Version classiqueVersion mobile

G. de Humboldt. La tâche de l’historien

 | 
Guillaume de Humboldt

Notes*

Texte intégral

Considérations sur l’histoire mondiale (1814)

  • * Les chiffres en italiques renvoient aux pages et lignes de la traduction. On repèrera facilement d (...)

1Plan : esquisse d’une étude qui aurait comporté, après une Introduction, une partie philosophique ou « raisonnée » et une partie historique (cf. 48,8ss. ; 49,1 ; 57,19-28). Les pages concernent toutes l’Introduction projetée ; l’exposé général est interrompu par une série d’ajouts explicatifs, numérotés dans le manuscrit. On reconstitue le plan suivant :

  1. Que faut-il attendre et faire ? L’histoire humaine comme histoire naturelle (47s. + 49,5 53,23 et 55,9 56,7 = le point 3., avec les ajouts des points 4., 5., 7.).
  2. Quelles sont les forces motrices de l’histoire mondiale ? (53, 24—55,7 = point 6.).
  3. En quoi s’est-on jusqu’à présent trompé... ? (56,8 57,18 = le point 8.).

47, l.4

2selon un principe de nécessité : il s’agit, en l’occurrence, du principe téléologique (cf. « perfectionnement individuel et social », 47,15), et non du principe formulé par J.C. Gatterer ou A.L. Schlözer : « toujours enchaîner les conséquences à leur cause », afin de « dépouiller tous les événements du hasard » (textes cités par R. Koselleck, p. 674s., n. 412 et 421 ; cf. Introduction, p. 42, n. 2), et auquel H. se réfère au début du texte de 1818 (59,3ss.).

47, l.5

3Kant le premier... abstraite : cf. Introduction, p. 13s. La tradition de l’« histoire philosophique », où H. inclut Kant, est ouverte, en Allemagne, par I. Iselin (Philosophische Muthmassungen über die Geschichte der Menschheit, 1764), auquel la discussion postérieure se réfère régulièrement. Parmi les successeurs, H. vise sans doute, outre Schiller, Fichte et Schelling (cf. Introduction, p. 13 et p. 43, n. 11), des travaux proprement historiques, comme ceux de A. Weishaupt (Geschichte der Vervollkommenung des menschlichen Geschlechts, 1788) ou de K.H.L. Pölitz (Geschichte der Kultur der Menschheit, 1795), cf. infra, ad 59,9.

47, l.7

4tout ce qu’on nomme histoires philosophiques : Herder avait déjà réagi en 1774 à la multiplication de ce type d’ouvrage en donnant à son opuscule le titre ironique de Auch eine Philosophie der Geschichte (« Encore une philosophie de l’histoire »).

p. 47, l.12

5des parties entières qui ne cadrent pas avec celle dont les liens sont plus évidents : le terme de « partie » semble d’abord se rapporter à des périodes historiques, puis au point de vue duquel l’histoire est écrite (perfectionnement technique, moral, ou civil).

p. 47, l.17

6comme simple culture : cf. 56, 10ss. et, pour la conception de H., 54, 14ss.

p. 47, l.18

7du point de vue d’une pure histoire naturelle : c’est le principe herderien (cf. Ideen zur Philosophie der Geschichte der Menschheit, XIII(1787) = S. W., XIV, p. 145 : « toute l’histoire des hommes est une pure histoire naturelle des forces, actions et impulsions humaines selon le lieu et le temps ») ; cf. 49,5 50,7 ; 53,30ss. ; 59,15 (concept d’une physique de l’histoire mondiale).

p. 47, l.20

8Cette tâche, pourtant, ne peut aucunement être récusée : à savoir, la tâche consistant à ramener à un unique point de vue les événements particuliers de l’histoire mondiale, et non, comme on serait d’abord tenté de lire, le projet d’une histoire de l'humanité comme histoire naturelle. H. n’est donc pas seulement contre l’histoire philosophique. Il s’agit plutôt pour lui de limiter l’un par l’autre deux points de vue. Selon le texte de 1818 (59,22ss.), comme dans La tâche (36,19), l’historien rejoint les causes finales dont il s’était d’abord détourné. Trois raisons justifient ici les procédures de l’histoire philosophique : 1. la nécessité de « suppléer » (cf. le début de La tâche) ; 2. le fait que les Idées qui sont à l’œuvre dans l’histoire convergent (cf. la notion de « gouvernement mondial », dans La tâche, 81,22, et 86,14) ; 3. la possibilité de prévoir.

p. 48, l.10

9Idée... expérience : les deux « voies » que l’historien doit suivre en même temps, cf. 69,21, et la fin de La tâche.

p. 48, l.12

10la circularité de son cours : H. songe aux cycles quasi-biologiques de la vie des nations (cf. 61,17 ; 79,28ss.) mais, plus radicalement, l’hypothèse d’une histoire cyclique à l’ancienne sert à récuser la représentation d’un progrès linéaire continu. Cf. la Lettre à Körner du 19 novembre 1793 (cf. Introduction, p. 42, n. 4).

