Version classiqueVersion mobile

Le premier féminisme allemand (1848-1933)

 | 
Patrick Farges
, 
Anne-Marie Saint-Gille

L’Institut de Magnus Hirschfeld et le féminisme

Agathe Bernier-Monod

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La libération des mœurs constitue un aspect fondamental de la révolution culturelle weimarienne. Amorcée dans les années 1890, cette entreprise de libéralisation a été portée par les sociaux-démocrates, le mouvement féministe, le mouvement homosexuel ainsi que par la réforme de la sexualité, initiée par des médecins et des psychologues.

Magnus Hirschfeld fut un représentant éminent des deux derniers mouvements. Il a été l’un des premiers défenseurs des droits des homosexuels, mais aussi le sexologue le plus populaire de son époque. Il se fit connaître en 1897 en créant le Comité scientifique-humanitaire (Wissenschaftlich-humanitäres Komitee) et en lançant une pétition demandant l’abrogation du § 175 qui pénalisait les rapports sexuels entre hommes.

L’Institut de la science de la sexualité, que Magnus Hirschfeld fonda en 1919 à l’emplacement de l’actuelle Philharmonie à Berlin et qui perdura jusqu’à la prise du pouvoir nazie, fait figure de haut lieu de cette révolution des mœurs. Ce c...

Auteur

ENS de Lyon

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search