucoup plus tard par les historiens de la science. Ceux-ci en effet, dans la mesure où ils ne doivent pas observer la cadence exigée dans le processus qu’ils observent (cette cadence étant distincte de celle qu’impose leur propre processus), mettent de toute façon au jour le processus systématique composé d’éléments temporalisés, dans la perspective différente d’une mémoire idéale, incluant la possibilité illimitée d’accéder au passé. Cette perspective a du reste cela de réaliste qu’elle se rencontre également, sous une forme pragmatique, dans les sciences elles-mêmes : le recours surprenant au passé et à ce qui n’est plus cité depuis longtemps déjà est une troisième possibilité de rupture avec la circularité — c’est la chance, en quelque sorte, de déconcerter un présent sûr de soi au moyen de son propre passé. Enfin, la publication rejetée du processus communicationnel de la discipline parce qu’elle est surchargée de références à des disciplines étrangères garde pourtant une chance aussi dans son propre présent, pas dans les présents à venir : elle peut devenir le point de cristallisation qui favorise une nouvelle formation de système au sein même du système.

Notes

1 Article paru sous le titre de « Die Autopoiesis der Wissenschaft », dans : D. Baecker, J. Markowitz, R. Stichweh, H. Tyrell, H. Willke (éds.), Theorie als Passion Niklas Luhmann zum 60. Geburtstag, Francfort/Main (Suhrkamp), 1987, pp. 447-481.

2 Voir Varela 1979 ; Maturane 1985.

3 A. Friedländer 1847, pp. 2 s. et passim, en est un bon exemple.

4 Cf. Varela 1979, chap. 7 ; 1983, pp. 147-164.

5 Cette observation est aujourd’hui universellement connue, tandis que ses implications pour l’épistémologie de la science n’ont guère encore, à mon sens, été considérées.

6 C’est une découverte de Maturana qui est à l’origine de ce type de réflexion : celui-ci a compris que la perception de la couleur n’est pas une structure complexe basée sur les couleurs physiques existantes, mais qu’elle constitue elle-même dans les cellules ganglionnaires ses éléments, qui apparaissent comme des domaines d’activité — mis en corrélation avec les désignations des couleurs définies par notre langue. Cf. Maturana 1985, pp. 17-19 et 212 ; Luhmann 1984, pp. 43 s.

7 Pour une telle définition, voir Maturana 1985, p. 158.

8 Voir Stichweh, « La genèse du système moderne des disciplines scientifiques ».

9 Cf. de Curzon 1920 ; Wieacker 1967.

10 Cf. pour l’allopoiesis comme contraire de l’autopoiesis, Maturana 1985, p. 159 : « ces… systèmes dont l’organisation n’engendre pas les composantes et les processus qui en font des unités… La production concrète de ces systèmes s’obtient par des processus qui ne font pas partie de leur organisation ».

11 Voir d’Alembert 1755, pp. 491-497 : « les éléments de la science… seront comme un germe qu’il suffirait de développer pour connaître les objets de la science fort en détail » (p. 491). Sur les implications qu’a une représentation de ce type pour l’enseignement « élémentaire » de la science, cf. Schubring 1986, pp. 16 ss.

12 Voir Ong 1958, pp. 7, 125, 225, 306 s. et passim.

13 Voir, pour le rapport entre communication et action en général, Luhmann 1984, chap. 4. Il serait intéressant de faire un pas de plus dans l’argumentation et d’expliquer les différences qui existent entre cette présentation générale et les précisions apportées dans cette étude par les particularités que présente la formation du système dans le domaine scientifique.

14 Pour plus de précision, voir Stichweh 1988.

15 Gren 1795, p. 173.

16 Grafton 1983, p. 181.

17 Cf. Grafton : «Shared errors, rather than shared truths, enabled the textual critic to arrange his codices into groups. Inconsistencies with the known mental habits, language, and historical context of an author enabled spurious works or segments of works to be singled out. Inconsistencies in existing historical accounts enabled a historian to learn the truth behind them and eliminate myths, legends, and propaganda from the record of real events» (ibid).

18 Sur les conditions culturelles de la spécialisation, cf. Stichweh, « Bildung, individualité et légitimation culturelle de la spécialisation ».

19 Cf. Luhmann 1987, p. 28.

20 Cf. par exemple, Parsons 1937a, p. 16.

21 Voir Luhmann 1984, p. 62, sur la capacité d’organiser des rattachements comme problème fondamental des systèmes autopoiétiques.

22 Voir de bonnes analyses des problèmes que posent les représentations de la théorie qui veulent voir intégralement représentées dans la théorie les observations empiriques chez Caneva 1975, chap. 2 et 4 ; cf. aussi Gould 1977, pp. 21 s.

