Version classiqueVersion mobile

Études sur la genèse du système scientifique moderne

 | 
Rudolf Stichweh

I. La genèse du système moderne des disciplines scientifiques

Note de l’éditeur

Le texte ici traduit constitue le chapitre I du livre publié par R. Stichweh en 1984 : Zur Entstehung des modernen Systems wissenschaftlicher Disziplinen. Physik in Deutschland, 1740-1890, Francfort sur le Main (Suhrkamp).

Texte intégral

1. Classification de la science et disciplines

  • 1 Pour un aperçu de la question, voir Flint 1904 ; Speziali 1973/74, Dierse 1977, Dolby 1979.
  • a On traduira Bildung par « éducation » ; on maintiendra cependant le terme allemand là où est évoqu (...)
  • 2 Voir, pour l’argument, Durkheim 1969, pp. 34-37.

1Depuis Aristote, le philosophe a pour tâche de répartir la totalité du savoir humain de manière à dégager un ordre rationnel de la série et de la hiérarchie des domaines du savoir et à rendre possible un passage réglé de l’un à l’autre1. Il est manifeste qu’une telle entreprise est liée à la question de l’enseignement scolaire ; de fait, on appelle « disciplines » les unités qu’engendre la classification : il s’agit d’un savoir présenté sous une forme qui peut s’enseigner. Les principes de classification varient avec la forme que prend l’institutionalisation sociale de l’éducation (Bildung)a : des sociétés comme celle de l’Antiquité grecque, dans laquelle plusieurs maîtres, sans qu’aucun lien les unisse, enseignent à un seul et même élève, mettront l’accent sur le caractère distinct et irréductible des matières particulières. Une fois que l’on rassemble plusieurs maîtres avec leurs élèves dans une institution telle que l’école, les passages et les interrelations ont toutes chances de devenir visibles2. Mais en outre l’école, qui exige une organisation fixe des cours et des matières, favorise naturellement dans une large mesure la stabilité des délimitations des domaines.

  • 3 Voir Schmid 1788 ; Selle 1937, pp. 138 s., 358 ; Dierse 1977, notamment pp. 73-78 pour Göttingen.

2Les périodes où s’intensifient les réformes de l’Ecole et de l’Université voient également s’intensifier le travail de classification du savoir et des sciences. L’humanisme de la Renaissance en donne un bon exemple, ainsi que l’Université allemande de la seconde moitié du dix-huitième siècle. Celle-ci réagit au nombre croissant des domaines d’enseignement en organisant une instruction encyclopédique3 dont la fonction est propédeutique et que reflète, dans la production éditoriale, une multiplicité de traités encyclopédiques avec les classifications des sciences qui leur sont liées.

  • 4 Par Allemagne on entend le plus souvent dans ce qui suit le territoire du troisième Reich. Il est (...)
  • 5 Voir Flint 1904, pp. 141 ss.
  • b On maintiendra le terme allemand « Gymnasium » : le Gymnasium est une institution qui correspond, (...)

3Bon nombre de ces livres connaissent plusieurs éditions et assurent à leurs auteurs, qui ne sont déjà plus des « philosophes » au sens étroit du terme, mais plutôt des érudits spécialisés ou des spécialistes de l’encyclopédie, une réputation considérable auprès de leurs contemporains. Le grand nom et le caractère exemplaire de l’« Encyclopédie » de Diderot et d’Alembert ne doivent pas dissimuler que ce genre d’ouvrages encyclopédiques qui couvrent les sciences dans leur totalité est beaucoup plus fréquemment publié en Allemagne4 que dans le reste de l’Europe5, pour la bonne raison que, grâce aux Universités, aux Gymnasienb académiques et aux associations érudites, le public associé aux institutions est beaucoup plus important en Allemagne.

  • 6 Flint 1904, p. 153, dénombre en Allemagne, pour la décennie 1806-1816, six grandes tentatives. Voi (...)
  • 7 Voir Dierse 1977, pp. 153-175.
  • 8 Op. cit., pp. 177-207.
  • 9 En partie elle porte également le nom de « connaissance de la science » (Wissenschaftskunde) — voi (...)
  • 10 Cf. aussi Rescher 1978, p. 225.
  • 11 Il y a naturellement aussi un vingtième siècle des tentatives isolées pour poursuivre les intérêts (...)

4Il est intéressant de noter que — après une ultime vague à l’intérieur de l’Ecole kantienne — la période de réforme autour de 1800 ne produit plus guère de littérature comparable. Certes, continuent de paraître des livres analogues à ceux des années 17706. Toutefois les auteurs sont maintenant de troisième ou de quatrième ordre, les livres demeurent inconnus et il est difficile de se les procurer aujourd’hui. L’intérêt pour l’encyclopédie et la classification se réfugie dans les grandes spécialités. Aux encyclopédies philosophiques se substituent, à partir de Hegel, des encyclopédies de la philosophie qui n’intègrent plus les autres sciences que dans leurs points de contact avec la philosophie7. Il existe en outre, en théologie et en droit, de multiples encyclopédies spécialisées dont le but est en partie la propédeutique et en partie la systématisation de la science8. Toutefois, pour ce qui est de l’Allemagne, la tradition de classifications des sciences proprement dite touche à sa fin. Déjà, dans la dernière décennie du dix-huitième siècle, on avait substitué à une organisation des sciences reposant sur un simple agrégat l’idée d’une « connaissance systématique des sciences » qui devait s’intéresser à ce qui est commun à toutes les sciences9. La nouvelle idée que l’on a de l’éducation (Bildung) et de la science après 1800 porte donc en première ligne sur le concept de la « science », non sur la pluralité des sciences. En Angleterre et en France, la tradition de la classification des sciences se poursuit aux dix-neuvième siècle (Comte, Spencer, Cournot, Whewell, Ampère) pour s’éteindre également par la suite, dans la seconde moitié du siècle10. Plus tard, l’intérêt pour la classification est définitivement pris en charge par les bibliothécaires11.

5Deux questions se posent au sociologue qui examine cette évolution. L’une concerne le rapport à la réalité qu’entretiennent les distinctions opérées à des fins classificatrices : dans quel sens peut-on dire qu’il existe dans la science, du seizième au dix-huitième siècle, des disciplines scientifiques autonomes ; quels nouveaux principes d’organisation de la science, à l’aube de sa modernité, brisent ou complètent une orientation prise en fonction des disciplines dont on peut penser qu’elles existaient déjà sous une forme rudimentaire, et comment doit-on penser l’interrelation des diverses sciences avant 1800 ? La réponse à cette question ne pourra être que progressivement développée dans ce qui suit, et elle tentera de mettre en évidence la structure absolument nouvelle du système des disciplines scientifiques qui se déploie pour la première fois au dix-neuvième siècle. Cependant, si l’on anticipe cette réponse, une seconde question se pose immédiatement. Pourquoi la tradition des classifications de la science prend-elle fin justement à un moment où nous pouvons admettre que la différenciation des disciplines scientifiques, considérées comme structure réelle du système social, s’impose effectivement, de sorte que l’on peut vraiment dire de ces classifications qu’elles ont ainsi trouvé, pour la première fois, la réalité qui leur était adéquate ?

  • 12 Cf. également Bahrdt 1971, p. 64 ; Jahn 1978, p. 64.
  • 13 Voir cette comparaison chez Westman 1980, p. 105.

6Quant au rapport que les classifications entretiennent avec la réalité, il faut tout d’abord remarquer que celles-ci visent la plupart du temps une systématisation de la science12. Cependant, une systématisation du savoir ne permet encore de tirer aucune conclusion sur le degré de réalité communicationnelle ou d’autonomie des disciplines distinguées par la classification. Cela apparaît plus clairement si l’on réfléchit au rapport sociogénétique existant entre les classifications de la science et les problèmes de l’enseignement scolaire, par quoi l’on entend ici le besoin d’une présentation et d’une communication du savoir en une séquence organisée. A l’école, chaque professeur enseigne plusieurs matières à des heures différentes, si bien que, dans ses leçons, il isole généralement les différentes matières les unes par rapport aux autres13. En outre, il change de matières en fonction de sa carrière, puisque, jusqu’au début du dix-neuvième siècle, la carrière professionnelle implique souvent une ascension dans la hiérarchie des matières. Il apparaît ici clairement que la structure sociale du corps enseignant ne résulte pas directement d’une organisation cognitive du savoir scolaire et surtout que l’on ne peut pas faire correspondre un domaine de l’enseignement à une identité professionnelle spécifique.

  • 14 Schmid 1777 la range parmi les « sciences mécaniques » au même niveau que la statique, la dynamiqu (...)
  • 15 Une évolution plus rapide et une conception plus abstraite de l’objet de l’« aérométrie » découle, (...)

7Par analogie avec ce modèle, on peut distinguer deux niveaux dans la structure de la science au début de la modernité. Il y a d’abord le niveau des spécialités ou disciplines répertoriées par les classifications en vigueur, auxquelles on peut parfaitement faire correspondre une tradition de problèmes propre, assez lâchement constituée, que tel ou tel érudit adopte et perpétue ici ou là. Ainsi, en Allemagne, depuis le traité de Christian Wolff sur le sujet (1709), l’« aérométrie » s’ajoute fièrement aux disciplines des « mathématiques appliquées »14. Ce qui n’empêche pas de remarquer simultanément que l’on ne sait encore finalement rien d’elle, que l’on n’a guère fait de nouvelle découverte en la matière depuis le baron Wolff, et qu’il lui reste encore à devenir une science à proprement parler15. Comme dans beaucoup d’autres cas, le système naissant des disciplines scientifiques a redéfini ici les limites du domaine et a fait disparaître le champ trop concrètement circonscrit.

  • 16 Rudolph 1977, notamment p. 23, fait quelques remarques à ce propos en prenant l’exemple de la scie (...)
  • 17 Pour citer un exemple : Forbes 1970 a fait remarquer que les tentatives pour considérer Tobias May (...)

8Au-delà de cette multiplicité produite par la classification, nous trouvons — et c’est là le second niveau — la réalité communicationnelle de la science. Elle n’est pas encore organisée au dix-huitième siècle par des liens constitués entre disciplines16. Les hommes de science tracent des voies individuelles à travers l’ensemble non structuré des problématiques possibles. Cela engendre, d’une part, une prééminence de la biographie comme principe d’ordre17 et, d’autre part, une propension à construire un système, c’est-à-dire à essayer de reconstruire individuellement une portion suffisamment grande de la science dans sa totalité. Naturellement, le succès communicationnel de ces systèmes ne peut, dans ces conditions, qu’être réduit, puisque chacun sera tenté d’élaborer son propre système plutôt que de se rallier à une tentative existante.

  • c On choisit de traduire Naturlehre par « doctrine de la nature », mais on rappellera entre parenthè (...)

9Cependant, la plus grande partie peut-être de la production écrite du dix-huitième siècle n’est pas créative de cette manière. L’érudit typique écrit des manuels et des abrégés, mais même ce type de production ne correspond pas à un modèle de discipline. Le professeur d’Université — et la majorité des érudits allemands se trouve dans cette position — est amené à couvrir successivement une pluralité de spécialités avec un abrégé propre à chacune. Le jeune professeur de Göttingen Johann Christian Polycarp Erxleben, par exemple, a eu le temps d’écrire, alors qu’il est mort en 1777, à trente-trois ans, trois manuels, d’histoire naturelle, de chimie et de doctrine de la nature (Naturlehre)c. Les auteurs de manuels se distinguent aussi par des publications spéciales, plus courtes. Toutefois, ces dernières obéissent souvent aux modes du jour et ne dénotent aucune continuité dans l’activité.

10La science de manuel — justement parce qu’elle n’est pas une science de recherche — s’accorde bien, à vrai dire, avec la science des classifications. Elle correspond en général à une ou plusieurs rubriques des classifications suggérées et engrange, comme elles, une masse de savoir ordonnée et statique, qui n’est elle-même aucunement critique. Cela révèle que la science du dix-huitième siècle ne connaît la discipline que comme lieu de sédimentation du savoir assuré, et pas encore comme foyer des efforts réels d’une communauté fondée sur la discipline, unie par une problématique commune.

  • 18 On ne veut naturellement pas dire ici que la genèse du système des disciplines scientifiques n’est (...)
  • 19 Cité d’après Dierse 1977, pp. 142 s., à partir du manuscrit non encore publié du cours de Schlegel
  • 20 Cf. Dolby 1979, p. 168 ; Dierse 1977, pp. 214 s.
  • 21 Voir Bachelard 1953, p. 165.

11Ce constat provisoire laisse supposer que la capacité à informer l’action sociale que peuvent avoir les distinctions de disciplines effectuées sur un mode systématique, et par là-même a posteriori, est encore réduite aux dix-huitième siècle. Il permet aussi de donner une réponse à la deuxième question posée ci-dessus : pourquoi la fin de la tradition correspond-elle précisément à une teneur en réalité accrue des distinctions qu’elle utilise18 ? Ce phénomène est lié de toute évidence à l’intention et à l’exigence qu’ont les classifications de systématiser la science. Tant que le savoir et la science se présentent sous une forme relativement dépourvue d’ordre et de structure, c’est un devoir profitable et impératif que de découvrir un mode d’organisation. D’après la genèse du système des disciplines scientifiques, une classification des sciences serait la simple reduplication d’une structure facilement observable de toute façon dans la réalité. Cela ne récompense pas cependant l’effort de conceptualisation, surtout pas celui du philosophe. Viennent s’ajouter d’autres propriétés du système des disciplines scientifiques qui sapent les prémisses des classifications de la science. Celles-ci s’étaient appliquées à constituer un catalogue historiquement invariable des domaines du savoir, et elles avaient une représentation statique des délimitations entre les domaines du savoir. Les disciplines, en tant que systèmes réels, sont au contraire, sans erreur possible, des unités historiquement variables qui s’associent à d’autres disciplines, dans un système qui les subsume, précisément par des processus d’interrelation dynamique. C’est cette situation nouvelle que décrit August Wilhelm Schlegel en 1803 dans ses « Leçons sur l’Encyclopédie » (Vorlesungen über Encyklopädie)19. Il rappelle tout d’abord la métaphore traditionnelle qui avait élucidé l’expression « tour d’horizon du savoir humain dans sa totalité » grâce aux exemples d’une « carte géographique » (relative invariabilité des frontières) ou de la structure d’un « édifice » (hiérarchie dans la construction). Il existe pourtant, selon lui, une meilleure allégorie, celle de l’« organisme biologique » ou de l’« organisation », « qui par elle-même est simultanément cause et effet ». Schlegel met en évidence l’incessante dynamique interne de l’organisme et remarque pour conclure que tout cela doit « se laisser démontrer de manière suffisamment claire dans l’histoire des sciences ». Il est clair ici que l’on a de plus en plus affaire dans la science à un système autoréférentiel clos, que l’on peut encore observer mais qu’il n’est plus possible d’organiser par des interventions externes — fussent-elles philosophiques. La différenciation des disciplines n’apparaît alors nullement comme le début d’une fragmentation et d’une perte d’organisation. Elle est bien plutôt un mécanisme d’auto-organisation du système qui se substitue aux interventions ordonnatrices externes. Le rythme accéléré de la croissance scientifique et de la différenciation de sous-disciplines finit par distancer, au sortir du dix-neuvième siècle, les ultimes classifications de la science20 tout en impliquant aussi que la masse du savoir est plus souvent réorganisée dans des perspectives toujours nouvelles21, et que, dans ce sens, l’activation du savoir devient plus vraisemblable.

12Il faut de toute évidence imputer le destin différent que connaît la tradition des classifications de la science dans les grandes nations scientifiques du dix-neuvième siècle aux décalages de phases auxquels est confrontée la mise en place de la différenciation des disciplines. On comprend ainsi pourquoi Whewell et Spencer trouvent encore très tard dans le dix-neuvième siècle quelque résonance en Angleterre et pourquoi la France connaît des classifications de la science très influentes jusqu’en 1850. Il existe de semblables décalages de phases entre les grandes catégories scientifiques. Les sciences professionnelles (la théologie, le droit), avec leur degré réduit d’intégration théorique, cultivent encore longtemps un intérêt encyclopédique, tandis que dans les sciences naturelles, qui sont rapidement devenues des disciplines stables, de semblables efforts perdent vite toute signification.

2. Hiérarchies

  • 22 Ces réflexions sont suscitées par les travaux de N. Luhmann dans lesquels il explicite l’importanc (...)

13La relative insignifiance des disciplines — présentes dans les classifications de la science — pour la science du dix-huitième siècle nous amène à chercher d’autres principes organisateurs de cette structure dont la dissolution a donné naissance au système moderne des disciplines scientifiques. Etant donné la forme encore largement hiérarchique de la société du dix-huitième siècle, toujours divisée en états, il va de soi qu’il faut examiner de plus près l’importance qu’ont également les hiérarchies pour l’organisation du monde intellectuel22. L’intérêt principal en est que le système moderne des disciplines scientifiques trouve dans le principe de juxtaposition des disciplines autonomes une structure de base non hiérarchique. On est donc, semble-t-il, en droit de supposer qu’avec le problème de la dissolution des hiérarchies et des interventions centralisatrices, s’effectuait une percée qui allait permettre aux disciplines de se différencier.

14Un rapide coup d’œil suffit déjà pour percevoir une pluralité de hiérarchies et de dichotomies asymétriques dans leur conception. Nous en examinerons ici deux plus en détail : la hiérarchie des formes du savoir, constituée par la distinction des connaissances historique, philosophique et mathématique, d’une part, et, de l’autre, la classique hiérarchie des facultés et son importance pour le monde scientifique du dix-huitième siècle.

  • 23 Cf. pour ce qui suit, Wolff 1713, 1732, 1735 ; Stiebritz 1741 ; Lüthje 1925 ; Tonelli 1959 ; Arndt (...)
  • 24 Il s’est naturellement trouvé des reprises tardives. Windelband 1894 en est un exemple intéressant

15La triade de l’histoire (Historie), de la philosophie et des mathématiques a été codifiée, pour la pensée allemande du dix-huitième siècle, par Christian Wolff et certains de ses disciples23. La répartition de tout le savoir humain ici à l’œuvre est, dans la seconde moitié du siècle, une structure organisatrice de la pensée et de la représentation, au moins en ce qui concerne la science de la nature, ainsi qu’un constituant stable de la science des manuels ; elle laisse toutefois apparaître, à partir de Kant au plus tard, des symptômes de dissolution, et on l’utilise occasionnellement, de moins en moins fréquemment, jusqu’en 185024.

  • 25 Voir Wolff 1735 : « Nimirum non per objectum materiale, sed formale ego Philosophiam discernere so (...)

16Le caractère spécifique du principe de répartition qui a servi de base est qu’il n’obtient pas une répartition du savoir par une classification des champs, des objets de la connaissance, etc., donc pas par une classification de l’objet de connaissance25. Il s’agit plutôt de distinguer trois modes d’accès ou méthodes différents qui permettent de parvenir au savoir, chacun pouvant être appliqué à la totalité des objets possibles du savoir humain. Les mathématiques ne sont donc pas alors la science des objets et des problèmes mathématiques, mais une méthode universelle de connaissance, capable en principe de s’appliquer à tout objet de la connaissance humaine.

  • 26 Avant-propos de la deuxième édition de la Métaphysique allemande, cité d’après Lüthje 1925, 49.

17Les définitions de l’histoire (Historie) et de la philosophie correspondent à cette conception : l’histoire n’est pas la science de processus diachroniques — cette notion de l’« histoire » (Geschichte) aplanit la différence entre les choses passées et présentes. L’histoire (Historie) a plutôt affaire avec la connaissance des faits ou avec celle de choses particulières (notitia rerum singularium) qu’elle se contente de décrire et d’organiser. La philosophie s’occupe par contre des fondements et des causes des choses. Le but du philosophe est, tel que le formule Wolff, de « pouvoir expliquer tout ce qui lui arrive dans la vie »26. Cependant cela signifie aussi qu’il ne peut exister aucun objet qui ne puisse donner matière à un traitement philosophique.

  • 27 Ici comme dans la suite, nous nous appuyons avant tout sur Seifert 1976.
  • 28 « Car les sciences sont semblables à des pyramides dont l’histoire (Geschichte) et l’expérience pe (...)
  • 29 Cf. Wolff 1732, § 792.
  • 30 Voir, par exemple, Stiebritz 1741 : « La différence entre connaissance historique et philosophique (...)

18Le rapport qu’entretiennent entre elles les trois activités de la connaissance est important. Pour le clarifier, il faut partir du fait que la tradition européenne de la notion de scientia ne réserve aucune place à la connaissance empirique27. La conséquence directe en est que les différents modes de connaissance des faits sont avant tout définis par leur opposition à la connaissance rationnelle, comprise seule comme « science », et qu’ils sont donc regroupés sous le collectif imprécis d’« Historie ». La fonction de l’histoire (Historie) par rapport à la scientia est tout d’abord obscure. Francis Bacon exprime à ce stade une position qui ouvre des perspectives : certes il exclut encore, lui aussi, l’Historie de la notion de science, mais il la conçoit comme fondement de la science et considère que rien ne peut la remplacer à cette fonction28. La même constellation revient chez Wolff : le concept de science est réservé à la philosophie29 — et aux mathématiques ; l’Historie est tenue pour irremplaçable en tant que fonde ment de la philosophie et, dans le même temps, l’accent est toujours mis sur la prééminence qualitative de la philosophie30.

  • 31 La notion d’un « mode d’enseignement mathématique » renvoie à la clarté des concepts, à l’exactitu (...)
  • 32 Voir, pour la doctrine de la nature (Naturlehre), la polémique contre Descartes et son identificat (...)
  • 33 Voir Wolff 1713, rapport préliminaire et § 16, p. 120 ; 1735, Sectio II § 14-18, ici surtout p. 17 (...)
  • 34 Gralath 1747a, § 30, 533 (je souligne R.S.).

19Le rapport entre la philosophie et les mathématiques est construit de manière beaucoup plus symétrique. Cela, chez Wolff, s’explique sans doute de la manière suivante : la philosophie est susceptible d’un « mode d’enseignement mathématique »31, la réalité, en outre, est supposée partiellement irréductible aux concepts mathématiques32, ce qui augmente la valeur propre de la philosophie. Cependant, ici aussi, un ordre de prééminence est toujours postulé : les mathématiques, au sens spécifique d’une « science des grandeurs » et de la mesure de la grandeur de tous les objets de connaissance, sont la connaissance la plus parfaite, parce qu’elle offre le plus haut degré de certitude et satisfait au plus haut point l’aspiration humaine vers la connaissance33. Là où est défendue avec conviction la prétention des mathématiques à la supériorité, on trouve souvent aussi un certain scepticisme quant à la valeur d’une méthode philosophique. Un disciple de Wolff, Daniel Gralath, de Danzig, considère, à la fin d’une discussion sur la possibilité de mesurer la force de l’énergie électrique, l’objection suivante : « n’est-il pas trop tôt pour mesurer les forces de l’électricité et pour en exiger une connaissance mathématique, alors que la connaissance philosophique n’est pas encore très avancée dans ce domaine et que la cause réelle de l’électricité ne peut encore être comptée parmi les vérités arrêtées ? ». Gralath rejette l’objection parce que « les expériences communes et la connaissance historique constituent la base de la connaissance mathématique, et que… l’on peut en plus se passer très souvent de la connaissance philosophique, que même… l’on ne parvient assez souvent à la seconde que lorsqu’on est déjà maître de la première »34.

  • 35 Nous supposons ainsi qu’un rapport concret à l’objet est souvent important au début en tant qu’il (...)
  • 36 Un auteur français en donne une formulation dans un contexte un peu différent : « C’est toujours l (...)

20Le modèle d’une différenciation des activités de la connaissance humaine ici esquissé est fondamentalement distinct d’une différenciation des disciplines. Celle-ci offre un exemple de différenciation horizontale, en ce sens que les discontinuités qui sont perçues dans les rapports d’interdépendance ont pour fonction de déclencher la formation de disciplines autonomes autour de secteurs du réel particuliers35. On n’a pas besoin, pour formuler le concept et la problématique d’une discipline, de la référence à la place qu’elle occuperait dans une éventuelle organisation échelonnée des disciplines. La triade de l’Historie, de la philosophie et des mathématiques institutionalise en revanche une différenciation verticale ou hiérarchique des activités de la connaissance. L’ensemble du champ de la connaissance humaine est reconstruit sous trois modes d’appréhension différents36, et aucune des trois activités de la connaissance n’est pleinement définie sans référence aux deux autres. Les trois formes de connaissance constituent une séquence et en même temps une gradation dont la perfection va croissant. Cependant, la connaissance mathématique reste souvent hors d’atteinte : l’accès en est barré aussi bien à une multiplicité de personnes insuffisamment formées qu’à bon nombre de sciences.

21Naturellement, le système wolffien et la tradition qui s’y rattache prévoient et réalisent aussi dans le détail des distinctions de disciplines. Cependant, la délimitation des disciplines entre elles ne fait fonction que de différenciation secondaire du système, et elle est toujours interrompue par les distinctions fondamentales. C’est ainsi que chaque discipline peut se présenter au moins sous deux formes : celle de la connaissance historique aussi bien que celle de la connaissance philosophique. La dualité de la « statistique » en tant que connaissance historique des états et de la « politique » en tant qu’explication des circonstances politiques donne un exemple du dédoublement qui s’opère dans le traitement du même champ.

  • 37 Voir Nösselt 1789, pp. 20 s. ; Sulzer 1778, pp. 5, 8 s. ; et Schmeizel 1728, qui (pp. 70-82) tient(...)
  • 38 Voir, par exemple, Eschenburg 1792, p. 5.
  • 39 Voir Kambartel 1968, p. 85.

22La hiérarchie de l’Historie, de la philosophie et des mathématiques présente d’intéressantes corrélations avec d’autres dichotomies conçues de manière asymétrique ; avec la dichotomie érudition vs science par exemple. L’« érudition » fonctionne avant tout comme un concept englobant toutes les formes de la connaissance qui se transmettent par écrit. La science, c’est-à-dire la connaissance philosophique et mathématique, constitue alors une partie de l’érudition37. Dans la seconde moitié du dix-huitième siècle, la différenciation de l’érudition et de la science suit la ligne de démarcation entre l’Historie et la philosophie38. L’érudition ne recouvre guère plus alors que la connaissance historique et peut, plus tard, être dévalorisée avec elle. Parallèlement au processus de dévalorisation de l’Historie et de l’érudition, le concept de science arrive à un niveau d’abstraction qui lui permet d’inclure également des matières classiques de la connaissance érudite, relevant par exemple du domaine des « sciences de l’esprit » (Geisteswissenschaft). Celles-ci doivent alors se légitimer comme formes véritables de la connaissance philosophique (la connaissance des causes), ce qui amène par exemple la science historique et la réflexion qu’elle mène sur soi à séparer, selon une distinction de valeur, l’« authentiquement historique » (echt Geschichtliches) (c’est-à-dire de nouveau le savoir des fondements et des causes) du « simplement historique » (bloss Historisches)39.

  • 40 Voir Eschenburg 1792, p. 3 ; Nösselt 1789, pp. 10 s. Sur le statut de la chimie en tant quart, voi (...)
  • 41 « Une Historie de ce type est un tableau dans lequel tout est disposé de telle manière qu’un tout (...)
  • 42 Cf., sur ce point, Kristeller 1965 ; Abrams 1981.
  • 43 Sur les structures-codes des systèmes sociaux modernes et leur importance pour la différenciation (...)

