Version classiqueVersion mobile

Les assises logiques et épistémologiques du progrès scientifique

 | 
Noël Mouloud

Deuxième partie. Les progressions du savoir dans l'histoire et les composantes d'une téléologie rationnelle

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

1On a envisagé tour à tour les aspects logiques, les aspects pragmatiques et épistémiques de l’auto-constitution des langues du savoir. Par là, on a mis en valeur l’existence d’un pouvoir discursif, guidé par l’optimum de ses réalisations en même temps que par les contraintes de ses conditions et les astreintes de ses méthodes. On a abandonné, chemin faisant, les conceptions évidentialistes ou nécessitaristes de la raison, sans rejoindre les arbitraires psychologiques ou linguistiques. On décrivait un champ téléonomique dans lequel le projet rationnel s’exerce par des choix, à demi risqués, à demi fondés. Nous avons reconnu ce style général des optimalités en descendant des plans les plus abstraits vers les plans les plus concrets de l’exercice du langage. L’exercice interne à la logique faisant apparaître des fonctionnalités instrumentales, raisons d’une multiplication des règles qui se différencient à la mesure de la diversité des typologies propositionnelles et des structures de modélisation. Les conditions pragmatiques du discours nous mettaient en présence des contextes de l’organisation symbolique. Elles attestaient que celle-ci, à un niveau plus basal que celui des références objectales, assure, par ses complexes paradigmatiques et ses indexicaux, des fonctions basales comme l’anticipation des éventualités, la direction des actions ordonnées et celles des communications convergentes. Et enfin, l’exploration des complexes épistémiques joignait la diversité des attitudes de l’agent à celle des effectuations propositionnelles ; elle conjuguait l’intentionnalité de la recherche à l’établissement de ses garanties. Elle témoignait de la multiplicité concordante des assises de la vérité, au point de rencontre des démarches de l’analyse exploratrice et de la synthèse reconstructrice, dans une situation intermédiaire entre le pôle conjectural des organisations crédibles et le pôle assertorique des garanties reconstituées, entre les possibles anticipés qui sollicitent le consensus des chercheurs et les conditions explicitées qui réclament leur adhésion.

2En allant des mouvements formels exigés par l’économie logique vers les positions situationnelles imposées par le régime des échanges locutoires, vers l’articulation échelonnée en phases qui correspond aux démarches d’une information cognitive, on voit se produire un glissement général des valeurs de rationalité. Les alternatives que nous présente la philosophie classique, même renouvelée par la logistique, situait partiellement la rationalité dans le registre de la nécessité, enserrent mal cette dynamique des rationalités. Elle méconnaît la place des possibilités, la valeur des optimalités, le registre double dans lequel s’assurent les choix rationnels entre les solutions satisfaisantes d’un programme et les contraintes qu’admet sa réalisation.

3Mais les notions que nous avons esquissées, en nous tenant au niveau d’une sémantique des langues de connaissance, trouveront application et confirmation si nous abordons les aspects historiques du savoir et si nous cherchons dans ceux-ci un témoignage de la téléonomie du savoir. En effet, le méthodologiste se trouvera rarement au niveau des constats, ou à celui des évidences rationnelles ; mais plus généralement au niveau des décisions sélectives, lesquelles ponctuent le mouvement d’une science qui procède moins par des développements continus que par des sauts discontinus dans le registre des possibles. Il sera en présence d’une économie faite d’avancées suivies de retours, de divergences comblées par des concordances acquises, et de cette manière encore, une étude diachronique des rationalités fera apparaître le rôle des optimalités et des choix, conjugué à celui des contraintes logiques ou physiques. Il ne pourra faire état d’une voie droite et majeure de la rationalité ; au contraire, les variations de celle-ci l’obligeront à tenir compte d’une certaine incidence ou contingence, d’une certaine désappropriation de la logicité par l’émergence des contextes. C’est à partir de cette situation, plutôt qu’à partir des évidences a priori ou des certitudes formelles, qu’il aura à concevoir la lente appropriation des vérités de la science.

