Version classiqueVersion mobile

Journal de guerre 1914-1918

 | 
Achille Liénart

Chapitre 9. 18 janvier - 9 mai 1918

Aumônier du GBD détaché au 201e - Secteur de Beaumarais. Bataille de Noyon - Secteur d’Ourscamp

Texte intégral

  • 1 En Russie, après les événements révolutionnaires de mars 1917 et la révolution d’octobre (novembre (...)
  • 2 L’entrée en guerre des États-Unis votée le 6 avril 1917 ne commença à se faire sentir sur le plan (...)

1L’année 1918 qui commençait devait être l’année la plus mouvementée de la guerre. L’effondrement de la Russie et la paix séparée qu’elle venait de signer avec l’Allemagne, en décembre 19171, libérait d’un seul coup, les effectifs ennemis du front oriental. Nous devions nous attendre à les voir refluer sur nous et tenter de nous écraser par leur masse avant que l’armée américaine2 ne fut en mesure de rétablir, en notre faveur, l’équilibre des forces en présence.

2Toutefois l’hiver n’était pas fini. Le train qui nous emmena de Betz, nous conduisit à Fismes. Nous revenions une fois de plus dans cette zone centrale du front, où les hasards de la guerre nous avaient déjà si souvent conduits. On n’y percevait pas encore les signes avant-coureurs de l’orage.

3Le 19, nous sommes à Baslieux-les-Fismes, le 21 à Maizy et le 22, nous prenons les tranchées devant le bois de Beaumarais, au sud-est de Craonne. En route, je visite nos cimetières de l’année précédente : celui de Beaurieux est en bon état, celui de Blanc-Sablon par contre, a été dévasté par les obus et les croix ont disparu, quant à celui de Craonnelle, il n’y aura que quelques inscriptions à refaire pour que tout soit en ordre.

  • 3 Au moment de l’offensive du Chemin des Dames en avril 1917, le 201e RI qui appartenait à la 1re DI (...)

4Je m’installe dans un abri de rondins près de la lisière orientale du bois de Beaumarais (secteur de Tabarin), à 200 mètres environ du PC du Colonel, et du PS du médecin-chef. De là, nous voyons devant nous s’étaler la plaine dans laquelle la 2e division a tant souffert les 16 et 17 avril derniers, et où nos tanks incendiés et désemparés, sont restés comme des épaves3.

  • 4 La route nationale 44 relie Cambrai et Châlons-sur Marne. Le Chemin des Dames dont le début est à (...)

5Notre secteur s’étend à droite dans la plaine jusqu’auprès de la route 444 dans les anciennes tranchées de la première position allemande. À gauche, nous couvrons la partie nord au bois de Beaumarais. Deux bataillons sont accolés en ligne. Le 3e est en réserve dans le bois. Notre séjour dans cette zone assez calme n’est rendu pénible que par l’exécution d’importants travaux de défense. Il s’agit d’établir des réseaux de barbelés puissants et des centres de résistance solides en vue de contenir l’ennemi, s’il s’avisait d’utiliser la plaine pour tourner notre forte position du Chemin des Dames et du plateau de Craonne si chèrement conquis. Personnellement, je me livre aussi à des travaux d’un autre genre. Le 25 janvier, avec une équipe de musiciens, je refais entièrement le cimetière de Blanc-Sablon, où grâce à mon plan de sépultures, je puis remettre des croix et des noms sur les tombes qui ont été ravagées. Surtout, j’entreprends l’exploration du fameux ravin « sans nom », dans lequel tant des nôtres sont tombés lors de l’attaque du 16 avril 1917. Nous avions pu avant de partir, rassembler dans des trous d’obus les corps de nos camarades, et mettre leurs noms dans des bouteilles, mais nous n’avions pas eu le temps, ni de combler les trous, ni de mettre des croix. J’avais du moins le plan de ces sépultures incomplètes. Hélas ! depuis un an, personne ne s’était donné la peine d’achever le funèbre devoir ! Nous l’entreprenons méthodiquement, et nous réussissons en y retournant quatre fois, à ensevelir nos camarades, à placer des croix sur les tombes, et même à retrouver un certain nombre de corps que nous n’avions pas découvert l’année dernière. Nous faisons ensuite la même besogne dans nos lignes actuelles où beaucoup de morts de la 2e division sont encore sans sépulture, et nous dressons pour toute cette zone, un plan topographique de toutes les tombes isolées que nous avons faites ou retrouvées.

