Version classiqueVersion mobile

G. de Humboldt. La tâche de l’historien

 | 
Guillaume de Humboldt

Traduction. G de Humboldt

Considérations sur les causes motrices dans l’histoire mondiale

Texte intégral

[III, 360] Les considérations qui suivent traitent l’histoire mondiale différemment de toutes les approches antérieures.

Leur visée n’est pas d’expliquer la connexion des événements entre eux, de rechercher, dans ce qui advient, les causes des destinées de l’espèce humaine, et de produire, à partir des faits particuliers, un tissu dont les connexions soient aussi serrées que le permet leurs liaisons mutuelles.

Elles sont tout aussi peu destinées à rechercher la connexion interne des finalités, comme il est de règle dans les “Histoires de l’humanité et de sa culture”, comme on les appelle, et à montrer comment l’espèce humaine, partie de débuts sauvages et informes, s’est développée selon une perfection toujours croissante.

Si cette manière de faire est à bon droit nommée philosophie de l’histoire mondiale, on s’intéresse ici, si l’expression n’est pas trop audacieuse, à sa physique. On doit chercher la trace non des causes finales, mais des causes motrices : on ne doit pas dénombrer les événements antécédents, dont sont sortis les suivants ; les forces mêmes dont les uns et les autres tiennent leur origine doivent être mises en évidence. Il s’agit donc ici d’analyser l’histoire mondiale, de décomposer le tissu produit par le traitement évoqué ; mais de le décomposer en des éléments nouveaux, que celui-ci ne contient pas. Le présent travail ramène cependant [361] aussi aux causes finales, puisque les premières causes motrices ne peuvent se trouver que dans un domaine où force et intention sont en contact réciproque et s’appellent l’une l’autre.

Il est d’ailleurs à peine besoin de remarquer que le concept d’une providence dirigeant ce qui advient dans le monde n’est ici laissé de côté que parce que, pris comme fondement explicatif, il coupe la voie à toute recherche ultérieure. Les causes motrices connaissables pour nous ne peuvent être découvertes que dans la nature et la constitution du produit créé par celle-ci, qui est la première cause et la plus haute.

Ce qui se produit dans le monde se laisse ramener à l’une des trois causes suivantes :

  • la nature des choses
  • la liberté de l’homme et
  • l’intervention du hasard.

