Version classiqueVersion mobile

Journal de guerre 1914-1918

 | 
Achille Liénart

Chapitre 7. 26 mars 1917 - 26 juin 1917

Aumônier du 201e - 1re division d’infanterie. Assaut du Chemin des Dames - Vauchamps - Mailly - Gonaix

Texte intégral

  • 1 Compagnie hors rang (CHR), compagnie unique en son genre au sein du régiment qui regroupe les serv (...)

1Je séjourne à Maizy pendant quinze jours du 26 mars au 13 avril qui est le vendredi de Pâques. Ce serait parfait pour les communions pascales si nous n’étions pas si dispersés. À Maizy, je n’ai avec moi que l’état-major du régiment, la compagnie hors rang1 et les mitrailleurs. Le 4e bataillon est de l’autre côté de l’Aisne à Beaurieux. Les obus ont salué son arrivée et le sous-lieutenant Mathieu a eu les deux jambes emportées. Heureusement, en allant le voir j’amène avec moi le père Atticus, affecté au 201e sur sa demande et désigné pour le poste d’infirmier du bataillon, ce qui lui permettra d’en être en même temps l’aumônier. Je retrouve à Beaurieux l’ambulance 3/51 où sont encore tous mes camarades du début de la guerre. J’y suis reçu en ami ; hélas ! la nuit même qui suivit ma visite, la nuit du 27 au 28 mars, un obus tombant dans le grenier où dormaient les infirmiers de l’ambulance, en tua 9 d’un coup et en blessa 11 autres plus ou moins grièvement. Le 5e bataillon est à Goussancourt dans les carrières, il n’a pas de prêtre-soldat et le curé de la paroisse est mobilisé. Le 6e bataillon est à Cuiry et Concevreux, l’abbé Guermonprez, infirmier s’en occupe très activement.

2Le séjour à Maizy est assez agité. L’ennemi se rend compte de la concentration de troupes qui s’opère et bombarde tous les villages. Je dois passer les nuits dans la cave du presbytère. À l’église qui est à peu près intacte, s’organise la préparation pascale. Il y a chaque soir salut avec prédication. Un bon nombre des soldats suivent les exercices. Il y a chaque jour quelques communions, et le Jeudi saint en particulier, il y en a un très grand nombre. Le dimanche de Pâques, l’aumônier divisionnaire s’occupe de Maizy où il y a beaucoup de confessions et de communions, et moi je vais au 5e bataillon ; malheureusement, quand j’y arrive, les compagnies ont été envoyées au travail, comme si ce n’était pas la fête de Pâques. Je chante cependant la messe, mais je n’ai qu’une douzaine de communions. Ce n’est vraiment pas de la faute des soldats.

  • 2 Bataille de la crête de Vimy : ce lieu stratégique, qui culmine à 145 m, densément fortifié et pro (...)
  • 3 Sic : en fait les Britanniques.
  • 4 Invention anglaise, les premiers chars de combat, fabriqués par Schneider, furent livrés en septem (...)
  • 5 Capitaine Georges Battet (1893-1917), né à Lille (Nord), saint-cyrien.
  • 6 Le général Georges Nivelle (1856-1924) succéda à la fin de l’année 1917 au général Joffre à la têt (...)
  • 7 Sic : sur la carte aujourd’hui Vauclair.

3L’offensive approche et les mouvements commencent. Le soir de Pâques, le 6e bataillon monte à Blanc-Sablon. Deux jours après l’état-major du régiment l’y rejoint. Nous apprenons comme une nouvelle de bonne augure la prise de la crête de Vimy2 par les Anglais3 qui ont fait 10 000 prisonniers et pris cent canons. Chez nous, je vois pour la première fois des tanks4 qui vont prendre part à l’attaque. Le capitaine Battet5 m’explique le plan de notre offensive, qui nous paraît à tous deux effarant. Le nouveau général en chef Nivelle6 veut appliquer la méthode qui lui a réussi à Verdun et a abouti à la reprise totale du terrain gagné par les Allemands, de février à juillet 1916. Tandis que dans les attaques précédentes, dans la Somme par exemple, tout l’effort portait d’abord sur la première position ennemie, après quoi on montait une attaque sur la seconde, puis une autre sur la troisième, ce qui laissait à l’ennemi le temps d’en reconstituer indéfiniment d’autres par derrière, on entreprenait cette fois l’attaque simultanée sur trois positions ennemies : préparation d’artillerie jusqu’au delà du dispositif de défense ennemie sans aucun arrêt. En ce qui nous concernait, le régiment, opérant seulement sur un kilomètre de front, aurait à enlever la position du Chemin des Dames, entre le plateau de Vauclerc7 et le village de Craonne, puis droit au nord, la seconde position sur le plateau à l’est de Bouconville, et enfin la troisième, constituée par le village de Sainte-Croix. Cela faisait une pénétration prévue de sept kilomètres en profondeur qui devait s’opérer d’après l’horaire fixé d’avance, en sept heures. En regardant la carte d’état-major, nous constations combien la topographie de notre secteur était propice à la défense. Il y avait d’abord le plateau du Chemin des Dames qui dominait, comme une sorte de falaise haute de 70 mètres, notre point de départ. Derrière, il y avait un profond ravin boisé, puis l’Ailette à traverser, puis un second plateau à gravir et encore un autre, avant d’atteindre Sainte-Croix et la dernière crête qui dominait le village de toutes parts. S’il n’y avait pas eu d’Allemands, l’effort physique d’un tel assaut avec l’armement complet et la surcharge de quatre jours de vivres que les hommes devaient emporter, eut déjà été très considérable. Aussi malgré la puissance de notre artillerie et la densité de l’armée de rupture dont nous faisions partie, ne pouvions-nous nous défendre d’un sentiment d’effarement devant un plan aussi audacieux. La position à enlever était formidable, et tout de même l’ennemi qui la tenait était de ceux dont il n’était pas si aisé de faire abstraction. « Nous allons tomber sur un pépin à la tranchée du Balcon », me confiait le capitaine Battet, en m’expliquant la manœuvre. Et de fait, cette tranchée qui bordait le Chemin des Dames et dont le nom indiquait assez la position dominante, devrait quelques jours plus tard nous coûter très cher !