p. 48, l.25

11Mais en même temps... c’est un des aspects de l’utilité de l’histoire. Cf. 48,2 ; 55,26 ; 57,. 17 ; ex ad 70,20.

p. 49, l.5

12Que faut-il attendre et faire ? : la réponse est donnée en 51,13 et 26. Les principales considérations qui y conduisent, et qui réapparaîtront, mieux articulées, dans les textes de 1818 et de 1821, sont les suivantes : a) l’histoire comme histoire naturelle (cf. supra, ad 47,18) ; b) l’existence de degrés d’individualité ; c) l’importance de la nouveauté (notion de force et de procréation), en relation d’une part avec l’Idée, d’autre part avec les lois de développement quasi-biologiques (concept de « vie »). H. élabore sa problématique en référence à Kant, Fichte et Schelling, dont on perçoit l’écho plus ou moins nettement (thème post-kantien de l’unité de la nature et de l’esprit, 51,8s., cf. par ex. Schelling, Idées pour une philosophie de la nature, W., I, p. 706 ; citations quasi-littérales de Fichte, 53,14s., cf. les Fondements du droit naturel, S. W., III, p. 52s. = p. 67 de la trad. franç.).

p. 49, l.9

13l’Idée de la langue et de la liberté : l’Idée est « invisible », mais elle reste dans l’ordre de la nature, dans la mesure où la nature et l’esprit ne se combattent pas : « car il se sert bien plutôt d’elle et de sa force procréatrice » (51,9, cf. aussi 52,23s.).

p. 50, l.33

14solution... au problème de savoir : l’humanité, en tant qu’Idée, ne peut se réaliser que par approximation, cf. 55,15ss.

p. 53, l.24

15forces motrices : la notion de « forces motrices » (die treibenden Kräfte) explique le titre du fragment de 1818 (die bewegenden Ursachen). L’idée d'une physique de l’histoire est pour le fond déjà présente en 1814. Mais la tripartition des forces ne sera pas maintenue telle quelle. La comparaison des deux développements montre comment les Idées se détachent de la problématique de la « culture », ou Bildung (cf. 54,14), pour être liées à la question de la nouveauté (62,31 63,11 ; cf. aussi 82,20, et déjà 54,12). La force d’inertie (la « vie ») réapparaîtra sous la forme des régularités cycliques (79,30 80,10).

p. 55, l.19

16« Ne tente pas vainement de devenir dieu ! » : la citation de Pindare (qui combine Olympique 5, 24 avec Isthmique 4, 12) sert à délimiter par le haut le concept de totalité, comme celui d’« espèce humaine » sert à la délimiter par le bas. La totalité n’est pas une somme résultant d’une coupe synchronique, mais n’est pas non plus autre chose que le concept d’humanité même.

p. 55, l.26

17Mais si c’est là l’utilité : la remarque vise à distinguer la position humboldtienne des « histoires philosophiques ». Le concept d’humanité est « utile » en tant qu’Idée régulatrice, non en tant que finalité objective.

p. 56, l.26

18monograhies : le travail sur les Basques devait être une monographie de ce type (cf. G.S., III, p. 291), et supra, Introduction, p. 17s.

p. 57, l.27

19la partie historique... historiquement : traduit respectivement der geschichtliche [Teil] et historisch : la partie préliminaire raisonnée n’utilise encore que des « faits » (historisch) quand elle se refère à des exemples. La reconstruction du sens de « ce qui s’est produit » est réservée à la partie proprement historique (geschichtlich).

p. 57, l.29

20raisonnée : H. utilise le terme « raisonnierend », caractéristique de l’histoire philosophique, en en modifiant le sens : le « raisonnement » ne consiste pas à combler les lacunes de l’information par la conjecture, mais développe les préalables philosophiques. La partie raisonnée correspondrait donc dans l’ensemble au discours de 1821.

Considérations sur les causes motrices dans l'histoire mondiale (1818)

21Plan :

  1. L’introduction (59,1 60,10) récuse deux conceptions de l’histoire mondiale (mécaniste et finaliste), et cherche dans la « physique » et les « causes motrices » qui en sont l’objet le modèle d’une troisième voie.
  2. Le développement explicite deux des trois « causes motrices » (60,6 - 10) : la « nature des choses » (60,11 — 62,30) et la « liberté des hommes » (62,31 64,34). La troisième (le « hasard ») n’est que mentionnée, dans le cadre d’une analyse de la passion (64,15). L’antithèse du mécanisme et du finalisme, que le concept de « causes motrices » ou de « forces » devait permettre de dépasser, réapparaît ainsi sous une forme modifiée. La solution est anticipée à travers la notion d’individualité, qui ressortit tant au domaine du mécanisme (62,6ss.) qu’à celui de la liberté (64,17ss.).
  3. Le dépassement de l’antithèse entre la « nécessité naturelle » et la « liberté », dans la conclusion (65), s’effectue par le biais des trois concepts d’« homme », d’« individualité » et d’« Idée ».

