Version classiqueVersion mobile

Journal de guerre 1914-1918

 | 
Achille Liénart

Chapitre 8. 26 juin - 18 janvier 1918

Aumônier du 201e RI - 1re division d’infanterie. Bataille des Flandres - Retour en Seine-et-Marne - Crouy-sur-Ourcq

Texte intégral

  • 1 La ville de Lille était occupée par les Allemands depuis octobre 1914. Le 201e RI est un régiment (...)
  • 2 Au mois de juin 1917 l’état-major anglais préparait dans les Flandres une offensive de grande enve (...)

1Le train qui nous emmenait de Provins le 26 juin, prit à notre grande satisfaction, la direction du Nord. Allions-nous enfin, nous qui appartenions au 1er corps d’armée, nous battre directement pour arracher notre région envahie à l’oppression de l’ennemi ? Déjà, nous rêvions de reprendre Lille1, et sûrement un tel objectif eut décuplé nos énergies. Au petit jour, nous passions en gare de Longueau, et nous prenions la ligne du littoral : Etaples, Boulogne, Wimereux, Calais, évoquaient au passage mes souvenirs de vacances d’autrefois, et aussi celui de mon départ pour la guerre au mois d’août 1914. Enfin par Saint-Omer, nous rentrions dans le département du Nord, et vers deux heures de l’après-midi, le 27, nous débarquions en gare d’Esquelbecq, en Flandre, presque chez nous. À pied, nous gagnâmes le cantonnement de Quaedypre. Le lendemain, nous entrions en Belgique, à Elzendamme. L’offensive à laquelle nous allions prendre part allait avoir lieu non pas à Lille, comme nous l’espérions, mais dans le petit coin de terre belge demeuré inviolé entre Dixmude et Ypres2. Nous faisions partie d’une nouvelle armée française, la première qui venait s’intercaler entre l’armée belge au nord, et l’armée anglaise au sud, et pour le moment, nous étions en plein secteur belge et nous y recevions le meilleur accueil. Nous eûmes ainsi l’occasion d’apprécier la transformation de l’armée belge, que nous avions vue en 1914 si peu préparée à soutenir le terrible choc de l’armée allemande, et que nous retrouvions à présent fortement équipée et très bien encadrée.

  • 3 Sur ces visites le ton du journal quotidien est assez différent : « Mardi 17 – Comme je rentre à l (...)
  • 4 Cf. la photo prise à cette occasion, avec MM. Vansteenberghe, Vandewalle, Delmaille, Vermeersch, E (...)
  • 5 Charles Jourdin (1849-1934) avait été nommé vicaire général et archidiacre des Flandres à la créat (...)
  • 6 Emile Lemire (1870-1926) était un cousin de Jules Lemire né comme lui à Vieux-Berquin (Nord). Il é (...)
  • 7 Auguste Vandewalle (1876-1952) était également un professeur de Saint-Saulve.
  • 8 Mgr Raymond Scalbert (1841-1924), archiprêtre de Dunkerque, prélat de sa sainteté, était le fils d (...)

2Dès le 4 juillet nous gagnâmes le long de la route de Furnes à Ypres, la région Westvleteren, Oostvleteren, Eikhoek, le Lion Belge. De là, notre 4e bataillon alla relever les Belges dans les tranchées établies sur la rive ouest du canal de l’Yser, dans une situation qui rappelait assez exactement celle de Sapigneul. Dans ce pays plat, saturé d’eau, où les tranchées, au lieu d’être creusées dans la terre étaient établies en superstructure, point d’endroit commode pour loger les compagnies de réserve. À part le bataillon en ligne et quelques éléments disséminés en arrière dans les fermes, le cantonnement de repos devait rester à Westvleteren à deux heures de marche du canal. De ce fait, je dus m’occuper surtout des compagnies en réserve et ne pus faire que deux ou trois visites aux tranchées où nos bataillons se succédèrent pour se familiariser avec le terrain de leurs prochaines attaques. Le séjour fut du reste assez court. Dès le 16 juillet, nous étions relevés et transportés en auto à Pitgam, près de Bergues (Nord). Le commandement soucieux d’avoir des troupes d’attaque en parfait état physique et moral, nous avait fait voir le champ de bataille, et nous mettait au vert jusqu’à l’offensive. À Pitgam, nous reçûmes le 17, la visite du général Pétain, et le 23, celle de monsieur Poincaré, président de la République. L’attention de nos grands chefs manifestait suffisamment l’importance de l’opération dont nous allions être les exécutants3. Et la tranquillité parfaite dont nous jouissions, nous disposait favorablement à remplir notre rôle. J’en profitai pour aller le 19, à cheval, faire une visite au petit séminaire d’Hazebrouck4, où j’eus la joie de revoir monsieur le vicaire général Jourdin5, monsieur Lemire6, et monsieur Vandewalle7, mes confrères de séminaire de Saint-Saulve, récemment mis en sursis, et prêts à réorganiser un grand séminaire, pour y recevoir nos séminaristes réformés après blessure, d’autres prêtres du diocèse... Et j’en revins le lendemain, tout réconforté, après avoir célébré la messe de communauté devant nos petits séminaristes. Le 26, je pus de même me rendre à Dunkerque, pour aller voir à l’hôpital, quelques prêtres malades, et rendre visite à monseigneur Scalbert8, doyen de Saint-Jean-Baptiste, qui me retint à déjeuner.