La nature des choses est déterminée et identique, que ce soit intégralement ou dans certaines limites ; et la nature morale de l’homme doit y être inclue au premier chef, puisque l’homme, surtout quand on considère la manière dont il agit globalement, et en tant que masse, se maintient sur le rail d’une certaine uniformité, retire des mêmes objets des impressions presque identiques, et en retour agit sur eux de façon à peu près constante. Considérée de ce côté, toute l’histoire mondiale, dans le passé et dans l’avenir, pourrait être dans une certaine mesure calculée mathématiquement, et l’exhaustivité du calcul dépendrait seulement de l’étendue de notre connaissance des causes agissantes. Jusqu’à un certain point, c’est là une vérité incontestable. Chez la plupart des peuples, la croissance et l’effondrement laissent percevoir un mouvement pratiquement uniforme ; quand on considère l’état du monde immédiatement après la fin de la seconde guerre punique et le caractère des Romains, la domination mondiale de Rome se laisse déduire pas à pas avec une nécessité presque parfaite ; certaines régions, comme en Italie la Lombardie, en Allemagne du Nord la moyenne Saxe, en France la Champagne, sont dans une certaine mesure déterminées par la nature à servir de théâtre [362] d’affrontements et de champ de bataille. En politique, il existe des lieux, comme la Sicile dans l’Antiquité, ou le Brabant à l’époque moderne, qui restent des siècles durant le but de passions et de visées antagonistes ; on trouve des époques – comme celle qui sépare la bataille de Salamine et la fin de la guerre du Péloponnèse, quand les puissances rivales d’Athènes et de Sparte ne permettaient aucune hégémonie en Grèce – le seul lieu où elle aurait pu se développer –, celle qui suivit immédiatement la mort de Charles Quint, quand l’immensité de son empire maintenant divisé avait empêché l’ascension de tout autre, ou celle encore qui sépare la mort de Louis XIV de la Révolution française, où la puissance des Etats était devenue une sorte de mécanique qui se communiquait progressivement à tous et par là les plaçait en un certain équilibre – où l’on peut presque donner la preuve qu’il était impossible qu’un individu, aussi extraordinaire fût-il, exerce une forme de domination mondiale. Même les événements parfaitement fortuits à première vue, mariages, décès, naissances illégitimes, crimes, montrent, sur une série d’années, une régularité remarquable, qui ne se laisse expliquer que si les actions arbitraires des hommes aussi revêtent le caractère de la nature, dont le cours se déroule cycliquement selon des lois toujours uniformes. Etudier ce mode d’explication mécanique et chimique – puisque rien n’exerce tant d’influence sur les événements humains que la force des affinités électives morales — de l’histoire mondiale est au plus haut degré important, tout spécialement quand on oriente cette étude vers la connaissance précise des lois selon lesquelles les différents éléments constituants de l’histoire, les forces et les contre-forces, agissent et subissent les réactions. On peut par exemple prouver, à partir de la nature interne des langues et sur l’exemple de bien d’entre elles, grecque, latine, italienne, française, que la durée d’existence d’une langue, et donc sa force et sa beauté persistantes, dépendent de ce qu’on pourrait appeler son matériau, la richesse et la vitalité de la sensibilité des nations dont elle a traversé la poitrine et les lèvres, et aucunement de la culture de ces nations ; qu’aucune langue ne peut donc se développer si elle est parlée par un groupe d’individus trop restreint ; que seules celles dont les peuples ont réussi à traverser les siècles [363] au milieu de destinées extraordinaires (comme on peut généralement le reconnaître, au-delà de toute l’histoire connue, à leur configuration lexicale et surtout grammaticale), parviennent à prendre une ampleur telle qu’en elles se forme pour ainsi dire un monde propre, et finalement que chacune s’arrête, dès que sa nation perd la vitalité de son existence intérieure en tant que masse et que nation. La vie des nations elles-mêmes possède, non moins que celle des individus, son organisation, ses étapes, et ses changements. Car il est indéniable que l’homme connaît, outre l’individualité numérique effective, différents degrés et extensions de celle-ci, dans la famille, dans la nation, cela en passant par les diverses ethnies groupées en des cercles plus ou moins larges, et dans l’ensemble de l’espèce. Ce n’est pas seulement que, en chacun de ces différents ensembles, les hommes organisés de manière similaire sont liés par des liens plus ou moins étroits ; mais il existe des relations où tous ne forment vraiment, comme les membres d’un seul corps, qu’un être unique. Jusqu’à présent, on a presque toujours prêté une attention exclusive aux causes extérieures agissant sur les nations, principalement la religion et la constitution civile, en négligeant leurs différences intérieures, et par exemple la plus étonnante d’entre elles, à savoir que les unes connaissent, comme certaines espèces animales vivant en société, un système de castes, et les autres un mode de vie individuel, ou encore celle qui surgit d’une division plus ou moins appropriée de la nation en groupes ethniques plus restreints, et de leur action commune. De la même manière, un examen précis et complet de bien d’autres objets permet de pénétrer leur mode d’action déterminé, et la première tâche dans l’analyse de l’histoire mondiale telle que nous l’entreprenons, est de poursuivre ces recherches aussi loin que possible, et de les comparer avec la masse des événements dans le monde.