23Des tendances aux corrélations similaires existent pour la dichotomie science vs art. Celle-ci est souvent conçue au dix-huitième siècle encore comme une opposition de la connaissance théorique et de l’adresse pratique40. Dans la perspective d’une adresse pratique, les « beaux-arts » aussi bien que la chimie peuvent appartenir à la même catégorie. Comme l’opposition science vs érudition, cette dichotomie est construite de manière asymétrique, puisque l’on donne la préférence à la science. On est en outre amené à projeter aussi cette dichotomie sur la différence entre philosophie et Historie et à ranger par conséquent l’Historie, considérée sous le point de vue de l’habileté, dans l’ordre du matériau empirique41. Pour la science historique (au sens moderne du terme), il y a là une possibilité d’auto-interprétation qui est encore volontiers soutenue aujourd’hui là où l’on croit devoir s’opposer aux tentatives avancées de la scientifisation. Un plaidoyer pour une intégration de la science historique parmi les beaux-arts ne possède toutefois à l’heure actuelle que des chances réduites. Cette option est exclue lorsque s’élabore la différenciation, achevée à la fin du dix-huitième siècle, d’un système des beaux-arts42. La différenciation de l’art et la genèse du système des disciplines scientifiques redonnent une symétrie au rapport de la science et de l’art. Les jugements de valeur incommensurables que sont la beauté et la vérité se substituent à la hiérarchie de l’adresse pratique et de la connaissance théorique. Des asymétries sont réintroduites dans les systèmes — en tant que structures-codes dichotomiques (beau/laid ; vrai/faux) où est ménagée une préférence pour la transformation d’une partie en son opposé43.

24Ce ne sont pour le moment que des ébauches d’anticipations, mais elles peuvent donner un premier aperçu de la portée des réarrangements conceptuels qui se dessinent à l’aube du dix-neuvième siècle. Nous devons à présent nous intéresser de plus près aux tendances à la dissolution qui se manifestent dans la hiérarchie Historie, philosophie, mathématiques. Comme elle fait fonction de différenciation primaire du système du savoir et qu’elle bloque le déploiement de la différenciation des disciplines, qui demeure jusque là un modèle de différenciation secondaire, on est amené à analyser les instabilités dans la hiérarchie du savoir pour les possibilités qu’elles offrent d’une différenciation progressive des disciplines.

25Peut-être est-il important de se rappeler tout d’abord qu’il ne s’agit pas ici de processus qui touchent exclusivement la sémantique ou l’histoire du concept. Les théories sur la cohérence et la répartition de la connaissance humaine — dans la mesure où elles remportent un succès communicationnel et où elles sont partagées par suffisamment de gens intéressés à la communication savante — tiennent lieu de prémisses, c’est-à-dire de conditions alors non problématiques d’une plus large communication. C’est précisément en cette qualité de prémisses d’un processus scientifique consistant en communications qu’elles forment les structures du système social de la science. A cela on doit ajouter une seconde remarque : nous nous préoccupons ici en priorité des processus de différenciation structurelle. Cependant, la théorie sociologique de la différenciation vise un niveau conceptuel qui englobe la distinction entre sémantique et structure sociale. La différenciation d’un système social n’est possible que comme différenciation de sa structure sociale et de sa sémantique. L’analyse des développements préalables, de l’absence de concomitances et des interdépendances entre ces deux niveaux ne gagne son juste profil qu’à l’horizon de cette présupposition.

  • 44 Eberhard, J.-A., 1778, p. 23. Pp. 33-38, il explique pourquoi la doctrine de la nature (Naturlehre (...)
  • 45 Karsten 1786, pp. 129 et 130.
  • 46 On retrouve le même motif cent ans plus tard dans la résistance largement répandue qu’opposent les (...)
  • 47 Wundt 1945, pp. 289-292. On connaît aussi le scepticisme qui s’est par la suite manifesté à l’égar (...)

26Le processus de dissolution de la triade classique dépend de transformations qui affectent les trois domaines. Les impulsions les plus fortes viennent cependant de la philosophie. Celle-ci — en position intermédiaire — tend la première à inclure tout le savoir et se trouve par conséquent exposée à une pression très intense qui l’entraîne vers une différenciation interne. On observe une tendance à circonscrire un concept plus étroit de la philosophie, concept dont on disposait déjà comme sens second. Ainsi, J.A. Eberhard, à Halle, postule dans une leçon inaugurale de philosophie, qui a valeur de programme, qu’à l’avenir « seule la science des vérités intelligibles nécessaires » devra porter le nom de ‘philosophie’44. Pour la partie de la philosophie d’alors qui se ramène à la connaissance du sensible, cela signifiait une situation dans laquelle elle aurait un statut scientifique indéfini et une idée d’elle-même à peine formulée. La protestation du collège d’Eberhard à Halle, le mathématicien W.J.G. Karsten, est significative. Ce dernier renvoie à l’usage du terme par les Anglais, qui « n’emploient le mot ‘philosophie’ pratiquement dans aucun autre sens que dans celui, particulier, où il désigne la mathesis et la physique », et il revendique pour la doctrine de la nature (Naturlehre), en se référant au critère traditionnel de la possession de la connaissance des causes, « le rang d’une science philosophique »45. Les futurs problèmes de statut qui vont se poser aux sciences naturelles et aux sciences particulières en général sont ici directement abordés46. Simultanément, on rencontre cependant déjà dans le système universitaire allemand un ordre de préférence exactement inverse. Dans le climat pragmatique de l’université réformée de Göttingen, les sciences particulières sont à ce point dominantes que la philosophie telle que l’a par exemple définie Eberhard ne trouve guère de place et que, comme l’a observé M. Wundt, même les représentants désignés de la discipline (S.C. Hollmann et C. Meiners en sont des exemples caractéristiques), dès qu’ils sont à Göttingen, s’appliquent avant à l’étude des sciences particulières47.

  • 48 Pour le rapport de la science naturelle philosophique (Naturlehre) et des mathématiques, voir R. S (...)

27Notre intention n’est pas de considérer dans ce qui suit le système d’influences complexe ébauché ici dans sa totalité, mais nous choisirons plutôt le domaine plus étroitement jalonné de l’histoire naturelle (Naturgeschichte) et de la doctrine de la nature (Naturlehre), pour mettre en lumière, grâce à cet exemple, l’instabilité croissante des distinctions classiques48.

  • 49 L’extension du concept de ‘nature’ ressort par exemple de la classification de l’« histoire » élab (...)
  • 50 Voir sur ce point Heibron 1979, pp. 9 s. Il est important, ici et dans ce qui suit, de souligner q (...)

28Histoire naturelle et doctrine de la nature reproduisent dans le domaine de la nature la différence entre histoire et philosophie49. D’un point de vue méthodologique, la distinction que l’on établit entre elles est interprétée grâce aux paradigmes description/observation vs explication. D’emblée, la capacité d’intégration de la physique expérimentale, qui passe, au début du dix-huitième siècle environ, de la tradition de la Magia Naturalis aux traités de Physica, est problématique pour ce schéma50.

  • 51 Voir Schmeizel 1728, pp. 251 ss.

29On essaie encore au début d’éliminer les problèmes qui apparaissent ici en rattachant les expériences à l’Historia Artificialis, en les comprenant donc comme des produits de l’art qui ne donnent aucun éclaircissement sur la nature des choses51. Des évaluations de ce type sont encore bien représentées jusqu’à Goethe, mais, au dix-huitième siècle déjà, elles n’ont plus guère influencé l’évolution de la science naturelle.

  • 52 Le traducteur allemand (cf. Priestley 1772, p. XV) rend ici l’expression, en en altérant le sens, (...)

30La physique expérimentale fait problème pour l’histoire naturelle, parce que celle-ci, en vertu de la stricte séparation établie entre connaissance des faits et recherche des causes, doit s’en tenir à une conception passive et réceptive de l’empirisme. Cependant, une physique expérimentale dont le principe méthodologique est la variation des conditions de l’expérience ne se prête pas à cette compréhension de l’empirisme ; elle est en principe une recherche empirique des causes, puisqu’elle peut éliminer des causes supposées ou les réintroduire dans des systèmes d’influences et qu’elle permet ainsi de donner à des problèmes d’explication une forme que l’on peut résoudre de manière expérimentale. Une conception de la philosophie selon laquelle la Ratio est seule compétente pour découvrir les fondements et les causes des phénomènes devient par conséquent suspecte. Une telle idée de la philosophie est contrecarrée, dans la perspective de la nouvelle physique expérimentale, par une conception exigeante de la physique comme philosophie expérimentale volontiers en usage, surtout en Angleterre. Un auteur comme Priestley parle même — dans le contexte d’une polémique contre la connaissance livresque — de « philosophical instrument », liant par là la capacité de connaître les causes à l’appareillage instrumental du naturaliste, non à sa Ratio52.

  • 53 Même C. Wolff y voit une des fonctions de la physique expérimentale, qu’il comprend toutefois dans (...)

31De quelles possibilités la systématique traditionnelle dispose-t-elle pour intégrer la physique expérimentale sans pour autant abandonner les distinctions fondamentales ? Une option, qui s’accorde bien au dix-huitième siècle avec l’enseignement académique et la présentation publique, destinée à une large audience, de la physique expérimentale, est d’interpréter celle-ci essentiellement comme un instrument didactique servant à communiquer clairement des théories philosophiques et mathématiques abstraites. Cette compréhension doit vraisemblablement son origine au processus de vulgarisation de la théorie newtonienne et à la tradition de manuels qu’elle produit — aux Pays-Bas et en Angleterre. L’idée directrice plausible, après Newton, est que, pour la plupart des intéressés, les théories philosophiques et mathématiques ne sont pas compréhensibles dans leur structure d’argumentation propre, si bien qu’il faut se limiter à citer les résultats des recherches et à les illustrer et les expliquer ensuite grâce à des expériences qui suppléent la démonstration véritablement requise. Dans les termes de l’époque, il s’agit d’une appropriation historique des doctrines mathématiques et philosophiques53. La physique expérimentale occupe dans cette perspective une position intermédiaire entre l’Historie et la philosophie. Son action spécifique est de permettre de ramener la loi universelle que la philosophie a reconnue sur la base de faits historiques au niveau de l’évidence du cas particulier.

  • 54 Kants Vorlesungen, vol. 1 : Vorlesungen über Logik (Gesammelte Schriften 24), 1966, p. 343, cité d (...)

32Il existe une deuxième possibilité de réaction au fait de la physique expérimentale, purement formelle celle-là, qui tente de diviser rigoureusement la physique expérimentale en deux parties touchant respectivement à l’Historie et à la philosophie et qui perd alors de vue la cohérence méthodologique de la physique expérimentale et la nouveauté méthodologique que représente une recherche empirique des causes. On rencontre à l’occasion une telle position même chez Kant, dans une des Leçons sur la logique : « La physique expérimentale est historique, car elle remonte à des cas particuliers. Cependant, sitôt qu’on l’explique grâce à des propositions universelles, elle devient rationnelle »54.

  • 55 Voir, pour des exemples, Eberhard 1787, pp. 10 s. ; Winkler 1754, pp. 2 s. ; Karsten, W.-J.-G., 17 (...)
  • 56 Voir Winkler 1744, 1745, 1746.
  • 57 Au lieu de cette différence, c’est la distinction entre « doctrine de la nature générale » et « pa (...)

33Toutefois, on tient là plutôt la position de quelqu’un qui ne s’intéresse au problème que de façon marginale. En fin de compte s’est imposée une troisième variante interprétative qui permet un contact plus étroit avec la réalité d’une pratique expérimentale exercée sur le mode typique de l’exploration. A l’intérieur de la doctrine de la nature (Naturlehre) comprise comme science naturelle philosophique, elle oppose deux parties entre lesquelles existent un rapport de complémentarité : la physique théorique (dogmatique, rationnelle) et la physique expérimentale (physique empirique, pratique)55. Cette distinction est le plus souvent présentée d’entrée dans les manuels de doctrine de la nature. Contrairement à la distinction entre Historie et philosophie, qui conduit souvent, au milieu du siècle, à diviser les traités de sciences naturelles en une partie « historique » et une partie « physique »56, cette nouvelle différence n’est cependant pas utilisée pour organiser l’exposé, si bien que sont entrelacées dans celui-ci thèses, observations et expériences57.

34Cette opposition d’une partie expérimentale et d’une partie théorique dans la doctrine de la nature (Naturlehre), qui ne se distingue sans doute pas de la première variante interprétative dans la réalité de l’enseignement, mais qui tend à s’en différencier dans l’évaluation de l’importance qu’a l’expérience pour l’« extension » (Erweiterung) de la doctrine de la nature, a des conséquences intéressantes pour le rapport entre l’histoire naturelle et la doctrine de la nature.

  • 58 Eschenburg 1792, p. 171, par exemple, fonde la prééminence accordée à la doctrine de la nature vis (...)

35Avec la physique expérimentale, la doctrine de la nature dispose désormais de sa propre expérience. C’est ainsi que se résout le rapport de complémentarité entre l’histoire naturelle et la doctrine de la nature. Grâce à la physique expérimentale, de nouveaux phénomènes, jusque-là pas ou peu connus, entrent, selon une progression rapide, dans l’horizon d’intérêt propre à la doctrine de la nature. Ces nouveaux champs phénoménaux, comme, par exemple, les espèces d’air, les impondérables (chaleur, électricité, magnétisme, lumière), les mélanges et les combinaisons « chimiques », etc., ne sont plus l’objet de la connaissance propre à l’histoire naturelle, et ils ne se laissent ranger ni sous les trois règnes naturels (minéral, végétal, animal), qui constituaient le centre classique de l’histoire naturelle, ni sous les autres systèmes de savoir descriptifs qui étaient familiers, comme par exemple la « géographie physique » et la « météorologie ». Cela accentue l’asymétrie entre l’histoire naturelle et la doctrine de la nature, puisque l’histoire naturelle ne forme plus la base de la doctrine de la nature qu’à des égards très spécifiques58.

  • 59 Widenmann 1793.
  • 60 Voir Link 1797, pp. 20-22 ; 1798, pp. 36 s. et 41.

36Il existe des propositions, tardives et isolées, destinées à rétablir une symétrie qui doit maintenir la dualité classique de la description et de l’explication dans sa fonction de différenciation primaire de la science. Widenmann veut augmenter l’histoire naturelle d’un quatrième règne qui puisse accueillir la multiplicité de phénomènes nouvellement découverts59. Il lui donne le nom de « règne atmosphérique » et appelle les corps qui en font partie des « atmosphériaux ». Etant donné qu’il veut ranger parmi ces derniers des substances aussi hétérogènes que l’eau, les espèces d’air, le calorique et la matière lumineuse, l’insuccès de la proposition n’a rien d’étonnant. De manière analogue, H.F. Link (1797-8) plaide pour que l’on rétablisse la physique (ou doctrine de la nature) comme une science purement théorique60. Cette vision des choses exige que tous les contenus descriptifs disséminés dans la physique et la chimie soient réunis en un « système physico-chimique » et que celui-ci soit détaché de la doctrine de la nature pour s’ajouter aux disciplines classiques de l’histoire naturelle, qui porte très souvent le nom, dès cette époque, de « description de la nature » (Naturbeschreibung).

  • 61 Erxleben 1775, Préface ; on trouve des considérations analogues déjà dans ses Anfangsgründen der N (...)

37Cette conception reste elle aussi sans écho. Face à cette évolution irréversible, l’histoire naturelle n’a plus pour seule possibilité que d’abandonner sa prétention à une pertinence universelle. On est ainsi amené à une nouvelle compréhension de l’histoire naturelle, telle que la formule très tôt (1775) J.C.P. Erxleben : « A mon sens, l’histoire naturelle est précisément ce que l’on appelle aussi d’ordinaire physique spéciale des trois règnes naturels »61.

  • 62 Gehler III, Art. « Naturgeschichte », pp. 312-322, citation, p. 313 ; Art. « Phänomene », p. 455.
  • 63 Voir Kant 1800, pp. 444 s., 499-501 ; trad. fr., pp. 21 s., 77-80.

38C’est une version similaire que soutient J.S.T. Gehler, qui constate que plusieurs domaines de l’expérience (histoire du ciel, géographie physique, substances simples et composants des corps) sont tour à tour éliminés de l’histoire naturelle et qui définit plus spécifiquement celle-ci, dans ce contexte, comme la science des corps composés et individués : « Ces trois règnes naturels (dont font partie les corps ainsi définis, R.S.) constituent donc l’objet de la science que l’on a coutume de nommer histoire naturelle et qui, si l’on associe également la réflexion philosophique avec les connaissances (28) simplement historiques, se mue en une physique spéciale de la terre »62. Cette conception apporte une triple nouveauté. D’une part, l’histoire naturelle est sans nul doute désormais une science. L’intégration de la physique expérimentale dans la doctrine de la nature ne tolère plus un concept de la science qui exclue l’empirisme. A la place de la dualité de l’Historie et de la science rationnelle (rationale Wissenschaft) apparaissent tout au plus des couples antithétiques, formulés à l’intérieur de la science, comme expérience et théorie, connaissance empirique et connaissance des lois, et la distinction kantienne d’un savoir historique (empirique) et d’un savoir rationnel (Vernunftwissen)63.

39La deuxième innovation est la spécificité de l’objet vers lequel on s’oriente. Le champ de l’histoire naturelle ne représente plus désormais qu’une part réduite du domaine expérimental dont disposent les sciences naturelles.

  • 64 Cf. Krug 1797, § 187, p. 51.

40Troisièmement enfin, la science de l’explication (« la réflexion philosophique ») peut, pour la première fois, faire partie de l’histoire naturelle. Celle-ci, si elle doit renoncer à une pertinence universelle, dispose en principe désormais, en contrepartie pour ainsi dire, de tous les moyens méthodologiques. Le rapide accroissement des variantes connues dans les trois règnes naturels, qui discrédite l’idéal d’une description intégrale, contraint dès lors l’histoire naturelle à l’abstraction « philosophique »64.

  • 65 La division du travail faisait partie des arguments avancés pour séparer l’histoire et la philosop (...)
  • 66 Par exemple, le degré réduit de mathématisation que peut atteindre la chimie a une grande influenc (...)

41L’histoire naturelle ne fait donc plus fonction de base dans une hiérarchie du savoir. Dorénavant les disciplines de l’histoire naturelle voisinent avec une doctrine de la nature, elle aussi empirique maintenant, que le seul fait d’avoir pris son expérience à son propre compte soumet à une pression renforcée qui la pousse à une différenciation interne65. Les disciplines naissantes des sciences naturelles se constituent sur la base d’une spécificité quant à la pertinence et la problématique et d’une universalité potentielle en ce qui concerne les méthodes scientifiques offertes. Quand bien même il existe des différences méthodologiques significatives entre les disciplines, elles découlent, en tant que moments secondaires, de la particularité des objets et de la problématique formulée à leur sujet, mais elles ne servent jamais à déterminer l’identité de la discipline66.

  • 67 Voir déjà Krug 1796, qui (§ 6, p. 4) refuse explicitement la différence entre connaissance histori (...)
  • 68 Voir par exemple Fries 1813, p. 268, qui, avec l’argument suivant : « car notre science pense en t (...)
  • 69 Voir Stichweh 1984, chap. VII.
  • 70 Parrot 1809, p. 7.
  • 71 Cf. Herschel 1830, p. 221 ; voir aussi, pour la position de l’histoire naturelle, le botaniste gen (...)
  • 72 Voir Stichweh 1984, Chap. VII, 5.

42Avec la percée de la différenciation des disciplines comme différenciation primaire de la science, la distinction entre l’histoire et la philosophie ne disparaît pas sans laisser de traces. Le dix-neuvième siècle la reconstruit partiellement à l’intérieur de l’ancienne doctrine de la nature (Naturlehre) sous la forme de la différence faite entre les sciences descriptives et les sciences de la loi, qui, pour les disciplines issues de la doctrine de la nature, est parfois utilisée comme point de vue classificateur et qui fait dans cette mesure fonction de différenciation secondaire du système des sciences naturelles67. Naturellement, on essaie parfois d’aplanir complètement ces différences — en faisant par exemple remarquer que toute science vise au savoir de la loi68. Cependant, cette conception ne s’impose pas dans la science naturelle tant que la doctrine de la nature n’est pas arrivée au terme du processus qui l’amène à se décomposer en disciplines69. La nouvelle forme du dualisme classique de l’histoire naturelle et de la doctrine de la nature exploitée jusqu’à ce terme trouve sa représentation typique dans un manuel dû au professeur de physique de Dorpat : G.F. Parrot. Parrot distingue les doctrines de la nature théorique et appliquée. La première discipline, qui comprend la physique et la chimie, élabore les lois naturelles au « moyen de l’expérience ainsi que des syllogismes et des calculs qu’elle fonde »70, c’est-à-dire au moyen de la triade méthodologique classique, que l’on intègre dans une discipline. Les lois ainsi produites permettent alors d’expliquer la matière de la description de la nature, ce qui est l’affaire de la doctrine de la nature appliquée. On peut remarquer que les positions respectives du savoir de la loi et du savoir descriptif sont ici renversées par rapport à la conception du dix-huitième siècle. Alors qu’au dix-huitième l’histoire descriptive précède le savoir de la loi, qu’elle est la base sur laquelle celui-ci repose, les sciences descriptives viennent désormais après les sciences de la loi. Elles ne peuvent être judicieusement pratiquées que si le travail explicatif réalisé par les sciences de la loi s’offrent à l’application. La description de la nature n’est plus l’origine à partir de laquelle se constitue la science naturelle, mais le terme d’un effort d’explication mené à bien, le moment où la recherche vient pour ainsi dire prendre du repos dans la compréhension du particulier71. Il est vrai que cet ordre n’est lui aussi que temporaire — l’autonomie que prennent les disciplines des systèmes descriptifs du savoir macroscopiques (météorologie, géographie physique, géophysique) dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle lie plus fortement l’application des propositions d’explication à une instance capable d’une sélectivité auto-contrôlée72.

43Nous nous sommes, dans ce qui précède, appuyé sur un exemple pour présenter la transformation de la hiérarchie prémoderne des formes du savoir en une organisation de la science en disciplines qui, malgré l’asymétrie des rapports d’échange existant entre disciplines, ne peut plus être pensée sous la forme d’un ordre hiérarchique des sciences. L’analyse de la deuxième hiérarchie marquante du monde érudit du dix-huitième siècle, la classification des facultés, peut sans doute nous donner de plus amples éclaircissements sur le processus de la genèse propre au système des disciplines scientifiques.

  • 73 Cette section se concentre sur quelques aspects. Pour plus de détails sur les positions relatives (...)
  • 74 Cf., pour un autre exemple où l’on substitue une organisation judicieuse du point de vue du systèm (...)
  • 75 Wolff 1735, Sectio II, § 7-9, pp. 108-110 ; voir aussi Stiebritz 1741, § 44, pp. 54-58 et Wolff 17 (...)
  • 76 Kant 1798, A3-A43, pp. 279-300, cf. surtout A15, p. 285 et A23, pp. 289 s. ; trad. fr., pp. 813-83 (...)
  • 77 Wolff et Kant reprennent tous deux la vieille image de la philosophie comme servante des facultés (...)
  • 78 Kant 1798, A20-23, pp. 288 s. ; trad. fr„ pp. 823-825.
  • 79 Loc. cit., A42, pp. 299 s. ; trad. fr., p. 836.

44La hiérarchie des facultés, héritée de l’Université médiévale, assigne à la faculté de philosophie ou « faculté des arts » une fonction exclusivement propédeutique, et elle range au-dessus d’elle, dans un ordre ascendant, la médecine, le droit et la théologie, qu’elle tient pour les véritables « sciences de faculté ». Cette hiérarchie, qui jadis était bien, elle aussi, une classification des sciences, est, au dix-huitième siècle, discréditée en théorie, mais consolidée dans l’institution, et elle jouit par conséquent d’une efficacité persistante73. La hiérarchie de l’histoire et de la philosophie, qui ne reconstruit plus le point de vue hiérarchique qu’à l’intérieur de la science, et qui ne reproduit plus en son sein de hiérarchies externes, neutralise théoriquement l’ordre classique des facultés74. On est tenté de conclure, et l’argument se trouve précisément chez Christian Wolff75, que les facultés supérieures ne sont souvent capables que d’une connaissance historique de leurs objets et que seule la philosophie permet d’élever ce savoir au niveau du savoir des causes. Ici s’annonce une conception de la science qui croit trouver plutôt dans la faculté de philosophie l’incarnation institutionnelle de la scientificité. Kant adopte, à la fin du siècle, la structure de l’argument wolffien, mais il en sociologise la justification76. Il voit les facultés supérieures enserrées dans leur doctrine par des normes garanties par l’Etat et trouve dans la faculté de philosophie seule la liberté de soumettre les normes à un contrôle exercé par la raison77. Il accorde, il est vrai, une position intermédiaire à la médecine, qui présenterait une affinité plus grande avec la science que les deux autres facultés78. Kant étend même la revalorisation théorique de la faculté de philosophie jusqu’à projeter un nouveau rapport entre la politique et l’Université. Alors que pour le moment la faculté de philosophie doit son plus grand espace de liberté au fait qu’elle n’est pas, à la différence des facultés supérieures, orientée vers une activité publique qui s’exerce dans l’espace politique, Kant anticipe pour l’avenir un état dans lequel, même pour la politique, la liberté consultative de la faculté de philosophie deviendrait plus importante que la compétence, soumise à une autorité, de la fonction publique formée par les autres facultés79.

  • 80 Brandes 1802, p. 142. Voir par exemple Schmid 1777, p. 249, pour qui l’ordre hiérarchique des facu (...)

45Même si l’on fait le tour des auteurs universitaires d’orientation pragmatique, on trouve au plus tard à la fin du dix-huitième siècle la même constatation. On tient pour dépassé de parler de facultés supérieures et d’une faculté inférieure, si bien qu’Ernst Brandes — à cette époque curateur de facto à l’Université de Göttingen — peut écrire en 1802 : « Aucune tête pensante n’emploiera plus sérieusement ces noms… »80. Mais à quoi ressemble la réalité institutionnelle ? Deux points de vue semblent ici d’une importance fondamentale. Il faut d’abord partir du fait que, pour les étudiants et les universitaires, l’attente est encore déterminée, durant la majeure partie du dix-huitième siècle, par une perception de la réalité universitaire. Cependant il faut, d’un autre côté, prendre en compte le fait que les différences dans le style de rapports entretenus avec la science et l’érudition sont encore plus réduites qu’elles ne le deviendront ensuite, après que fut égalisée la relation entre les facultés.

  • 81 Voir à ce sujet et pour ce qui suit les justes remarques de Turner 1980. Cf., pour la situation d’ (...)
  • 82 Pour un exemple caractéristique, voir la lettre que l’« extraordinarius » de médecine à Halle, le (...)