3Mais le jour J approchait. Le 28 juillet, nous regagnions Westvleteren. Le 29, nous étions en ligne dans les tranchées du canal, et le 30, nous recevions les ordres d’attaque pour le lendemain matin à 4 heures. Il s’agissait de franchir le canal en enlevant la première ligne ennemie, immédiatement derrière, puis de traverser le bois 14, et d’emporter le deuxième ligne allemande, établie derrière lui à la ferme Pompadour, enfin de franchir les bois 16 et 37, et de parvenir à distance d’assaut de la tranchée de Kortekeer, constituant la troisième position. À cet effet, le 5e bataillon doit former la première vague avec ses compagnies accolées sur toute la largeur du secteur d’attaque. Le 6e bataillon doit le suivre à peu de distance et former la deuxième vague. Quant au 4e, échelonné en profondeur, à la droite des deux autres, il a pour mission de maintenir solidement la liaison entre l’armée française à sa gauche, et l’armée anglaise immédiatement à sa droite, en se resserrant ou en se déployant, selon que les deux armées engagées dans l’action viendront ou non à se disjoindre. Depuis plusieurs jours, l’artillerie de tranchée pilonne sans répit la berge est du canal avec de grosses bombes à ailettes, bouleversant de fond en comble la première ligne allemande. Son travail est si effectif que des groupes d’Allemands affolés viennent se rendre. Dans la nuit du 30 au 31 juillet, toute l’artillerie lourde et légère, déclenche un tir de préparation extrêmement serré sur les deuxièmes et troisièmes positions ennemies. Nos bataillons en profitent pour jeter, avant l’heure H, les passerelles sur le canal et s’établir de l’autre côté, dans la première ligne allemande, totalement bouleversée et inoccupée. Puis, au signal donné, tout s’ébranle à la fois, sur le front anglais et français. Le tir de barrage ennemi, aussitôt déchaîné sur la rive ouest du canal, est sans efficacité puisque nos bataillons l’ont déjà quittée et s’avancent presque sans perte, vers le bois 14. Celui-ci est ravagé par le tir de notre artillerie. Ce ne sont que trous d’obus énormes, arbres déchiquetés et abris de béton éventrés. L’ennemi a, en effet, multiplié dans ce secteur les blockhaus de béton, percés de meurtrières, sur lesquels, il comptait, plus que sur ses tranchées fragiles et boueuses, pour arrêter toute attaque d’infanterie. De fait, ils auraient opposé un obstacle infranchissable, si l’artillerie n’avait réussi à les démanteler presque tous. Beaucoup sont vides, d’autres qui se défendent un instant sont vite débordés et leurs occupants pris ou tués. La deuxième ligne est emportée d’assaut sans retarder la marche en avant. À notre droite et à notre gauche, les régiments anglais et les régiments français progressent à même allure. Le bois 16 et le bois 37, avec leurs abris bétonnés, sont envahis et dépassés. Nous sommes sur le point d’atteindre notre dernier objectif : une ligne de huit blockhaus située au-delà de la ferme du colonel. Mais cette ligne est intacte, fortement occupée, et il nous est impossible de la manœuvrer soit par la droite, soit par la gauche, sans sortir de notre zone et sans empiéter sur celle des voisins. Notre attaque de front se brise sous le feu des mitrailleuses insaisissables derrière leurs murs de béton. Elle est d’ailleurs en lèche par rapport à l’attaque anglaise qui s’est heurtée aussi à une résistance assez forte et n’est pas encore parvenue à notre hauteur. Le 4e bataillon, fidèle à sa mission, fait la chaîne d’avant en arrière pour nous relier fortement aux Anglais. Mais il faut se terrer sur place, dans les trous d’obus disséminés partout, et attendre l’occasion favorable pour repartir. L’ennemi en profite pour se ressaisir et réagir fortement. Son artillerie bat méthodiquement le terrain découvert ou boisé, où nous nous sommes accrochés. À plusieurs reprises des contre-attaques violentes sortent de la tranchée Kortekeer, et s’efforcent de nous chasser de nos positions précaires, mais elles sont vivement repoussées. Nous ne perdons pas un pouce de terrain, mais nous payons notre résistance assez cher. Enfin, au bout de plusieurs heures, les Anglais nous rejoignent et dans un suprême effort, nous enlevons les huit abris qui nous avaient arrêtés.

4Malheureusement, dès le soir de ce jour de victoire, et pendant toute la nuit, une pluie diluvienne se mit à tomber, transformant le champ de bataille en une mer de boue, remplissant les trous d’obus où faute de tranchées, nos hommes se tenaient abrités. La nuit venue, les brancardiers eurent un mal affreux à relever les blessés à moitié enlisés dans leurs trous boueux, et à les transporter vers l’arrière, sur une terre glissante et molle, où l’on enfonçait à chaque pas. Quant aux morts, c’est à peine si leurs corps émergeaient des laques d’eau profondes, dans lesquelles ils étaient tombés.

1. Avec nos amis les Belges.

1. Avec nos amis les Belges.

2. À Westvleteren.

2. À Westvleteren.

3. Présentation du Drapeau du 201e RI au roi des Belges Albert 1er par le colonel Mongin.

3. Présentation du Drapeau du 201e RI au roi des Belges Albert 1er par le colonel Mongin.

4. 1re ligne française dans la berge du Canal de l’Yser.

4. 1re ligne française dans la berge du Canal de l’Yser.

5. Un canon de 77 embourbé.

5. Un canon de 77 embourbé.

6. Le champ de bataille inondé.

6. Le champ de bataille inondé.

7. Canons abandonnés par l’ennemi.

7. Canons abandonnés par l’ennemi.

8. Prisonniers allemands au PC de la Division.

8. Prisonniers allemands au PC de la Division.

9. Plan des tombes numérotées du secteur d’attaque du 31 juillet avec « NB : les numéros des croix sont ceux qui dans les pages précédentes sont placés à côté des noms ». Extrait du deuxième carnet de sépultures (16,7 x 10,5 cm), secteur de Boesinghe, 7 juillet 1917 - 14 septembre 1917, avec une liste de 98 soldats tués.

9. Plan des tombes numérotées du secteur d’attaque du 31 juillet avec « NB : les numéros des croix sont ceux qui dans les pages précédentes sont placés à côté des noms ». Extrait du deuxième carnet de sépultures (16,7 x 10,5 cm), secteur de Boesinghe, 7 juillet 1917 - 14 septembre 1917, avec une liste de 98 soldats tués.
  • 9 Les abbés Auguste Vandewalle déjà cité, Charles Vandewalle né en 1877, professeur au petit séminai (...)

5Le 1 et le 2 août, il fut impossible de continuer l’attaque dans de telles conditions, et il fallut concentrer tous ses efforts sur l’aménagement de pistes rendant possible la circulation des corvées de ravitaillement et de munitions. Si le beau temps nous avait servi, nous aurions pu profiter de cette victoire, et pénétrer très loin dans le front ennemi désorganisé, au lieu de cela, nos soldats trempés jusqu’aux os, les pieds gonflés dans leurs souliers, grelottant de fièvre, semblaient le 2 août, incapables d’un nouvel effort. Cependant le 3 août, le 4e bataillon qui n’avait presque plus d’officiers, réussit à s’emparer de la tranchée Kortekeer, et à forcer l’ennemi à évacuer la rive est du Steenbecke. On dut l’envoyer au repos aussitôt après, et le 6e bataillon prit sa place. Nous nous hâtâmes de repérer et d’identifier nos morts sur le terrain, de faire préparer les croix et dans l’après-midi du 4, j’allais les planter sur les tombes éparses qui jalonnaient tristement notre avance. J’en revins les pieds écorchés par mes souliers durcis et remplis d’eau. Il était temps de nous hâter d’inhumer nos morts, car le 5 août, le 5e bataillon partait à son tour au repos, et le 6 août, notre dernier bataillon, le 6e, était également relevé. Mais dans quel état ? C’est à peine si nos hommes pouvaient se tenir debout, ils marchaient comme des vieillards, en s’appuyant sur des bâtons arrachés au passage dans les bois déchiquetés, les pieds gonflés dans des souliers rétrécis sous l’action de l’eau dans laquelle ils avaient séjourné. Le long trajet jusqu’au canal et, de là, jusqu’à la route de Furnes à Ypres, puis jusqu’à la gare anglaise d’Eikhoek, fut un véritable calvaire. Le train nous conduisit à Westcappel, où notre arrivée produisit une vive impression de pitié. Les uniformes disparaissaient complètement sous une épaisse carapace de boue desséchée. Toutes les capotes avaient été coupées au-dessus des genoux, afin que leurs pans détrempés en se collant aux jambes ne rendissent pas la marche impossible. Et chacun, clopin-clopant, s’avançait à petits pas, pesamment appuyé sur sa canne. Les habitants émus, s’empressèrent à nous recevoir, et pour ma part, je fus accueilli comme l’enfant de la maison par madame Vandewalle9, mère de trois prêtres du diocèse de Lille, qui m’offrit chez elle l’hospitalité.

