Version classiqueVersion mobile

Études sur la genèse du système scientifique moderne

 | 
Rudolf Stichweh

II. « Bildung »a, individualité et légitimation culturelle de la spécialisation1

Texte intégral

  • a Sur Bildung, voir « La genèse du système moderne des disciplines scientifiques,, note a (N.d.t.).
  • 1 Les bourses de la Fondation Fritz Thyssen et de la Max-Planck-Gesellschaft m’ont aidé à travailler (...)

I.

1J’aimerais évoquer dans ce qui suit la genèse de la structure qui organise la science moderne en disciplines dans une perspective analytique. La genèse des disciplines scientifiques est un processus de système dans le système scientifique qui crée de nouveau, à l’intérieur du système cette fois, des différences système/environnement. En conséquence, tout ce qui se passe dans d’autres disciplines est avant tout, du point de vue de celui qui prend part au processus communicationnel d’une discipline scientifique, un événement produit dans l’environnement et peut, en tant que tel, aussi bien être insignifiant que prendre de l’importance.

  • 2 Voir « La genèse du système moderne des disciplines scientifiques », et Stichweh 1984.
  • 3 Voir la description d’une situation de ce type dans Kraus 1978, p. 63, qui cite l’exemple des memb (...)
  • 4 Pour Albrecht v. Haller, le véritable intérêt des Académies est d’avoir assigné à chacun une petit (...)

2C’est à la charnière des xviiie et xixe siècles que se constituent pour la première fois dans l’histoire de la science les disciplines scientifiques2. L’un des nombreux corrélais de ce processus est la spécialisation. On devrait distinguer soigneusement la spécialisation, phénomène qui concerne des rôles ou des personnes, de la différenciation des disciplines, qui est un processus de formation d’un système social Ce sont en principe deux dimensions qui peuvent varier indépendamment l’une de l’autre — dans des limites qui restent à définir. La science du xviiie siècle a encore fait l’expérience des deux options extrêmes qu’offre cet éventail de variations. D’une part, et c’est le premier phénomène, bien que l’on perçoive nettement, au-delà de la systématisation encyclopédique, la relative autonomie de plusieurs traditions de problèmes (ou de plusieurs sciences), l’homme de science saute en quelque sorte d’un sujet à l’autre avec ses contributions, c’est-à-dire qu’il ajoute quelque chose ici et là sans que ses contributions présentent pour lui ou pour qui que ce soit d’autre une cohérence interne3. L’Académie du xviiie siècle est faite, d’autre part, pour tenter de créer des rôles spécialisés pour quelques hommes de science tout en regroupant encore l’ensemble des résultats scientifiques dans un système communicationel4.

  • 5 Ampère 1856, p. 95.

3Ces deux tentatives, la première consistant à distinguer plusieurs sciences mais à éviter que les personnes se spécialisent, la seconde à prévoir une spécialisation des rôles tout en conservant l’idée d’un ensemble communicationnel homogène, ne furent pas finalement couronnées de succès. La science moderne présuppose le spécialiste, et elle forme en outre des disciplines grâce au regroupement communicationnel de plusieurs spécialistes ; c’est-à-dire que la différenciation des rôles a produit une différenciation du système. Il existe alors, dans la science moderne, une parfaite coordination entre les disciplines et les communautés fondées sur les disciplines et la différenciation sociale de la sience coïncide ainsi pour la première fois avec la différenciation des savoirs. En une formulation qui se veut point de vue normatif pour les classifications de la science à venir Ampère écrit en 1834 : « qu’on doit… placer en général, dans un même groupe, les vérités dont les mêmes hommes s’occupent »5. Il faut naturellement introduire ici les qualifactions. C’est précisément parce que les disciplines sont finalement faites de communications et parce que le processus de communication qui s’opère au niveau de la société mondiale se libère également des liens institutionnels et personnels, que l’on peut aujourd’hui apporter sa part de communications sans vouloir s’impliquer dans la communauté fondée sur la discipline concernée. U s’agit cependant alors d’interdisciplinarité, et cela présuppose que l’on est spécialiste d’autre chose et que l’on a, à ce titre, quelque chose à communiquer.

II.

  • 6 Wundt 1889, p. 28.

4Je voudrais, dans ce qui suit, examiner de plus près la figure problématique du spécialiste et son rapport aux transformations qui se sont opérées au niveau de la science prise comme système. Pour pouvoir être spécialiste, il faut être autorisé à l’être, vouloir l’être et être enfin en mesure de donner de sa propre forme d’existence une présentation plausible. Sont donc posées des conditions touchant à la norme, la motivation et la légitimation qui ne sont pas assurées et qui ne peuvent probablement le devenir dans le processus de la genèse de la spécialisation scientifique que si l’on parvient à insérer l’idée de « spécialisation » dans des ensembles sociaux d’interprétation qui possèdent déjà une grande plausibilité sémantique avant d’être associés à ce thème. Je traiterai dans ce qui suit de cette hypothèse en me basant surtout sur l’exemple de l’Allemagne, où la différenciation des disciplines aussi bien que la spécialisation individuelle se sont imposées plus rapidement et en trouvant peut-être une résistance plus faible que ce n’a été le cas dans des pays comparables, comme l’Angleterre et la France. On peut invoquer une formulation de Wilhelm Wundt, datant de la fin de la période que couvre notre recherche, pour étayer cette affirmation : Wundt compare également l’Allemagne à l’Angleterre et à la France ; il pense que « l’universalité allemande dont on fait l’éloge est pourtant une qualité moins individuelle que collective » et en conclut « que nos savants, investis de tâches sûres, se satisfont pour les mener à bien de la division pratique du travail qui s’est effectivement mise en place et qui a fait ses preuves »6. Le problème est de savoir quelles présuppositions sémantiques ou intellectuelles sous-tendent cette réalité de la spécialisation qui se mue en une évidence à la fin du xixe siècle déjà, et en quoi l’importance causale de telles présuppositions intellectuelles dépend éventuellement du fait qu’elles n’ont pas été spécialement forgées pour le problème qu’elles formulent.