4Jamais pourtant la confiance et le moral de l’armée n’avaient été plus élevés. Nous sentions le Grand Quartier Général décidé à frapper le grand coup dont nous espérions la victoire et la fin de la guerre. Nous savions que l’armée de rupture dont nous faisions partie, allait tenter sur un front de 120 kilomètres, la même pénétration que nous. Nous savions aussi que derrière elle et prête à s’engager dans la brèche que nous aurions ouverte, une armée d’exploitation, aussi nombreuse que la nôtre, était concentrée, pour passer immédiatement à la guerre de mouvement en rase campagne, et reconduire les Allemands chez eux. Cette fois, l’opération en valait la peine et chacun se sentait résolu à risquer sa vie pour emporter le succès.

  • 8 43e RI, régiment en garnison à Lille, en 1914.
  • 9 Cf. le plan d’engagement du service de santé recopié par A. Liénart en première page du chapitre.

5Le vendredi 13 avril à minuit, je quittais Maizy avec le 5e bataillon, auquel je m’étais attaché parce qu’il était le seul à ne pas avoir dans ses rangs de prêtre-soldat. Par Cuiry, dans l’obscurité, nous rejoignons à Blanc-Sablon le reste du régiment, et nous y séjournons 24 heures. La nuit suivante, nous gagnons le village de Craonnelle où se trouve le poste de secours, tandis que les 5e et 6e bataillons occupent les tranchées au nord et au nord-est du village. Dans la journée du dimanche 15, nous recevons les ordres pour l’attaque. Le jour J, c’est demain 16 avril, l’heure H, c’est 6 heures du matin. Le 201e, flanqué à sa gauche par le 43e8 sur le plateau de Vauclerc, et à droite par le 1er RI, en face de Craonne, doit partir avec ses deux bataillons accolés, descendre dans le ravin circulaire qui le sépare de la position allemande de première ligne, et gravir d’un seul élan, la falaise sur laquelle elle est établie. C’est une distance de 600 mètres à franchir et, depuis le fond du ravin, une hauteur de près de 100 mètres à escalader sous le feu. Les médecins et les infirmiers des bataillons doivent suivre le mouvement en avant, de manière à établir leurs postes de secours le plus près possible des combattants. Un horaire détaillé fixe d’avance les étapes de la conquête. À 7 heures (H + 1) le Chemin des Dames doit être pris. À 9 heures (H + 3) l’Ailette doit être franchie. Alors le 4e bataillon, jusqu’ici tenu en réserve derrière les deux autres, doit les dépasser et enlever la deuxième position. À 13 heures (H + 7) les trois bataillons réunis doivent attaquer et dépasser Sainte-Croix de telle façon qu’au début de l’après-midi nous ayons enlevé toutes les positions ennemies. C’est alors que l’armée d’exploitation, qui aura dû nous suivre en ordre, à quelque distance, entrera en action à son tour, et notre rôle sera terminé. Le service de santé a établi selon ce plan, sur la carte, les endroits où se transporteront immédiatement le médecin-chef et le poste de secours central du régiment, et les cheminements qu’il faudra suivre pour l’évacuation des blessés. J’emporte précieusement dans ma cartouchière « à pansements » cet ordre détaillé afin de n’être pas pris au dépourvu9. Mais vraiment, c’est trop méthodique et trop beau et, malgré mon optimisme, je ne puis arriver à me convaincre que les choses vont se dérouler ainsi. Il faut faire acte de foi !

  • 10 Docteur Charles Lebecq (1891-1917) médecin aide major du 5e bataillon, né au Portel (Pas-de-Calais (...)