46On sait que le dix-huitième siècle ne connaît guère d’inscription d’étudiants en faculté de philosophie. La faculté de philosophie est, après comme avant, un lieu d’enseignement propédeutique dont la nécessité varie en fonction du niveau de la formation scolaire. Viennent s’y ajouter les sciences auxiliaires coordonnées aux sciences de faculté, pour autant qu’elles aient leur place dans la faculté de philosophie. Toutefois, le but véritable que l’on vise en fréquentant l’Université est l’étude d’une des sciences de faculté81. Cette structure préférentielle trouve son complément, du côté du personnel enseignant des universités, dans l’absence de carrière monodisciplinaire. Pour le professeur de la faculté de philosophie, carrière universitaire est synonyme, dans le cas d’une évolution favorable, d’ascension dans la hiérarchie des facultés. A l’intérieur des facultés supérieures s’offre en outre la possibilité d’une ascension dans la hiérarchie en vigueur au sein même de la faculté : du Tertius, au Secundarius, puis au Primarius. Cela implique souvent que l’on change de matières. Les chaires occupées jusqu’alors sont fréquemment conservées, si bien que la carrière se présente également comme un cumul de postes d’enseignement. Tout ceci se déroule dans des conditions de pénurie financière et d’irrégularité dans le paiement des traitements souvent extrêmes, de sorte qu’une option « scientifique » pour la chaire occupée dans la faculté de philosophie n’est guère recommandable82.

  • 83 C. Müller 1904, p. 32.
  • 84 Pütter 1788, p. 266.
  • 85 Il faut également pour cela que soient nivelées, au moins partiellement, les différences de salair (...)

47L’Université de Göttingen, bien dotée par rapport aux autres, parvient la première à supprimer progressivement ce type de carrière universitaire conçue comme un cumul de chaires. Tandis que, des huit professeurs nommés lors du premier aménagement de la faculté de philosophie (à partir de 1734), il en est encore cinq qui appartiennent en plus, depuis le début ou à l’occasion d’une promotion ultérieure, à une faculté supérieure83, J.S. Pütter enregistre, dès 1788 — dans le deuxième volume de son histoire des érudits de l’Université — que cette pratique n’a plus cours depuis quelques années84. L’apparition d’une carrière monodisciplinaire dépend donc, entre autres, soit d’une stabilisation de la situation financière des universités85, soit — et c’est une solution qui domine encore largement au dix-neuvième siècle — de l’apparition, à côté de l’Université, de plusieurs autres institutions d’enseignement grâce auxquelles l’érudit universitaire a la possibilité d’enseigner aussi dans son deuxième, troisième, etc., poste la même discipline.

  • 86 Cf. sur ce qui suit, pour une tentative d’explication systématique, Stichweh 1987b.
  • 87 Voir sur ce point et pour la suite Turner 1980.

48La mobilité entre facultés et la hiérarchisation de celles-ci, qui se donne comme la condition de cette mobilité, font au dix-huitième siècle fonction de stabilisateurs institutionnels garantissant une homogénéité intellectuelle et culturelle entre les facultés. La culture érudite intégrée, que l’on peut encore observer ici et qui peut s’assurer de son universalité en reprenant les traditions communes de l’Antiquité et de l’Humanisme de la Renaissance, se dissout au dix-neuvième siècle quand s’instaure la différenciation des disciplines et des professions, qui suit l’ancienne ligne de démarcation entre la faculté de philosophie et les facultés supérieures86. Nous rencontrons une fois de plus ici la logique de la modernité déjà observée plus haut : un ordre hiérarchique est remplacé par la coexistence de systèmes fonctionnels dans une hétérogénéité croissante. L’organisation des facultés au dix-huitième et la culture érudite homogène qui lui était liée avaient encore bloqué ce processus : d’une part, l’autonomie potentielle des disciplines scientifiques dans la faculté de philosophie était limitée par le fait que l’étude de ces sciences était rattachée, en tant que propédeutique, à l’étude des sciences de faculté qui lui succédait87. Il manquait d’autre part aux théologiens, aux juristes et aux médecins formés dans les facultés supérieures, du fait de leur intégration dans la culture érudite, une conscience articulée de leur fonction professionnelle et du rapport à l’action qu’elle implique.

  • 88 Kant 1798, en particulier A5 s., p. 280, et A13-15, pp. 284 s.; trad. fr.,
  • d Nous reprenons la traduction d’A. Renaut (N.d.t.).
  • 89 C’est seulement quand l’homme de science travaille, dans une recherche appliquée directement desti (...)

49La réorganisation des délimitations qui dissout cette structure initiale est visible chez Kant sous une forme rudimentaire88. Celui-ci part en quelque sorte encore de l’érudition en la considérant comme un système social. Les professionnels (« lettrés », « ouvriers qualifiés du savoir »)d d’assument les rôles de ce système social relatifs au public, et sont en contact direct avec le peuple, qui, par rapport à eux, tient un rôle complémentaire (ce sont les « ignorants »). La forme d’influence qu’exerce le professionnel est pensée chez Kant plutôt sur le modèle de l’enseignement. Il ne perçoit pas encore suffisamment que les professions influent plus fortement sur leurs clients en agissant sur leur action, alors que l’influence exercée sur l’expérience est la forme primaire de l’effet qu’ont les disciplines sur un large public extrascientifique89. Kant déduit du rapport qu’entretiennent les professions avec le public l’exigence de contrôle accrue qu’a le gouvernement vis-à-vis des facultés supérieures considérées comme lieux de formation des « ouvriers qualifiés du savoir ». Seule la faculté de philosophie, qui ne veut pas agir sur le public et à laquelle, bien plutôt, n’importe que la vérité, reste, en tant que faculté scientifique à proprement parler, écartée de cette exigence de contrôle. Le gouvernement tient dans la langue ésotérique de ses publications la garantie qu’elle ne se propose pas d’agir directement sur un large public.

  • 90 Voir, pour l’exemple du barreau, Rüschemeyer 1976, p. 145.

50L’histoire de la différenciation au dix-neuvième siècle suit à peu près les lignes ici tracées tout en rendant obsolète l’érudition conçue comme forme commune du savoir. La faculté de philosophie, autonomisée dans son exigence scientifique, devient le lieu de la genèse du système moderne des disciplines scientifiques. Les facultés autrefois supérieures définissent en revanche de plus en plus — parallèlement à la différenciation de systèmes d’action professionnels — la forme de leur relation avec le nouveau type de science, qui naît dans la faculté de philosophie, sur la base de leur rapport aux problèmes de pratique d’action et de formation professionnelles. Le sens de l’agir professionnel est reformulé à partir de la différenciation d’éthiques professionnelles. Les professions peuvent aussi gagner des degrés d’autonomie par rapport au contrôle politique, ce que Kant ne pouvait pas encore se représenter — bien que l’on ne puisse naturellement pas oublier que les professions en Allemagne ne deviendront que très lentement des « professions libérales » (freie Berufe), qu’elles garderont plutôt longtemps un quasi-statut de fonctions publiques et que ce statut seul justifiera leur apprentissage à l’université90.

  • 91 1971, pp. 275 s.

51Il résulte de ces processus que les disciplines et les professions se constituent comme deux types différents de systèmes sociaux. Les processus de différenciation qui se développent dans les deux domaines se confortent mutuellement. Ainsi, l’apparition d’une formation professionnelle spécialisée déclenche dans le système scientifique une pression dirigée vers une différenciation des disciplines. Le professionnel formé à une spécialité perd le contact avec un vaste savoir érudit qui ne l’intéresse plus et réclame plutôt un savoir de recherche acquis dans sa discipline91.

  • 92 Gustin 1975 ; Hickel 1978.
  • 93 L’emploi du temps qui en résulte est souvent, à vrai dire, considérablement chargé. L’exemple du p (...)

52La différenciation des disciplines et des professions a été analysée ici par rapport à la forme qu’a prise la différenciation des facultés. Une perspective qui ne choisit pas comme point de référence les facultés, en tant qu’environnement universitaire de l’érudit, mais plutôt le rôle social que joue ce dernier, et qui complète, dans ce sens, une réflexion sur la sociologie de l’Université par une réflexion sur la sociologie de la profession, apporte un supplément de connaissances. De ce point de vue, la différenciation des disciplines et des professions apparaît comme une différenciation des composantes du rôle social par l’érudit, qui étaient bien entendu jusque-là groupées dans ce rôle. Jusqu’au début du dix-neuvième siècle, on peut partir du fait que l’érudit peut associer un poste d’enseignement universitaire à une activité professionnelle extra-universitaire et qu’il y est même souvent obligé pour des raisons financières. Il suffit, pour l’expliquer, de prendre l’exemple du chimiste, qui, de manière typique, peut encore combiner dans la première moitié du dix-neuvième siècle la gestion d’une pharmacie, la direction d’un institut privé d’enseignement pharmaceutique et un poste universitaire en chimie et en pharmacie92. La différenciation naissante des disciplines dissout cette structure. Un recrutement du personnel pour les postes universitaires qui se fait selon les critères uniquement définis par la discipline exige une intensité de la recherche et une exclusivité de l’orientation donnée à la publication qui ne sont plus guère compatibles avec une pratique professionnelle. De plus, l’homme de science spécialisé dans une discipline perd le contact avec les champs de la pratique professionnelle. Il est plutôt tenté — comme on l’a déjà dit — de résoudre ses problèmes financiers en assumant un poste supplémentaire d’enseignant dans d’autres institutions éducatives93. Parallèlement à ces réorganisations, le praticien professionnel a tendance à se voir exclu de la recherche, qui devient ésotérique et se remplit de présuppositions méthodologiques. Ses publications se marginalisent rapidement et ne parviennent plus sur le front de la recherche. L’intensité de l’activité professionnelle croît vraisemblablement à mesure que se réalise la différenciation des professions, si bien que l’on peut s’attendre ici aussi à des problèmes de gestion du temps.

  • 94 Voir Turner 1980, p. 110 et 1981.

53Les difficultés provoquées par la différenciation apparaissent des deux côtés. Pour la science, elles se posent à vrai dire plutôt au niveau de la pénurie économique que doit supporter l’individu que dans le domaine de l’auto-thématisation, puisque la science, avec l’idée de Bildung et l’idéalisme, a déjà formulé sa nouvelle compréhension de soi. On exige des professions une redéfinition plus difficile de la conception qu’elles ont d’elles-mêmes. La raison en est avant tout quelles se voient confrontées au renversement complet qui touche le prestige intellectuel : les disciplines ne sont plus une propédeutique et une science auxiliaire pour les études professionnelles — bien plutôt, le savoir professionnel est maintenant en partie une application de la science, vient ainsi après elle et lui est subordonnée94.

  • 95 Voir Parsons 1970, pp. 204 s.
  • 96 Pour le concept de la théorie d’un Establishment compris dans ce sens, cf. Luhmann/Schorr 1979, 4e(...)

54Comme souvent dans les processus de différenciation structurelle, on peut constater, lors de la différenciation des disciplines et des professions, qu’il existe pour les systèmes sociaux différenciés des formes persistantes d’insertion dans un ensemble qui les englobe tous deux95. Le maintien de la théorie et de la formation professionnelles dans l’Université fonctionne ici comme le garant institutionnel le plus important. Cela vaut surtout pour des pays comme l’Allemagne, où les facultés professionnelles sont marquées, dans leur compréhension de soi, par la conception de la science propre à la faculté de philosophie et où, par conséquent, la méthode de recherche scientifique a tendance à régir également l’évolution du savoir professionnel. Pour les professions, cette intégration dans la science et dans l’Université se présente comme une différenciation interne séparant un « Establishment » professionnel, qui enseigne et fait de la recherche, mais ne pratique pas, du praticien professionnel96.

  • 97 Voir Parsons 1937.
  • 98 Cf. Parsons/Platt 1973.

55Cette intégration institutionnellement garantie des disciplines et des professions a pour conséquence directe une certaine surcharge théorique dans le déroulement de la formation professionnelle qui donne à supposer que le degré de savoir acquis ici ne peut pas forcément s’expliquer par les exigences pratiques de l’exercice effectif d’une profession97. Naturellement, la culture érudite intégrée ne se reproduit pas dans le medium de cette formation pleine de théorie. Les accords entre les systèmes différenciés ne peuvent désormais se réaliser que plus abstraitement et ils créent peut-être, idéalement, un style partagé de rationalité cognitive qui peut avoir de l’importance pour résoudre les problèmes de théorie et d’action98.

3. Différenciation interne et différenciation « externe »e

  • e On traduit Ausdifferenzierung par « différenciation ‘externe’ » par commodité, pour l’opposer à In (...)

56Nous avons jusqu’à présent abordé les thèmes de l’autoréflexion et des structures propres à la science prémoderne, qui fonctionnent comme des formes d’organisation, lesquelles soit se substituent à une structure fondée sur la discipline qui n’est pas encore formée, soit bloquent, par leur existence même, la genèse des structures fondées sur la discipline. Il existe naturellement déjà des situations de communication spécialisée qui peuvent se rapporter à des situations antérieures en présentant une problématique analogue. Cependant cette délimitation d’une discipline n’est que le produit d’une situation ; elle peut être documentée par une publication et plus tard insérée, par une reconstruction, dans une continuité, pourtant elle ne constitue pas un processus de communication systématique.

  • 99 Pour la différenciation des situations, des rôles et des systèmes, cf. Luhmann 1980, pp. 20 s., 26 (...)

57Le processus de différenciation dans sa structure séquentielle propre : délimitation de situations particulières de communication spécialisée tout d’abord, formation de rôles de production spécialisés ensuite, constitution d’un système social propre enfin99, se réalise, dans l’évolution de la science moderne, sous deux formes. D’une part, comme différenciation « externe » de la science par rapport à un environnement non scientifique, de l’autre, comme différenciation interne du système scientifique en une pluralité de sous-cultures formant des disciplines : le processus de formation du système se répète alors à l’intérieur du système. La différenciation interne modifie non seulement la structure interne du système, mais aussi, comme nous le verrons, le rapport qu’entretient avec l’environnement l’ensemble du système scientifique. L’époque qui nous intéresse dans l’histoire de la différenciation du système scientifique — le passage du dix-huitième au dix-neuvième siècle — est caractérisée par un déplacement du centre de gravité, de la différenciation « externe » à la différenciation interne. Pour le formuler autrement : depuis la seconde moitié du dix-huitième siècle, la différenciation interne de la science assume la fonction directrice dans le processus progressif de différenciation du système.

58Comme ces remarques l’ont déjà clairement esquissé, nous présumons, en ce qui concerne le rapport entre différenciation « externe » et différenciation interne, que les deux processus se présupposent et s’accélèrent réciproquement. Le processus de différenciation de la science, qui, une fois qu’il a démarré, continue à s’engendrer lui-même et ne dépend plus guère des impulsions données par l’environnement de la science, forme par conséquent une certaine unité autoréférentielle. Des événements survenus dans des phases données du processus sont alors déterminés en premier lieu par des événements qui sont arrivés dans des phases antérieures du même processus et ne présentent que de faibles interactions avec des événements contemporains ou antérieurs survenus dans l’environnement de la science.

59Comment donc peut-on se représenter la relation entre différenciations « externe » et interne ? La différenciation externe de la science produit des effets qui tendent à recueillir, à trier et à organiser le savoir disponible, à en systématiser les thèmes, à donner un lien thématique plus fort à la communication, à intensifier l’interaction entre ceux qui prennent part à la communication scientifique et à intégrer plus fortement les compétences personnelles et les ressources de motivation dans le processus scientifique. A soi seul, cela ne constitue cependant pas encore une condition suffisante pour que se mette en place la différenciation interne. La communication intensifiée par la différenciation « externe » doit coïncider avec un accroissement de la science pour qu’apparaissent dans le système communicationnel de la science ces surcharges et ces problèmes d’intégration que la différenciation interne amène à une forme résoluble. La différenciation « externe » et l’extension sont donc les deux antécédents qui conditionnent la différenciation des disciplines. Un lien causal les unit en outre l’une à l’autre. D’une part, une des causes essentielles de l’extension de la science est l’« activation », rendue possible par la différenciation « externe », d’un savoir dont la cohérence, sur le plan synchronique et diachronique, restait lâche jusqu’alors. Le matériel expérimental et les théories de la science deviennent maintenant une masse critique en soi, qui produit d’elle-même de continuelles innovations et explique que l’on saisisse des ensembles de réalité toujours nouveaux. D’autre part, l’extension oblige à renforcer la sélection dans le traitement du matériel, en soumettant celui-ci à des critères rigoureusement scientifiques — c’est-à-dire, justement, à une différenciation « externe ».

  • 100 Sur cette mutation, voir Luhmann 1980, chap. 1.

60Il convient d’ajouter que la croissance et la différenciation « externe », considérées comme les deux antécédents qui conditionnent la différenciation des disciplines, sont toutes deux, sous des rapports spécifiques, les résultats du processus de mutation subi par la forme de différenciation propre à la société européenne, qui passe d’une stratification à une différenciation fonctionnelle100. Les relations causales ici énoncées sont reprises ci-dessous de manière schématique, et elles clarifient la structure de l’explication que l’on va tenter dans ce qui suit.

61On peut penser que le lien entre le changement de la forme de différenciation de la société et l’état de différenciation de la science est ménagé par l’apparition d’espaces, de possibilités d’information et de besoins d’information qui figurent comme les effets annexes du cheminement vers la société moderne, différenciée en fonctions.

62Les espaces doivent tout d’abord leur apparition à la tendance à l’autorestriction qui est propre au processus de différenciation de chaque système social de fonctions (économie, politique, religion, etc.). Par autorestriction on entend que l’intérêt pour l’environnement se réduit de plus en plus à des points de vue très spécifiques, définis par le rapport à sa propre fonction, et que, par conséquent, l’indifférence devient la règle. Cette indifférence est ressentie ailleurs comme une liberté et comme l’occasion de délimiter sa propre fonction. Ainsi, par exemple, pour ce qui est du rapport qu’entretiennent religion et science dès le dix-septième siècle, on voit se substituer à un contrôle généralisé et naturel un mélange fait d’indifférence et de quelques thèmes précaires — et c’est avant tout cela qui crée la possibilité du conflit ouvert.

  • 101 Voir Wuthnow 1979 et, avec de légères modifications, 1980.
  • 102 Parmi les nombreux projets d’encyclopédie conçus par Leibniz, celui qui, au lieu d’une dédicace ex (...)

63La naissance d’espaces est due en outre à la non-identité des frontières des systèmes sociaux qui s’autonomisent. La science, par exemple, tire parti, quand le processus de sa différenciation se met en marche, de la non-identité, remontant au seizième siècle au plus tard, des frontières de l’économie et de la politique, c’est-à-dire de l’existence d’un espace européen économiquement intégré face à la politique, qui repose toujours sur une base nationale101. C’est à ces conditions que la science du seizième et du dix-septième siècle s’épanouit dans une étonnante internationalité, qu’elle perçoit la liberté et la croissance économique comme des facteurs également favorables à la promotion de la science et qu’elle peut transformer les contextes politiques, si bien que de chaque contexte particulier de patronage dépendent tout au plus des scientifiques particuliers, mais jamais la science comme tout102. Des exemples de ce type révèlent comment, dans le processus de différenciation interne du système social — et la différenciation interne de la science peut se comprendre de manière analogue —, la différenciation naissante de systèmes partiels individuels crée l’impulsion et les chances qui permettent à d’autres systèmes partiels de s’engager dans une différenciation homologue.

64Il est évident que le processus que l’on vient de décrire permet lui aussi à la science de croître. Il reste cependant à considérer un aspect plus fondamental qui fait de la mutation de la différenciation primaire de la société européenne en une différenciation fonctionnelle la condition de la croissance de la science.

65La différenciation du système est toujours une différenciation du système et de l’environnement, si bien que, parallèlement à la différenciation de la société en une pluralité de systèmes fonctionnels autonomes, apparaissent des environnements qui sont en relation avec les systèmes et que l’on ne peut donc plus faire coïncider entre eux. Les systèmes partiels différenciés sont maintenant en mesure de soumettre leurs environnements — que ce soient des environnements intrasociaux ou extrasociaux — à une exploration intensifiée en adoptant des points de vue spécifiques au système, de sorte que nous pouvons parler, en ce qui concerne la modernité, d’une sorte d’expansion de la société dans son environnement — et l’on entend sous le terme, ici aussi, l’environnement intrasocial. Il est important pour notre propos de noter que, dans la mesure où le contact avec l’environnement s’intensifie d’une manière spécifique à chaque système fonctionnel, le besoin d’information et la probabilité que soient produites des informations — même accidentelles — augmentent de façon saisissante. Cela offre à la science des possibilités, et ce à double titre. Celle-ci peut réorganiser, de son point de vue — c’est-à-dire d’un point de vue qui se réfère à la vérité — les informations produites dans d’autres contextes. Il est par ailleurs vraisemblable que, dans chaque système fonctionnel lui-même, s’accroît le besoin de traiter l’information en se référant à la vérité. Cela intensifie le contact avec la science et augmente les espérances de productivité que l’on place sur elle. Quelle que soit la forme que prennent ces relations dans le détail, le résultat en tout cas est que le rapport intensifié à l’environnement qu’entretiennent les systèmes fonctionnels différenciés semble déclencher, en ce qui concerne le système scientifique, des impulsions à la croissance auxquelles la science peut réagir soit par une sélectivité élevée, et l’on tient là la différenciation « externe », soit — et cela arrive après l’explosion de l’information survenue au dix-huitième siècle — par la mise en place d’une différenciation interne. On peut recourir à un exemple pour l’expliquer.

  • 103 Pour ce qui suit, cf. Guntau 1977, 1978 ; Gräser 1978 ; Brush 1978.
  • 104 Naturellement, les contemporains perçoivent aussi tout cela, tel cet auteur de la fin du siècle : (...)

66Le développement économique des dix-huitième et dix-neuvième siècles engendre une demande considérablement renforcée de matières premières minérales qui nécessite, pour être satisfaite, une extension de l’industrie minière, ce dans des conditions que l’épuisement des gisements faciles d’accès tend à rendre plus difficiles103. Une exploration de l’environnement géologique de l’homme à ce point intensifiée permet une multiplicité d’expériences nouvelles — souvent dues au hasard — portant sur les formations rocheuses, les fossiles, la composition des minéraux, etc. Simultanément s’articule dans l’industrie minière, de plus en plus riche en prémisses techniques, une demande de compétence technico-scientifique qui aboutit en Europe et en Amérique Latine, entre 1765 et 1795, à la naissance de plusieurs écoles supérieures des mines. Avec la qualification croissante des fonctionnaires des mines, la recherche expérimentale gagne en intentionalité et en méthode — dans ce sens on peut alors parler de différenciation du gain scientifique. On voit intervenir chez le personnel de formation académique une orientation prise en fonction de la possibilité de publier les expériences. Dans le système communicationnel de la science, cela se traduit en termes de croissance104 et, uni à d’autres facteurs, provoque la désintégration de l’histoire naturelle, de sorte qu’au dix-neuvième siècle, le savoir fraîchement acquis trouve sa place dans une pluralité de nouvelles disciplines comme la géologie, la paléontologie, la minéralogie, la chimie, etc.

  • 105 Voir quelques exemples éclairants dans Lepenies 1976.
  • 106 Voir, pour l’exemple de la météorologie, Dove 1872, surtout pp. 91 s.
  • 107 Voir Cardwell 1971, pp. 90-93. Il faut avant tout penser aux études de chaleur, de thermodynamique (...)
  • 108 Cannon 1978, Ch. 3 ; citation p. 96.
  • 109 Voir, pour cette section, Stichweh 1984, Chap. VII, 5.

67On peut facilement multiplier le nombre des exemples105. Qu’il suffise de mentionner l’importance qu’a eue, pour le développement de la science de la nature, au dix-huitième et au dix-neuvième siècles, l’intensification des voyages et de l’exploration géographique, que motivaient avant tout des intérêts d’ordre politique, militaire ou économique. Une science de la nature qui conçoit encore l’expérience, dans un sens paradigmatique, comme « observation », et non comme expérimentation, dépend d’observations pratiquées dans des régions dont les conditions naturelles (climat, faune, flore, formations rocheuses) diffèrent nettement de la norme européenne106. Des « laboratoires naturels » remplacent ici les possibilités de varier les conditions d’expériences qu’offre le travail expérimental. Ce phénomène est illustré, à l’intérieur même de l’Europe, par l’extraordinaire importance accordée, au dix-huitième et au dix-neuvième siècles, aux Alpes, qui servent aux sciences naturelles de zone expérimentale107. D’un point de vue sociologique, on peut comprendre l’intensification des voyages, avec les transformations des techniques de transport et de communication qu’elle présuppose, comme une expansion des frontières de la société, qui résulte de la mutation de la différenciation sociale en une différenciation fonctionnelle. Un mode d’expérience implicitement géographique engendre dans la science, à l’aube du dix-neuvième siècle, un complexe multidisciplinaire pour lequel S.-F. Cannon a proposé le nom de « Humboldtian Science » (« the science of measuring worldwide variables »)108. Jusqu’en 1860 environ, ce complexe a pour fonction de fournir en matériau les disciplines naissantes de la science naturelle, qui l’absorberont par la suite, cependant que le moment de sa désintégration varie évidemment avec le degré de formation, différent selon les nations, du système moderne des disciplines. Ainsi, la recherche sur le magnétisme terrestre, à laquelle on s’est vivement intéressé en Allemagne entre 1830 et 1845 dans le contexte multidisciplinaire de l’astronomie, des mathématiques et de la physique, et qui a contribué, par catalyse, à la formation de la physique moderne, devient dans cette nouvelle discipline l’une des plus petites sous-disciplines, alors qu’elle persiste à avoir une grande importance pour la science naturelle anglaise, qui n’est guère encore organisée en disciplines109.

  • 110 On tient ici le pouvoir qu’a la science moderne de marquer les mentalités de son empreinte, et, pa (...)

68En résumé, on s’est attaché au rapport entre différenciation « externe », accroissement et différenciation interne. La thèse selon laquelle la différenciation « externe » et l’accroissement doivent se comprendre comme moments du processus qui voit la différenciation primaire de la société européenne se muer en une différenciation fonctionnelle a fonction d’hypothèse sous-jacente. La différenciation « externe » de la science est un phénomène relativement tardif dans le système de la société européenne. La science tire parti des chances que donne la différenciation d’autres systèmes fonctionnels entamée plus tôt, elle stimule aussi, par là-même, sa propre croissance et elle contracte enfin une relation d’association fonctionnelle, qu’il faudra examiner de plus près dans ce qui suit (section 4), avec le système éducatif, qui n’est lui aussi différencié que tardivement. L’accroissement de la science est provoqué par une intensification du rapport à l’environnement entretenu par les systèmes fonctionnels différenciés, par l’arrivée et le besoin d’informations ainsi créés, et enfin également par l’importance sociale, qui grandit à mesure que l’expérience religieuse se privatise, prise par la vérité scientifique, considérée comme l’ultime fondement de certitude de la conscience moderne110.

  • 111 Pour ce paragraphe, voir Engelhardt 1975, pp. 19 s., en particulier les citations tirées de l’hist (...)

69Les surcharges qui apparaissent dans le système communicationnel de la science comme autant de problèmes consécutifs à la différenciation « externe » et surtout à l’accroissement contraignent finalement de passer à la différenciation des disciplines comme une quantité pure, en soi non structurée. Bien plutôt, la nouvelle science des faits présente en soi une structure en ce sens qu’elle indique en permanence des interrelations entre phénomènes jusqu’alors inconnues et qu’elle fait simultanément disparaître des liaisons entre phénomènes jusqu’alors présumées évidentes. L’augmentation du savoir esquisse de la sorte des lignes de démarcation internes — à travers des zones d’interaction concentrée et réduite —, le long desquelles peut s’accomplir la différenciation des disciplines. Cette évolution est naturellement impossible sans la contrainte à l’abstraction qui découle de l’accroissement et qui pousse continuellement l’homme de science à chercher des formes d’intégration qui permettent de reconstruire le plus de savoir possible111. Ici apparaît la motivation « économique » — au sens machien d’« économie de la recherche » — de la science naturelle moderne, qui prédominera plus tard ; celle-ci gratifie d’une prime la localisation des structures postulées au plus profond de l’objet, et favorise la théorie mathématique aussi bien que la théorie de la science hypothético-déductive.