  • b On traduit ainsi l’allemand Stand Le terme de « classe » serait anachronique pour cette période (N (...)
  • 7 Le dernier argument est avancé par Weise 1685, p. 23, qui se réfère pour sa part à un auteur franç (...)
  • 8 Moser 1743, pp. 130 s.
  • 9 Cf., pour le moment, sur ce thème Stichweh 1987, II, 3, et 1987 a, II, 4.
  • 10 Seckendorff 1655, p. 330, note déjà à quel point l’inclination de l’enfant ainsi que les « circons (...)
  • 11 Sur la sémantique de la « division of labor », voir l’ouvrage instructif de Gelfand 1976, en parti (...)
  • 12 Ainsi, par exemple, Rolland d’Erceville 1768, pp. 114-118.

5La restriction normative probablement la plus importante dans l’histoire sociale qui ait été apportée à la recevabilité des processus de spécialisation érudits et scientifiques se trouve sans cesse reformulée, du xvie au xviiie siècle, dans la littérature européenne qui traite de l’éducation d’étatb. L’appartenance à un état élevé était incompatible avec la spécialisation, car la connaissance spécialisée ni ne prépare aux exigences pratiques d’une personne qui se consacrera plus tard au « commandement », ni n’offre à une existence plongée dans la « conversation » une base de compétence suffisamment étendue, et l’on faisait enfin remarquer que quelqu’un qui ne maîtrise particulièrement bien qu’une seule chose peut être facilement être pris pour un « enfant de paysan », parce que de telles dispositions particulières se rencontrent aussi fréquemment chez ces gens-là7. Moser, en 1743, énonce en une formulation très atténuée déjà l’attente typique à laquelle doivent répondre les étudiants en droit : « une étendue des connaissances plus grande » pour l’homme de qualité et une « plus grande solidité dans le détail » pour l’« homme privé »8. On impose ici des restrictions massives à la possibilité de progrès dans la spécialisation qui pouvaient empêcher encore longtemps un homme de qualité de devenir un homme de science — comme Condorcet faillit en faire l’expérience. Il n’est pas possible ici d’analyser dans le détail la manière dont ces restrictions ont été réduites. Mais on peut supposer que la tendance, toujours présente dans l’Université, à préconiser une certaine suspension des prétentions d’état, et la propension de l’Université allemande, bien plus forte qu’à l’étranger, à œuvrer, à maints égards, dans le sens d’un nivellement des états9, pourraient avoir joué un rôle en Allemagne dans l’histoire de la différenciation de la science. A cela s’ajoutent la pression sémantique et celle de la demande ; celle-ci émane d’un monde des professions qui se forme en dehors de la science et de l’Université et à côté de la hiérarchie sociale, qui est de plus en plus vécu sous l’angle de la contingence et du choix de la profession10 et qui est en outre pensé, depuis la seconde moitié du xviiie siècle, comme la réalisation de la « division du travail »11. De manière tout à fait significative, les propositions qui insistent, à la fin du xviiie siècle, sur une spécialisation dans l’attribution des chaires de Collèges et d’Universités le font en ayant explicitement en vue les multiples professions qui apparaissent dans le commerce et les arts12.

  • 13 Voir les exemples que donne Osterloh 1970, en particulier pp. 43 et 98 (Sonnenfels/Wolff), et cf. (...)

6Parallèlement à la perception du monde professionnel, et comme elle, la perception de la population est dotée elle aussi, au xviiie siècle, d’une structure nouvelle. L’importance numérique de la population, même si elle est toujours souhaitée, est de moins en moins considérée comme une quantité non structurée, qui présente, en tant que telle, un intérêt avant tout militaire ; elle est plutôt vécue comme une diversité de « moyens » dont la société peut disposer et comme une chance de répartir le travail13, et elle est pensée, dans cette mesure, en termes de « solidarité organique » et de spécialisation.

III.

  • 14 Hume 1748, p. 13. L’évaluation devait se renverser un peu plus tard, et, par la suite, les classif (...)
  • 15 Voir Huarte 1752 (datant en fait de 1575), qui a pour sa part influencé Bacon (pour la réception a (...)
  • 16 Cf. D’Alembert 1751, p. 100.

