Version classiqueVersion mobile

Les assises logiques et épistémologiques du progrès scientifique

 | 
Noël Mouloud

Préface

Gérard Simon

Texte intégral

I

1Le rationaliste qu’était Noël Mouloud ne pouvait admettre que la leçon à tirer de l’histoire de la science fût seulement celle de son relativisme historique, conduisant à l’agnosticisme ou au scepticisme. Il savait bien pourtant que la raison n’est pas anhistorique, que ses propres succès la font évoluer ; et que les grandes théories scientifiques elles aussi n’ont qu’un temps, qu’elles finissent par devenir caduques, qu’on peut à l’avance être sûr qu’elles cèderont la place à d’autres plus explicatives et plus puissantes. Il n’en déduisait pas pour autant que les visions successives du monde qu’elles fournissent ou qu’elles autorisent ne fussent que des figures épistémologiques, voire anthropologiques, passagèrement dominantes, conduisant sans doute à une opérativité de plus en plus efficace, mais ne permettant pas de progresser dans l’élucidation du réel, c’est-à-dire dans l’accès à la vérité.

2Il ne récusait donc pas la prétention inhérente au savoir scientifique de viser à dire ce qui est, et de plus ou moins y parvenir. Mais il lui semblait que pour saisir ce que cette prétention peut avoir de justifié, il ne faut pas se contenter de confronter d’un côté le système des énoncés scientifiques, et de l’autre l’ensemble des données empiriques ou expérimentales qui lui servent de garant : la question de la portée ontologique de la science, on le sait, ne peut se poser uniquement en termes d’adaequatio intellectus et rei. Aussi était-il de ceux qui critiquent une approche positiviste trop étroite, tenant pour point nodal de la scientificité le moment de l’administration de la preuve, et le concevant comme la validation directe (quelle qu’en soit la variante épistémologique retenue) de la théorie par l’expérience. C’était pour lui se condamner à oublier le caractère prospectif et heuristique de la théorie, et la réduire soit à une convention de calculper mettant des prédictions provisoirement satisfaisantes, soit à une description du réel condamnée à être ultérieurement démentie. C’était manquer par là le problème de la valeur de vérité de la science, en n’ayant plus le choix qu’entre les deux options antagonistes du conventionnalisme et du réalisme, dont aucune à elle seule n’est satisfaisante, parce qu’elle est exclusive de l’autre tout en la traînant avec soi comme son ombre.

3Noël Mouloud pensait au contraire que si on veut correctement saisir la portée ontologique de la connaissance scientifique, il est nécessaire de revenir au travail de la science en train de se faire, et d’analyser les modalités du dialogue sans cesse renouvelé entre les élaborations théoriques et les empiricités plus ou moins lointaines qu’elles permettent de viser, et qui en retour les remettent en question. C’est à partir de cette propriété de s’auto-transformer sans cesse qu’il lui paraissait nécessaire de réfléchir sur la science, et avec elle sur l’ensemble du savoir dans sa modernité. Aussi trouve-t-on partout dans son manuscrit, et jusque dans le titre qu’il songeait à lui donner (l’actuel sous-titre), le terme de savoir évolutif pour désigner l’objet de son étude. Ce terme, qui peut ne pas paraître explicite, indique pourtant une précise direction de recherche. L’idée consiste à explorer méthodiquement les modalités de l’élargissement progressif des inférences et des horizons produit par la théorie dans son dialogue avec l’expérience, qui est toujours aussi, ne l’oublions pas, un monologue de la théorie avec elle-même ; bref, à analyser toute l’activité programmatique liée au sens de plus en plus riche donné par la communauté des chercheurs à leurs options fondamentales, et engendrant une approche du réel de plus en plus fidèle malgré son caractère toujours provisoire.

4Noël Mouloud pensait donc pouvoir approfondir l’épistémologie à l’aide de la sémantique. Il refusait l’idée d’une contingence de la raison ; et par conséquent, celle-ci se nourrissant de son propre devenir, d’une contingence de ses acquis : il ne lui semblait pas que la pensée connaissante se développât pour l’essentiel en quasi-somnambule, soumise au hasard d’interrogations théoriques, de retombées techniques, de percées conceptuelles ou de découvertes empiriques appartenant à des lignes évolutives indépendantes les unes des autres, et se fécondant mutuellement du seul fait de leur synchronie. Il accordait un rôle primordial à la continuité intentionnelle de l’œuvre du savoir. Aussi tenait-il le remplissement progressif de l’intention théorique par les champs d’objectivité de plus en plus larges qu’elle permet de viser, et corrélativement les restructurations imposées au champ théorique par la saisie intentionnelle de nouveaux objets, comme le lieu stratégique à analyser pour comprendre l’évolution du savoir, son irréductible discursivité et son non moins inamovible ancrage dans le réel.