p. 59, l.9

22Histoires de l’humanité et de sa culture : cf., outre les titres cités supra, ad 47,5 : D. Jenisch, Universal-historischer Überblick der Entwicklung des Menschengeschlechts, 1801, et F.A. Carus, Ideen zur Geschichte der Menschheit, 1809.

p. 59, l.13

23cette manière de faire : l’expression renvoie proprement à la recherche des causes finales. Si la suite revient au mécanisme (« on ne doit pas dénombrer les événements antécédents... »), c’est que la physique des causes motrices ne s’oppose pas moins à celui-ci qu’à celle-là : le concept humboldtien de « force » embrasse à la fois le moment de la « nouveauté », et un ensemble de déterminations naturelles ou quasi-naturelles (« mécaniques »).

p. 59, l.3

24connexion des événements entre eux : cf. supra, ad 47,4.

p. 59, l.22

25ramène... aux causes finales : cf. ad 47,20 et 86,19.

p. 60, l.11

26La nature des choses : le domaine mécanique de la « nécessité naturelle » se laisse en principe mathématiquement « calculer » ou « déduire » (60,19 ; 63,1 ; cf. 69,6 ; 79,18). Il concerne en fait une série de facteurs quasi-mécaniques comme 1) la « nature morale de l’homme » (60,12), qui se spécifie dans le « caractère des peuples » (les Romains, 60,26), 2) la configuration des lieux (60,28), 3) les grandes constellations historiques (60,34ss.), et 4) les régularités statistiques (61,14). L’élargissement du concept de « nature » explique les formules restrictives (« se laisse déduire... avec une nécessité presque parfaite », « on peut presque donner la preuve »), et le recours à la « chimie », à côté du simple mécanisme (61,18). Mais il a surtout pour conséquence de permettre la subsomption de l'« individualité » sous la catégorie du « mécanique » : d’où le développement, à cette place, sur les différents cercles d’individualité (62,9 ; cf. les textes parallèles en 49,13 et 50,23), et sur la langue. Dans La tâche, l’individualité et la langue seront exclusivement situées du côté de l’Idée (85,8 et 32) ; cf. aussi ad 63,2.

p. 61, l.11

27il était impossible qu’un individu : l’échec du grand homme, que la suite associe à l’Idée (63,7), illustre l’empire de la détermination mécanique.

p. 62, l.17

28causes extérieures : la religion et la constitution civile sont considérées comme des causes extérieures dans la mesure où elles relèvent des « forces de la culture » (cf. 54,14). Sur l’importance du critère de la caste, cf. 83,15.

p. 62, l.33

29forces mortes... forces vivantes : la distinction suit de l’élargissement du concept de nature : seules les forces mécaniques au sens strict sont à proprement parler mortes.

p. 63, l.2

30la nouveauté et l’inouï : cf. 53, 7 ; 53,28 ; 57,2 ; et ad 81,9. L’Idée, qui brise le cours des mécanismes naturels ou quasi-naturels, se manifeste d’abord à travers l’action du grand « homme », et donc de l’individualité « individuelle ». Mais en vertu de l’existence de cercles d’individualité, elle n’agit pas moins à travers les « nations » et les « époques » (cf. 64,28). L’action individuelle, à laquelle est consacrée, via l’analyse de la passion, la plus grande partie du développement, fournit comme un paradigme de l’action (libre) des « caractères » et des « individualités » au sens large. Mais c’est à ceux-ci, et non à l’individu, que revient le plus souvent d’avoir « une importance historique mondiale » (64,29 ; cf. 50,19).

p. 63, l.11

31restant en accord : cf. 79,9 ; 83,28.

p. 63, l.23

32Tout comme ici le génie, la passion intervient : le développement sur la passion (63,23 64,18) se confond en grande partie avec l’explicitation du mode d’action de l’individu, dont il montre aussi les limites (64,9). Comme la passion, en tant que marque de l’individualité libre, n’a rien à voir avec les passions individuelles (cf. 80, 11ss.), l’explicitation de son mode d’action implique que l’on distingue différents sens du terme : 1) le désir momentané (qui s’en tient à des contenus finis) ; 2) le mysticisme (qui substitue l’infini à un contenu fini) ; 3) la passion « authentique », infinie par la forme, et qui transforme le contenu fini. Ce n’est que dans ce troisième sens que la passion apparaît comme un facteur historique. L’analogie de l’homme d’action avec le génie, qui, sans être développée, est présente, prépare indirectement celle de l'historien avec le poète, dans La tâche.

p. 64, l.12

33la mort de Virginia : la passion d’Appius Claudius pour Virginia fut à l’origine de la chute des decemvirs, selon le récit de Tite Live, III, 44-49.

p. 65, l.12

34la liberté se manifeste plus dans l’individu : on pourrait penser que 1’« individu », dans la mesure où il est opposé à la « masse » et à l’« espèce », désigne l’individu au sens strict, mais la suite du texte montre que les différents cercles d’individualité (les nations en particulier) sont aussi visés. L’association de la « liberté » au « caractère », que cette extension implique, témoigne cependant, tout comme l’oscillation du concept d’individualité entre le mécanisme et la liberté (cf. ad 60,11), d’une difficulté.

p. 65, l.15

35Idées... type... imitation... cause formatrice... : la terminologie de l’exemplarisme rappelle le Schelling de la philosophie de l’identité.