1. Les docteurs Bonjean, Barrau et Bricard.

1. Les docteurs Bonjean, Barrau et Bricard.

2. L’état-major du 201e RI à Arcis-le-Ponsart.

2. L’état-major du 201e RI à Arcis-le-Ponsart.

6Le ministère ne chôme pas non plus. Outre les messes, les communions et les saluts ordinaires dans nos chapelles de tranchées ou dans celle de Tabarin, j’ai pendant ce séjour, la joie de préparer à sa première communion et à son mariage, un lieutenant de génie qui n’a reçu aucune instruction religieuse, et celle de décider d’une vocation sacerdotale excellente que la guerre avait ébranlée.

  • 5 Charles Reversez décédé le 29 août 1955.

7D’autres événements encore survinrent à cette époque. Le soldat Descarpentries, que j’avais comme ordonnance depuis mon arrivée au 201e, et qui m’était tout dévoué, étant célibataire, dut en vertu de nouvelles circulaires, céder sa place à un homme marié. Au lieu d’être à l’arrière pour soigner mon cheval, il allait devoir désormais entrer dans une compagnie où il serait beaucoup plus exposé. Je le vis partir avec peine, mais quelle fut la joie de Ch. Reversez5 qui fut nommé pour le remplacer ! L’un et l’autre, heureusement ont survécu. Tous deux m’ont rendu un grand service, et tous deux sont demeurés mes amis.

  • 6 L’abbé Léon Parmentier (1869-1924), né à Steenvoorde (Nord) aumônier divisionnaire de 1914 à 1918.
  • 7 Abbé Joseph-Louis Lefebvre (1887-1951), né à Ostricourt (Nord), ordonné en 1913, soldat au 5e d’ar (...)
  • 8 15e RAC : régiment d’artillerie de campagne qui appartenait à la 1re DI. Il venait de rejoindre le (...)

8Pour observer les circulaires ministérielles qui enjoignaient aux aumôniers de desservir toutes les unités de la division, M. Parmentier6, le père Magnin et moi, nous étions partagé celles qui n’étaient pas pourvues. J’avais adopté pour ma part avec le 201e d’infanterie, le 15e d’artillerie. Celui-ci n’avait guère besoin de ma présence, car un prêtre-artilleur, l’abbé Lefebvre7, s’en occupait très bien. Cependant, je profitais de cette période plus tranquille pour prendre contact avec le 15e RAC8, où je fus très bien accueilli.

9Le 8 mars, après sept semaines passées en ligne, le régiment fut relevé et placé en position de réserve au Camp d’Arcis-le-Ponsart. J’en profitai pour organiser aussitôt une petite retraite pascale anticipée avec prédications appropriées. Il était en effet impossible de savoir dans quelles conditions nous nous trouverions pour célébrer Pâques, le 31 mars, mieux valait saisir l’occasion favorable actuelle. Je n’eus pas à le regretter. Le 14 mars, je me rendis à Coulonges, au 15e d’artillerie, pour chanter une messe de Requiem à la mémoire des défunts du régiment. Le 17, je fis la même chose à Brouillet où se trouvait détaché un groupe du 15e.

  • 9 Le 21 mars 1918 les Allemands lancèrent une offensive en France qui annonçait une vaste série d’at (...)
  • 10 La « grosse Bertha » était une grosse pièce d’artillerie terrestre utilisée par l’armée allemande, (...)