1. Nomination dans l’Ordre de la Légion d’honneur au grade de chevalier, août 1917.

1. Nomination dans l’Ordre de la Légion d’honneur au grade de chevalier, août 1917.
  • 10 Décoration collective accordée à certains régiments à partir de 1916, qui se traduit par une corde (...)
  • 11 La fourragère aux couleurs de la croix de guerre est donnée pour 2 citations à l’ordre de l’armée, (...)

6Au bout de trois jours de repos, la fatigue était effacée, les visages ragaillardis, le moral remonté. Le 10 août, nous célébrions dans l’église de West-Cappel un service solennel pour nos morts, au milieu d’une très nombreuse assistance. Le 13, j’en chantais une autre à Quaedypre, pour notre 5e bataillon détaché dans ce village. À peine étais-je rentré à West-Cappel que j’appris une grande nouvelle : le colonel venait d’être informé que le 201e venait d’être pour la seconde fois, cité à l’ordre de l’Armée et que j’étais moi-même promu chevalier de la Légion d’honneur. Une grande revue serait passée le lendemain par le général Pétain, au cours de laquelle notre drapeau recevrait la fourragère10 aux couleurs de la croix de guerre11 et l’aumônier sa croix.

7Le 14 août, sur le terrain d’aviation de Cappelle-la-Grande, au nord de Bergues, devant un bataillon de chacun des régiments de la 1re division, formés en carré, quatre drapeaux et sept légionnaires furent présentés au général Pétain. Il attacha la Croix de guerre aux drapeaux du 33e et du 233e cités une fois, et la fourragère aux drapeaux du 1er et du 201e cités deux fois. Puis avec le cérémonial ordinaire, il épingla les croix de la Légion d’honneur sur les uniformes et sur ma soutane, en nous donnant à chacun l’accolade. Il me félicita d’un mot, mais ce qui me fut plus sensible encore, ce furent les félicitations vraiment cordiales et émouvantes qui me vinrent de tous mes soldats et des officiers du 201e. La voix du peuple ratifiait l’honneur qui m’était fait, et je pouvais penser qu’une telle distinction ne paraissait pas excessive à ceux qui m’avaient vu à l’œuvre au milieu d’eux. Leur jugement seul comptait à mes yeux.

8La fête de l’Assomption n’en souffrit pas au contraire. Il y eut le matin, beaucoup de confessions et de communions, et à 9 heures, une grand’messe militaire très réussie.

  • 12 Douglas Haig (1861-1928), commandant en chef des forces britanniques depuis décembre 1915. Il diri (...)
  • 13 Capitaine Georges Guynemer (1894-1917) : pilote de guerre français très renommé. Il a connu succès (...)

9Notre séjour à West-Cappel s’acheva le 19 août par une grande revue passée sur le champ d’aviation de Cappelle-la-Grande, par le maréchal Douglas Haig, généralissime anglais12. Celui-ci remit un certain nombre de décorations anglaises, puis nous défilâmes devant lui. Ensuite les aviateurs se livrèrent au-dessus de nos têtes, à des exercices d’acrobatie saisissants. Parmi eux, se trouvait le capitaine Guynemer13, l’as des as, que j’aperçus ce jour-là pour la première fois, et qui fut hélas, tué quelques jours plus tard.

2. Citations du 201e RI (document ADL).

2. Citations du 201e RI (document ADL).

3.4.5.6. Après la remise de décorations : - Félicitations – Le général Grégoire et son état-major avec les attachés belges et anglais – À l’ombre de l’église de Westcappel. Les photos de la remise de décorations par le maréchal Pétain sont en début de chapitre.

3.4.5.6. Après la remise de décorations : - Félicitations – Le général Grégoire et son état-major avec les attachés belges et anglais – À l’ombre de l’église de Westcappel. Les photos de la remise de décorations par le maréchal Pétain sont en début de chapitre.

7. Le maréchal Haig, chef de l’Armée anglaise, salue le drapeau du 201e.

7. Le maréchal Haig, chef de l’Armée anglaise, salue le drapeau du 201e.

8. Le maréchal Haig décore le capitaine Daillencourt.

8. Le maréchal Haig décore le capitaine Daillencourt.

9. Guynemer, le 15 août 1917, à Rexpoëde.

9. Guynemer, le 15 août 1917, à Rexpoëde.

1. Après la prise du Bois 16 un grand abri bétonné devient le poste de secours : on l’appelait « Le Dirigeable ».

1. Après la prise du Bois 16 un grand abri bétonné devient le poste de secours : on l’appelait « Le Dirigeable ».

10Le 20, nous remontions aux tranchées dans notre précédent secteur, et nous constations les nouveaux progrès réalisés dans l’intervalle, par le 8e RI qui nous avait remplacé. Il s’était emparé le 16 août de la ferme Champaubert et avait poussé jusqu’au Brombecke.

  • 14 L’aviation existait avant la guerre, mais celle-ci favorisa son développement et donna aux combats (...)