5Il ne pouvait ainsi se contenter d’une épistémologie de la validation scientifique — entendons par là d’une réflexion sur les raisons pour lesquelles une thèse est reçue et maintenue dans un corpus d’admissions, qu’il s’agisse des fondements de l’induction sur laquelle elle repose, ou de l’impossibilité provisoire d’exhiber contre elle un quelconque démenti empirique. Il lui fallait en outre développer une logique de la discursivité scientifique, conduisant à l’analyse fine des procédures rationnelles et des vections d’intérêt engagées dans ces ensembles propositionnels très particuliers que sont les théories mathématisées de la science moderne. L’important était pour lui de comprendre comment les propositions de tels ensembles prennent sens, ou, pour parler autrement, comment ils désignent à la fois des champs d’objectivité, des techniques d’objectivation et des directions d’exploration. L’analyse de l’épistémologue devant ainsi s’appuyer sur celle du sémanticien, on était renvoyé à la discipline qui traite de l’avènement du sens dans le champ le plus large, allant des langues naturelles aux systèmes entièrement formalisés : c’est-à-dire à la logique contemporaine.

***

6On comprend dès lors la bipolarisation de ce livre, qui, pour prendre dans la seconde partie position dans les controverses actuelles en matière d’épistémologie, consacre toute sa première partie à une réflexion sur les développements contemporains de la logique. Nous expliquerons plus bas dans quelles conditions ni le chapitre I, ni la conclusion n’en ont été retrouvés. Comme le lecteur ne pourra pas prendre appui après l’introduction sur un chapitre initial, ni non plus consulter d’emblée en conclusion une reprise synthétique des thèses soutenues, nous lui présentons ici un rapide résumé analytique de l’ouvrage.

7On peut penser que le premier chapitre perdu exposait comment l’évolution technique du dernier demi-siècle empêchait, concernant les assises philosophiques de la logique moderne, de s’en tenir à la conception qui ressortait des travaux de ses créateurs, Frege et surtout Russell. Le but initial de cette logique était, rappelons-le, de donner aux mathématiques un fondement pur, et par là absolu, ne dépendant ni des sujétions de l’évidence, ni de la relativité historique de la notion de rigueur, avec les surprises qu’elles avaient réservées. Dès lors on pouvait espérer avoir par elle affaire à des objets idéaux, ou encore à des objets répondant à des structures fondatrices ancrées dans le pouvoir général de normation des actes et des concepts de la raison. Ce premier chapitre semble avoir évoqué et critiqué, outre la théorie « platonicienne » des êtres logiques que soutenait Russel à ses débuts, une interprétation « aprioriste » de type néo-kantien centrée sur les structures intellectuelles du sujet, et une visée transcendantale des essences logiques inspirée de la phénoménologie husserlienne. On trouvera de la main de l’auteur, au début du chapitre II, un rapide rappel du contenu de ce chapitre manquant, et de la manière dont, à partir d’une réflexion de niveau métalogique sur la multiplicité de fait des systèmes formels et sur la pluralité de leurs orientations, il entendait justifier l’abandon d’une interprétation absolutiste de la logique au profit d’une conception évolutive et opérative, axée sur l’analyse d’une intentionnalité dédoublée, à la fois constructrice de formes et donatrice d’objets.

  • 1 « Première rédaction », chapitre II. Nous citons également en note du chapitre II « définitif », ce (...)

8Dans une première rédaction de l’ouvrage, un passage évoquait ainsi ce dernier point, en écho des travaux de J. Hintikka : « Il nous faut consolider cette liaison principielle que nous avons signalée entre les directions pragmatiques et la direction structurale de la logique, en revenant sur la suggestion du chapitre précédent [le chapitre I perdu], c’est-à-dire sur cette fondation métalogique de l’intentionnalité du savoir, qui est l’imbrication étroite des bases intensionnelles et des bases extensionnelles de la détermination de l’objet. Cette rencontre nous paraissait centrée sur l’idée des mondes d’objets possibles, à la fois produits d’un dessein organisateur et assises d’une individuation des entités, et d’une prise de référence de celles-ci. Cette institution des objets possibles marque en effet, comme on va le dire plus explicitement, le foyer des actes logiques qui approprient mutuellement la construction du symbolisme et la figuration du monde à travers des modèles bien structurés »1.

9L’idée maîtresse du second chapitre, Des propriétés fonctionnelles des systèmes logiques, est donc de tirer les conséquences épistémologiques du caractère opératoire et finalisé, ou pour mieux dire fonctionnel des logiques contemporaines : les divers langages qu’elles instituent et développent ne se justifient pas seulement par une exigence indifférenciée de cohérence et de nécessité, mais parce qu’ils portent à une expression formellement rigoureuse des types ou des contenus d’argumentation très spécifiés et très divers. Ce que met en jeu un système formel n’est pas purement gratuit : on ne pose pas des règles seulement parce qu’elles paraissent compatibles entre elles, mais parce qu’on a déjà une idée de ce qu’elles vont donner, soit qu’elles répondent à un questionnement interne à la formalisation elle-même, soit qu’un modèle autorise déjà à pressentir la traduction de leurs conséquences en visée d’objets ou en valeurs de vérité. Un tel système est certes conventionnel : c’est un jeu d’écriture, et on pourrait adopter d’autres règles du jeu. Mais cette conventionnalité des règles logiques n’autorise nullement à conclure à une épistémologie seulement conventionnaliste de la logique.