10Mais bientôt, nous fûmes en alerte. Le 21 mars, une très puissante offensive allemande se jetait sur l’armée anglaise sur un front de 80 kilomètres, entre l’Oise et la Sensée9. Elle visait à séparer la droite anglaise de la gauche française, à la charnière de l’Oise, et à atteindre, par la brèche, Amiens. Sous le choc, l’armée anglaise plia, recula, et finalement céda, si bien qu’au bout de trois jours de combat très meurtrier, le commandement français dut envoyer à son secours les divisions qu’il tenait en réserve, en prévision d’attaques allemandes sur les lignes françaises. Alertés dès le 22, nous allons d’abord à Fismes le lendemain, et nous tenons prêts à partir au premier signal. Le 24, c’est le dimanche des Rameaux. Je dis ma messe à 4 heures... on ne part pas. J’organise une messe militaire à 8 h 1/2. Pendant que je lis la Passion, alerte, tout le monde s’en va et moi aussi. Contre-ordre, on finit par partir à midi, en auto. Le convoi traverse Braine, sous le tir rythmé d’une grosse pièce allemande : il suffit d’observer la cadence, et par paquets, entre deux obus, toutes les autos passent sans accident. Nous traversons Soissons où nous apprenons que Paris a été bombardé par canon. La nouvelle nous semble incroyable, et cependant elle était vraie, la « Bertha »10 à très longue portée venait d’entrer en action, et tirait à plus de 100 km ! Les autos nous déposent le soir à Blérancourdelle où nous comptons passer la nuit. Mais à onze heures du soir, nouvelle alerte, départ immédiat, nous faisons quatre kilomètres, et dans la nuit claire et froide, nous attendons jusqu’à 3 heures du matin les autos qui doivent nous enlever. En cette circonstance, comme je l’ai observé dans tous les moments graves, les hommes sont calmes et résolus. Ils ne récriminent ni contre la fatigue imposée, ni contre la brusque interruption de leur sommeil, ni même contre la longue attente au bord de la route.

  • 11 Noyon (Oise) avait été prise par les Allemands en 1914 et le front s’était stabilisé en 1915 dans (...)
  • 12 Sous-lieutenant Philibert Duvierre (1890-1918) de la 15e compagnie venu du 98e RI, né à St Cyr-de- (...)

11Le 25 mars, au petit jour, nous débarquons à Pontoise, et nous nous dirigeons à pied vers Noyon11. Dans la gare, un train sous pression est pris d’assaut par les habitants qui s’enfuient ; dans la ville, un état-major de division ou de corps d’armée déménage précipitamment. Il paraît que les Allemands marchent sur Noyon, en colonne, par la grand’ route, et qu’il n’y a plus aucune barrière devant eux. La 1ère division arrive juste à temps pour se jeter dans la brèche, et essayer de contenir la flot. Au nord de Noyon, se trouve (sic) une grande caserne de cavalerie et un terrain de manœuvres. Le régiment prend aussitôt sa formation de combat. En tête, le 4e bataillon s’avance en colonnes de compagnies « par un », sa compagnie de droite longeant la route de Guiscard. Il est couvert par une avant-garde et par des flancs-gardes, comme dans la guerre de mouvement. Derrière lui, le 6e bataillon s’avance dans le même ordre de bataille, le 5e avec la compagnie hors du rang ferme la marche. Nous n’allons pas loin. À peine le 4e bataillon a-t-il dépassé le village de Crisolles que nos patrouilles se heurtent aux avant-gardes allemandes. Dans le bref engagement qui s’en suit, le sous-lieutenant Duvierre12 est tué ainsi que plusieurs de ses soldats. Mais l’ennemi se rend compte aussitôt qu’au lieu d’avoir affaire aux débris de l’armée anglaise en retraite, il vient de trouver devant lui une nouvelle division française. Il interrompt sa marche en colonnes et se déploie devant nous en ligne de combat. Notre 4e bataillon fait de même, il se range face à l’ennemi, à la lisière nord de Crisolles, il occupe l’étroit espace entre le village et la route de Guiscard. Ce front étendu de près de 3 km, est fragile. Ce n’est qu’un mince rideau de troupes, tendu devant l’adversaire. Pas de tranchées, pas de fils de fer, pas même de trous d’obus ; chaque homme se creuse à la hâte, dans la terre, un trou individuel, où il s’embusque de son mieux.

