Version classiqueVersion mobile

G. de Humboldt. La tâche de l’historien

 | 
Guillaume de Humboldt

Traduction. G de Humboldt

Considérations sur l’histoire mondiale

Texte intégral

[III, 350] Il existe plus d’une tentative pour ramener à un unique point de vue les événements particuliers de l’histoire mondiale qui se présentent de manière éparpillée et apparemment contingente, et pour les déduire les uns des autres selon un principe de nécessité. Kant le premier l’a fait de la manière la plus systématique et abstraite ; nombreux sont ceux qui l’ont suivi sur ce terrain ; tout ce qu’on nomme histoires philosophiques sont des tentatives de ce genre, et la manie de se livrer à des considérations sur l’histoire a presque éliminé l’histoire, ou du moins le sens historique.

Mais ces systèmes, outre le défaut de ne pas avoir affaire à l’histoire et moins que tout à l’histoire mondiale, et donc de forcer les événements et de négliger des parties entières qui ne cadrent pas avec celle dont les liens sont plus évidents, ont le plus souvent celui de considérer l’espèce humaine de manière trop intellectuelle, en fonction de son perfectionnement individuel ou social, qui de plus est fréquemment conçu de manière unilatérale comme simple culture, et d’accorder trop peu d’attention aux connexions qui l’unissent au sol et à l’univers, du point de vue d’une pure histoire naturelle.

Cette tâche, pourtant, ne peut aucunement être récusée. Pour [351] commencer, il existe trop de connexions manifestes entre les événements pour qu’on renonce à éclaircir celles qui sont obscures, et à suppléer celles qui semblent manquer. La puissance qu’exercent des Idées sur l’humanité des siècles durant est trop éclatante pour que nous ne nous risquions pas à croire toutes les transformations qu’elle subit soumises à la direction d’une unique grande Idée, et à nourrir la hardiesse de deviner quelle elle est. Enfin, l’intérêt de l’individu et de la société est intimement lié à la question de savoir quel avenir se développera à partir de la situation présente, tout comme cette dernière s’est développée à partir de la situation immédiatement antérieure.

Pour conduire une enquête si pleine d’attraits sans porter aucun préjudice à l’ensemble des événements de l’histoire mondiale, qui ne nous est transmise que fragmentairement, nous voulons dans ce qui suit soigneusement rechercher et fidèlement rassembler tout ce qui, aussi bien du côté de l’Idée que du côté de l’expérience, permet d’illustrer et d’exposer l’enchaînement des transformations de l’espèce humaine, son progrès supposé à l’infini ou la circularité de son cours qui revient sur lui-même. Mais, nous gardant d’avoir l’esprit fixé sur un but déterminé par avance et qui devrait être atteint, nous porterons plutôt notre regard en arrière, vers les débuts de notre espèce et vers sa nature individuelle et sociale, pour au moins poser le fondement sûr d’un édifice à venir, dont la construction doit être réservée à des mains plus expertes, ou montrer les endroits où le sol est trop incertain pour assurer un fondement solide et stable.

Un tel travail, en même temps qu’il pénètre toute la plénitude de la vie historique, conduit au-delà de ses limites habituelles, et même, en certaines de ses parties, au-delà de toute expérience. Il fixe donc la réflexion tour à tour sur la plus stimulante diversité, et sur les objets les plus élevés. Mais en même temps, méprisant l’intérêt étriqué du présent, il montre l’insignifiance de ce que l’on tient souvent pour grand, et comment le plus insignifiant et le plus mesquin de tout, face aux destinées de l’espèce humaine, considérée dans son ensemble et dans ses aspects essentiels, c’est la rage de domination et de conflit des nations prétendument civilisées, la destruction et la fondation d’Etats qui ne reposent que sur la division politique, et tout ce que l’arbitraire individuel produit sans être porté par la volonté indépendante de nations entières.

1. Introduction – Partie philosophique – Partie historique.

[352] 2. Introduction – Que faut-il attendre et faire ? – Quelles sont les forces motrices de l’histoire universelle ? En quoi s’est-on jusqu’à présent trompé en essayant de les dégager ?

3. Que faut-il attendre et faire ? – L’espèce humaine est une plante naturelle, comme l’espèce des lions et des éléphants ; ses différentes ethnies et nations, des produits naturels, comme les races de chevaux arabes et islandais, avec cette seule différence que, dans le germe même de leur culture, l’Idée de la langue et de la liberté s’unit aux forces qui seules se montrent visiblement à nous dans ces dernières et qu’elle y trouve un sol plus ou moins favorable. nr. 4.