7Comment la réflexion du xviiie siècle sur la science pouvait-elle penser une différenciation de la science et une spécialisation des érudits/hommes de science ? En ce qui concerne le problème de la différenciation ou, mieux, de la classification des sciences, il existe, semble-t-il, deux modèles intellectuels dominants. Le premier consiste en une tendance, qui prévaut, au moins en Angleterre et en France, depuis Bacon et, par la suite, D’Alembert, à distinguer plusieurs facultés humaines de l’entendement ou de la connaissance (d’ordinaire : la mémoire, l’entendement, le pouvoir de l’imagination) et à leur faire correspondre les sciences et les arts, en tant qu’ils sont définis par la prépondérance donnée à l’exercice de l’une de ces facultés de la connaissance. Hume parle quelque part d’une « géographie mentale » et souligne à quel point il est important d’ordonner et de distinguer les différentes opérations de l’esprit humain, tandis qu’un effort de classification comparable qui se fixerait sur les objets sensibles externes est, selon lui, dénué de valeur14. La correspondance entre la géographie mentale et la géographie du monde savant incite à ranger aussi les divers hommes de science sous ces distinctions acquises sur la base de leurs capacités intellectuelles, donc à analyser les personnes d’un point de vue selon lequel une des ces facultés intellectuelles se manifeste plus spécialement chez l’un ou l’autre, ce qui justifie son aptitude à une science particulière15. De cette manière, le xviiie siècle parvient alors également à faire correspondre les principes de division destinés aux sciences avec l’organisation du personnel érudit16. Reste toutefois que, à la différence de la situation que connaîtra le xixe siècle, c’est une opération en premier lieu sémantique, pour la seule raison que les points communs et les différences qui apparaissent dans la manière dont les facultés intellectuelles se répartissent entre les individus ne sont guère propres, selon toute vraisemblance, à servir de facteurs catalytiques qui déclenchent la genèse d’un système social.

  • 17 Cf. pour plus de détails, « La genèse du système moderne des disciplines scientifiques », pp. 6-18
  • 18 Voir, par exemple, Wolff 1735, pp. 598 ss.
  • 19 Voir, par exemple, Huarte 1752 dans « L’auteur au lecteur » (sans pagination) : « dans la mesure o (...)

8Le second modèle intellectuel — dominant en Allemagne — pour la différenciation ou la classification des sciences opère des distinctions selon la forme des relations que l’on entretient avec les connaissances. Un intérêt pour la connaissance peut ou bien se fixer sur la connaissance de choses particulières/la connaissance de faits, ou bien tenter de comprendre les faits à partir de leurs raisons et de leurs causes, ou bien enfin se concentrer sur la clarté, la certitude et la précision des définitions17. Histoire, philosophie et mathématiques sont les noms de ces trois formes de connaissance, que l’on peut du reste rapporter aussi à des opérations mentales spécifiques sur lesquelles toutefois ne porte pas véritablement l’intérêt de cette tradition. Comme on peut en principe adopter le point de vue de chacune de ces trois formes de connaissance pour traiter de tout « objet matériel » de la connaissance18, cette tradition intellectuelle n’a pas de relation immédiate avec la spécialisation des savants. Il s’agit plutôt d’une hiérarchie de la connaissance qui observe par conséquent souvent les personnes pour savoir si elles sont capables d’une compréhension philosophique ou si elles doivent se contenter de la connaissance historique d’une chose. Toute la multiplicité des objets de connaissance humains est en fin de compte rassemblée ici dans le domaine central de la philosophie, et la certitude qu’a le philosophe de détenir l’explication, telle qu’elle est formulée, avec assurance, par Christian Wolff, ne donne guère matière — d’un point de vue normatif — à une limitation spécialisante. On doit se rappeler ici que les plaidoyers en faveur de la spécialisation ont tiré argument, jusqu’au xviiie siècle, de la faiblesse de l’entendement humain, consécutive à la chute19, et que les approches nouvelles, à l’aube du xixe siècle, doivent alors être à même de pouvoir penser à la fois un caractère illimité spécifique de l’homme justement et la spécialisation.

  • 20 Stewart 1815, p. 9. On trouve les mêmes objections chez Bentham 1816, p. 74, qui présente en outre (...)
  • 21 Bentham 1816, pp. 102 ss.

9Les deux modèles intellectuels présentés ici sont finalement voués à la même critique : ils dissocient des choses qui ne se trouvent toujours que liées dans toute activité de connaissance scientifique. C’est ainsi par exemple que Dugald Stewart, en 1815, s’oppose à D’Alembert : « the three faculties to which he refers the whole operations of the understanding are perpetually blended together in their actual exercice, insomuch that there is scarcely a branch of human knowledge which does not, in a greater or less degree, furnish employment to them all »20. Parallèlement à cet argument s’impose un changement de préférence : au lieu de systèmes à trois termes, on utilise des classifications binaires (Ampère, Spencer, Bentham). Une telle option peut, comme le pense par exemple Bentham, remonter à Pierre Ramée21, elle subit en outre l’influence de l’histoire naturelle (Linné) et elle est probablement déterminée aussi, comme nous le verrons, par une décentralisation de la science qui devient perceptible, et le démantèlement d’un ordre social hiérarchique. Les classifications strictement binaires paient cependant, pour leur rigueur scientifique, le prix de l’irréalité : elles perdent tout contact avec la description de la différenciation et de la spécialisation réelles.

  • 22 J’ai souligné (1984, pp. 14-31 et passim = « La genèse du système moderne des disciplines scientif (...)
  • c « Sinnenkenntnisse » / « Vernunfter kenntnisse ». Stichweh souligne la distinction que fait l’alle (...)
  • 23 Ainsi, par exemple, Jäsche 1816, pp. 1 ss., à la différence du même Jäsche 1795, pp. 332 ss.
  • 24 Voir Krug 1805, pp. 23 s.
  • 25 Cf. McRae 1961, pp. 128 s.
  • 26 Fabri 1808, p 52.

