Version classiqueVersion mobile

Le premier féminisme allemand (1848-1933)

 | 
Patrick Farges
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Mouvement völkisch et féminismes en Allemagne. Une approche intersectionnelle à partir de l’exemple de Sophie Rogge-Börner (1878-1955)1

Jennifer Meyer

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis l’abandon – dans le sillage de la « querelle des historiennes » (Historikerinnenstreit)2 – de l’idée d’une « grâce de la naissance féminine » exemptant les femmes allemandes de toute responsabilité dans l’avènement et le fonctionnement de la dictature nazie, de nombreux travaux ont mis en avant les possibilités d’action et les espaces de liberté ainsi que la variété des formes de complicité, de soutien ou de résistance des femmes. L’intérêt accru pour la remise en question des discours3 hégémoniques, grâce au travail de déconstruction des catégories du « genre » ou de la « race » par les Gender et les Feminist Studies mais également les Postcolonial et les Cultural Studies, a encouragé une relecture des discours politiques et pseudo-scientifiques produits par le mouvement allemand des femmes4 et par le mouvement völkisch5 sous l’angle des liens entre « question féminine » (Frauenfrage), « question juive » (Judenfrage) et question « raciale » (Rassenfrage). Révélant les tendan...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search