Un individu singulier n’est par rapport à sa nation un individu qu’à la façon dont une feuille l’est par rapport à un arbre ; pareillement les degrés d’individualité peuvent s’étendre au-delà, de la nation jusqu’à la souche ethnique, de cette dernière jusqu’à la race, de celle-ci jusqu’à l’espèce humaine. Ce n’est qu’à l’intérieur d’un certain cercle que le terme subordonné peut alors progresser, régresser, ou différer. nr. 5.

Il existe un moment de procréation morale, où l’individu (nation ou personne singulière) devient ce qu’il doit être, non par degrés, mais soudainement et tout d’un coup. Ce n’est qu’alors qu’il commence à être, car auparavant il était un autre. Or ce début est aussi sa perfection ; à partir de là il régresse immédiatement, développant simplement ce qui existe déjà, et avec des forces qui déclinent. Mais entre la conscience véritable du sommet et le moment où le déclin devient visible, il y a un moment d’hésitation, et c’est là la plus belle période.

La nature ne procrée, dans le grand comme dans le petit, qu’à certaines périodes de fécondité, que l’on peut appeler sa jeunesse, et ce qui, sans nouvelle procréation, ne fait que poursuivre son développement et prendre forme, se rapproche de sa disparition. On ne peut donc véritablement attendre l’élévation de l’espèce humaine d’un processus de formation graduelle et à propos d’un même individu, ni même d’un complexe d’individus, mais de tentatives toujours nouvelles d’une nature procréant avec force, et elle surprend toujours par sa nouveauté. Cependant certaines Idées se maintiennent au-delà de leur disparition, qui stimulent la procréation future de la nature, ou lui viennent en aide, bien qu’elles ne soient elles-mêmes fécondes qu’à la condition que des forces jeunes ou renouvelées s’en emparent.

Outre l’élévation de l’espèce humaine, existe une vie de celle-ci qui, tout en entretenant avec cette élévation des rapports variés [353] et étroits, possède en même temps par elle-même une valeur indépendante. Celle-ci reste dans les limites de la conservation et des progrès humains, et, quand elle n’est pas brisée par le déluge du destin, est susceptible d’une amélioration régulière et graduelle.

Or l’histoire mondiale est composée de ces deux éléments, le développement dont on peut suivre les paliers et les nouvelles productions et révolutions, et c’est en tenant compte de l’une comme de l’autre que l’on doit en observer et en étudier le cours.

On doit par contre absolument cesser de toujours suivre les individus, selon une certaine justice distributive ; il faut n’avoir en vue que le tout et n’observer que là le progrès de l’élévation. Car toute la force de ce qui existe dans la création ne constitue qu’une masse unique ; de même que l’individualité, dans la mesure où elle est pour ainsi dire relative, est susceptible d’un élargissement graduel, sa conscience n’est que celle d’une existence individuelle et transitoire, et le simple fait de considérer comme perdue la cohérence de ce qui existe quand les individualités confluent d’une autre manière revient à porter un jugement sur ce dont ni intuition ni concept ne sont possibles. L’être dans le temps n’est que simple procréation et disparition, et la conservation dans un état identique n’est qu’une apparence fallacieuse. C’est pourquoi l’histoire mondiale, dans l’existence terrestre divisée, n’est que la solution pour nous visible au problème de savoir comment la plénitude et la diversité de la force inhérente à l’humanité parvient peu à peu à se réaliser effectivement – que le terme en soit l’épuisement du concept, ou une fin fixée selon des lois inconnues. Mais l’humanité ne peut vivre et agir qu’au sein d’une nature entièrement corporelle dans sa manifestation, et elle porte en elle-même une partie de cette nature. L’esprit, qui la domine, survit à l’individu singulier, et le plus important dans l’histoire mondiale est donc l’observation de cet esprit qui perdure, prend des formes diverses, et disparaît souvent à nouveau. La nature et lui ne se combattent cependant pas, car il se sert bien plutôt d’elle et de sa force procréatrice. Leur diversité même est sans doute extérieure à leur essence – qui en vérité est une – et n’existe que par la limitation de notre perspective. Voir nr. 7.

