Version classiqueVersion mobile

Journal de guerre 1914-1918

 | 
Achille Liénart

Chapitre 6. 2 octobre 1916 - 25 mars 1917

Aumônier du 201e - 1re division d’infanterie. Secteur de Champagne - Affaire de Maisons de Champagne - En Brie

Texte intégral

1Notre déception fut grande lorsque, embarqués le 2 octobre à Crèvecœur, dans l’Oise, nous fûmes déposés le matin du 3 dans la gare de Saint-Hilaire-au-Temple. La pauvreté du paysage de Champagne Pouilleuse, et plus encore l’annonce de notre prochaine entrée en ligne dissipait d’un seul coup les rêves que nous avions caressés. Mais notre tort avait été précisément d’en faire... La guerre continuait.

  • 1 Les tirailleurs sénégalais étaient un corps militaire constitué au sein de l’empire colonial frança (...)

2Pendant quatre jours nous restons cantonnés dans la région : à Dampierre, à Saint-Etienne-au-Temple et à La Cheppe. J’en profite pour aller visiter les bataillons et prendre contact avec les renforts qui sont venus combler les vides creusés dans nos rangs. Nous avons reçu des hommes de tous âges, des territoriaux grisonnants et des jeunes de la classe 16, de toutes régions aussi, car il en est venu de tous les recrutements, et il y a même des Sénégalais1 du plus beau noir ! Heureusement, si j’ai désormais quelques païens et quelques musulmans parmi mes ouailles, la majorité reste catholique. L’assistance à nos messes et à nos saluts est assez grande pour me permettre d’espérer que « ma paroisse » gardera ses bonnes traditions.

3Dès le 7, le 5e bataillon quitte Saint-Étienne et s’en va prendre les tranchées devant Souain, dans le secteur de La Cabane, en face de la ferme Navarin. Le 6e bataillon l’y rejoint le lendemain. Le 9, notre 4e bataillon s’installe au camp des Deux Tombes dans un petit bois de sapins. Ce sera notre séjour « de réserve ».

4Le camp n’a pas de chapelle. Notre premier soin est de lui en donner une. J’obtiens qu’on débarrasse un demi-baraquement servant d’entrepôt près de la coopérative. Le local est désinfecté, les couchettes sont démontées. On m’installe une petite case pour mon logement personnel à l’intérieur, près de l’entrée ; on construit un autel au fond avec un tabernacle convenable. Je n’ai plus qu’à décorer tout cela convenablement. Quelques jours plus tard, le triangle formé au-dessus de l’autel par le toit, sur la paroi du fond, était recouvert de larges feuilles de papier à dessin sur lesquelles le capitaine Champeaux charbonnait au fusain un grand Christ autour duquel se pressaient les soldats. Les uns étaient agenouillés, en prière, d’autres en marche et tout équipés regardaient le Christ au passage, un blessé porté sur son brancard levait vers Lui un regard mourant. L’ensemble était très réussi et profondément saisissant ! En ligne aussi dans le secteur de chacun des deux bataillons, on aménage en chapelle deux sapes inoccupées et ainsi se trouve réalisé l’équipement religieux de notre nouveau territoire paroissial. Pour le desservir nous sommes trois prêtres au régiment : l’abbé Guermonprez infirmier au 6e bataillon, l’abbé Mahieux, sergent au 4e et l’aumônier. J’accompagnerai ordinairement aux tranchées ou au camp, le 5e bataillon qui depuis le départ de l’abbé Lemaire est sans prêtre. Tout eut été pour le mieux, si au bout de quelques semaines l’abbé Mahieux, promu sous-lieutenant, n’avait été affecté à une compagnie du 6e bataillon. De ce fait, je dus me partager, ou plutôt me multiplier auprès du 4e et du 5e tous deux dépourvus.

5Dès que tout eut été bien installé et la fête de la Toussaint célébrée, j’allais entre deux dimanches passer à Paris ma quatrième permission. Puis le mois de novembre s’écoula sans grands événements. De temps en temps des escarmouches avaient lieu autour des postes d’écoute. Un jour en plein midi, nos guetteurs virent s’avancer vers eux deux Allemands. Ils en abattirent un, l’autre épouvanté sauta dans un de nos postes d’écoute tout voisin. C’était un officier d’artillerie qui sans s’en douter, avait dépassé la première ligne allemande et s’apercevait trop tard qu’il était descendu chez nous. Nos hommes l’avaient empoigné et il se débattait en disant : « Moi trompé, moi m’en aller ! ». À son avis ça ne devait pas compter puisqu’il s’était trompé. Mais nous ne fûmes pas si naïfs et gardâmes notre prisonnier.