10L’évolution qui relaie en Allemagne, après 1782, l’ordre ternaire histoire, philosophie, mathématiques est plus riche de conséquences22. Comme précédemment, mais de manière beaucoup plus consciente, l’unité est probablement ici le concept décisif. Là où l’on avait distingué tout d’abord différentes sources de connaissances (connaissances sensibles, connaissancesc rationnelles), on subordonne maintenant celles-ci à l’unité d’une « racine de la connaissance » (la « force de connaissance de l’esprit humain »)23, ou l’on relativise une division opérée selon l’« empirique, le rationnel et l’empirico-rationnel » par rapport à l’« unité de la faculté de connaissance humaine », qui serait la condition de la communicabilité dans le domaine des sciences24. L’unité (de la faculté de connaissance) n’est toutefois pas seulement l’élément commun à la base de toutes les sciences, mais l’unité systématique devient aussi le concept qui définit toute science particulière et, par là, la science en général, et elle relaie à cette place la certitude apodictique et la connaissance des causes, considérées comme les deux propositions classiques de définition25. Ainsi, un géographe, par exemple, peut dès lors postuler que « les substances des connaissances expérimentales », dans la mesure où elles ne sont saisies « comme un tout que dans une unité systématique », sont des sciences26.

  • 27 Witte 1794, p. 26 (je souligne, R.S.). Cf. aussi Friedländer 1844, p. 48, qui considère la « liber (...)

11Cependant unité ne signifiait pas absence de distinction, bien que cette position se rencontrât dans le Romantisme. De même que l’unité était opposée, dans une perspective épistémologique, à la diversité, ainsi, au niveau de la théorie de la science, l’unité, en tant que concept directeur pour la science en général, réagissait à la multiplicité des sciences, qui disperse celles-ci, et elle essayait de tenir compte de la structure décentralisée de la science, désormais manifeste, qui ne se prêtait plus à aucun ordre hiérarchique. De manière caractéristique, on trouve parfois regroupés les concepts de liberté, d’unité et d’absence de hiérarchie. Ainsi Samuel Simon Witte écrit par exemple en 1794 : « les sciences sont de libres effets de l’entendement, qui perdraient leur valeur avec toute répression de la liberté et qui, en raison de l’unité de l’entendement et de la raison, dont elles dépendent toutes, n’autorisent aucune prééminence »27.

IV.

  • 28 Burdach 1809, p. 8 (je souligne R.S.).

12Qu’est-ce que cela a donc à voir avec la spécialisation ? Pour répondre à cette question et pouvoir parler de la spécialisation — c’est-à-dire des options qui se dégagent pour des personnes —, il faut choisir de passer par le concept de « Bildung ». En guise d’introduction à ces considérations, je donnerai un exemple. Karl Friedrich Burdach distingue, en 1809, la science de la « connaissance » (c’est-à-dire de l’« histoire » du xviiie siècle) par le « principe de l’unité ». L’homme qui s’occupe de science peut acquérir les facultés synthétiques de son entendement qui viennent s’ajouter à la connaissance du multiple, mais il ne peut pas le faire de l’extérieur, et il ne peut donc, si ces facultés sont constitutives de la science, « ni apprendre la science, ni la recevoir de l’extérieur, car elle est sinon simple connaissance de la science ; mais chacun doit l’engendrer et la découvrir en soi-même, et l’enseignement de la science est une simple incitation de l’esprit à cette science »28.

  • 29 Cf. Herder 1774 ; 1785. Voir, sur Herder, Vierhaus 1972, pp. 15 ss.
  • 30 Cf. par exemple, Jäsche 1816, pp. 1-16, à propos de l’« unité d’une racine de la connaissance » et (...)

13Les concepts d’éducation, d’imitation, d’instruction, de cours et les idées de transport liées à ces notions se muent pour la genèse des facultés en l’idée qu’une unité individuelle qui se développe et se transforme ne peut toujours le faire que dans le rapport à soi et que toute réceptivité est nécessairement une activité. Cette représentation est le résultat spécifique de l’idée de Bildung conçue comme une théorie du développement29, qui s’allie ici sans problème avec l’idée d’une unité de la science30, puisque celle-ci aussi présuppose une conscience — même s’il s’agit d’un sujet transcendental.

  • 31 Ainsi, par exemple, Wuncherer 1813, pp. 14 s. : « le mot répété, tel l’écho sur la paroi rocheuse, (...)
  • 32 Voir, par exemple, Thilo 1809 : il déduit de la liberté effective qui s’instaure entre l’enseignem (...)

14Du reste, la Bildung n’est pas pensée comme un monologue. Elle a atteint son effet spécifique dans les institutions scientifiques grâce à une modification et à une augmentation des exigences qu’elle a vis-à-vis du dialogue (ou de la conférence). Ce n’est toujours que l’activité propre de l’autre que l’on peut stimuler : à cette prise de conscience vient bientôt s’ajouter le postulat selon lequel une activité propre ne peut être stimulée que par une autre activité propre, et que rien ne peut donc, par exemple, être présenté à l’étudiant qui soit étranger à celui-là même qui le propose parce qu’il ne fait que reprendre ce que d’autres ont dit31. La liberté (de la compréhension) a désormais sa place entre les deux parties d’un dialogue, et la communication dont la liberté est la condition accroît énormément les exigences vis-à-vis de celui qui veut transmettre quelque chose32.

  • 33 Cf. Stichweh 1987 et Rosenkranz 1844, en particulier p. 740.