12À 1500 mètres en arrière, le 6e bataillon s’arrête à son tour et s’installe à la hâte sur le plateau à l’est de Genvry, entre ce village et la route. Mais il détache une de ses compagnies, la 22e à la station de Bussy pour étayer la gauche du 4e en première ligne. Quant au 5e bataillon, il creuse des tranchées en troisième position, sur le terrain du champ de manœuvre, aux abords mêmes de Noyon.

13De 9 heures du matin à 3 heures de l’après-midi, aucune attaque ne se produit. L’ennemi masse ses troupes et prend ses dispositions comme nous prenons les nôtres. Des hauteurs de Crisolles, nous observons ses mouvements. On voit les fantassins allemands se glisser par petits paquets dans les ravins avoisinants. Ces concentrations sont signalées, mais en vain, car nous nous apercevons alors que si l’infanterie de la 1re division est arrivée à temps, l’artillerie n’a pas pu suivre à la même allure. Elle n’est pas là pour harceler les rassemblements ennemis, ni pour tendre son barrage à l’heure de l’assaut. Nous allons nous battre sans canons contre un adversaire abondamment pourvu en artillerie, et qui a pris le temps de la mettre en batterie.

  • 13 Commandant Jean-Baptiste Kreiser (1874-1918) né à Suresnes (Seine).

14Vers midi, j’entreprends le tour du secteur pour voir en particulier où sont les postes de secours des bataillons. Je trouve celui du 6e avec l’abbé Guermonprez, installé dans une petite carrière, à peu près au centre de notre position. Celui du 4e bataillon est à la lisière sud de Crisolles. Après l’avoir trouvé, j’essaie d’aller visiter la première ligne, mais au moment où je traverse le ravin immédiatement derrière, voici qu’éclate le tir de préparation allemand. De toutes parts, je vois s’abattre sur le plateau une véritable pluie d’obus et de bombes de tranchées. Il me faut laisser nos hommes se battre, et je dois regagner le poste de secours régimentaire, une baraque en bois, tout près de Noyon. Bientôt, les blessés arrivent et avec eux les nouvelles. Elles sont mauvaises. Après le bombardement meurtrier, le 4e bataillon décimé, a subi l’assaut et a été submergé. Crisolles pris par l’ennemi, a été repris par une vigoureuse contre-attaque du 6e bataillon, mais nous l’avons de nouveau reperdu. De tous côtés les obus tombent et les balles sifflent. Elles percent déjà les planches de notre poste de secours, tandis que nous continuons notre tâche. Les débris du 4e et du 6e bataillons se replient en combattant, et tiennent avec le 5e le champ de manœuvres. Mais alors survient l’événement qui brise toute résistance. Tandis que nous combattons désespérément face au nord, voici que la fusillade éclate soudain sur notre flanc droit. La division qui combattait à nos côtés, à l’est de la route de Guiscard a reçu l’ordre de retraite, elle est partie, et l’ennemi qui l’a suivie nous prend maintenant à revers. Le commandant Daillencourt, chef du 5e bataillon, ayant voulu se rendre compte de la situation, et franchi la route, tombe au milieu des Allemands et reçoit à bout portant, deux balles dont l’une lui fracasse la mâchoire, et l’autre lui ouvre la hanche. Il réussit cependant à se dégager, repasser la route et à échapper à l’ennemi. Le commandant Kreiser13, chef du 6e bataillon est tué, et son adjudant-major : capitaine Zollikofer atteint de quatre blessures tombe aux mains de l’ennemi.