1. Secteurs de La Cabane et de Maisons de Champagne.

1. Secteurs de La Cabane et de Maisons de Champagne.

2. Extrait du carnet de sépultures : retour au moulin de Souain où le 201e avait eu beaucoup de pertes en mars 1915 (Premier carnet 7,2 x 11,6 cm).

2. Extrait du carnet de sépultures : retour au moulin de Souain où le 201e avait eu beaucoup de pertes en mars 1915 (Premier carnet 7,2 x 11,6 cm).
  • 2 Le 7 mars 1915, le 201e avait pris part à une opération contre les positions allemandes du moulin d (...)

6Je fus chargé de faire en arrière de nos lignes le relevé des tombes éparses sur le terrain de la bataille de Champagne en septembre 1915. J’en profitai pour aller explorer à Souain, l’entonnoir de mine que le 201e en mars 1915, avant que je n’y fus attaché, avait si courageusement défendu2. Nous pûmes retrouver quelques tombes et refaire leurs inscriptions. Nous parvînmes aussi à recueillir dans un sac des ossements desséchés épars dans l’entonnoir, et nous les enterrâmes sous une grande croix au bord de l’entonnoir. Sur la croix, une plaque de cuivre reçut l’inscription des noms de nos soldats tués dans ce combat et ce fut comme un humble monument commémoratif élevé par le 201e à ses héros.

7À la fin de novembre, le régiment passa en réserve de division. Il s’installa, partie au camp de la ferme Piémont, partie au camp de la Noblette, et partie au village de la Cheppe. L’hiver était froid, le pays désolé, l’installation assez rudimentaire et la vie religieuse assez paralysée par ses conditions défectueuses. Nous préparions cependant la fête de Noël et elle s’annonçait très belle, lorsque pour comble de malheur, notre retour aux tranchées fut fixé au 25 décembre, le jour même de Noël. Je pus cependant chanter la messe de Minuit dans notre baraque chapelle de Piémont, toute ornée de sapins et illuminée d’une guirlande de verre de couleurs. À 5 heures, j’en disais une autre au camp de la Noblette, tandis que l’abbé Guermonprez en faisait autant à la Cheppe. Et tout de suite après, il nous fallait plier bagage et reprendre le chemin du front. Ce fut d’autant plus fâcheux, qu’au lieu de retourner directement en ligne, nous fûmes acheminés tout simplement vers la région de Somme-Tourbe, et casés pour huit jours, plutôt mal que bien, dans deux camps voisins, le camp Allègre et le camp F. C’est là, qu’assez tristement, nous passâmes notre jour de l’an 1er janvier 1917.

8Le 4 janvier nous remontions au camp des Deux Tombes et aux tranchées de La Cabane. L’hiver resté célèbre de 1917 sévissait et notre principal ennemi fut le froid. La neige recouvrait tout, et la bise glacée rendait pénible le service ininterrompu de gardes et d’écoutes. Heureusement, les sapes étaient profondes et sèches, et malgré les échanges quotidiens d’obus et de bombes à ailettes, qui voltigeaient aisément de la tranchée d’en face à la nôtre, aux endroits les plus rapprochés, nos pertes furent légères. Nous en fîmes cependant une qui mérite d’être rapportée. Le lieutenant-colonel Hebmann promu colonel, dut quitter le 201e pour aller prendre le commandement d’une infanterie divisionnaire. C’était lui, on peut bien le dire, qui avec sa fermeté un peu rigoureuse, avait forgé notre régiment et en avait fait une unité de grande valeur militaire. Je le regrettais personnellement plus que les hommes qui l’appréciait mal, car il n’avait pas la manière de leur parler. Mais témoin de la conscience avec laquelle il s’était acquitté de ses devoirs de chef, et ayant toujours trouvé près de lui pour l’accomplissement de mon ministère, la plus large compréhension, je le voyais avec peine s’éloigner. Quant à lui, c’est avec des larmes dans les yeux qu’il prit congé de son régiment aux tranchées de la Cabane, le 14 janvier en nous exprimant ses adieux dans les termes suivants :

9Adieux du Colonel :

10« En quittant le 201e Régiment d’infanterie qu’il a eu l’honneur de commander pendant 22 mois, le Colonel remercie les Officiers, Sous-Officiers, Caporaux et Soldats de l’entrain, du courage, de l’esprit de discipline et de la collaboration dévouée qu’ils n’ont cessé d’apporter à l’œuvre accomplie en commun.