Mais il sera toujours parfaitement vain d’essayer de les expliquer par là. Leur connexion n’est que partiellement mécanique, et seulement dans la mesure où agissent des forces mortes ou des forces vivantes qui leur soient dans une certaine mesure semblables ; par contre, quand elle touche au domaine de la liberté, tout calcul s’interrompt ; la nouveauté et l’inouï peuvent surgir soudain d’un grand esprit ou d’une volonté puissante, qui ne peuvent être jugés que dans un cadre extrêmement large, et selon un tout autre critère. C’est là la partie de l’histoire mondiale qu’on peut proprement appeler belle et enthousiasmante, parce qu’elle est dominée [364] par la force créatrice du caractère humain. Il suffit qu’un esprit vigoureux, dominé, consciemment ou non, par de grandes Idées, médite sur un matériau susceptible de prendre forme, pour que le résultat soit apparenté aux Idées, et donc étranger au cours habituel de la nature. Il lui appartient néanmoins toujours, restant en accord avec ce qui l’a précédé, selon un rapport de conséquence il est vrai extérieur ; mais sa force intérieure ne peut absolument pas être expliquée par là, et en aucune façon de manière mécanique. Le type de matériau, ou le genre de naissance dont il s’agit importe peu, et la manifestation est la même chez le penseur, le poète, l’artiste, l’homme de guerre et l’homme politique – les événements du monde dépendant principalement de ces deux derniers. Tous obéissent à une force supérieure, et, là où leur entreprise réussit, ils produisent quelque chose dont ils n’avaient auparavant qu’une obscure intuition. Leur action s’inscrit dans un ordre de choses dont nous comprenons seulement qu’il appartient à un ensemble complètement opposé à celui qui nous entoure. Tout comme ici le génie, la passion intervient dans le cours des événements du monde. La passion authentique, profonde, celle qui mérite réellement ce nom (souvent galvaudé pour désigner des désirs qui ne s’enflamment que momentanément) ressemble à l’Idée de la raison en ceci qu’elle cherche quelque chose d’infini et d’inaccessible, mais, en tant que désir, avec des moyens finis et sensibles, et en s’en tenant à des objets finis pris comme tels. Elle est donc confusion totale des sphères, et entraîne toujours plus ou moins la destruction des forces corporelles investies. Quand elle n’est effectivement qu’une pure confusion des sphères, et que son but lui-même est infini, comme dans le mysticisme religieux ou le pur amour, elle doit tout au plus être appelée erreur, et ne peut être que l’erreur d’une âme noble, dont l’existence finie pourrait elle-même être appelée une erreur de la nature. La soif du divin dévore alors la force terrestre. Mais la passion n’est la plupart du temps infinie que par la forme de sa tension, et il dépend de la nature de l’objet limité et intrinsèquement sans grande valeur auquel elle aspire que cette forme parvienne à l’ennoblir, ou à le rendre haïssable et méprisable. Dans le sens sus-mentionné, il n’y a cependant que peu de passions dont l’importance historique soit mondiale. Car là où des passions ordinaires entraînent de grands changements par le simple enchaînement des circonstances, comme lors de la mort de Virginia, [365] et d’innombrables autres exemples de ce genre, cela ne peut honnêtement qu’être inséré dans la série des événements dus aux hasard. Il est indéniable que l’activité du génie et de la passion profonde appartient à un ordre de choses différent de celui du cours mécanique de la nature ; mais, en toute rigueur, c’est le cas pour toute émanation de l’individualité humaine. Car son fondement est par lui-même quelque chose d’insondable, il est autonome, il est à l’origine de sa propre activité, et n’est explicable par aucune des influences qu’il subit (car il les détermine bien plutôt toutes par sa réaction). Même si la matière de l’action était identique, la forme individuelle la rend différente, selon que la force est juste suffisante, ou débordante, selon la facilité ou l’effort, et toutes les petites déterminations impossibles à nommer qui constituent le sceau de l’individualité, et que l’on remarque à chaque instant de la vie quotidienne. Or ce sont précisément celles-ci qui, en tant que caractères des nations et des époques, prennent une importance historique mondiale, et l’examen de l’histoire des Grecs, des Allemands, des Français et des Anglais montre par exemple clairement quelle influence déterminante a exercé sur leur propre destin et sur celui du monde ne serait-ce que la diversité des périodes et la constance de leur manière de penser et de sentir.

Deux séries de choses, d’essence différente et même apparemment opposées entre elles, sont donc les causes motrices de l’histoire mondiale qui sautent aux yeux : la nécessité naturelle, dont même l’homme ne peut se libérer entièrement, et la liberté, qui contribue peut-être, mais d’une manière qui nous est inconnue, aux modifications de la nature non humaine. Les deux se limitent toujours mutuellement, mais avec cette différence étonnante qu’il est beaucoup plus facile de déterminer ce que la nécessité naturelle ne permettra jamais à la liberté d’accomplir, que ce que celle-ci commencera d’entreprendre au sein de la première. L’investigation de l’une et de l’autre ramène à l’homme, mais la liberté se manifeste plus dans l’individu, la nécessité naturelle plus dans les grandes masses et l’espèce, et pour parvenir à mesurer encore d’une certaine manière l’empire de la première, on doit principalement développer le concept de l’individualité, mais se tourner ensuite vers les Idées qui, en tant que type qui lui est donné dans l’infinité, font pour [366] elle office d’origine, et sont inversement de sa part objet d’imitation. Car l’individualité dans chaque espèce vivante, n’est qu’une masse de matériau dominée par une force indivisible selon un type uniforme (car on n’entend ici par “Idée” que cela, et non un contenu de pensée effectif) ; chacun des deux termes, l’Idée comme la configuration sensible d’un genre d’individus peuvent, celle-ci en tant que cause formatrice, celle-là en tant que symbole, conduire à la découverte de l’autre. Le conflit de la liberté et de la nécessité naturelle ne peut être tenu pour résolu de manière satisfaisante ni dans l’expérience, ni dans l’entendement.

© Presses universitaires du Septentrion, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search