Ce qu’il faut attendre n’est donc pas un perfectionnement toujours plus grand dans les fragments de temps, d’espace et d’existence que nous embrassons, ce perfectionnement tant [354] chanté, qui nous est promis et ne dépend dans une certaine mesure que de notre ardeur, d’une civilisation qui ne mérite guère ce nom, et creuse toujours sa propre tombe par son raffinement excessif ; mais on doit seulement être assuré que la force de la nature et des Idées demeure inépuisable, que rien de nouveau ne peut nulle part être procréé sans en même temps passer en notre être, si étroitement uni avec le tout, et en notre jouissance, et que dans le présent et le passé qui nous est parvenu, un matériau inépuisable même pour la plus longue des vies attend d’être fructueusement exploité.

Ce qu’il faut faire est de préserver la capacité de procréer de nouvelles et vivantes productions spirituelles, de travailler à l’encontre de tout ce qui est mort et mécanique, de traiter toujours avec ordre et sérieux la vie qui continue de se développer selon un cours habituel, et, dans la mesure du possible, de l’animer par l’esprit et le sentiment.

4. ad nr. 3, p. 5 [= p. 49].

L’espèce humaine surgit de la terre comme les espèces animales ; comme elles, elle se propage, se réunit en hordes, se divise en nations (le besoin de sociabilité étant simplement plus grand) ; elle se fait sédentaire ou nomade, selon ses besoins physiques ou les envies de son imagination, connaît, précisément à cause de ces besoins, liés aux passions, des révolutions, des guerres, etc. ; en tout cela, on ne doit pas rechercher les finalités dernières, mais les causes, et celles-ci sont souvent physiques et animales. Le mouvement de l’espèce humaine que montre l’histoire mondiale provient, comme tout mouvement dans la nature, de la pulsion à agir et à procréer et des obstacles auxquels elle se heurte, et il suit des lois qui, il est vrai, ne sont pas toujours visibles. Comme l’homme est une nature intellectuelle, l’esprit et l’Idée se rattachent à tout ce flot chaotique, il réussit ou échoue, se propage selon certaines formes qui se transmettent de nation à nation, se modifie, se déploie ou se rétracte, s’élève ou s’avilit. Mais soudain les événements naturels ou la barbarie engloutissent à nouveau ce qu’il a produit de plus élevé ; il est visible que le destin ne respecte pas ce que l’esprit a formé, et c’est là l’impitoyable cruauté de l’histoire mondiale. Mais de nouvelles formes surgissent à nouveau des révolutions, la plénitude de la force réapparaît en des configurations toujours changeantes et qui toujours s’ennoblissent, et l’intention dernière, comme l’essence de tout ce qui se produit, réside seulement en ceci qu’elle s’exprime, [355] et s’élève des flots chaotiques jusqu’à la clarté. Tout mouvement naturel, aussi fruste et sauvage qu’il soit encore, est cependant accompagné de l’Idée qui jamais ne périt. Quand un cratère s’effondre, ou un volcan se soulève, la beauté ou le sublime s’attache à ses formes ; quand une nation apparaît, une forme spirituelle, un ton qui émeut l’imagination et le coeur vivent dans sa langue. C’est pourquoi en tout déclin il y a une consolation, et en tout changement, substitution.

5. ad nr. 3, p. 5 [= p. 49]

Vivre signifie maintenir par une force mystérieuse la suprématie d’une forme de pensée, à titre de loi, dans une masse de matière. Dans le monde physique, cette forme et cette loi se nomment organisation, dans l’univers intellectuel et moral, caractère. Procréer signifie déclencher cette force mystérieuse, ou, en d’autres termes, allumer une force qui arrache soudainement de la masse une certaine quantité de matière sous une forme entièrement déterminée, et qui désormais oppose continuellement cette forme dans sa singularité à toutes les autres formes. L’individualité vraie surgit donc de l’intérieur, soudainement et tout d’un coup, et elle est si peu produite par la vie, qu’elle ne parvient à la conscience qu’au sein de la vie, et, en plus, de manière souvent obscure ou faussée. Mais comme l’homme est un animal sociable – c’est là son caractère distinctif – parce qu’il a besoin d’un autre, non pour la protection, l’aide, la procréation, ou une vie reposant sur l’habitude (comme certaines espèces animales), mais parce qu’il s’élève jusqu’à la conscience du Moi, et que le Moi sans le Toi n’est pour son entendement et sa sensibilité qu’une absurdité, en son individualité (en son Moi) s’arrache en même temps celle de sa société (de son Toi). La nation est donc aussi un individu, et l’individu singulier un individu d’individu. Par la connexion incompréhensible, mais qui n’en est pas moins pour cela indéniable, de l’organisation avec le caractère, cette individualité s’affermit, et différents cercles d’individualité sont possibles où l’organisation joue un rôle toujours plus important selon que l’éloignement croît.