15La liberté est, de façon générale, l’idée directrice secrète de la Bildung. Sans pouvoir ici la développer, je voudrais émettre l’hypothèse suivante : l’influence qu’a eue la théorie de la Bildung vers 1800 et dans les années qui ont suivi est due essentiellement au fait que celle-ci a quasiment joué le rôle de théorie de la société et qu’elle a, en tant que telle, offert une solution universaliste et théorique à toutes les questions touchant au rapport entre l’individu et la société. Cette proposition d’explication était de plus adéquate en ce sens qu’elle offrait, dans des conditions spécifiquement allemandes, l’unique possibilité de penser le rapport entre individu et société d’une manière qui fût compatible avec la possibilité d’être libre. La liberté s’est dès lors manifestée comme une liberté vécue au moins dans les institutions éducatives et, en outre, comme cette liberté intérieure qui est due à la Bildung, et qui doit gagner en stabilité face à un monde qui, parce qu’il est restrictif, lui résiste33.

V.

  • 34 Voir sur l’individualité : Luhmann 1981, en particulier pp. 146 ss., 248 ss., 248 ss. ; 1982 ; Dum (...)

16Ce sur quoi s’effectue un processus éducatif, le sujet de toute Bildung, est naturellement toujours un individu34, et la théorie de la Bildung parvient à universaliser l’idée même de Bildung, c’est-à-dire à étendre les possibilités d’application du concept à des entités qui ne sont pas des personnes, grâce à une universalisation correspondante de l’idée d’« individu ». Déjà chez Herder, un individu n’est pas indubitablement une personne, mais les conditions de l’individualité peuvent être également remplies par une langue, une nation, une culture ou un état. L’individualité est alors définie par deux autres caractérisations qui deviendront par la suite importantes pour l’environnement sémantique dans lequel la spécialisation est adoptée.

  • 35 Herder 1767, p. 162.
  • 36 Voir Semsdorf 1971, p. 26.

17Un individu est apprécié précisément dans son unicité, dont on ne règle donc pas le sort en la considérant comme une singularité partielle et, par conséquent, dépourvue d’importance, mais qui constitue au contraire en lui ce qui n’existe que chez lui et plus nulle part ailleurs dans le monde. Herder voit l’individualité d’une langue, par exemple, dans ses « idiotismes » ; par le terme, il entend ces beautés d’une langue particulière que, par principe, « aucun voisin ne peut dérober par une traduction, et qui sont sacrées pour la déesse tutélaire de la langue »35. L’argument est repris pour d’autres sortes d’individus. Ainsi est-il dit dans l’exégèse des Prophètes de l’Ancien Testament proposée par Herder que l’on doit lire chacun des Prophètes séparément et assez longtemps pour que l’on habite quasiment en lui et que se manifeste l’« idiotisme interne d’Un auteur », qui, pour Herder, a quant à lui sa valeur de sanctuaire36.

  • 37 Eck 1908, p. 39.

18Selon toute vraisemblance, il est important pour cette interprétation de l’individualité comme unicité que les organisations « supraindividuelles » soient considérées elles aussi comme des individus. C’est en cela que réside la possibilité, au moins logique, que l’individualité ne disparaisse pas intégralement dans les institutions, mais qu’elle puisse y être au contraire accueillie individuellement. Comme l’exprime en 1908 Samuel Eck, qui se réfère à Schleiermacher, « il n’y a pas d’idéaux de l’amitié, du mariage, de la famille, de l’Etat qui soient universellement valables, absolument identiques pour tous. L’idéal, c’est précisément que chaque lien d’amitié, chaque mariage et chaque famille, chaque état possède et mène sa vie particulière, organisée de l’intérieur, selon son monde propre »37.

  • 38 Pour les présuppositions, cf. Leventhal 1986, p. 252.
  • 39 Schiller 1795, pp. 15 s., qui considère cependant que cela n’existe plus dans son temps, et qui ne (...)
  • 40 Monologen 1800, p. 40, citée d’après Eck 1908, p. 35.
  • 41 On peut être tenté de percevoir ici l’anticipation d’une théorie système/environnement, de même qu (...)

19La réflexion selon laquelle une individualité décrite en termes d’unicité possède et fonde un rapport au tout du monde constitue le prochain pas décisif. On trouve par exemple formulée chez Humboldt l’idée que chaque langue a sa propre vision du monde38. L’unicité engendre manifestement une sorte de chance d’observation qu permet de saisir toute autre chose sans que soit menacée l’identité d’un individu. Les présuppositions objectives qui permettent cette conception sont souvent formulées dans une théorie du mélange : le monde ou l’humanité se composent d’un certain nombre d’éléments, et chaque individu présente, comme le dit Schiller, un « mélange modifié » de ces éléments, suffisamment complexe pour que la totalité du monde puisse être visible dans l’individu39. L’unicité, la profusion des éléments qui assure une complexité en adéquation avec le monde, et la possibilité enfin de reconstruire tout le reste sont ici réunies. Cette théorie dépend probablement, en fin de compte, du fait qu’elle se représente le nombre des éléments comme infini ou qu’elle voit émerger et naître des possibilités infinies. C’est ainsi par exemple que Schleirmacher déclare « … que tout homme doit représenter l’humanité à sa façon, en un mélange spécifique des éléments qui la composent, pour qu’elle se révèle de toute manière et se réalise dans la profusion de l’infini de tout ce qui peut naître de son sein »40. D’un point de vue systématique, voici encore qui est important : ce fut précisément cette thèse d’une vision du monde autonome d’un rapport au monde de chaque individu qui a permis de penser la spécialisation et l’universalisme comme des idées compatibles dans la figure de l’individu41.

VI.

  • 42 Friedländer 1847, p. 49.