6Le lundi 16 avril, à 5 heures du matin, je quitte le poste de secours de Croannelle avec le médecin du 5e bataillon, le docteur Lebecq10 (arrivé la veille), son médecin auxiliaire le docteur Férot, et les infirmiers de bataillon. Nous nous rendons à la tranchée de départ. Notre artillerie tire abondamment, mais sans donner l’impression d’un tir de préparation. L’ennemi réagit peu et se contente de semer quelques obus sur nos tranchées. À 6 heures juste, notre vague d’assaut franchit les parapets et dévale sans précipitation dans le ravin. Les compagnies sont alignées les unes à côté des autres, celles du 5e bataillon sont à droite. Nous les suivons, et nous arrivons sans mal au fond du ravin, près d’une maison en partie ruinée qui en occupe à peu près le centre. Comme elle n’a pas de nom sur la carte, on l’appelle « la maison sans nom ». Un petit ruisseau coule devant elle. Quand nous le franchissons, le barrage allemand se déclenche, très violent, devant nos tranchées de départ, c’est-à-dire heureusement trop tard, et derrière nous. Mais soudain les mitrailleuses entrent en action, et croisant leurs feux, des hauteurs qui nous dominent, criblent de balles nos soldats. À la tranchée du Balcon, on voit la ligne des tireurs allemands, debout, qui fusille de haut en bas nos éléments les plus avancés. Comment gravir dans ces conditions, la falaise qui se dresse devant nous ? En quelques instants, nos compagnies doivent se terrer comme elles peuvent, avant même d’avoir pu aborder la première tranchée, et sans pouvoir rendre les coups qu’elles reçoivent. Le docteur Lebecq et les infirmiers sont arrêtés près de la « maison sans nom ». Avec le docteur Férot, j’ai encore poussé 200 mètres plus loin. Mais les balles crépitent autour de nous et nous avons juste le temps de nous jeter à terre, derrière un tout petit talus qui n’a pas plus de 40 centimètres de hauteur. Un homme saute au-dessus de nous et tombe à nos côtés, c’est l’adjudant Choquet, la figure traversée d’une pommette à l’autre par une balle. Nous le pansons à plat ventre, comme nous pouvons, puis un caporal qui a le bras cassé. Pendant une heure nous restons dans cette position, sous les obus et les balles, espérant encore que le 43 à notre gauche, en avançant sur le plateau de Vauclerc, chassera les mitrailleurs qui nous prennent le flanc. Dans la plaine, au-delà de Craonne, à notre droite, les tanks à peine engagés avec la 2e division, flambent les uns après les autres. Il paraît que la chaleur dégagée par le tir de leurs canons, à une allure que n’avaient pas comporté les essais, a fini par enflammer les réservoirs d’essence. Est-ce l’effondrement de nos espérances et de notre rêve ? À cinquante mètre en avant, des blessés réfugiés dans un trou d’obus, nous appellent à leur secours. Le docteur Férot y va en rampant. Je le suis des yeux sans pouvoir ramper comme lui avec ma soutane. Il atteint le trou d’obus, mais impossible de secourir ces malheureux grièvement blessés. Il faudra l’obscurité de la nuit pour tenter de les emporter. Impuissants à remplir notre rôle, nous décidons de rejoindre le docteur Lebecq. Nous le trouvons agonisant près de la « maison sans nom », tous les membres brisés par l’éclatement d’un obus. Plus heureux que nous, le docteur Lorentz du 6e bataillon a établi un poste de secours un peu à l’ouest de la « maison sans nom », au revers d’une ondulation du terrain. Il a fait creuser un trou assez large, et il peut du moins, soigner sommairement les blessés capables de marcher, qui refluent de son côté. Il faut que nous en fassions autant, plus à droite. Nous n’avons pas le choix, il n’y a que la « maison sans nom ». Elle n’a plus de toit, le plancher du grenier est à moitié effondré sur le rez-de-chaussée. Il n’y a plus de cave. Mais d’instinct, les blessés sont allés se réfugier dans la salle basse. Nous en ferons le poste de secours. Aussitôt nous commençons les pansements, sans nous inquiéter des obus qui pleuvent tout autour de ce frêle abri trop repéré. Nos soins soulagent un peu nos malheureux blessés ; nous engageons ceux qui peuvent se soutenir, à essayer de regagner la tranchée de départ et, malgré la fatigue et le danger, ils ne se font pas prier tant ils ont hâte de sortir de cet enfer. Quant à ceux qu’il faudrait transporter sur un brancard, nous ne pouvons que les encourager à la patience car ce ne sera possible qu’à la nuit.

1. Docteur Lorentz photo prise le 10 juillet 1915 à Cormicy (Aisne).

1. Docteur Lorentz photo prise le 10 juillet 1915 à Cormicy (Aisne).

7La situation en effet est vraiment tragique. Tout un régiment est là, dans cette cuvette, aussi incapable d’aborder la ligne ennemie qui le domine, que de regagner les tranchées de départ. Les vivants sont allongés par terre, aussi immobiles que les morts avec lesquels ils voisinent. De temps en temps, un agent de liaison, chargé de transmettre un ordre, se risque à se déplacer. À peine a-t-il fait quelques pas que nous le voyons tomber sous les balles. À notre droite, le 1er d’infanterie a pénétré dans le village de Craonne, mais il n’a pu escalader le plateau de Californie, si bien que du haut de ce promontoire, les mitrailleuses ennemies font un carnage affreux dans les rangs de la 2e division lancée dans la plaine en contrebas. À notre gauche, le 43e a pris une tranchée ennemie, mais sans parvenir à celle qui prolonge à l’ouest, la tranchée du Balcon. Celle-ci demeure flanquée à droite, par le saillant de Jutland, aux pentes sud duquel sont venues mourir les vagues avancées du 6e. Le 4e qui était en réserve a suivi le 5e sur la droite, et se trouve un peu en arrière, dans la même position critique. Derrière nous, ce n’est pas mieux. Selon l’horaire prévu, l’armée d’exploitation qui devait pas à pas s’avancer sur nos talons jusqu’à Sainte-Croix, s’est ébranlée à son tour. Elle se butte sur nous et son artillerie toute attelée, voit ses attelages s’écrouler sous le feu des mitrailleuses du Chemin des Dames. Il en résulte dans tous les services une inexprimable confusion. Nos blessés en se retirant, ne trouvent même pas d’ambulances pour les recevoir, car celles-ci devaient aussi se porter en avant, et ne savent si les voitures doivent rester chargées, ou bien, s’il faut sans plus tarder, s’installer sur place et panser. Tout est-il donc désespéré ?

