Version classiqueVersion mobile

France-Allemagne

 | 
Anne Baillot
, 
Ayşe Yuva

« Un petit peuple isolé, sans alliés et sans amis ». Les écrivains et l’Institut au tournant du XIXe siècle

Stéphane Zékian

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À partir du Directoire, le diagnostic, parfois impassible mais souvent éploré, d’une décadence sociale de la littérature représente l’un des poncifs les mieux enracinés dans l’espace public. Les écrivains, lit-on notamment dans la presse réactionnaire, auraient perdu l’aura qui était encore la leur quelques décennies auparavant. Ce sentiment de déclassement est lié à la conviction d’assister à un tournant dans l’économie de la grandeur symbolique : sous l’effet du spectaculaire essor des sciences de la nature au XVIIIe siècle, les hommes de lettres se verraient détrônés au grand bénéfice des savants. Cette passation de pouvoir entérinerait le triomphe d’une nouvelle échelle de valeurs. À en croire l’argumentaire des Cassandre, de nombreux écrivains seraient eux-mêmes responsables de cette supposée désaffection. À trop vouloir s’ouvrir à l’influence des sciences ; à recycler sans mesure un vocabulaire issu des sciences de la nature, ils auraient dénaturé leur pratique. Ce faisant, il...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search