La tâche de l’historien (1821)

36Plan : cf. Introduction, p. 22-25, et infra, ad 68,17 ; 70,20 et 23 ; 72,17 ; 79,3 ; 85,8.

p. 67, l.6

37Considéré de ce côté : la remarque, dont le pendant se trouve en 68,18s., n’entame pas la justesse de la définition initiale (« exposer ce qui s’est produit »). Elle ne porte que sur l’interprétation traditionnelle des termes d’« exposition » (= « présentation », Darstellung), et de manière plus générale, d’« imitation » (cf. ad 72,33). Les deux propositions précédentes (« il s’en acquitte d’autant plus parfaitement... à laquelle il puisse parvenir ») supposent, quant à elles, une interprétation nouvelle de de la formule traditionnelle, que H. élabore à partir de second paragraphe.

p. 67, l.16

38Cherche-t-on à raconter le fait le plus insignifiant : à première vue, l’exemple illustre plutôt l'« impératif premier » de l’historien (procurer un « récit littéralement vrai ») que la réalisation la plus haute. Son insertion dans un paragraphe consacré au « second côté » est donc troublant. En fait, le cas d’un « simple » récit illustre déjà, à un niveau élémentaire, l’impossibilité de séparer les deux voies que l’analyse distingue : il révèle, à la manière d’un négatif, l’espace réservé à la part ajoutée, qui s’impose d’elle-même et conduit à l’erreur quand on ne la contrôle pas au profit de la vérité. Cf. aussi « l’observateur ordinaire », 72,27.

p. 68, l.4

39sont à peine plus : l’objectivité historique qui découle de la distance temporelle est un analogon de la tâche de l’historien ; mais ce n’est qu’un analogon, parce qu’elle ne vise que l’enchaînement extérieur (« les circonstances particulières où ils s’enchaînent »).

p. 68, l.17

40la part... qui en chaque fait reste invisible : il existe plusieurs niveaux d’invisibilité, que le texte introduit progressivement. Aucune relation de cause à effet n’est stricto sensu « visible » ; viennent ensuite les lois naturelles ou quasi-naturelles (mécaniques, physiologiques et psychologiques, 79,10 80,32) ; les forces créatrices (les Idées, à partir de 81,4) ; et, si l’on veut, le gouvernement mondial (81,22), cf. ad 69,5.

p. 68, l.22

41Tout comme le poète : l’analogie entre l’historien et l’artiste, dont l’élucidation complète requiert la doctrine des Idées (cf. 86,26ss.), est le moteur de la réflexion. C’est elle qui distingue de la façon la plus nette La tâche des esquisses antérieures. H., dans la Lettre à Goethe du 18 mars 1822, qu’il joint à l’envoi de son discours académique, évoque sa dette envers Schiller : « Un mot de Schiller m’est toujours resté présent et j’y ai souvent songé durant ce travail. Parlant du fait que l’on avait trouvé ses traités historiques trop poétiques, il conclut : et pourtant, l’historien doit procéder tout à fait comme le poète. Quand il a assimilé la matière, il doit la recréer de manière entièrement nouvelle à partir de lui-même. Cela me sembla alors paradoxal, et je ne compris pas vraiment la chose. Ce travail a en grande partie pour origine l’effort de me la clarifier peu à peu ». Mais l’idée est, plus généralement, d’inspiration romantique (cf. E. Spranger, p. 545s.). Dans l’étude sur l'Hermann et Dorothée de Goethe (1797/98), H. avait distingué le Geschichtschreiber du Geschichtsforscher, et comparé le premier avec le poète épique (G.S. II, p.230).

p. 69, l.5

42Car si on l’atteignait intégralement : l’historien doit dépasser la chaîne (purement mécanique) de la nécessité, pour saisir la nouveauté des Idées (81,4ss.) ; mais les Idées elles-mêmes ne sont pas l’instance ultime : elles renvoient à un gouvernement mondial (81,22). C’est cette seconde forme de nécessité, qui ne se distingue pas du point de vue de la finalité (86,20), que vise l’expression « le plus haut ». La comparaison des différentes formules montre que La tâche laisse finalement sans solution l’antinomie du mécanisme et de la liberté. Cf. ad 81,22.

p. 69, l.8

43mais au lieu de soumettre la matière : phrase extrêmement condensée. 1) La « forme de la nécessité » semble (d’après ce qui précède) ne pas requérir plus que l’imagination pure (cf. aussi 72,34). Par contraste, les Idées représentent le côté substantiel de la nécessité, en tant que « lois » de la réalité. 2) L’opposition de l’imagination pure du poète et de l’esprit de l’historien, qui se soumet aux Idées, renvoie au problème herméneutique, qui vient de ce que les Idées doivent provenir de la réalité elle-même (cf. 78, 10ss. et ad 76, 10).