10Noël Mouloud insiste sur le caractère heuristique et les posibilités d’objectivation liés à la structure formelle elle-même. Il estime qu’une logique conserve les caractères d’une langue : en tant que langue bien faite, elle impose une cohérence syntaxique ; en tant que langue ayant sens ou pouvant prendre sens, elle vise des référents, même à l’état de possibles. Le jeu logique n’a donc pas seulement pour lui un caractère ludique. La logique lui paraît conserver une fonction normative en raison de sa cohérence structurelle ; et en tant qu’elle codifie le droit de se référer à des objets, elle constitue aussi une prise d’intellection sur le monde. Langue rigoureuse de l’inférence et de la démonstration, elle est encore, dans ses variantes les plus libres (par exemple quand elle comporte plusieurs valeurs de vérité), la langue de l’argumentation sur le probable ou le plausible. Certes elle met en jeu alors des conjectures ; mais ce qu’elle développe est une suite de conjectures garanties, et c’est en cela qu'elle est fondatrice de rationalité. Elle codifie et normalise les comportements actifs et prospectifs des connaissants vis-à-vis du monde, tout en favorisant une gradation des niveaux de l’argumentation et de l’exemplification. En ce sens, elle explore, série et explicite la typologie formelle des langues de la connaissance vigilante, c’est-à-dire de celles qui animent les différents moments d’une investigation scientifique rigoureuse.

11Noël Mouloud n’avait garde pourtant d’oublier que l’échange scientifique se développe toujours en situation, au contact de données empiriques, en présence de locuteurs concrets, selon des niveaux de langage allant de la langue vernaculaire commune à des langues spécialisées ou techniques, mais jamais selon les procédures codifiées et restrictives de systèmes formalisés. Il n’en concluait pas pour autant à un hiatus complet entre les procédures décrites par les systèmes formels et les raisonnements à l’œuvre dans les discussions entre chercheurs. Il note soigneusement dans le chapitre III, Vers les racines pragmatiques du discours, ce que la logique apporte de précisions concernant l’écart entre les systèmes formalisés et les langues communes, qu’il s’agisse de la formation du sens, qui s’opère toujours pour les secondes en des situations où l’on peut désigner en pratique ce dont on parle, ou qu’il s’agisse de la formation de la croyance, qui se trouve toujours liée à une pragmatique, à des opérations faites ou à faire sur les objets, avec, chez les protagonistes de la discussion, des contextes d’admissions communes qui ne sont par remises en cause.

12Réussir à se donner à l’intérieur d’une modélisation une série d’observations ou d’expériences pouvant être significatives, cela ne se réduit nullement à un travail formel de déduction. Dès qu’il faut agir, on sort du seul domaine de l’opérable linguistique. On aurait tort d’en conclure trop vite que l’analyse des procédures rationnelles mise en œuvre par une investigation scientifique de haut niveau, où est constante l’auto-surveillance de soi, n’ait rien à retenir de ce que retient la mise en forme logique : en fait ce niveau se définirait plutôt comme un entre-deux, entre d’un côté les exigences de cohérence produites par un ensemble théorique déjà fortement normé (et dont sont porteurs les locuteurs scientifiques) et de l’autre toutes les exigences pratiques ou pragmatiques liées aux conditions d’opérabilité et de confrontation sur des données factuelles, qui sont, elles, extralinguistiques. Concernant la visée des objets du savoir, le vécu de l’activité scientifique conduit à mettre en situation et à relativiser les contraintes et les finalités purement formelles décrites par le logicien : mais il ne les abolit pas, pour autant qu’elles expriment les réquisits déductifs orientant cette visée.

13Dans le chapitre IV, Le savoir dans ses phases de genèse et de normalisation, Noël Mouloud fait un pas de plus dans l’évaluation et la relativisation du rôle des procédures logiques, dès lors qu’on se place dans la situation concrète des agents de la connaissance. Même ici pourtant, on dispose encore d’un précieux outil logique d’analyse — les logiques épistémiques, qui prennent en compte pour les formaliser les états de connaissance, de croyance, d’information des locuteurs et en déduisent selon quelles modalités leurs assertions sont ou non légitimes. On peut se référer à ces logiques, concurremment avec la notion de mondes possibles, ou de lignes de monde, pour saisir l’ossature rationnelle d’attitudes concluant par exemple en physique d’informations lacunaires à un objet permanent, ou confrontant toutes les virtualités de deux hypothèses théoriques en concurrence prolongée. Mais quels que soient ses apports, la sphère de la logique atteint ici ses limites : la discursivité scientifique en acte excède de tous côtés les normes de la stricte déductivité. On y passe plutôt de la conjecture à une sorte de conscience de nécessité, qui se conforterait en résistant au choc des opinions contraires et à l’épreuve des faits. C’est tout le contexte épistémique qui impose ce qu’on pourrait appeler une apodicticité provisoire ; provisoire, en ce sens que les prémisses elles-mêmes pourront être remises en cause lors des grandes restructurations du savoir. La logique épistémique ne peut éclairer que des séquences du comportement rationnel : celui-ci, pour être pleinement exploré, doit être en outre examiné à la lumière de la méthodologie. Des assises logiques de la rationalité scientifique, on passe alors à l’épistémologie proprement dite.