11Au Choléra, à Souain, à Sapigneul, à Verdun, dans la Somme, partout où l’occasion s’est présentée, le régiment a montré sa valeur, a cueilli des lauriers, a fait reculer l’ennemi.

12La Croix de guerre, épinglée à son drapeau, est la juste récompense de son magnifique élan.

13Le 201e ne s’arrêtera pas en si bon chemin. Sous l’impulsion de son distingué nouveau chef il soutiendra la belle réputation qu’il s’est acquise, mais il saura obtenir de plus grands succès, chacun se souvenant que la volonté de vaincre est la meilleure garantie du succès, et que des hommes résolus à faire leur devoir sont capables de tous les héroïsmes.

14À l’heure du départ, j’adresse un souvenir ému à ceux qui, à mes côtés, sont tombés glorieusement au champ d’honneur ; je salue et j’embrasse le Drapeau du Régiment. »

15« Le Colonel Cdt le 201e Régt d’infanterie

16Signé : Hebmann.

1. Le lieutenant colonel Hebmann, commandant le 201e RI.

1. Le lieutenant colonel Hebmann, commandant le 201e RI.

Autour de lui le docteur Bonjean, les lieutenants Rose, Drouin, Rogez et Bataille.

2. Cyclistes du colonel.

2. Cyclistes du colonel.

3. Adieux du colonel Hebmann au 201e.

3. Adieux du colonel Hebmann au 201e.
  • 3 Lieutenant-colonel Joseph Mougin auparavant au 8e RI.

17Le lendemain 15 janvier, il était remplacé par le lieutenant-colonel Mougin3 qui, tout de suite, sut attirer l’estime et la confiance de tous. Notre premier entretien fut très cordial, il préludait à l’amitié sincère et profonde qui n’allait pas tarder à s’établir entre nous.

18Le 28 janvier, nous fûmes de nouveau placés en réserve de division à la Cheppe et à Bussy-le-Château, où nous restâmes jusqu’au 15 février. Notre séjour y fut marqué surtout par un froid intense qui fit descendre le thermomètre à certains jours, jusqu’à 19 degrés au-dessous de zéro, et aussi le 31 janvier par une sérieuse alerte aux gaz. Une émission allemande particulièrement abondante se fit sentir jusque dans notre cantonnement reculé, et nous obligea à mettre nos masques. Sur la route de Suippes, parmi les permissionnaires qui rentraient et qui n’avaient pas de masques, les victimes, hélas, furent nombreuses.

19De bonne heure, le 15 février, nous quittions sans regret les steppes glacées de la Champagne et par une marche d’une trentaine de kilomètres, nous arrivions vers quatre heures de l’après-midi, à notre cantonnement de Saint-Germain-la-Ville, au sud de Châlons. Nous pensions, une fois de plus, partir au repos et nous allions, une fois de plus, au combat. Pendant toute la marche nous avions entendu vers le nord-est, une vive canonnade. À peine arrivé, j’avais selon notre bonne habitude organisé le salut du soir à l’église. Il n’était pas terminé qu’un cycliste du colonel vint m’avertir que les autos viendraient nous prendre dans une heure. En pleine nuit elles nous déposent à Laval, pour monter aussitôt en ligne. Le colonel m’invite à monter avec lui dans une auto-sanitaire. Celle-ci nous amène au ravin de Marson, à travers les obus qui bombardent la route, et nous débarque au milieu d’une épaisse nappe de gaz. Dans la nuit, sous nos masques, en ce secteur inconnu, nous arrivons à tâtons au poste du colonel du 208 que nous venons secourir. Un large coup de main allemand lui a enlevé dans la journée, trois lignes de tranchées sur 1500 mètres de front. Il y a perdu deux bataillons. Il s’agit d’aveugler la brèche.

4. Secteur de Maisons de Champagne.

4. Secteur de Maisons de Champagne.

– en bleu, lignes allemandes ; – en rouge, lignes françaises ; – en hachures au crayon bleu notre première ligne après le coup de main allemand.