69, l.13

44L’historien embrasse... le paragraphe appartient encore à l’explication des raisons pour lesquelles l’histoire s’occupe « du plus haut ». Dans la dernière phrase, « son rayonnement » (69,19) désigne le rayonnement de l’esprit, en dépit du féminin derselben.

69, l.20

45Il faut donc : c’est déjà la conclusion (87, 7). Tous les développements intermédiaires visent à approfondir cette exigence. Cf. 48,10.

69, 1.26

46Même la simple description : l’opposition de la description (extérieure) et de la représentation de la forme (intérieure), si elle vaut pour la nature, vaut a fortiori pour l’histoire. Le concept de Naturbeschreibung auquel H. se réfère est celui de Goethe (cf. H. Steinthal, p. 106).

70, l.8

47compréhension plus profonde de l’humanité : alors que la référence à la « forme des corps naturels » reste ici allusive (mais voir 74,9 ; cf. 76,22), le terme analogue, du côté de l’histoire, est explicité : il s’agit du concept d’« humanité ». L’humanité, qui est elle-même une Idée, a une relation privilégiée avec le Idées. Celle-ci est indiquée plus loin (70,27 : « Idées éternelles et profondément enracinées dans la poitrine de l’homme »). Cette relation explique aussi que le concept d’humanité puisse être invoqué comme solution du problème herméneutique (cf. 70,5 et infra, ad 76,10). Pour la « forme générale de ce qui se produit », cf. 72,2, 15 et 29 (« forme vraie »).

70, l.20

48nombreux buts subordonnés : thème de l’utilité de l’histoire (selon l’aspect « subjectif » de son concept, cf. 71,8), 70,19 72,16. Les buts subordonnés incluent à la fois ceux qui dérivent de la conception classique de l’histoire, la valeur exemplaire que H. récuse largement (71,33, cf. aussi ad 80,26, et l’étude de R. Koselleck, Historia Magistra Vitae), et d’autres plus réels, comme la possibilité d’intervenir dans le cours des événements, cf. 72, 7.

70, l.23

49en partie... en partie... : le projet d’une physique de l’histoire (cf. 59,15) embrasse l’examen des forces tant sous leur aspect mécanique (lois et régularités) que sous leur aspect créateur (le nouveau). Les deux aspects sont développés d’une part en 79,10 80,32, d’autre part en 81,4 86,25. Pour la formule caractéristique « jailli comme du néant », cf. 54,9s.

72, l.5

50sur cette étroite voie médiane : cf. le problème du cercle herméneutique (78,10 - 29) et la nécessité de prendre les deux voies en même temps (cf. ad 69,20).

72, l.17

51Ceci conduit à développer plus précisément : indication de plan, a posteriori. La première approche (67,1 70,18) était partie du concept « objectif » d’« exposition ». Après la parenthèse que forme le développement du concept « subjectif » (effet, influence, utilité), H. amorce un second départ, avec, d’abord, ce qu’on peut considérer comme un résumé des trois pages antérieures (72,18 - 31), puis la reprise du problème, resté en suspens, de la détermination de l’« invisible ». L’analogie de l’art authentique, qui repose sur la connaissance de la forme intérieure (72,32 76,6) conduit à mettre l’Idée au fondement du concept objectif d’histoire (76,6 86,25), avant le rappel de l’analogie (86,26 87,6) et la conclusion, qui rejoint la proposition initiale (87,7-28).

p. 72, l.33

52imitation de la nature : cf. 76,7. La double réinterprétation de l'« imitation » (qui doit être productive, à la mesure des Idées) et de la « nature » (dont le concept inclut ici curieusement les Idées historiques) met fin au conflit classique, hérité d’Aristote, entre l’histoire et la poésie (Poétique, 1451b 5-7 et 1459a 21s., cf. R. Koselleck, p. 659ss.).

p. 73, l.22

53tous deux eurent à franchir : « dans la mesure où » traduit un dass dont la fonction grammaticale est obscure. Je comprends par « le terrible écueil de tout art » l’obstacle que représente la forme extérieure. Egyptiens et Mexicains ont eu à le surmonter dans le domaine de l’écriture, parce qu’elle était chez eux figurative.