***

14Désormais va l’emporter, dans l’analyse, l’historicité de la connaissance scientifique et de ses fondements.

15Dans le chapitre V, Réinsertion des entités logiques dans les programmes méthodologiques, Noël Mouloud continue à réfléchir au statut des énoncés scientifiques, mais cette fois à partir de la place que leur assigne l’analyse de la méthode, et en se situant plus particulièrement sur le terrain classique de la physique théorique. Si on considère les énoncés fondamentaux comme des énoncés-principes dont on tire déductivement par des procédés formels des énoncés-lois, on s’inscrit dans une vision très carnapienne où seules les conséquences terminales sont confrontées à l’expérience : la signification physique se trouve au niveau des conclusions ; les prémisses, ainsi que les énoncés intermédiaires, peuvent être tenus seulement, dans la mesure où ils fournissent des prévisions valides, pour des conventions satisfaisantes, ne prétendant pas apporter par eux-mêmes une intelligibilité physique du réel. A l’inverse, une épistémologie plus récente tient les énoncés pour des énoncés-thèses, qui ne sont pas neutres à l’égard de la vérité physique, et qui impliquent une compréhension ontologique, y compris dans leurs conséquences médianes. Tout énoncé devient alors une thèse conjecturale, en quête de validation ou sous menace d’invalidation.

16L’auteur étudie et compare ici les trois variantes épistémologiques accordant ce statut à l’énoncé : celles de Popper, de Kuhn et de Lakatos. Le rationalisme critique de Popper, rappelons-le très schématiquement, réinsère les thèses dans les théories, et ce sont en fait ces dernières que finit par mettre à l’épreuve l’expérimentation ; de là une sorte de concurrence darwinienne des théories entre elles, dont seule survivrait celle qui surmonte le mieux l’épreuve de la non-réfutation. Un telle conception reste selon Noël Mouloud bien mécaniste. Elle ne fait pas assez sa part aux préférences de rationalité et d’optimisation du champ théorique qu’implique la domination durable d’un type d’explication se modélisant sur une théorie particulièrement efficace et prestigieuse : on aura reconnu les paradigmes de Kuhn, qui font prévaloir dans l’évolution de la science l’épuisement d’un mode d’explication plutôt que sa réfutation. Et pour corriger ce qu’a de trop psychologiste et pragmatiste cette dernière description, on peut invoquer la notion lakatosienne de programme : on a là la description d’une méthode auto-corrective, avec un feed-back rationnel venu de l’expérience, qui privilégie, plutôt que l’exclusion d’une possibilité théorique, le triomphe progressif d’une rationalité à la fois compréhensive et plus féconde en extension.

17Mais Feyerabend est là pour rappeler les limites épistémologiques d’une préférence rationnelle qui aurait pour ultimes garants le consensus des experts et la répétition du succès. La phase décisive, celle de la création, ne s'accomplit-elle pas selon lui sans méthode et sans règle, avec un poids réel de valeurs infra-discursives, quasi esthétiques ? De plus, un rationalisme si lié à un milieu, même si celui de la recherche est à la fois très circonscrit et très vigilant, ne s’inscrit-il pas en fait dans les a priori d’une culture plus large, avec tous les dangers de relativisme historique que comporte pareille dépendance ? La valeur de vérité de la science resterait alors en suspens.

18Le chapitre VI, Les bases structurales de l’évolution des savoirs, reprend donc à nouveaux frais l’analyse du rapport de la théorie à l’expérience ; mais il s’appuie cette fois sur les travaux de logiciens comme Sneed et Stegmüller, qui concernent plus particulièrement les théories de la physique mathématique, éloignées d’un sens intuitif immédiat. La préoccupation de ces auteurs n’est plus de couvrir l’intervalle entre propositions universelles et propositions existentielles par des chaînes déductives isolables ; elle est d’identifier la structure mathématique dans laquelle se rassemblent et se différencient les formule-lois, et de la mettre en regard des domaines empiriques dans lesquels sont prélevés les référentiels des lois. La structure mathématique est ici une structure-modèle, au sens technique que les logiciens donnent à ce terme, avec des clauses liant dans le détail les propriétés formelles aux propriétés observables. Et le fait qu’on puisse concevoir un emboîtement ou une constellation de modèles à partir du modèle principal permet de mieux comprendre qu’une théorie puisse se compléter, se modifier, et se réorganiser durablement à la suite de certains démentis empiriques partiels.