11Le poste de secours régimentaire fut installé au bois 16 dans un grand abri bétonné que nous appelions « le dirigeable ». Ce fut ma résidence pendant cette période, et comme elle était dans la zone de notre précédente offensive, je pus à loisir compléter les sépultures de nos morts, en explorant les moindres recoins. Partout des équipes de travailleurs aménageaient le terrain, établissaient des pistes de rondins pour les voitures et l’artillerie, et des pistes de caillebotis pour l’infanterie. De temps en temps, les obus pleuvaient, mais sans nous infliger trop de pertes. Le 15e d’artillerie aménageait un peu partout des emplacements de batterie, en utilisant les moindres plis de terrain, ou encore derrière les blockhaus à demi défoncés. L’aviation14 très active, livrait au-dessus de nous de fréquents combats. Le 31 août, nous vîmes en particulier un petit avion d’observation britannique poursuivi par cinq appareils de chasse allemands, venir à toute vitesse se réfugier dans nos lignes. Il passa au-dessus de nos têtes dans un bruit assourdissant, où le ronflement des moteurs se mêlait au tac-tac des mitrailleuses. Il alla s’écraser dans un petit bois voisin, la queue en l’air, tandis qu’une flamme immense jaillissait et l’enveloppait tout entier. J’y courus, les deux aviateurs anglais projetés hors de la carlingue n’étaient même pas blessés !

12Il n’y pas d’opérations prévues pour le moment. Nos bataillons se succèdent régulièrement aux tranchées, sur la rive sud du Brombecke, et passent alternativement, en soutien au bois 16, ou en réserve, au canal. Au sud de la ferme Champaubert, il y a un grand cimetière allemand complètement ravagé par le bombardement. De l’autre côté du Brombecke, il y a toute une série de blockhaus occupés par l’ennemi. Le commandement nous prescrit d’en prendre un, de manière à avoir pied sur la rive nord du Brombecke, en vue d’une future progression. L’opération réussit, mais deux jours après, un coup de main allemand nous reprend ce poste avancé. Et notre séjour se termine le 11 septembre sans autre aventure.

  • 15 Julien Quinot, bombardier de la CHR.

13Aussitôt relevé, je m’empresse d’aller le 12, en chemin de fer, à Wimereux, où la famille est réunie, et où mon frère Maurice, après deux ans passés en Orient, à l’armée de Salonique, vient d’arriver. Quel bonheur de se retrouver après une aussi longue séparation ! Le 15, je rejoins le régiment à Sangatte, où va s’écouler une nouvelle période de repos. Nous y restons jusqu’au 4 octobre, et je puis en profiter pour aller trois fois, passer la journée à Wimereux. Les permissionnaires sont nombreux, les messes et les saluts quotidiens sont assurés, l’aumônier lui-même est donc au repos. Le séjour à Sangatte reste dans les annales du 201e une des périodes les plus agréables que nous ayons vécues. J’en profite aussi pour rendre visite, aux Baraques et à Calais, à plusieurs familles de cette région qui ont eu l’un des leurs tués dans les rangs de notre régiment. Hélas ! même pendant cette agréable période de notre vie militaire, la mort frappe parmi nous. Un soldat se noie en prenant un bain, et nous l’enterrons tristement le 2 octobre dans le petit cimetière autour de l’église15.

  • 16 Wardrecques, près de Saint-Omer (Pas-de-Calais), où se trouve depuis le début du siècle une maison (...)

14Le 5 octobre, nous quittons Sangatte par la route, nous traversons Calais, musique en tête, au milieu d’une foule sympathique qui nous acclame, et nous allons cantonner aux Attaques. Puis le 6, par une longue marche nous gagnons les rives de l’Aa, dans la région voisine de Bourbourg. Nos bataillons sont dispersés, le 4e à Cappellebrouck, le 6e à Sainte-Mariekerke, le 5e à Saint-Nicolas et dans les environs. Je loge pour ma part à Saint-Nicolas. Nous y passons dix jours presque constamment sous la pluie. Avant de remonter en ligne, je réussis à aller le 16 octobre, à cheval, jusqu’à Saint-Omer, et de là, en chemin de fer, à Wardrecques16, où vient de s’ouvrir sous la direction de monsieur Lemire, un grand séminaire de guerre, pour le diocèse de Lille. Il y a là, une trentaine de séminaristes, il était donc vraiment nécessaire d’organiser pour eux quelque chose.

15Le 17 octobre, nous montons en chemin de fer à Bourbourg et le train nous débarque sur la route de Furnes à Ypres, au Lion Belge. De là, je gagne à pied le canal de l’Yser, le bois 14 et le bois 16, désormais familiers. Mais je ne resterai pas dans ces parages, car les attaques ont repris pendant notre absence. Les 9 et 10 octobre, le 8e d’infanterie a forcé le passage de Brombecke, a pris Mangelaar, et a porté son front sur une ligne allant de la maison de Jean-Bart à gauche, jusqu’à Velhoek à droite, à proximité immédiate des lisières sud de la forêt d’Houthulst. C’est sur cette position avancée que notre 6e bataillon a relevé le 8e RI. Le 4e est en soutien dans la tranchée Kortekeer, le 5e en réserve à Woesten. Le champ de bataille détrempé par les pluies n’est qu’une immense mare. Dans le secteur nouvellement conquis, il n’y a pas de tranchées, et il n’y a d’autres abris que les blockhaus allemands disséminés un peu partout. Les hommes se tiennent forcément dans des trous d’obus pleins d’eau. À Kortekeer, le 4e bataillon est mieux partagé, on le ménage, car c’est lui qui doit attaquer la partie la plus dangereuse.

2. Un blessé quitte le Poste de Secours de la tranchée Korteker.

2. Un blessé quitte le Poste de Secours de la tranchée Korteker.
  • 17 Bataille des Flandres : Le 12 octobre 1917 les troupes britanniques lançaient une nouvelle offensi (...)

16L’opération est fixée au 22 octobre17. Elle doit consister pour nous, à pivoter autour de la maison Jean-Bart à notre gauche, en portant en avant notre droite jusqu’à l’intérieur de la forêt d’Houthulst dont nous devons emporter toute la lisière sud puissamment fortifiée. Le 5e bataillon tient le pivot, le 4e forme l’aile marchante.

17L’attaque se déclenche à 5 h ½ du matin. Nous avons un petit poste de secours avancé à Velhoeck où se tient le père Atticus, un autre à Mangelaar. Je me tiens avec le major du 4e bataillon, au blockhaus 6 900. Le médecin-chef est à Kortekeer. Le combat extrêmement meurtrier, nous mit en possession de tous nos objectifs, mais au poste de secours, nous eûmes à soigner des blessés sans arrêt depuis le début de l’attaque jusqu’à 3 heures de l’après-midi, et sur le terrain, de nombreux morts restèrent étendus. Il fallut, dès le lendemain, remplacer en ligne, le 4e bataillon décimé, par le 6e déjà exténué par son séjour dans l’eau. Le 24, le 5e bataillon fut à son tour retiré et remplacé par un bataillon du 33e RI. Je reste pour m’occuper des sépultures, mais malgré tous mes efforts, je n’arrive pas à poser les croix de ceux qui sont tombés aux lisières de la forêt. Le terrain plat permet, en effet, aux mitrailleuses allemandes d’interdire pendant le jour, tout mouvement dans cette zone, et même un peu plus à l’arrière, dès que j’essaye de dépasser Mangelaar, elles tirent. Un avion vient même survoler 100 mètres à peine, le caporal brancardier et moi, tandis que chargés de nos croix, nous tentons de poursuivre notre funèbre besogne. J’essaie de montrer mon brassard avec la Croix-Rouge, mais il nous mitraille sans pitié, et nous force à nous terrer dans un trou. Finalement, je dois me résigner à m’en aller, en me contentant d’attacher à chaque croix une petite fiche indiquant l’endroit de chaque tombe, et en confiant à nos successeurs, le soin de les placer quand ce sera possible.