p. 74, 1.12

54celles-ci livrent le concept : la primauté de l’Idée (= la « pure forme », 74,14 et 21 ; 75,7) sur le concept fonde la priorité logique de la mathématique sur les sciences naturelles, qui se vérifie dans la chronologie (l’Egypte, avant même la Grèce, 74,21). Dans les Conférences sur la méthode des études académiques, Schelling définit les formes mathématiques comme « formes de la raison pure et expression des Idées » (4e leçon, W., III, p. 276 = p. 80 de la trad. franç.). Le statut du terme médiateur entre le concept et l’Idée (l’âme) semble indiquer qu’il faille postuler, comme dans le cas de l’historien, un moment de l’unité entre l’artiste et l’Idée (cf. 70,5).

p. 75, l.29

55Idées exerçant rigoureusement leur souveraineté : la nécessité des Idées mathématiques fournit un modèle à la domination des Idées historiques, mais les premières sont décrites dans les termes qui conviendraient proprement aux secondes (cf. 87,12).

p. 76, l.10

56la plus grande prudence est requise : le rapport spécifique de l’historien à l’égard de la réalité assigne une limite à l’analogie de l’art (76,13 reprend 68,31). La connaissance des Idées est à la fois nécessaire, parce que la réalité est cachée, et dangereuse (menace d’une histoire téléologique, qui sacrifie la réalité visible, 77,20 78,8). L’appel au cercle herméneutique doit résoudre cette difficulté (77,5 ; 78,10ss.). Le cercle a lui même pour fondement ultime le concept d’humanité (78,29, cf. 70,8), parce que lui seul garantit que l’apport de la forme soit tout aussi bien une extraction (78,14 ; cf. 69,8).

p. 77, l.25

57l’individu doit toujours trouver son apogée : la critique de l’histoire téléologique (morte parce qu’embrassant une longue durée) au nom de l’individu éphémère et vivant est curieuse, à comparer 50,19 et, dans La tâche même, 70,17.

p. 77, l.29

58totalité idéale quelconque : ce sont de telles totalités que visent les histoires citées ad 47,7 et 59,9.

p. 78, l.2

59et ne constitue pas toujours immédiatement un matériau formateur pour son exercice : formulation difficile. Le matériau paraît lui-même « formateur » dans la mesure où il est le produit de la « formation » (= culture).

p. 78, l.9

60agissantes et créatrices : bien que schaffend, traduit par « créatrice », soit parfois utilisé par H. pour connoter l’apparition du nouveau (79,24), il n’en va pas toujours ainsi (79,3). On hésite donc à distribuer le couple d’adjectifs sur les deux groupes distingués plus loin, la série de forces quasi-mécaniques relevant de la légalité naturelle (forces mécaniques, 79,10 ; forces physiologiques, 79,28 ; forces psychologiques, 80,11), d’une part, les Idées et le gouvernement mondial, qui prennent en charge la liberté et la nouveauté (82,17 ; cf. 50,16), d’autre part. La distinction, qui délimite, à l’intérieur du « domaine spécifique » de l’historien, le territoire de l’histoire au sens propre du terme (réservé au « génie ») n’est vraiment introduite qu’en 80,33ss.

p. 78, l.19

61la compréhension : sur la réflexion herméneutique de H., cf. J. Wach, p. 260ss., et les références réunies supra, ad 76,10.

p. 79, l.3

62De cette façon : le paragraphe a une double fonction : a) il conclut le développement consacré à la forme de l’histoire en général. Dans ce cadre, les Idées ressortissent encore de la sphère de la légalité quasi-naturelle, et cette détermination est un argument de plus — si c’est bien le sens du « car », 79,7 — en faveur de leur objectivité (le premier argument reposait sur le cercle herméneutique et le concept d’humanité) ; b) il prépare le dépassement du mécanisme par l’accent mis sur la connexion spatio-temporelle, qui représente le plus bas des quatre points de vue historiques possibles (si l’on excepte un certain type d’explication psychologique, 80,18). Si les deux idées peuvent être juxtaposées, c’est que les forces agissantes, y compris les Idées « surnaturelles », qui rompent la régularité du mécanisme, doivent toujours s’inscrire dans le cadre spatio-temporel. L’expression reste cependant elliptique, et n’est peut-être que le signe d’une difficulté réelle.

p. 79, l.13

63forces mécaniques : on doit distinguer, d’un mécanisme au sens étroit, un mécanisme au sens large, embrassant les forces mécaniques, physiologiques et psychologiques, dont l’action est « conforme aux lois de la nature » (82,21 ; cf. 80,8).

p. 79, l.18

64déduire de chaque moment particulier : on ne peut qu’être frappé par le fait que la formule du mécanisme ne se distingue pas dans les termes de celle qui sert à caractériser le point de vue « le plus haut » (cf. 69,5 et infra, ad 81,21).

p. 80, l.11

65forces psychologiques : cf. la critique de la « passion », 63,23 64,18.

p. 80, l.26

66sans pourtant reconnaître l’individu : l’histoire qui se concentre sur les individus ne repose pas sur un vrai concept d’individualité : aussi les motifs qu’elle examine sont généraux (« conviennent au grand nombre »). Ce qui, pour l’histoire pragmatique, était la raison même de son existence (l’enseignement par l’exemple postule la répétition), devient le fondement de la critique.

