Versión clásicaVersión móvil

Le premier féminisme allemand (1848-1933)

 | 
Patrick Farges
, 
Anne-Marie Saint-Gille

Le journal Neue Bahnen entre 1866 et 1870 : un lieu d’expérimentation pour de nouvelles stratégies féministes

Alice Primi

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

À l’occasion des révolutions de 1848-1849, un phénomène sans précédent s’était produit en Allemagne : la publication de journaux politiquement engagés, dirigés et rédigés par des femmes.1 Tous furent éphémères : Die Frauen-Zeitung, quotidien dirigé par Mathilde Anneke à Cologne en septembre 1848, fut saisi et interdit dès le troisième jour ; Der Freischärler de Louise Aston, qui parut à Berlin en novembre et décembre 1848, succomba à la répression prussienne après le sixième numéro ; Die Soziale Reform, fondé par Louise Dittmar à Leipzig en janvier 1849, s’arrêta après la quatrième parution mensuelle, alors que la contre-révolution s’abattait sur le royaume de Saxe. Seul résista le journal Die Frauen-Zeitung, fondé en avril 1849 à Meißen par Louise Otto.2 Âgée alors de trente ans, celle-ci avait déjà publié plusieurs poèmes, articles et romans, qui lui avaient procuré une certaine renommée dans les milieux littéraires et démocrates du Vormärz.3 Malgré la censure, Die Frauen-Zeitung ...

Autor

Docteure de l’Université Paris 8

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search