70La différenciation interne de la science qui se met en place réagit alors de manière causale sur la différenciation « externe ». Ainsi se produit une discontinuité dans l’histoire de la différenciation du système scientifique. La différenciation ne peut pas se concevoir simplement comme un processus continu et lent. Le changement de forme que porte en soi une mutation des formes de l’organisation du savoir tout au plus hiérarchiques, dotées d’une capacité d’intégration réduite, en une science réorganisée en disciplines, provoque au contraire dans la relation entre science et compréhension quotidienne des problèmes une rupture épistémologique au sens bachelardien du terme. Il n’y a pas là un processus de différenciation déjà enclenché qui se poursuive simplement et continûment.

  • 112 Voir Gren 1795, p. 173, qui impute l’état peu satisfaisant du « système » (Lehrgebäude) de la chim (...)

71Au niveau de la relation avec le savoir des faits, cette discontinuité se complète par le franchissement d’un seuil dans le potentiel de négation qu’a la science. Celle-ci ne recueille plus le savoir des faits que lui offre son environnement. Elle le reconstruit en le soumettant à des points de vue scientifiques, elle le remplace par l’expérience acquise à l’intérieur de la discipline112 et une bonne partie de ce savoir est laissée sans examen quand il semble a priori dépourvu d’importance proprement scientifique. C’est précisément cette assurance dans la négation qui apparaît alors souvent au profane comme du dogmatisme et un rétrécissement excessif de l’horizon que se donne la recherche scientifique.

  • 113 Cf. pour ce qui suit, Stichweh 1984, Chap. IV.

72Pourquoi en arrive-t-on à cette discontinuité dans l’histoire de la différenciation ? La modification de l’environnement en fonction duquel s’oriente la science, déclenchée par la différenciation des disciplines, est en l’occurrence d’une importance décisive. Une science qui n’est pas encore organisée en disciplines se caractérise par le fait que des ensembles d’action sociaux, non scientifiques, constituent l’environnement premier de l’agir scientifique113. En revanche, une discipline rencontre en premier lieu dans son environnement d’autres disciplines et n’utilise donc plus la société comme la prémisse toujours présente de ses opérations. Elle substitue plutôt à cette présupposition tacite une orientation prise en fonction d’autres disciplines de son environnement ainsi que de leurs opérations et de leurs stratégies. La genèse du système des disciplines scientifiques désigne donc la formation d’un « environnement interne » de la science qui remplace les critères sociaux réglant la sélection des initiatives scientifiques par des critères de sélection inhérents à la science, critères dont les effets opérationnels décident du succès et de la carrière d’une discipline.

  • 114 Voir sur ce point Westman 1980, pp. 105 s., 120 s.

73Les conséquences sont considérables. Tandis que les formes prémodernes d’organisation du savoir (classifications de la science, hiérarchie des formes du savoir) tendent à séparer les systèmes du savoir les uns des autres et à leur subordonner un partage invariable du monde intellectuel, si bien que l’autonomie d’un système scientifique est avant tout comprise comme absence d’interdépendance114, le système moderne des disciplines scientifiques institutionalise une interrelation dynamique des disciplines.

  • 115 Voir Luhmann/Schorr 1979, p. 49.
  • 116 Voir Rée 1978, p. 6.
  • 117 Voir Wilson 1977, qui tente de montrer que les disciplines doivent, de manière typique, formuler l (...)

74Il y a, pour ce faire, une condition. Dans le développement de disciplines particulières, la référence concrète à l’objet qui en détermine le commencement est progressivement remplacée par des problématiques constitutives de la discipline115. Les problématiques peuvent cependant être appliquées, par extension, à des objets toujours nouveaux ; on se sert, pour tenter de les formuler et de les perfectionner, de la référence à d’autres problématiques que l’on n’a pas choisies, si bien qu’une discipline développe toujours sa propre compréhension de soi en l’inscrivant dans une relation avec la représentation qu’elle se forge d’autres disciplines116. C’est ainsi que les délimitations de disciplines perdent leur caractère statique. On dispose du spectre complet des relations interdisciplinaires possibles, défini par les pôles « concurrence » et « coopération »117, chaque discipline bénéficiant d’une autonomie simultanément accrue dans la sélection de ses rapports avec l’environnement.

75La naissance de « communautés fondées sur la discipline » (« communities ») constitue la deuxième condition essentielle pour que le rapport qu’entretiennent entre elles les disciplines devienne dynamique. Les systématiques du savoir visent une classification objective — déterminée à partir du savoir et de ses objets — du savoir disponible. Elles proposent en quelque sorte à l’homme de science une carte qui lui permet de s’orienter et d’ajouter, sur différents points de son choix, quelque chose au savoir existant. En revanche, les disciplines sont avant tout des systèmes sociaux, c’est-à-dire des communautés communicationnelles de spécialistes qui se doivent à la problématique commune, constitutive de la discipline, et n’appartiennent en règle générale à aucune autre discipline. De telles communautés communicationnelles sont amenées à étendre les frontières de la discipline, à empiéter sur le territoire d’une autre discipline et à démontrer là aussi la solidité de la démarche adoptée par leur discipline. Des stratégies de ce type sont du même coup promises à une réussite plus certaine grâce à une surveillance intensifiée des autres disciplines. On suit leur progrès, on s’essaie à des reconstructions dans le langage de ses problèmes propres, on adapte les méthodes et les connaissances qu’il est possible d’incorporer et l’on choisit enfin une démarche propre, qui cherche à exploiter les chances négligées par d’autres.

  • 118 Cet aspect de la science, qui lui fait préférer la familiarité avec l’objet de sa recherche au con (...)
  • 119 Bachelard a continuellement analysé ce processus dans ses œuvres. Voir déjà Bachelard 1927.

76Tout cela ne fait pas forcément partie de la « science normale » au sens où l’entend Kuhn. La science normale demeure, en règle générale, à l’intérieur des frontières sûres de la discipline et s’appuie sur le fait que les définitions de l’identité d’une discipline ne prévoient aucune relation de complémentarité fonctionnelle avec d’autres disciplines — en cela la différenciation interne de la science se distingue des autres systèmes fonctionnels118. Toutefois, les orientations interdisciplinaires que Ton a décrites constituent peut-être le comportement scientifique véritablement novateur, de la réussite duquel dépend la position relative de la discipline dans le système des disciplines scientifiques. Il s’agit avant tout pour nous, dans ce contexte, de montrer comment le système des disciplines scientifiques joue, pour chacune des disciplines qui en font partie, le rôle d’environnement interne et agit, pour cette raison, comme un contrôle permanent qui influe sur l’évolution de la discipline en amenant celle-ci à se conformer à des standards scientifiques. Cette structure de contrôle, la marginalité, garantie par elle, dans laquelle sont reléguées les valeurs extrascientifiques, ainsi que la concentration thématique et la densité de l’interaction à l’œuvre dans les communautés fondées sur la discipline sont les conditions de la brusque accélération qui s’opère dans la différenciation « externe » de la science après la mise en place de la différenciation interne. Des disciplines particulières — comme la chimie, par exemple —, qui présentent des connexions encore relativement étroites avec des contextes fonctionnels extrascientifiques, profitent de l’orientation prise en fonction d’autres disciplines et de l’effort déployé afin d’obtenir une place dans l’ordre de prestige des disciplines scientifiques pour ou bien se débarrasser de ces connexions externes, ou bien les réorganiser sous une forme compatible avec l’autonomie de la discipline. En conséquence, la primauté donnée à un milieu intrascientifique rend possible cette succession rapide — propre à la science naturelle du dix-neuvième siècle — de transformations multiples des projets initiaux dont résulte l’abandon de toute relation avec la compréhension quotidienne des problèmes119.

  • 120 Cf. Luhmann 1981b, chap. III.

77La structure interne de la science et le rapport du système scientifique à son environnement social sont maintenant déterminés de manière décisive par le fait que chaque discipline a une perception hautement sélective de l’environnement intrascientifique et que celui-ci est par conséquent différent pour chaque discipline. Cela revient à dire que le milieu intrascientifique n’est pas un ordre homogène ; il se compose plutôt d’une multitude de perspectives adoptées par les disciplines scientifiques vis-à-vis de l’environnement, perspectives dont aucune ne peut se distinguer comme celle qui embrasse, qui englobe pour ainsi dire toutes les autres120. Ainsi apparaît une structure du système scientifique fermement décentralisée, qui n’est clairement définie que localement — grâce à la perspective quant à la relation système/environnement qu’adopte la discipline repérable à cette place —, mais qui peut largement varier entre deux lieux.

  • 121 Voir Stichweh 1977, pp. 39-42 ; Hammerstein 1978, p. 271.

78La structure décentralisée du système des disciplines scientifiques a deux conséquences intéressantes : dans la science disparaît toute possibilité de contrôle supradisciplinaire, et pour la science disparaît la possibilité de se faire remplacer, dans les contacts avec l’extérieur, par un porte-parole représentatif. Le dix-huitième siècle connaît encore maintes possibilités de contrôle supradisciplinaire. Elles trouvent leur fondement dans un accord sur les valeurs scientifiques et/ou sur les hypothèses paradigmatiques, qui ne sont pas encore spécifiées par les disciplines. La prétention ultime de la théologie au contrôle et à la censure en est une forme classique. Elle trouve son expression institutionnelle dans la position dont bénéficie la théologie dans la hiérarchie des facultés. Toutefois, dès la fin du dix-septième siècle, le veto des théologiens apparaît la plupart du temps comme une intrusion de points de vue externes, étrangers à la science. Les tentatives de contrôle doivent donc compter désormais sur une opposition résolue, que l’on ne peut plus contenir dans les universités protestantes allemandes du dix-huitième siècle, malgré d’occasionnels épisodes fondamentalistes (le piétisme à Halle et à Königsberg). Ainsi l’histoire de l’Université allemande du dix-huitième siècle prend-elle un tour presque bizarre : la théologie, dont on avait jadis la conviction qu’elle était le point d’unité ultime du savoir et du vouloir humains, apparaît fréquemment avant tout comme le déclencheur de dissensions indésirables. Cela amène les universités réformées du dix-huitième siècle à faire du souci d’éviter tout conflit une idée directrice quand il s’agit de pourvoir les chaires de théologie121.

  • 122 Pour l’histoire, voir Tonelli 1959.
  • 123 On ne peut plus non plus alors, quand on parle du géomètre, entendre sous le mot le scientifique ( (...)

79L’idée d’une méthode mathématique est une autre possibilité de contrôle supradisciplinaire au dix-huitième siècle122. Naturellement toujours controversée, elle se fonde sur l’hypothèse qu’il existe une forme d’intelligibilité des concepts et de pertinence de la structure d’argumentation qui garantisse à tout destinataire une entière transparence du raisonnement et, par là, la possibilité absolue de vérifier celui-ci. L’idée de la méthode mathématique doit d’être suggestive à une équivoque qui n’est possible qu’au dix-huitième siècle : les mathématiques en tant que théorie — en tant que système des concepts mathématiques et qu’enchaînement de ces derniers grâce à des procédés déductifs mathématiques — sont identifiées aux mathématiques comme forme de progression méthodique qui ne se sert pas, la plupart du temps, de concepts et de procédés déductifs spécialement mathématiques. L’émancipation des « mathématiques pures », qui deviennent une discipline, et la différenciation activée de la théorie et de la méthode dès la fin du dix-huitième siècle, dissipent les conditions qui rendaient cette équivoque possible123. L’idée de la méthode mathématique ne peut être reformulée maintenant que comme une question sur la possibilité de « mathématiser » les sciences particulières. Il s’agit-là cependant de transferts conceptuels entre deux disciplines, non plus de la définition d’une méthode idéale pour toute science.

  • 124 Voir sur ce point, et pour ce qui suit, Ben-David 1977, p. 258.
  • 125 Voir Hahn 1971, en particulier pp. 21-30.

80Au niveau institutionnel, l’intérêt pour un contrôle supradisciplinaire trouve au dix-huitième siècle son soutien le plus vigoureux dans l’Académie124, qui constitue dans l’idéal le centre et le sommet de la vie scientifique de la nation. Cela n’est pas possible dans une Allemagne politiquement fragmentée, si bien que nous avons ici affaire, d’emblée, à une structure relativement décentralisée du point de vue institutionnel. La France, elle, produit, avec l’Académie des Sciences, l’idéal institutionnel de l’Académie. L’expertise des travaux scientifiques (et technologiques) qui s’y exerce depuis 1700 environ donne au mécanisme du contrôle supradisciplinaire la forme d’une pratique de décision institutionalisée, de sorte que la science décide quasiment comme la politique (et suivant l’enchaînement politique : d’abord comité — ensuite assemblée plénière) et que ces décisions sont dotées d’un certain effet contraignant125.

  • 126 Cf. Hahn 1971, pp. 304-307, et la section suivante sur les formes d’institutionalisation.
  • 127 Ben-David 1977, pp. 250 et 261.
  • 128 Cf., par exemple, Crosland 1978, qui fait remarquer que Linné, Lavoisier et Berzelius offrent les (...)

81La crise fonctionnelle à laquelle doivent faire face les académies lorsque se met en place la différenciation des disciplines prive cette pratique de sa base126. On en vient ainsi à deux innovations signifiantes : on réorganise les systèmes d’évaluation en fonction des disciplines et l’on substitue des mécanismes de marché à une pratique de décision institutionalisée127. L’évaluation d’un travail scientifique n’est alors que le résultat combiné d’une multitude d’estimations relativement indépendantes les unes des autres. L’apparition de tels mécanismes présuppose que le contrôle central, dissous au niveau supradisciplinaire, ne peut pas non plus être reconstruit à l’intérieur des disciplines. A l’intérieur de la discipline, l’autorité et le contrôle qui reposent, au centre de la science, sur quelques personnes — comme ils le font de manière typique durant la phase de formation d’une discipline — sont remplacés par l’autorité procédurale de la communication dans la communauté fondée sur la discipline, qui acquiert son homogénéité grâce à l’égalisation du statut de ses membres128.

82Beaucoup imaginent et espèrent que la théorie de la science exerce la fonction de contrôle supradisciplinaire. En tant qu’activité de la connaissance spécialisée dans la réflexion sur l’identité du système scientifique, la théorie de la science prend naissance parallèlement à l’élaboration de la différenciation des disciplines. Toutefois, la théorie de la science n’est elle-même qu’une discipline et, comme toute discipline, elle est dans ses propres opérations autoréférentiellement close. Par autoréférence, on entend, dans ce contexte, le lien à l’histoire d’un problème propre. La continuité de ses problèmes propres limite et structure les possibilités de contact avec d’autres disciplines qui s’offrent à la théorie de la science. Le processus d’un système organisé par autoréférence ne se prête pas au contrôle d’autres disciplines. Dans ce sens, la théorie de la science appartient bien au système des disciplines scientifiques, ce qui ne lui laisse aucune possibilité d’assumer dans celui-ci une position centrale de contrôle.

83La deuxième conséquence essentielle qu’entraîne la décentralisation de la science moderne a déjà été signalée plus haut : étant donné l’absence de centre, il ne reste aucune place pour un porte-parole représentatif qui représente la science devant son environnement social. Un autre effet de la différenciation interne accentue le changement ainsi produit dans le rapport de la science à son environnement : l’orientation prise par la discipline particulière en fonction de son environnement intrascientifique et d’une affirmation de soi qui s’opère à l’intérieur de celui-ci réduit l’intérêt de la discipline pour un contact communicationnel avec des publics extrascientifiques. De l’action combinée de ces deux facteurs résulte qu’une multiplicité de passerelles communicationelles qui reliaient la science, au dix-huitième siècle encore, à un large public extrascientifique perdent leur caractère institutionnel Nous avons affaire, ici encore, à un phénomène d’intensification de la différenciation « externe » par différenciation interne.

  • 129 Sur ce point, et pour la suite, voir Darnton 1979, en particulier pp. 430-454.
  • 130 Voir d’Alembert 1751, pp. XXVII : l’organisation encyclopédique consiste à accumuler nos connaissa (...)
  • f En français dans le texte (N.d.t.).
  • 131 Darnton 1979, p. 447. Pour le phénomène correspondant du recrutement de « subject specialists » pa (...)

84Il suffit de prendre quelques exemples pour expliquer le processus. Le candidat classique à la représentation de la science devant le public social est la philosophie. Dans la triade histoire (Historie), philosophie, mathématiques, la position centrale de la philosophie dans la science était déjà claire. La prétention à la représentativité résulte tout naturellement de cette position centrale. La tentative la plus ambitieuse pour concrétiser cette revendication se rencontre, au dix-huitième siècle, avec l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert129. L’Encyclopédie peut essayer de présenter la totalité du savoir humain pour l’unique raison que la cohérence de tout le savoir est garantie par le fait qu’il est considéré du point de vue privilégié du philosophe130. Ainsi est-il également possible d’adopter l’ordre alphabétique, sans que soit menacée l’unité interne de l’œuvre. Déjà le projet qui succède à l’Encyclopédie, l’Encyclopédie méthodique, publiée à partir de 1780, doit procéder tout autrement. L’organisation des volumes par spécialité scientifique se substitue à l’ordre alphabétique. En même temps, le profil de l’auteur change lui aussi. La proportion de membres des académies scientifiques est doublée, si bien que, comme l’a constaté Darnton, les « philosophes »f du type d’un Voltaire ou d’un Diderot sont remplacés par les scientifiques au sens moderne du terme131. Le cercle des destinataires se modifie en conséquence. Les publics spécialisés, en tant que groupe concerné, excluent une orientation qui se ferait en fonction d’un public de lecteurs cultivés.

  • 132 Sur ce point, et pour ce qui suit, voir Ben-David 1978, 1979.
  • 133 Voir à ce sujet Kleinert 1974 ; Gillispie 1975.
  • 134 Voir quelques intéressantes remarques à ce propos chez Frensdorff 1901 ; plus précisément Stichweh (...)

85Quelle coloration la philosophie donne-t-elle aux contenus scientifiques qu’elle utilise quand elle représente publiquement la science ? On ne peut pas oublier qu’elle introduit souvent aussi ses propres intérêts, qu’il s’agit pour elle de démontrer la valeur éducative de la science ainsi que son champ d’application, et qu’elle veut enfin prouver également que l’on peut utiliser la méthode scientifique pour résoudre des problèmes sociaux et politiques132. Cette tradition est avant tout un phénomène français, elle débute avec l’Essai sur la Philosophie Newtonienne de Voltaire (1738)133 et atteint son apogée en même temps que son terme avec l’œuvre de Condorcet. Ben-David a vu dans cette tradition la première esquisse d’une institutionalisation académique de la science sociale. Dans le contexte qui est le nôtre, l’intérêt présenté par le phénomène réside en ce qu’ici, dans une science qui n’est pas encore différenciée en disciplines, la science sociale fasse pour ainsi dire fonction d’instance de médiation entre la science de la nature et la société. Elle interprète à l’intention de la société la signification d’une science de la nature en progression rapide, légitimant la science de la nature devant la société et montrant simultanément à celle-ci, sur une base scientifique, ses propres possibilités d’évolution. En Allemagne, la caméralistique se trouve dans une position analogue134. Conformément aux conditions allemandes, qui sont différentes, elle reste un phénomène localisé à l’intérieur de l’académie — c’est-à-dire d’abord universitaire ici —, et elle vise à la formation de fonctionnaires d’Etat, non à l’instruction d’un public cultivé. Elle occupe toutefois la même position de médiation entre la science de la nature et la société, en recueillant les connaissances de la science naturelle, en les reliant avec celles de la « science sociale » sur l’état et la société et en voulant former, par la réunion de ces éléments hétérogènes, une élite de fonctionnaires capable d’une action qui transforme la société.

  • 135 Sur la « ‘déproblématisation’ du progrès de la connaissance », cf. Engelhardt 1975a, p. 10.
  • 136 Cf. Gregory 1976 ; Culotta 1974.

86Dans les deux cas, cette tradition prend fin avec la naissance du système moderne des disciplines scientifiques. Avec l’orientation interne de la science différenciée en disciplines — c’est-à-dire l’orientation prise en fonction du progrès d’autres disciplines —, le progrès de la connaissance semble relativement ne poser aucun problème, et c’est ainsi que tombe une partie des problèmes de légitimation de la science135. Au reste, les disciplines de la science naturelle — étant donné surtout l’ésotérisme croissant de leur style — s’opposent à toute exploitation sociale immédiate, et elles perdent également la relation reconstructive qu’elles avaient avec la pratique professionnelle, relation qui rendait plausible la prétention de la science naturelle à l’utilité technologique. C’est en fonction de cela qu’est possible la situation paradoxale dont a parlé Ben-David. Dans le processus de différenciation des disciplines, il ne va pas de soi qu’on en arrive à l’inclusion de la science sociale. En raison de l’orientation interne adoptée par la science différenciée en disciplines et de l’absence, qui lui est liée, d’instances centrales de représentation, la perte de sa place fonctionnelle et, avec elle, le danger de sa désinstitutionalisation menacent au contraire la science sociale. C’est ce qui arrive en France avec la disparition de la section consacrée aux « sciences morales » à l’Institut de France, et en Allemagne avec le déclin, dans les universités et sur le terrain pratique de la formation professionnelle, de la caméralistique, qui ne survit pas dans toute l’étendue de son programme mais dans ceux de ses composants scientifiques qui parviennent à être définis comme des disciplines (économie nationale, science des finances). Le développement ultérieur de la science sociale au dix-neuvième siècle s’effectue souvent en-dehors des institutions académiques, et un mouvement comme le « matérialisme scientifique » allemand (Vogt, Moleschott, Büchner, Haeckel), datant du milieu du dix-neuvième siècle, qui veut, tout comme on le voulait au dix-huitième, faire jaillir de la science naturelle une idée du monde et une réforme politico-sociale, en paie le prix : elle demeure en marge de l’Académie136.

  • 137 La culture scientifique moderne se définit d’après lui par l’exact renversement de cette relation  (...)
  • g En français dans le texte (N.d.t.).
  • 138 Cf., pour ce qui suit, Stichweh 1984, chap. IV, 4.
  • 139 Nollet 1743, pp. XIV s. ; citation, p. X.
  • 140 Monet 1911 ; Kleinert 1974.
  • 141 A. Kleinert (Mitt. d. Ges. für Wissenschaftsgeschichte 10, 1972, p. 42) signale qu’en France, au d (...)
  • 142 Voir Kleinert 1974, p. 122.

87Une représentation et une explication de la science naturelle assumées par la philosophie et la science sociale devant de larges publics, telles que nous en avons discuté ici, supposent implicitement qu’il y a une différence importante entre le style d’argumentation attendu à l’intérieur de la science et le degré de spécialisation des textes que l’on peut encore imposer à un public cultivé extrascientifique. Sans doute cette différence existe-t-elle aussi dans la science naturelle du dix-huitième siècle. Elle ne constitue cependant qu’une partie du tableau. Il existe naturellement — surtout dans les traditions mathématiques de la mécanique analytique — des traités ésotériques qui ne sont accessibles qu’à un cercle extrêmement restreint de spécialistes. Ce sont toutefois, comme l’a souligné Bachelard, des îlots de rationalité avancée perdus dans une mer de vulgarisation137. Les traditions expérimentales du dix-huitième siècle veulent encore communiquer directement avec le public, et l’on croit pouvoir sans problème écrire des ouvrages « à la portée de tout le monde »g (Nollet), sans pour autant mettre en question l’appartenance à la science138. L’Abbé Nollet, le physicien français du dix-huitième siècle le plus couronné de succès note, au début de ses Leçons de physique expérimentale en six volumes : « [je suis] plus occupé du soin de me faire entendre, que du reproche qu’on me pourroit faire d’avoir abandonné le langage dont il est assez ordinaire de se parer, je tâche de parler et d’écrire comme ont fait avant moi quantité d’Auteurs reconnus pour bons et dont les Ouvrages pour la plûpart peuvent être mis entre les mains de tout le monde »139. Ce type de science universellement accessible se manifeste fréquemment en Allemagne et en France sous la forme du manuel populaire, qui s’adresse de préférence, en France, à un public d’élite noble140, tandis qu’en Allemagne, il sert avant tout d’abrégé pour l’enseignement universitaire141. Le public concerné influe naturellement aussi sur le style de la présentation. Les livres français sont plus fortement orientés en fonction des valeurs propres à un public de salon. Ils recherchent la curiosité, l’amusement, le merveilleux, le mystérieux et sont dans cette mesure une expression parfaitement juste du regard que porte l’environnement social sur la science du dix-huitième siècle. Ils remédient souvent à la difficulté qu’il y a à présenter la matière en choisissant le dialogue, donc une structure produite par changement de locuteur, comme mode de présentation. A cela s’ajoute, surtout chez les auteurs de deuxième ordre, une propension à expliquer l’ensemble de la science naturelle en s’obstinant à esquisser un système en partant d’un point de vue particulier142.

  • h C’est ainsi que l’on désigne au dix-huitième siècle celui qui voyage avec son appareillage électri (...)
  • 143 J.-C. Wilcke, Préface à Franklin 1758.

88Cependant, il se trouve aussi des livres, comme ceux de Nollet ou comme les Institutions de Physique (1740), d’inspiration wolffienne, dues à la Marquise du Chatelet, pour dire çà et là du nouveau et satisfaire à des prétentions scientifiques plus élevées. Ce sont peut-être ces livres et les traités de type monographique dotés d’un caractère original — comme les Lettres sur l’électricité de Franklin et l’Histoire naturelle de Buffon — qui tiennent le milieu entre la science et la société. Le traducteur allemand de Franklin, le chimiste germano-suédois J.C. Wilcke, félicite l’auteur d’avoir parsemé son œuvre de nombreuses « expériences des plus agréables », d’un grand profit entre autres pour l’« Electricus itinérant »h — qui joint le rôle de magicien à celui de physicien expérimental : « En attendant, ces choses agréables, en raison de l’usage avantageux que M. Franklin en a fait, n’enlèvent rien à la valeur de l’écrit même… »143.

89La différenciation interne de la science qui s’engage met fin à cette orientation, toujours présente, prise en fonction de publics extrascientifiques universels, dont la spécificité est tout au plus déterminée par stratification. Pour autant qu’il reste des publics extrascientifiques qui soient pris en considération, leur spécificité est désormais définie par la discipline, et donc pas par stratification. Ainsi, le pharmacien apparaît comme un destinataire important de la chimie du dix-neuvième siècle. Au reste se développent de nouveaux modèles de valeur qui expédient le contact avec le public et, plus encore, l’appel au public dans la sphère de l’illégitime.

90Les passerelles communicationnelles qui permettent de transmettre les résultats de la science à de larges cercles d’intéressés doivent, au dix-neuvième siècle, être réinstitutionalisées. C’est ainsi que prend forme la popularisation de la science au sens moderne du terme. La popularisation ne veut plus déclencher d’innovations dans la science même — elle se distingue en cela de beaucoup de traités semi-populaires du dix-huitième siècle. Elle prend pour donnée l’état du savoir et se concentre sur l’acte de la transmission et sur les nécessaires travaux de traduction.