20Dès la première nuit, les commandants des 4e et 5e bataillons sont intoxiqués par les gaz et évacués. Les gazés, les blessés et les morts sont nombreux dans les compagnies qui arrivent dans ce secteur bouleversé, complètement inexploré. Mais nous tenons bon, et dès le 17, notre artillerie riposte ferme au bombardement ennemi. Nous sommes devant la position de Maisons de Champagne, entre Beauséjour à l’ouest, et la main de Massiges à l’est. En ligne, il s’agit surtout de travaux pour équiper solidement le nouveau front et pousser en avant des parallèles de départ en vue de reprendre par une contre-attaque le terrain perdu. Mais que d’efforts à faire pour réparer les tranchées éboulées, au fond desquelles la pluie a formé une boue gluante où on s’enfonce jusqu’à mi-jambe. Du 16 au 25 février, nos hommes peinent dans ces conditions chaque jour, et surtout la nuit, sans se laisser arrêter par l’artillerie ennemie qui ne cesse de les harceler par ses tirs. Faudra-t-il après cela contre-attaquer comme on le dit ? Est-ce vraiment la peine ? Nous n’avons pas du tout d’enthousiasme et nous sommes exténués. Pourtant le 23, le bruit court que c’est pour demain. Je vais en ligne par le tunnel où se tient en réserve le 5e bataillon. Les hommes sont mornes et je ne sais que leur dire, car le bon sens me paraît être de leur côté. Mais voici qu’au retour du tunnel, je trouve mon monde tout changé. La nouvelle vient de se répandre que l’attaque est remise et que nous allons être relevés. Du coup, tous les visages se sont épanouis et la soupe est mangée de bon appétit. J’avoue que j’éprouve moi-même un grand soulagement et que je remercie la Providence de nous avoir épargné cette nouvelle épreuve.

  • 4 Père Léon Atticus (1881-1962), prêtre-soldat, né à Bourlon, (Pas-de-Calais) entré chez les jésuites (...)

21Relevés dans la nuit du 25 au 26 février, nous traversons sans accident Minaucourt, entre deux rafales d’obus, et nous allons dormir dans un ravin boisé. Le 26, par Laval, Saint-Jean, Somme-Tourbe, La Croix-en-Champagne, nous nous retrouvons à Châlons. Notre défilé, musique en tête, attire la foule et celle-ci, en nous voyant passer encore couverts de boue ne nous ménage pas ses applaudissements. J’ai vu des larmes dans bien des yeux ! Ce jour-là, nous cantonnons à Moncetz et nous y restons jusqu’au 2 mars. Le 2, nous descendons la vallée de la Marne, de Moncetz à Jalons en contournant Châlons par l’ouest. Le 3, nous continuons la route vers Épernay que nous évitons en nous détournant vers le sud jusqu’à Chavot et Monthelon. Le 4, nous nous arrêtons à Orbaix l’Abbaye. Le 5 enfin, sous la neige qui tombe à gros flocons, nous atteignons par Breuil et Baulne, le région de Brie où nous allons séjourner jusqu’au 25 dans la plus complète dispersion. Je suis logé à Condé-en-Brie chez un notaire monsieur Verlet du Mesnil et sa femme, qui me reçoivent très bien. J’ai des compagnies à Courboin, à Celles, à Confremaux et à Montigny. À Condé, il y a un doyen, ailleurs aucun prêtre. L’abbé Guermonprez est à Celles avec son bataillon, je dois assurer le service religieux tant bien que mal partout ailleurs, avec le concours de prêtres-soldats cantonnés dans le voisinage. Heureusement, le père Atticus4 SJ, infirmier dans une ambulance, veut bien demander à permuter pour l’infanterie et à venir au 201e ; je l’attends avec impatience.

  • 5 Les auteurs de l’histoire du 201e à la rédaction duquel a participé Achille Liénart ne partageaient (...)

22Pendant notre séjour à Condé, le Théâtre aux armées vient nous donner deux séances récréatives dont l’effet me paraît plus que douteux sur le moral du soldat5. Le 19 mars, une grande revue militaire se déroule dans le parc du château de Condé avec remise de décorations.

23Cette période calme nous a fait grand bien. Nous en avions besoin avant la grande offensive de printemps dont on commençait à parler. Il ne nous restait plus qu’à nous y rendre. Le 23 mars, nous remontions vers le nord par Dormans jusqu’à Sainte-Gemme. Le 24 par une longue étape, après avoir traversé Vézilly et Arcis-le-Ponsart, nous arrivions à Unchair. Et le 25 enfin, nous nous retrouvions sur les bords de l’Aisne à Maizy. L’attaque du Chemin des Dames se préparait et nous allions y prendre notre place.