3. Le commandant Lucien Daillencourt, 2e en partant de la gauche.

3. Le commandant Lucien Daillencourt, 2e en partant de la gauche.

15Dans le jour qui s’achève, et l’obscurité qui commence à nous envelopper, le 201e rentre à Noyon. À la hâte nous quittons notre cave en emmenant sur des brancards, nos blessés ; le régiment a l’ordre de repasser les ponts de l’Oise et d’en interdire le passage. Nous traversons Noyon enflammes, car on brûle les dépôts d’essence. Un régiment frais, le 57e, est en train de s’y masser pour opposer une nouvelle digue à l’envahissement. Pour nous, notre tâche est terminée. Notre sacrifice a obligé l’ennemi à arrêter sa marche. Il a perdu une journée à réduire notre résistance. Ce retard a permis de fortifier derrière nous la barrière qui doit finir par le bloquer tout à fait. Nous repassons les ponts de l’Oise sous les obus qui nous poursuivent, et nous occupons aussitôt le village de Sampigny pour garder la rive opposée. Le village est évacué. Nous couchons nos blessés tout habillés dans les lits des maisons vides, et nous les soignons.

  • 14 Abbaye cistercienne fondée en 1129, dont les moines furent chassés en 1792. Elle servit d’infirmer (...)

16Au petit jour, nos blessés sont évacués, et le régiment rassemble ses éléments épars dans la vieille abbaye d’Ourscamp14 transformée en usine. Notre mission est d’interdire à l’ennemi le passage de l’Oise, depuis le pont d’Ourscamp qui n’est pas détruit, jusqu’au village de Sampigny, dont on a fait sauter les ponts après notre passage. À cet effet, nous organisons les lisières de la forêt d’Ourscamp. Le 27 mars, à notre grande joie, nous voyons arriver par le pont d’Ourscamp, notre 22e compagnie, celle qui tenait la station de Bussy. Séparée de nous par l’avance allemande le 25, elle a pu se dégager de l’étreinte, et par un grand détour, nous rejoindre. D’autre part, le 57e d’infanterie, qui nous a relevé dans Noyon ne s’en est retiré que pour s’établir solidement sur le mont Renaud, qui commande l’accès de la vallée de l’Oise, et là, il s’oppose victorieusement à toute progression ennemie. Tant que le mont Renaud tiendra, les Allemands ne pourront tenter de traverser l’Oise, et nous serons relativement tranquilles derrière elle.

17Nous sommes restés dans la forêt d’Ourscamp, six semaines, du 26 mars au 9 mai. La première était le semaine sainte, mais dans les conditions où nous nous trouvions, il ne fallait pas songer à célébrer solennellement les fêtes pascales. Il y avait bien à l’abbaye d’Ourscamp, une chapelle, mais les bombardements étaient tels, qu’on n’aurait pu, sans imprudence, y réunir les soldats. Le mauvais temps persistant ne permettait pas non plus de messes en plein air, sous les arbres de la forêt. Il fallut se contenter de célébrer la messe dans de petits abris, et de porter la communion aux plus fervents. Nous avions deux bataillons en ligne et un en réserve, dans une creute à Carlepont. Là seulement, les hommes avaient quelque facilité pour faire leurs Pâques. Je pus les faire faire au 6e bataillon, les 7 et 8 avril. Atticus et Bizeul s’en chargèrent pour les deux autres.

  • 15 Neutre au début de la guerre la jeune République portugaise (1910) s’engagea aux côtés des Alliés (...)
  • 16 Ces combats firent chez les Portugais plus de 7 000 tués ou blessés.
  • 17 Après l’offensive allemande du 21 mars la dualité du commandement chez les Alliés semblait mener a (...)
  • 18 Le Mont Kemmel (156 m) point culminant de la Flandre Occidentale en Belgique, situé entre Bailleul (...)