19Cette conception structuraliste des théories fait surtout ressortir leur aspect de possibles logico-mathématiques, pouvant modéliser des entités encore indéterminées : la variation des thèses et des hypothèses propositionnelles s’exerce en grande partie dans l’intervalle qui sépare le noyau théorique de ses applications ; à une image de ce noyau comme un ensemble d’hypothèses servant à prévoir des faits nouveaux, se substitue donc une conception le tenant pour un modèle mathématico-dynamique autorisant la production d’effets nouveaux. Aussi de tels noyaux structuraux s’accompagnent de tout un exercice pragmatique de propositions-hypothèses, et c’est à ce niveau que s’opèrerait ou non le consensus des chercheurs. Une théorie ne peut toujours pas être à proprement parler invalidée, puisqu’on peut continuer à lui adjoindre de nouvelles règles d’application ; mais contrairement à ce qui se passe dans une conception « paradigmatique », on peut ici définir avec rigueur ce que signifie traduire et reprendre les éléments d’une théorie dans une théorie plus puissante. Celle-ci induit une préférence raisonnée, qui se réclame d’un optimum de l’explication et de la reconstruction des conséquences. Le progrès scientifique se définit alors non dans le sens intuitif et peu clair d’une approche plus étroite du réel, mais dans le sens inter-théorique d’une promotion et d’une réduction des structures pour des effets plus amples et plus diversifiés.

20Le chapitre VII, Réalisme et conventionnalisme devant l’historicité des champs de référence, dresse le bilan philosophique de toutes ces interprétations récentes ou contemporaines de la scientificité. On se rend compte que de toutes parts, quelle que soit la variante envisagée, l’emporte une conception plutôt conventionnaliste du savoir, en tout cas plus conventionnaliste que dans les archétypes philosophiques classiques du rationalisme ou de l’empirisme, du criticisme ou du positivisme. Aucune variante ne peut s’en tenir à une conception naïvement réaliste, présupposant l’invariance « platonicienne » de l’objet rationnel ou la neutralité gnoséologique du « donné » empirique. Les éléments empiriquement mesurables, subsumés sous les règles pragmatiques d’application des théories «structuraliste » évoquées au chapitre précédent, sont manifestement définis aprioriquement ; ils changent avec ces nouvelles règles. Les théories de Kuhn et de Lakatos font dépendre la définition de ce que le savoir soumet à l’épreuve empirique, soit d’un paradigme historiquement dominant, soit d’une évolution programmatique rendant là encore problématique la stablité du référent. Seul le rationalisme critique de Popper semblerait accorder un pouvoir pleinement discriminant à l’expérience ; encore n’a-t-il pas une conception naïve de cette dernière, et n’ignore-t-il pas que la science contemporaine ne se donne plus à traiter des objets de l’expérience commune, dont d’ailleurs les logiques des langues naturelles montrent à quel point ce sont en fait des complexes indexicaux.

21Pourtant, malgré cette audience accrue du conventionnalisme, Noël Mouloud va se prononcer en faveur d’un réalisme épistémologique, mais de second niveau. Il va le faire en s’autorisant de la continuité historique de la pensée scientifique, qui s’approfondit sans abandonner totalement ses champs de référence antérieurs : il lui semble que laisser en un tête-à-tête logico-empirique, intemporel, la théorie telle qu’elle a aujourd’hui évolué, avec l’expérience telle qu’aujourd’hui elle se détermine, cela ne peut que majorer indûment une interprétation conventionnaliste, tendant finalement au relativisme et au scepticisme. C’est oublier les reprises qui d’une théorie scientifique à la suivante balisent de manière continue les références à des champs d’objectivité qui se transforment, se complexifient, sans pour autant abandonner tous les traits qui permettaient auparavant de les situer et de les reconnaître. C’est oublier encore que le renouvellement des conventions n’est pas à terme arbitraire, qu’il est apporté et accepté parce qu’il apporte un surcroît de puissance à la théorie, une intégration plus large et plus opérative de cet aliquid affecté d’un indice d’existence qui est visé par elle au-delà d’elle-même.

22C’est pourquoi le concept scientifique, avec sa charge immanente d’historicité et d’objectivisation, demande un attentif réexamen auquel procède le chapitre VIII, Le statut du concept dans l’épistémologie des savoirs en évolution. Loin qu’on puisse s’en tenir au psychologisme d’un concept-image, rassemblant, pour signifier la chose, les traits de ses similitudes qualitatives ou structurales, ou d’un concept-essence, enclosant sa signification dans les limites d’une évidence ou d’une définition, les concepts de la science contemporaine doivent être rigoureusement pensés à l’intérieur des structures logico-mathématiques évolutives qui les déterminent. Mais au sein de ces structures où ils prennent sens, il gardent un statut transhistorique et une fonction épistémologique propres. Dans la mesure où ils regroupent les signes permettant d’identifier ou de réidentifier un existant, spatialement ou structuralement déterminé, dans une alternance d’univers possibles ou dans un changement gradué qui affecte la structure de l’univers, ils permettent le recoupement des modèles et des références. De plus, ils conservent dans la recherche un double rôle. En tant qu’idées ou principes inédits, dont on ignore encore ce qu’ils peuvent donner, ils induisent des démonstrations « à l’essai » ; plus tard, si, leurs preuves une fois faites, ils entrent dans un système rigoureusment axiomatisé, ils deviennent des appuis réflexifs induisant des questionnements nouveaux. Ils sont ainsi à la fois opérateurs de stabilisation et opérateurs de changement.