  • 144 Il suffit de penser à l’évolution du Scientific American — dont le public aujourd’hui se compose e (...)
  • 145 Le fait même que la popularisation repérable à l’intérieur de la science doive faire des emprunts (...)

91Après avoir trouvé une structure sociale propre tout d’abord dans les associations scientifiques à recrutement local, puis dans les revues scientifiques populaires destinées à des publics abstraits, la popularisation, au vingtième siècle, s’institutionalise à deux niveaux avec le progrès des différenciations interne et « externe » de la science. Le destinataire probable des publications populaires d’un scientifique est le collègue spécialisé dans une autre discipline144 — dans ce sens, le primat d’une orientation prise en fonction de l’environnement interne de la science s’impose aussi dans la popularisation. La popularisation qui touche des publics extrascientifiques repose sur cette première popularisation, elle utilise ses résultats et produit souvent, dans cette mesure, un travail de seconde main. Dans ce processus à deux niveaux, la terminologie que forgent les disciplines s’enrichit peu à peu de concepts, de métaphores et de contenus de représentation empruntés au langage courant, de sorte que la communication peut enfin s’établir avec une expérience sociale moyenne145.

92Les réflexions contenues dans cette section ont expliqué sous quelques aspects le rapport entre différenciation « externe » et différenciation interne de la science : la différenciation « externe » et l’accroissement de la science — qui dépendent en ce qui les concerne d’une mutation de la forme de différenciation propre à la société — apparaissent comme les antécédents qui conditionnent ces surcharges observables dans le système communicationnel de la science qui font que l’on passe à une différenciation des disciplines, celle-ci représentant la forme de différenciation interne propre à la science. A son tour, la réorganisation fondamentale de la structure interne du système scientifique, qui s’impose avec le progrès de la différenciation des disciplines, modifie à de multiples égards les relations qu’entretient le système avec son environnement. On tient là un point de vue central : l’orientation, en se déplaçant vers l’environnement intrascientifique qui entoure chaque discipline, accélère la tendance à la différenciation « externe » de la science. En somme, différenciations « externe » et interne de la science semblent faire partie d’un processus complexe de différenciation de la société moderne qui, une fois mis en marche, produit de soi-même la dynamique de son développement.

93Notre discussion n’a pas pris en considération jusqu’à présent un chaînon important pour le passage à la différenciation interne de la science. Certes, nous avons signalé qu’avec la naissance de communautés fondées sur les disciplines apparaissait le principe formel central de la réorganisation communicationnelle de la science. Ces communautés dépendent toutefois d’institutions scientifiques qui peuvent faire fonction d’infrastructure organisatrice de la science restructurée en disciplines. L’existence, la naissance et le développement de telles institutions décident si la pression qui se produit dans le système communicationnel et tend à une différenciation des disciplines trouve des possibilités institutionnelles d’actualisation. Dans cette perspective, le passage à la différenciation des disciplines apparaît alors également comme une crise des formes traditionnelles d’institutionalisation de la science — comme une crise dans laquelle le sort de la différenciation progressive des disciplines dépend de configurations institutionnelles dont la genèse, la persistance et la transformation sont naturellement ancrées aussi dans des relations causales autres que celles de la science elle-même.

4. Les formes d’institutionalisation

  • 146 Pour cette définition d’organisations basées sur l’obéissance à des règles auxquelles on se soumet (...)

94Le science n’est pas possible si elle est seulement considérée comme un ensemble communicationnel d’échange d’idées et d’informations entre personnes intéressées à des questions scientifiques. Elle dépend d’arrangements sociostructurels stables, dans lesquels l’intérêt pour la science acquiert une forme institutionnelle. Dans les institutions scientifiques, par ailleurs, les organisations formelles, avec les formalisations de l’entrée et de la sortie qui les caractérisent, ont une importance particulière146.

95Les institutions scientifiques garantissent à ceux qui y sont attachés la réalité des intérêts qu’ils poursuivent. Elles leur assurent une position identifiable dans le système social et aussi, éventuellement, un rôle professionnel. Au-delà des changements de personnes et de générations, les institutions donnent une continuité à la science en tant que réalité dépassant les personnes qui s’y intéressent.

  • 147 Crosland 1975 ; 1977, pp. 103-105 ; Crosland/Smith 1978, pp. 1-9, en particulier pp. 2 et 9. Le fa (...)
  • 148 Oleson/Voss 1979, p. XIV, le formule en un paradoxe fondamental : « … the fragmentation of knowled (...)

96Le passage à la différenciation des disciplines scientifiques dépend naturellement du développement et de la différenciation des institutions. Ainsi, M.P. Crosland a attiré l’attention, à diverses reprises, sur le fait que le degré plus élevé de différenciation entre diverses catégories des sciences naturelles que connaît la France par rapport à l’Angleterre au sortir du dix-huitième siècle correspond clairement à une différenciation institutionnelle beaucoup plus marquée en France147. Toutefois la science moderne n’est pas passée par la différenciation de plusieurs institutions pour s’engager dans la différenciation des disciplines. Au lieu de cela, elle se caractérise par le développement de formes institutionnelles « standardisées » à l’intérieur desquelles s’effectue la différenciation des disciplines, mais qui ne se transforment pas en fonction des différents besoins des disciplines148. On est par conséquent amené non pas à chercher les conditions institutionnelles préalables de la différenciation des disciplines dans un processus continu de développement et de différenciation des institutions, mais plutôt à supposer un changement de la forme d’institutionalisation de la science qui produit tout d’abord cette configuration institutionnelle, celle-ci jouant elle-même, par la suite, le rôle d’infrastructure organisatrice de la différenciation des disciplines. Nous traiterons dans ce qui suit de cette supposition en prenant l’exemple de trois formes importantes de l’organisation sociale de la science (la science d’amateur, l’Académie, l’Université) et, pour terminer, nous discuterons brièvement de la pluralisation organisatrice et de la formation de communautés fondées sur les disciplines, qui sont les deux phénomènes fondamentaux de la structure sociale propre à la science moderne.

A. La science d’amateur

  • 149 Voir, pour le rapport entre méthode inductive et science d’amateur, Agassi 1969, p. 34.

97Les traditions d’amateur sont une composante évidente de la science du dix-huitième siècle ; elles se prolongent partiellement bien avant dans le dix-neuvième siècle — c’est le cas principalement en Angleterre et, naturellement, aux Etats-Unis. La science d’amateur apporte une restriction nette au degré de différenciation « externe » et interne que peut atteindre la science. Cela apparaît vite et clairement à l’examen des revues de sciences naturelles de la fin du dix-huitième siècle. Des auteurs dont la profession est spécifiée, « ingénieur-lieutenant », « receptor » ou « inspecteur de saline », y présentent des études qui n’ont qu’un lien thématique lâche et qui sont encore volontiers communiquées sous forme de lettres. Une multitude d’observations et d’expériences s’entassent qui sont à peine discutées. Il manque avant tout l’exposition d’un problème qui aurait pu guider l’auteur dans ses observations. Cette science sans problèmes et sans relation réciproque entre problèmes ne peut guère nier, ne peut guère réfuter quoi que ce soit pour son insignifiance. Tout est potentiellement important, et rien n’a d’intérêt stratégique149.

  • 150 Voir Stichweh 1984, chap. VI.

98La différenciation des disciplines qui se met en place entretient avec cette science d’amateur un rapport ambivalent. D’une part, elle engendre, à court terme, un effet d’inclusion, dès lors que le volume communicationnel de la science prend de l’expansion, et le journal spécialisé dans une discipline fait tout d’abord de la place à la petite communication, genre typique de l’amateur150. Toutefois, avec la progression accélérée des disciplines, le seuil d’accès est relevé, et l’amateur est donc nécessairement exclu.

  • 151 Voir Schmid 1790, qui donne également quelques indications quantitatives.
  • 152 Cf. Conrad 1884, p. 175.

99Plus important pour nous ici est l’autre direction causale que prend le rapport entre différenciation des disciplines et science d’amateur. L’exemple anglais permet de mettre en lumière que la différenciation des disciplines peut être bloquée là où existent des traditions d’amateur dotées d’un grand poids social Ce n’est pas le cas en Allemagne. Certes, une multitude de personnes dont la base d’observation est définie par leur profession et qui ont une formation universitaire continuent à publier sans pour autant occuper un poste académique. Toutefois, l’érudit vivant de ses rentes, qui est le type idéal de l’amateur, est plutôt considéré, en Allemagne, comme un problème social, parce qu’il ne remplit aucune fonction et qu’en s’abstenant ainsi d’exercer une profession, il ne remplit pas le devoir que l’on attend de lui151. Un statut social défini hors du contexte professionnel est un phénomène rare en Allemagne, ce dès la fin du dix-huitième siècle152, et une telle situation crée, entre autres, des conditions favorables à la délimitation de professions scientifiques.

  • 153 Pour ce qui suit, voir surtout Holt 1970 et Connor/Meadows 1976.

100La situation anglaise est tout autre153. De manière typique, le statut d’amateur va ici de pair avec un statut élevé dans la hiérarchie des strates sociales. Le recrutement de l’amateur destiné à la science se fonde sur son appartenance à l’élite sociale. Son intérêt pour la science constitue à ses yeux un élément, culturellement favorisé, d’un mode de vie conforme à son rang. La situation anglaise se caractérise donc par le fait qu’un statut extrascientifique peut s’y convertir en un statut scientifique. Une telle convertibilité est un phénomène propre aux sociétés stratifiées, qui ne tolèrent la différenciation des systèmes fonctionnels que comme différenciation secondaire du système social.

101Dans la mesure où il est indispensable que la convertibilité des statuts se bloque pour que puisse s’opérer la différenciation des disciplines, la science dépend de la mutation subie par la forme que revêt la différenciation de la société. Dans des conditions sociales données, elle substitue alors un mode de recrutement défini exclusivement à l’intérieur de la science (le plus souvent à l’intérieur de la discipline) et qui se fonde sur une réglementation de l’accès définie par la création de moyens de formation scientifiques et par l’organisation d’une carrière à l’intérieur de la discipline.

  • 154 Voir Hall 1962, p. 195.
  • 155 Voir Herschel 1830, p. 133 : « There is scarcely any well-informed person, who, if he has but the (...)
  • 156 Herschel 1830, p. 287.
  • 157 Brush 1978, 1978a.

102Tout cela se produit en Angleterre avec un retard considérable. L’histoire de la Royal Society, qui est au centre de la vie scientifique, est essentiellement déterminée par le fait qu’elle ne dispose d’aucun mécanisme qui lui permette d’écarter des postulants dont la motivation première se fonde sur la stratification sociale154. Le dix-neuvième siècle doit sérieusement compter lui aussi avec la figure de l’amateur. Cela vaut même pour des membres de l’élite scientifique comme J. Herschel, qui propose des questionnaires comportant des directives d’observation et qui publie un manuel de recherche destiné aux officiers de marine, afin d’accroître, par l’instruction, la productivité scientifique de l’amateur155. Naturellement, les sciences ne conviennent pas toutes à l’amateur. Herschel pense surtout à la météorologie et à la géologie. Et ce n’est peut-être pas un hasard s’il accorde à la géologie la deuxième place, juste après l’astronomie, dans la hiérarchie des sciences156. Le rang social de ceux qu’elle occupe rehausse encore ici le prestige interne d’une science. En ce qui concerne la géologie, la situation change avec les attaques portées par W. Thomson contre les géologues157. Thompson exige que soit accordée à la théorie physique la prééminence pour ce qui est du principe et de l’explication. Cela implique que seules les valeurs scientifiques soient recevables dans l’ordre de prestige des disciplines et, par la même occasion, que l’amateur finisse par être incompétent.

  • 158 De même Kohlstedt 1976, pp. 173 ss.
  • 159 Voir, par exemple, O. Lehmann 1901, p. 49, qui use de cet argument pour expliquer pourquoi toutes (...)

103Ce n’est qu’avec l’adoption de modes de recrutement définis désormais à l’intérieur des disciplines, que l’« amateur » devient ce que nous entendons aujourd’hui par le terme158 : il se caractérise alors, dans son rapport à la science, par le fait qu’il n’est pas un scientifique professionnel, et ses statuts extrascientifiques sont neutralisés dans cette identité définie à partir de la science. Les découvertes que pourra faire l’amateur seront, à l’avenir, dues au seul hasard, et, bien souvent, il ne sera pas à même de voir ce qui aurait pu être une découverte s’il avait su la chercher159.

B. L’Académie

  • 160 Voir K. Müller 1970 ; Sontag 1975.

104Le mouvement académique du dix-septième et dix-huitième siècle nous donne à voir un phénomène remarquable du point de vue de l’histoire de la science : il n’intègre pas d’emblée les sciences de facultés que sont le droit et la théologie dans le cercle des domaines d’activité qui sont du ressort de l’Académie. Le modèle-type prévoit — outre les tâches technico-pratiques de nombreuses académies — de prendre exclusivement en considération les sciences de la nature et les sciences mathématiques160. La médecine, la plupart du temps, ne fait pas non plus directement l’objet de l’activité de l’académicien, elle n’entre en jeu que dans la perspective des sciences de la nature, qui sont ainsi affranchies de leur rôle d’annexe de la médecine. Ces limitations donnent lieu à trois remarques. Etant donné l’effectif restreint de l’Académie, elles rendent tout d’abord possible une activité scientifique pertinente. En deuxième lieu, l’élaboration du concept moderne de la science — orienté en fonction des disciplines des facultés philosophiques — se reflète en elles. Enfin, les limitations, en tant que structures institutionnellement figées, offrent une chance de voir et de dire plus clairement que la possibilité de la recherche est le critère qui permet de distinguer les sciences incluses des sciences exclues.

  • 161 Cf. Sonntag 1975 ; Toelher 1977, et Haller 1751. Voir par exemple Haller, p. 51 : un membre de l’A (...)
  • 162 Cité d’après Frensdorff 1901, p. 502. On oppose à ces sciences la théologie, la jurisprudence et l (...)

105Le concept moderne de la recherche n’apparaît pas encore ici, mais certaines de ses composantes sont soumises à une articulation plus consciente. Ainsi, A.v. Haller, par exemple, plaide énergiquement, à propos de la fondation de la « Göttinger Sozietät » (1751), pour la spécialisation considérée comme ce qu’il faut attendre d’un membre de l’Académie et comme la condition qui permet la réussite d’une action tournée vers la recherche161. Dans ses statuts aussi, la société est explicitement établie sur ces sciences « quarum novum incrementum atque intacta quasi veritatis vena sperari potest »162.

  • 163 Pour ce concept, cf. R.S. Turner 1973 ; 1980a.
  • 164 Voir ce que dit C.G. Heyne (cité chez Leo 1901, p. 208) de l’orientaliste et spécialiste de l’Anci (...)

106Le cercle des sciences dans lesquelles on espère pouvoir réaliser « la nouveauté de l’invention » (Michaelis) s’élargit à Göttingen — comme il l’avait déjà fait avant à l’Académie de Berlin — avec l’adjonction d’une section historico-philologique. Les Académies allemandes plus tardives suivent cette décision fondamentale, tandis qu’à l’étranger, les Académies ne s’y rallient pas. Ainsi, la constellation des sciences qui produiront par la suite le processus de la genèse du système moderne des disciplines scientifiques se forme pour la première fois dans les Académies allemandes de la seconde moitié du dix-huitième siècle. On trouve également, à Göttingen — dans les premières années de la Société notamment —, les rudiments d’une interrelation dynamique entre les sections scientifiques qui donne naissance, chez des individus isolés, à un « impératif de la recherche »163 issu de processus d’influence « interdisciplinaire »164.

  • 165 Voir Richter dans la lettre du 11.1.1796 qu’il adresse à Heyne : il refuse de « donner tous les an (...)
  • 166 Hahn 1971, pp. 304-307, a donné un excellent résumé de ce processus pour l’Académie des Sciences f (...)

107Ce sont toutefois des phénomènes d’un ordre de grandeur réduit, qui se rattachent à des relations entre individus. Si la restriction à quelques sciences était la condition décisive de la fécondité de l’activité académique, l’existence même de cette condition deviendrait critique avec la différenciation naissante des disciplines. L’effectif des académies ne permet pas de s’intéresser à beaucoup de sciences, et la distance communicationnelle croissante qui s’instaure entre les disciplines condamne l’assemblée plénière de l’Académie à devenir un forum improductif pour la discussion scientifique165. Cela conduit la science, à la fin du dix-huitième siècle, à quitter effectivement l’Académie : la recherche véritable trouve d’autres lieux pour se réaliser et les idées novatrices sont argumentées ailleurs166. L’Académie recueille tout au plus le résultat fini — bien que les publications académiques, même en tant que lieu de diffusion, soient supplantées par des revues plus spécialisées et plus rapides à partir de 1780 environ.

  • 167 Sur ce point et pour ce qui suit, cf. Engelhardt 1975, pp. 14 s. ; 1979, p. 63 ; McClellan 1979, e (...)
  • 168 J.E. Smith 1791, p. 52.

108La crise de l’Académie et le rapport qu’elle a avec la spécialisation de la science et la différenciation de celle-ci en disciplines se reflètent parfaitement dans la littérature française et anglaise de l’époque167. Les solutions proposées s’en tiennent généralement au paradigme du modèle de l’Académie : on pense le plus souvent à des sociétés spécialisées qui puissent explorer de manière intensifiée les problèmes des disciplines particulières. C’est dans ces termes que J.E. Smith s’exprime en 1788, lors de la fondation de la « Linnean Society » de Londres : « It is altogether incompatible with the plan of the Royal Society, engaged as it is in all the branches of philosophy, to enter into the minutiae of natural history ; such an institution therefore as ours is absolutely necessary, to prevent all the pains and expence of collectors, all the experience of cultivators, all the remarks of real observers, from being lost to the world. The slightest piece of information which may tend to the advancement of science we should thankfully receive. However trifling itself, yet combined with other facts, it may become important »168.

  • 169 Hammermayer 1976, p. 23, situe la fin de la phase de fondation entre 1760 et 1770.
  • 170 Voir Siefert 1967.

109En tant que sociétés et qu’associations scientifiques, les nouvelles sociétés spécialisées reprennent des traits essentiels de l’organisation structurelle des Académies ; elles élaborent cependant, dans le même temps, un nouveau type de société scientifique, qui se propage dès que s’achève la dernière vague de fondation d’Académies publiques169. Les nouvelles sociétés demeurent des sociétés privées, elles ne bénéficient d’aucun patronage public et ne le cherchent pas non plus, bien souvent parce qu’elles prennent consciemment leur distance vis-à-vis de la politique170. Elles donnent naissance par la suite, selon un processus de différenciation, d’une part à l’association professionnelle, avec une spécification de la discipline, d’autre part à la société savante, qui a pour fonctions plus locales d’inclure un public cultivé. Cependant, les deux institutions — qui ne créent guère de nouveaux rôles professionnels pour les scientifiques — ne résolvent pas les problèmes posés par la crise fonctionnelle des Académies. Le fait qu’on ait pourtant pu espérer parfois qu’elles le fassent révèle seulement à quel point la pensée, lors d’une crise institutionnelle, est liée par les mêmes structures qui déclenchent la crise de par leur incapacité d’adaptation, et ne réussit donc pas à anticiper les nouveaux développements en évolution qui résoudront par la suite le problème, bien qu’ils ne soient pas produits dans cette intention.

  • 171 En Prusse, cela se réalise grâce à l’orientation internationale de l’Académie (Suisse, France, pay (...)

110Le problème se pose d’emblée différemment en Allemagne. L’Académie n’est jamais plus qu’une institution à côté de l’Université — et même les deux grandes Académies (Berlin, Munich) n’enlèvent pas aux universités de leur Etat (Halle, Ingolstadt) leur personnel le plus productif, mais elles recrutent plutôt dans d’autres groupes et dans d’autres régions171, si bien qu’il existe à la rigueur une opposition forte, mais pas d’ordre de prééminence entre l’Académie et l’Université.

  • 172 Condorcet, dans un manuscrit, Sur l’utilité des académies, qui fut rédigé autour de 1780 — il étai (...)
  • 173 Pütter 1765, p. 251 ; cf. également Kästner 1768, p. 61. A propos de l’effectif de l’Université de (...)

111En conséquence, la question de la possibilité pour la science de poursuivre son évolution grâce à l’Université trouve une réponse différente. Tandis que, vers 1780 encore, le secrétaire de l’Académie des Sciences, Condorcet, commente la question : « Doit on lier les académies avec les universités ? », par une simple formule : « Je ne le crois pas […] les universités sont faites pour enseigner ce que les académies découvrent… »172, l’expérience de l’Université de Göttingen par exemple, qui a constitué une société (Académie) réunissant des professeurs choisis de l’Université, mène à d’autres conclusions. Dès 1765, le juriste et historien de l’Université J.S. Pütter formule l’impression que l’extension quantitative de l’Université en tant qu’organisation représente la condition décisive pour que la recherche (« l’enrichissement des sciences en vérités fraîchement découvertes ») soit également possible dans le contexte universitaire : « Si, entre temps, une université est pourvue d’un nombre tel d’enseignants que chacun d’eux puisse se limiter à des éléments plus particuliers du savoir et qu’il puisse encore trouver du temps, en dehors des heures qu’il doit employer à son enseignement, pour élargir ses propres connaissances dans le domaine des sciences qu’il doit expliquer à d’autres, alors diverses sociétés savantes, qui se donnent un horizon encore plus large que la seule instruction de la jeunesse, peuvent très bien être associées à une université de ce type »173.

  • 174 Note de l’auteur.
  • 175 Brandes 1802, pp. 17 s.

112Officiellement, la recherche reste encore ici réservée à une institution (« la société savante ») qui est indépendante de l’Université — mais qui en est issue. Le chargé de mission commis à l’Université de Göttingen, Brandes, voit beaucoup plus nettement, en 1802, que c’est à l’Université elle-même qu’incombe la mission de conserver et d’accroître le savoir, d’autant plus qu’elle peut s’acquitter de cette tâche avec une perfection dont ne serait jamais capable une Académie. D’après Brandes, les limites de l’Académie résident en cela que « pour subvenir à ses besoins… un prince d’Allemagne pourrait difficilement recueillir les très grosses sommes d’argent que nécessitait un institut de ce genre. Les quelques grands de ce monde qui ont créé des sociétés scientifiques se sont contentés et ont dû se contenter de limiter celles-ci à certaines catégories de sciences. Ce n’est qu’en liaison avec les premières notions de l’enseignement scientifique qu’ils ont vu et voulu parvenir au premier point de vue (c’est-à-dire à la conservation, la diffusion et l’accroissement du savoir174) dans toute son étendue »175. Il est ici très clairement exprimé que seule l’Université a les moyens de créer assez de fonctions pour que la totalité des sciences puisse être institutionalisée. Brandes divulgue par la même occasion, de manière implicite, le rapport qui existe entre l’ampleur de l’organisation et la différenciation de la science.

  • 176 C’est dans le concept de recherche que l’approche de la théorie de l’éducation (Bildungstheorie) t (...)
  • 177 Voir Turner 1973 ; Diehl 1978 ; Turner 1980a.

113La littérature pragmatique qui naît des expériences de Göttingen perçoit plus nettement que la rhétorique philosophique de la réforme qui entoure la fondation de l’Université de Berlin que l’Université est faite pour intégrer une multiplicité hétérogène de matières et pour leur concéder un droit propre tout en les maintenant unies. Les théoriciens berlinois, en revanche, bien qu’ils mettent vigoureusement l’accent sur le fait que tout enseignement dépend de l’expérience personnelle de la recherche qu’a l’enseignant176, en arrivent à une définition plus conservatrice de la relation qu’entretiennent l’Académie et l’Université. Ils veulent encore, la plupart du temps, réserver à l’Académie la recherche spécialisée individuelle177.

  • 178 Baader 1854, p. 332. Voir aussi Baader 1854a, p. 338, où il conçoit l’Académie, distinguée de l’Un (...)

114Cette conception est rapidement dépassée par la réalité de l’évolution que subit l’Université. L’Université et l’Académie échangent en partie leur fonction : l’Université devient le lieu de la recherche, tandis que l’Académie se fait le refuge de l’érudition. Dès le milieu du siècle déjà, l’académicien munichois F.X. v. Baader donne, naïvement déjà d’un point de vue historique, sans plus avoir connaissance du passé de l’Académie, une compréhension de celle-ci qui passe en quelque sorte par la négation de tous les titres qui revenaient jadis aux formes avancées de l’Académie. Baader propose des rencontres, instaurées par l’Académie, entre les amateurs du pays qu’intéresse l’histoire de la nature. Ces rencontres doivent permettre à l’Académie « de satisfaire d’autant plus parfaitement et facilement à son insigne fonction, qui consiste à collectionner et à conserver. Car l’Académie est plus apte à s’acquitter de cette dernière fonction, la conservation, qu’à produire du nouveau dans la science… »178.

115L’autre façon désormais possible de comprendre l’Académie résulte, elle aussi, d’une réaction à la transformation de l’Université. Une fois que celle-ci est devenue le lieu où s’organise la structure de la science moderne fondée sur les disciplines, la chance s’offre à l’Académie d’une interdisciplinarité sciemment cultivée. Grâce à la grande sélectivité dont elle fait preuve dans l’admission de ses membres, en la faisant dépendre d’une car rière antérieure menée au sein d’une discipline, le risque que présente l’interdisciplinarité y est limité.

C. Les universités

  • 179 Voir aussi Luhmann/Schorr 1979, p. 55.
  • 180 Jarausch 1978/79, p. 616. Voir également les indications numériques détaillées de Lundgreen 1983.

116Les considérations de la section précédente avaient déjà souligné que seule l’Université est capable, en tant qu’organisation, de cette extension quantitative qui lui permet ensuite, au dix-neuvième siècle, de faire fonction d’infrastructure organisatrice de la différenciation progressive des disciplines179. A l’Université de Berlin, par exemple, on passe, au cours du dix-neuvième siècle, des six chaires d’histoire et philologie et des sept de science de la nature avec lesquelles l’Université débute en 1810 à quarante-huit chaires en histoire et philologie et vingt-deux pour les disciplines touchant à la science de la nature180. Il faut maintenant expliquer plus précisément comment on en vient à institutionaliser la recherche scientifique et, par-là, les disciplines scientifiques modernes, au sein de l’Université, et en quoi consiste l’efficacité spécifique de l’Université considérée comme l’environnement institutionnel de la science moderne le plus important.

117L’histoire de l’Université prend un cours discontinu dès la fin du Moyen Age. A sa naissance, l’Université se caractérise par deux éléments centraux : elle est une institution culturelle dotée d’une autonomie singulière pour ce type de société et elle s’oriente, dans sa fonction première, vers la formation d’élites sociales, c’est-à-dire avant tout vers celle d’ecclésiastiques et de médecins, puis également, un peu plus tard, quand l’adoption du droit romain se met en place, vers la formation de juristes civils. Avec la perte de l’unité culturelle européenne causée par la Réforme, l’Université, en tant que forme institutionnelle de cette unité, devient elle aussi problématique. Dans plusieurs états européens, son histoire, du seizième au dix-huitième siècle, est celle d’une crise marquée par des pertes de fonctions et par sa dissolution en écoles spéciales.