6. Quelles sont les forces motrices de l’histoire mondiale ? Ce sont celles qui meuvent les destinées de l’espèce humaine et – globalement et à grands traits – les forces de procréation, de culture et d’inertie.

La première engendre de nouvelles nations, de nouveaux individus, ou des transformations d’autres plus anciens qui équivalent à de nouvelles naissances. Les révolutions naturelles jouent ici le premier [356] rôle, et le plus important. Les séparations et les regroupements, les fondations et les migrations, qui dans tous les premiers temps de notre histoire, et encore au-delà, ont formé et divisé les ethnies, relèvent de fait le plus souvent de causes géographiques, climatiques et physiques. Suivent les métamorphoses que les nations subissent du fait des révolutions historiques, et finalement celles qui, sans produire d’événement particulier majeur, ne sont qu’une conséquence des événements et du cours qu’ils ont pris. Il est à la fois important et intéressant de rechercher ce qui a principalement contribué à produire des nations et des individus remarquables. Les Grecs et les Romains, si différents entre eux, prouvent que les exemples les plus illustres de nations que l’histoire présente ne se sont pas formés peu à peu, mais ont surgi tout d’un coup et du néant. Le caractère artiste des premiers ne laisse aucune place au concept de formation graduelle ; et dès que Rome fut là, était aussi donnée en elle l’Idée d’un Etat qui ne cède jamais et s’étend toujours plus loin.

La force de la culture est ce vers quoi travaillent à s’élever les nations et les individus. Dans ce domaine, les Idées exercent leur puissance, et ici surgit la question importante consistant à déterminer les limites de la culture, le point où elle peut conduire. La nation qui fournit ici le meilleur exemple est la France, puisque dans la mesure du possible, elle est presque tout entière le fruit de la culture. Il existe un certain cycle d’idées générales qui, grâce aux facultés intellectuelles et sensibles des hommes, sont partout immédiatement données d’elles-mêmes plutôt que communiquées. Ce sont avant tout celles sur lesquelles reposent la religion, la constitution, la vie publique, domestique et individuelle (donc à la fois les plaisirs, l’art, la philosophie et la science). Ce sont elles qui constituent les principales forces de la culture des nations. Mais les similitudes qu’elles peuvent présenter ne conduisent pas toujours à une filiation ou une communication, pas plus que la similitude dans les langues.

La force d’inertie se montre dans la vie animale des nations et des individus et dans la vie intellectuelle ou morale devenant animale sous l’effet de l’habitude et de la passion. L’uniformité des Egyptiens, des Indiens, des Mexicains, etc., est le fruit de cette force.

C’est de ces différentes forces, agissant séparément ou en commun, mais dont l’action est souvent difficile à reconnaître, que [357] proviennent les destinées de l’espèce humaine, et dans chaque figure remarquable qui y surgit (que ce soit celle d’une nation ou celle d’un individu), on peut seulement, outre la description et l’évaluation, s’interroger sur la façon dont elles sont nées, et dont elles sont devenues ce que nous voyons en elles.

7. ad nr. 3, p. 7 [= p. 51].