4Le travail du méthodologiste pourra ainsi instancier certaines des valeurs que nous avons inscrites dans le champ logico-épistémique. Il ouvrira le jeu des présomptions, des postulations, conjugué à celui des falsifications ou des révisions. Il rencontrera des noyaux de certitudes, plongeant dans une certaine discontinuité, qui donneront lieu à des recoupements et à des réductions ultérieurs. Il ne pourra traiter la preuve dans des figures closes, mais il rencontrera celle-ci à tous les niveaux de sa problématisation, de sa reconstruction, qui préparent sa consolidation axiomatique. Il aura à reconstruire la trame des propositions et des énoncés dont se compose le savoir, sans pouvoir compter sur les assises des assertions uniformément validées, mais au contraire en constellant les propositions énonçables autour des noyaux explicatifs dont le statut reste éloigné de celui des certitudes homogènes. Ceux-ci passent par des degrés différents de compréhension et de rationalisation, par des expansions qui sont toujours susceptibles de substitutions ou de délogements.

5Ainsi, la théorie de la science en acte s’éloignera des schémas classiques des cercles hypothético-inductifs, analytico-synthétiques. Le lecteur des œuvres épistémologiques de Popper, Lakatos, Kuhn, Feyerabend et bien d’autres, aura cette image d’une entreprise aventureuse du savoir qui aboutit à des admissions préférentielles — sinon à des déceptions — plutôt qu’à des assurances tranquilles. Cette situation effective du savoir soulève d’ailleurs de multiples questions ; l’épistémologie moderne est problématique, et les noms cités suffisent à rappeler l’existence de beaucoup de divergences et de débats dans le traitement de ces rationalités. Le parcours de quelques-uns de ces problèmes sera indispensable pour que nous retrouvions les ingrédients de cette téléonomie des pensées, que nous avons caractérisée d’abord par des approches systématiques.

6Il nous faudra d’abord reconnaître quelques-uns des trajets méthodologiques que peut suivre la pensée moderne à la suite de l’éclatement des assurances d’un rationalisme apodictique. Ce qui viendra à jour, ce sera la progression des modèles issus de la pratique behaviorale et linguistique. Ce sera aussi la garantie d’une sélection des thèses qui n’auront pas en leur faveur une norme préalable de la vérité ou du sens. Cette sélection en elle-même sera soumise à discussion, car on peut lui accorder la valeur d’une sélection quasi darwinienne des hypothèses ou la valeur d’une élaboration partiellement prospective, partiellement réflexive, des programmes et des méthodes de recherche. Et derechef, la doctrine d’une heuristique rationnelle sera astreinte à des choix, selon qu’elle place le ressort de la découverte en dehors des lignes de l’élaboration rationnelle, dans des paradigmes dont la puissance compréhensive ou pratique déborde celle-ci, ou selon qu’elle admet un principe sélectif de second niveau qui se rend indépendant de la pression de ces évidences de premier niveau. On reconnaîtra que le débat de l’épistémologie moderne est déjà bien engagé lorsqu’on tient compte de cette multiplication ou de ce recroisement des critiques.

7Mais un éclaircissement deviendra nécessaire concernant les termes engagés dans le débat méthodologique. Les modèles structuraux, que l’on peut placer comme des bornes devant la réduction positiviste de l’explication ou le tissu des énoncés logico-expérimentaux, sont eux-mêmes des entités à multiples faces, entre leur statut rationnel d’ensembles de relations-lois, et leur statut quasi empirique qui est un rassemblement des faits exemplaires. Cette double nature donnera lieu à des typologies en expansion ou en conflit (et l’on trouvera une justification des degrés de l’adhésion et de la certitude que le connaissant portait aux ensembles explicatifs) ou bien encore à ces caractères antinomiques de la progression rationnelle qui font appel tour à tour aux mutations et aux suites programmatiques.

8Par ces discussions et par ces analyses sera reposée la question du statut référentiel de l’objet scientifique, qui représente à la fois un requisit et un problème pour qui veut distinguer le sens et l’intentionalité d’une langue scientifique de ceux de toute langue et expression. Une épistémologie partagée entre le réalisme de la description, le conventionalisme des formulations, l’idéalité des interprétations, a intérêt à remonter aux téléogies pratiques de la recherche des sciences, et à ce que présentent d’irrépressible les choix fondés des modèles de celle-ci.

© Presses universitaires du Septentrion, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search