24Notons ici un épisode burlesque dont le secteur de la Cabane fut le théâtre et qui est demeuré célèbre au régiment. Une nuit, le capitaine Champeaux fut réveillé par l’irruption soudaine, dans son PC du boyau des Grenouilles, d’un de ses soldats poussant devant lui un autre soldat, les bras levés et criant : « Je n’ai jamais fait de mal à personne, pas même aux boches ! » Le capitaine se leva et se trouva en présence du soldat Bocula, de sa compagnie, grand, maigre, assez mal bâti, et d’un petit homme effaré et gémissant qu’il ne connaissait pas. « Voyez mon capitaine, dit Bocula, le prisonnier que je vous amène ». - « Un prisonnier, mais comment cela ? Tu n’étais pas en ligne ce soir ». - « C’est vrai mon capitaine, mais je viens d’apprendre la mort de mon frère à la guerre, et pour le venger, je suis allé en avant de nos lignes jeter des grenades sur les Boches. Ils ont riposté, alors, je suis rentré dans la tranchée, et c’est là que j’ai trouvé mon prisonnier ». - « Mais, répliqua le capitaine, ce n’est pas un prisonnier, c’est un soldat français que tu m’amènes ». - C’est un espion dit Bocula, quand je me suis jeté dans la tranchée, je l’ai interpellé : quelle compagnie ? » - « La 23e ». - « Bon, c’est la mienne et je connais tous les copains, il n’y en pas un comme ça. Alors je lui ai dit : comment s’appelle ton capitaine ? Il n’a pas su dire votre nom et il en a inventé un autre ». - Et ton sergent ? » Il s’est encore trompé, alors j’ai compris que c’était un espion, je l’ai empoigné par le cou, je lui ai fait lever les bras et je vous l’ai amené jusqu’ici à grands coups de pied dans le derrière. Voilà ». L’homme en effet, était visiblement terrorisé, il demandait pitié et jurait qu’il n’avait fait rien de mal. Le capitaine était perplexe. « Voyons, dit-il à l’homme, qu’est-ce que tu faisais là dans la tranchée ? » - « Je montais la garde mon capitaine » - « La garde ? mais tu n’es pas de ma compagnie. » - Non mon capitaine, aussi je n’y comprend rien. Je suis pourtant de la 23e mon capitaine s’appelle X., mon sergent Y. J’étais à mon poste quand celui-là est venu brutalement m’empoigner ». Devant cet être évidemment inoffensif, le capitaine se sentit pris d’une folle envie de rire. Bocula lui ne riait pas : « Vous voyez bien, disait-il, mon capitaine, que c’est un espion ». Mais soudain le pauvre homme osa relever la tête et jeter sur le capitaine un regard suppliant, auquel répondit un grand éclat de rire. Le menton redressé laissait apparaître sur le collet de la capote, au lieu de l’écusson du 201e, celui du 233e. Bocula dans son empressement à regagner la tranchée, après avoir jeté ses grenades, était tombé dans le secteur du régiment voisin. Son prisonnier n’était pas un espion, mais un pauvre poilu du 233e et de la 23e compagnie de son régiment, qui naturellement ne pouvait connaître le nom des chefs de la 23e du 201e. L’histoire du « prisonnier de Bocula » est de celles qui ne s’oublient pas.

1.2. Camp des Deux Tombes.

1.2. Camp des Deux Tombes.

Ces 2 photos sont placées dans l’original à la fin de ce chapitre 6 avec d’autres photos évoquant des soldats et officiers du 201e. Cependant dans le texte à propos du camp des Deux tombes où ils séjournent à partir du 4 janvier 1917 est évoquée la dureté de l’hiver 1917. Les photos datent sans doute du premier séjour au camp des Deux Tombes en octobre-novembre 1916.

3.4.5. Officiers, musiciens et médecins du 201e.

3.4.5. Officiers, musiciens et médecins du 201e.

Fac-similé de la page 96 du cahier 36 x 23,2 cm.

Fac-similé de la page 96 du cahier 36 x 23,2 cm.

