Version classiqueVersion mobile

France-Allemagne

 | 
Anne Baillot
, 
Ayşe Yuva

Le savant comme politique ou pur scientifique. Engagement fichtéen et détachement herbartien lors de la catastrophe de Göttingen

Jean-François Goubet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

I. Intention du propos

En 1837, la suppression de la constitution hanovrienne par le nouveau souverain a amené sept professeurs de l’Université de Göttingen, dont les célèbres frères Grimm, à devoir quitter leurs fonctions. Herbart y était alors recteur de la faculté de philosophie. Dans un texte rédigé en 1838 et paru à titre posthume, il revient sur ce qu’il nomme lui-même « la catastrophe de Göttingen ». De manière assez étonnante, plutôt que de s’ouvrir sur le fond juridique de la question qui opposait constitutionnalistes et monarchistes, il saisit cette occasion pour dresser le portrait idéal du savant, Gelehrter, ou, pour mieux dire, de l’universitaire, akademischer Lehrer1. De façon plus déconcertante encore, il ne discute pas tant avec les sept protagonistes qu’avec son ancien maître, décédé depuis plus de vingt ans et quitté depuis presque quarante. Les événements récents de Göttingen auraient pourtant tout à fait pu s’interpréter sous un autre jour que celui du Fondement d...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search