  • 181 Dans le contexte de notre problématique, seule nous intéresse la voie menant à l’Université de rec (...)
  • 182 La prééminence du rapport avec l’Etat est une constante de l’évolution prise par l’Université alle (...)

118Les universités allemandes connaissent une évolution qui diffère nettement du modèle de l’Europe occidentale181. L’action conjuguée de trois facteurs joue en cela un rôle essentiel. Le premier facteur est la prééminence du rapport qu’entretiennent avec l’Etat les universités allemandes depuis les premières créations, à la fin du quatorzième siècle. Les universités allemandes ont pour fondateur un seigneur territorial et leur mission prioritaire consiste uniquement à former des fonctionnaires et à donner aux identités politico-territoriales un support symbolique de légitimation. Cela leur assure toutefois une existence et une importance durables182. Les deuxième et troisième facteurs sont la structure politique décentralisée de l’Allemagne, qui résulte de l’absence d’unité politique, et enfin l’homogénéité culturelle de l’espace germanophone, maintenue et même intensifiée grâce à un processus de formation d’une nation produit par la culture.

  • 183 Dans les conditions décrites, renoncer à une université locale implique pour l’Etat qu’il renonce (...)

119On peut déduire de cette constellation de facteurs les particularités structurelles essentielles de l’histoire de l’Université allemande depuis le seizième siècle. Le rapport qu’entretient l’Université avec l’Etat assure à ce dernier une disposition effective à agir en vue d’influencer et de diriger les universités. L’orientation que prend l’Etat en fonction de l’existence d’autres universités sises en territoires voisins ne suggère pas seulement que sa propre université locale est irremplaçable183, mais elle dirige aussi l’influence qu’exerce l’Etat sur l’Université vers un renforcement des orientations cosmopolites face à la tendance à l’autarcie locale que manifeste une Université dotée d’une autonomie corporative. La combinaison des dispositions qu’a l’Etat pour l’action avec des initiatives prises à l’intérieur de l’Université, souvent minoritaires, est sûrement l’une des constellations les plus productives de l’histoire de l’Université allemande. La décentralisation politique est la condition préalablement requise pour que des innovations puissent être déjà expérimentées sur une seule université locale. Cela augmente la probabilité d’innovations — il suffit de penser aux nombreuses tentatives de réforme faites par l’Université allemande du dix-huitième siècle — et réduit les frais en cas d’échec d’une innovation. S’il existe en outre une homogénéité culturelle et des conditions annexes, techniques et politiques, de mobilité géographique, on peut alors s’attendre à ce que les innovations institutionnelles et intellectuelles, grâce à la mobilité personnelle des professeurs et des étudiants que ces conditions rendent possible, puissent être transférées relativement vite dans le système universitaire. De plus, la mobilité personnelle est dans le système universitaire une condition essentielle de la concurrence entre les universités. La concurrence s’attache alors à gagner à l’université les professeurs les plus attractifs possible et à attirer, grâce à leur réputation, le plus d’étudiants possible.

  • 184 Pour quelques indications et quelques chiffres, voir Stichweh 1977, p. 215, n. 252 ; proportionnel (...)

120Autre conséquence de la combinaison de la décentralisation politique et de l’homogénéité culturelle : il existe un nombre relativement grand d’universités, mais celles-ci restent intégrées dans un système universitaire. Mobilité et concurrence ménagent des interactions dans le système universitaire et produisent ainsi une cohérence systémique. Le fait que la frontière culturelle du système universitaire ne coïncide pas avec une frontière politique a toujours permis à des universités qui se situaient dans des espaces culturels voisins d’être incluses elles aussi, temporairement, dans le système universitaire. Cela vaut notamment pour le début de l’histoire des universités russes. La multiplicité des Universités permet enfin, malgré la standardisation institutionnelle, un certain degré de diversité et, par là, la prise en considération d’intérêts très disparates, voire locaux. Elle rapproche sensiblement l’Université d’une plus grande partie de la population, si bien que la décision de faire des études prend davantage de vraisemblance. L’Allemagne compte, durant tout le dix-huitième et le dix-neuvième siècle, un plus grand nombre d’étudiants que les états d’Europe occidentale184. L’élargissement ainsi obtenu de la base de recrutement pour les carrières savantes et scientifiques aurait pu influer sur l’efficacité de l’Université.

  • 185 Voir les exemples fournis dans Bredhow 1949.

121On aura déjà fait apparaître clairement avec ce qui précède que les possibilités spécifiques du système universitaire allemand sont compromises par des restrictions de la mobilité. Les limitations de la mobilité conduisent en effet à la ségrégation d’universités particulières ou de secteurs du système universitaire. Deux types de limitation de la mobilité ont encore une certaine importance au dix-huitième siècle. D’une part, on en vient toujours à essayer de mettre un frein politique à la mobilité personnelle des professeurs et des étudiants185. Dans ce cas entrent en jeu aussi bien la simple volonté de ne pas autoriser la mutation d’un professeur qu’une orientation prise en fonction de points de vue mercantiles et économiques. D’autre part, les liens confessionnels des universités entraînent, jusqu’à la fin du dix-huitième siècle, une quasi-segmentation du système universitaire en deux secteurs dont l’interdépendance est faible : l’un des systèmes universitaires est protestant, l’autre est catholique. Outre qu’elle repose sur une division du pays en principautés, cette segmentation tient avant tout sa stabilité du fait que les facultés philosophiques des universités catholiques sont occupées par l’ordre des Jésuites ; l’organisation scolaire et dogmatique que ceux-ci donnent à l’enseignement limite si étroitement les possibilités du contact avec des progrès scientifiques que la dissolution de l’ordre apparaît comme un moment important dans l’histoire de l’intégration des deux secteurs.

  • 186 Pour l’exemple intéressant que constitue la réception de la théorie copernicienne, voir Westman 19 (...)
  • 187 Le redressement des universités allemandes se fait sentir à l’étranger ; ainsi, Göttingen ravit à (...)

122Nous avons jusqu’à présent esquissé les constellations fondamentales de l’évolution de l’Université allemande. Celles-ci assurent aux universités allemandes, au seizième siècle déjà186, puis de nouveau au dix-huitième siècle187, une efficacité scientifique d’une ampleur inconcevable dans d’autres systèmes européens d’enseignement supérieur. La transformation de l’Université allemande, qui permet à celle-ci de devenir l’infrastructure organisatrice du système moderne des disciplines scientifiques, repose sur ces constellations fondamentales (prééminence du rapport qu’entretient l’Université avec l’Etat, décentralisation politique, homogénéité culturelle nationale), et elle est déclenchée par trois autres facteurs.

  • 188 Le nombre des universités (Autriche comprise) diminue ainsi de 39 à 20. Plus avant dans le dix-neu (...)
  • 189 Voir Stichweh 1977, pp. 94-99.
  • 190 Voir Parsons 1967.

123Le premier est un ensemble d’événements politiques et sociaux limité dans le temps : les bouleversements des années 1795-1815, dont résulte une réorganisation des frontières politico-territoriales, c’est-à-dire avant tout une réduction du nombre d’unités politiquement indépendantes et une extension des unités politiques importantes (Bavière, Prusse). La multiplicité de fermetures, de fusions, de réformes et de nouvelles créations qui touche les universités188 produit deux résultats d’une grande importance structurelle : d’une part, une répartition des universités plus rationnelle du point de vue politique et géographique189 et, d’autre part, une tendance à la dissolution de la segmentation confessionnelle du système universitaire qui résulte de l’inclusion d’éléments de population catholique dans les territoires qui étaient jusqu’alors uniquement protestants et d’éléments de population protestants dans des territoires catholiques190.

124Le deuxième facteur — qui a une plus grande importance structurelle et qui figure comme un moment de l’histoire de la différenciation de la société européenne — est la différenciation du système éducatif et, en rapport avec elle, l’association fonctionnelle que concluent l’éducation et la science au sein de l’Université.

  • 191 Luhmann/Schorr 1979, I, en particulier chap. VII-XI.
  • 192 Op. cit., pp. 78 s.

125Le bouleversement que l’on peut observer dans l’histoire de la différenciation du système éducatif lors de la seconde moitié du dix-huitième siècle est marqué dans la différenciation de l’éducation familiale et scolaire191. La réflexion philosophique sur la pédagogie intègre ce processus à la fin du dix-huitième siècle, choisit désormais l’éducation scolaire comme point de référence principal et s’adresse par conséquent non plus au père mais au pédagogue, qu’elle tient maintenant pour le prototype de l’éducateur192.

  • 193 On trouve l’équivalent pour Halle : les réformes scolaires conduites par Francke amènent la facult (...)
  • 194 Pour ce concept dans un autre contexte, voir Gouldner 1965, pp. 177 s.
  • 195 Il suffit de penser à l’astronomie, entre autres, et au déplacement institutionnel qu’opère son ce (...)

126La différenciation du système éducatif est à double titre riche de conséquences pour l’Université. Le nombre croissant d’écoles tout comme leur réforme interne et l’efficacité grandissante qui lui est liée augmentent les besoins en enseignants qualifiés. Le métier d’enseignant cesse d’être une station transitoire dans la carrière du théologien. La faculté du philosophie est désormais le lieu où l’enseignant est formé et, de même que l’essor de la faculté de philosophie de Göttingen n’avait été possible, au dix-huitième siècle déjà, qu’avec les réformes de l’enseignement promulguées dans le Hanovre193, de même il existe au dix-neuvième siècle un rapport étroit entre le développement et l’organisation de l’école et le destin de certaines matières de la faculté de philosophie. Cependant, la faculté de philosophie, tout en dépendant toujours de l’école pour bénéficier de possibilités de croissance, dans la mesure où c’est à l’école que se destine son travail, fait simultanément fonction de système social protecteur194 pour des matières qui n’ont aucun rapport avec l’école195.

  • 196 Luhmann/Schorr 1979, p. 79.

127Luhmann et Schorr ont mis en évidence un second mécanisme d’action qui marque le rapport entre la différenciation de l’éducation et la science universitaire196.

  • 197 La « compétence professionnelle » est l’autre équivalent fonctionnel de l’autorité parentale que m (...)
  • 198 Luhmann/Schorr 1979, p. 80 ; voir aussi p. 62.
  • 199 Voir Diehl 1978, p. 18, qui observe que la Bildung recouvre exactement les quatre notions qui comp (...)
  • 200 Pour pouvoir agir de la sorte, elle doit aussi prendre ses distances par rapport à la vision philo (...)
  • 201 En 1805 encore, E. Brandes reproche à Zedlitz, qu’il tient pour le meilleur curateur d’Université (...)

128Le processus scolaire de l’éducation ne dispose pas des « principes d’autorité naturels et diffus » qui définissent la relation entre parents et enfants. En compensation, on peut mettre l’accent sur la force de vérité des thèmes enseignés et se référer ainsi à la science comme au principe ultime de certitude197. On donne à cela une formulation théorique en interprétant l’éducation comme une Bildung et la Bildung comme quelque chose qui se produit idéalement dans le milieu scientifique. Ainsi, l’éducation universitaire et la socialisation de l’Université que la science rend possible deviennent le point de référence normatif de la réflexion du système éducatif sur lui-même, et le rang des écoles dans ce système se définit par conséquent en fonction du degré de proximité quelles ont par rapport à l’Université198. La Bildung, en tant que nouvelle expression dominante de l’intégration de l’éducation et de la science qui inaugure la revalorisation de la faculté de philosophie et garantit la valeur culturelle de la science en la mettant en rapport avec les hommes, tire son pouvoir de suggestion d’autres relations encore. Ainsi, le concept de Bildung gagne en richesse sémantique de par son lien avec une représentation idéalisée de l’Antiquité classique199 Cette perspective permet de comprendre la position privilégiée dont bénéficie la philologie classique, qui assume des fonctions directrices dans le processus de la genèse du système des disciplines scientifiques200 en même temps qu’elle définit le cœur de la représentation qu’a le Gymnasium de la Bildung. Le rapport entre l’école, l’idée de Bildung, l’Université et les idéaux de la discipline est commenté de manière ironique par le fait que la spécification d’une problématique de la philologie classique constitutive de la discipline est précisément formulée depuis cette chaire de Halle qui, quatre ans avant que F.A. Wolff l’occupât, en 1783, avait été spécialement créée, fait nouveau dans l’histoire de l’Université allemande, pour la pédagogie et que son premier titulaire — Ernst Christian Trapp — devait quitter seulement trois ans après201. En un certain sens, cela symbolise l’éviction d’une pédagogie orientée en fonction de la réalité de l’enseignement scolaire par des idéaux de savoir qui sont plutôt attachés à une discipline et qui marquent alors de leur empreinte la conception de l’enseignement dans le Gymnasium

  • 202 Pour une étude plus détaillée, voir Stichweh 1977, pp. 82 s, 88-93.
  • 203 Turner 1980 ; Fischer/Lundgreen 1975, et Rosenberg 1958, qui souligne à plusieurs reprises la réut (...)

129Nous voulons enfin indiquer brièvement un troisième facteur qui est intervenu dans le processus de transformation de l’Université202. Il s’agit du lien entre l’Université et la bureaucratie, qui, sous les auspices de la théorie de la Bildung et de l’idéalisme, se resserre rapidement, à l’aube du dix-neuvième siècle, donnant ainsi à la constante du rapport de l’Université à l’Etat une forme intensifiée. Au dix-huitième siècle déjà, le renforcement de l’interdépendance se traduit par le fait que les administrations ont tendance pour leur recrutement à renoncer à prendre pour critère l’ascription (l’origine sociale) pour lui substituer le travail accompli. Cela devient possible grâce à l’institutionalisation d’un système d’examen élaboré, qui fait dépendre l’accès à l’administration d’études universitaires achevées avec succès203. La création des études camérales est également importante pour cette période, dans la mesure où celles-ci permettent à la formation administrative d’avoir lieu à la faculté de philosophie dont elles stimulent ainsi le développement.

130Un peu plus tard, la force interprétative de l’idée de Bildung se révèle aussi dans la zone d’intersection de l’Université et de la bureaucratie. Pour la période de réforme, jusqu’en 1820 environ, elle sert à symboliser l’inclusion durable de la bureaucratie parmi les valeurs incarnées par l’Université et elle justifie en retour les efforts particuliers que fournit la bureaucratie pour réorganiser les Universités. Cette complémentarité de l’Université et de la bureaucratie au niveau des valeurs est possible uniquement parce que la Bildung, en tant qu’idée, a le pouvoir de fonder l’identité de la bureaucratie et ce de trois manières : elle sert de formule d’intégration, qui englobe les différences entre l’« ancienne » et la « nouvelle » bureaucratie, les fonctionnaires nobles et bourgeois. Vis-à-vis du monarque, elle donne à la bureaucratie de l’assurance et suscite chez elle une prétention à l’autonomie. Elle engendre enfin chez elle, par rapport à la société et à ses intérêts particuliers, une conception de soi qui la légitime en faisant d’elle le représentant d’un universel qui fonde sa prétention à organiser la société.

  • 204 L’Académie par exemple, en tant qu’institution scientifique modèle du dix-huitième siècle, remplit (...)
  • 205 Sur la théorie sociologique des médiums communicationnels symboliquement généralisés, voir Luhmann (...)
  • 206 Le danger d’une intervention politique immédiate est relativement grand par exemple dans l’Académi (...)
  • 207 Voir aussi Luhmann/Schorr 1979, pp. 54 s.

131Après avoir évoqué quelques conditions importantes pour expliquer la transformation progressive de l’Université allemande aux dix-huitième et dix-neuvième siècles, il nous reste maintenant à discuter, dans une perspective plus systématique, du sens de la combinaison fonctionnelle de l’éducation et de la science dans l’Université. En quoi la combinaison de l’éducation et de la science se distingue-t-elle des combinaisons de la science avec la politique ou encore avec l’économie que l’on rencontrait auparavant, au dix-huitième siècle par exemple204 ? Politique, économie et science sont des systèmes sociaux largement différenciés dans la société dont le processus de différenciation s’appuie sur la formation d’un médium à chaque fois spécifique, symboliquement généralisé (pouvoir, argent, vérité)205. Les médiums symboliquement généralisés règlent l’adoption ou le rejet des communications. Les codes de médiums sont des dispositifs chargés de compléter la langue et ils augmentent les chances d’influence qu’offre toujours la communication linguistique grâce à des symboles généralisés qui relient immédiatement la manière dont un partenaire communicationnel fait sa sélection à la motivation qui conduit l’autre partenaire à accepter celle-ci. Les combinaisons de la politique ou de l’économie avec la science soulèvent alors un problème : des processus d’harmonisation et de traduction sont requis entre les différents médiums et il peut se produire des collisons et des incompatibilités206. Tout autre est le cas de l’éducation, dont la différenciation ne peut pas s’appuyer sur un médium propre, si bien que l’éducation ou bien est organisée en partique professionnelle, comme dans l’école, ou bien doit utiliser, comme c’est le cas pour l’éducation universitaire, un autre médium, dont les prémisses normatives — par exemple la rationalité cognitive pour la communication qui se rapporte à la vérité — servent de structure au processus éducatif207. Cela étant, une préparation, peut-être même une reformulation, du savoir scientifique est certes nécessaire quand celui-ci est destiné à l’éducation universitaire, toutefois cette préparation n’exige pas un passage dans un autre médium, ni une reconstruction qui mette en œuvre des critères de rationalité différents. Les avantages qu’offre cette combinaison fonctionnelle de l’éducation et de la science par rapport aux autres possibilités de la science sont évidents. Cependant deux questions se posent également aussitôt : pourquoi la science dépend-elle de combinaisons qui l’associent avec d’autres fonctions, surtout au niveau de son organisation formelle, et ne peut-on pas imaginer une infrastructure organisatrice de la science qui fasse entièrement reposer sur soi l’activité scientifique ?

  • 208 Pour l’« inclusion », cf. Luhmann/Schorr 1979, pp. 54 s.

132Pour répondre à ces questions, il faut se rappeler comment se déroule le processus de différenciation d’un système social. Après que le processus eut pris, au commencement, la forme d’une délimitation de situations de communication spécialisée, puis celle d’une institutionalisation des rôles propres à chaque fonction, on passe ensuite à la constitution d’un système social large ment différencié dans la société quand s’institutionalisent, en plus des rôles de production qui définissent le système, des rôles complémentaires qui assurent l’inclusion de l’ensemble de la population dans le système social grâce à des formes de participation qui reçoivent une définition complémentaire208. Les rôles de l’électeur dans la politique, du consommateur dans l’économie et du laïc dans le système religieux sont autant d’exemples d’une telle position complémentaire d’un public qui n’est pas directement intéressé à la production des résultats constitutifs d’un système social. L’inclusion de l’ensemble de la population grâce aux rôles complémentaires assure une pertinence universelle à chaque fonction, qui devient alors thématique pour tous quand ils agissent en jouant leur rôle complémentaire respectif.

  • 209 Voir sur ce point et sur l’absence de toute orientation en fonction d’un client, quant à elle typi (...)
  • 210 Voir aussi 1978, Bachelard 1938.

133Qu’est-ce que cela donne pour la science ? La science est naturellement, depuis le dix-septième siècle, un bien public209 qui est à la disposition de tous et qui, surtout, peut être en principe compris par tous. Les mutations qui s’opèrent dans le concept de vérité et qui conduisent celle-ci à ne plus être réservée, comme elle l’était encore dans les traditions magiques et alchimiques qui gagnent le dix-septième siècle, à une petite minorité qui a des prédispositions personnelles spécifiques et se soumet à une socialisation morale stricte, jouent pour cela un rôle décisif210. La capacité d’accéder à la vérité est fondée au dix-septième siècle (avec Descartes, Hobbes) sur des qualités universelles qui échoient à tout homme.

134Toutefois, cette forme d’inclusion est d’une pertinence opérationnelle réduite. Il ne lui correspond aucun rôle complémentaire institutionalisé qui prévoie dans le statut du public une participation conçue comme un événement qui se reproduise éventuellement, voire régulièrement (comparons ici encore la situation de l’électeur ou du laïc). De là résulte le diagnostic d’un déficit structurel de la science en matière de légitimation, considéré comme un problème qui se pose autant que possible.

  • 211 Voir Price 1965.
  • 212 Voir sur ces relations, Tenbruck 1977, p. 222.

135Ce problème ne peut être résolu que grâce à deux types différents de relations entre systèmes. D’une part se développent des relations d’échange entre la science et d’autres systèmes sociaux — grâce à la naissance, par exemple, de la recherche appliquée, qui permet de résorber les ruptures communicationnelles qui se sont introduites dans le rapport entre la science et la technique211. Même l’enseignement universitaire prémoderne, dans la mesure où il se limite à présenter un savoir scientifique élaboré ailleurs sous une forme dogmatisée, produit une relation entre systèmes de ce type. Une nouvelle situation naît de l’institutionalisation de la recherche scientifique dans l’Université, qui non seulement combine chez l’universitaire les rôles d’enseignant et de chercheur mais radicalise aussi cette union en supposant que la recherche et l’enseignement dépendent mutuellement l’un de l’autre et cherche par conséquent à comprendre l’enseignement scientifique comme une participation au processus — non plus aux résultats — de la science. Les formules d’inclusion du dix-septième siècle, qui doivent déjà admettre que la science peut s’enseigner, sont ici transférées dans la structure, fondée sur les rôles complémentaires, propre à l’enseignement universitaire. Ainsi la science peut-elle bénéficier d’une inclusion secondaire. La combinaison fonctionnelle de la science et de l’éducation rattache la science, par l’intermédiaire de l’éducation universitaire, à un système fonctionnel qui lui assure une pertinence universelle dans le système social. Tout membre de la société passe en effet une partie de sa vie à l’école et peut ainsi être également intégré, au moins potentiellement, dans l’éducation tertiaire, dernier échelon de l’institutionalisation de l’éducation. La combinaison fonctionnelle assure de cette manière à la rationalité cognitive une large pénétration sociale, et par conséquent, les sociétés européennes qui — en perpétuant leur propre tradition et la tradition européenne du dix-huitième siècle — « isolent » la science dans les Académies doivent s’accommoder d’une science dotée d’un degré plus réduit d’efficacité sociale et peut-être s’attendre à un besoin de religion et de religion civile plus fort212

  • 213 Au reste on peut dire aussi que la différenciation des disciplines est une condition de possibilit (...)

136Il ne fait aucun doute que la combinaison fonctionnelle avec l’éducation, non seulement touche le rapport qu’entretient la science avec l’environnement social, mais aussi réagit sur la structure interne de la science. Outre les relations déjà mentionnées entre l’accroissement du nombre de rôles professionnels à la disposition des scientifiques, l’ampleur de l’organisation formelle que peuvent atteindre les universités et les conditions ainsi fournies pour que les disciplines puissent se différencier213, la question du recrutement de la relève est du plus grand intérêt. Pour une science qui n’est pas reliée à des organisations du système éducatif, la relève est pour ainsi dire le fait du hasard. Elle est plutôt assurée par autosélection. Cela donne toute probabilité aux corrélations avec la stratification et ôte en outre à la science la possibilité de former la relève selon ses propres critères. L’institutionalisation de la science dans l’Université permet ici des changements fondamentaux. La base de recrutement de la science s’élargit considérablement et il devient dès lors en même temps nécessaire d’accroître la sélectivité dans l’usage que l’on fait de cette base. La stratification est partiellement neutralisée par une sélection qui s’effectue selon des critères universalistes — même si la pénurie de postes suffisamment rémunérés limite nettement la chose au dix-neuvième siècle. La jonction qui s’opère entre les structures universitaires fondées sur les rôles et la structure scientifique fondée sur les disciplines permet toutefois le développement d’une carrière à l’intérieur de la science, qui lie la relève, par les espérances placées sur une carrière, à la structure fondée sur les disciplines. Tout cela s’accompagne de transformations structurelles internes de la recherche scientifique qui, dans le cadre des différenciations « externe » et interne de la science, relient l’appartenance à la science à des conditions personnelles (intellectuelles et affectives) plus spécifiquement scientifiques et plus riches en présuppositions. La socialisation qui s’est faite plus tôt dans la science rend encore possible, dans l’Université, un changement de personnes qui vise à approcher de ces conditions.

137On remarquera enfin que l’inclusion temporaire dans la science de générations d’étudiants toujours nouvelles — par exemple dans les rôles d’étudiant avancé ou de candidat au doctorat — produit une fluctuation incessante entre ceux qui arrivent et ceux qui partent et que, d’un point de vue structurel, la probabilité d’innovation augmente ainsi. Celle-ci est due en effet aux apports des nouveaux arrivants eux-mêmes et aussi au fait que ceux qui demeurent durablement dans le système se voient soumis à une stimulation continuelle provoquée par le changement rapide des environnements sociaux et par la mutation, qui s’y trouve liée, des environnements de problèmes importants du point de vue cognitif.

  • 214 Pour ce qui suit, voir surtout Ben-David 1978a, et les intéressantes réflexions que l’on trouve da (...)
  • 215 Wien 1914, p. 9, situe lui aussi la faiblesse décisive de l’Institut de recherche dans l’absence d (...)

138A la fin du dix-neuvième siècle, la combinaison fonctionnelle de l’éducation et de la science perd sa stabilité dans la mesure où l’on croit ne plus pouvoir trouver dans les organisations du système éducatif une représentation appropriée pour un stade nouveau de la recherche spécialisée. Pour résoudre le problème et apporter une innovation institutionnelle, on crée l’Institut de recherche extra-universitaire, dont on peut parfaitement prévoir les difficultés, rapidement perceptibles, d’après nos considérations sur la combinaison fonctionnelle214. Il manque à l’Institut de recherche la légitimité, toujours acquise sur le mode d’un processus, que garantissent pour la science universitaire les exigences en matière de formation qu’a l’Université. Pour l’Institut de recherche, cela se traduit par la pression permanente d’une attente qui exige des découvertes extraordinaires et qui, en leur absence, incite rapidement le public scientifique à une critique violente. En se structurant de la sorte, la situation est cependant incompatible avec les vastes horizons temporels dont a précisément besoin la recherche fondamentale — et en fonction desquels l’Institut de recherche fut en réalité créé —, et elle fait courir à l’Institut de recherche le risque de se fixer sur des projets à la mode. Les résultats effectifs auxquels parvient l’Institut restent toutefois relativement inopérants, parce que les mesures institutionnelles requises pour la formation d’une génération de scientifiques qui puisse travailler avec les connaissances et les méthodes nouvelles sur une base plus large y font défaut. Ainsi ne manque-t-il pas seulement la capacité de former sa propre relève et la possibilité, toujours liée à des processus de formation, d’avoir un effet qui dépasse la seule institution, mais on doit également déplorer l’absence, du point de vue de l’organisation interne, d’une fluctuation suffisante du personnel. La capacité d’innovation de l’Institut est par conséquent menacée, d’autant qu’il est également difficile à l’Institut d’institutionaliser des mécanismes de mouvements, puisque la pression qu’exercent en permanence les générations de nouveaux arrivants n’intervient pas ici215.

  • 216 Ben-David 1978a.
  • 217 Wien 1914, p. 9 : « … les instituts incorporés dans l’Université devraient en constituer un membre (...)