8Non pas. Notre 4e bataillon est commandé par un jeune capitaine de 23 ans, le capitaine Battet, qui a autant de coup d’œil que de sang-froid. De l’endroit où il se tient, au pied du saillant de Jutland, il a découvert à la jumelle, qu’à la gauche de notre secteur, il y a au sud du Tourillon de Vauclerc, un élément de tranchée non occupée par l’ennemi. Il a conçu l’idée de s’infiltrer par là, et d’entrer à la grenade dans la tranchée du Balcon, en la prenant par un bout puisqu’on ne peut l’aborder en face. Le colonel approuve son audacieuse idée. Alors, vers 11 heures du matin, entraînant derrière lui comme en un immense monôme, tout son bataillon, il quitte le saillant de Jutland, vient passer près de la « maison sans nom », et disparaît sous les petits bois qui couvrent les pentes de Vauclerc. Une heure après, à la tête d’une section de grenadiers, il se jette par surprise sur le Tourillon de Vauclerc, pénètre à l’extrémité de la tranchée du Balcon, et de vive force, en chasse les défenseurs. Tout son bataillon a suivi et occupe la position. Du coup la situation change. On peut bouger dans le ravin. Le 6e bataillon reprend la marche en avant, et s’empare de la tranchée des Sapinières qui occupe la crête du plateau. De toute la 1re division, le 201e est maintenant le régiment le plus avancé. Son magnifique fait d’armes a sauvé l’honneur. Mais il ne pourra faire davantage, tant qu’à droite et à gauche, ses voisins n’auront pas réussi à en faire autant. Le 5e bataillon du reste, demeure un peu en retrait sur le saillant de Jutland, pour tenir la liaison avec le 1er d’infanterie, et de ce fait, une menace persiste sur notre flanc droit. D’autre part, nos nouvelles positions ont l’inconvénient d’être étroites et adossées au ravin d’où nous sortons. À plusieurs reprises, l’ennemi s’efforce de nous y rejeter par des contre-attaques violentes, mais il est chaque fois repoussé avec pertes.

2. Dans la tranchée de Sapigneul, le capitaine Battet avec un affut de fusil pris dans la tranchée d’en face (juin-juillet 1915).

2. Dans la tranchée de Sapigneul, le capitaine Battet avec un affut de fusil pris dans la tranchée d’en face (juin-juillet 1915).

3. Le capitaine Battet dans le boyau de Sapigneul inondé (juin-juillet 1915). Ces deux photos ont été reprises au chapitre 3.

3. Le capitaine Battet dans le boyau de Sapigneul inondé (juin-juillet 1915). Ces deux photos ont été reprises au chapitre 3.

4. Le capitaine Georges Battet au pied du saillant de Jutland regarde passer sous le barrage son 4e bataillon qui le suit (avril 1917).

4. Le capitaine Georges Battet au pied du saillant de Jutland regarde passer sous le barrage son 4e bataillon qui le suit (avril 1917).
  • 11 Les musiciens, non combattants, furent, entre autres, utilisés comme brancardiers auxiliaires à la (...)

9Dans l’après-midi, des blessés qui, maintenant peuvent circuler plus facilement dans le ravin, passent à « la maison sans nom ». Nous les soignons et nous faisons partir tous ceux qui sont en état de marcher. Pour soulager ceux qui restent, le docteur Férot refait tous les pansements, comme dans une salle d’hôpital, en dépit de la pluie d’obus qui nous encadre et nous harcèle. Beaucoup tombent dans la cour. L’un d’eux, en éclatant devant l’ouverture béante de la porte blesse à la tête un de nos blessés. Un seul tombe sur le pignon même de la maison et tue notre caporal infirmier qui sortait pour être plus en sécurité. Un de nos blessés succombe avant qu’on ne puisse l’emporter et je l’assiste dans son agonie. La journée dans ces conditions, paraît interminable, mais enfin, le soir descend. Trois équipes de musiciens11 arrivent avec des brancards et m’enlèvent trois blessés graves. Malheureusement, en s’en allant l’une des équipes est atteinte par un obus, qui tue deux brancardiers et en blesse un troisième. Les autres arrivent au but, reviennent secourir le blessé qu’on portait et le brancardier grièvement atteint, mais ne reparaissent plus à la « maison sans nom » où je reste seul avec mes quatorze blessés graves. Dehors la neige se met à tomber en plein mois d’avril ! De la tranchée conquise dans la journée, de nouveaux blessés m’arrivent les uns à pied, d’autres portés par des camarades. N’ayant personne pour les transporter à l’arrière, ni rien pour les soigner, j’engage tous ceux qui le peuvent, à regagner la tranchée de départ où il y a un poste de secours. Ils s’en vont en se soutenant mutuellement, même un officier qui a une fracture du péroné et un blessé du crâne qui délire ! Vers une heure du matin, je sors un moment de la « maison sans nom » pour aller relever sur le terrain des blessés qui m’attendent et qui appellent. Et puis, je reviens consoler par ma présence, ceux qui restent et qui se plaignent amèrement d’être abandonnés.

10Le 17 au matin, je dois me rendre à l’évidence, il faudra encore attendre là toute la journée qu’on vienne chercher mes malheureux camarades. Avec des vivres et des bidons pris sur les morts autour de la maison, nous tâchons de les soutenir. Le docteur Férot arrive avec des pansements et refait ceux de tous les blessés. Sur nous, le bombardement est un peu moins serré qu’hier. Mais voici qu’un combat s’engage devant nous sur le plateau. Une contre-attaque allemande débouche de souterrains creusés dans le roc. Elle submerge la tranchée des Sapinières tenue par la 23e Compagnie. Déjà, elle menace la tranchée du Balcon. Le capitaine Battet tombe frappé mortellement d’une balle à la tête, au bord de la petite carrière, un peu au nord du Tourillon de Vauclerc. On se bat autour de lui, de près, au revolver et à la baïonnette. Heureusement, notre 75 intervient et par un tir précis et meurtrier, écrase les assaillants qui se réfugient dans la tranchée des Sapinières. Le capitaine Battet, le héros de la journée n’est pas tombé entre leurs mains, on l’emporte mourant à l’ambulance de Beaurieux. Nous gardons du moins la tranchée du Balcon qu’il a si brillamment conquise.