18De nos tranchées nous assistons à plusieurs reprises à d’effroyables bombardements sur le mont Renaud. Mais ses défenseurs bien retranchés dans les caves du château qui s’écroule peu à peu sur eux, tiennent héroïquement et repoussent les assaillants chaque fois qu’ils tentent un assaut. Il n’en va pas de même plus au nord, où l’attaque allemande a continué. Les troupes françaises l’ont bloquée dans la région de Montdidier, mais l’armée anglaise est encore fortement pressée et refoulée jusque près d’Amiens. La situation générale se complique encore le 9 avril : une nouvelle offensive allemande crève le front anglo-portugais15, près d’Armentières. Elle livre à l’invasion la plaine de Flandres. Aussi, malgré les bombardements que nous subissons, notre sort nous paraît doux auprès de celui de nos camarades engagés dans ces sanglants combats16. Nous sentions cependant que le sort de la guerre était en train de se jouer, et malgré la puissance de nos ennemis, nous ne voulions pas douter de la victoire. Au plus fort de nos angoisses, une nouvelle nous parvint qui ranima nos espérances. Le général Foch venait avec l’acquiescement des Anglais, d’être nommé commandant en chef des armées alliées opérant en France17. Sous son commandement unique, les efforts des alliés allaient être mieux coordonnés et nous sentions que c’était la première condition du succès. Et puis le chef avait fait ses preuves. Bientôt après, la victorieuse résistance du Kemmel obligeait l’ennemi à arrêter son offensive dans les Flandres18. Son front formait dans nos lignes, deux saillants : l’un vers Amiens, l’autre devant Armentières, mais les poches étaient désormais solidement recousues. Aucune décision n’était obtenue.

19Dans notre tranquillité relative, nous ne restions pas inactifs. Le 30 avril en particulier, lors d’une attaque particulièrement grave sur le mont Renaud, après avoir été englobé dans le tir d’interdiction par un gros bombardement d’obus à ypérite, le 201e fut appelé à intervenir efficacement. Des éléments légers furent lancés au moyen d’un bac, entre l’Oise et le Canal, de manière à contrebattre de flanc les assaillants. Cette intervention très efficace, fit flotter l’attaque et aida heureusement le 123e RI à reprendre possession de tout le terrain qu’il avait momentanément cédé devant les lance-flammes et les gaz asphyxiants. Le 3 mai, près de Sampigny, une de nos patrouilles, en embuscade de l’autre côté de l’Oise, réussit à faire un prisonnier.

  • 19 Les perfectionnements apportés aux masques respiratoires avaient rendu moins efficace l’effet des (...)

20Cependant le bombardement à ypérite que nous avions subi le 30 avril, nous causa d’assez lourdes pertes. Les masques à gaz19 avaient été perfectionnés beaucoup depuis le début de la guerre. On n’en était plus à la simple compresse de ouate hyposulfitée qu’on s’appliquait comme un bâillon sur la bouche et sur le nez quand nous étions à Sapigneul, ni même au masque que nous avions connu à Maisons-en-Champagne et qui comportait des lunettes en mica et une compresse de ouate en forme de sac pointu, où l’on enfonçait le nez et le menton. Désormais, nous avions le « groin métallique » qui permettait de respirer plus à l’aise et de filtrer les gaz au passage. Mais malgré ces perfectionnements, nous étions mal défendus contre l’ypérite, gaz vésicant, qui n’attaque pas seulement les voies respiratoires, mais qui produit des brûlures sur tout le corps, même au travers des vêtements, longtemps après que les obus sont tombés. Deux jours après le bombardement que nous avions subi, beaucoup d’hommes durent être évacués pour brûlures et pour conjonctivites assez sérieuses.

21Peu après la relève eut lieu. La 1re division, malgré la journée de Noyon, avait beaucoup moins souffert que celles qui avaient été engagées devant Montdidier, ou sur le Kemmel, elle devait se tenir prête à intervenir là où l’ennemi pressé d’en finir, tenterait un nouvel effort. Le 9 mai, nous passions en réserve dans la région de Compiègne.