Quand je dis que l’on doit considérer le tout, je n’entends pas par là l’humanité vivant actuellement ou à tel moment, mais le concept d’espèce humaine. Celui-ci se présente partiellement en chaque nation particulière et en chaque individu particulier, à tout le moins en raison de la connexion virtuelle de tous ceux qui vivent à une époque donnée, mais, comme tout, seulement dans la totalité jamais atteinte de toutes les particularités qui se réalisent progressivement. Que le concept d’humanité soit jamais réellement élargi, même par cette totalité dans son intégralité, que les vieilles bornes de la création soient déplacées, voilà qui est impossible dans le temps. μὴ μάτευε θεòς γενέσθαι ! Mais il est possible et nécessaire que la quintessence de l’humanité, la profondeur contenue dans ses limites, parvienne peu à peu à la clarté de la conscience, et que l’esprit, par un effort en ce sens et une réussite partielle, accueille en lui purement et de manière fructueuse l’Idée d’humanité et (comme celle d’un Toi donné par le Moi) celle de la divinité, c’est-à-dire de la force et de la légalité en soi. Mais si c’est là l’utilité de l’histoire mondiale, tel n’est pas le but des destinées humaines. Pareils buts, quel que soit le nom qu’on leur donne, n’existent pas ; les destinées de l’espèce humaine vont de l’avant, comme les torrents se jettent des montagnes dans la mer, comme le champ fait éclore plantes et herbes, comme les insectes forment des cocons et se transforment en papillons, comme les peuples oppriment et se font opprimer, anéantissent et sont exterminés. La force de l’univers, considérée du point de vue du temps qui est celui où nous sommes pris, est une poussée irrésistible ; c’est pourquoi ce n’est pas des intentions concoctées de quelques pauvres milliers d’années et prêtées à un être étranger, mal perçu du sentiment et plus mal connu encore, mais bien la force de la nature et de l’humanité, que l’on doit reconnaître dans l’histoire mondiale. Cependant, comme le tout ne peut être reconnu qu’à travers le particulier, on doit étudier les nations et les individus.

[358] 8. Les erreurs commises par les conceptions actuelles de l’histoire mondiale sont :

  • qu’on ne considère presque exclusivement que la culture et la civilisation, qu’on a simplement en tête un perfectionnement progressif, qu’on imagine en conséquence arbitrairement les degrés de ce perfectionnement, et qu’on néglige par contre les germes les plus importants, d’où sortira ce qui est grand, comme il est jadis sorti de germes analogues,
  • qu’on considère trop les générations humaines comme des êtres de raison et d’entendement, trop peu comme des produits de la nature,
  • qu’on cherche l’accomplissement de l’espèce humaine dans l’atteinte d’une perfection générale qui est pensée de manière abstraite, et non dans le développement d’une richesse de grandes formes individuelles.

9. Selon le point de vue présenté ici, on doit porter son attention dans l’histoire mondiale :

  • aux nations et aux individus particuliers, sur lequels on doit composer pour ainsi dire une série de monographies, ordonnées autant qu’il est possible selon leur filiation,
  • aux influences qu’ils ont exercées mutuellement entre eux et sur leur culture,
  • au rapport qu’ils entretiennent individuellement et dans leur ensemble avec le concept d’humanité en général et avec les différentes Idées générales que celui-ci comporte, et à celui qu’ils entretiennent sur cette base entre eux,
  • à l’influence qu’exerce chaque ensemble de contemporains sur la masse totale et la durée totale de l’espèce humaine,
  • à l’apparition de nouveaux phénomènes intéressants dans l’histoire des hommes, et à la survie des peuples individuels sur des voies tracées.

Par cette méthode, on suit en même temps tous les fils de l’ensemble des événements humains depuis leur origine jusqu’à leur terme, et, même là où cet ensemble n’existe pas, ou n’est pas visible, on examine toute la diversité des configurations dans la mesure où elles peuvent être intéressantes ou instructives. L’histoire mondiale est considérée sous un triple point de vue :

  • comme une des parties les plus importantes de l’activité de la force de l’univers,
  • comme un écheveau de fils souvent cassés net, mais souvent aussi longtemps interdépendants, qu’il convient de démêler par l’étude et la sagacité ;
  • [359] comme un critère du bonheur et de la perfection qu’on peut attendre pour l’espèce humaine, et une leçon pour les maintenir et les augmenter tous deux.

Mais pour pouvoir appliquer ces considérations à l’histoire réelle, bien des recherches philosophiques doivent précéder, afin d’examiner d’abord en général la possibilité des phénomènes et de leur connexion, et d’apprécier leur valeur propre et l’influence qu’ils exercent autour d’eux. Il est cependant meilleur de toujours se livrer en même temps à cet examen et cette appréciation sur la base de l’expérience, et d’inclure en elle autant d’histoire qu’il est nécessaire, puisqu’il y est toujours en même temps question d’objets de l’expérience. La partie historique peut ne se rapporter que brièvement à ce qui a déjà été expliqué historiquement, selon cette méthode, dans la partie raisonnée.

© Presses universitaires du Septentrion, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search