18Le 29 octobre, au matin, je prends congé du commandant du 33e RI, près duquel j’étais resté au poste 6 900. Je repasse sans incident le Brombecke, puis le Steenbeeke, Kortekeer, le canal, et je trouve à Woesten les autos qui nous emmènent à Quaedypre, pour un nouveau repos bien nécessaire et bien gagné. La bataille des Flandres était terminée.

1. Affectation de l’aumônier Liénart en service au groupe de brancardiers de la 1re division.

1. Affectation de l’aumônier Liénart en service au groupe de brancardiers de la 1re division.
  • 18 Le jour des morts est une journée spéciale de commémoration des défunts, le 2 novembre, lendemain (...)
  • 19 Le séminaire de Saint-Sulpice a été fondé en 1642 par M. Olier, curé de la paroisse Saint-Sulpice (...)

19À Quaedypre, je suis logé au presbytère et je prends mes repas à la popote du colonel qui est assez éloignée, à la ferme Duyck, près de West-Cappel. Tout le régiment est dispersé dans la région. Le 5e bataillon est aux Cinq Chemins, le 4e est à Bergues, le 6e est reparti dans les fermes de Quaedypre. Nous célébrons cependant de notre mieux, la fête de la Toussaint et le jour des morts18, pour des offices combinés avec ceux des paroisses, et où il y a la foule des grands jours. Le dimanche 4 novembre, après avoir célébré la messe militaire à 9 heures, je prends à Bergues, le train de permissionnaires qui m’amène à Paris le lendemain à 4 h ½ du matin. J’en profite pour aller dire la messe à Montmartre avant d’aller rejoindre la famille. Il est convenu que je commencerai mon séjour par une petite retraite spirituelle. Le séminaire de Saint-Sulpice19 veut bien m’accueillir, et j’y passe trois excellentes journées dans un recueillement que je n’avais pas connu depuis longtemps. Le reste de mes dix jours s’écoule en famille, en compagnie de mon frère Maurice, également permissionnaire.

20Dans la soirée du 16 novembre, je reprends le train pour le Nord et j’arrive à Quaedypre le matin du 18, pour apprendre que le régiment va s’en aller faire des travaux dans la région d’Oost-Cappel, à la frontière belge. Nous y sommes le 20, et nous y restons jusqu’au 7 décembre. Quand je dis « nous », il ne s’agit que de moi et de l’état-major du régiment avec la musique. Quant aux bataillons, ils sont séparés les uns des autres, et très éloignés. Je commence par employer deux jours à aller les visiter. Le 4e est à Pypegaele, dans la plaine à l’ouest du canal de l’Yser, à hauteur de Steenstraate, le 5e est à Lizerne sur les bords du canal de l’Yser, un peu au nord de l’endroit où nous l’avons franchi le 31 juillet ; le 6e est à Woesten, sur la grand route de Furnes, un peu au nord d’Ypres. Heureusement, il y a un prêtre-soldat à chaque bataillon, le père Atticus, l’abbé Bizeul et l’abbé Guermonprez, pour assurer le service religieux. Je rentre donc à Oost-Cappel où je n’ai pas grand chose à faire. Le dimanche 25, la musique exécute une messe de Sainte-Cécile, à laquelle il ne manque que l’assistance... Les 28, 29 et 30, je fais de nouveau la tournée des bataillons, et j’apprends qu’il est question d’un prochain départ. De fait, le 3 décembre, on regroupe dans la région de Quaedypre, tout le régiment, le 1er corps d’armée a terminé son séjour en Flandre, il doit se tenir prêt à partir dans un autre secteur.

  • 20 Les aumôniers étaient normalement affectés dans une formation sanitaire. Mais les GBD surtout dans (...)

21La veille du départ, 7 décembre, je suis appelé à West-Cappel par le médecin-divisionnaire qui m’apprend qu’une circulaire ministérielle20 rappelle les aumôniers dans les groupes de brancardiers. Je suis pour ma part l’un des deux aumôniers adjoints du groupe de brancardiers de la 1re DI (GBD). Le prétexte invoqué pour nous éloigner de nos régiments, est que par suite du départ des aumôniers dans les régiments d’infanterie, certains éléments de la division (artillerie, génie, cavalerie), se plaignent de ne jamais avoir d’aumôniers. En réalité, ils ont des prêtres-soldats qui font très bien l’affaire, et on veut surtout, au nom des règlements, nous éloigner de notre champ d’apostolat. Heureusement nos chefs immédiats sont plus compréhensifs, et le médecin divisionnaire se contente de m’affecter pour ordre au GBD, en me laissant toute liberté de résider où j’estime être le plus utile. En principe, je ne suis plus aumônier du 201e, en fait je le reste.

22Le 8 décembre, le régiment défile à travers Bergues, au milieu d’une grande foule très sympathique. Nous allons à la gare prendre le train pour Lillers (PdC), d’où nous gagnons à pied Burbure. C’est samedi, nous chantons le soir, un salut à l’église, et j’annonce les messes pour demain, à 7 heures et 7 h ½, car à 9 heures du matin nous allons commencer une longue série d’étapes à pied, comme nous n’en avions plus faites depuis longtemps. Ce dimanche là, nous traversons toute une région minière dont la population très dense, se presse sur notre passage à la traversée des villages. Nous cantonnons le soir à La Comté (PdC). Le 11, nous arrivons à Le Suich (PdC) où selon l’usage, après trois jours de marche, nous avons une journée de repos.