11Pendant toute la journée je reste dans notre frêle abri et je tâche de distraire et d’encourager mes blessés qui attendent la nuit avec impatience. Cette fois, il n’y a pas à dire, j’exigerai qu’ils soient tous emportés. J’en ai quatorze ici, et il y en seize au poste du 6e bataillon. À 11 heures, les équipes m’en enlèvent sept. Mais il y en a une qui se perd en route et me revient deux fois, avec mon blessé qui supplie qu’on le laisse mourir sur place. Il est 2 heures ½, et je ne vois plus revenir personne. Alors je reconduis moi-même l’équipe égarée, et je m’en vais en rechercher d’autres. J’en ramène six et elles repartent en promettant de revenir chercher mon dernier blessé. Mon rôle est fini ici, et après 48 heures d’angoisses, je regagne sain et sauf, la tranchée de départ, juste au moment où un tir de barrage éclate sur mes talons.

12Après deux nuits blanches, je tombe de sommeil au poste de secours de Craonnelle, et je ne puis presque rien faire pendant la journée du 18, ni celle du 19. Sur le front de combat il n’y a pas de changement et l’ennemi tenant toujours le sommet du saillant de Jutland, je ne puis aller inhumer nos morts en plein jour dans le ravin. Le 20 je vais à Blanc-Sablon pour des inhumations et je soigne des blessés à Craonnelle. Nous n’avons plus sur le plateau qu’un bataillon, le 4e qui tient la tranchée du Balcon. Le 5e est devant Craonnelle dans la tranchée de départ, et le 6e à Blanc-Sablon.

  • 12 Peut-être Joseph Grillet du 233e RI né à Tourcoing en 1887 et tué à l’ennemi en Belgique le 26 oct (...)

13Enfin le 21, deux volontaires se présentent Deniau et Grillet12, pour aller avec moi identifier nos morts sur le terrain. Nous commençons l’exploration prudemment, et comme nous ne recevons pas de coups de fusil, nous nous enhardissons et réussissons à identifier beaucoup de camarades, et à recueillir leurs objets personnels pour leurs familles. Mais à trois, impossible d’entreprendre les inhumations. En tous cas la preuve est faite qu’on peut circuler sans danger, j’en rend compte au médecin-chef. Demain, tous les musiciens viendront avec moi, nous partagerons les zones à explorer et nous enterrerons nos camarades.

14La journée du 22 se passe à cette pénible besogne. Les corps sont réunis dans les grands trous d’obus, et les objets sont recueillis, les noms sont inscrits sur des billets et placés dans des bouteilles laissées dans les trous d’obus, au milieu des corps. Cent vingt cinq sont ainsi sommairement inhumés. Il ne reste plus pour demain qu’à recouvrir les corps avec de la terre, et à mettre sur les tombes des croix avec les noms. Hélas ! nous sommes relevés le soir même, et nous sommes obligés de nous en aller sans avoir achevé de rendre à nos pauvres soldats ce dernier devoir. Il nous faut en laisser le soin à nos successeurs.

  • 13 Mutineries de 1917 : l’échec de l’offensive Nivelle créa en France une situation tendue, sur le pl (...)

15Ainsi s’achève pour nous cette offensive dont nous avions conçu de si grands espoirs. Les efforts déployés ont été immenses, Le courage des troupes admirable, mais les résultats sont décevants et les pertes cruelles. Faut-il s’étonner si à la suite de ces événements, le moral de l’armée française subit une crise aiguë et si, dans certaines divisions et certains régiments, s’élevèrent des murmures et se produisirent quelques révoltes13 ? Au 201e RI rien de semblable heureusement ne survint, mais cependant la confiance était blessée, le découragement profond, et l’on put craindre un moment qu’il fut impossible de se relever d’un pareil coup. Pétain sut à propos comprendre l’état d’âme de nos soldats, le traiter avec modération, donner aux nerfs le temps de se calmer ; grâce aux mesures qu’il prit dans ce sens, il rendit en peu de temps à ces hommes valeureux, mais éprouvés au-dessus de leurs forces, la confiance et la ténacité qui allaient gagner la guerre.

16C’est ainsi qu’en tout premier lieu un repos nécessaire et mérité nous fut d’abord accordé. Dans la nuit du 22 au 23 avril, nous quittâmes Craonnelle pour Beaurieux où les autos vinrent nous chercher. Puis du 24 au 27 par Mareuil et Le Breuil, nous nous rendîmes par étapes à Vauchamps (Marne), dans la région de Montmirail. Là, le régiment fut réparti bien à l’aise dans les villages avoisinants : Bergères, Boutavent, Courbetaux. La tranquillité, le beau temps, les permissions accordées en grand nombre, produisirent sur tous la plus réconfortante impression et les visages terreux de ceux qui avaient tant souffert ne tardèrent pas à se détendre et à s’épanouir. Le 30 avril, à Bergères, une messe solennelle fut chantée à la mémoire de nos défunts, au milieu d’une église absolument comble. Cette fois ce fut la noble figure du capitaine Battet que j’évoquais dans mon discours, car en elle, chacun reconnaissait le type achevé de l’officier chrétien et du soldat français. Pour tous les anciens du 201e, le capitaine Battet demeure le chef dans toute l’acception du mot. Ce pieux devoir accompli, nous commençâmes à recevoir des renforts de jeunes soldats de la classe 17 et aussi des territoriaux grisonnants. Le régiment mutilé renaissait. Je profitais de cette période d’accalmie pour aller prendre en famille, à Paris, ma 5e permission du 7 au 12 mai.