p. 80, l.33

67classer les historiens : la première catégorie (« mécanique ») correspondrait au projet de l’école de Göttingen (cf. supra, ad 47,4) ; la seconde (« physiologique ») vise essentiellement Vico et Herder ; le recours à l’explication « psychologique » pourrait plus particulièrement s’appliquer à la conception traditionnelle de l’histoire pragmatique et didactique (cf. ad 70,20), bien que H. lui accorde une extension très large (cf. 80,17s.).

p. 81, l.9

68l’impulsion libre et autonome d’une force originaire : ce qui rend insuffisant la considération des forces énumérées (bien qu’elles tombent de plein droit dans le domaine de l’historien) est le phénomène du « nouveau », de la « nouveauté radicale » (84,19), ce que H. vise par les termes de « miracle », « premier pas », première étincelle » (83,34), cf. aussi 54,10 ; 63,2 et 22 ; 70,25.

p. 81, l.19

69le quitter avec circonspection : il faut quitter le domaine de la légalité quasi-naturelle, et pourtant on ne peut le faire, sous peine de ne plus extraire les Idées de la réalité elle-même (78,14). La prudence recommandée par H. reflète la difficulté principielle, à l’explicitation — sinon à la solution — de laquelle la dernière partie de l’exposé est consacrée.

p. 81, l.22

70gouvernement mondial : H. retrouve, à propos des individualités historiques, la problématique développée par Kant dans la Critique de la faculté de juger à propos des organismes naturels : « l’Idée d’un autre entendement possible que l’entendement humain doit se trouver au fondement... afin que l’on puisse dire : certains produits naturels doivent, en raison de la constitution particulière de notre entendement, être considérés par nous selon leur possibilité comme produits intentionnellement et en tant que fin » (§77). Aux mots soulignés correspond, chez H., le terme de « compréhensible ». De ce que le jugement téléologique est lié de manière contingente à la constitution de l’entendement humain, Kant conclut d’une part « qu’un autre entendement (plus élevé)... pourrait aussi rencontrer le fondement de la possibilité de tels produits de la nature dans le mécanisme de celle-ci » (ibid.), d’autre part que « l’union de deux formes toutes différentes de causalité n’est pas comprise par notre raison, elle réside dans le substrat supra-sensible de la nature dont nous ne pouvons rien déterminer positivement » (§ 81). Bien que le premier point n’ait pas d’écho direct chez H., la confrontation de 69,5-7 et de 79,18 - 21 semble indiquer que ce que l’historien juge du point de vue de la finalité pourrait tomber en soi sous le principe du mécanisme. Toutefois, la différence avec Kant tient à ce que l’historien de H. cherche à déterminer « positivement » (sinon « immédiatement », cf. 81,29 ; 86,13) le mode d’action du principe supra-sensible : de sorte que si, pour Kant, « le droit de rechercher un simple mode d’explication mécanique de tous les produits de la nature est en soi absolument illimité » (§ 80), la tâche de l’historien consiste inversement, chez H., à limiter l’application des principes du mécanisme pour se mettre en état de reconnaître le nouveau (alors que les organismes naturels sont donnés), cf. 81,15. Cela conduit H. à adopter un schéma, et une terminologie, de type schellingien : 1’« instance extérieure » — le gouvernement mondial ou les Idées (sur la relation des deux termes, cf. 82,17 - 19 ; 86,14s. ; cf. 87,12) — « se révèle » (offenbart sich) dans les phénomènes eux-mêmes (81,32 ; 82,20 ; 86,16, cf. 86,34) ; l’Idée s’« extériorise » (82,26), il y a « interpénétration » de la forme finie et de l’Idée (86,25). D’où les métaphores (« êtres incorporels », 82,2 ; « souffle », 82,22). D’un point de vue kantien, H. n’échappe pas à « l’enthousiasme » (cf. § 78). C’est le sens du reproche d’idéalisme, ou pis, de mysticisme, qui revient aussi régulièrement dans l’histoire de l’interprétation (cf. e.g. M. Lazarus, p. 429, note ; J. Goldfriedrich, p. 151s.) que l’apologie correspondante (par ex. L. Ehrardt, p. 411ss.). Alexandre, le frère, est le premier à l’avoir articulée ; « ‘Dieu gouverne le monde ; la tâche de l’histoire est de détecter ces éternelles et mystérieuses résolutions’ : voilà proprement le résultat... L’Idée principale de ce bel essai ne me satisfait pas entièrement » (Lettre à Varnhagen v. Hense, 10 mai 1837).

p. 81, l.33

71médiations : ce sont ici les Idées, présentées comme l'instrument du gouvernement mondial, cf. 86,14s. En 82,18, les Idées elles-mêmes « régissent souverainement », cf. 87,12.