23Le 13 décembre, nous arrivons dans la Somme et nous logeons à Gézaincourt. Puis le lendemain, à Naours, nous nous rapprochons sensiblement d’Amiens. Le 15, le vent devient vif et très froid, il rend la marche plus pénible. Après une halte à l’entrée d’Amiens, nous traversons la ville au pas cadencé, et par Saint-Acheul, nous gagnons notre cantonnement de Camon. Jusqu’ici, nous avons pu chaque soir, à l’étape, chanter un salut du Saint-Sacrement, où les soldats sont venus volontiers. Mais cette fois-ci, nous sommes arrivés si tard que je n’ose pas en organiser, et que je me contente d’annoncer pour demain dimanche des messes matinales avant le départ. Pourtant j’ai eu tort de douter, et je m’en aperçois quand je vais à l’église vers 6 heures : il y vient une quarantaine de soldats, et si j’avais sonné la cloche, on serait venu comme à l’ordinaire. Ce n’est pas la seule fois que mes braves soldats m’ont donné l’exemple et étonné par leur esprit religieux. Le dimanche, après les messes, nous partons pour Ailly-sur-Noye (Somme) par un froid glacial qui tourne peu à peu à la neige. Elle commence à tomber au moment où nous arrivons au but. Heureusement, c’est ici que nous devons avoir notre jour de repos, le 17 décembre : nous sommes bien à l’abri dans nos cantonnements, nous y restons calfeutrés tandis qu’au dehors la neige tombe en abondance toute la journée.

24Le 18, nous reprenons la route dans de moins bonnes conditions. Les chemins couverts de neige gelée, sont très glissants. On se réchauffe en marchant, mais les voitures ont beaucoup de peine à nous suivre. Nous entrons dans l’Oise que nous allons traverser tout entière. Ce jour-là, nous cantonnons à Paillart. Le 19 nous sommes à Ansauvillers, et le 20 à Cuignières. Tout est pauvre ici, pauvres granges, pauvre église, chambres froides. Le jour de repos que nous y prenons manque totalement d’agrément. On regrette presque de ne pas marcher tant on souffre du froid. Mais nous ne perdons rien pour attendre. Le 22 nous reprenons la marche et nous arrivons à Catenoy, où de nouveau nous allons séjourner 24 heures. Tant mieux, car le 23 est un dimanche, et l’assistance à la messe ne sera pas contrariée par un déplacement matinal. La musique profite de l’occasion pour répéter quelques morceaux en vue de la messe de Noël que nous espérons bien célébrer, sans savoir encore dans quelles conditions. La journée du 24 se passe encore sur la grand’route. Elle nous conduit à Pont-Sainte-Maxence. Là, le régiment s’égrène sur une longueur de 4 à 5 km, de part et d’autre du village de Pontpoint. À peine arrivé, je m’empresse de tout organiser pour la célébration d’une messe de minuit à Pontpoint, et je l’annonce partout. Mais soudain la nouvelle me parvient que le colonel interdit la messe de minuit. Il craint que les hommes ne prennent froid et qu’ils fassent du tapage nocturne dans la localité. J’ai beaucoup de peine à le persuader que les hommes y tiennent, que la déception serait grande, et que pour le moral du soldat il importe de donner cette satisfaction. Finalement, permission est accordée de quitter les cantonnements, de 11 heures du soir à 1 heure du matin. La Providence nous favorise. Dès le soir, la température s’adoucit, il dégèle. À l’église, nous sommes trois prêtres qui passons la soirée à confesser, puis à préparer l’église et les chants. À minuit, un lieutenant chante le Minuit chrétien. L’église est pleine de soldats. Les chants sont réussis, et il y a une centaine de communions. C’est plus que je n’osais l’espérer en une période aussi peu favorable. La journée de Noël ne comporte heureusement pas pour nous, de nouvelle étape. Ce qui nous permet de chanter à 9 heures, une grand’messe militaire avec notre chorale, accompagnée librement par un certain nombre de musiciens. Le colonel est au premier rang. L’église est comble. Dans l’après-midi, la musique donne un concert à Pont-Sainte-Maxence. Le soir un salut solennel clôture cette belle journée improvisée et réussie... et comme si le temps ne s’était radouci que pour la favoriser, il recommence à geler fortement.

  • 21 Peut-être le château de Versigny célèbre pour ses jardins attribués à Le Nôtre et remaniés au XIXe(...)

25Le 26 décembre, nous gagnons Rully, toujours dans l’Oise, et sous la neige. Le 27, nous arrivons à Droizelles, où je suis logé dans un magnifique château avec tout l’état-major du régiment21. Le 28 enfin, par un vent glacial, nous pénétrons dans la Seine-et-Marne, et nous atteignons au terme du voyage : Crouy-sur-Ourcq, où nous allons rester trois semaines. Cette longue randonnée de 20 jours, au cours de laquelle nous avions couvert environ 220 km, avec le lourd chargement du fantassin en campagne, et pendant une saison d’hiver très rigoureuse, suffirait à démontrer, si l’on en doutait, que les soldats de la Grande Guerre savaient marcher aussi bien que leurs devanciers, et n’avaient perdu, ni dans la boue des Flandres, ni dans la stagnation des tranchées, les qualités de résistance à la fatigue qui distinguent une solide infanterie.

  • 22 On retrouve dans cette note l’intérêt que l’abbé Liénart portait d’ores et déjà aux questions soci (...)

26J’ai gardé personnellement de Crouy-sur-Ourcq, un souvenir excellent, en raison de l’intéressante découverte que j’y ai faite. Le curé de la paroisse, M. l’abbé Chappelet, préoccupé de voir les jeunes filles obligées de gagner leur vie, s’en aller l’une après l’autre à Paris, où elles se perdaient, s’est ingénié à les conserver au pays, en leur procurant sur place du travail. Avec le concours d’une demoiselle Hiver, intelligente et cultivée, il a fondé un atelier de broderie, où il accueille dès leur sortie de l’école, toutes les jeunes filles de Crouy. Elles y apprennent l’art de la lingerie, le mot n’est pas trop fort. Leur travail très soigné, est apprécié des grands magasins de Paris. Mademoiselle Hiver est leur fournisseur, mais elle y met ses conditions, et son organisation est assez puissante pour exiger et obtenir, au lieu des salaires de famine trop souvent consentis par des ouvrières sans défense, une juste rémunération qui couvre ses frais généraux et lui permet de donner à chacune de ses jeunes filles, un salaire supérieur à tous ceux qu’on pratique ailleurs. L’atelier s’appelle La Ruche. Il justifie pleinement son nom, car il est à la fois laborieux, et tout débordant de vie et de joie. Les âmes en effet, n’y sont pas négligées. Trois cercles d’études religieuses y fonctionnent pour les petites, les moyennes et les grandes. M. le curé étant mobilisé, me les a confiés pendant mon séjour, je les ai faits tous les trois, et j’ai été émerveillé du résultat. Rien de passif, ni de guindé dans ces cercles. Les jeunes filles étaient habituées à aborder franchement les questions et prenaient une part active à la discussion des idées, faisant preuve à la fois de la plus sérieuse formation, et de la simplicité la plus confiante. Mais l’atelier de broderie ne pouvait suffire à lui seul à fixer à Crouy, toute la population féminine. Pour fournir sur place le moyen de gagner leur vie, à toutes les femmes mariées, (on quittait La Ruche en se mariant), et aux jeunes filles qui n’avaient pas d’aptitudes aux fins travaux d’aiguille, M. le curé avait imaginé d’étudier les plantes médicinales qui croissaient dans la région, et notamment dans les bois voisins. La cueillette des fleurs, des feuilles et des racines pour les besoins de la pharmacie, occupait la main-d’œuvre, un atelier de séchage et de triage complétait l’installation, et la vente de ces produits permettait à chacune d’assurer son existence. Cette belle initiative pastorale avait ainsi enrayé l’émigration, restauré la vie de famille, et donné à toute la vie paroissiale un degré de perfection que je n’avais pas encore rencontré22.