17Au retour, j’appris en débarquant à Château-Thierry, que la 1re division avait quitté la région, et était partie dans la direction de Châlons. J’eus le temps, par bonheur, de remonter dans mon train qui me déposa en gare de Châlons à 11 h ½ du soir. Je dormis sur un banc quelques heures, et je repris à 5 h du matin, un train pour Sommessous. Le régiment venait de passer se dirigeant sur Mailly. Juste le temps de remonter dans mon train, et je finis par arriver à Mailly, ce dimanche matin 13 mai, une heure avant le régiment, de manière à tout préparer pour la grand’messe militaire. La Providence m’avait bien conduit !

  • 14 Jeanne d’Arc béatifiée en 1909 fut canonisée en 1920. Elle est le symbole d’une femme chrétienne l (...)
  • 15 La Fête-Dieu appelée aujourd’hui fête du Saint-Sacrement ou fête du Corps et du Sang du Christ, es (...)

18Le lendemain 14, le régiment terminait son voyage en se rendant, par Trouan, Dosnon et Granville, à Saint-Ouen (5e et 6e bataillons), et au Meix-Tiercelin (4e bataillon et CHR). Nous allions séjourner là pendant un mois en plein camp de Mailly, et jamais le régiment ne se trouva dans de meilleures conditions pour retrouver au point de vue militaire, toute sa forme, et au point de vue religieux, tout son élan. D’abord, trois jours de repos complet furent accordés aux hommes. Le troisième était précisément le jeudi de l’Ascension, cette circonstance me permit de préparer une grand’messe militaire, et une grand’messe paroissiale avec des chants très réussis, et favorisa grandement les confessions et communions de nos soldats. Ce fut ma prise de contact avec les jeunes soldats nouvellement arrivés, et j’eus la joie de trouver chez eux beaucoup d’excellents chrétiens. Puis les exercices militaires commencèrent de manière à rendre bien homogène, dans la main de leurs chefs, les unités profondément transformées par nos deuils et par nos renforts. C’était nécessaire, car un régiment est un corps vivant, qui a son esprit, ses traditions, son genre particulier, et notre 201e se devait de rester lui-même en s’assimilant bien tous ces nouveaux éléments. Cet entraînement méthodique fut conduit avec sagesse, sans surmenage, ni tracasserie, et sans entraver le moins du monde, l’effort moral que je poursuivais de mon côté, pour animer les âmes. Le dimanche 20 mai, fête de Jeanne d’Arc14, rien ne vint contrarier les cérémonies religieuses qui furent très suivies. Les enfants d’un orphelinat tenu au Meix par des religieuses, firent leur partie dans le chœur que nos soldats avaient préparé, et leur présence ajouta un charme particulier à nos cérémonies de ce jour. Chaque soir il y avait salut à l’église de Saint-Ouen comme au Meix, avec de bonnes assistances. Le dimanche 27, fête de la Pentecôte, les confessions et les communions furent très nombreuses, et les offices très solennels et très suivis. L’après-midi à Saint-Ouen, les prêtres de la division se trouvèrent réunis au nombre d’une vingtaine pour une récollection sacerdotale. Déjà nous projetions pour la Fête-Dieu15, une grande procession, quand nous apprîmes que notre séjour ne se prolongerait pas jusque-là, nous devions malheureusement partir de grand matin le dimanche 10 juin, le jour même de la procession. Mais ce léger contretemps ne put nous empêcher de remercier Dieu de cette excellente période.

1.2.3. Sépultures du secteur de Craonnelle 16-17 avril 1917 (extraits du deuxième carnet de sépultures, 16,7 x 10,5 cm).

1.2.3. Sépultures du secteur de Craonnelle 16-17 avril 1917 (extraits du deuxième carnet de sépultures, 16,7 x 10,5 cm).
  • 16 La dévotion au Sacré-Cœur, cœur de chair du Christ proposé aux hommes comme symbole de l’amour de (...)
  • 17 Acte de réparation au Sacré-Cœur : il existe plusieurs formules de prières qui comportent une dema (...)

19Pendant quelques jours nous reprîmes notre vie errante. Le 10 juin, nous étions à Coclois, à temps pour célébrer les messes du dimanche et nous y séjournions le 11. Le 12, nous cantonnions à Feuges, le 13 à Le Pavillon. C’est là, que vers 10 heures du soir, un cycliste vint m’apporter une note du Ministère de la Guerre interdisant dans les régiments, les cérémonies collectives de consécration de soldats au Sacré-Cœur16, le vendredi 15 juin, jour de la fête. La note menaçait de sanctions les contrevenants, comme « portant atteinte à l’union sacrée » ! J’avertis le colonel que j’inviterai les soldats à faire individuellement leur consécration, et à ne faire aucune manifestation collective... mais quelle misère qu’un sectarisme aussi bête en pleine guerre ! Le 15, nous nous remettons en route pour Rigny-la-Nonneuse. Sur le chemin le général La Capelle qui commande le corps d’armée, m’annonce ma citation à l’ordre de l’armée et me félicite cordialement. Le soir, au salut, nous remplaçons la consécration collective interdite par « Un acte de réparation au Sacré-Cœur »17 qui est vraiment de circonstance. Le 16, nous sommes à Fontaine Macon, et le dimanche 17, nous arrivons au terme du voyage, Gouaix et Hermé en Seine-et-Marne, après avoir traversé tout le département de l’Aube.

