Version classiqueVersion mobile

Le premier féminisme allemand (1848-1933)

 | 
Patrick Farges
, 
Anne-Marie Saint-Gille

« L’Allemand qui fume avec suffisance sa pipe » : regards croisés entre féminismes américain et allemand entre 1848 et le début du XXe siècle

Hélène Quanquin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans son Histoire comparée des femmes, Anne Cova évoque ce qu’elle appelle « les affinités entre histoires des femmes et méthode comparative » et rappelle que celles-ci « ont incontestablement un terrain commun ».1 Cette proximité est aux fondements de l’un des courants de l’historiographie des féminismes, qui remet en cause l’idée d’une voie nationale particulière. C’est dans cette perspective que doivent être envisagés les projets d’écriture plus ou moins récents d’une histoire européenne, voire « globale » ou globalisante, des féminismes.2 Cet intérêt s’explique en partie par le fait que la première vague des féminismes en Europe et en Amérique a coïncidé avec la mise en place, dans les dernières décennies du XIXe siècle et au début du XXe siècle, d’organisations internationales féministes allant de pair avec ce que l’historienne américaine Leila J. Rupp nomme une « conscience [féministe] internationale ».3 Mais les travaux d’une autre historienne américaine, Bonnie Anderson, ont...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search