139Ben-David a décrit la manière dont l’Université américaine a réagi, avec le « graduate department », au problème qu’est ce degré de difficulté croissant de la recherche spécialisée et qui a conduit à créer en Europe l’Institut de recherche216. L’originalité de cette solution réside évidemment dans le fait que la combinaison fonctionnelle de l’éducation et de la science n’est pas abandonnée, même à un nouveau stade de la recherche scientifique avancée, et que l’on ajoute au contraire un échelon de formation supplémentaire au système éducatif, de sorte que la science conserve les avantages, historiquement rares, de la combinaison fonctionnelle. En Allemagne, Wilhelm Wien, se basant sur les premières expériences allemandes en la matière, parvient en 1914, à des conclusions qui préconisent la réintégration de l’Institut de recherche dans l’Université et, par là, implicitement, un cycle d’études graduées217.

140Ces propositions ne se sont pas réalisées, si bien que nous observons le même type de phénomène que lors de la crise fonctionnelle des Académies au dix-huitième siècle. La solution au problème qui finit par être couronnée de succès n’est pas à proprement parler anticipée, elle ne résulte pas d’une adaptation bien réfléchie des institutions à des évolutions nouvelles. Elle est plutôt choisie entre plusieurs tentatives nationales, dont on peut difficilement évaluer à l’avance la capacité à résoudre la difficulté.

D. Diversification des organismes et communautés fondées sur les disciplines

  • 218 Voir avant tout, pour ce qui suit, Ben-David 1977, pp. 261-265.

141La science du dix-huitième siècle, établie dans les Académies, réunit toutes les fonctions recensées à l’intérieur de la science en une seule organisation218 : l’Académie pourvoit l’homme de science d’un rôle professionnel ; la recherche a lieu à l’intérieur de l’Académie, en particulier quand des équipements de recherche propres (laboratoire, jardin botanique) y sont créés ; les résultats de la recherche sont communiqués à l’intérieur de l’Académie, c’est là qu’ils sont discutés et évalués, puis ils sont enfin publiés dans l’organe d’information de l’Académie. Dans ces conditions, il y a donc, idéalement, coïncidence pour les hommes de science qui sont membres de l’Académie entre le lieu de la recherche, le système communicationnel de la science et le lieu du contrôle social, ce qui veut dire toutefois que, au moins au sommet, le système social de la science se confond avec une organisation unique.

  • 219 Cela n’affecte pas la position privilégiée de l’Université, à propos de laquelle Conrad 1884, p. 1 (...)
  • 220 Pour l’exemple d’une nouvelle fondation, la « Société des Sciences Saxonne », cf. Jungnickel 1979.

142Ce schéma ne se réitère pas avec l’institutionalisation de la recherche scientifique dans l’Université, au début du dix-neuvième siècle. Certes, la recherche se fait désormais à l’Université, qui est aussi le lieu où est formée et recrutée la relève et où les carrières scientifiques trouvent leur place institutionnelle. Cependant, le lieu de la communication, de la publication et de l’évaluation des résultats de la recherche n’est pas l’Université. Ces processus communicationnels centraux de la science — qui permettent seuls à la science de se constituer en élément autoréglé de la communication sociale — s’organisent plutôt maintenant dans les communautés fondées sur les disciplines. Celles-ci sont toutefois possibles dans leur autonomie spécifique, face au système universitaire, qui apparaît comme le premier lieu professionnel des hommes de science, parce que la science n’est plus renvoyée, pour ce qui est de son support institutionnel, à une organisation unique, mais que, parallèlement à la réorganisation de l’Université et à l’accroissement de l’organisation qui lui est lié, se met en place également une diversification progressive de l’infrastructure organisatrice de la science. A côté de l’Université, qui, à la différence de l’Académie, idéalement singulière, n’existe toujours qu’au pluriel, se multiplient d’autres écoles supérieures ; les écoles, touchées par les réformes, offrent, au moins au dix-neuvième siècle, des possibilités professionnelles aux hommes de science qui ne dépendent pas d’institutions de recherche219 ; et l’Académie enfin se maintient et assume de nouvelles fonctions220. Mais avant tout se font jour de nouvelles mesures d’organisation qui étayent l’autonomie communicationnelle des communautés fondées sur les disciplines. La revue prend son indépendance par rapport à l’organe d’information de l’Académie, et elle est réorganisée comme un journal spécialisé destiné aux communautés fondées sur les disciplines. Il se forme, dans un contexte local puis national aussi, un type de société scientifique qui ne débouche plus dans l’Académie et prépare la société de spécialistes et l’association professionnelle. Des conférences scientifiques s’organisent au niveau aussi bien national qu’international, et elles assurent une fonction importante dans la réinternationalisation de la science. Enfin sont créés, à la fin du siècle, les premiers instituts de recherche.

  • 221 Sur ce point et sur la distinction, présupposée dans ce qui précède, de plusieurs niveaux dans la (...)
  • 222 On pourrait le formuler ainsi : il s’agit ici de mécanismes d’organisation qui diffusent énormémen (...)

143Cet inventaire démontre clairement que l’évolution de la structure sociale de la science ne peut pas être seulement décrite comme une mutation, plusieurs fois réitérée, de la forme d’institutionalisation. Il s’y ajoute une composante pour ainsi dire cumulative. Les institutions qui servaient jadis de centre à la science ne sont pas dissoutes, mais intégrées dans une structure organisatrice de plus en plus complexe. Dans le même temps, la distance augmente entre cette infrastructure organisatrice et le système communicationnel de la science, qui est différencié en communautés fondées sur les disciplines, qui elles-mêmes ne sont pas des organisations ni ne peuvent non plus, du reste, être pensées comme des collectivités capables d’agir, puisque l’on n’y appartient qu’aussi longtemps que l’on participe à leur processus communicationnel. Ainsi la diversification des organisations de vient-elle pour la science la condition d’une différenciation des niveaux des organisations et des communautés fondées sur les disciplines221. Les processus communicationnels dans ces communautés dépendent naturellement, eux aussi, d’une structure minimale qui prenne la forme d’une organisation : celle-ci se développe avant tout sous la forme du système scientifique de publication, qui voisine, en gardant une relative autonomie, avec les grandes organisations d’emplois, de recherche et d’enseignement et qui est en comparaison extrêmement peu coûteux du point de vue de l’organisation222.

  • 223 Dans un certain sens, l’Université se substitue aux représentants centraux, qui ont disparu (cf. 3 (...)
  • 224 Voir Luhmann 1968.

144Quelles conséquences ont ces processus de diversification des organisations et de différenciation des niveaux de l’organisation et de la communication pour l’Université, considérée comme l’institution scientifique qui ménage le rapport de la science avec la société et qui, dans cette mesure, est centrale223 ? La réalité communicationnelle de la communauté fondée sur la discipline offre au scientifique de l’Université la possibilité de dissocier plus nettement les deux aspects d’un rôle qui se caractérise par sa dualité et de souligner plus fortement, selon les cas, son appartenance à une discipline ou des obligations localement définies. Il connaît une indépendance plus grande vis-à-vis des deux contextes et, dans cette mesure, y gagne en liberté. La situation est plus difficile pour l’Université. Elle doit accepter que les informations se déversent du système communicationnel de la science dans l’Université et, dans ce sens d’un contrôle cybernétique, la communication régie par la discipline prime. Toutefois, l’Université réagit à cela de manière ambivalente. Dans la pratique quotidienne, elle agite devant ses membres leurs obligations locales, et tire argument dans ce cas de la priorité du temporaire224. C’est seulement dans le cas où elle pourvoit les postes de nouveaux titulaires qu’elle modifie ses orientations et prête attention aux critères définis par les disciplines, qu’elle semblait presque oublier quotidiennement.

Notes

1 Pour un aperçu de la question, voir Flint 1904 ; Speziali 1973/74, Dierse 1977, Dolby 1979.

2 Voir, pour l’argument, Durkheim 1969, pp. 34-37.

3 Voir Schmid 1788 ; Selle 1937, pp. 138 s., 358 ; Dierse 1977, notamment pp. 73-78 pour Göttingen.

4 Par Allemagne on entend le plus souvent dans ce qui suit le territoire du troisième Reich. Il est parfois pertinent d’inclure l’ensemble de l’espace linguistique allemand.

5 Voir Flint 1904, pp. 141 ss.

6 Flint 1904, p. 153, dénombre en Allemagne, pour la décennie 1806-1816, six grandes tentatives. Voir, plus tard, pour un exemple typique, dont l’intention est propédeutique, Suckow 1839.

7 Voir Dierse 1977, pp. 153-175.

8 Op. cit., pp. 177-207.

9 En partie elle porte également le nom de « connaissance de la science » (Wissenschaftskunde) — voir Eschenburg 1792 ; Krug 1795, pp. 7-13 ; 1796, § 15, p. 11.

10 Cf. aussi Rescher 1978, p. 225.

11 Il y a naturellement aussi un vingtième siècle des tentatives isolées pour poursuivre les intérêts théoriques. Voir, pour quelques indications et une proposition personnelle, Piaget 1967.

12 Cf. également Bahrdt 1971, p. 64 ; Jahn 1978, p. 64.

13 Voir cette comparaison chez Westman 1980, p. 105.

14 Schmid 1777 la range parmi les « sciences mécaniques » au même niveau que la statique, la dynamique et l’astronomie. Büsch 1775, II, p. 96, évoque son statut incertain, entre mathématiques et doctrine de la nature.

15 Une évolution plus rapide et une conception plus abstraite de l’objet de l’« aérométrie » découle, après 1770, de la découverte de nouvelles espèces d’air qui conduisent au concept d’un « gaz » comme matière liquide élastique (voir Gehler, vol. I, 1787, Art. « Aérométrie », pp. 52-54).

16 Rudolph 1977, notamment p. 23, fait quelques remarques à ce propos en prenant l’exemple de la science des Lumières françaises.

17 Pour citer un exemple : Forbes 1970 a fait remarquer que les tentatives pour considérer Tobias Mayer (1723-1762) comme un astronome, un mathématicien ou un physicien ont échoué parce que l’enchaînement des problèmes traités par Mayer ne peut être explicité que grâce à sa biographie.

18 On ne veut naturellement pas dire ici que la genèse du système des disciplines scientifiques n’est qu’un processus d’institutionalisation de délimitations déjà conceptuellement anticipées. Bien plutôt, il deviendra de plus en plus clair par la suite qu’il s’agit également d’une réorganisation touchant aux principes des catégories du monde intellectuel.

19 Cité d’après Dierse 1977, pp. 142 s., à partir du manuscrit non encore publié du cours de Schlegel.

20 Cf. Dolby 1979, p. 168 ; Dierse 1977, pp. 214 s.

21 Voir Bachelard 1953, p. 165.

22 Ces réflexions sont suscitées par les travaux de N. Luhmann dans lesquels il explicite l’importance qu’a le changement de forme auquel est soumise la différenciation sociale — le passage d’une différenciation par stratification à une différenciation fonctionnelle — pour la genèse de la modernité. Voir Luhmann 1977, 1980, 1981.

23 Cf. pour ce qui suit, Wolff 1713, 1732, 1735 ; Stiebritz 1741 ; Lüthje 1925 ; Tonelli 1959 ; Arndt 1965 ; Kambartel 1968 ; Seifert 1976 ; Ecole 1979.

24 Il s’est naturellement trouvé des reprises tardives. Windelband 1894 en est un exemple intéressant.

25 Voir Wolff 1735 : « Nimirum non per objectum materiale, sed formale ego Philosophiam discernere soleo a Mathesi, superiorum (quas vulgo vocant) facultatum disciplinis atque vulgari rerum cognitione. Constituit Philosophia peculiarem quendam cognoscendi modum, quo scilicet rationem possibilium distincte perspicimus » (Sectio II, § 6, p. 108). Avec « vulgari rerum cognitio », c’est l’histoire (Historie) qui est visée.

26 Avant-propos de la deuxième édition de la Métaphysique allemande, cité d’après Lüthje 1925, 49.

27 Ici comme dans la suite, nous nous appuyons avant tout sur Seifert 1976.

28 « Car les sciences sont semblables à des pyramides dont l’histoire (Geschichte) et l’expérience peuvent être considérées comme le fondement unique ; le fondement de la philosophie de la nature est par conséquent l’histoire naturelle ; la strate suivante est la physique, plus près de la pointe vient la métaphysique » (Bacon 1783, p. 342). Sur Bacon, voir Seifert 1976, pp. 117-125.

29 Cf. Wolff 1732, § 792.

30 Voir, par exemple, Stiebritz 1741 : « La différence entre connaissance historique et philosophique est sensible et celle-ci est de loin plus parfaite que celle-là » (§ 36, pp. 40 s.). Voir surtout, à propos de cette constellation, le même Stiebritz, pp. 40-47.

31 La notion d’un « mode d’enseignement mathématique » renvoie à la clarté des concepts, à l’exactitude des conclusions et des enchaînements, etc. — Cf. pour une définition, Wolff 1733, pp. 61 s.

32 Voir, pour la doctrine de la nature (Naturlehre), la polémique contre Descartes et son identification du « corps naturel » avec le « corps géométrique » — Wolff 1723, 13-18.

33 Voir Wolff 1713, rapport préliminaire et § 16, p. 120 ; 1735, Sectio II § 14-18, ici surtout p. 17 ; Stiebritz 1741, § 72-74.

34 Gralath 1747a, § 30, 533 (je souligne R.S.).

35 Nous supposons ainsi qu’un rapport concret à l’objet est souvent important au début en tant qu’il définit l’identité de la discipline, mais qu’il est progressivement remplacé, durant l’évolution de la discipline, par des problématiques qui décomposent plus fortement les champs sous des points de vue spécifiques à la discipline et qui en proposent de nouvelles combinaisons. Ce qui revient à dire qu’une discipline définit de plus en plus son « objet » selon des critères propres, qu’elle produit elle-même — mais qu’on en reste à un objet spécifique et que l’on renonce à l’universalité du rapport à l’objet qui était propre à l’histoire (Historie), à la philosophie et aux mathématiques.

36 Un auteur français en donne une formulation dans un contexte un peu différent : « C’est toujours la Nature employée aux besoins de la Société, ce qui n’est en effet qu’un même sujet considéré sous différentes formes » (Abbé Rozier dans le « Tableau Des Matières » des Observations sur la physique…, 1771, cité d’après McKie 1957, p. 74 ; passages soulignés par R. Stichweh).

37 Voir Nösselt 1789, pp. 20 s. ; Sulzer 1778, pp. 5, 8 s. ; et Schmeizel 1728, qui (pp. 70-82) tient sapientia, doctrina et institutio pour des synonymes d’« érudition » et (pp. 205 s.) définit le sens propre d’érudition par « sciences approfondies » (gründliche Wissenschaften), qu’il oppose aux « arts mineurs, naïfs » (schlechten, einfältigen Künsten).

38 Voir, par exemple, Eschenburg 1792, p. 5.

39 Voir Kambartel 1968, p. 85.

40 Voir Eschenburg 1792, p. 3 ; Nösselt 1789, pp. 10 s. Sur le statut de la chimie en tant quart, voir Stichweh 1984, chap. II.

41 « Une Historie de ce type est un tableau dans lequel tout est disposé de telle manière qu’un tout en ressort …Voilà pourquoi cette Historie n’est pas comptée sans raison parmi les beaux-arts » (Sulzer 1778, p. 28).

42 Cf., sur ce point, Kristeller 1965 ; Abrams 1981.

43 Sur les structures-codes des systèmes sociaux modernes et leur importance pour la différenciation des systèmes qui passe par la formation de médiums de communication, cf. Luhmann 1974, 1975, 1976.

44 Eberhard, J.-A., 1778, p. 23. Pp. 33-38, il explique pourquoi la doctrine de la nature (Naturlehre) reste exclue du champ de la philosophie proprement dit. Voir Hissmann 1778, pp. 32 ss.

45 Karsten 1786, pp. 129 et 130.

46 On retrouve le même motif cent ans plus tard dans la résistance largement répandue qu’opposent les scientifiques (Naturwissenschaftler) à la séparation opérée entre leur discipline et la faculté de philosophie.

47 Wundt 1945, pp. 289-292. On connaît aussi le scepticisme qui s’est par la suite manifesté à l’égard du romantisme et de l’idéalisme ; il est allé si loin qu’aucun livre de Schelling n’a été admis dans la bibliothèque. Voir Selle 1937, pp. 250, 375.

48 Pour le rapport de la science naturelle philosophique (Naturlehre) et des mathématiques, voir R. Stichweh 1984, chap. III.

49 L’extension du concept de ‘nature’ ressort par exemple de la classification de l’« histoire » élaborée par Schmeizels (1728). A l’Historia Naturalis il oppose l’Historia Sacra (« les choses qui relèvent de la religion »), l’Historia Artificialis (« les choses que produit l’art ») et l’Historia Civilis (« les choses qui arrivent dans la vie civile »).

50 Voir sur ce point Heibron 1979, pp. 9 s. Il est important, ici et dans ce qui suit, de souligner que la « physique » fait d’ordinaire fonction, au dix-huitième siècle, de terme générique pour désigner la doctrine de la nature (Naturlehre), l’histoire naturelle, la chimie et les propositions des mathématiques appliquées, ce qui revient à dire qu’elle n’anticipe pas la spécification ultérieure de la discipline.

51 Voir Schmeizel 1728, pp. 251 ss.

52 Le traducteur allemand (cf. Priestley 1772, p. XV) rend ici l’expression, en en altérant le sens, par ‘Physikalisches Instrument’. La terminologie allemande est en général différente de l’anglaise. ‘Experimentalphilosophie’ n’est guère employé, on dit plutôt ‘Experimentalphysik’ ou ‘Experimentalnaturlehre’. De manière analogue, ‘Naturphilosophie’ n’est pratiquement pas non plus utilisé dans le sens du’natural philosophy’ anglais. On se borne à considérer la doctrine de la nature (Naturlehre) comme une science philosophique. La raison de ces différences repose de toute évidence sur une conscience plus nette de la possibilité d’un concept plus étroit de la philosophie.

53 Même C. Wolff y voit une des fonctions de la physique expérimentale, qu’il comprend toutefois dans un sens plus large — cf., sur ce point, Wolff 1735, pp. 166-179, et Ecole 1979. Sur l’usage du mot ‘Experiment’ et sur la réalité de l’enseignement dans les universités allemandes (catholiques) du dix-huitième siècle, cf. Kistner 1937. Au début du dix-neuvième siècle, le professeur et académicien berlinois E.-G. Fischer jette un regard rétrospectif sur cette tradition de la physique expérimentale (1808, p. 35 ; 1827, pp. 3 s.) et lui objecte avec scepticisme qu’elle a favorisé la représentation selon laquelle la physique « peut exister en tant que science même sans les mathématiques » (1808, p. 35).

54 Kants Vorlesungen, vol. 1 : Vorlesungen über Logik (Gesammelte Schriften 24), 1966, p. 343, cité d’après Seifert 1976, pp. 185 s.

55 Voir, pour des exemples, Eberhard 1787, pp. 10 s. ; Winkler 1754, pp. 2 s. ; Karsten, W.-J.-G., 1786, pp. 179 s. (il critique la distinction parce qu’il craint qu’elle ne promeuve le « vieux penchant à inventer des théories personnelles », p. 180) ; Hertz 1787, § 13, p. 4 ; Gehler, II, 1789, Art. « Experimentalphysik », et III, 1790, Art. « Physik », pp. 495 s.

56 Voir Winkler 1744, 1745, 1746.

57 Au lieu de cette différence, c’est la distinction entre « doctrine de la nature générale » et « particulière » qui sert de principe d’organisation dans la plupart des abrégés.

58 Eschenburg 1792, p. 171, par exemple, fonde la prééminence accordée à la doctrine de la nature vis-à-vis de l’histoire naturelle sur le fait que seule la première traite également des corps célestes, tandis que la seconde est limitée à la connaissance des corps terrestres.

59 Widenmann 1793.

60 Voir Link 1797, pp. 20-22 ; 1798, pp. 36 s. et 41.

61 Erxleben 1775, Préface ; on trouve des considérations analogues déjà dans ses Anfangsgründen der Naturgeschichte, 1768, Préface, citée dans Krafft 1978, p. 146.

62 Gehler III, Art. « Naturgeschichte », pp. 312-322, citation, p. 313 ; Art. « Phänomene », p. 455.

63 Voir Kant 1800, pp. 444 s., 499-501 ; trad. fr., pp. 21 s., 77-80.

64 Cf. Krug 1797, § 187, p. 51.

65 La division du travail faisait partie des arguments avancés pour séparer l’histoire et la philosophie. Voir, par exemple, Kraus 1781, p. 25 ; « Le philosophe, si attentif qu’il soit toujours, ne pourra cependant jamais réunir à lui seul toutes les observations et toutes les expériences qui lui sont nécessaires en tant que fondements de ses déductions ».

66 Par exemple, le degré réduit de mathématisation que peut atteindre la chimie a une grande influence dans le processus de sa différenciation d’avec la physique. La définition explicite de l’identité d’une discipline doit user toutefois d’autre points de vue.

67 Voir déjà Krug 1796, qui (§ 6, p. 4) refuse explicitement la différence entre connaissance historique et rationnelle du point de vue de la théorie de la connaissance, mais qui (§ 21, p. 15) concède plus loin que l’on peut utiliser cette distinction pour une classification des sciences naturelles qui touche au « regroupement scientifique des connaissances particulières ».

68 Voir par exemple Fries 1813, p. 268, qui, avec l’argument suivant : « car notre science pense en tout lieu à la loi », refuse la division en description de la nature et en doctrine de la nature. Mais voir aussi la position différente qu’il défend en 1822 (p. 5) et en 1826 (p. 11). Cf. aussi Nasse 1809, qui, pour ce qui est de la physique expérimentale, déclare que « cette voie qu’empruntent les études de la nature (est) tout à fait identique avec la voie spéculative » (p. 32), et en déduit qu’« il ne peut … exister aucune science empirique, il ne peut seulement y avoir que des sciences rationnelles (rationale Wissenschaften) » (p. 33). Voir également la critique qu’il fait (pp. 67-69) de la distinction opérée par Kant entre sciences historiques et rationnelles (Vernunftwissenschaften).

69 Voir Stichweh 1984, chap. VII.

70 Parrot 1809, p. 7.

71 Cf. Herschel 1830, p. 221 ; voir aussi, pour la position de l’histoire naturelle, le botaniste genevois Senebier : « Quel que soit donc l’objet des recherches de l’observateur, la connaissance de la physique générale (souligné par l’auteur) lui est indispensable » (1802, I, p. 69) ; le même, p. 72 : « …l’histoire naturelle ne saurait se borner à décrire les phénomènes, elle s’occupe aussi de leur anatomie, et elle essaye de découvrir la cause des faits qu’elle dévoile ; ce qui repose entièrement sur les idées fondamentales que la physique et la chimie ont établies ».

72 Voir Stichweh 1984, Chap. VII, 5.

73 Cette section se concentre sur quelques aspects. Pour plus de détails sur les positions relatives des facultés au dix-huitième siècle, voir Stichweh 1977, pp. 38-59, en particulier, sur l’essor de la faculté de philosophie, pp. 52-59, 101 s.

74 Cf., pour un autre exemple où l’on substitue une organisation judicieuse du point de vue du système scientifique à la classique prééminence de la théologie, Blum 1969, en particulier p. 1147.

75 Wolff 1735, Sectio II, § 7-9, pp. 108-110 ; voir aussi Stiebritz 1741, § 44, pp. 54-58 et Wolff 1733, § 193 s., pp. 532-534.

76 Kant 1798, A3-A43, pp. 279-300, cf. surtout A15, p. 285 et A23, pp. 289 s. ; trad. fr., pp. 813-837, 819 s., 825 s.

77 Wolff et Kant reprennent tous deux la vieille image de la philosophie comme servante des facultés supérieures et s’y opposent par une métaphore contrastée : Wolff affirme que « la Dame devrait marcher à tâtons et tomber maintes fois si la servante ne l’éclairait pas » (1733, p. 536), et Kant dit qu’il reste à se demander si la servante « porte le flambeau devant sa gracieuse Dame ou si, derrière elle, elle porte sa traîne » (1798, A26, p. 291 ; trad. fr., p. 826).

78 Kant 1798, A20-23, pp. 288 s. ; trad. fr„ pp. 823-825.

79 Loc. cit., A42, pp. 299 s. ; trad. fr., p. 836.

80 Brandes 1802, p. 142. Voir par exemple Schmid 1777, p. 249, pour qui l’ordre hiérarchique des facultés est « …né si arbitrairement et en des temps si obscurs ».

81 Voir à ce sujet et pour ce qui suit les justes remarques de Turner 1980. Cf., pour la situation d’une université catholique où l’étude de la philosophie est obligatoire, Zeeden 1957, en particulier pp. 26-30.

82 Pour un exemple caractéristique, voir la lettre que l’« extraordinarius » de médecine à Halle, le chimiste F.-A.-C. Gren, adresse, après sa nomination au poste d’« Ordinarius » de la faculté de philosophie en 1788, au ministère prussien (reproduite dans Kaiser/Krosch 1964, p. 171). Gren se voit exclu de la faculté de médecine, déplore la perte de son ancienneté dans celle-ci et pense qu’il a acquis en vain le doctorat de médecine. Finalement il revendique l’appartenance traditionnelle de la chimie à la faculté de médecine. On trouve chez Hammerstein 1978 quelques indications sur la dotation des chaires professorales au dix-huitième siècle.

83 C. Müller 1904, p. 32.

84 Pütter 1788, p. 266.

85 Il faut également pour cela que soient nivelées, au moins partiellement, les différences de salaires entre les facultés. A léna par exemple, où les moyens financiers sont faibles, l’éventail des salaires est largement ouvert en 1704 : de 366 thaler (en théologie) à 130 thaler (en philosophie) (Hammerstein 1978, p. 293), tandis qu’à la fin du siècle, le « Primarius » et le « Secundarius » de théologie perçoivent 459 thaler, le professeur de philosophie le moins bien payé (en rhétorique), par contre, 258 thaler (Bruford 1966, p. 348).

86 Cf. sur ce qui suit, pour une tentative d’explication systématique, Stichweh 1987b.

87 Voir sur ce point et pour la suite Turner 1980.

88 Kant 1798, en particulier A5 s., p. 280, et A13-15, pp. 284 s.; trad. fr.,

pp. 813-815, 819 s.

89 C’est seulement quand l’homme de science travaille, dans une recherche appliquée directement destinée aux besoins pratiques d’un client, c’est-à-dire quand il est pour ainsi dire actif en tant que professionnel, qu’il exerce également une influence substantielle sur l’action de son client. Sur la différence entre l’expérience (Erleben) et l’action, voir Luhmann 1978. L’argument utilisé ici pour différencier les disciplines et les professions reformule une distinction qu’introduit N. Luhmann à propos de la différence entre sciences naturelles et humaines ; cf. Luhmann 1981 b.

90 Voir, pour l’exemple du barreau, Rüschemeyer 1976, p. 145.

91 1971, pp. 275 s.

92 Gustin 1975 ; Hickel 1978.

93 L’emploi du temps qui en résulte est souvent, à vrai dire, considérablement chargé. L’exemple du physicien et météorologue berlinois H.-W. Dove (1803-1879) est loin d’être atypique. H. Neumann 1925, p. 14, compte, pour la période qui s’étend de 1829 à 1841 (Dove est alors « Extraordinarius »), jusqu’à trente heures par semaines.