27Mon séjour à Crouy me donna donc à la fois, l’agrément d’être par intérim, le curé d’une intéressante et chrétienne population, et celui de demeurer l’aumônier militaire de mon régiment de guerre. Celui-ci se trouvait comme toujours un peu dispersé. Le 6e bataillon a deux compagnies à Gesvres, une à Fussy, et la quatrième à Marnoue-les-Moines. Le 4e en a deux à Varinfroy. Mais tout le reste du 201e est à Crouy. Avec mes trois prêtres-soldats, il nous est facile de tout desservir et d’assurer chaque jour, messes et saluts à Crouy, à Gesvres et à Varinfroy. Le dimanche, nos offices militaires alternent avec les offices paroissiaux, et les uns comme les autres, sont très bien suivis. Nous célébrons en particulier, la nouvelle année le 1er janvier 1918, par une messe solennelle, chantée par la chorale de jeunes filles, et celle du régiment. J’assure le soin des malades de la localité et je leur porte la sainte communion à l’occasion de l’Adoration prescrite par les évêques, pour la France. Celle-ci a lieu le dimanche 6 janvier, en la fête de l’Epiphanie. Beaucoup de confessions et de communions, les soldats et la population rivalisent. À la grand’messe, l’église est comble. De midi à 2 heures 30, l’Adoration est assurée par les militaires qui tiennent très bien leur place.

28Le lendemain, je passe la journée à Meaux, avec ma mère et ma sœur qui sont venues me voir. Nous faisons visite au Carmel, à une cousine qui est sous-prieure, et nous nous donnons rendez-vous pour le 15 à Crouy où le colonel a aimablement invité ma famille à sa table. Ce jour-là, la venue du Théâtre aux Armées contrarie un peu la réunion projetée, mais tout se passe bien quand même. L’essentiel pour nous, est d’avoir passé en famille une agréable journée. Elle couronne mon séjour à Crouy, car déjà, la nouvelle du départ prochain nous est parvenue.

29Le 18 janvier nous quittons, non sans regret, la très accueillante petite ville, et nous repartons vers l’inconnu, en nous embarquant en gare de Betz. Nous avions presqu’oublié que la guerre n’était pas encore terminée.

Bataille de Noyon : disparus du 25 mars 1918 (deuxième carnet de sépultures, 16,7 x 10,5 cm).

Bataille de Noyon : disparus du 25 mars 1918 (deuxième carnet de sépultures, 16,7 x 10,5 cm).

Notes

1 La ville de Lille était occupée par les Allemands depuis octobre 1914. Le 201e RI est un régiment de réserve basé à Cambrai et qui recrutait dans le Nord.

2 Au mois de juin 1917 l’état-major anglais préparait dans les Flandres une offensive de grande envergure, la 3e bataille d’Ypres. En accord avec le maréchal Douglas Haig, le général Pétain décida que des divisions françaises y prendraient part, à la gauche des armées britanniques en s’intercalant entre celles-ci et les troupes belges au nord. Les opérations durèrent de juillet à novembre 1917.

3 Sur ces visites le ton du journal quotidien est assez différent : « Mardi 17 – Comme je rentre à la sacristie après ma messe à 8 h ½ j’y trouve une note m’annonçant une revue par le général Pétain sur la place à 8 h 45. Vite mon casque et mes gants. J’arrive à temps. Revue brève. Puis réunion des officiers dans la salle d’école. Peu de choses intéressantes ». « Dimanche 22 – Communions nombreuses. Beaucoup de monde aux messes. L’après-midi visite de M. Poincaré qui passe vite sans apparat sans parole. Curiosité froide à peine respectueuse ».

4 Cf. la photo prise à cette occasion, avec MM. Vansteenberghe, Vandewalle, Delmaille, Vermeersch, E. Lemire et Rose (doc. 1). Avec On y retrouve les personnages cités ci-dessous. Après la création du diocèse de Lille en 1913, la déclaration de guerre n’avait pas laissé le temps de s’organiser. Le petit séminaire d’Hazebrouck où se retrouvèrent les principaux responsables diocésains était un établissement d’enseignement secondaire destiné à former les élèves en vue du grand séminaire. C’était pour beaucoup d’enfants des campagnes qui n’avaient pas nécessairement la vocation sacerdotale le seul moyen de recevoir une instruction. Le grand séminaire accueillait ensuite pour les cycles de philosophie et de théologie les candidats au sacerdoce. La plupart d’entre eux étaient alors au front. Il s’agissait cependant d’organiser la formation pour ceux qui avaient été réformés.

5 Charles Jourdin (1849-1934) avait été nommé vicaire général et archidiacre des Flandres à la création du diocèse de Lille. Il était pendant la guerre délégué pour administrer la zone non envahie du diocèse et s’installa à Hazebrouck dont le maire, l’abbé Jules Lemire alors en opposition avec l’évêque Mgr Charost, lui refusait le permis de séjour qu’il obtint cependant en 1916 de l’autorité militaire.

6 Emile Lemire (1870-1926) était un cousin de Jules Lemire né comme lui à Vieux-Berquin (Nord). Il était, avant la guerre, professeur au séminaire de Saint-Saulve. C’est sous sa direction que le grand séminaire du diocèse de Lille ouvrit ses portes quelques semaines plus tard, à Wardrecques (Nord), avec une trentaine de séminaristes.

7 Auguste Vandewalle (1876-1952) était également un professeur de Saint-Saulve.

8 Mgr Raymond Scalbert (1841-1924), archiprêtre de Dunkerque, prélat de sa sainteté, était le fils de Auguste Scalbert, banquier, qui avait participé activement à la fondation de l’Université catholique de Lille.

9 Les abbés Auguste Vandewalle déjà cité, Charles Vandewalle né en 1877, professeur au petit séminaire d’Hazebrouck et Aristide Vandewalle né en 1864, curé de Hardifort dans le décanat de Cassel.