20Les différentes sections de cette étude ont jusqu’à présent présent décrit une série de composants d’un champ sémantique qui pouvaient contribuer à dissiper, du point de vue de la norme et de la motivation, le problème suscité par une option personnelle pour la spécialisation scientifique, qui s’est également imposée du reste pour des raisons « empiriques » — à cause du caractère différencié de la science contemporaine —, ou même à recommander cette option. Le pas suivant fut probablement essentiel : une science particulière est naturellement un individu elle aussi et elle entretient à ce titre un rapport avec le monde, c’est-à-dire, en premier lieu, un rapport avec le tout du monde de la science. Cette idée est très précisément formulée dans une encyclopédie juridique de 1847 : « Chaque science a son essence propre, de par laquelle elle devient un individu, un membre qui a une existence séparée. Un individu ne peut toutefois jamais être pensé sans un tout, sans un univers, car il perd sans cela son essence propre, qui en fait un individu. Les sciences particulières trouvent par conséquent leur existence dans l’union des sciences… Cependant le tout n’est pas quelque chose qui soit séparé du particulier, mais ce rapport mutuel interne même, cette totalité des phénomènes où nul individu n’est sans l’autre »42.

  • 43 Cf. pour le rapport entre la physique et l’image du monde, Stichweh 1990a, Section VI.
  • 44 Bentham 1816, p. 73 — avant le concept de champ proposé par la physique. Cf. aussi la théorie ondu (...)

21Deux pas de plus peuvent être faits par la pensée qui viennent compléter le tableau. On peut tout d’abord avoir une conception encore plus extensive du rapport de la science au tout, et il se forge alors une image du monde, c’est-à-dire une représentation selon laquelle la totalité des sciences ou une discipline particulière peuvent, sur la base de ce qu’elles connaissent, entretenir un rapport productif avec l’ensemble de l’appréhension humaine du monde. Le postulat d’une image scientifique du monde ou l’audace des physiciens aussi, qui, à l’aube du xxe siècle, revendiquent de plus en plus une capacité spécifique de leur science à former une image du monde43, ont donc pour arrière-plan l’idée d’individualité et l’extension de cette idée à la science et à la discipline. Le second élément correspond à l’idée d’infinité qui, naturellement, est elle aussi vite convaincante pour la science. On peut retrouver cette représentation dans les classifications de la science, où Jeremy Bentham, par exemple, critique en 1816 pour la première fois la métaphore du cercle contenue dans le concept d’encyclopédie, que l’on peut par exemple apprécier pour son caractère non hiérarchique, parce qu’elle est le signe d’une limite (celle de la circonférence). Bentham propose en échange un concept de champ, qui suggère l’idée d’illimité et permet en outre de penser l’interpénétration de différents champs (thought/action et art/science)44.

  • 45 Humboldt 1792, p. 22. Voir sur ce point, et, en général, sur « la Bildung et la division du travai (...)
  • 46 Schiller 1789, p. 260.
  • 47 Sybel 1868, p. 45.

22Une science ainsi pensée comme individualisée, liée au monde et infinie peut naturellement devenir le point de référence d’une personne. Peut-être Wilhelm v. Humboldt a-t-il à ce sujet trouvé la formulation classique en élucidant en même temps de manière instructive le rapport à la tradition du xviiie siècle, qui considérait souvent l’individu comme doté d’une faculté intellectuelle déterminée. Humboldt voit là de l’exclusivisme et il craint que la personne ne se disperse dans une multiplicité d’objets dont elle s’occupe. L’homme n’échappe à ces dangers, liés l’un à l’autre, de l’exclusivisme et de la dispersion que s’il « s’efforce de multiplier en les unissant les forces avec lesquelles il agit plutôt que les objets sur lesquels il agit »45. L’universalité de la formation d’un individu n’est donc possible que si l’on s’exerce à un objet spécifique, qui ne convient toutefois comme objet que s’il possède les attributs décrits ci-dessus. C’est de là que tire son origine la thèse de la qualité formellement éducative des disciplines scientifiques particulières, qui a déterminé tout le xixe siècle. Ce n’est pas l’étendue des connaissances mais l’esprit de la relation qu’il entretient avec elles qui garantit à l’individu un rapport au monde. Durant tout le dix-neuvième siècle on a répété sans relâche la formule de Schiller, tirée de son cours inaugural de Iéna : « Ce n’est pas ce à quoi il se consacre, mais la manière dont il traite ce à quoi il se consacre, qui distingue l’esprit philosophique. Où qu’il se trouve et agisse, il se situe toujours au cœur du tout… »46, et Heinrich von Sybel, par exemple, a défini en 1868 la faculté de révéler en toute Bildung spéciale une Bildung générale et formelle et de s’y appliquer dans cet esprit comme la caractéristique distinctive de l’Université allemande47.

  • 48 Schlegel 1790, p. 4.

23Cette sémantique néohumaniste de la spécialisation est déjà étayée, avant même de pouvoir échouer, du point de vue de la motivation, dans des cas particuliers, par une sémantique éthique concomitante, qui trouve alors, pour la théorie de la Bildung, sa formulation classique dans Wilhelm Meister. Pour donner de ce motif une formulation caractéristique, il suffit d’évoquer G. Schlegel, qui écrit en 1790 que chacun saisit « une branche de l’érudition avec laquelle il veut, à l’âge viril, produire des fruits pour ses concitoyens »48. La virilité/l’entrée dans l’âge adulte et l’attente d’un service rendu aux autres sont les deux thèmes importants qui font clairement apparaître qu’il s’agit ici de concepts moraux touchant au rapport que l’on entretient avec soi-même et avec les autres. Cette pensée trouve son concept central, toujours répété, dans celui du devoir, qui accompagne aussi la sémantique de l’individualité. Ce qui distingue de la pure jouissance de soi le processus de la Bildung d’un individu et celui de la formation de son rapport au monde est que l’individualité est elle aussi une attente normative et un devoir plus spécifique encore.