1. Ordre du Régiment, signé du lieutenant-colonel Mougin, commandant le régiment, 20 avril 1917 : « 201e Régiment d’Infanterie Ordre du régiment N° 406 Officiers, sous-officiers, caporaux et soldats, Le Régiment au prix de mille fatigues et de pertes sérieuses, a accompli, dans sa zone, la tâche que le commandement lui a assignée. Ces fatigues et ces pertes n’auront pas été inutiles. Elles ont permis la conquête de plus d’un kilomètre de terrain en profondeur, (mot illisible), avec l’aide d’un bataillon du 33e, de plus de 1000 m de tranchées et la possession de la partie Sud du plateau de Craonne. Le Général commandant la division m’a exprimé toute sa satisfaction. Les éloges reviennent à vous seuls, qui, par votre allant, votre courage et votre mépris du danger et de la mort, avez pris et tenu une position, qu’il importait au plus haut point de posséder. Dès aujourd’hui soyons prêts à marcher de nouveau. Je suis fier de vous commander, et avec vous, je salue vos officiers et tous vos camarades morts glorieusement au Champ d’Honneur ». Le 20 avril 1917. Le lt colonel cmt le Régiment. MOUGIN.

1. Ordre du Régiment, signé du lieutenant-colonel Mougin, commandant le régiment, 20 avril 1917 : « 201e Régiment d’Infanterie Ordre du régiment N° 406 Officiers, sous-officiers, caporaux et soldats, Le Régiment au prix de mille fatigues et de pertes sérieuses, a accompli, dans sa zone, la tâche que le commandement lui a assignée. Ces fatigues et ces pertes n’auront pas été inutiles. Elles ont permis la conquête de plus d’un kilomètre de terrain en profondeur, (mot illisible), avec l’aide d’un bataillon du 33e, de plus de 1000 m de tranchées et la possession de la partie Sud du plateau de Craonne. Le Général commandant la division m’a exprimé toute sa satisfaction. Les éloges reviennent à vous seuls, qui, par votre allant, votre courage et votre mépris du danger et de la mort, avez pris et tenu une position, qu’il importait au plus haut point de posséder. Dès aujourd’hui soyons prêts à marcher de nouveau. Je suis fier de vous commander, et avec vous, je salue vos officiers et tous vos camarades morts glorieusement au Champ d’Honneur ». Le 20 avril 1917. Le lt colonel cmt le Régiment. MOUGIN.

2. Texte de la Citation à l’Ordre du Corps d’Armée obtenue par le 201e RI. A. Liénart l’a recopié à la main à la fin du chapitre.

2. Texte de la Citation à l’Ordre du Corps d’Armée obtenue par le 201e RI. A. Liénart l’a recopié à la main à la fin du chapitre.

3. Citation du service de santé du 201e à l’ordre du jour de la 1re DI au lendemain des combats des 16-18 avril 1917 (29 avril).

3. Citation du service de santé du 201e à l’ordre du jour de la 1re DI au lendemain des combats des 16-18 avril 1917 (29 avril).

4. Citation d’Achille Liénart à l’Ordre de l’Armée (3 juin 1917).

4. Citation d’Achille Liénart à l’Ordre de l’Armée (3 juin 1917).

20Le régiment, bien reposé et très bien reconstitué à tous points de vue, était prêt à reprendre une part active aux opérations de guerre. Il n’allait pas tarder à en fournir la preuve. En attendant, une dizaine de jours s’écoulèrent tranquillement dans le cantonnement de Gouaix, et la proximité de Paris, me permit, ainsi qu’à beaucoup d’autres, d’y passer une agréable permission de 24 heures, le 21 juin. Le 26, en gare de Provins, nous nous embarquions pour un champ de bataille entièrement nouveau.

Fac-similé de la page 133 du cahier 36 x 23,2 cm : remise de décorations par le général Pétain, le 14 août 1917. Philippe Pétain sera élevé à la dignité de maréchal de France le 19 novembre 1918.

Fac-similé de la page 133 du cahier 36 x 23,2 cm : remise de décorations par le général Pétain, le 14 août 1917. Philippe Pétain sera élevé à la dignité de maréchal de France le 19 novembre 1918.

Notes

1 Compagnie hors rang (CHR), compagnie unique en son genre au sein du régiment qui regroupe les services administratifs et logistiques, ainsi que l’état-major du régiment.

2 Bataille de la crête de Vimy : ce lieu stratégique, qui culmine à 145 m, densément fortifié et protégeant les mines de charbon de Lens était aux mains des Allemands depuis octobre 1914. Il avait déjà été le théâtre de batailles sanglantes. La bataille menée du 9 au 12 avril 1917, par le corps expéditionnaire canadien, commandé par le général Byng était destinée à protéger l’offensive britannique sur Arras. Elle resta le seul succès de la grande offensive alliée du printemps 1917.

3 Sic : en fait les Britanniques.

4 Invention anglaise, les premiers chars de combat, fabriqués par Schneider, furent livrés en septembre 1916. Ce véhicule blindé était équipé d’un canon de 75 et de deux mitrailleuses. Le char Schneider CA1 combattit pour la première fois le 16 avril 1917 au Chemin des Dames. Ses performances furent très faibles et il fut bientôt abandonné au profit des chars légers Renault FT-17. Il fut appelé ‘tank’ (réservoir), en raison de sa forme particulière.

5 Capitaine Georges Battet (1893-1917), né à Lille (Nord), saint-cyrien.

6 Le général Georges Nivelle (1856-1924) succéda à la fin de l’année 1917 au général Joffre à la tête de l’armée française. Celui-ci fut alors nommé maréchal de France. Le général Nivelle avait succédé à Pétain au plus fort de la bataille de Verdun.

7 Sic : sur la carte aujourd’hui Vauclair.

8 43e RI, régiment en garnison à Lille, en 1914.