23Noël Mouloud illustre son analyse par l’exemple des analogies et des mutations conceptuelles qui, avec le développement de la physique quantique, entraînèrent la définition, la prospection et la découverte de nombreuses particules élémentaires entre les deux guerres. Cette histoire atteste que de multiples couches du langage et plusieurs niveaux de pensée sont à l’œuvre dans la conceptualisation. Un terme technique n’évoque pas seulement une définition logicisée ; il s’accompagne toujours d’un halo de sens venant du souvenir des précédentes acceptions, et véhiculé par le langage vernaculaire de la discussion ou de l’interprétation ; mieux encore, les catégories discursives elles-mêmes, comme celle de causalité, finissent par être réexaminées à un niveau proprement philosophique, à partir des conditions techniques et opératoires qui renouvellent le débat. Bref, l’analyse du concept oblige plus que toute autre à penser la science selon la pluralité de ses strates évolutives, et à abandonner toute interprétation abstraitement unilatérale, qu’elle soit empiriste, formaliste, sémantique, ou historiciste...

 

24Ici s’achève un livre que la mort de son auteur a privé de conclusion. Ce dont a voulu traiter Noël Mouloud, à partir des instruments d’analyse les plus hautement techniques fournis par les apports les plus récents de la logique et de l’épistémologie (en particulier chez les auteurs anglo-saxons), c’est de la raison de notre temps, telle qu’on la trouve à l’œuvre dans nos savoirs les plus extrêmes — extrêmes au sens où ils sont aux limites de ce que nous sommes capables aujourd’hui de concevoir ou de constater. Pour mettre en évidence ce que fait et ce qu’est cette raison contemporaine, il étudie, principalement dans la physique mathématique, le rapport de la théorie — cet effort privilégié de rationalité en acte — à ce qu'elle vise, et auquel elle ne peut pas ne pas conférer un indice d’existence. Mais il ne s’en tient pas à une description abstraite du moment théorique dans son rapport à ses garants empiriques ; il réinsère dans ce moment tous les actes et toutes les procédures du travail scientifique qui y sont silencieusement à l’œuvre, sans en omettre l’évidente et incontournable dimension diachronique.

25Alors apparaît une autorégulation du savoir, par laquelle il s’accroît, se corrige et se restructure à partir des normes provisoires qu’il se donne et que sa croissance même contribue à faire évoluer : c’est en ce sens que Noël Mouloud peut, par une analogie très lâche pour parler de l’œuvre de la raison, emprunter à la biologie le concept de téléonomie, par lequel elle désigne cette propriété du vivant de s’autoréguler grâce aux normes fixées dans son code génétique, sans que cette finalité interne présuppose rien d’autre que la causalité sans mystère d’un programme. Mais il faudrait ajouter que la régulation du savoir scientifique n’est pas à proprement parler seulement interne : ce qu’il vise est toujours à la fois donné par lui et posé hors de lui, et cet objet intentionnel constituant son horizon n’est autre qu’un monde auquel il se réfère ; ce savoir comporte donc toujours une dimension pragmatique et instrumentale tournée vers un « extérieur » qui lui est co-présent et sans laquelle il ne serait pas savoir de quelque chose, en même temps qu’il possède une structuration logique lui fournissant ses normes, et sans laquelle il ne serait pas aussi savoir de lui-même. En l’absence de conclusion explicite de l’auteur, peut-être le plus sage est-il de laisser s’achever cette présentation sur la dernière phrase du manuscrit : « nous n’avons pas à conserver au concept ses prestiges platoniciens ou transcendantaux, mais à calquer son statut sur les directives téléonomiques et instrumentales d’une raison toujours prospective et réflexive ». Une telle prise de position philosophique se suffit à elle-même.

II

26L’édition de ce livre posthume est le fruit d’un long travail d’équipe, et presque d’un pari. Un court historique aidera à comprendre pourquoi il paraît seulement au bout de cinq ans, et quelles règles ont dû être adoptées pour sa mise au point.

 

27Peu après la mort soudaine de son mari, le 14 avril 1984, Madame Mouloud trouvait dans ses papiers un ou plutôt deux gros manuscrits sans titre, dont elle savait par lui qu’il s’agissait d’un ouvrage d’épistémologie en voie d’achèvement. Dès le mois de juin elle me communiquait ces manuscrits, en me priant d’en évaluer le contenu. Elle croyait l’ouvrage, à l’exception peut-être de quelques passages, pratiquement prêt pour l’édition.

28On était en fait loin du compte. L’ensemble du dossier comprenait deux fortes chemises cartonnées, dont l’une portait la mention « Première rédaction », et l’autre les sigles « R.D. », ce qui d’après les habitudes de l’auteur semblait signifier « Rédaction définitive ». La première chemise contenait cent trente feuillets manuscrits, la seconde quatre-vingt quinze, sans aucune pagination, et d’une écriture hâtive, serrée, mal formée. Les feuillets allant ensemble étaient retenus en liasses par une agraphe parisienne ; chaque liasse, dont le feuillet initial comportait un ou plusieurs projets de titre, correspondait manifestement à un chapitre ; mais seuls quelques chapitres étaient numérotés. L’ordre dans lequel étaient rangées les liasses ne semblait pas le bon. Les difficultés du déchiffrement étaient telles qu’elles absorbaient toute l’attention, et qu’il était impossible de se faire une idée d’ensemble du contenu. Tout au plus pouvait-on rétablir un ordre provisoire des liasses d’après leur début et leur fin, et constater qu’il existait certaines lacunes.