10 Décoration collective accordée à certains régiments à partir de 1916, qui se traduit par une cordelette qui orne l’uniforme militaire à l’épaule.

11 La fourragère aux couleurs de la croix de guerre est donnée pour 2 citations à l’ordre de l’armée, aux couleurs de la médaille militaire pour 4 à 5, aux couleurs de la Légion d’honneur pour 7 à 8. À la fin du chapitre A. Liénart a recopié le texte des deux citations que l’on retrouve sur le diplôme (doc. 2).

12 Douglas Haig (1861-1928), commandant en chef des forces britanniques depuis décembre 1915. Il dirigea les forces britanniques lors de la bataille de la Somme, de la troisième bataille d’Ypres (Passchendaele).

13 Capitaine Georges Guynemer (1894-1917) : pilote de guerre français très renommé. Il a connu succès et défaites (abattu 7 fois). Il fut tué lors d’un combat aérien en Belgique le 11 septembre 1917.

14 L’aviation existait avant la guerre, mais celle-ci favorisa son développement et donna aux combats une nouvelle dimension. À la fin du conflit chaque belligérant avait plusieurs milliers d’appareils. En 1914, le rôle des avions était limité à des missions de reconnaissance, de liaison ou de guidage d’artillerie et ce n’est qu’accessoirement qu’ils larguaient quelques bombes légères. La guerre de positions accrut le rôle de l’aviation. Au cours des deux premières années de la guerre les duels aériens entre les « as » fascinaient les populations. À partir de 1916 les avions virent leur vitesse et leur maniabilité augmenter, les appareils se spécialisèrent, leur armement fut plus efficace. En 1918 leur action se lia de plus en plus étroitement à celle des chars. Les difficultés industrielles des puissances centrales donnèrent à l’aviation alliée une supériorité incontestable.

15 Julien Quinot, bombardier de la CHR.

16 Wardrecques, près de Saint-Omer (Pas-de-Calais), où se trouve depuis le début du siècle une maison destinée aux retraites d’hommes, qui accueille alors le séminaire.

17 Bataille des Flandres : Le 12 octobre 1917 les troupes britanniques lançaient une nouvelle offensive au nord-est d’Ypres sur une dizaine de kilomètres. Le point de contact avec l’armée française était à la lisière sud de la forêt d’Houthulst. Sur l’ensemble du front les alliés parvinrent à reprendre plusieurs localités, fermes et points d’appuis bétonnés. La lutte fut particulièrement violente sur la pente de la crête principale à l’ouest de Passchendaele.

18 Le jour des morts est une journée spéciale de commémoration des défunts, le 2 novembre, lendemain de la fête de la Toussaint, par laquelle l’Église célèbre tous les anonymes, ni béatifiés ni canonisés, qui, cependant, après avoir achevé leur parcours terrestre partagent la sainteté de Dieu.

19 Le séminaire de Saint-Sulpice a été fondé en 1642 par M. Olier, curé de la paroisse Saint-Sulpice à Paris pour former des prêtres diocésains. Il a accueilli depuis nombre de séminaristes envoyés par leur évêque. C’est là que l’abbé Liénart a suivi sa formation sacerdotale. Ce séminaire était à Paris, place Saint-Sulpice jusqu’en 1906. Les séminaristes ont alors dû quitter les lieux à la suite de la Loi de séparation. Le séminaire s’est installé à Issy-les-Moulineaux. La maison provinciale de la Compagnie de Saint-Sulpice est à Paris, rue du Regard.

20 Les aumôniers étaient normalement affectés dans une formation sanitaire. Mais les GBD surtout dans les périodes d’accalmie n’avaient pas besoin d’un aumônier à plein temps alors que les troupes en lignes n’avaient pas de ministre du culte. Aussi en accord avec le commandement les aumôniers prirent souvent l’habitude de ne pas demeurer dans les groupes de brancardiers, faisant des allers-retours quotidiens entre le GBD ou les tranchées ou restant même en permanence auprès des troupes, ce que pouvait faire l’abbé Liénart. Mais les obstacles se multipliaient, les règlements et leur interprétations par les médecins-chefs contraignant parfois les aumôniers à rester à l’ambulance près des blessés. Les aumôniers ne devaient pas être détachés dans les régiments. Toutefois une nouvelle circulaire ministérielle, le 27 décembre 1917 demanda aux médecins-chefs de laisser aux aumôniers « toute facilité de rayonner, et par suite, de se déplacer […] pour visiter leurs coreligionnaires ».

21 Peut-être le château de Versigny célèbre pour ses jardins attribués à Le Nôtre et remaniés au XIXe siècle. Le château est du XVIIe également remanié au XIXe.

22 On retrouve dans cette note l’intérêt que l’abbé Liénart portait d’ores et déjà aux questions sociales et que l’expérience de la guerre renforça.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 746k
Titre 1. Avec nos amis les Belges.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 2. À Westvleteren.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre 3. Présentation du Drapeau du 201e RI au roi des Belges Albert 1er par le colonel Mongin.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre 4. 1re ligne française dans la berge du Canal de l’Yser.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre 5. Un canon de 77 embourbé.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre 6. Le champ de bataille inondé.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre 7. Canons abandonnés par l’ennemi.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre 8. Prisonniers allemands au PC de la Division.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 9. Plan des tombes numérotées du secteur d’attaque du 31 juillet avec « NB : les numéros des croix sont ceux qui dans les pages précédentes sont placés à côté des noms ». Extrait du deuxième carnet de sépultures (16,7 x 10,5 cm), secteur de Boesinghe, 7 juillet 1917 - 14 septembre 1917, avec une liste de 98 soldats tués.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre 1. Nomination dans l’Ordre de la Légion d’honneur au grade de chevalier, août 1917.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre 2. Citations du 201e RI (document ADL).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Titre 3.4.5.6. Après la remise de décorations : - Félicitations – Le général Grégoire et son état-major avec les attachés belges et anglais – À l’ombre de l’église de Westcappel. Les photos de la remise de décorations par le maréchal Pétain sont en début de chapitre.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre 7. Le maréchal Haig, chef de l’Armée anglaise, salue le drapeau du 201e.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 8. Le maréchal Haig décore le capitaine Daillencourt.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre 9. Guynemer, le 15 août 1917, à Rexpoëde.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre 1. Après la prise du Bois 16 un grand abri bétonné devient le poste de secours : on l’appelait « Le Dirigeable ».
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 687k
Titre 2. Un blessé quitte le Poste de Secours de la tranchée Korteker.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 1. Affectation de l’aumônier Liénart en service au groupe de brancardiers de la 1re division.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Bataille de Noyon : disparus du 25 mars 1918 (deuxième carnet de sépultures, 16,7 x 10,5 cm).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62806/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search