  • 49 Cf. l’exemple de la « critique conjecturale » chez Turner 1983, p. 475.

24Il faut partir du fait que, quelque temps après le début du xixe siècle déjà, la spécialisation ne pose plus aucun problème de motivation dans les disciplines scientifiques différenciées. Elle constitue alors un résultat si naturel de la socialisation et une condition si naturelle de la participation que toute la dépense que produit la science pour se justifier déplace son centre de gravité pour se concentrer ultérieurement du côté de la présentation extérieure de la science49. Cette thèse n’est naturellement pas à l’abri des exceptions, et il est plus judicieux d’admettre que la sémantique de la Bildung et de l’individualité a continué, sous de multiples aspects, à déterminer le comportement de l’homme de science allemand au xixe siècle et au-delà. Toutefois surgit ici un problème nouveau de par l’acuité avec laquelle il se pose : l’homme de science s’emploie à une activité qui devient plus naturelle pour lui, tandis que celle-ci, simultanémant, perd davantage de son évidence pour les autres, si bien que le savant usera dans la présentation extérieure de formules qui ont peut-être perdu de leur importance dans le rapport à soi.

  • 50 Friedländer 1847, p. 49.

25Peut-être, pour conclure, devrait-on noter que la spécialisation est naturellement devenue possible au prix d’un sacrifice de taille, celui de la philosophie. Je veux citer ici une fois encore Alexander Friedländer, qui précise les conditions requises pour qu’une science, en qualité d’individu, ait un rapport avec le tout, ce qui n’est possible que si ce tout n’est pas une entité des individus. Il explique comment se forme le rapport au tout : « Pas du fait… quelles (les sciences) se réduisent à une troisième — la philosophie — », qui constituait une telle représentation séparée du tout, « et qu’elles sont niées en tant qu’individus, mais du fait qu’elles sont unies en tant que telles selon leurs lois propres. L’action combinée des sciences particulières prend par conséquent la place de la philosophie50.

Notes

1 Les bourses de la Fondation Fritz Thyssen et de la Max-Planck-Gesellschaft m’ont aidé à travailler à ce texte. Il s’agit de l’état rédigé et revu de ma contribution au colloque « Histoire scientifique de la science de la littérature allemande dans la première moitié du xixe siècle » (Bielefeld), 11-13 Décembre 1986, qui est paru en 1990, dans : J. Fohrmann-W. Vosskamp (éds.), Wissenschaft und Nation. Zur Entstehungsgeschichte der deutschen Literaturwissenschaft, Munich-Paderbon.

2 Voir « La genèse du système moderne des disciplines scientifiques », et Stichweh 1984.

3 Voir la description d’une situation de ce type dans Kraus 1978, p. 63, qui cite l’exemple des membres extérieurs de l’Académie de Bavière, au xviiie siècle, qui vivent à la campagne, exercent une profession.

4 Pour Albrecht v. Haller, le véritable intérêt des Académies est d’avoir assigné à chacun une petite partie des sciences seulement (lettre du 20.4.1775 dans : Briefwechsel zwischen… 1899, p. 84).

5 Ampère 1856, p. 95.

6 Wundt 1889, p. 28.

7 Le dernier argument est avancé par Weise 1685, p. 23, qui se réfère pour sa part à un auteur français.

8 Moser 1743, pp. 130 s.

9 Cf., pour le moment, sur ce thème Stichweh 1987, II, 3, et 1987 a, II, 4.

10 Seckendorff 1655, p. 330, note déjà à quel point l’inclination de l’enfant ainsi que les « circonstances et les occasions » déterminent en Allemagne l’éducation donnée à l’enfant. Fichte préfère par la suite la notion de profession à l’idée d’une classe professionnelle, parce que c’est à la première que s’associe l’idée de liberté — cf. LaVopa 1986, p. 256. Pour la notion de « profession », voir Conze 1972, pp. 496-503.

11 Sur la sémantique de la « division of labor », voir l’ouvrage instructif de Gelfand 1976, en particulier pp. 531-535.

12 Ainsi, par exemple, Rolland d’Erceville 1768, pp. 114-118.

13 Voir les exemples que donne Osterloh 1970, en particulier pp. 43 et 98 (Sonnenfels/Wolff), et cf. Stichweh 1987a, II, 5.

14 Hume 1748, p. 13. L’évaluation devait se renverser un peu plus tard, et, par la suite, les classifications binaires de l’histoire naturelle prennent valeur de paradigme pour la description de la diversité de la diversité des domaines scientifiques.

15 Voir Huarte 1752 (datant en fait de 1575), qui a pour sa part influencé Bacon (pour la réception allemande de Huarte, cf. Franzbach 1968 et Kühlmann 1982, pp. 340 s.).

16 Cf. D’Alembert 1751, p. 100.

17 Cf. pour plus de détails, « La genèse du système moderne des disciplines scientifiques », pp. 6-18.

18 Voir, par exemple, Wolff 1735, pp. 598 ss.

19 Voir, par exemple, Huarte 1752 dans « L’auteur au lecteur » (sans pagination) : « dans la mesure où le génie humain est aussi faible et limité, et où il n’est pas disposé à plus d’une seule chose, j’ai toujours cru qu’aucun homme ne peut parvenir à la perfection dans deux arts, sans faillir dans l’un d’eux » (c’est Huarte qui souligne).