29La première chose à faire était de préserver les regroupements internes, en paginant provisoirement chaque liasse, et de transcrire les manuscrits en sorte qu'ils fussent lisibles. Heureusement Madame Demesteer-Prudent avait longtemps été affectée au secrétariat du Centre de recherche sur l’analyse et la théorie des savoirs (C.R.A.T.S., Lille III) dont Noël Mouloud était l’ancien directeur, et elle connaissait fort bien son écriture ; elle se chargea avec un grand dévouement de dactylographier l’ensemble du dossier. En même temps, Madame Mouloud confrontait très soigneusement ce premier déchiffrement avec le manuscrit original et établissait les bases d’une bibliographie.

30Il m’apparut très vite, dès que je pus lire le dactylogramme, que la chemise « R.D. » contenait effectivement la seconde rédaction de l’ouvrage projeté, nettement préférable à la première. Malheureusement, et même une fois remise en ordre, cette version n’était pas complète. Il y manquait au minimum l’introduction et le premier chapitre, la conclusion et un chapitre intermédiaire. Nous eûmes la chance toutefois de pouvoir progressivement réduire les lacunes. La chemise « Première Rédaction » contenait deux introductions, dont l’une était plus synthétique et écrite d’une main moins hâtive que l’autre : elle se révéla par la suite correspondre au contenu de la « Rédaction définitive ». De plus, en continuant à classer les papiers de son mari, Madame Mouloud retrouva en juin 1985 l’un des chapitres manquants (le chapitre VI). En revanche le premier chapitre, dont tout le contexte semble pourtant prouver qu’il a bien été écrit, n’a jamais été retrouvé, en dépit d’actives recherches à Lille et à Paris. Quant à la conclusion, il est fort probable qu’elle était seulement en projet au moment du décès de l’auteur.

31Malgré ses lacunes, il m’apparut que le manuscrit présentait une réelle unité et un grand intérêt théorique : bref, qu’il valait la peine d’être publié. Mais il ne pouvait être question d’éditer telle quelle sa transcription dactylographique, et pour deux raisons. Tout d’abord le déchiffrement était loin d’être entièrement satisfaisant, en raison de la technicité des sujets abordés : à la relecture de personnes familières avec l’écriture de l’auteur, devait désormais s’ajouter celle de spécialistes des questions dont il traitait. Ensuite et surtout, il devenait clair que Noël Mouloud lui-même comptait revoir et amender encore sa seconde rédaction : on sentait en particulier que les notes, les exemples physiques ou mathématiques, la notations en symboles logiques, bref tout ce qui illustrait le développement, avait souvent été rapidement esquissé pour mémoire, avec l’intention d’en donner plus tard une version plus rigoureuse ; quant au développement lui-même, il aurait à coup sûr fait également l’objet d’une relecture attentive. Il ne pouvait être question de faire endosser à l’auteur des incorrections, des imprécisions, voire des lapsus calami qu’il aurait sans aucun doute tenu à rectifier lui-même avant toute publication. On était déjà dans l’été 1985, et une révision complète du dactylogramme s’imposait, faite cette fois par une large gamme de spécialistes.

32Je devais heureusement trouver au C.R.A. T.S les secours dont j’avais besoin. Dans un premier temps, M. Christian Bouchindhomme, spécialiste de l’épistémologie anglo-saxonne et traducteur d’Habermas, ainsi que M. André Laks, philologue et philosophe, Professeur à l’Université de Lille III, acceptèrent de participer à ce lourd travail. Il nous manquait un logicien : M. Jacques Dubucs, Chargé de recherches au C.N.R.S., voulut bien se joindre à nous. Madame Mouloud demanda à financer le plus gros des frais de la révision. L’équipe, après avoir examiné les deux manuscrits et adopté des normes communes, se partagea la tâche ; MM. Laks et Dubucs eurent la charge de mettre au point ensemble la première partie du manuscrit, M. Bouchindhomme et moi la seconde. De plus, chacun eut selon ses compétences une responsabilité particulière : M. Bouchindhomme reprit toutes les notes et mit au net la bibliographie, M. Dubucs révisa l’ensemble du symbolisme logique, M. Mazet, mathématicien, Professeur à l’Université de Lille III, que nous avions ultérieurement sollicité, se chargea de revoir toutes les allusions aux mathématiques et à la physique contemporaines, et moi-même toutes celles qui concernaient les sciences de l’antiquité et de l’âge classique. Chacun ayant à poursuivre par ailleurs ses propres travaux, la révision du dactylogramme ne s’acheva qu’à la fin de 1987.