p. 82, l.33

72la première voie : H. a rayé dans le manuscrit, après « qui devraient être envisagés de cette façon » (83,3), une indication éclairante : « cela vient de se produire avec autant de sagacité que d’intelligence à propos des plus anciennes migrations des peuples, et l’on a montré que ce que l’on attribuait à la poussée contingente et désordonnée des peuplades, avait son fondement dans des idées religieuses ». Selon A. Leitzmann, H. se réfère à l’ouvrage de Creuzer, Symbolik und Mythologie der alten Völker (1810, 18192). On comparera le point de vue naturaliste en 53,31ss.

p. 83, l.8

73en Grèce : la Grèce n’est pas seulement ici un exemple de la nouveauté inexplicable par les causes antécédentes, mais un paradigme, en raison de la perfection de l’individualité qu’elle représente (83,22). Cf. l’étude de J. Quillien.

p. 83, l.15

74castes : cf. 62,22. H. songe à l’Egypte, citée un peu plus haut, dont la structure sociale rigide est traditionnellement décrite en termes de castes, mais sans doute aussi à l’Inde, en écho au célèbre essai de F. Schlegel, « Sur la langue et la sagesse des Indous » (K.A., VIII, p. 273ss. et particulièrement p. 289).

p .83, l.28

75dans une liaison de la nature : cf. 79,8s.

p. 84, l.4

76force possédant une individualité spirituelle : en raison de la doctrine des degrés d’individualité, il n’est pas vraisemblable qu’H. songe ici exclusivement au génie, comme le suppose H. Steinthal (p. 140 et 170ss.)., cf. aussi ad 85,8. La suite montre en tous cas que la régularité n’est pas seulement un point de vue à dépasser, mais aussi le mode de manifestation de ce qui la dépasse.

p. 84, l.16-29

77Dans le monde corporel... la vie organique : l’analogie de l’art, qui repose sur la connaissance de la forme intérieure des corps et des organismes (74,9), trouve sa limite dans le fait que la forme interne n’inclut pas la nouveauté « radicale » propre à l’histoire. Le monde des minéraux et des plantes (« individualité organique ») et la vie animale peuvent néanmoins servir de fil directeur dans l’investigation de certains phénomènes historiques, et, de manière générale, négativement, pour faire apparaître la spécificité de l’histoire.

p. 85, l.8

78Chaque individualité humaine : par delà la parenthèse que forme le développement sur l’insertion de l’Idée dans la nature, a) du côté de l’Idée, 83,28 84,15 ; b) du côté de la nature, 84,16 85,7, H. reprend l’énumération des « phénomènes que les circonstances ambiantes ne suffisent pas à expliquer » (83,4 ; cf. 85,12s.), qui débute avec l’exemple paradigmatique de la Grèce (83,8 - 27). Cette énumération répond à la question de 76,8 (« s’il existe des Idées, et lesquelles, qui sont capables de guider l’historien », cf. 86,26 (« nous pourrions bien être parvenus, à ce point, à repérer les Idées... »).

79« Individualité humaine » se rapporte (comme « individu ») aussi bien à l’individu singulier qu’à l’individualité nationale. Les autres types d’individualité cités sont les « formes idéales » (85,32), et celle des trois « Idées éternelles » suprêmes (86,8).

p. 85, l.29

80des formes de l’individualité spirituelle : c’est le « caractère des nations » (cf. 64,28), par opposition à la contribution apportée à l'’espèce humaine. Steinthal comprend : les productions des grandes individualités, par opposition aux « actions, créations et institutions de toute sorte » (ad loc.) : à tort me semble-t-il, car les productions géniales de l’art (par ex.) font partie des « formes idéales ».

p. 85, l.32

81formes idéales : H. cite les langues ; les autres formes idéales sont les arts, les sciences, et, de manière générale, toutes les « activités de l’esprit » (69,17), qui ne sont pas « l’individualité humaine elle-même » dans la mesure où celle-ci se définit limitativement par « le caractère des nations » (l’individu stricto sensu, même s’il est subsumé sous l’expression « individualité humaine », n’entre évidemment pas en ligne de compte).

p. 86, l.19

82le bon chemin pour parvenir aux causes finales : cf. ad 47,20. Il y a donc une ruse de la méthode historique. L’Idée, au singulier, représente le gouvernement mondial, dont les Idées sont les manifestations.

p. 86, l.22

83qu’il revient à l’humanité d’exposer : « exposer » traduit darstellen, qui serait ici terminologiquement mieux rendu par « présenter ». L’historien, exposant ce qui s’est produit, présente une « présentation » plus originaire.

p. 87, l.1

84Le métier d’historien : détermination plus précise de la formule initiale : « exposer ce qui s’est produit » signifie « exposer comment une Idée tend à obtenir existence dans la réalité ».

Notes de fin

* Les chiffres en italiques renvoient aux pages et lignes de la traduction. On repèrera facilement dans la bibliographie (infra, p. 100) les références complètes des textes ou études cités par simple nom d’auteur.

© Presses universitaires du Septentrion, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search