20 Stewart 1815, p. 9. On trouve les mêmes objections chez Bentham 1816, p. 74, qui présente en outre (pp. 74-76) une liste de dix-sept facultés de l’entendement pour faire chanceler l’argument de ce côté aussi. Cf. également Wundt 1889, p. 6.

21 Bentham 1816, pp. 102 ss.

22 J’ai souligné (1984, pp. 14-31 et passim = « La genèse du système moderne des disciplines scientifiques ») à quel point elle adviendra de façon empirique — grâce à la réalité d’une science comme la physique expérimentale.

23 Ainsi, par exemple, Jäsche 1816, pp. 1 ss., à la différence du même Jäsche 1795, pp. 332 ss.

24 Voir Krug 1805, pp. 23 s.

25 Cf. McRae 1961, pp. 128 s.

26 Fabri 1808, p 52.

27 Witte 1794, p. 26 (je souligne, R.S.). Cf. aussi Friedländer 1844, p. 48, qui considère la « liberté de l’esprit » comme le point de départ de toute science et qui pose ensuite la question du rapport que les sciences entretiennent : « Que les sciences particulières soient très étroitement unies entre elles, aucun homme sensé n’en disconviendra. La limite de l’une constitue le commencement de l’autre. On peut d’autant moins parler d’un rapport hiérarchique entre elles qu’une mission commune leur est dévolue, la perfection au dedans et au dehors, mission quelles s’efforcent bien sûr de remplir à leur manière ». En revanche, cf. encore Jäsche 1795, pp. 328 s., qui se propose de définir les limites d’une science pour clarifier le problème de son rang.

28 Burdach 1809, p. 8 (je souligne R.S.).

29 Cf. Herder 1774 ; 1785. Voir, sur Herder, Vierhaus 1972, pp. 15 ss.

30 Cf. par exemple, Jäsche 1816, pp. 1-16, à propos de l’« unité d’une racine de la connaissance » et de « Bildung visant à l’humanité », considérées comme les principes de l’unité des sciences.

31 Ainsi, par exemple, Wuncherer 1813, pp. 14 s. : « le mot répété, tel l’écho sur la paroi rocheuse, se brisera sur la roche opposée, et se perdra sans laisser la trace reconnaissable d’un quelconque effet ».

32 Voir, par exemple, Thilo 1809 : il déduit de la liberté effective qui s’instaure entre l’enseignement de l’Université et l’étudiant et qui est avant tout une liberté académique, le besoin d’une théorie de la conférence académique et d’une doctrine sur l’art de l’exposé, lesquelles doivent aider à pouvoir « suppléer à la perte de l’autorité physique par le gain d’une libre influence sur l’esprit » (pp. 20 s.).

33 Cf. Stichweh 1987 et Rosenkranz 1844, en particulier p. 740.

34 Voir sur l’individualité : Luhmann 1981, en particulier pp. 146 ss., 248 ss., 248 ss. ; 1982 ; Dumont 1983 ; 1985.

35 Herder 1767, p. 162.

36 Voir Semsdorf 1971, p. 26.

37 Eck 1908, p. 39.

38 Pour les présuppositions, cf. Leventhal 1986, p. 252.

39 Schiller 1795, pp. 15 s., qui considère cependant que cela n’existe plus dans son temps, et qui ne perçoit plus guère que des « fragments » là ou l’hellénisme produisait encore des « mélanges modifiés ». Il diagnostique en toute logique que, à l’heure actuelle, des individus particuliers sont spécialisés dans des facultés de l’âme particulières.

40 Monologen 1800, p. 40, citée d’après Eck 1908, p. 35.

41 On peut être tenté de percevoir ici l’anticipation d’une théorie système/environnement, de même que la théorie de la Bildung peut être décrite du point de vue selon lequel elle tient compte de la chose suivant toutes les implications d’une théorie de l’autopoiesis.

42 Friedländer 1847, p. 49.

43 Cf. pour le rapport entre la physique et l’image du monde, Stichweh 1990a, Section VI.

44 Bentham 1816, p. 73 — avant le concept de champ proposé par la physique. Cf. aussi la théorie ondulatoire de Carl Stumpf : « Les objets des sciences ne se présentent pas comme des cercles concentriques autour d’un centre unique, mais ils forment plusieurs systèmes ondulatoires qui se recoupent en partant de centre autonomes » (Stumpf 1907, p. 88).

45 Humboldt 1792, p. 22. Voir sur ce point, et, en général, sur « la Bildung et la division du travail », Pascal 1962.

46 Schiller 1789, p. 260.

47 Sybel 1868, p. 45.

48 Schlegel 1790, p. 4.

49 Cf. l’exemple de la « critique conjecturale » chez Turner 1983, p. 475.

50 Friedländer 1847, p. 49.

Notes de fin

a Sur Bildung, voir « La genèse du système moderne des disciplines scientifiques,, note a (N.d.t.).

b On traduit ainsi l’allemand Stand Le terme de « classe » serait anachronique pour cette période (N.d.t.).

c « Sinnenkenntnisse » / « Vernunfter kenntnisse ». Stichweh souligne la distinction que fait l’allemand entre Kenntnis et Erkenntnis, le second terme désignant plus spécialement la connaissance conceptuelle (N.d.t.).

© Presses universitaires du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search