 

33Comment avons-nous estimé pouvoir rester fidèles à l’auteur, tout en faisant à sa place l’indispensable travail de relecture ? — Nous avons pris sans hésiter le parti de la lisibilité, de la précision et de la cohérence. Sans jamais rien changer aux sens ni au déroulement du texte, nous avons rectifié certaines phrases mal construites, allégé plusieurs tournures, supprimé de rares passages trop obscurs. Nous avons revu toutes les expressions logiques ; parfois, dans les exemples de mathématique et de physique, nous avons réécrit des membres de phrase rédigés de manière trop lâche, voire rectifié certains lapsus ou certaines confusions. Pour les titres de chapitres et de leurs subdivisions, nous avons condensé les indications du manuscrit : l’auteur avait en général noté plusieurs projets de titre, parfois fort longs, sans avoir encore arrêté son choix. En quelques cas, une subdivision annoncée manquait : nous l’avons rétablie en lui donnant le titre que le contexte appelait. Là s’arrête notre toilettage. Il est probable que Noël Mouloud serait allé beaucoup plus loin que nous, et aurait rendu plus concis, plus nets ou plus explicites certains de ses développements : cette relecture-là nous était évidemment interdite ; nous nous sommes arrêtés au seuil où les intentions de l’auteur cessaient d’être manifestes.

  • 2 Noël Mouloud, « Les modalités épistémiques et les raisons évaluatives », Revue de Métaphysique et d (...)

34Restait un délicat problème, celui du titre du livre lui-même. Les manuscrits ne comportent sur ce point aucune indication. En revanche, dans un article posthume dont notre Centre de recherche a également contribué à préparer l’édition, Noël Mouloud renvoie à un ouvrage à paraître, qu’il appelle Structures et téléonomies dans une logique des savoirs évolutifs2. Il est clair qu’il songeait à nos manuscrits, comme l’attestent le contexte de cet article et le contenu du présent ouvrage, surtout dans sa seconde partie. Mais son intention était-elle définitive ? On peut en douter, tant on trouve partout, pour les titres de chapitres, de projets successifs ; a fortiori, on peut supposer que le titre du livre, comme toujours, aurait été arrêté en dernier. Il nous a semblé en outre que pour comprendre ce que recouvre le titre projeté, il fallait déjà être entré dans la problématique de l’auteur et presque avoir lu son livre. C’est pourquoi il nous a paru préférable, tout en conservant en sous-titre la précieuse indication qui nous était ainsi laissée, de choisir nous-mêmes un titre, peut-être moins personnel et moins rigoureux, mais suggérant plus clairement la nature des questions traitées, et se prêtant plus facilement au traitement informatique des banques de données. De là notre décision, après bien des hésitations, en faveur de Les assises logiques et épistémologiques du progrès scientifique.

35Au terme de ce travail, nous avons bien conscience des limites du résultat auquel nous sommes parvenus et des risques éditoriaux que nous avons pris. Nous espérons pourtant que, malgré ses imperfections, ce livre permettra au lecteur d’accéder à la dernière pensée philosophique de notre collègue et ami : ce qui nous aurait paru le pire, ce qu’avec sa femme nous avons refusé, c’est qu’une œuvre presque achevée reste à jamais ensevelie, inaccessible, au fond d’un tiroir.

Notes

1 « Première rédaction », chapitre II. Nous citons également en note du chapitre II « définitif », certains passages éclairants de la « Première introduction » (p. 30 s. et 39 s.). — Nous donnons plus bas, avec l’historique de la mise au point du manuscrit, le sens éditorial de ces termes.
Indiquons encore que le chapitre II de la « Première rédaction » commence ainsi : « Vis-à-vis de toutes les implications incidentes de la connaissance, l’ordre logique atteste son existence autonome, qui a été fondée de bien des manières dans le registre platonicien des idées pures, dans la sphère transcendantale des conditions aprioriques de la connaissance, ou plus récemment dans la nature conventionnelle d’une syntaxe indépendante de ses interprétations. Ainsi, la logique recevait une garantie rationnelle qui était en principe protégée des atteintes de l’empirisme humien ou millien. Cependant ce privilège rationnel de la logique a été atteint de différentes manières, si bien qu’en regard de la richesse technique de ses développements formels et mathématiques, une ambiguïté, propice à la position de questions nombreuses, pèse sur ses assises philosophiques ou sur sa fondation. Un fait aussi frappant qu’a pu l’être, pour le mathématicien, le rejet du principe de la parallèle unique, a été pour le logicien les systèmes dont la valeur de vérité sont affaiblies ou multipliées de telle manière qu’elles ne conservent pas l’usage littéral du tiers exclu [...] D’autre part, il apparaît de moins en moins certain qu’un système logique couvre, par un ensemble complet de clauses-lois, toutes les constructions qui peuvent avoir lieu dans un complexe théorique [...] ».

2 Noël Mouloud, « Les modalités épistémiques et les raisons évaluatives », Revue de Métaphysique et de Morale, 1987, pp. 164-178.

© Presses universitaires du Septentrion, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search