9 Cf. le plan d’engagement du service de santé recopié par A. Liénart en première page du chapitre.

10 Docteur Charles Lebecq (1891-1917) médecin aide major du 5e bataillon, né au Portel (Pas-de-Calais).

11 Les musiciens, non combattants, furent, entre autres, utilisés comme brancardiers auxiliaires à la disposition du médecin-chef du bataillon.

12 Peut-être Joseph Grillet du 233e RI né à Tourcoing en 1887 et tué à l’ennemi en Belgique le 26 octobre 1917.

13 Mutineries de 1917 : l’échec de l’offensive Nivelle créa en France une situation tendue, sur le plan politique, dans les usines, où se développa l’agitation ouvrière, et dans l’armée où éclatèrent des mutineries. Des régiments refusèrent d’obéir et de monter en ligne, surtout à proximité du front de la bataille du Chemin des Dames. Des soldats envoyèrent des délégations à leurs chefs de corps. En fait ces incidents limités ne durèrent que trois semaines. Le général Pétain qui avait remplacé Nivelle réagit avec fermeté mais aussi en améliorant la condition du soldat.

14 Jeanne d’Arc béatifiée en 1909 fut canonisée en 1920. Elle est le symbole d’une femme chrétienne luttant pour sa foi et sa patrie.

15 La Fête-Dieu appelée aujourd’hui fête du Saint-Sacrement ou fête du Corps et du Sang du Christ, est célébrée quinze jours après la Pentecôte. Elle est marquée par l’organisation d’une procession pendant laquelle le Saint-Sacrement est exposé aux fidèles dans un ostensoir.

16 La dévotion au Sacré-Cœur, cœur de chair du Christ proposé aux hommes comme symbole de l’amour de Dieu pour l’homme, s’est répandue à partir du XVIIe et des révélations reçues par Ste Marguerite-Marie dans son couvent à Paray-le-Monial. Elle s’est popularisée au XIXe et son culte s’est diffusé hors de France. Parmi les manifestations de celui-ci des consécrations individuelles ou collectives. En 1873, les milieux catholiques obtinrent de l’Assemblée nationale française, à majorité monarchiste, le vote d’une loi déclarant d’utilité publique l’élection d’une basilique du Sacré-Cœur à Montmartre, alors qu’un groupe de députés catholiques proclamaient solennellement à Paray-le Monial la consécration de la France au Sacré-Cœur. Pendant la guerre le pape Benoît XV et les évêques de divers pays encouragèrent cette dévotion qui atteignit son apogée en 1917. Elle provoqua la réaction de ceux qu’inquiétaient en France, ce qu’ils considéraient comme de la propagande cléricale auprès des soldats du front. C’est ce qui provoqua la circulaire du ministre de la guerre Paul Painlevé, le 7 juin 1917.

17 Acte de réparation au Sacré-Cœur : il existe plusieurs formules de prières qui comportent une demande de pardon pour les fautes publiques et privées.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62803/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 973k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62803/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre 1. Docteur Lorentz photo prise le 10 juillet 1915 à Cormicy (Aisne).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62803/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre 2. Dans la tranchée de Sapigneul, le capitaine Battet avec un affut de fusil pris dans la tranchée d’en face (juin-juillet 1915).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62803/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre 3. Le capitaine Battet dans le boyau de Sapigneul inondé (juin-juillet 1915). Ces deux photos ont été reprises au chapitre 3.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62803/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre 4. Le capitaine Georges Battet au pied du saillant de Jutland regarde passer sous le barrage son 4e bataillon qui le suit (avril 1917).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62803/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre 1.2.3. Sépultures du secteur de Craonnelle 16-17 avril 1917 (extraits du deuxième carnet de sépultures, 16,7 x 10,5 cm).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62803/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Titre 1. Ordre du Régiment, signé du lieutenant-colonel Mougin, commandant le régiment, 20 avril 1917 : « 201e Régiment d’Infanterie Ordre du régiment N° 406 Officiers, sous-officiers, caporaux et soldats, Le Régiment au prix de mille fatigues et de pertes sérieuses, a accompli, dans sa zone, la tâche que le commandement lui a assignée. Ces fatigues et ces pertes n’auront pas été inutiles. Elles ont permis la conquête de plus d’un kilomètre de terrain en profondeur, (mot illisible), avec l’aide d’un bataillon du 33e, de plus de 1000 m de tranchées et la possession de la partie Sud du plateau de Craonne. Le Général commandant la division m’a exprimé toute sa satisfaction. Les éloges reviennent à vous seuls, qui, par votre allant, votre courage et votre mépris du danger et de la mort, avez pris et tenu une position, qu’il importait au plus haut point de posséder. Dès aujourd’hui soyons prêts à marcher de nouveau. Je suis fier de vous commander, et avec vous, je salue vos officiers et tous vos camarades morts glorieusement au Champ d’Honneur ». Le 20 avril 1917. Le lt colonel cmt le Régiment. MOUGIN.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62803/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 2. Texte de la Citation à l’Ordre du Corps d’Armée obtenue par le 201e RI. A. Liénart l’a recopié à la main à la fin du chapitre.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62803/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre 3. Citation du service de santé du 201e à l’ordre du jour de la 1re DI au lendemain des combats des 16-18 avril 1917 (29 avril).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62803/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Titre 4. Citation d’Achille Liénart à l’Ordre de l’Armée (3 juin 1917).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62803/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62803/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
Titre Fac-similé de la page 133 du cahier 36 x 23,2 cm : remise de décorations par le général Pétain, le 14 août 1917. Philippe Pétain sera élevé à la dignité de maréchal de France le 19 novembre 1918.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62803/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search