94 Voir Turner 1980, p. 110 et 1981.

95 Voir Parsons 1970, pp. 204 s.

96 Pour le concept de la théorie d’un Establishment compris dans ce sens, cf. Luhmann/Schorr 1979, 4e partie.

97 Voir Parsons 1937.

98 Cf. Parsons/Platt 1973.

99 Pour la différenciation des situations, des rôles et des systèmes, cf. Luhmann 1980, pp. 20 s., 26 s. ; et en général, pour cette section, le chapitre 1 de ce livre.

100 Sur cette mutation, voir Luhmann 1980, chap. 1.

101 Voir Wuthnow 1979 et, avec de légères modifications, 1980.

102 Parmi les nombreux projets d’encyclopédie conçus par Leibniz, celui qui, au lieu d’une dédicace explicite, porte la mention : « Dedicatio ad Monarcham qui volet » (cité dans Couturat 1901, p. 145), est révélateur d’un certain opportunisme de la science.

103 Pour ce qui suit, cf. Guntau 1977, 1978 ; Gräser 1978 ; Brush 1978.

104 Naturellement, les contemporains perçoivent aussi tout cela, tel cet auteur de la fin du siècle : « Dans l’avant-dernière décennie de ce siècle, on a davantage écrit, m’a-t-on dit, sur les minéraux que sur la théologie, la philosophie et le droit réunis en un demi-siècle » (Anon., Die Mineralogie gegen das Ende des 18 Jahrhunderts, Francfort et Leipzig, 1792, Avant-propos, cité dans Guntau 1978, p. 97).

105 Voir quelques exemples éclairants dans Lepenies 1976.

106 Voir, pour l’exemple de la météorologie, Dove 1872, surtout pp. 91 s.

107 Voir Cardwell 1971, pp. 90-93. Il faut avant tout penser aux études de chaleur, de thermodynamique, de géophysique et de météorologie. Sur l’importance particulière accordée aux Alpes pour ces dernières, voir aussi Huter 1971.

108 Cannon 1978, Ch. 3 ; citation p. 96.

109 Voir, pour cette section, Stichweh 1984, Chap. VII, 5.

110 On tient ici le pouvoir qu’a la science moderne de marquer les mentalités de son empreinte, et, par là-même, l’effet sans doute le plus étendu qu’elle ait sur l’ensemble de la société. Voir certaines remarques chez Mornet 1911.

111 Pour ce paragraphe, voir Engelhardt 1975, pp. 19 s., en particulier les citations tirées de l’histoire de l’optique de Priestley.

112 Voir Gren 1795, p. 173, qui impute l’état peu satisfaisant du « système » (Lehrgebäude) de la chimie au fait qu’une grande partie des faits sur lesquels il s’appuie ne sont toujours pas le résultat d’enquêtes scientifiques.

113 Cf. pour ce qui suit, Stichweh 1984, Chap. IV.

114 Voir sur ce point Westman 1980, pp. 105 s., 120 s.

115 Voir Luhmann/Schorr 1979, p. 49.

116 Voir Rée 1978, p. 6.

117 Voir Wilson 1977, qui tente de montrer que les disciplines doivent, de manière typique, formuler leur identité dans un débat permanent avec une autre discipline — leur antidiscipline.

118 Cet aspect de la science, qui lui fait préférer la familiarité avec l’objet de sa recherche au contact avec d’autres disciplines, est souligné dans Stichweh 1979, pp. 85 s.

119 Bachelard a continuellement analysé ce processus dans ses œuvres. Voir déjà Bachelard 1927.

120 Cf. Luhmann 1981b, chap. III.

121 Voir Stichweh 1977, pp. 39-42 ; Hammerstein 1978, p. 271.

122 Pour l’histoire, voir Tonelli 1959.

123 On ne peut plus non plus alors, quand on parle du géomètre, entendre sous le mot le scientifique (Naturwissenschaftler). Voir sur ce point et sur la différenciation de la théorie et de la méthode, Jahnke/Otte/Schminnes 1981, p. XXII.

124 Voir sur ce point, et pour ce qui suit, Ben-David 1977, p. 258.

125 Voir Hahn 1971, en particulier pp. 21-30.

126 Cf. Hahn 1971, pp. 304-307, et la section suivante sur les formes d’institutionalisation.

127 Ben-David 1977, pp. 250 et 261.

128 Cf., par exemple, Crosland 1978, qui fait remarquer que Linné, Lavoisier et Berzelius offrent les derniers exemples d’une réforme de nomenclature proposée par une seule personne et que l’on décide par la suite des réformes de nomenclature en congrès, à la majorité des voix.

129 Sur ce point, et pour la suite, voir Darnton 1979, en particulier pp. 430-454.

130 Voir d’Alembert 1751, pp. XXVII : l’organisation encyclopédique consiste à accumuler nos connaissances dans le plus petit espace possible, « et à placer, pour ainsi dire, le philosophe au-dessus de ce vaste labyrinthe dans un point de vue fort élevé d’où il puisse apercevoir à la fois les sciences et les arts principaux ; voir d’un coup d’œil les objets de ses spéculations, et les opérations qu’il peut faire sur ces objets ».

131 Darnton 1979, p. 447. Pour le phénomène correspondant du recrutement de « subject specialists » par l’Encyclopedia Britannica à partir de 1788, cf. Kronick 1976, p. 95.

132 Sur ce point, et pour ce qui suit, voir Ben-David 1978, 1979.

133 Voir à ce sujet Kleinert 1974 ; Gillispie 1975.

134 Voir quelques intéressantes remarques à ce propos chez Frensdorff 1901 ; plus précisément Stichweh 1984, chap. VII, 1.

135 Sur la « ‘déproblématisation’ du progrès de la connaissance », cf. Engelhardt 1975a, p. 10.

136 Cf. Gregory 1976 ; Culotta 1974.

137 La culture scientifique moderne se définit d’après lui par l’exact renversement de cette relation : « La culture scientifique était comme écrasée par la masse et la variété des livres secondaires, beaucoup plus nombreux que les livres de valeur. Il est au contraire très frappant qu’à notre époque les livres de vulgarisation scientifique soient des livres relativement rares » (Bachelard 1938, p. 24).

138 Cf., pour ce qui suit, Stichweh 1984, chap. IV, 4.

139 Nollet 1743, pp. XIV s. ; citation, p. X.

140 Monet 1911 ; Kleinert 1974.

141 A. Kleinert (Mitt. d. Ges. für Wissenschaftsgeschichte 10, 1972, p. 42) signale qu’en France, au dix-huitième siècle, les manuels pour étudiants n’étaient pas courants. Il existait par contre des notes de cours.

142 Voir Kleinert 1974, p. 122.

143 J.-C. Wilcke, Préface à Franklin 1758.

144 Il suffit de penser à l’évolution du Scientific American — dont le public aujourd’hui se compose essentiellement de spécialistes.

145 Le fait même que la popularisation repérable à l’intérieur de la science doive faire des emprunts au langage courant pour pouvoir traduire des concepts techniques apporte, semble-t-il, une restriction à la différenciation « externe » de la science. Voir les remarques de Fleck 1935, p. 20.

146 Pour cette définition d’organisations basées sur l’obéissance à des règles auxquelles on se soumet à l’entrée et dont on se défait à la sortie, voir Luhmann 1973, 1978a.

147 Crosland 1975 ; 1977, pp. 103-105 ; Crosland/Smith 1978, pp. 1-9, en particulier pp. 2 et 9. Le fait que la différence institutionnelle entre la France et l’Angleterre soit plus importante que la différence sémantique laisse supposer une autonomie (une indépendance causale) de l’évolution des institutions.

148 Oleson/Voss 1979, p. XIV, le formule en un paradoxe fondamental : « … the fragmentation of knowledge into specialized units, coupled with the Standardization of the institutional forms established to advance and transmit knowledge ».

149 Voir, pour le rapport entre méthode inductive et science d’amateur, Agassi 1969, p. 34.

150 Voir Stichweh 1984, chap. VI.

151 Voir Schmid 1790, qui donne également quelques indications quantitatives.

152 Cf. Conrad 1884, p. 175.

153 Pour ce qui suit, voir surtout Holt 1970 et Connor/Meadows 1976.

154 Voir Hall 1962, p. 195.

155 Voir Herschel 1830, p. 133 : « There is scarcely any well-informed person, who, if he has but the will, has not also the power to add something essential to the general stock of knowledge ». Cf. en outre Cannon 1978, ch. 5, en particulier pp. 151-153.

156 Herschel 1830, p. 287.

157 Brush 1978, 1978a.

158 De même Kohlstedt 1976, pp. 173 ss.

159 Voir, par exemple, O. Lehmann 1901, p. 49, qui use de cet argument pour expliquer pourquoi toutes les découvertes physiques sont faites par des professeurs.

160 Voir K. Müller 1970 ; Sontag 1975.

161 Cf. Sonntag 1975 ; Toelher 1977, et Haller 1751. Voir par exemple Haller, p. 51 : un membre de l’Académie « ne prend pas à son compte la totalité de la science, il ne présente pas non plus un abrégé ou les couleurs d’une sorte d’empire en friche dont il ne peut conquérir dans un périmètre réduit que très peu d’urbes, absolument aucun oppidum, mais il choisit maintenant un petit domaine où il puisse exercer son pouvoir, et dont il peut décrire les montagnes et les fleuves, les villes et les villages et presque chaque maison ».

162 Cité d’après Frensdorff 1901, p. 502. On oppose à ces sciences la théologie, la jurisprudence et l’éthique « ita perfectae atque elaboratae, ut non omnino novae sententiae excogitandae sed a vitae atque aliis jam proditae probandae fortius aut ornandae, veraeque a falsis discernendae » (cité d’après le même Frensdorff).

163 Pour ce concept, cf. R.S. Turner 1973 ; 1980a.

164 Voir ce que dit C.G. Heyne (cité chez Leo 1901, p. 208) de l’orientaliste et spécialiste de l’Ancien Testament Michaelis : c’est l’« esprit de recherche propre à Haller » qui lui a inspiré ses études. De même Michaelis 1761, p. 70, à propos de J.M. Gesner, dont les publications académiques seraient les plus précieux de ses travaux. Michaelis attribue à l’influence de l’Académie l’intérêt pour les études spéciales et la recherche d’archive. Quand Heyne considère plus tard la section philologique comme un « accessorium » et pense qu’il n’est « encore possible de faire de réelles découvertes » que dans la section physique « presque exclusivement » (Leo 1901, p. 178), il engage ainsi une polémique contre Michaelis, mais ne formule nullement une reconstruction convenable de la conception originelle de la Société.

165 Voir Richter dans la lettre du 11.1.1796 qu’il adresse à Heyne : il refuse de « donner tous les ans un cours qui n’intéresse aucun de mes auditeurs » (cité d’après Leo 1901, p. 200).

166 Hahn 1971, pp. 304-307, a donné un excellent résumé de ce processus pour l’Académie des Sciences françaises.

167 Sur ce point et pour ce qui suit, cf. Engelhardt 1975, pp. 14 s. ; 1979, p. 63 ; McClellan 1979, en particulier les remarques de Rozier sur la « Société berlinoise des amis naturalistes », citées pp. 436 s.

168 J.E. Smith 1791, p. 52.

169 Hammermayer 1976, p. 23, situe la fin de la phase de fondation entre 1760 et 1770.

170 Voir Siefert 1967.

171 En Prusse, cela se réalise grâce à l’orientation internationale de l’Académie (Suisse, France, pays baltes), en Bavière grâce à la concurrence entre l’Université jésuite et l’Académie, contrôlée par les Augustins et les Bénédictins.

172 Condorcet, dans un manuscrit, Sur l’utilité des académies, qui fut rédigé autour de 1780 — il était peut-être destiné à la Cour d’Espagne, dans le contexte de la fondation projetée, mais pas actualisée, d’une Académie. Reproduit dans McClellan 1977, pp. 247-253 ; la citation se trouve p. 252. On trouve naturellement des prises de position comparables en Allemagne. Voir, par exemple, le secrétaire de l’Académie des Sciences du Palatinat, Medikus 1785, pp. 187 s.

173 Pütter 1765, p. 251 ; cf. également Kästner 1768, p. 61. A propos de l’effectif de l’Université de Göttingen, voir ci-dessous, les chiffres réunis à partir des ouvrages de Pütter 1765, 1788 ; Saalfeld 1820 ; Oesterley 1838.

Professeurs titulaires (Ordinarien)

1765

1788

1820

1838

Théologie

3

3

3

5

Droit

10

10

7

7

Médecine

5

7

8

8

Philosophie

12

14

18

19

Le nombre des professeurs extraordinaires (Extraordinarien) ne s’élève guère durant cette période, tandis que celui des Privat-docent passe de 11 à 40 (dans la faculté de philosophie, 5 en 1765 ; 15 en 1838).

174 Note de l’auteur.

175 Brandes 1802, pp. 17 s.

176 C’est dans le concept de recherche que l’approche de la théorie de l’éducation (Bildungstheorie) trouve peut-être le renouveau le plus important par rapport à des auteurs comme Ernst Brandes. Le concept de la « recherche », que nous avons parfois projeté ici sur le dix-huitième siècle, n’appartient à proprement parler qu’au dix-neuvième. Les statuts des Académies du dix-huitième siècle ne l’utilisent pas, ils parlent plutôt de « nouveau », de « découvertes », d’« accroissements », etc. (cf. les relevés de A. Kraus 1978, pp. 22 et 111). C’est dans le projet de statuts de l’Académie de Berlin, qui date de 1812, que le concept de « recherche » est employé pour la première fois sous une forme substantive pour décrire la mission d’une Académie (R. Toelher, « Diskussionsbemerkung », in : Mitt d. Ges. für Wissenschaftsgeschichte 10, 1972, p. 22). Quand E. Brandes parle d’« accroissement du savoir » ou d’« activité de recherche » (Forschen) (1802, pp. 16 s. et 135 s.), il est évident que pour lui — comme pour tout le dix-huitième siècle —, le passage de l’acquisition et de la conservation du savoir à son accroissement s’effectue de façon continue. La théorie de l’éducation voit au contraire ici une discontinuité de principe, liée à une différence radicale entre les compétences mentales requises dans chaque cas. Tenter de former quelqu’un à la recherche exige une restructuration totale de son esprit — une rupture avec son passé épistémologique. A cela correspond une réorganisation de l’orientation temporelle du chercheur présumé : une orientation prise en fonction de l’horizon ouvert de l’avenir propre à la recherche se substitue au passé dont l’érudition permettait de disposer (cf. Plessner 1924). On trouve un scientifique pour donner une formulation juste de cette expérience de la rupture : G.S. Ohm, disciple de Fichte, entre autres, lorsqu’il explique la valeur éducative de la géométrie, parle d’« écarter l’homme du domaine de la compréhension imitative pour le conduire au royaume de la recherche productive » (Ohm 1817, p. V) et pose, en fait d’hypothèse, que l’on doit « rompre le barrage qui sépare la simple compréhension de la recherche personnelle » (1817, p. VIII). Du point de vue de l’histoire de l’esprit, la formulation de cette discontinuité se fait selon un processus qui doit naturellement être à son tour décomposé en une continuité de stades — le concept de l’« Aufklärung », en tant que postulat de la spontanéité productive, a vraisemblablement été ici un concept de transition essentiel (voir à ce sujet, pour l’intérêt qu’il présente, C.J. Kraus 1809, I, pp. 18-19).

177 Voir Turner 1973 ; Diehl 1978 ; Turner 1980a.

178 Baader 1854, p. 332. Voir aussi Baader 1854a, p. 338, où il conçoit l’Académie, distinguée de l’Université internationaliste, comme un « Institut National » — intervertissant aussi de ce point de vue les orientations prioritaires du dix-huitième siècle.

179 Voir aussi Luhmann/Schorr 1979, p. 55.

180 Jarausch 1978/79, p. 616. Voir également les indications numériques détaillées de Lundgreen 1983.

181 Dans le contexte de notre problématique, seule nous intéresse la voie menant à l’Université de recherche, qui devient le lieu institutionnel du système moderne des disciplines scientifiques. Nous nous limiterons donc à l’évolution allemande et ferons l’économie d’autres voies de développement innovatrices qui continuent d’agir également dans la modernité — comme les Universités écossaises par exemple. Ainsi que l’a expliqué D. Light, plusieurs de ces voies européennes d’évolution sont « conservées » en tant qu’institutions, du fait que le système d’enseignement supérieur des Etats-Unis les a successivement assimilées et qu’il les a institutionalisées dans des contextes distincts les uns des autres quant à leur fonction. Cela explique l’étonnante diversité des institutions d’enseignement supérieur américaines. Voir Light 1974, en particulier pp. 17 s., et Platt/Parsons/Kirschstein 1978.

182 La prééminence du rapport avec l’Etat est une constante de l’évolution prise par l’Université allemande jusqu’à nos jours. Voir, à ce propos, Westphalen 1979. Ainsi, par exemple, en 1970 (pour la R.F.A.), 72 % du total des salariés munis d’un diplôme de l’enseignement supérieur ont été employés dans le service public ; le pourcentage des diplômés de l’enseignement supérieur travaillant dans le service public s’élève à 14,1 % des salariés qui y sont employés, alors qu’il se chiffre, pour le privé, à 1,6 % (Westphalen 1979, p. 88).

183 Dans les conditions décrites, renoncer à une université locale implique pour l’Etat qu’il renonce à une partie de sa souveraineté. Voir J.F. Pfaff 1796, p. 205 : l’Etat qui doit « trouver refuge » dans des universités étrangères « souffre toujours d’un manque d’indépendance et d’intégrité, parce qu’il ne possède pas les moyens de réaliser une fin qu’il ne puisse pas abandonner, et qu’apparaît une lacune dans l’ensemble de ses institutions » (c’est Pfaff qui souligne).

184 Pour quelques indications et quelques chiffres, voir Stichweh 1977, p. 215, n. 252 ; proportionnellement au nombre d’habitants, la France atteint le même niveau dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle, Ringer 1979, pp. 291 et 335.

185 Voir les exemples fournis dans Bredhow 1949.

186 Pour l’exemple intéressant que constitue la réception de la théorie copernicienne, voir Westman 1980, en particulier pp. 121 (Copernic) et 144, n. 103 (sur l’équipe de T. Brahé).

187 Le redressement des universités allemandes se fait sentir à l’étranger ; ainsi, Göttingen ravit à Leyde, dans la seconde moitié du siècle, le titre d’Université la plus renommée d’Europe. Voir, par exemple, la lettre de Lichtenberg à Heyne, écrite à Londres en avril 1770 : « Je connais ici quelques donzelles distinguées qui liraient à l’heure du thé une description de Göttingen aussi avidement que le public advertiser » (Lichtenberg 1966, I, p. 7).

188 Le nombre des universités (Autriche comprise) diminue ainsi de 39 à 20. Plus avant dans le dix-neuvième siècle, on n’assiste plus qu’à une seule création : Strasbourg, en 1871.

189 Voir Stichweh 1977, pp. 94-99.

190 Voir Parsons 1967.

191 Luhmann/Schorr 1979, I, en particulier chap. VII-XI.

192 Op. cit., pp. 78 s.

193 On trouve l’équivalent pour Halle : les réformes scolaires conduites par Francke amènent la faculté de philosophie à gagner de l’importance.

194 Pour ce concept dans un autre contexte, voir Gouldner 1965, pp. 177 s.

195 Il suffit de penser à l’astronomie, entre autres, et au déplacement institutionnel qu’opère son centre de gravité, d’observatoires extra-universitaires à l’Université. Voir quelques intéressantes remarques chez Mehrtens 1981.

196 Luhmann/Schorr 1979, p. 79.

197 La « compétence professionnelle » est l’autre équivalent fonctionnel de l’autorité parentale que mentionnent Luhmann/Schorr. L’histoire de l’école allemande se caractérise par le fait que l’enseignant n’acquiert pas la compétence professionnelle d’un pédagogue — du moins l’Université ne s’y intéresse pas — et qu’il est d’autant plus renvoyé à la science, considérée comme garantie de son orientation.

198 Luhmann/Schorr 1979, p. 80 ; voir aussi p. 62.

199 Voir Diehl 1978, p. 18, qui observe que la Bildung recouvre exactement les quatre notions qui composent la signification de la paideia grecque, « childrearing, education, mental culture, and the raising of plants or animals ».

200 Pour pouvoir agir de la sorte, elle doit aussi prendre ses distances par rapport à la vision philosophique et pédagogique dont elle s’inspire. Hauff 1803, pp. 13-15, indique comment cela se produit quasi automatiquement : l’abandon de la philosophie justement découle de l’étude absorbante de la « nouvelle philologie » ; « La nature de celle-ci implique que ceux qui la cultivent soient totalement absorbés par elle, a point que, rapidement, ils se consacrent à elle exclusivement » (loc. cit., p. 13). Voir par ailleurs, pour la formation dans la philologie classique en tant que discipline, Turner 1973 ; 1980a ; Diehl 1978, ch. 1 et 2 ; Horstmann 1978 ; 1978a.

201 En 1805 encore, E. Brandes reproche à Zedlitz, qu’il tient pour le meilleur curateur d’Université que Halle ait jamais eu, d’avoir commis une grave erreur et fait une concession inutile à l’esprit du temps en créant cette chaire et en l’attribuant au mauvais individu — Trapp (Brandes 1805, p. 867). Voir par ailleurs, sur Trapp à Halle, Herrmann 1977, pp. 424-428.

202 Pour une étude plus détaillée, voir Stichweh 1977, pp. 82 s, 88-93.

203 Turner 1980 ; Fischer/Lundgreen 1975, et Rosenberg 1958, qui souligne à plusieurs reprises la réutilisation de facto de modèles de recrutement traditionnels.

204 L’Académie par exemple, en tant qu’institution scientifique modèle du dix-huitième siècle, remplit, outre des fonctions scientifiques, des fonctions politiques — qui on trait notamment à la légitimation culturelle de l’autorité gouvernementale (Roche 1974). Les fonctions économiques de l’Académie — dont on trouve un prototype dans l’Académie des Sciences française — s’exercent dans le domaine de l’évaluation des solutions technico-professionnelles.

205 Sur la théorie sociologique des médiums communicationnels symboliquement généralisés, voir Luhmann 1975, 1975a, 1976.

206 Le danger d’une intervention politique immédiate est relativement grand par exemple dans l’Académie du dix-huitième siècle. Le façonnement de l’Académie d’après le modèle de la haute politique donne justement prise à cela (voir Hammermayer 1976, p. 10).

207 Voir aussi Luhmann/Schorr 1979, pp. 54 s.

208 Pour l’« inclusion », cf. Luhmann/Schorr 1979, pp. 54 s.

209 Voir sur ce point et sur l’absence de toute orientation en fonction d’un client, quant à elle typiquement professionnelle, qui en découle, Wuthnow 1979, p. 230.

210 Voir aussi 1978, Bachelard 1938.

211 Voir Price 1965.

212 Voir sur ces relations, Tenbruck 1977, p. 222.

213 Au reste on peut dire aussi que la différenciation des disciplines est une condition de possibilité de la coexistence, au sein de l’Université, de l’éducattion et de la recherche scientifique. Pour une science qui n’aurait guère été soumise à une différenciation interne, la faculté ferait fonction de lieu de communication où l’on traiterait à la fois des problèmes de la formation et des problèmes de la science. L’autonomie possible des thèmes scientifiques serait dès lors trop limitée. Seule la différenciation des disciplines oblige à orienter la communication scientifique vers l’extérieur ; c’est-à-dire que la différenciation des fonctions s’accomplit pour l’homme de science universitaire comme une différenciation des publics de collègues qui servent de destinataires (voir le chap. 4, D). Cet état des choses s’impose vers la fin du dix-neuvième siècle, en liaison avec la discussion sur la dissolution de la faculté de philosophie ; voir Cohn 1905.

214 Pour ce qui suit, voir surtout Ben-David 1978a, et les intéressantes réflexions que l’on trouve dans Wien 1914, pp. 8-10.

215 Wien 1914, p. 9, situe lui aussi la faiblesse décisive de l’Institut de recherche dans l’absence de fluctuation et met l’accent sur le manque d’auxiliaires qui en résulte. Selon lui, étant donné que l’on ne dispose pas de ses propres candidats au doctorat, il n’existe qu’un personnel qui se conçoit comme scientifiquement indépendant, et on ne trouve personne pour accomplir les petits travaux qui doivent être prescrits par le chercheur expérimenté dans le détail de la réalisation.

216 Ben-David 1978a.

217 Wien 1914, p. 9 : « … les instituts incorporés dans l’Université devraient en constituer un membre organique, ils ne se distingueraient d’un Institut universitaire que par la suppression du cours magistral. Un cours restreint, des leçons spéciales sur les tout nouveaux résultats scientifiques, des colloques avec discussions ne devraient pas manquer non plus dans un Institut de recherche ».

218 Voir avant tout, pour ce qui suit, Ben-David 1977, pp. 261-265.

219 Cela n’affecte pas la position privilégiée de l’Université, à propos de laquelle Conrad 1884, p. 175, dit que l’on « s’efforce, en Allemagne plus que dans tout autre pays, d’attirer à l’Université les forces qui ont fait leurs preuves de cette manière ».

220 Pour l’exemple d’une nouvelle fondation, la « Société des Sciences Saxonne », cf. Jungnickel 1979.

221 Sur ce point et sur la distinction, présupposée dans ce qui précède, de plusieurs niveaux dans la formation du système, voir Luhmann 1975b.

222 On pourrait le formuler ainsi : il s’agit ici de mécanismes d’organisation qui diffusent énormément d’informations avec une dépense minime d’énergie.

223 Dans un certain sens, l’Université se substitue aux représentants centraux, qui ont disparu (cf. 3). Toutefois, contrairement à eux, elle ne peut plus proposer à la société une image simplifiée de la science, mais elle règle le rapport à la société en un système d’une complexité semblable à celle de la science même.

224 Voir Luhmann 1968.

Notes de fin

a On traduira Bildung par « éducation » ; on maintiendra cependant le terme allemand là où est évoquée l’idée, spécifiquement allemande, que le français ne peut rendre dans sa totalité (N.d.t.).

b On maintiendra le terme allemand « Gymnasium » : le Gymnasium est une institution qui correspond, pour ce qui est du cursus et de l’âge des élèves, au lycée français. Il faut le distinguer du Gymnasium académique, dont le cursus combine le « collège », les études philosophiques de la faculté des arts et parfois aussi les études de faculté élémentaires — le droit en particulier (N.d.t.).

c On choisit de traduire Naturlehre par « doctrine de la nature », mais on rappellera entre parenthèses, là où cela semble utile, le terme allemand (N.d.t.).

d Nous reprenons la traduction d’A. Renaut (N.d.t.).

e On traduit Ausdifferenzierung par « différenciation ‘externe’ » par commodité, pour l’opposer à Innendifferenzierung. En fait, Ausdifferenzierung désigne la différenciation qu’opère la science par rapport à son environnement extérieur, Innendifferenzierung signifiant la différenciation qui s’opère à l’intérieur même de la science (N.d.t.).

f En français dans le texte (N.d.t.).

g En français dans le texte (N.d.t.).

h C’est ainsi que l’on désigne au dix-huitième siècle celui qui voyage avec son appareillage électrique expérimental et présente devant des publics de nature très différente des expériences d’électricité comme si c’étaient des tours de magie (N.d.t.).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/63084/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

© Presses universitaires du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search