Version classiqueVersion mobile

Études sur la genèse du système scientifique moderne

 | 
Rudolf Stichweh

Introduction

Texte intégral

1Le concept peut-être le plus important pour les études présentées dans ce volume est celui de différenciation fonctionnelle. La thèse qu’il implique en tant que concept central est que la société moderne ne peut plus être comprise comme une société d’états, de classes, ou comme une société essentiellement divisée en strates. En fait, il s’est constitué depuis le xviie siècle une macroorganisation de systèmes fonctionnels comme l’économie, la politique, la religion, la science, les relations intimes, l’éducation, l’art, etc., qui a écarté le point de vue de l’appartenance à un état ou à une couche sociale, qui dominait autrefois la communication sociale. Par conséquent, la communication sociale importante dans la société moderne est avant tout celle qui se rapporte aux problèmes d’un système fonctionnel. Cette thèse se situe dans la tradition de la théorie sociologique de la différenciation structurelle et elle est préfigurée à certains égards dans la théorie de la solidarité organique élaborée par Emile Durkheim. Elle a trouvé aujourd’hui sa formulation la plus englobante dans les thèses sur la théorie du système esquissées par Talcott Parsons et Niklas Luhmann.

2C’est ce changement d’orientation dans la description des structures de base de la société (en tant que macroensemble qui ramène toutes les communications à l’unité d’un système) qui sert de toile de fond aux présentes études. Celles-ci tentent d’apporter leur concours à l’analyse de la genèse du système scientifique moderne considéré comme l’un des systèmes fonctionnels de la société moderne. Elles s’ouvrent sur une enquête détaillée qui était à l’origine la partie introductive d’un livre sur la genèse, en Allemagne entre 1740 et 1890, de la physique en tant que discipline. Ce livre s’applique à mettre en relief la discontinuité fondamentale qui sépare à de multiples points de vue, sociostructurels, méthodologiques et théoriques, la discipline moderne qu’est la physique des anciennes formes prises par la science de la nature. Le premier chapitre, repris ici, place cette enquête particulière dans le contexte plus large de la genèse de la différenciation des disciplines, qui apparaît comme l’une des caractéristiques décisives dans la formation du système scientifique moderne. Ainsi que les autres études reproduites ici, cette enquête est redevable à un programme qui, à l’instar de Reinhart Kosselleck et Niklas Luhmann, refuse de séparer les études sémantiques et sociostructurelles. Il s’agit au contraire d’insister sur le fait que la sémantique et la structure sociale jouent le rôle de conditions intimement liées dans les processus de différenciation structurelle.

3La deuxième section tente d’approfondir l’analyse des processus de la différenciation interne de la science prise sous un angle spécifique. Lorsqu’on observe la progression relativement rapide que connaissent en Allemagne la différenciation de la science et la spécialisation des savants à l’aube du dix-neuvième siècle, on se demande justement comment les concepts de valeur culturels dominants qui ont cours autour de 1800 et parmi lesquels la Bildung et l’individualité, en tant qu’attentes normatives qui pèsent sur les individus, ont occupé une position particulière importantes, se comportent par rapport à ces évolutions du système scientifique. On a souvent affirmé, comme par exemple dans les études de Joseph Ben-David, qui ont ouvert la voie, que certaines thématiques de valeur culturelles du romantisme et de l’idéalisme sont entrées en conflit avec les tendances propres à l’évolution de la science. Notre étude essaie de dégager sur ce point une possibilité d’interprétation différente, qui met en lumière la complémentarité de concepts de valeur qui semblent résister à toute limitation par rapport au nouvel impératif de la spécialisation scientifique.

4Les troisième et quatrième sections se tournent, elles, vers les évolutions théoriques que connaissent les sciences sociales et la discussion interdiscipinaire des théories. Les théories récentes de l’autopoiesis et de l’auto-organisation, issues de la biologie et de la cybernétique et liées à des noms tels que ceux de Humberto Maturana, Heinz von Foerster, Francisco Varela et Edgar Morin, ont pris ces dernières années une grande importance. Elles doivent le succès qu’elles remportent dans les sciences sociales au fait qu’elles permettent de donner des réponses innovatrices et précises à la question, fondamentale pour les sciences sociales, de la possibilité empirique et de la compréhension analytique de l’autonomie des systèmes sociaux. Nos analyses se sont intéressées à rendre ces théories fécondes pour une interprétation de l’évolution de la science entre les seizième et vingtième siècles et, par là, pour une mise en relief plus précise de certains traits propres à cette évolution. La troisième section traite en particulier du passage à une science qui produit elle-même, au moyen de ses propres processus et de ses propres structures, tous les présupposés élémentaires sur lesquels elle prétend reposer. L’hypothèse est que — si nous faisons ressortir cela et que nous nommons autopoiesis l’état de faits diagnostiqué — nous parviendrons à une définition particulièrement sélective de la modernité de la science moderne. La quatrième section enfin présente une autre historisation ou gradualisation de l’argument qui permet de rendre apparent dans l’histoire de la science du seizième au dix-huitième siècle les passages qui conduisent progressivement d’une réception du savoir définie de l’extérieur à une auto-organisation et une auto-production de tous les composants du savoir scientifique.

© Presses universitaires du Septentrion, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search