1. L’église abbatiale d’Ourscamp en ruine avant la guerre.

1. L’église abbatiale d’Ourscamp en ruine avant la guerre.

Fac-similé de la page 172 du cahier 36 x 23,2 cm.

Fac-similé de la page 172 du cahier 36 x 23,2 cm.

Notes

1 En Russie, après les événements révolutionnaires de mars 1917 et la révolution d’octobre (novembre 1917 en calendrier grégorien) régnait une grande confusion tant sur le plan politique, tandis que se désagrégeait le régime tsariste, que sur le plan militaire, malgré les succès de 1916 qui ne compensaient pas les défaites de 1915. Dès décembre 1917 le gouvernement bolchevik amorçait des négociations avec les puissances centrales qui aboutirent à l’armistice (15 décembre) et à la paix de Brest-Litovsk (3 mars 1918). L’anéantissement du front russe, tandis que l’entrée en guerre des États-Unis (avril 1917) n’avait pas encore donné toute sa mesure, laissa encore pour quelques mois aux Empires centraux une nette supériorité sur l’Entente.

2 L’entrée en guerre des États-Unis votée le 6 avril 1917 ne commença à se faire sentir sur le plan militaire qu’au printemps 1918.

3 Au moment de l’offensive du Chemin des Dames en avril 1917, le 201e RI qui appartenait à la 1re DI avait participé à cette bataille les 16 et 17 avril (cf. chapitre 7). La 2e DI engagée le 16 avril dans la 2e bataille de l’Aisne avait combattu sur le plateau de Craonne, puis avait défendu et organisé jusqu’au 19 les positions conquises.

4 La route nationale 44 relie Cambrai et Châlons-sur Marne. Le Chemin des Dames dont le début est à l’intersection de la N 2 et de la D 14 entre Laon et Soissons emprunte la D 18 et rejoint vers l’est la N 44 à Corbeny. Long de quelque 30 km il passe par une ligne de crête entre la vallée de l’Ailette et celle de l’Aisne.

5 Charles Reversez décédé le 29 août 1955.

6 L’abbé Léon Parmentier (1869-1924), né à Steenvoorde (Nord) aumônier divisionnaire de 1914 à 1918.

7 Abbé Joseph-Louis Lefebvre (1887-1951), né à Ostricourt (Nord), ordonné en 1913, soldat au 5e d’artilleur dont il fut l’aumônier.

8 15e RAC : régiment d’artillerie de campagne qui appartenait à la 1re DI. Il venait de rejoindre le secteur de Craonne.

9 Le 21 mars 1918 les Allemands lancèrent une offensive en France qui annonçait une vaste série d’attaques jusqu’en juillet 1918. L’effort porta sur la jonction entre les fronts français et anglais dans la région de Saint-Quentin. L’effet de surprise fut total chez les alliés et le front anglais fut enfoncé dès le premier choc. Haig demande aux Français des renforts que Pétain ne voulut prélever qu’à l’Est, d’où des délais plus longs. L’armée allemande avança de 60 km en 15 jours. Elle fut arrêtée à Villers-Bretonneux devant Amiens.

10 La « grosse Bertha » était une grosse pièce d’artillerie terrestre utilisée par l’armée allemande, ainsi baptisée, selon la tradition des usines Krupp en l’honneur de Bertha Krupp, fille héritière et en raison de son calibre. Elle était entrée en service dès août 1914 en Belgique, où ses effets furent dévastateurs, puis à Verdun où elle montra ses limites. Ses dégâts avaient impressionné les alliés mais sa célébrité est surtout venue de la confusion avec les canons longs qui en 1918 bombardèrent Paris.

11 Noyon (Oise) avait été prise par les Allemands en 1914 et le front s’était stabilisé en 1915 dans la vallée de l’Oise, en aval de la ville. Les Allemands l’évacuèrent en mars 1917, mais le 26 mars 1918 la ville était à nouveau prise (bataille de Noyon, 23-25 mars 1918). De violents combats se poursuivirent à proximité jusqu’à la fin du mois d’avril. La ville elle-même fut bombardée par les Français afin de limiter les capacités logistiques allemandes.