23 Luhmann 1984a, pp. 308-327. Voir aussi Luhmann 1983, pp. 153-170 ; Baecker 1986.

24 En langage précis, la « référence » est le rapport entre document citant et document cité ; la « citation » désigne la même relation, considérée cette fois du point de vue du document cité. Comme il est d’usage, le mot « citation » est employé ici aussi comme un terme générique.

25 Sur ces concepts introduits par Withehead, voir Luhmann 1984a, p. 312.

26 Les index et analyses de citation ont été présentés en 1955, pour la première fois, comme un instrument au service de la découverte de l’« association of ideas ». Voir Garfield 1955, pp. 108-111.

27 Voir Small 1978, pp. 327-340.

28 Pour une illustration de cette thèse, voir la remarque de Zuckerman/Merton 1986, p. 20.

29 Je dois à un dialogue avec Dirk Baecker et Georg Stanitzek l’information selon laquelle la capacité de communiquer avec Aristote a fait l’objet d’une controverse entre Luhmann et Maturana.

30 L’herméneutique, en tant que science de la compréhension de la communication qui s’effectue dans des conditions de grande distance temporelle et sociale (plus rarement objective), n’est plus dès lors, tout comme la logique et la théorie de la science, qu’une opération spécialisée du système scientifique, et non un mécanisme universel de contrôle de toute communication scientifique.

31 L’analyse de la co-citation dessine des « maps » cognitifs sur lesquels sont établis des « links » entre publications grâce à la citation commune de deux autres publications. Voir deux publications récentes : Small/Garfield 1985, pp. 147-159 ; Garfield 1986, pp. 97-108.

32 Cf. sur ce point, Luhmann 1981d, pp. 102-139.

33 Sur le développement de la publication lors du passage à la science moderne, cf. Stichweh 1984, chap. 6.

34 Cf. Small 1978, en particulier p. 338.

35 Nous rencontrons ici pour la deuxième fois une condition qui exclut de la science certaines propositions vraies. Alors qu’il s’agissait en III, 4 de l’intégration théorique de composants élémentaires du savoir, nous avons ici affaire à l’intégration communicationnelle d’éléments potentiels du savoir.

36 Voir Meadows 1974 ; Manten 1980, pp. 303-308 ; Stichweh 1984, chap. 6.

37 Cf. sur ce point, un exemple instructif : Granovetter 1986, p. 24.

38 Cf. Crittenden/Wiley 1980, p. 354, sur les problèmes qui se posent quand les revues refusent un manuscrit, et quand d’une part la « robustesse » — au sens d’une indifférence à l’égard des refus — est une vertu nécessaire à la survie dans la science, et que, d’autre part, on risque la fixation en persistant dans ses tentatives.

39 Si l’on pense toutefois que cette conception de la publication était plus familière aux Académies du xviiie siècle qu’à nous, il apparaît clairement qu’il y a toujours eu dans la modernité des déséquilibres entre les possibilités techniques des supports de publication et la temporalité du système scientifique. Des évolutions nouvelles n’entraîneront sûrement pas un retour à l’oralité, car celui-ci ne pourrait pas assumer les risques de la capacité d’organiser des rattachements que comporte une science réglée sur l’acquisition de connaissances.

40 Sur le profit, voir Luhmann 1984a, pp. 313s.

41 Voir aussi Perrow 1986, pp. 169-177, qui propose, pour les carrières de publication, une alternance, que l’on répéterait plusieurs fois au cours de sa vie, entre une adaptation aux styles dominants (publication dans les journaux clés) et une pratique du non-conventionnel (publication dans les volumes édités).

42 Naturellement, l’absence de plan n’est pas la condition de la science révolutionnaire. Il semble toutefois qu’une certitude intuitive qui a à sa portée des stratégies de recherche exploratoires offre les chances les plus sérieuses d’ouvrir les brèches inattendues.

43 La possibilité d’envoyer l’instrument même avec lequel a été réalisé un nouvel effort comme une publication, dans une mini-version produite pour l’occasion, possibilité que Faraday encore a parfois exploitée en la considérant comme une « prépublication » destinée à un cercle plus restreint de collègues, n’entre pas en ligne de compte dans la science moderne, et ce pratiquement sans exception. Voir Gooding 1985, pp. 120-123.

44 Cf. les importantes remarques que fait à ce propos Weick 1976, qui s’appuie sur Fritz Heider (p. 6) ; voir le même Weick 1984, pp. 19-23.

45 Voir Crease/Mann 1984, pp. 83 s.

46 Voir Stichweh 1987b, et les réflexions fondamentales de Solla Price 1965, pp. 553-568 ; cf. le même auteur 1984, pp. 3-20.

47 Pour cet exemple, cf. Solla Price 1984, pp. 14 s.

© Presses universitaires du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search