Version classiqueVersion mobile

France-Allemagne

 | 
Anne Baillot
, 
Ayşe Yuva

« Je suis entrée dans cette littérature allemande »1 : De l’Allemagne ou les vertus de l’intercession féminine

Stéphanie Genand

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Madame de Staël poursuivait avec résolution son projet […] d’approfondir, avec sa riche nature de femme, les idées générales et ce qu’on nomme philosophie.
Johann Wolfgang von Goethe2
Elle a pénétré avec une entière clarté dans la pensée et dans l’imagination germanique si étrangères et si inaccessibles à toute tête étrangère.
Charles de Villers3

Si plusieurs détracteurs, au rang desquels Stendhal, avaient prédit à De l’Allemagne le succès éphémère des textes aussitôt démentis par l’histoire4, la fortune retentissante qui le consacre, au XIXe siècle, comme le bréviaire de l’outre-Rhin, atteste la force d’un ouvrage où la richesse de la culture allemande croise la réussite médiatrice de Germaine de Staël. Déjouant l’anachronisme d’un tableau dont l’aventure éditoriale, entre 1803 et 1813, affronte le double écueil de la censure5 et de la transformation politique d’une Prusse désormais soudée par son nationalisme face à l’Empire, De l’Allemagne s’affranchit des circonstances pour s’impose...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search