12 Sous-lieutenant Philibert Duvierre (1890-1918) de la 15e compagnie venu du 98e RI, né à St Cyr-de-Valorges (Loire).

13 Commandant Jean-Baptiste Kreiser (1874-1918) né à Suresnes (Seine).

14 Abbaye cistercienne fondée en 1129, dont les moines furent chassés en 1792. Elle servit d’infirmerie puis fut transformée en château avant de devenir une filature. Un important bombardement allemand en 1915 n’avait épargné que l’infirmerie.

15 Neutre au début de la guerre la jeune République portugaise (1910) s’engagea aux côtés des Alliés en mars 1916. Ses troupes combattirent au sein du 2e corps de l’armée anglaise. Le 9 avril 1918 les Allemands déclenchèrent une offensive dans les Flandres (bataille de la Lys). Elles ne purent cependant empêcher l’avancée des Allemands, jusqu’à l’arrivée de renforts français.

16 Ces combats firent chez les Portugais plus de 7 000 tués ou blessés.

17 Après l’offensive allemande du 21 mars la dualité du commandement chez les Alliés semblait mener au désastre tandis que Pétain donnait à ses troupes l’ordre de défendre Paris et Haig aux siennes celui de « couvrir les ports du Pas-de-Calais ». La brèche ouverte par l’offensive allemande risquait de s’élargir du fait des décisions des deux commandements. Depuis l’automne 1917 on discutait de l’opportunité d’un commandement unique des armées alliés sans parvenir à un accord tant les particularismes nationaux s’affrontaient. Mais la situation dramatique après le 21 mars imposa des solutions nouvelles. Clemenceau et Lloyd George en étaient convaincus. Le 26 mars la conférence de Doullens instituait le commandement unique. Foch coordonnerait désormais l’action des armées françaises et anglaises.

18 Le Mont Kemmel (156 m) point culminant de la Flandre Occidentale en Belgique, situé entre Bailleul et Ypres, était au point de soudure entre les armées anglaises et belges. Les Allemands s’en emparèrent le 26 avril. Mais les contre-attaques franco-britanniques les empêchèrent de s’emparer des autres monts de Flandres et de prendre Ypres. Ces batailles furent très meurtrières.

19 Les perfectionnements apportés aux masques respiratoires avaient rendu moins efficace l’effet des gaz au fil de la guerre. Mais les Allemands cherchèrent d’autres toxiques dont la contamination s’effectuait à travers la peau et non plus les poumons. L’ypérite ou « gaz moutarde », ainsi appelé parce qu’il dégageait une légère odeur de moutarde dont les premières victimes à Ypres, en juillet 1917, ne s’étaient pas méfiées, fut au cours de la dernière année de guerre, le principal agent chimique utilisé par les forces allemandes. Il fit huit fois plus de victimes que les autres toxiques utilisés par les Allemands. En outre son effet persistait longtemps après et les régions où il avait été utilisé restaient dangereuses. Les Alliés n’eurent pas d’installations chimiques capables d’en produire avant l’été 1918. Dans le même temps les moyens de défense étaient de plus en plus efficaces et si l’utilisation de l’arme chimique se développa tout au long de la guerre, le taux de mortalité qui lui était lié diminua. Elle fut considérée comme une arme de lâches, parce qu’invisible.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62809/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 1. Les docteurs Bonjean, Barrau et Bricard.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62809/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre 2. L’état-major du 201e RI à Arcis-le-Ponsart.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62809/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 3. Le commandant Lucien Daillencourt, 2e en partant de la gauche.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62809/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62809/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 879k
Titre 1. L’église abbatiale d’Ourscamp en ruine avant la guerre.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62809/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Fac-similé de la page 172 du cahier 36 x 23,2 cm.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62809/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search