Version classiqueVersion mobile

France-Allemagne

 | 
Anne Baillot
, 
Ayşe Yuva

Friedrich Heinrich Jacobi, « philosophe et hommes de lettres » entre les Lumières et l’Idéalisme. À la conquête du pouvoir intellectuel ?

Sylvie Le Moël

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les prises de position et les écrits controversés de Friedrich Heinrich Jacobi s’inscrivent dans un contexte de redistribution de paradigmes intellectuels et politiques, tant en amont qu’en aval de la Révolution française. Ils participent du processus, initié à la fin des années soixante du siècle, d’auto-réflexion critique des Lumières allemandes, lequel se radicalise dans le débat des années quatre-vingts sur les « vraies Lumières ». Si Jacobi ne perçoit pas la Révolution française comme le triomphe des philosophes, mais comme la concrétisation d’une crise qu’il s’est efforcé de penser dès le milieu des années soixante-dix, il n’en est pas pour autant un « anti-philosophe ». Son activité intellectuelle illustre en fait de manière exemplaire le phénomène de capillarité des réseaux : il correspond aussi bien avec des représentants des Lumières (von Dohm, Forster, Lichtenberg) qu’avec ceux des « anti-Lumières » (Lavater, Mathias Claudius, Rehberg). La diversité des sphères d’interven...

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search