Notes

1 Les tirailleurs sénégalais étaient un corps militaire constitué au sein de l’empire colonial français en 1857. Il était l’élément principal de la « Force noire ». Environ 200 000 hommes recrutés dans toute l’Afrique noir, et pas seulement au Sénégal, combattirent dans les rangs français entre 1914 et 1918.

2 Le 7 mars 1915, le 201e avait pris part à une opération contre les positions allemandes du moulin de Souain, au sommet d’une colline. Un important travail de sape au pied de la colline avait permis au génie de détruire à la mine la garnison de l’ouvrage du moulin. L’explosion creusa au sommet de la colline un immense entonnoir (100 m sur 40). Quatre compagnies du 201e parvinrent alors à prendre pied sur l’autre versant. Mais les opérations menées à leur droite et à leur gauche échouèrent et les Allemands reprirent leur tranchée. Les quatre compagnies avaient résisté trente heures dans l’entonnoir. 18 officiers et sous-officiers et 77 soldats y trouvèrent la mort.

3 Lieutenant-colonel Joseph Mougin auparavant au 8e RI.

4 Père Léon Atticus (1881-1962), prêtre-soldat, né à Bourlon, (Pas-de-Calais) entré chez les jésuites en 1915.

5 Les auteurs de l’histoire du 201e à la rédaction duquel a participé Achille Liénart ne partageaient pas cette opinion. Ils écrivirent : « Et puis, les distractions les plus variées nous arrivent de Paris. Voici notre Polin national, si populaire, si plein d’esprit dans sa bonhomie, si amusant dans ses chansons que bien vite nous aurons apprises. Et nous tenons à ce qu’on sache bien, dans toute la France, que c’est devant nous, le 201, que Polin a chanté pour la première fois la Madelon (qui depuis…) afin de se rendre compte si elle serait bien accueillie devant un public de troupiers […] beaucoup de gens vous diront qu’ils ont été les premiers à entendre la Madelon […] Après les chansonniers « on nous annonça l’arrivée du Théâtre aux Armées. Décidemment on nous gâtait ; derechef, nous nous ruons dans le petit hangar très gentiment orné, élevé à la dignité de théâtre. Cette fois, c’est pour admirer Cécile Sorel, la divine charmeuse, Madame Lesenne à la voix si chaude, si prenante ; Jeanne Faber, exquise ; Marie-Ange Feriel, d’un talent si profond ; sa fille, infiniment gracieuse et souple dans ses danses russes ; le gentil couple Vallet. Le croiriez-vous ? Eh bien ces étoiles ont joué devant notre parterre de Soldats avec certainement plus de plaisir que devant la plus belle salle de Paris […] Qu’ils soient bénis tous ceux-là qui sont venus nous arracher à nos préoccupations de guerriers appelés à marcher bientôt ! Ils nous ont pour un moment donné une douce émotion et fait apprécier cet art français qui est une partie du patrimoine national que nous défendons depuis deux ans et demi contre le brutal peuple de proie qui s’enorgueillit de sa prétendue ‘Kultur’ […] ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62800/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 1. Secteurs de La Cabane et de Maisons de Champagne.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62800/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 2. Extrait du carnet de sépultures : retour au moulin de Souain où le 201e avait eu beaucoup de pertes en mars 1915 (Premier carnet 7,2 x 11,6 cm).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62800/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre 1. Le lieutenant colonel Hebmann, commandant le 201e RI.
Légende Autour de lui le docteur Bonjean, les lieutenants Rose, Drouin, Rogez et Bataille.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62800/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 2. Cyclistes du colonel.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62800/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 3. Adieux du colonel Hebmann au 201e.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62800/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 4. Secteur de Maisons de Champagne.
Légende – en bleu, lignes allemandes ; – en rouge, lignes françaises ; – en hachures au crayon bleu notre première ligne après le coup de main allemand.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62800/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 1.2. Camp des Deux Tombes.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62800/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Ces 2 photos sont placées dans l’original à la fin de ce chapitre 6 avec d’autres photos évoquant des soldats et officiers du 201e. Cependant dans le texte à propos du camp des Deux tombes où ils séjournent à partir du 4 janvier 1917 est évoquée la dureté de l’hiver 1917. Les photos datent sans doute du premier séjour au camp des Deux Tombes en octobre-novembre 1916.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62800/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 3.4.5. Officiers, musiciens et médecins du 201e.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62800/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62800/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62800/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fac-similé de la page 96 du cahier 36 x 23,2 cm.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/62800/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search